Navigation – Plan du site

José et Jacinta ne vivent pas toujours dans les mêmes lieux : négociations identitaires dans un contexte de tension entre mobilité et ancrage

Filomena Silvano

Résumé

Pendant le printemps 1997, j’ai accompagné le tournage d’un documentaire - Esta é a minha casa, du cinéaste João Pedro Rodrigues – sur une famille d’émigrants portugais. La question de la tension entre mobilité et ancrage territorial était à l’origine de ce projet. En faisant une ethnographie multi-située, nous voulions comprendre les processus de construction des univers culturels et identitaires des différents membres de la famille, en tenant compte du fait qu’ils vivent en voyage constant entre deux petits villages portugais et la ville de Paris
Étant donné que les tournages ont placé la famille dans une situation transactionnelle complexe, les compositions identitaires qui en résultent sont aussi diverses. Le voyage culturel que tous ont expérimenté n’a pas été vécu de la même façon, et, peut-être parce que l’observation était centrée sur la famille nucléaire, il m’a paru évident que les choix opérés sont fortement marqués par un clivage de genre.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France, Portugal

Chronologique :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte reprend et complète une communication présentée dans le 18e congrès international des sociologues de langue française (2008) - Comité de recherche n21 « Transactions sociales », Istanbul.

Texte intégral

Introduction

1Dans un cadre de démarcation face aux pratiques et aux discours d’autres voyageurs interculturels, nécessaire à l’institutionnalisation de l’anthropologie en tant que discipline méthodologiquement crédible, l’ethnographe s’est distancié de la figure du voyageur, sans pour autant l’abandonner. Depuis Malinowski, c’est la figure du résident, ou si l’on veut être plus clair, la figure du co-résident - celui qui réside avec les natifs sur les lieux des natifs (Clifford 1997) – qui s’est imposée. L’observation participante est apparue, dans ce contexte de production conceptuelle de l’objet de l’anthropologie, comme une technique appropriée : l’anthropologue habitait dans un lieu particulier, où il prenait connaissance d’une culture particulière, et il le faisait en établissant un rapport direct avec les gens qui habitaient ce lieu et qui, pour cette raison, étaient considérés les représentants de cette culture.

2Mais nous savons que l’anthropologie s’interroge depuis quelques temps sur les risques de cette conception de la culture, dans la mesure où préconiser une correspondance entre culture et lieu oblige à faire l’économie de tous les mécanismes de production de culture associés aux déplacements des gens et, par conséquent, comme Appadurai (1988a, 1988b) l’a très bien montré, nous emmène vers une espèce d’incarcération discursive des natifs, qui sont représentés comme des gens emprisonnés dans leurs lieux de vie. Face à ce questionnement sont apparues des propositions méthodologiques plus souples, qui proposent des façons de faire des recherches de terrain qui complexifient la question du rapport entre lieu et culture (Appadurai 1997 ; Clifford 1997 ; Gupta et Ferguson 1992, 1997a, 1997b ; Marcus 1995a, 1995b, 1997). Effectivement, une fois qu’on accepte que les gens bougent, et que, lorsqu’ils bougent, ils produisent de la culture, il faut trouver des façons de les observer dans leurs parcours à travers le monde. Ces transformations touchent les pratiques des deux personnages qui sont au centre de l’interaction sociale produite par le travail de terrain : l’ethnographe, qui ne peut plus centrer son observation sur un seul lieu, et l’informateur, qui ne peut plus être observé comme une personne qui reste confinée dans un lieu. La figure de l’anthropologue voyageur – mais qui voyage pour accompagner les informateurs aussi voyageurs – réapparaît ainsi comme une possibilité méthodologique. Dans ce nouveau cadre, il faut penser autrement les interactions culturelles qui organisent le travail de terrain. À mon avis, celui-ci doit être toujours vécu comme étant une situation d’interaction entre des acteurs producteurs de cultures.

3On peut ainsi arriver à une posture conceptuelle qui, en partant d’une critique de la démarche ethnographique plus classique, convoque, dans la construction d’une autre démarche, le paradigme de la transaction sociale. Si on est d’accord pour « imaginer la vie sociale comme étant une confrontation d’une pluralité d’acteurs en relation partiellement conflictuelle et en négociation pour déterminer des zones d’accord en fonction de leur capacité de pression respective » (REmy 1980a : 89), on peut interpréter plus facilement les interactions entre l’ethnographe et ses informateurs, aussi bien que les interactions que les informateurs établissent entre eux, en présence de l’ethnographe.

Un projet d’ethnographie multi-située1

  • 1 L’ensemble de mes réflexions à propos de cette expérience ethnographique est réuni dans une publica (...)
  • 2 Pour Jean Remy, les bulles touristiques sont des lieux transitionnels : « car le passage d’un espac (...)

4Pendant le printemps 1997, j’ai accompagné le tournage d’un documentaire - Esta é a minha casa, du cinéaste João Pedro Rodrigues – sur une famille d’émigrants portugais. La question de la tension entre mobilité et ancrage territorial était à l’origine de ce projet. Nous voulions comprendre les processus de construction des univers culturels et identitaires des différents membres de la famille, en tenant compte du fait qu’ils vivent en voyage constant entre deux petits villages portugais et la ville de Paris (Silvano 1995). Cette année-là, on a accompagné les parcours des membres de la famille : pendant les week-ends, entre la loge de concierge - située sur l’avenue de la République - et le pavillon - situé, à côté de celui où habitent les parents de José, dans la banlieue parisienne – et, pendant les vacances, les parcours entre Paris et les maisons des parents du couple, situées dans deux villages de la province portugaise de Trás-os-Montes. Entretemps, un deuxième documentaire a commencé à prendre forme. La famille était enthousiaste à l’idée de visiter l’exposition mondiale de Lisbonne, et j’ai pensé qu’il serait très productif de filmer cette visite tant désirée. Pour moi, cela me permettait de créer des conditions de travail pour développer quelques-unes des questions que je m’étais posées à propos du premier film. Pour continuer à travailler la question du rôle du voyage dans la recherche ethnographique, il était intéressant, dans un deuxième moment, de pouvoir déplacer la famille et l’amener à séjourner sur mon propre territoire. Le sens du mouvement serait ainsi inversé : les informateurs seraient déplacés et l’ethnographe resterait sur place. Il m’intéressait aussi d’observer les effets, sur des sujets dont les identités sont très marquées par la construction de l’idée de nation, d’un voyage vers la capitale de leur pays d’origine, au moment où s’y réalisait une exposition à la visibilité internationale très importante. En même temps, je pourrais aussi observer les effets, sur les mêmes sujets, d’une expérience unique de vie dans un espace que j’ai rapproché de la notion de « bulle touristique » proposé par REmy (1998)2. L’idée de tourner un nouveau film - Viagem à Expo – a plu à tout le monde et on a commencé, cinéaste, « acteurs » et anthropologue, sa préparation au mois d’octobre 1998.

5Pendant les deux années de tournage, j’ai tenté de comprendre comment les membres de la famille construisaient leurs identités personnelles et comment chacun d’entre eux représentait sa condition de personne en mobilité constante entre le Portugal rural et la ville de Paris (Silvano 1997). J’ai aussi voulu interpréter les données ethnographiques en les plaçant à l’intérieur de la conjoncture relationnelle spécifique à l’observation (MacDougall 1995) : les tournages d’un documentaire où les acteurs sont des émigrants et où l’équipe de tournage est constituée par des personnes qui vivent dans la capitale du pays d’origine des personnes filmées. Étant donné que les tournages ont placé la famille dans une situation transactionnelle complexe, où les appareils logiques et symboliques convoqués par chacun ne sont pas les mêmes, les compositions identitaires qui en résultent sont aussi diverses.

6Le voyage culturel que tous ont expérimenté n’a ainsi pas été vécu de la même façon, et, peut-être parce que l’observation était centrée sur la famille nucléaire, il m’a paru évident que les choix opérés étaient fortement marqués par un clivage de genre. Les hommes des familles que j’ai connues ont utilisés leurs capacités d’innovation (Remy 1996 : 331) pour arriver, pour l’essentiel, à deux objectifs : 1) obtenir une intégration fonctionnelle dans la société française à travers leurs réussites professionnelles et 2) intégrer un processus collectif d’ethnicisation de la communauté migrante portugaise. Les femmes, malgré leur participation dans ces mécanismes de production de culture, s’investissent aussi dans la mise en œuvre de pratiques qu’elles partagent, dans la vie quotidienne, avec la classe moyenne française. Ce choix, qu’implique un cadre de références culturelles beaucoup plus diversifié, entre nécessairement en conflit avec les options traditionnelles et conservatrices des hommes.

« L’émigrant portugais » : différentes versions pour un même personnage

7L’observation des discours et des pratiques de José m’a permis de dessiner les contours de ce qui me parait être, selon lui, l’image idéale de « l’émigrant portugais ». Cette image a un très fort pouvoir d’identification et est un élément central dans le processus de construction de ses identités personnelle et familiale. Tout au début, quand nous l’avons contacté pour faire le film, il a justifié son acceptation en nous disant qu’il trouvait « important que les prochaines générations sachent ce que la vie de leurs parents a été, ce que la vie des émigrants a été ». Sans que nous lui demandions – notre volonté allait justement dans le sens inverse, car nous voulions montrer la singularité de chacun, en nous éloignant ainsi des approches de plus structurelles, où les sujets apparaissent seulement comme des représentants de catégories sociologiques - José a décidé de représenter le rôle de l’émigrant portugais. Ce choix a eu des implications importantes, car elle a tout de suite convoqué les mécanismes affectifs et symboliques de la « logique intentionnelle » (Remy 1980a). Quand on a fait une proposition de documentaire qui contenait le mot « émigrant », on a poussé la famille à l’intérieur d’une catégorie difficile, parce qu’elle est construite à l’intérieur de négociations culturelles conflictuelles dans lesquelles interviennent plusieurs acteurs. La réponse de José est révélatrice de sa volonté d’intervenir, de façon active, dans ce contexte de négociation : il a accepté que sa famille soit filmée parce qu’il pensait que cela reviendrait à faire, en utilisant le cinéma comme moyen, une fixation des images et des discours qui intègrent les valeurs qu’il veut attribuer à cette catégorie. Si sa vie et celle de sa famille sont adéquates pour incarner la mémoire de la communauté émigrante portugaise (selon ses propres mots : montrer aux « prochaines générations ce que la vie de leurs parents a été »), cela veut dire que, à son avis, elles sont conformes aux valeurs qui doivent représenter, publiquement, cette communauté. Sa conception réaliste du documentaire lui a fait concevoir le film comme étant une possibilité de fixer publiquement sa conception de la catégorie « émigrant portugais ». Plus les tournages avançaient, plus il était clair que son identification avec la figure de l’émigrant portugais se transformait en quelque chose de très important pour la constitution de l’image de soi. José s’est très fortement impliqué dans la performance des tournages (Turner 1982), et il a créé, avec ce travail, un discours identitaire qui donne sens à son parcours de vie aussi bien qu’à celui de sa famille. Cette implication peut expliquer son attitude, qui a toujours été, face aux caméras, d’une grande aisance mais, en même temps, très rigide, parce qu’il représentait le rôle d’un personnage aux contours culturellement définis, avec lequel il s’identifie.

  • 3 « La secondarité est ambiguë dans ses effets, autant du point de vue de la personne que du système (...)

8Cette rigidité, qui lui a presque permis de faire l’élision des contradictions et des conflits qui font toujours partie des processus identitaires, était d’autant plus évidente qu’elle contrastait avec l’attitude de sa femme, beaucoup plus flexible et, pour cause, plus hésitante. Les composantes de son image de l’émigrant, très marquées par une conception rustique de la culture portugaise, ne conviennent pas aux choix identitaires de Jacinta, plus marquées par les modèles qui organisent le style de vie de la classe moyenne française. C’est peut-être à cause de cela que, dans l’interaction avec son mari, elle a toujours montré une réserve par rapport à l’identification performative avec le personnage de l’émigrant qu’il voulait représenter. En même temps, et encore une fois par contraste avec son mari, elle s’est montrée curieuse face au style de vie des membres de l’équipe de tournage, qu’elle identifiait à la classe moyenne portugaise. Pendant le tournage du deuxième film, cette posture est devenue très évidente. Cet été-là, Jacinta n’est pas retournée au Portugal pour remplir l’agenda de l’émigrant qui, pour l’essentiel, comprend des visites à la famille élargie et une participation aux festivités locales, mais pour assumer le personnage du touriste. Un personnage qui cadre avec le style de vie qu’elle veut vivre et qui, pour cela, a été vécu avec conviction et plaisir. À la fin des tournages, elle nous a confié, heureuse, que ce voyage à Lisbonne avait été son voyage de noces (cela veut dire, le voyage de noces qu’elle aurait aimé avoir, mais qu’elle n’avait pas eu). Pendant les tournages de Viagem à Expo, Jacinta s’est montrée disponible pour connaître une patrie qui lui était étrangère mais qui, manifestement, est plus proche de ses modèles d’identification que la patrie convoquée par les mécanismes d’identification de son mari. Les rapports culturels développés en contexte de voyage touristique sont marqués par l’ambiguïté et l’ambivalence. Ceci étant, chaque membre de la famille a reconstruit, après le voyage, de façon différente et conforme à ses propres tactiques, ses références identitaires3. Ce fait a quelque peu brisé la logique intentionnelle de José, qui volait donner à voir une famille d’émigrants plus conforme à son propre modèle.

Paris - Trás-os-Montes – Lisboa : entre la mobilité et l’ancrage, chacun fait ses propres compositions

9José passe sa journée de travail dans son atelier de cordonnier. Il est connu dans le quartier pour ses qualités professionnelles et pour sa sympathie, ce qui lui vaut une très bonne clientèle. D’une certaine façon, il représente l’attitude positive d’une deuxième génération d’émigrants qui ont fait leurs études en France et qui ont connu une bonne réussite professionnelle. Son intégration et sa réussite sont une évidence reconnue aussi bien par les Français que par les Portugais du quartier. Il est ainsi placé dans une situation privilégiée, qui lui permet d’assumer le double rôle de l’émigrant/l’immigrant idéal. Les identités professionnelle et sociale de José, très clairement marquées par le fait qu’il a bien assimilé les valeurs de la société française, montrent que, à ce niveau, elle est sa communauté de référence et l’investissement qu’il fait dans la scolarisation de ses enfants montre un projet de formation qui suit les mêmes objectifs d’intégration économique et sociale dans la société française qu’il a dessinés pour lui-même.

10Mais, malgré tout cela, la communauté d’origine - constituée d’abord par les proches parents, ensuite par les voisins portugais et, finalement, par tous les émigrants portugais en France – est, pour lui, l’unique espace social où un émigrant peut développer ses rapports interpersonnels. À l’exception d’un ami algérien, propriétaire d’un magasin près de son atelier, nous ne lui avons pas connu de relations extérieures à cet espace social : les modèles d’identification aussi bien que les interlocuteurs et les émetteurs de jugements de valeurs y sont placés.

11Un fait divers qui s’est déroulé durant le voyage entre Paris et Lisbonne, fait à 170 kilomètres à l’heure, et presque sans arrêt, peut être ici pris comme exemple. À un certain moment, parce que nous étions très inquiets des conditions de sécurité du voyage, nous avons demandé : « Vous ne vous arrêtez pas, pourquoi ? Voyager comme ça c’est dangereux ». José a eu des difficultés à trouver une justification rationnelle, tant le danger était évident, et il s’est réfugié dans l’unique communauté qu’il accepte en tant qu’instance de validation de ses actes. Il nous a répondu : « Parce que la vie de l’émigrant, c’est comme ça. C’est une vie de sacrifice ». Et comme la réponse était peu convaincante, il a encore rajouté : « Même les Arabes, ils font comme ça. Ils vont jusqu’au Maroc sans dormir ». La communauté de référence peut donc, dans des cas extrêmes, inclure des émigrants d’Afrique du Nord. Le même exemple peut illustrer la diversité des postures des membres du couple : alors que José et sa mère tenaient à ne pas s’arrêter, Jacinta montrait qu’elle voyageait à contrecœur. Et comme elle savait que nous aussi, nous voyagions à contrecœur, elle a profité de notre soutien pour critiquer les choix de son mari et de sa belle-mère. Notre présence a probablement joué en sa faveur, car, l’été suivant, quand nous sommes allés rencontrer la famille à la frontière portugaise, ils nous ont dit que, cette année-là, ils s’étaient arrêtés plusieurs fois. Jacinta a encore rajouté qu’elle était très contente parce qu’à partir de ce moment-là, comme ce serait à nous de marquer le rythme du voyage, nous allions voyager plus lentement. Comme ça, elle serait tranquille et pourrait « tout voir, sans stress ». Le travail de terrain a donné forme à un nouveau contexte relationnel à l’intérieur duquel les rapports de pouvoir se sont modifiés. Une fois sur notre territoire, Jacinta mentionne notre façon de concevoir le voyage et essaie ainsi de changer les pratiques de son mari

12Mais revenons au quotidien parisien de la famille. Les temps libres se résument, à Paris, aux week-ends passés dans le pavillon de banlieue, en compagnie de la famille de José, seulement interrompus pour participer aux rituels religieux de la paroisse Saint-Joseph. À Paris, la vie publique de la famille se déroule autour de l’église. Tous les dimanches, José se présente, accompagné de sa femme et de ses deux enfants, à la messe de la communauté portugaise du quartier, affichant une attitude sérieuse de croyant. Les premières images de Esta é a minha casa, enregistrées pendant une messe au printemps 1997, illustrent, même si le contexte du tournage le justifie, cette attitude, sérieuse mais un peu nerveuse, affichée par le couple : en face du prêtre et de la communauté portugaise du quartier, José et Jacinta revêtaient aussi, ce dimanche-là, les rôles d’acteurs principaux d’un film sur des émigrants. Cela veut dire : le rôle de représenter la communauté qui était présente. La possibilité de le faire traduit la position de prestige qu’ils ont construite dans la communauté portugaise du quartier, clairement exprimée par le commentaire du professeur de portugais, une figure qui détient un prestige significatif dans ce milieu, et qui a fait l’éloge de notre choix : « des gens honnêtes et travailleurs. Un choix très bien fait ».

13La participation de José aux activités d’une association, liée à la paroisse, qui s’occupe de l’enseignement du portugais, montre son investissement dans le maintien et la reproduction de la communauté portugaise. L’investissement dans les activités de l’association est en rapport avec la question plus générale des cadres institutionnels qui supportent les politiques d’identification développées par la communauté portugaise en France. Les situations observées tout au long du travail de terrain peuvent être mieux interprétées si elles sont insérées dans la problématique plus globale de la reproduction de l’idée de nation. L’importance donnée par les « informateurs » à l’enseignement du portugais (les enfants de la famille suivent des cours dans la paroisse) devient plus claire si on pense au rôle que Benedict Anderson a donné au partage linguistique dans le processus de construction des « communautés imaginées » (ANDERSON 1991). Dans le cas de José, son unique participation institutionnelle à la communauté dépend du projet de donner une continuité à l’enseignement de la langue portugaise. L’association de ce projet à la paroisse qui accueille les Portugais du quartier est un indice de l’importance de la religiosité, et de l’Église catholique, dans le processus de construction des mécanismes d’identification symbolique de la communauté : La perpétuation de l’héritage qui soutient la « communauté imaginée » passe ici par le partage, dans la langue maternelle, d’un discours religieux.

14Avant de filmer la messe de la communauté portugaise, nous nous sommes adressés au prêtre responsable qui nous a reçus et nous a donné tout son appui. C’est lui qui, plus tard, nous a conduits près d’un groupe de Portugais qui répétaient les cantiques qu’ils allaient chanter pendant la messe que nous allions filmer, et c’est aussi lui qui nous a présenté, le jour du tournage, en expliquant que nous étions là pour faire un film sur les émigrants portugais. Il s’agit d’un prêtre français, conscient des difficultés qui découlent du fait de travailler dans une paroisse qui reçoit des communautés d’immigrants de différentes nationalités. Le départ, à l’époque encore très récent, du prêtre portugais n’arrangeait pas les choses, car la communauté portugaise tenait à maintenir une messe dans sa langue maternelle. Confronté à cela, le prêtre a appris plusieurs parties des textes religieux en portugais et a pris la décision d’utiliser les deux langues. Il a très bien expliqué, une première fois dans une discussion avec l’équipe de réalisation et, après, avec les Portugais qui répétaient les cantiques, les raisons de son attitude : la communauté portugaise ne peut pas rester fermée sur elle-même et la messe doit être accessible aux autres membres de la paroisse. Mais ce choix, logique dans une perspective universaliste de la religion catholique, n’a pas été bien reçu par les Portugais : ceux-ci voulaient communiquer dans leur langue maternelle. Ce choix se justifie, en partie, par le caractère monolithique du modèle de société qu’ils ont connu au Portugal, très différent du modèle de la société française.

15Les tournages ont été perçus comme un moment privilégié pour produire une image publique de la communauté et, pour cela, ils nous ont montré quelques-uns des investissements collectifs de ses membres. Premièrement, la préparation des cantiques pour la messe que nous avons filmée a été précédée par une négociation très dure, où le groupe d’émigrants s’est battu pour chanter le plus possible en portugais. Après cette bataille, et une fois la chorégraphie du rituel définie, ils ont commencé à angoisser, à cause de l’image de la communauté qui allait sortir de ses tournages. On était en pleines vacances, les cours de catéchisme étaient déjà terminés et il n’y avait pas beaucoup de Portugais disponibles pour participer à la messe. Le prêtre a essayé de les tranquilliser, en leur disant que nous voulions filmer les choses telles qu’elles étaient, mais ils ont répondu qu’alors il fallait venir en octobre, parce que c’était à ce moment-là que nous pourrions voir une église remplie de Portugais. Face à l’impossibilité de maintenir dans leur paroisse l’exclusivité de la langue portugaise, le même groupe d’émigrants a fait référence, avec orgueil, à l’église Notre-Dame-de-Fatima, celle-ci étant grande, avec une messe en portugais et gérée par des Portugais. Le jour des tournages, après la messe dans la paroisse de Saint-Joseph, qui commence à neuf heures du matin, la famille, accompagnée par un couple d’amis, nous a amenés à cette église, où nous avons assisté à un rituel qui se déroule dans une remarquable organisation et où, selon José, tous les émigrants de Paris vont quelques dimanches par an. La dimension de l’église, la quantité de gens présente et l’orgueil que les émigrants affichaient quand ils nous disaient que l’église était propriété de la communauté portugaise, montrent l’importance que la religiosité paraît aussi avoir pour l’affirmation publique de l’existence de la communauté portugaise à Paris. Ce jour-là, nous sommes allés manger dans la maison de campagne de la famille et, malgré le fait que la famille avait déjà assisté à une messe de dimanche, la radio est restée, jusqu’à la fin, syntonisée sur la fréquence de la messe transmise à partir de l’église Notre-Dame-de-Fatima.

16José nous a reçus à Paris pour nous montrer comment il conçoit la culture des émigrants portugais. Il nous a fait voir la construction, qui prend forme à différents niveaux, du rapport de la communauté d’émigrants avec sa nation d’origine. D’une certaine façon, il a voulu nous montrer des choses qu’il conçoit comme étant des choses qu’il partage avec nous. Jamais, il ne nous a montré l’autre Paris, la ville française où il habite et où il nous a reçus. Il nous a en revanche montré le Paris des émigrants portugais, faisant ainsi une espèce d’élision de la culture globale du lieu d’accueil. La culture de la communauté des émigrants portugais a été élue par lui comme la chose devant être filmée (je parle bien de « chose », soit d’un processus d’objectification de la culture).

17De son côté, Jacinta s’est montrée toujours distante face au choix de son mari. Pour elle, être émigrant portugais en France implique une identification et une participation à la culture de la ville. Par exemple, dans son univers privé, elle nous a reçus en nous faisant le plaisir de cuisiner pour nous de la bonne nourriture française. Son identité de migrant passe donc par un processus d’identification avec des éléments de la culture qu’elle représente comme française. Elle passe aussi par un projet d’identification avec ce qu’elle représente comme la culture portugaise urbaine. Cela se manifeste dans ses préoccupations par l’éducation de ses enfants. Elle nous a demandé, en tant que Portugais urbains et, d’une certaine façon, en tant que Portugais perçus comme des personnes plus cultivées que celles qu’elle connaissait, notre avis à propos des choix scolaires des enfants, notamment par rapport à la question linguistique. Clairement consciente de son portugais rural, qu’elle-même classifie de mauvais portugais, elle se demande si la transmission de celui-ci ne se transforme pas aujourd’hui en un handicap pour ses enfants. Cela montre bien que son identification avec la culture portugaise est projective. Je veux dire ici qu’elle se projette, à travers ses enfants, dans une culture portugaise urbaine, qu’elle veut connaître et qu’elle se représente comme une chose plus proche de la culture française.

18Après tout ce que je viens de dire, durant les deuxièmes tournages la posture de Jacinta s’est distanciée clairement de celle de son mari. Elle a assumé la position de quelqu’un qui était reçu dans une ville qu’elle voulait connaître, en tant que touriste, mais pour pouvoir s’y identifier. Suivant la proposition de Remy (1998 : 355), on peut dire que pour elle « l’espace-temps marqué par la secondarité renvoie à un espace-temps de primarité ». À chaque moment, elle se montrait heureuse de connaître un Portugal distant du village de ses parents et du circuit spatial des émigrants. Un Portugal urbain, proche de Paris, possible comme lieu de réalisation du désir. Possible aussi comme lieu futur pour ses enfants. Pour résumer, je dirais que, pour Jacinta, notre hospitalité s’est traduite dans la possibilité de se re-connaître dans une autre culture. Avec la particularité que cette autre culture peut se transformer, pour elle, en une culture d’identification nationale. José a aussi développé un processus d’identification, mais très différent. Il a perçu Lisbonne comme l’espace qui symbolise une réussite nationale - et en ce sens, il s’identifie plus avec l’Exposition qu’avec la ville - mais il l’a aussi perçue comme une ville distante de son Portugal rural, du Portugal où il veut passer ses vacances. Il n’a pas vécu son expérience touristique comme un moment qui facilite la connaissance/identification avec l’autre. Au contraire de sa femme, il s’est toujours montré distant de la vie quotidienne de Lisbonne qui ne s’est pas transformée en un espace de projection pour sa propre quotidienneté. Son identification vise seulement le discours euphorique de la gloire nationale, vite assimilé par la constellation de symboles nationaux qu’intègrent, selon lui, l’identité de l’émigrant portugais. Une année après, quand sa femme nous a dit qu’elle désirait passer une semaine dans un hôtel à Lisbonne, il a tout de suite répondu : « Non, jamais seuls. Sans eux, on n’aurait rien vu ».

Haut de page

Bibliographie

Anderson Benedict (1991), Imagined communities, London-New York, Verso.

Appadurai Arjun (1988a), « Introduction: Place and voice in anthropological theory », Cultural Anthropology, 3, pp. 16-20.

Appadurai Arjun (1988b), « Putting Hierarchy in Its Place », Cultural Anthropology, 3, pp. 36-49.

Appadurai Arjun (1997), Modernity at large, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Augé Marc (1992), Non-Lieux, Paris, Seuil.

Clifford James (1997), Routes, travel and translation in the late twentieth century, Cambridge-Massachusetts-London-Harvard, Harvard University Press.

Crawford Peter Ian (1995), « Film as discourse: the invention of anthropological realities », in Film as ethnography, Manchester, Manchester University Press.

Gupta Akhil, Ferguson James (1992), « Beyond “Culture”: Space, Identity, and the Politics of Difference », Cultural Anthropology 7, pp. 6-23.

Gupta Akhil, Ferguson James (1997a), « Discipline and practice: “The field” as site, method, and location in anthropology », in GUPTA Akhil, FERGUSON James (eds.), Anthropological Locations – boundaries and grounds of a field science, Berkeley, Los Angeles, London, University of California Press, pp. 1-46.

Gupta Akhil, Ferguson James (1997b), « Culture, power, place: Ethnography at the end of an era », in GUPTA Akhil, FERGUSON James (eds.), Culture, Power and Place. Explorations in Critical Anthropology, Duke, Duke University Press, 1-29.

Hall Stuart (1992), « The question of cultural identity », in HALL Stuart, HELD David & MCGREW Tony (orgs.), Modernity and its futures, Cambridge, Polity Press, pp. 273-316.

MacDougall David (1995), The subjective voice in ethnographic film - recent ethnographic writing and the cinematic metaphor of montage, in DEVEREAUX Leslie, HILLMAN Roger (orgs.), Fields of vision, Berkeley, University of California Press.

Marcus George (1995a), « The modernist sensibility in recent ethnographic writing and the cinematic metaphor of montage », in DEVEREAUX Leslie, HILLMAN Roger (orgs.), Fields of vision, Berkeley, University of California Press, PP. 35-55.

Marcus George (1995b), « Ethnography in/of the world system: the emergence of multi-sited ethnography », The Annual review of anthropology, 24, pp. 95-117.

Marcus George (1997), « Some strategies for the design of contemporary fieldwork projects: advice to new students », Ethnologia, 6-8, pp. 55-64.

Remy Jean (1984), « Centration, centralité et haut lieu : dialectique entre une pensée représentative et une pensée opératoire », Territorialités, 3-4, Ed. de l’Université de Bruxelles, Bruxelles.

Remy Jean (1996), « Dédoublement des espaces sociaux et problématiques de l’habitat », in BONNIN P., VILLANOVA R. (orgs.), D’une maison l’autre - parcours et mobilités résidentielles, Éditions Créaphis, Crane, pp. 315-345.

Remy Jean (1998), Sociologie urbaine et rural – l’espace et l’agir, L’Harmattan, Paris.

Remy Jean (2004), « Culture de la mobilité et nouvelles formes de territorialité », in VODOZ Luc, GIAUQUE Barbara & JEMELIN Christophe (orgs.), Les territoires de la mobilité l’aire du temps, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, pp. 13-42.

Rodman Margaret (1992), « Empowering Place: Multilocality and Multivocality », American Anthropologist, 94(3), pp. 640-56.

Silvano Filomena (1995), « Gérer la distance : Les sauts d’échelle dans les relations sociales », Espaces et Sociétés, 79, pp. 93-105.

Silvano Filomena (1997), « Vidas em trânsito », Ethnologia, 6-8, pp. 163-174.

Silvano Filomena (2012), De casa em casa : sobre um encontro entre etnografia e cinéma, Caldas da Raínha, Palavrão, (avec deux documentaires de João Pedro Rodrigues).

TURNER Victor (1982), From Ritual to Theatre, The Human Seriousness of Play, New York, PAJ Publications.

Voye Liliane, Servais Emile (1980a), Produire ou reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienneTome 1, Vie Ouvrière, Bruxelles.

Voye Liliane, Servais Emile (1980b), Produire ou reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne – Tome 2, Vie Ouvrière, Bruxelles.

Haut de page

Notes

1 L’ensemble de mes réflexions à propos de cette expérience ethnographique est réuni dans une publication (Silvano, F. 2012) qui inclut les copies des films « Esta é a minha casa » et « Viagem à Expo » de João Pedro Rodrigues.

2 Pour Jean Remy, les bulles touristiques sont des lieux transitionnels : « car le passage d’un espace connu à un espace non connu est chargé d’ambiguïté. Les modalités vont dépendre du projet et de la compétence de chacun. La compétence peut se constituer progressivement à travers un ailleurs qui propose des lieux transitionnels. (…) La bulle touristique suppose à la fois une coupure vis-à-vis du monde externe et une composition interne à partir d’une matrice spatiale et temporelle. Elle constitue une médiation permettant le transit vers quelque chose de différent dans lequel il y a des repères stables et une expression variable. » (Remy 1998 : 361).

« Cet espace est un lieu d’illusion utile, où s’exprime à la fois une nostalgie et une ouverture. Il permet à la fois de conjurer la discontinuité et de prendre distance. Cette tension entre l’intérieur et l’extérieur est un conflit unique qui réapparaît constamment selon des déguisements différents. Cet espace, lieu d’une expérience originaire, a des substituts multiples. Un tel espace de jeu va constituer, pour Winnicott, une matrice de base dans laquelle vont s’exprimer les expériences ultérieures. Elle est donc le prototype de tout objet culturel. » (Remy 1998 : 362).

3 « La secondarité est ambiguë dans ses effets, autant du point de vue de la personne que du système social, car elle peut engendrer une désimplication comme un renouveau d’engendrement. Cette ambiguïté est une des caractéristiques des liens paradoxaux existants entre le psychique et le social. À l’ambiguïté s’ajoute l’ambivalence. La quête est structurée par une tension affective entre la peur et l’attrait vis-à-vis de lieux chargés de sens mais marqués par les incertitudes de l’inconnu et les risques potentiels. » (Remy 1998 : 359).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Filomena Silvano, « José et Jacinta ne vivent pas toujours dans les mêmes lieux : négociations identitaires dans un contexte de tension entre mobilité et ancrage », Cahiers de l’Urmis [En ligne], 17 | juillet 2017, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/urmis/1470

Haut de page

Auteur

Filomena Silvano

Professeur d’anthropologie
UNL-FCSH/CRIA (Universidade Nova de Lisboa - Faculdade de Ciências Sociais e Humanas / Centro em Rede de Investigação em Antropologia)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers de l’Urmis sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals