Navigation – Plan du site
La discrimination, de l'école au lieu de travail

Insertion professionnelle et discriminations : l’accès à l’emploi des étudiants issus de l’immigration en région Provence - Alpes - Côte d’Azur

Alain Frickey et Jean-Luc Primon

Texte intégral

Introduction

1En France, les recherches sur le devenir professionnel des enfants d’immigrés et l’étude des inégalités liées à l’origine nationale à l’entrée dans la vie active sont demeurées à l’écart et à la marge des sciences sociales (sociologie, économie, etc.) durant plusieurs années. Ces disparités, lorsqu’elles étaient reconnues, étaient regardées exclusivement comme des inégalités sociales puisque les problématiques occultaient généralement les effets sociaux du racisme, ce phénomène étant de préférence perçu comme idéologique plutôt que comme un rapport social structurant les pratiques sociales. De plus, la conception française de l’universalisme républicain ne permettait pas aux statistiques officielles d’identifier des groupes selon l‘origine nationale ou géographique en remontant aux parents, autrement dit de prendre en compte ce qu'il est aujourd'hui convenu d'appeler « les variables d'origine ». Les sources statistiques qui permettant d’objectiver l'existence d’inégalités racistes dans la société française (De Rudder, Poiret, Vourc’h, 2000) faisaient en partie défaut.

2Vers la fin des années 1980, les recherches sur la destinée sociale et professionnelle des enfants d’immigrés ont connu un premier développement conséquent en lien avec la problématique de l’intégration. Dans ce contexte, plusieurs études ont été consacrées à l’analyse de la transition professionnelle ou de la mobilité sociale des jeunes issus de l’immigration. Mais ces travaux privilégiaient le plus souvent ceux qui quittaient le système éducatif sans qualification ou avec un niveau de qualification inférieur au baccalauréat. Ce choix se justifiait pleinement dans la mesure où la plupart des sortants du système éducatif nés de parents immigrés étaient cantonnés dans ces bas niveaux de formation.

3Avec la « démocratisation scolaire » des années 85-95, l’appareil éducatif se transforme et les enfants d’immigrés sont de plus en plus nombreux à entrer dans l’enseignement supérieur. Certes, les étudiants aux parents immigrés sont encore largement sous-représentés à l’intérieur de la population étudiante, mais au niveau national, à la fin de la formation initiale au moins un tiers d’entre eux1 ont fréquenté un établissement d’enseignement supérieur.

4Il devient donc intéressant de savoir si le passage par les formations supérieures contribue à la promotion de cette jeunesse ou s’il n’est qu’une illusion.  Après des études supérieures, une égalité des chances professionnelles est-elle donnée à tous ? Plus encore, la formation ou le diplôme sont-ils également déterminants selon l’origine géo-nationale ? Alors qu’il est aujourd’hui reconnu publiquement qu’il existe de nombreuses discriminations d'origine raciste à l’embauche et sur le marché du travail, la valeur symbolique des titres universitaires suffit-elle à contrecarrer les effets des rapports sociaux racistes ?

Trois questions factuelles sous tendent cette analyse

  • 1. A l’issue des études supérieures, observe-t-on des inégalités socio-économiques entre les jeunes issus de l’immigration et ceux qui sont, par leurs parents, français d’origine ?

  • 2. Observe-t-on des différences d’insertion entre les différents courants migratoires ?

  • 3. Si des inégalités sont observées, dans quelle mesure peuvent-elles être imputées à une discrimination à caractère « raciste » ou « ethniste » fondée sur l’origine ?

5On le verra, nos résultats confirment que, pour un niveau de formation donné, l’insertion professionnelle est inégale selon l’origine des jeunes et que ce sont les descendants de l’immigration maghrébine qui sont les plus défavorisés et pénalisés.

6Notre analyse empirique s’appuie sur une enquête statistique réalisée en 2001 auprès de 2500 jeunes de la région Provence Alpes Côte d’Azur (Paca) sortis du système éducatif en 1998 avec un diplôme supérieur au baccalauréat. Il s’agit en fait d’une extension régionale de l’enquête dite « Génération 98 » du Cereq, source qui permet de repérer les origines des jeunes par le lieu de naissance du père et de la mère ainsi que par la nationalité de chacun des deux parents.

7Nous débuterons cet article par l’exposé des principales caractéristiques sociodémographiques et scolaro-universitaires des trois catégories de jeunes retenues pour l’étude. La deuxième partie sera dédiée à l’analyse de la période qui s’intercale entre la fin de la formation initiale et le premier emploi, à la description du premier emploi occupé et de celui à la date de l’enquête. Enfin, nous terminerons par un compte rendu des résultats de plusieurs analyses de régression multiple qui font apparaître, à l’intérieur de la population féminine, un effet des différences d’origine sur l’insertion professionnelle en défaveur des jeunes femmes originaires du Maghreb.

L’enquête Génération 98 et l’origine étrangère

La connaissance du destin professionnel des jeunes issus de l'immigration et notamment des enfants des migrants d'Afrique du nord est fondée dans ce texte sur des données de l'enquête Génération 98 du Cereq. Réalisée en 2001 auprès d'un échantillon de 54 000 jeunes sortis de système éducatif en 1998, soit trois ans après la fin des études initiales, l'enquête Génération 98 est une enquête longitudinale, transversale à tous les niveaux de formation et panélisée. Désormais "centrales" et "pivots" de l'Observatoire des entrées dans la vie active, les enquêtes "Génération" ont vocation à produire des données standard d’insertion et à contribuer à la compréhension des processus d'insertion des jeunes.

Grâce à la présence dans le formulaire d'enquête de questions permettant de définir l'ascendance nationale des personnes, ce dispositif permet la saisie de l'insertion professionnelle des jeunes d'origine étrangère. Pour repérer la provenance des jeunes, nous nous sommes basés sur le pays de naissance des parents. Dans l’exploitation, nous avons considéré comme étant d'une “ origine étrangère ”, les jeunes dont au moins l'un des deux parents était né dans un pays étranger sans être “ français de naissance ”. La filiation parentale reste donc indifférenciée et les “Français d’origine ” se composent des jeunes dont les deux parents sont nés en France ou déclarés “ français de naissance ” lorsqu’ils sont nés à l’étranger.

Rappelons que la statistique des origines et des lieux de naissance dans l’enquête Génération 98 dépend non seulement des renseignements fournis par l’enquête mais aussi des modalités de construction de l’échantillon. En effet, dans la base de sondage, les étudiants de nationalité étrangère des universités ont été exclus du champ de l’enquête alors que tel n’est pas le cas des élèves des lycées, quel que soit leur degré scolaire (CAP, baccalauréat, BTS, etc.).

Le classement du lieu de naissance à l’étranger des parents s’est fait à partir de grandes aires géographiques : Afrique sub-saharienne, Asie, Europe de l’Est, Europe de l’Ouest et Amérique du Nord, Europe du Sud, Maghreb, Turquie et Proche-Orient. En raison des effectifs, hormis la France, seuls deux groupes de pays font l’objet d’une comparaison dans les traitements : Europe du Sud et Maghreb. Lorsque les parents sont nés dans des pays étrangers distincts, nous avons donné la priorité au lieu de naissance qui se trouvait dans les pays du Maghreb ou d’Europe du Sud.

L’intérêt d’une étude en Paca

En Paca, 50 000 élèves et étudiants ont quitté la formation initiale en 1998.

Parmi eux, les jeunes originaires des pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) par leurs parents représentent 15 % du flux : c’est deux fois plus qu’à l’échelle nationale.

La part des enfants de migrants des pays d’Europe du Sud (Portugal, Espagne, Italie) est identique à celle du niveau national (5 % à 6 %), mais ici les enfants d’origine italienne sont surreprésentés.

I. Les caractéristiques scolaires et sociales des sortants des formations supérieures selon l'origine nationale

1. Niveau de formation en fin d’études et passé scolaire

8En région Paca, on évalue à 50 000 le nombre de jeunes en fin d’études en 1998. Parmi les sortants, la population masculine s’élèverait à 25 300 personnes et la population féminine à 24 700, soit 51 % d’hommes et 49 % de femmes comme pour la France entière.

9Au regard du niveau de formation, la structure du flux de sortie du système éducatif n’est que très légèrement déformée par rapport à l’échelle nationale. En fait, on peut noter une tendance à quitter la formation initiale à des niveaux d’éducation sensiblement plus bas en région Paca, où un peu moins d’un jeune sur deux (47 %) quitte la formation initiale sans avoir entrepris d’études dans l’enseignement supérieur. En proportion, les parents nés à l’étranger sont en plus grand nombre en Paca et la part des ascendances localisées dans les pays du Maghreb est deux fois plus élevée (15 %) que celle observée sur la France entière (7 %). Cette région du sud de la France est traditionnellement une terre d’immigration.

10Comme à l’échelon national, mais avec peut-être plus d’intensité, le poids des jeunes issus de l’immigration maghrébine varie selon le niveau de formation : très représentés dans les niveaux d’éducation les plus bas, ils sont rares dans les niveaux les plus élevés. Au sortir de l’enseignement supérieur long, par exemple, ils sont moins nombreux que les jeunes originaires d’Europe du Sud ; ils ne représentent que 4,3 % de l’effectif, autrement dit, entre trois fois et quatre fois moins que leur poids dans la cohorte (15 %). A l’opposé, ils occupent une place importante parmi les non diplômés de l’appareil éducatif. Au niveau V bis, ils sont presque aussi nombreux que les jeunes dont les parents sont nés en France. En effet, à ce degré de sortie nous comptabilisons 44 % de jeunes originaires des pays du Maghreb contre 47 % de Français d’origine. Le lien entre origine nationale et niveau de formation est ici très fort.

11Au total, en 1998, 23 300 étudiants sont sortis de l’enseignement supérieur en Région Paca. Les jeunes français d’origine sont au nombre de 19 000 et ceux d’origine maghrébine 2000.  Ces deux groupes s’opposent au regard du niveau d’éducation puisqu’au moins un descendant de l’immigration maghrébine sur deux (1/2) quitte les formations supérieures au cours du premier cycle et sans en être diplômé (niveau IV sup.), contre un sur quatre (1/4) parmi les jeunes aux parents nés en France. Les études supérieures des premiers sont moins longues et bien moins souvent couronnées par le succès que celles des seconds.

12Par ailleurs, il importe de noter que les jeunes femmes sont majoritaires dans l’enseignement supérieur et cela quelle que soit l’origine considérée. De tous les sortants, la jeunesse originaire d’Afrique du Nord est la plus féminisée, quel que soit le niveau de formation supérieure : la majorité des étudiants issus de l’immigration nord africaine sont des étudiantes. Cette caractéristique jouera un rôle capital sur le devenir professionnel, du fait de la persistance des discriminations à caractère sexiste sur le marché du travail.

Tableau 1 : répartition par niveau de sortie de l’enseignement supérieur (en %)

 

Niveau I et II

Niveau III

Niveau IV Sup

total

nombre

 

%

%

%

%

N

Europe Sud

Structure

44

27

29

100

1415

Taux féminisation

63

 61

 52

France

Structure

39

35

26

100

19059

Taux féminisation

54

56

57

 

Maghreb

Structure

19

28

53

100

1981

Taux féminisation

58

61

61

 

Source : Exploitation originale enquête Génération 98 Cereq

13La connaissance de la série du baccalauréat nous indique une orientation plus fréquente des enfants issus de l’immigration maghrébine vers les filières technologiques, en particulier tertiaires (STT), de l’enseignement secondaire. En région Paca, l’excédent de bacheliers de l’enseignement technologique ou professionnel parmi les jeunes d'origine maghrébine qui ont fait des études supérieures (56 %) est même supérieur à celui observé au niveau national.

14Comparée à la carrière scolaire des autres jeunes, celle des enfants de l’immigration maghrébine est marquée par le retard : près d’un tiers d’entre eux ont deux ans et plus de retard lorsqu'ils passent leur baccalauréat (30 % pour les jeunes femmes et 34 % pour les hommes) contre 17 % pour les jeunes dont les parents sont nés en France (14 % pour les jeunes femmes et 21 % pour les hommes) et 19 % pour les jeunes d’origine sud européenne (16 % pour les jeunes femmes et 24 % pour les hommes). En Paca, l’écart d’âge entre les deux sous-populations issues de l’immigration (Afrique du Nord vs Europe du Sud) est plus net encore qu’à l’échelle nationale avec des jeunes aux parents nés en Europe du Sud très proches des Français d’origine. Ces antécédents scolaires fournissent des clés pour comprendre les faibles performances des étudiants d’origine nord-africaine dans les études supérieures. En outre, c'est fréquemment dans les formations générales des facultés qu’ils se sont inscrits et secondairement dans les formations tertiaires des sections de technicien supérieur.

Tableau 2 : passé scolaire selon l’origine nationale et le sexe

Père ou mère né(e) en

 

Titulaires d’un bac S

Titulaires d’un bac général

Titulaires d’un bac techno

En retard au bac : 20 ans et plus

nombre

 

Sexe

%

%

%

%

N

France

femme

25.0

72.1

21.6

13.6

10602

 

Homme

40.8

61.3

32.4

20.7

8457

Maghreb

femme

11.7

42.8

40.2

30.4

1193

 

Homme

25.3

40.4

40.4

33.6

788

Europe du Sud

femme

13.6

73.1

23.3

15.5

836

 

Homme

32.3

60.6

34.0

24.4

579

Source : Exploitation originale enquête Génération 98 Cereq

15Lecture : parmi les jeunes femmes d’origine française ayant fréquenté un établissement d’enseignement supérieur, 25 % d’entre elles ont un bac scientifique. D’autre part, 72.1 % sont titulaires d’un bac général, 21.6 % d’un bac technologique. Enfin, 13.6 % d’entre elles étaient âgées de 20 ans et plus au baccalauréat.

2. La situation sociale des parents

16L’école, on le sait, sélectionne les élèves et les étudiants et ses classements redoublent en grande partie les inégalités sociales de départ, avec pour conséquence un nivellement de la diversité sociale des publics pour un degré d’éducation donné. Pour autant, l’homogénéité n’est jamais totale, et hors de l’école et sur les marchés sociaux, le passé social ne s’efface pas définitivement devant les qualités et titres scolaires, et il conditionne l’entrée dans la vie adulte.

17Or, par leurs caractéristiques sociales, les jeunes originaires du Maghreb et ceux dont les parents sont nés en France, ne se ressemblent pas. Les premiers sont issus de milieux nettement plus populaires ou ouvriers que les seconds : comparé aux jeunes "français d'origine" avoir un père ouvrier est pratiquement cinq fois plus fréquent parmi les jeunes originaires du Maghreb (43 % de pères ouvriers pour les jeunes d’origine nord africaine contre 9 % pour les jeunes d’origine française). De ce point de vue, les jeunes originaires des pays d’Europe du Sud sont semblables à ceux des pays du Maghreb : leurs pères ont émigré et ont occupé principalement des positions ouvrières dans l’espace social français.

18Mais au-delà de la position sociale, ce qui différencie notablement ces trois catégories de jeunes, c’est la situation vis-à-vis de l’emploi des parents. Pour les jeunes d’origine française, les trois quarts d’entre eux sont issus de familles où le père travaille. On ne dénombre que 2 % de chômeurs au moment où l’enfant met un terme à ses études et 22 % d’inactifs avec une majorité de retraités, de pères sans activité déclarée ou, plus rarement, décédés. Les pères des jeunes originaires d’Europe de Sud sont un peu plus fréquemment au chômage que ceux des français d’origine et retirés du marché du travail dans des proportions équivalentes. En revanche, les pères nés au Maghreb apparaissent nettement plus désavantagés face à l’emploi. Pour ces derniers, les mises hors travail temporaires sous la forme du chômage ou sous une forme définitive comme la retraite ou l’invalidité sont fréquentes. Au total, 44 % des pères nord-africains étaient devenus des « travailleurs sans travail » (Castel, 1995) à la fin des études supérieures de leur fils ou fille. Les retraités (21 %) sont presque deux fois plus représentés que parmi les pères natifs de France ; les chômeurs (7 %) le sont trois fois plus. L’écart avec les autres catégories de population est considérable : à peine plus d’un père né au Maghreb sur deux travaille à l’heure où un des enfants quitte le système éducatif.

19Ces inégalités massives qui séparent les pères appartenant à l’immigration d’Afrique du Nord des autres ne sont pas atténuées, loin s’en faut, par la prise en compte du statut d’activité des mères. Entre les mères qui appartiennent (selon notre classification) à la sous population d’Europe du Sud et celles affiliées au groupe des parents nés en France des différences existent : les premières se trouvent moins souvent en emploi et plus souvent inactives que les secondes. L’écart entre la part des actives des deux groupes n’est pas insignifiant, toutefois dans les deux cas nous pouvons estimer qu’environ deux mères sur trois (2/3) sont en emploi ou à la recherche d’un emploi. Telle n’est pas la situation des mères des pays du Maghreb.  Dans ces familles, moins d’une mère sur trois travaille hors du foyer ou cherche à le faire. L’inactivité professionnelle des mères est ainsi près de deux fois plus élevée que la moyenne et constitue ici le modèle dominant (62 %). On mesure par ce biais l’extrême disparité des cadres familiaux et des rôles de sexe avec leur impact probable sur la socialisation primaire et la scolarisation des enfants. L’absence de travail professionnel des mères des jeunes originaires du Maghreb n’est pas uniquement le signe du rôle domestique qui leur est principalement dévolu. Cette information indique aussi l’absence d’une source de revenu qui peut se cumuler à la privation de travail du père. A partir du croisement du statut d’activité des deux parents, nous pouvons estimer à 32 % la part des familles des jeunes originaires du Maghreb dans lesquelles aucun des deux parents ne travaille professionnellement à l’âge de l’entrée dans la vie active d’un des enfants. Ce cas de figure ne s’observe que dans 12 % des foyers d’Europe du Sud et dans 10 % des ménages aux parents nés en France.

Tableau 3 : situation des parents vis-à-vis de l’emploi

 

 

 

Niveaux I et II (bac+3 et plus) %

Niveau III (Bac+2) %

Niveau IV= (pas de diplôme sup.) %

Total Sup. %

France (%)

Mère

Inactive

31

33

35

33

 

 

En emploi

75

79

76

76

 

 

Chômage

2

2

3

2

 

Père

Hors travail

23

19

21

22

 

 

 

100

100

100

100

 

 

Ouvrier

6

11

9

9

Maghreb (%)

Mère

Inactive

59

63

62

62

 

 

En emploi

56

61

53

56

 

 

Chômage

3

7

9

7

 

Père

Hors travail

41

32

38

37

 

 

 

100

100

100

100

 

 

Ouvrier

37

36

48

43

Europe du Sud (%)

Mère

Inactive

31

40

43

39

 

 

En emploi

64

63

78

67

 

 

Chômage

5

6

3

4

 

Père

Hors travail

31

31

19

29

 

 

 

100

100

100

100

 

 

Ouvrier

20

38

41

31

Source : Exploitation originale enquête Génération 98 Cereq

20Lecture : pour les sortants de niveau I et II dont les parents sont d’origine française, 31 % ont une mère inactive. Pour ces mêmes jeunes 75 % d’entre eux ont un père en emploi, 2 % au chômage et 23 % hors emploi (retraité, inactif, invalide ou décédé). Enfin, 6 % d’entre eux ont un père ouvrier.

II. L'insertion des étudiants issus de l'immigration

21Les jeunes comparés ici ont pour caractéristique d'avoir fréquenté un établissement d'enseignement supérieur en Paca, mais au-delà de ce trait commun, selon l'origine nationale de leurs parents, ils restent comme on l’a vu profondément marquées par des trajectoires scolaires différenciées ainsi que par une origine sociale beaucoup plus populaire dans le cas des jeunes issus de l'immigration. En analysant, dans la suite de ce texte, la transition entre la formation initiale et le monde du travail, nous allons voir que les conditions d'insertion professionnelle des jeunes issus de l'immigration sud européenne ne se distinguent qu'assez peu de celles que rencontrent les jeunes dont les parents sont français d'origine. A l'inverse, l'insertion des jeunes originaires du Maghreb est plus défavorable : chômage plus élevé, précarité dans l'emploi plus forte sont autant de facteurs qui distinguent ces jeunes de leurs condisciples français ou sud européens d'origine. Cette disparité met au jour le fait que la notion générale de « jeunes issus de l’immigration » renvoie à un univers hétérogène et divisé, et conforte l’hypothèse d’une inégalité de traitement selon l’origine des jeunes qui se présentent sur le marché du travail.

1. Des conditions d'insertion plus problématiques pour les jeunes d'origine maghrébine

22Hormis le cas des étudiants immédiatement en emploi, proportionnellement aussi nombreux dans les trois catégories de jeunes (44 %), les inégalités d'insertion désavantagent les enfants de l’immigration maghrébine, même après des études dans l'enseignement supérieur. L'ensemble des indicateurs retraçant les parcours des jeunes témoigne de cet ordre des choses :

23- Accès lent et durée d'emploi brève : une surreprésentation des jeunes d'origine maghrébine. L'indicateur élaboré par le Cereq, associant le temps nécessaire à l'obtention du premier emploi à sa durée effective, combine ainsi 4 éventualités : la plus favorable, celle qui combine un accès rapide à l'emploi (moins de 3 mois) et une durée longue (supérieure à un an) dans cet emploi est précisément celle où les jeunes issus de l'immigration sont les moins représentés.

24Trajectoire modale pour les jeunes "français d'origine", elle l'est également pour les jeunes d'origine maghrébine, sauf que ces derniers sont tout aussi nombreux à intégrer rapidement le marché du travail et à en sortir rapidement. Quant aux jeunes en provenance d'Europe du Sud, le type d'insertion le plus fréquent est celui d'une insertion rapide mais éphémère.

25La plupart du temps, l’arrêt de cette première séquence d'emploi n'est pas une initiative ou un choix des jeunes mais correspond au terme d'un contrat à durée déterminé, contrat qui n'a pas été renouvelé. A ce sujet, il est à remarquer que les jeunes originaires du Maghreb démissionnent plus rarement que leurs homologues français d'origine (Maghreb 31 % de démissions, Europe du sud 38 %, France 43 %). En règle générale, les licenciements sont rares en ce début de vie active, mais ils affectent deux fois plus les jeunes en provenance du Maghreb que les jeunes français d'origine ou que les jeunes des pays d'Europe du Sud.

Graphe 1 : taux de chômage en mars 1999, mars 2000 et mars 2001

Graphe 1 : taux de chômage en mars 1999, mars 2000 et mars 2001

Source : Exploitation originale enquête Génération 98 Cereq

26- Des taux de chômage plus élevés pour les jeunes issus de l'immigration maghrébine. Les taux de chômage calculés aux mois de mars 1999, 2000 et 2001 baissent régulièrement dans les trois populations mais, aux trois dates et à tous les niveaux de sortie, les taux enregistrés pour les jeunes dont les parents sont originaires du Maghreb sont systématiquement plus élevés que ceux de leurs correspondants français ou sud européens d'origine2. Les jeunes femmes, largement majoritaires parmi la population d'origine maghrébine qui quitte le supérieur, sont, en proportion, plus touchées par le chômage que leurs collègues masculins, ce qui n'est pas le cas des jeunes femmes d'origine sud européenne, du moins dans les premières années de leur vie active.

27- Un maintien prolongé dans le chômage pour une fraction importante des jeunes d'origine maghrébine. Plus fréquemment exposés au chômage, les jeunes d'origine maghrébine demeurent plus longtemps à la recherche d'un emploi. Pour ces derniers, sur les 33 mois décrits par l'enquête, cette situation a duré un peu plus de 10,8 mois, soit plus du tiers du temps écoulé depuis la fin des études. La plus grande vulnérabilité au chômage n’est pas généralisable à tous les jeunes aux parents immigrés puisque ceux originaires d'Europe du Sud avec une durée moyenne de 7,4 mois passés à la recherche d’un emploi sont plutôt moins exposés au chômage que les jeunes Français d'origine (9,0 mois). Le différentiel de chômage entre les catégories de jeunes issus de l’immigration, écart qui persiste à niveau de diplôme égal, peut s'expliquer par l’action des discriminations à base « ethniste » ou « raciste » (De Rudder, Poiret, Vourc’h, 2000) sur le marché de travail, notamment au cours des procédures d'embauche.

28Dans les trois populations étudiées, le niveau de certification atténue ou, au contraire, aggrave la durée du chômage : l'obtention d'un BTS ou d'un DUT minimise la durée d'exposition au chômage, alors qu'une sortie sans diplôme autre que le baccalauréat maximise la durée de recherche d'emploi. Ces résultats confirment la bonne tenue des diplômes de l'enseignement supérieur court face au chômage, alors que les parcours des seconds cycles longs sont davantage marqués par la recherche d'emploi.

29D'autre part, les durées moyennes de chômage des jeunes femmes sont systématiquement plus élevées que celles de leurs homologues masculins et c'est au sein de la population originaire du Maghreb que l’écart hommes/femmes est le plus élevé. Elles sont 23 % à avoir cherché un emploi pendant plus de 12 mois, là où leurs homologues masculins ne sont que 9 %. On sait que le marché du travail discrimine d'une manière générale les femmes et, de ce point de vue, il aurait été singulier que les inégalités soient ici renversées. Elles ne le sont pas, bien au contraire, et dans le cas du chômage, elles semblent aggravées.

30- un accès à l'emploi sur le mode de la précarité pour les jeunes d'origine maghrébine. Au premier emploi, rares sont les étudiants qui sont embauchés sur un contrat à durée indéterminée ; les contrats temporaires sont le lot commun des jeunes sortis de l'enseignement supérieur, avec ou sans diplôme. Pour les jeunes d'origine française les contrats temporaires représentent 63 % de l'ensemble des contrats qui leur sont proposés. Pour les jeunes issus de l'immigration ces mêmes contrats s'élèvent respectivement à 70 % (Europe du sud) et à 75 % (Maghreb). Au-delà de ce premier écart, on remarque que si les CDD sont encore majoritaires parmi les contrats temporaires offerts aux jeunes d'origine française et sud européenne, ce n'est plus le cas pour les jeunes ayant des parents maghrébins, car moins de la moitié de ceux qui exercent avec des contrats temporaires (40 %) disposent d'un contrat à durée déterminée. L'autre moitié n’intègre le marché du travail qu'avec l'aide des mesures publiques pour l'emploi ou qu'en ayant recours aux formes les plus précaires d'emplois : l'intérim, le travail saisonnier ou bien, forme d'emploi précaire plus spécifiquement dévolu aux femmes, l'emploi à temps partiel.

31- Le poids des emplois jeunes dans l'insertion des jeunes originaires du Maghreb. Alors qu'environ 9 % des jeunes d'origine française et 13 % de ceux d’origine sud européenne ont fait appel aux différentes mesures pour l'emploi, 19 % des jeunes originaires du Maghreb ont eu recours à ces mêmes mesures, la plupart du temps, sous la forme d'emplois jeunes. Ces différentes mesures constituent un véritable mode d'insertion pour ces jeunes et notamment pour ceux d'entre eux qui sont sortis de l'enseignement supérieur sans autre diplôme que le baccalauréat (28 % des jeunes d'origine maghrébine de niveau IV+ ont eu recours aux mesures pour l'emploi). On note le poids déterminant des emplois jeunes dans les dispositifs d'aide à l'emploi pour les trois populations considérées, mais aussi et surtout que ces mesures sont largement surreprésentées parmi les jeunes originaires du Maghreb.

32Le questionnaire de l'enquête "Génération 98" comportait une question relative à l'objectif principal qui a conduit les jeunes à accepter un contrat aidé. Au premier emploi, aucun des jeunes issus de l'immigration n'a répondu avoir accepté un contrat aidé afin d'éviter le chômage (il en va différemment à l'emploi à la date de l'enquête). La motivation principale invoquée (c'est également vrai des jeunes français d'origine) est l'acquisition d'une expérience professionnelle. Dans la première phase de la transition entre la sortie des études et l'intégration au monde du travail, les différentes mesures pour l'emploi sont donc perçues et utilisées par ces jeunes, d'origine populaire pour la plupart, comme un moyen d’accumuler de l'expérience professionnelle, expérience que l'absence de réseaux familiaux, de relations professionnelles rend difficile à acquérir et capitaliser.

33Dans le cadre actuel d’affaiblissement de la relation entre le titre et le poste, l’absence de capital social mobilisable est handicapant pour les jeunes originaires du Maghreb dont les parents déjà peu voire non diplômés ont supporté le poids des restructurations économiques des années 80 et se trouvent, en grand nombre, inactifs ou au chômage au début de la vie active de leurs enfants. Pour ces jeunes d'origine populaire, le recours aux emplois aidés sert dans un premier temps à pallier la faiblesse du capital relationnel et des réseaux d'accès à l'emploi. A ce stade de leur parcours, les mesures pour l'emploi ne sont pas (encore) perçues par les jeunes comme un moyen de combattre le chômage.

34En général, les jeunes femmes investissent plus que les hommes ces dispositifs d'aide à l'emploi, mais ce sont les jeunes femmes originaires du Maghreb qui sont proportionnellement les plus représentées.

35- Accès à l'emploi : aux jeunes hommes issus de l'immigration les missions d'intérim et aux jeunes femmes le travail à temps partiel. Le développement du travail à temps partiel et des missions d'intérim constitue les principaux instruments de gestion de la main d'œuvre dans l'optique d'une flexibilisation accrue du travail. S'ils affectent massivement les bas niveaux de qualification, l'intérim et le temps partiel touchent aussi les jeunes de l'enseignement supérieur à leur entrée sur le marché du travail, mais de manière inégale.

36D'une part, les jeunes issus de l'immigration débutent dans l'emploi plus fréquemment en occupant un emploi à temps partiel ou en mission d'intérim que les jeunes français d'origine ; d'autre part, ces deux modes d'accès à l'emploi sont très marqués sexuellement. Respectivement 44 % et 38 % des jeunes femmes issues de l'immigration sud européenne et maghrébine accèdent à l'emploi par le temps partiel (23 % des françaises d'origine) alors que leurs homologues masculins ne sont au plus que 19 % (Maghreb) dans le même cas. La plupart de ces jeunes femmes auraient souhaité être embauchées sur un poste à temps plein3. Le travail à temps partiel reste donc, de façon dominante, un temps partiel subi et non voulu. Il peut être assimilé à du sous-emploi, puisque ces jeunes femmes sont occupées à leurs corps défendant en deçà de leur capacité de travail. A la différence du temps partiel, l'intérim concerne davantage les jeunes de sexe masculin dans les trois populations analysées mais, une nouvelle fois, ceux qui sont nés de parents immigrés sont proportionnellement plus nombreux à intégrer le marché du travail par cette voie. Il est d'ailleurs assez probable que le recours à l'intérim procède pour partie d'une stratégie d'intégration au marché du travail : la multiplication des expériences professionnelles compenserait en quelque sorte l'absence ou la faiblesse du réseau relationnel et témoignerait de leur « employabilité » (Borgogno, Vollenweider, 2005).

2. Les conditions de l'emploi trois ans après la sortie des études.

37Trois années après la fin des études supérieures, l'ensemble de la "Génération 98" est massivement sur le marché du travail. Qu'ils soient issus de l'immigration ou français d'origine, qu'ils aient eu des trajectoires linéaires, une activité professionnelle continue ou marquée par des ruptures, des reprises d'études, des périodes d'inactivité, trois ans après la sortie la quasi-totalité des jeunes sont dans la vie active, en étant en emploi dans la plupart des cas ou à la recherche d'un emploi pour une fraction d'entre eux. La minorité au chômage oscille entre 4.4 % pour les jeunes d'origine sud européenne et 8.9 % pour les jeunes d'origine maghrébine. On remarquera une nouvelle fois que si les taux de chômage ont considérablement diminué en l'espace de deux ans (de mars 1999 à mars 2001) pour les trois populations, ce sont les jeunes d'origine maghrébine qui demeurent les plus exposés au chômage (deux fois plus que leurs correspondants d'origine française ou sud européenne).

38- Trois ans après la fin des études, un emploi stable pour la majorité des jeunes sortis de l'enseignement supérieur, qu'ils soient issus de l'immigration ou non. Entre le premier emploi et celui observé trois ans après la sortie des études, la majorité des jeunes des trois origines s’est stabilisée dans l'emploi. La plupart du temps, cette stabilisation s'est produite en changeant d'emploi, mais également en passant d'un CDD à un CDI au sein du premier emploi4. De fait, trois ans après la sortie, 65 % des jeunes d'origine française bénéficient soit d'un CDI soit du statut de fonctionnaire contre respectivement 56 % et 53 % des jeunes d’origine nord africaine et sud européenne. Une inégalité face à l'emploi persiste donc, toujours en défaveur des jeunes d'origine immigrée, bien que le passage par l'enseignement supérieur reste le gage d'une stabilisation dans l'emploi et que l'élévation du niveau de certification s'accompagne d'une hausse de la sécurité de l'emploi.

39- Trois ans après la sortie des études, le poids des contrats aidés (mesures pour l'emploi) se maintient5 et progresse même légèrement dans les trois populations. Les emplois aidés ne sont pas seulement des emplois destinés à faciliter la primo insertion des jeunes sur le marché du travail, ils contribuent également à les maintenir en emploi trois ans après la fin des études. La principale différence avec la situation au premier emploi réside dans le quasi monopole de fait des emplois jeunes parmi les mesures pour l'emploi.

40En mars 2001, soit près de trois ans après la sortie des études, dans la population des jeunes femmes originaires du Maghreb, le recours aux contrats aidés a augmenté par rapport au premier emploi, passant de 19 % à 22 %. Les jeunes d’origine maghrébine des deux sexes bénéficient plus que les autres des emplois-jeunes : les jeunes femmes d’origine maghrébine sont environ 28 % à travailler avec ce type de contrat contre 15 % pour leurs homologues masculins (contre respectivement 13 % et 8 % des jeunes femmes et des jeunes hommes d’origine française.

41Lorsque les parents sont nés dans les pays du Maghreb, le fait d'appartenir au sexe féminin intensifie donc significativement le recours aux emplois aidés : les parcours féminins, nous l'avons vu, sont très marqués par le chômage, la précarité et les contrats aidés. Les emplois-jeunes constituent pour ces jeunes femmes un recours après des mois de démarches infructueuses. Pour elles, ces contrats sont d'autant plus essentiels qu'ils leur permettent d’accéder au marché du travail et ainsi de combler la faiblesse de leur capital social et de surmonter provisoirement le redoublement des inégalités qui les affecte en tant que femme et enfant d'immigré.

42L'existence des emplois-jeunes a créé un nouveau débouché pour les jeunes sortants et notamment les jeunes d’origine maghrébine et, de facto, a changé en partie le profil d’insertion de ces derniers par rapport aux enquêtes précédentes. En effet, jusqu’à présent, les jeunes d’origine maghrébine ne bénéficiaient pas plus que les autres des mesures d’emplois, qu’ils soient issus du supérieur (Frickey et Primon, 2002) 6 ou des niveaux V et VI (Silberman et Fournier, 1997). On peut se demander quelles seront les conséquences de la cessation des contrats emploi-jeunes sur l’insertion des jeunes d’origine maghrébine et anticiper une augmentation importante du taux de chômage à leurs dépens. Les prochaines enquêtes du Cereq permettront peut-être de valider ou non cette hypothèse.

43- En mars 2001, la part de l'emploi "cadres et professions intermédiaires" est en forte croissance. Par rapport au premier emploi, la progression des positions de cadres ou de professions intermédiaires est forte. Au premier emploi, 42 % des jeunes issus de l’immigration maghrébine occupaient un poste de cadre ou de profession intermédiaire. A la date de l'enquête, le changement est manifeste : les mêmes jeunes sont près de 60 % à être classés dans ces positions sociales. Certes, les jeunes d'origine française font mieux, avec 69 % de cadres/professions intermédiaires. Cet écart est grandement imputable à la structure de sortie qui, avec un grand nombre de jeunes sans autre diplôme que le baccalauréat, désavantage la population d'origine maghrébine. Il subsiste néanmoins à niveau de diplôme identique, sauf pour les sortants de l'enseignement supérieur7. L'hypothèse d'une féminisation accrue des sortants des niveaux  I et II pourrait être avancée8, mais elle n'est pas crédible car les femmes sont majoritaires aux 4 niveaux de sortie (elles représentent entre 55 % et 60 % des sortants). L'hypothèse la plus vraisemblable est que nombre de ces jeunes ont intégré les dispositifs d'aide à l'emploi et plus précisément les emplois jeunes qui sont pour l'essentiel des emplois classés comme "professions intermédiaires".

44Si l'effet du diplôme sur la position sociale est perceptible dès les premières embauches, il continue à jouer positivement tout au long des premières années de vie active. C'est ainsi que dans les trois populations, ce sont les diplômés du niveau le plus élevé (Niveau I) qui consolident significativement leurs positions sur les emplois de cadres (professions intermédiaires exclues) : la corrélation entre un niveau de diplôme très élevé et une position sociale supérieure reste forte, quelle que soit l’origine des diplômés.

3. Un effet persistant du sexe et de l’origine sur le chômage et les conditions d’emploi

45On vient de voir que les jeunes hommes et femmes originaires du Maghreb ne connaissent pas un mode d’insertion équivalent à celui des jeunes aux parents nés en France et en Europe du Sud, bien que les emplois-jeunes freinent leur déclassement social. Pour tenter d'apprécier dans quelle mesure ce traitement inégal est lié au pays d’origine, nous avons neutralisé les effets de structure des populations susceptibles d'interférer sur les observations, c'est-à-dire raisonné "toutes choses égales par ailleurs". Cette "égalisation" des situations, pour les besoins de l'analyse, a été réalisée par une régression logistique (modèle logit) dans le but d’isoler les effets propres de chacune des variables introduites dans le modèle et de les ordonner. Le choix des variables explicatives est déterminé par le fait qu’elles sont susceptibles d'agir en amont de l'entrée de la vie active.

46L’analyse porte sur l’échantillon national et non pas régional, mais se limite aux étudiants non diplômés de l’enseignement supérieur (Niveau IV +) en vue à la fois d’homogénéiser autant que faire se peut le niveau d’éducation et de se concentrer sur la voie de sortie du supérieur la plus significative pour les jeunes d’origine maghrébine. Trois situations caractéristiques de l'insertion professionnelle sont testées : le fait d’être resté plus de 12 mois (consécutifs ou non) au chômage, la probabilité d’être en emploi stable (CDI ou fonctionnaire) et la probabilité de bénéficier d’une mesure pour l’emploi à cette même date.

47Etant donné notre intérêt spécifique pour l’étude du devenir professionnel des sortants d’origine maghrébine, nous avons choisi de limiter l’analyse statistique au niveau de diplôme IV+, où se retrouvent nombre de sortants d’origine nord africaine. Nous avons introduit dans le modèle les variables suivantes :

  • le sexe des personnes interrogées

  • l’origine nationale des parents (française ou nord africaine)

  • le milieu social (le fait d’avoir un père ouvrier) ;

  • l’activité ou l’inactivité du père

  • l’activité ou l’inactivité de la mère

  • les études suivies (générales ou professionnelles)

Tableau 4 : Chômage prolongé, Emploi stable et Mesures pour l’emploi – Modèle logit

Tableau 4 : Chômage prolongé, Emploi stable et Mesures pour l’emploi – Modèle logit

Source : Exploitation originale enquête Génération 98 Cereq

48Nos modélisations confirment l’existence, déjà démontrée dans les développements précédents, d’une insertion défavorable aux jeunes d’origine maghrébine. Toutes choses égales par ailleurs, ces derniers ont plus de chances (1.1) d’avoir été exposés au chômage pendant plus de 12 mois, et d’être en emploi par le biais des emplois jeunes (1.6), ce qui dénote leurs difficultés à intégrer le marché du travail et à s’y maintenir. Ils ont également moins de chances (1.67= 1/0.6) d’être en emploi stable (CDI ou fonctionnaire).

49Toutes choses égales par ailleurs, les inégalités liées au sexe demeurent également très fortes : le risque de demeurer plus d’un an au chômage est 1.6 fois plus élevé pour les femmes que pour les hommes, de même le fait de bénéficier d’un emploi aidé à la date de l’enquête est également 1.5 fois plus élevé pour les femmes que pour leurs homologues masculins. Enfin, les femmes ont 1.25 fois moins de chances que les hommes (1.25= 1/0.8) d’être, à la date de l’enquête en CDI, ou de travailler avec un statut de fonctionnaire.

50Enfin, l’analyse logit confirme l’importance de l’activité (ou l’inactivité) de la mère sur la situation d’emploi des enfants : une mère inactive accroît d’un facteur 1.5 les chances d’avoir fait l’expérience d’un chômage prolongé par rapport aux jeunes dont les mères sont actives.

51Ces résultats montrent qu’en « égalisant » les caractéristiques sociales, les inégalités socio-économiques entre les jeunes originaires du Maghreb et les autres ne disparaissent pas : les conditions d’insertion des descendants de l’immigration nord-africaine restent marquées par la précarité et le chômage. Or, dans la réalité de la vie sociale, les inégalités s’entrecroisent : les jeunes issus de l’immigration maghrébine sont dans l’ensemble plutôt des jeunes femmes, de milieu populaire ayant le plus souvent des mères inactives. Tous ces éléments nous inclinent à penser qu’à l’entrée de la vie active ces jeunes femmes vivent une double inégalité : une inégalité de sexe et une inégalité à raison de leur origine ; inégalités qui peuvent être lues comme une double discrimination.

Haut de page

Bibliographie

AMRANI Y, BEAUD S. (2004), Pays de malheur ! Un jeune de cité écrit à un sociologue, La Découverte.

BEAUD S. (2002), 80 % d’une génération au bac…et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, La Découverte.

BLÖSS T., ERLICH V. (2000), « Les nouveaux « acteurs » de la sélection universitaire. Les bacheliers technologiques en question », Revue française de sociologie, 41-4.

BORGOGNO V., VOLLENWEIDER L. (2005), « De part et d’autre de la barrière » in FRICKEY (dir.) Jeunes diplômés issus de l’immigration : insertion professionnelle ou discriminations ?, Coll. Etudes et Recherches, La Documentation française.

BRINBAUM Y., WERQUIN P. (2004), « L’insertion professionnelle des jeunes d’origine maghrébine en France : des difficultés spécifiques ? »  in Collectif, Marché du travail et Genre. Maghreb-Europe, Mage-Insea-Dulbea.

CADET et al. (2005), Organiser des transitions professionnalisantes pour les jeunes : l’exemple des aides-éducateurs, Formation Emploi, n° 92, octobre-décembre,

CASTEL R.  (1995) Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat. Ed. Fayard.

CERC-association, (1999), Immigration, emploi, chômage, Dossiers CERC-association, n°3.

DAYAN J.-L., ECHARDOUR A., GLAUDE M., 1996 “Le parcours professionnel des immigrés en France : une analyse longitudinale”, Economie et Statistique, 299.

DE RUDDER V., POIRET C., VOURC'H F., (2000), L'inégalité raciste. L'universalité républicaine à l'épreuve, Puf.

DUPRAY A., MOULLET S., (2004), « Quelle discrimination pour les jeunes d’origine maghrébine à l’entrée du marché du travail en France ? », in Collectif, Marché du travail et Genre. Maghreb-Europe, Mage-Insea-Dulbea.

FOURNIER I., SILBERMAN R. (1999), "les enfants d'immigrés sur le marché du travail", Formation-emploi, n°65.

FRICKEY A., PRIMON J-L., (2002), « Jeunes issus de l’immigration : les diplômés de l’enseignement supérieur ne garantissent pas un égal accès au marché du travail », Formation Emploi, n°79, La documentation Française. (Avec la collaboration de N. MARCHAL).

FRICKEY A., PRIMON J.-L., (2004), “Les bacheliers technologiques à l’université », Spirales. Revue de recherches en éducation, n°33.

FRICKEY A., MURDOCH J, PRIMON J.-L. (2004), Les débuts dans la vie active des jeunes issus de l’immigration après des études supérieures, Notes Emploi Formation (NEF), n° 9, Cereq.

FRICKEY A., PRIMON J.-L. (2004), “L’insertion professionnelle après des études supérieures des jeunes femmes issues des familles d’immigrés des pays du Maghreb : une inégalité redoublée?” in Collectif, Marché du travail et Genre. Maghreb-Europe, Mage-Insea-Dulbea.

FRICKEY (dir.) (2005), Jeunes diplômés issus de l’immigration : insertion professionnelle ou discriminations ?, Coll. Etudes et Recherches, La Documentation Française.

Haut comité éducation-économie-emploi, (2003), L’enseignement supérieur court face aux défis socio-économiques. Rapport d’activité 2002-2003, La Documentation française.

MEURS D., PAILHE A., SIMON P., (2005), « Immigrés et enfants d’immigrés sur le marché du travail : une affaire de génération ? », LEFEVRE C., FILHON A (Dir.) Histoires de familles, Histoires familiales. Les résultats de l’enquête famille de 1999, Les Cahiers de l’Ined, n°156, Ined.

ROULLEAU-BERGER L. (2004), Femmes d’origine étrangère. Travail, accès à l’emploi, discriminations de genre. Coll. Etudes et Recherches, Fasild, La documentation française.

SANTELLI E. 2004, Du quartier à l’entrée dans la vie adulte : les trajectoires socioprofessionnelles d’une cohorte de jeunes adultes français d’origine maghrébine, GRS-UMR5040, étude commanditée par la DPM et le Fasild.

SILBERMAN R., FOURNIER I., (2006), « Jeunes issus de l’immigration. Une pénalité à l’embauche qui perdure… », Bref, n° 266, Cereq.

SILBERMAN R. FOURNIER-MEARELLI I., (1997), « Enfants d’immigrés, trajectoires d’insertion et recours aux mesures d’aide à l’emploi in DEGENNE A., GRELET Y., LOCHET J-F., MANSUY M., WERQUIN P., (dir.) L’analyse longitudinale du marché du travail : les politiques d’emploi. IVème Journées d’études, Documents n°128, Cereq.

TANAY A. (2000), « Les salariés étrangers : loin des secteurs porteurs et des positions valorisées », Premières Informations et Premières synthèses, 46-1, Dares.

TERRAIL J.P. (1992), « Destins scolaires de sexe : une perspective historique et quelques arguments », Population, 3.

THOMAS G., (2003) « Les jeunes qui sortent sans diplôme de l’enseignement supérieur court. Parcours et insertion professionnelle », Bref, n°200, Cereq.

RICHARD J-L, (1997), Dynamiques démographiques et socio-économiques de l'intégration des jeunes générations d'origine immigrée en France. Etude à caractère longitudinal (1975-1990) Thèse pour le Doctorat ès Sciences économiques, mention démographie économique, Dir. G. Desplanques, IEP-Paris.

SILBERMAN R., (1997), L'insertion professionnelle des enfants d'immigrés, in Terrail (Ed.) La scolarisation de la France, La Dispute.

Haut de page

Notes

1 Cette proportion varie en fonction de l’origine : au niveau national, en 1998, 34 % des jeunes ayant un ou deux parents né au Maghreb sans être Français d’origine ont fréquenté un établissement d’enseignement supérieur. Ce pourcentage est respectivement de 42 % pour les jeunes d’origine sud européenne (Portugaise principalement) et de 52 % pour les jeunes d’origine Française.
2 En mars 2001 soit 33 mois après la fin des études, 8.9 % des jeunes originaires d'Afrique du Nord étaient à la recherche d'un emploi, contre respectivement 6.9 % et 4.4 % des jeunes Français et sud européens d'origine. A cette même date, 12.8 % des jeunes femmes issues de l'immigration maghrébine étaient au chômage contre 3.3 % des leurs homologues masculins.
3 Dans les trois populations, environ 56 % des femmes travaillant à temps partiel au premier emploi auraient souhaité travailler à temps plein.
4 En moyenne, les jeunes, quelle que soit leur origine, n'ont guère connu que deux emplois en l'espace de trois ans.
5 Par rapport au premier emploi
6 Par exemple, au niveau III, le pourcentage des bénéficiaires des mesures est seulement de 1,4 % pour les jeunes d’origine maghrébine par rapport à 8 % pour l’ensemble du niveau III. Nous trouvons les mêmes tendances aux niveau II et I (Frickey et Primon, 2002).
7 La proportion d'emplois de cadres ou de professions intermédiaires parmi eux surpasse de quelques points celle de leurs homologues sud européens ou français et, de plus, cette proportion relativement élevée n'est pas la résultante d'un gonflement de la catégorie profession intermédiaire aux dépens de celle des cadres.
8 A l’appui de ce pronostic, on peut rappeler que les jeunes femmes d'origine maghrébine sont systématiquement infériorisées sur le plan de la position sociale occupée à la fois par rapport aux jeunes gens de même origine et par rapport aux jeunes femmes d'origine française ou sud européenne : cf. tableau ci-après.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphe 1 : taux de chômage en mars 1999, mars 2000 et mars 2001
Légende Source : Exploitation originale enquête Génération 98 Cereq
URL http://journals.openedition.org/urmis/docannexe/image/251/img-1.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 4 : Chômage prolongé, Emploi stable et Mesures pour l’emploi – Modèle logit
Légende Source : Exploitation originale enquête Génération 98 Cereq
URL http://journals.openedition.org/urmis/docannexe/image/251/img-2.png
Fichier image/png, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Frickey et Jean-Luc Primon, « Insertion professionnelle et discriminations : l’accès à l’emploi des étudiants issus de l’immigration en région Provence - Alpes - Côte d’Azur », Cahiers de l’Urmis [En ligne], 10-11 | décembre 2006, mis en ligne le 15 décembre 2006, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/urmis/251

Haut de page

Auteurs

Alain Frickey

Articles du même auteur

Jean-Luc Primon

Urmis-Soliis, CNRS, université de Nice Sophia-Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers de l’Urmis sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals