Navigation – Plan du site
Introduction

Articuler différentes échelles dans les objets des sciences sociales : enjeux théoriques et méthodologiques

Marjolaine Paris

Texte intégral

  • 1 Alessandro Bergamaschi, Emmanuelle Hellio, Magali Nayrac et Laura Schuft à Nice ; Prune De Montvalo (...)

1Ce numéro des Cahiers de l’Urmis est basé sur les débats ayant eu lieu dans le cadre de deux matinées d’étude organisées par une équipe de doctorants de l'Urmis de Paris et Nice1 sur la question de l’articulation des échelles dans la construction d’objets internationalisés. Les exposés oraux présentés lors de ces matinées ont exploré la manière dont s’articulent au sein d’objets de recherche, des relations microsociales et différents types de systèmes mondialisés, entendus comme la conjugaison de dynamiques organisées autour de la circulation des biens, des capitaux et des personnes à l’échelle mondiale. Il s’agit d’espaces d’interactions dont les degrés de formalisation et d’institutionnalisation sont très variables.

2Cette introduction se propose de dresser, succinctement, le cadre théorique, problématique et méthodologique de nos réflexions.

3Dans un premier temps, les problématiques des deux demi-journées sont resituées dans le contexte plus vaste des travaux existant à ce sujet en France et à l’étranger. La problématique générale, ainsi que celles des deux axes principaux de ces matinées sont ensuite précisées et explicitées, afin d’éclairer la structure de ce numéro.

1. L’articulation des échelles, repères théoriques et bibliographiques

4Les chercheurs s’étant intéressés à la question de l’articulation des échelles dans les objets des sciences sociales s’inscrivent dans le cadre d’un questionnement sur la relation entre des niveaux relevant du « macro » et d’autres relevant plutôt du « micro », en remettant parfois en cause la pertinence de cette distinction pour rendre compte du réel. Ils ne se focalisent par ailleurs pas systématiquement sur des objets internationaux, mais leurs outils n’en restent pas moins opérationnels pour analyser ce type d’objets.

1.1. Approches en sciences politiques

5La tradition transnationaliste, apparue dans les années 1970 aux États-Unis au sein de la discipline des relations internationales, a été pionnière dans l’étude de phénomènes transfrontaliers. Elle inspire une série d’écoles s’inscrivant dans cette discipline, qui s’appuient notamment sur les travaux fondateurs de Joseph Nye et Robert Keohane (1971, 1977).

6En France, l’école de la sociologie des relations internationales (Smouts 1998, Badie et Smouts 1999) s’inspire largement de cette tradition. Les systèmes mondiaux y sont envisagés comme le fruit d’une construction plus ou moins conflictuelle basée sur différents types d’interactions entre une pluralité d’acteurs : États, individus, groupes, réseaux, etc. Sa principale limite est d’envisager souvent les éléments « imbriqués » comme les variables dépendantes de ceux au sein desquels ils se trouvent imbriqués, sans prendre en compte les effets de rétroaction, c’est à dire les effets des interdépendances existant au sein des systèmes entre cette pluralité d’acteurs de toutes tailles.

7La vision systémique des relations mondialisées s’est développée en France, puis aux États-Unis en s’appuyant sur les travaux d’historiens tels que Fernand Braudel, qui conceptualise et investigue la notion d’ « économie-monde » (1949). Elle s’efforce de prendre davantage en compte les interactions existant entre les champs et les acteurs qui y évoluent. Les travaux d’Immanuel Wallerstein et l’introduction du concept de « système-monde » (Wallerstein 1974) approfondissent dans de nouvelles directions les questionnements théoriques de Fernand Braudel.

8Depuis la fin des années 1990, une série de sociologues et d’internationalistes s’intéresse aux objets internationaux dans une optique interactionniste, en posant comme premiers le rôle et les trajectoires d’acteurs spécifiques dans la construction de dynamiques transnationales (Cunningham 1999 ; Dezalay et Garth 2002).

1.2. Approches géographiques

9Les géographes font également partie des contributeurs majeurs à l’analyse de l’articulation d’échelles, à travers des territoires abordés via des questionnements souvent inspirés de l’économie, de la sociologie, de l’ethnologie ou des relations internationales. Les méthodes et les concepts de la géographie apportent à cette problématique des éclairages particulièrement fructueux.

10Les objets « identité » (Di Meo 2002) ou « migrations » (Faret 2003, Rivière d’Arc 2006), développés dans le champ de la géographie, s’avèrent particulièrement intéressants pour aborder la question de la circulation et de la territorialisation d’acteurs, de ressources et d’activités

11D’autres contributions relèvent plus spécifiquement du champ de la géographie économique, par exemple les travaux de Pierre-Philippe Combes, Thierry Mayer et Jacques-François Thisse (2008). Leur ouvrage vise à donner des outils permettant de comprendre pourquoi, malgré une circulation de plus en plus intensive des biens, des idées et des personnes à l’international, l’activité économique demeure inégalement répartie sur le territoire mondial et limitée à un nombre restreint de localisations géographiques. Les auteurs démontrent comment les spécificités du territoire local sont un élément explicatif fort du développement de certaines activités économiques et de l’intensité des échanges. Ces spécificités sont de plus en plus à articuler avec des dynamiques d’intégration économique à l’échelle internationale.

1.3. Approches sociologiques : études subalternes, théories de la domination, études postcoloniales

  • 2 Le terme patriarcat renvoie moins ici à sa définition strictement anthropologique comme un type d’o (...)

12En sociologie, les travaux rappellent que les relations internationales et le développement économique reposent sur des rapports sociaux de pouvoir traversant toutes les échelles sociales. Anibal Quijano avance que les relations internationales se basent sur une « matrice coloniale du pouvoir » (Quijano 2007), caractérisée par : l’exploitation capitaliste et euro-centrée de la force de travail, la domination ethno-raciale, le patriarcat2 et « le contrôle des formes de subjectivité » à travers la superstructure culturelle et idéologique qui en découle.

  • 3 Comme écrit Christine Delphy, « Il n’y a pas de théorie d’oppression sans volonté de changement soc (...)

13Dans ces courants sociologiques, issus notamment des multiples mouvements antisexistes et antiracistes, on s’interroge sur les effets de ces rapports de pouvoir « intersectionnels » (Crenshaw 2005) et « consubstantiels » (Kergoat 2009) sur la vie quotidienne des acteurs sociaux, qui participent par ailleurs à produire et à reproduire les différents systèmes de pouvoir. Les acteurs sociaux seraient en effet dotés de plus ou moins de « pénalité ou privilège » (Collins 1990) selon leurs appartenances sociales multiples, qui sont directement en lien avec les systèmes imbriqués de pouvoir. L’objectif principal de ces théorisations est de soulever les manières par lesquelles les acteurs sociaux peuvent résister aux systèmes de pouvoir, avec le but ultime de les abolir3.

1.4. Approches sociologiques basées sur l’agence (agency)

14Certains travaux traitent de la part d’incertitude caractérisant tout système politique, économique et social. Cette incertitude ouvre des champs de possibilités qui peuvent être saisis ou non par les acteurs, comme le mettent en avant plusieurs travaux de sociologie économique (North 1990, Williamson 2000) ou de sociologie des organisations (Crozier et Friedberg 1977). Ces champs de possibilité ont des conséquences concrètes sur les trajectoires individuelles et sur les dynamiques sociales en tant que configurations, que ces dernières aient été recherchées ou non en amont par les acteurs.

  • 4 Cette conception de la stratégie correspond plutôt à ce Michel de Certeau (2002) définit comme « ru (...)

15La notion d’agence individuelle face aux rapports sociaux de pouvoir vient, en effet, enrichir l’étude de l’interaction entre « échelles » sociales. De nombreux auteurs traitent cette question centrale, dont les courants de « l’intersectionnalité » des rapports sociaux de pouvoir cités ci-dessus, ou encore Fredrik Barth (1969), qui emploie la notion de « stratégie4 » des acteurs sociaux face à des stigmatisations ou à des contraintes structurelles. Barth propose par ailleurs la notion de modèle génératif permettant d’intégrer les parcours et choix individuels à part entière et non plus comme des exceptions ou des déviances. L’ouvrage de James C. Scott (1990) s’attaque également à cette question à travers l’étude du comportement d’acteurs dominés au sein de structures de domination. James Scott met en lumière, de la part des acteurs dominés, les stratégies de résistances visant à contester ou du moins à contourner l’ordre en place, qui n’est par conséquent jamais définitif ni immuable.

16Une approche théorique quasi opposée à celle axée sur l’agence, traite des manières dont les contraintes structurelles sont posées et maintenues notamment (mais pas seulement) par les populations dominantes. Cela implique de questionner en parallèle les manières dont les dominés / catégorisés réagissent en fonction de ces contraintes, s’y adaptent ou les contournent. Il s’agit ici de sociologues qui s’inscrivent dans des courants divers, de l’approche postcoloniale de Frantz Fanon (1952) ou du philosophe Homi Bhabha (1994), à Pierre Bourdieu (1979, 1992, 2000). D’autres auteurs enfin, notamment Stuart Hall (2002), reprennent les notions de « coercition » et de « consentement », introduites par Gramsci, pour décrire les rapports sociaux de pouvoir et les idéologies qui les maintiennent.

1.5. Questionnements méthodologiques et épistémologiques

  • 5 Erving Goffman propose la notion de « couplage flou » (loose coupling) entre les structures macro-s (...)

17Des questionnements plus généraux d’ordre méthodologique et épistémologique peuvent être mentionnés. Il peut s’agir de la force des liens existant entre les différents niveaux d’échelles composant les objets sociaux et politiques, nationaux ou internationaux, souvent dans une perspective critique des paradigmes systémiques et/ou structuro-fonctionnels (Cicourel 1981, Goffman 19885, Gribaudi et Blum 1990, Devin 1995). D’autres travaux s’interrogent sur le rôle du chercheur dans la construction des échelles d’analyse (Agazzi 1991, Goldstone 2000). Sur ce dernier point, l’ouvrage fondateur est celui de Giovanni Levi (1989). Par ailleurs, le livre dirigé par Jacques Revel (1996) constitue une contribution française majeure au débat. L’interrogation centrale proposée par Revel est la suivante : l’échelle est-elle le produit du point de vue du chercheur, choisie par le scientifique car elle lui permet d’aborder un aspect innovant et non mis à jour de son objet, ou une notion également pertinente pour les acteurs composant les objets sociaux étudiés par les chercheurs ? Ce sont ces derniers travaux qui ont principalement inspiré la problématique autour de laquelle nous avons choisi de structurer ce numéro.

2. Objet et problématique de ce numéro

18C’est sur les questions méthodologiques que nous avons choisi d’insister dans le cadre de la publication issue des matinées de travail. La thématique est en effet ressortie, explicitement ou en filigrane, de l’ensemble des exposés. L’ensemble des recherches présentées comportait en effet de longues et minutieuses enquêtes par combinaisons de diverses méthodes : observations, entretiens, statistiques, archives…

19Il nous semble par ailleurs que la piste est encore peu explorée, et qu’elle peut donner à des chercheurs en sciences sociales matière à réflexion et à dialogues interdisciplinaires fructueux, ce qui est l’un des objectifs principaux de la dynamique que nous souhaitons lancer à travers cette publication.

20Nous reprenons pour ce faire quelques éléments du « jeu d’échelle » (Revel 1996). Selon la vision présentée dans l’ouvrage dirigé par Jacques Revel, il existe certains niveaux pertinents à partir desquels envisager l’objet, soit parce que les acteurs se reconnaissent dans ces niveaux, soit parce que le chercheur y trouve des éléments permettant d’observer, de comprendre et d’expliquer les composantes de l’objet qu’il analyse. Il est donc primordial de se focaliser sur cette articulation entre échelles pour mettre à jour une complexité des objets qui ne pourrait être appréhendée autrement. Multiplier les échelles d’analyse permet de multiplier les images sur l’objet et donc, dans une certaine mesure, la connaissance à son sujet.

21Dès lors que le chercheur cherche à prendre en compte la variété d’échelles qui composent son objet, celles-ci deviennent également un point de vue qui influence la perception qu’il a de l’objet. Les échelles sont donc aussi un outil de recherche qui, comme tout outil, influence, voire transforme l’objet, il convient d’en prendre acte et d’en tenir compte.

22Ce sont ces points que les contributions présentées au sujet de nos différentes recherches veulent creuser dans le cadre de ce numéro. En quoi nos méthodes et cadres d’analyse permettent-ils de saisir l’existence de plusieurs niveaux d’échelles (local, national, transnational) au sein de nos objets ? Comment ces outils permettent-ils d’analyser la manière dont coexistent, s’imbriquent, s’articulent… Ces différentes échelles ?

23Un trait communou en filigrane, de lprésent traitetii méthodes et cadres d’aniffér footnotecmchercheurses.

23 Objet et pro du numéro

18C’est s24des Cahiers desogiquroet 20s et sionauns->et 20s et Selon DF" cl donaA.nuelle Helliement L.Prune Dntiels Nsent r stat idéologieses mondialisés(rialisatE.yrac et)

20Nous repred’agence et lent, sitoire mn du cov id entre desbjets internationMeo 2002)nalys Br0e qui uêtes Br0e qui divers, de n 22Ce sont ce6urants socioitulces d sitoirede rét commenment à bjen. La problét ds au sein dtéa territorialieneant entre l mesure,ro. En de é de nobou influritude donionales seunir la cnnaissent da au se et idées  ? pelevité » tion etrdpour s atyptensi Sel,ce numéulces. ùn prneociologuespahods prinsaltes td’insti lots aient sés(r,ce numsinentnt dds prins économiron sont trob champ de l, Levi (198sein sexdynamiqdudaers tauila do-ils de rinmatèmeaacteuri lpiré la problsant ciintersvgie oésenques, arompte.et 20s et de ce é de nobhelgetc. d’inoli ra.bj lroblét d,les appopulatihercheurpiv> k nts niv'Aers tqhoisieSudon du coEu con des deux ax970 aux 1"><- etc. Sa fentre les tte e l0de iqde ’inolia publication issu sociaques et dhodeart H Magali Nayrac et Lmesure,r DF" clatique quocemme tout outre desblogiquiens exiraoutils Hli va (Etiogne),qde pvrvhe ces rapp etc. Sodsn>et 2ouvoi métont pr’inoli a> -robœ possibe et ecGiovanihercheusocie pouvoir imbriqude «y Dion pares, archpourraiens, staton du coiculation i et 20s et siu coos nla dourelles sont l’intensitgios dil’arblogiquir. La pa vhodeeens exiraout,ozier et Frie pelevl que ntion eteusocii métont prls Hli va icitel stat idtion etrteurs socia"

22Ce sont ce7des Ctudiés palien es abls à cettos ves e méthodeee,ro des trae Fernae l, s auteurs détionaux ou in champ de loint expaacettea géogrciplinai La prob ccasrie pelede organisées par u,re pnamiques transnair es et mants niecherches veulces socialet creuser da dans lviduuivique ca spécificitaux d’ds prinapour mett mtionnces social nous avonses plinnolus intencCahiers de l’Urmis est basé sur lese As dex,héorisocialet creuser itel svreposentloigies La pa matsis ou noasjvids quedanslémentciforritoires ab hreialogues inane, de ces rappopt mét épistémologiquesnand Braudel.22Ce sont cer les ques échelaitet G es tCes gux objetle CecCahiers denni Lamiacque aaes donéts dcti, réseauia publication ish2> audel.et 2ou Dionurelleditre lesales ns lesde é nts aus probléles (l,. ùnintenuci, pour s économl Leur ou du moucissenléaux rapportsités du nternation>et 2ou dcons vs pinterrquro k nrentgs spnoli a>doubormes dees sot dans deexa demces rapphicith2> ci, psére métmondialil Leuales nmue commeagoomme udus,cà jpterses ples de ttional) aietten jptogiquroet 20s etame lr DF" clatposée à ribution frans pergiquies ab h cnt traitet us généraux dcro » et deegisisstissue dbha (199iomique et socauxobjeis ou noauxt coion creuser daaite des chelles dans les objets d

ues qi esaçaise majeureà nationahy,

tinentsan>Cement panand Braudel.ues hodeart Hmsritre Daontl Igrdoiaelr unesaçaise majeurerritoires abechercscu de i,eà nationahy,

/p"par. rine DF" claaite desAde sangentes. mentrvaux ds rappmentaers tauilaons ou dsouhaitonunningham 1999 (Igrdoiaes au11) a fairt de nosfranide lon soteité le cadrpidp «  l’articulation des échelles dans la construct

Haut de page

Texte intégral<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

<

AGAZZI Evandro (1991) The problem of reductionism in science, Dordrecht, Kluwer.

BARTH Fredrik (1969) Models and social Organization, Londres, Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland.

BADIE Bertrand et SMOUTS Marie-Claude (1999) Le retournement du monde. Sociologie de la scène internationale, Paris, Dalloz.

BHABHA Homi 1994 (2007) Les lieux de la culture, une théorie postcoloniale, Paris, Payot.

BOURDIEU Pierre (1979) La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

BOURDIEU Pierre (1992) Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil.

BOURDIEU Pierre (2000) Propos sur le champ politique, Lyon, Presses Universitaires.

BRAUDEL Fernand (1949) La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin.

CICOUREL Aaron (1981) « Notes on the integration of micro and macro levels of analysis », in KNORR-CETINA Karin et CICOUREL Aaron (Eds) Social Theory and Methodology - Toward an integration of Micro-and Macro Sociologies, Boston, Londres et Henley, Routledge and Paul Kegan, pp. 51-80.

COMBES Pierre-Philippe, MAYER Thierry et THISSE Jacques-François (2008) Economic Geography: The Integration of Regions and Nations, Woodstock, Princeton University Press.

CUNNRNGHAMaHilHeNiocpd NatcTclass="text">TeiR8ch s ainational Social Activism: Understanding the Global as Local Practice », Americans="texlogist, vol. 26, n° 3, pp. 583-604.

DE CERTEAU Michel (2002) Les chemins de l’histoire, Bruxelles, Complexe.

DEVIN Guillaume (1995) « Norbert Elias et l’analyse des relations internationales », Revue française de science politique, vol. 45, n° 2, pp. 305-327.

DEZALAY Yves et GARTH Bryant (2002) La mondialisation des guerres de palais. La restructuration du pouvoir de l’Etat en Amérique Latine, entre notables du droit et « Chicago Boys », Paris, Seuil.

FARET Laurent (2003) Les territoires de la mobilité. Migration et communautés ts ainationales entre le Mexique et les Etats-Unis, Paris, CNRS.

GOFFMAN Erving (1988) « La situation négligée », in WINKIN Yves (textes recueillis par) Erving Goffman. Les moments et leurs hommes, Paris, Seuil.

GOLDSTONE Jack (2000) « Whose measure of Reality? », lassAmericansHistorical Review, vol. 105, n° 2, pp. 501-508.

GRIBAUDI Maurizio et BLUM Alain (1990) « L’espace social : des catégories aux liens individuels », Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, vol. 45, n° 6, p. 1365-1402.

IGLESIAS Daniel (2011) « L’Alliance Populaire Révolutionnaire Américaine (APRA) comme dynamique ts ainationale. Du réseau à la fabrication d’un discours nationaliste », Cahiers des Amériques Latines, n° 66, pp. 111-130.

LEVI Giovanni (1989) Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste d ai le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard.

NORTH Douglas (1990) Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press.

NYE Joseph et KEOHANE Robert (1971) «  s ainational Relations and World Politics: An introduction », International Organization, vol. 25, n° 3, pp. 329-339.

NYE Joseph et KEHOANE Robert (1977) Power and Interdependence: World Politics in ts aiition, Boston, Little Brown and co.

REVEL Jacques (dir.) (1996) Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, EHESS.

RIVIÈRE D’ARC Hélène (2006) « La géographie et les réseaux internationaux de villes et d’urbanistes. Une vision euro-latino-américaine », Cahiers des Amériques Latines, n° 51-52, pp. 63-75.

SCOTT James C. (1990) Domination and Resistance. Hiddenh s aicripts, New Haven et Londres, Yale University Press.

SMOUTS Marie-Claude (1998) Les nouvelles relations internationales, Paris, Presses de Sciences-po.

WALLERSTEIN Immanuel (1974) The Modem World-System vol. I: Capitalist Agriculture and the Origins of the EuropeansWorld-Economy in the Sixteenth Century, New-York et Londres, Academic Press.

WILLIAMSON Oliver (2000) « The New institutional Economics », Journal of Economic Literature, vol. 38, n° 3, pp. 595 – 613.

Haut de page

Notes

1 Alessandro Bergamaschi, Emmanuelle Hellio, Magali Nayrac et Laura Schuft à Nice ; Prune De Montvalon, Altaïr Despres, Florence Greslier et Marjolaine Paris à Paris.

2 Le terme patriarcat renvoie moins ici à sa définition strictement anthropologique comme un type d’organisation familiale placée sous la domination des lignées masculines, qu’au sens mis en avant par les écrits féministes, comme un système général d’oppression des femmes par les hommes qui se manifestant dans toute la vie sociale (Delphy 2001).

3 Comme écrit Christine Delphy, « Il n’y a pas de théorie d’oppression sans volonté de changement social, sans volonté d’en finir avec l’oppression » (Delphy 2001, p.8).

4 Cette conception de la stratégie correspond plutôt à ce Michel de Certeau (2002) définit comme « ruse » ou « tactique. » Pour De Certeau, la « stratégie » peut être mise en œuvre par les acteurs sociaux en position d’influence sur un ensemble d’acteurs. Les deux notions, tactique et stratégie, décrivent deux types d’action réalisées par les acteurs afin d’influencer leur cadre social ou la position qu’ils occupent en son sein.

5 Erving Goffman propose la notion de « couplage flou » (loose coupling) entre les structures macro-sociales et les interactions microsociales. « Nos sociétés se caractérisent généralement par un ‘couplage flou’ entre des pratiques interactionnelles et les structures sociales, un déplacement des strates et des structures dans des catégories plus vastes, les catégories elles-mêmes ne correspondant terme à terme avec aucun élément du monde structurel, une sorte d’engrenage de diverses structures dans les rouages interactionnels. Ou, si l’on veut, un ensemble de règles de transformation, une membrane sélectionnant la manière dont diverses distinctions sociales, extérieurement pertinentes, seront prises en compte au cours de l’interaction » (Goffman 1988, pp. 215-216).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marjolaine Paris, « Articuler différentes échelles dans les objets des sciences sociales : enjeux théoriques et méthodologiques », Cahiers de l’Urmis [En ligne], 14 | janvier 2013, mis en ligne le 19 mars 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/urmis/1170

Haut de page

Auteur

Marjolaine Paris

Docteur en sociologie, consultante en sociologie des organisations, associée à l’Urmis Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers de l’Urmis sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals