Navigation – Plan du site
Paysages : littérature et anthropologie

Pays, mouvements et sons dans la vallée de Grande-Rivière : pour une approche phénoménologique des paysages de Guadeloupe

Catherine Benoît

Résumés

Si la perception de la nature antillaise comme faisant paysage ne fait pas l'ombre d'un doute aujourd'hui pour un Européen, en est-il de même pour la population guadeloupéenne? Si l'on définit le paysage comme l’expression culturelle motivée par la vue de la relation qu’un individu ou un groupe social entretient avec le milieu qui l’environne, alors cette notion ne rend pas compte des relations premières que les Guadeloupéens ont avec leur environnement. L’analyse de la perception et du vécu que la population de la vallée de Grande-Rivière a de son environnement montre en fait l’existence d’une esthétique polysensorielle de l’environnement qui privilégie d'abord l'ouïe, le sens du mouvement et le bien-être dans l'appréciation des lieux. Cet article propose une phénoménologie des paysages dans les années mille neuf cent quatre-vingt-dix avant le développement des politiques publiques d’aménagement du territoire et de gestion du paysage qui ont peut-être modifié ce vécu de l’environnement.

Haut de page

Texte intégral

1La perception de la nature antillaise comme faisant paysage ne fait pas l'ombre d'un doute aujourd'hui pour un Européen, en va-t-il de même pour la population antillaise? Avant de répondre à cette question, il est nécessaire de définir ce que l'on entend par paysage. Depuis les années mille neuf cent quatre-vingt, le paysage n'est plus l'apanage des géographes, mais est devenu un objet d'étude pour plusieurs disciplines qui ont chacune proposé des approches méthodologiques, des cadres analytiques et théoriques si différents qu'il n'est plus possible de considérer le paysage comme étant uniquement un panorama saisi par la vue. Je partirai d'une première définition du paysage, qui a été développée par les historiens, les anthropologues, les géographes culturalistes, comme l'expression culturelle de la relation qu'un individu ou un groupe social entretient avec le milieu qui l'environne, qui est qualifiée suivant la perspective considérée d'environnement, d'espace ou de nature; cette expression culturelle est motivée par une perception, la vue, qui met en relation un observateur et une portion d'espace matériel (Bertrand 1978, Cloarec 1984, Lenclud 1995). Augustin Berque (Berque, 1994) a proposé de retenir quatre critères pour distinguer les civilisations paysagères de celles qui ne le sont pas : 1) l'usage d'un ou plusieurs mots pour dire, 2) une littérature orale ou écrite décrivant des paysages ou chantant leur beauté, 3) des représentations picturales de paysages, 4) des jardins d'agrément. Si l'on tient à cette définition, les sociétés antillaises n'auraient pas développé de civilisation paysagère : 1) Le terme « paysage » n'a pas d'équivalent en créole. L'emploi du terme français « paysage » lors d'entretiens conduits en français ou en créole a été systématiquement compris comme faisant référence à un espace humanisé par l'Histoire, l'urbanisme, les activités humaines. Il a aussi renvoyé aux images stéréotypées d'un tourisme tropical populaire. 2) Le paysage devenu un des thèmes majeurs de la littérature contemporaine en Guadeloupe apparaît à la fin du XVIIIème siècle avec des auteurs blancs créoles. 3) La peinture de paysage, autre domaine privilégié d'exposition du paysage, qui a été aux XVIIIème et XIXème siècles le fait de Blancs créoles avec Germain Léonard, l'est aujourd'hui de Français métropolitains installés depuis peu dans l'île. 4) Les jardins d'agrément ont été jusqu'à la moitié des années quatre-vingt-dix, ceux des habitations et des résidences des fonctionnaires métropolitains (Benoît, 1999). Depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, on constate cependant un engouement pour les visites de parcs dits « paysagers », d'accès payant, créés sur des fonds publics ou privés.

2Si l'on s'en tient à ces approches et que l'on en reste à la littérature, la peinture et à l'art des jardins, l’appréciation paysagère de l’environnement a donc d’abord été le fait des Européens et des Blancs créoles. Elle le serait encore puisque le terme de « paysage » n'existe toujours pas dans la langue créole, que les descriptions de paysages dans la littérature guadeloupéenne d'expression afro-antillaise selon l'expression de Roger Toumson, sont très récentes (Toumson, 1989), et que les jardins paysagers sont des entreprises touristiques. Les politiques de protection de l'environnement depuis les années 1990 et la constitution d'associations de sauvegarde de l'environnement ou d'écotourisme traduisent-elles des formes de reconnaissance, puis d'appropriation du paysage? Ou bien sont-elles le produit d'une politique qui n'a atteint que les élites? Par ailleurs, qu'en est-il, au niveau de la population, de la perception de l'environnement? Quelles émotions président alors aux relations avec le paysage? Comment définir cette esthétique qui préside aux relations avec l’environnement? Dans ce texte, je présenterai les perceptions de l'environnement qu'avait, dans les années mille neuf cent quatre-vingt-dix, la population de la vallée de Grande-Rivière au moment où cette vallée devient l'objet de politiques publiques d'aménagement centrées sur le paysage. Je montrerai que le primat de la vue pour définir l'existence d'une perception de l'environnement comme faisant paysage, « constitue un préjugé culturel » qui non seulement rend « incompréhensible » l'histoire de ce concept (Conan, 1991 : 29), mais ignore également la diversité des modalités des esthétiques paysagères à l'échelle du monde. Le paysage est avant tout une expérience phénoménologique, un vécu de l'environnement, qui met en mouvement tout le corps dans sa relation avec le monde extérieur.

Les enjeux paysagers dans la vallée de Grande-Rivière

3La vallée de Grande-Rivière, située dans la commune de Vieux-Habitants, prend naissance au cœur du massif de la forêt primaire de Guadeloupe pour se jeter dans la mer Caraïbe. Le relief accidenté et le climat relativement sec de la côte Sous-le-Vent ont favorisé depuis les débuts de la colonisation, le développement de petites habitations vivrières ou de polyculture associant jusqu'à la fin du XVIIIème siècle indigotiers, tabac et cotonniers, puis caféiers, cacaoyers, agrumes. Depuis les années 1930, la culture de bananes a une place croissante au point de devenir la culture prédominante dans la vallée de Grande-Rivière depuis au moins 1975. Cette région n'a pas connu les grandes plantations de canne à sucre, typiques de la colonisation de la côte Au-Vent et de la Grande-Terre. Ce type de mise en valeur du sol a produit un paysage particulier, accidenté et diversifié qui, depuis la déprise agricole, que l'on peut dater d'une soixantaine d'années, est un paysage de friches caractérisé par la reconquête de la forêt. D'ailleurs, certains aménageurs considèrent comme ayant toujours existé des forêts qui sont en fait constituées de bois ayant au plus quarante ou cinquante ans. Une étroite plaine côtière où sont localisés les bourgs est depuis la loi de défiscalisation l'objet de spéculations immobilières.

  • 1 Décret n° 89-144 du 20 février 1989, créant le Parc national de la Guadeloupe, Chapitre IV (Mise en (...)

4L’amont de la vallée fait partie de la zone périphérique du Parc National de Guadeloupe (PNG). Le PNG est constitué d'une zone centrale pour laquelle une réglementation sévère concerne la chasse, la pêche, les activités agro-sylvo-pastorales et les travaux d'aménagement, et d'une zone périphérique, zone d'accueil et d'accès au parc. Le parc ne comprend pas de réserve intégrale dont l'accès serait interdit au public. De par son décret de création, le parc a pour mission de contribuer « à l'amélioration de l'accueil en matière touristique, au maintien des activités traditionnelles et au développement d'activités nouvelles » et de participer « à la protection et à la valorisation du patrimoine naturel et culturel ainsi qu'à sa découverte »1.

  • 2 Entretien avec M. Aramis Arbaud, maire de Vieux-Habitants, 23 mars 1996

5La vallée de Grande-Rivière est depuis les années 90 l'objet d'enjeux de la part du PNG, des collectivités territoriales, de la mairie et d'associations des habitants de la vallée, centrés autour du développement agricole et de la mise valeur des paysages considérés comme patrimoine, ceci afin d’assurer un développement économique, soit l'écotourisme, basé sur un tourisme de qualité, respectueux du milieu. Le PNG entend, dans le cadre de son programme d'aménagement, contribuer au développement économique de la vallée dans le respect de la préservation et de la mise en valeur du milieu et des paysages. La municipalité de Vieux-Habitants considère que la vallée est un atout essentiel dans sa politique de développement de l'activité touristique, base du développement de la commune2.

  • 3 Décret n° 89-144 du 20 février 1989, créant le Parc national de la Guadeloupe, Chapitre II (Régleme (...)

6Le milieu, les paysages, et les systèmes agraires - jardins vivriers le long de la rivière - considérés comme des « patrimoines », sont au centre des discussions portant sur le développement de la vallée. Cependant, le patrimoine des uns n'est pas celui des autres. Ainsi, chez certains propriétaires fonciers, le souci d'accroître leurs productions en demandant le déclassement de certaines de leurs terres et en développant certaines monocultures comme la banane ne rencontre pas les positions de la commune et du PNG. La commune entend par exemple limiter l'utilisation des engrais afin de préserver la qualité de l'eau dans l'optique de développer des activités de loisir liées à la rivière, et s'oppose a priori à la demande de déclassement des terres. Le PNG, en ayant pour mission de privilégier le maintien d'une « agriculture traditionnelle », a été amené non sans peine à définir ce que le décret de création du PNG entendait par « agriculture traditionnelle » sans l'avoir alors précisé3. Dans son schéma directeur d'aménagement, le PNG propose de mettre en œuvre le programme suivant pour la côte Sous-le-Vent : « (...) la mise en valeur de l'identité paysagère spécifique à la côte Sous-le-Vent consistera à reconquérir quelques espaces agricoles sur les meilleures terres de mi-pente et dans les grandes vallées, à préserver les espaces naturels côtiers pour leur intérêt biologique et pour leur rôle structurant dans les zones d'habitat diffus en bord de mer, à mettre en valeur l'urbanisme typique des anciens villages de pêcheurs » (Parc National de Guadeloupe 1997 : 35).

7C'est autour des notions de patrimoine (« patrimoine culturel » et « patrimoine naturel ») et de traditions (jardins vivriers en forêt, cultures du café, du cacao, de la vanille, « chanter Noël », musique « gwo ka ») que se positionnent les intervenants dans le développement économique de la vallée. Patrimoine et traditions, dont les définitions sont en pleine élaboration. Les faits de culture qui en Europe sont considérés comme traditionnels, et d'une certaine manière comme immémoriaux, ont été élaborés en fait au XIXème siècle (Hobsbawn et Ranger 1983. La tradition est donc la plupart du temps une invention récente. Le même phénomène se produit en Guadeloupe aujourd'hui : le recensement des patrimoines et des traditions s'élabore en ce moment en fonction d'enjeux politiques contemporains et en référence au monde amérindien et à l'époque esclavagiste.

La réalité physique du paysage : les schèmes de la culture paysagère des professionnels du paysage

8Le paysage est défini par les économistes, ethnologues et paysagistes qui ont travaillé sur la côte Sous-le-Vent comme le produit d'une histoire : milieu façonné par les hommes qui ont mis en valeur leur environnement. Les paysages de la côte Sous-le-Vent sont décrits en des termes et selon des catégories cognitives assez semblables par les différents chercheurs et paysagistes qui en ont rendu compte, au point que l'on peut se demander si les premiers textes, ceux du géographe Guy Lasserre dans les années soixante, n'ont pas été les textes fondateurs de la perception des paysages de la côte Sous-le-Vent qu'en ont ceux qui s'y sont intéressés depuis. Tous ont souligné :

  • L'originalité du milieu naturel de la région, en particulier de la vallée de Grande-Rivière, comme le relief, le climat, l'étagement des zones de végétation, les productions agricoles (vivrières et diversifiées).

  • La diversité des paysages. Pour Ohnheiser (1980 : 18 et 26) : « L'alliance omniprésente de la mer et de la montagne, la diversité du climat et de la végétation, le relief tourmenté font de la côte Sous-le-Vent un ensemble étonnamment riche d'ambiances et de paysages variés », qualifiés plus loin de « grandioses ».

  • Le caractère « naturel » des paysages peu touchés par l'homme. Ce caractère sauvage est premier dans la perception de ces paysages. Pour le paysagiste Kamel Khémiri, les vallées de la côte Sous-le-Vent relèvent des « sites appartenant au patrimoine naturel », et constituent: « des entités remarquables qui s'individualisent du reste du massif montagneux. Espaces de transition entre le littoral fortement anthropisé et la forêt primaire, elles ont préservé un caractère « authentique » et donnent lieu à des activités agricoles et artisanales traditionnelles » (Khémiri 1994 : 53). Lorsque l'aspect travaillé du paysage est mentionné, c'est pour souligner son aspect « naturel » : « Le paysage de la vallée n'est pas à proprement parler un paysage agricole du fait de la place réduite qu'occupent les cultures dans la vallée. De plus, un œil non exercé les discerne mal de la végétation naturelle, car les espèces cultivées sont souvent mélangées ou bien croissent sous des arbres, par exemple le café et le cacao. Tout ceci contribue à donner à la vallée de Vieux-Habitants un caractère naturel marqué » (Ohnheiser 1980 : 115).

  • Un savoir-faire « spontané » de la maîtrise de l'environnement correspond au caractère « naturel » du paysage : « La recherche d'équilibre, le sens des associations pertinentes et le respect de certaines lois naturelles que nous avons mentionnées à propos de l'agriculture traditionnelle, doivent être compris comme partie d'un ensemble bien plus vaste : il existe en côte Sous-le-Vent une tradition d'association judicieuse entre les activités humaines et les données du milieu, sorte de tendance spontanée à l'écodéveloppement qui déborde largement le cadre de l'agriculture (ou de toutes autres activités particulières), puisque cette tradition concerne pratiquement tous les aspects de la vie, individuelle et sociale » (Bory et François 1980 : 21).

  • L'originalité du milieu naturel a conduit à une exploitation originale de celui-ci.

  • Finalement la côte Sous-le-Vent, et en particulier les vallées, est une île dans l'île.

9Guy Lasserre publie en 1961 sa thèse de géographie humaine sur la Guadeloupe et l'analyse qu'il propose de la mise en valeur de la vallée, et par là des paysages, ne correspond pas à celle décrite par mes interlocuteurs dans les années quatre-vingt-dix. Pour Lasserre, le cacao associé au café était la ressource principale de la vallée, source de très bons revenus de 1930 à 1939, qui a laissé place après 1945 aux cultures associées de caféiers et de bananiers. Or, les résidents de la vallée parlent surtout des caféières sans mentionner les cacaoyères, et considèrent que le cyclone de 1928, en détruisant les premières, est responsable du déclin de l'agriculture et de la vallée de l'île, déclin accéléré ensuite par la concurrence des pays en voie de développement (charges sociales et patronales élevées quand la Guadeloupe est devenue département français, impossibilité de mécaniser l'agriculture du fait de la forte déclivité des terrains). La banane aurait été introduite dans la vallée tout de suite après le cyclone de 1928.

10Seule une étude historique permettra de trancher entre ces différentes représentations, d'autant que les résidents ne s'entendent pas quant aux conséquences du cyclone. Pour les uns, il a été impossible aux caféières de se relever après un tel cataclysme (il faut en moyenne cinq à six ans pour qu'un pied de café soit productif), d'autant que le cyclone Betsy de 1956 a achevé la destruction des caféières qui s'étaient relevées. Pour d'autres, l'introduction de la banane par les grands commerçants de Basse-Terre a été fatale à la culture du café. Pour d'autres enfin, les prêts destinés à aider les agriculteurs ont été dilapidés par les propriétaires qui, ruinés, ont été amenés à vendre leurs terres. Ce que l'on peut pour le moment retenir de ces différentes interprétations pour les populations, c'est l'importance des catastrophes naturelles - les éruptions de la Soufrière sont également mentionnées dans cette optique - comme marqueurs du temps, des paysages, et de l'histoire économique. On le voit ici pour le cyclone de 1928, on le verra plus loin pour le cyclone Marylin de 1995.

Le paysage des habitants de la vallée de Grande-Rivière

Nommer la vallée

11Les habitants décrivent la vallée, avant même de la percevoir comme paysage, en relation avec le relief et du type d'occupation des sols.

12La route qui longe la rivière traverse des « fonds » (les plats), et des mornes (collines). Se succèdent ainsi Fond Rivière, Fond Jocaud, Fond Fugon, Fond Cacao, entre lesquels s'intercalent les mornes : Morne Jocaud, Morne Fonds Kako (ou Man l'eau). Un ensemble de mornes constitue les deux versants de la rivière et verrouille l'amont à l'est. Le cours de la rivière est rythmé par les bassins et les ravines, pour la plupart détruits par le cyclone Marylin de 1995. Les bassins ont le plus souvent pour nom celui du propriétaire du terrain jouxtant la rivière. On comptait auparavant le bassin à mulets, le bassin à Man Eugène, le bassin Guilliod, le bassin Coézy, le bassin à Man Labique. Les ravines, affluents de la rivière, comprenaient des cascades pour la plupart disparues du fait du même cyclone : la ravine Ofran (ou au foin), la ravine paradis, la ravine tonton. Ce cyclone, en modifiant le cours de la rivière, a non seulement détruit certains des jardins vivriers situés sur les rives de la rivière, provoqué des glissements de terrain, endommagé des canalisations d'eau agricole, mais a détruit le cours de la rivière elle-même. Celle-ci s'est élargie de façon considérable en maints endroits, créant de nouvelles ravines, et détruisant bassins et cascades. La rivière n'est plus le lieu de baignades, de détente, de sociabilité qu'elle a été.

13Un autre critère, celui de l'ancien mode d'occupation des terres, rend compte de l'organisation de la vallée. Une première opposition est dressée entre l'amont de la vallée, les « hauts » (An o-la), et l'aval « les bas » (en ba-la)). Dans les hauts se trouvaient les habitations de café et de cacao les plus importantes. Elles sont aujourd'hui abandonnées, seul un exploitant agricole essaie d'implanter des bananeraies. Au- delà des dernières habitations, se trouvaient des jardins vivriers (jaden) dans la forêt (grand bwa) où travaillaient les scieurs de long, et plus loin encore le fin fond de la forêt (an tèt bwa). Dans les bas, les maisons se succèdent sur le versant sud de la rivière. L'habitat est regroupé, les maisons sont entourées de jardins que chercheurs et techniciens agricoles nomment jardins de case, mais qui localement sont qualifiés comme des espaces (douvan kaz, déyè kaz). Le terme de jardin (jaden) n'est utilisé que dans un sens esthétique (mi gadé bel jaden-la), ou pour désigner les anciens jardins vivriers en forêt. De rares jardins vivriers en voie d'abandon (du fait de l'âge des exploitants, des dégâts du cyclone Marylin) occupent les rives de la rivière. Les versants couverts de caféiers et de mandariniers sont aujourd'hui en friche, quelques prairies (savann) où sont attachés des bœufs sont encore utilisées.

14L'espace est quadrillé par les noms des habitations (bitasyon) qui sont celles d'un des anciens propriétaires, du propriétaire actuel (Chez untel) ou du lieu-dit. Un ensemble de terres, suivant le contexte d'énonciation, peut ainsi avoir trois noms.

Quels termes pour parler du paysage?

15La population guadeloupéenne est majoritairement créolophone et francophone, mais dans un contexte de diglossie où la langue française est affichée par les institutions d'État et certaines couches sociales comme seule langue tolérée. Cependant, la plupart des échanges quotidiens dans bien des milieux et des familles se fait en créole. Des codes précis de relations de genre, d'âge, d'appartenance sociale et professionnelle régissent l'utilisation d'une langue plutôt que de l'autre. Certains des entretiens que j’ai réalisés ont été conduits en français : ceux conduits avec des jeunes gens de moins de trente ans, des élus ou des notables de la commune. Ceux réalisés avec des personnes plus âgées, sauf avec ceux très âgés qui dans un premier temps ont refusé le créole, ont été menés en créole.

16Le terme paysage n'existant pas en créole, comment travailler sur cette notion, que ce soit dans des entretiens réalisés en créole ou en français? On connaît les chevauchements des signifiants français et créoles qui pour un même terme renvoient à des signifiés différents. J’ai montré ailleurs que la notion de chaud et de froid de la nosographie médicale populaire renvoie, quand on en saisit le sens créole, à des représentations créoles du corps bien différentes de celles européennes (Benoît, 1997). En utilisant les mêmes mots français ou créoles, des locuteurs créolophones et francophones connaissant l'une et l'autre langue peuvent en fait signifier des réalités fort différentes.

17Que peut-il se passer quand une notion, une perception, soit celle de la contemplation, entendue dans le sens occidental de regarder intensément et longuement, qui donne naissance au paysage sont introduits dans un entretien en créole? Ce terme, du fait qu'il n'appartient pas au vocabulaire créole, introduit-il une notion étrangère aux relations que les Antillais ont à l'environnement? L'emploi d'une langue plutôt que d'une autre, induit-il un système de représentations et de pensée propre à la langue utilisée? L’introduction du terme français allait-elle induire des représentations du paysage bien françaises (l'exotisme des cocotiers, des couchers de soleil par exemple)? Quels termes utiliser pour accéder à cette esthétique de l'environnement?

Le paysage comme « alentour » : un « pays » dans lequel on se sent bien

18Dans des entretiens en créole, j’ai utilisé le terme « alentour » (alantou) pour désigner les paysages environnants ou bien pour introduire le terme français « paysage » quand il n'y avait pas de support visuel. Le terme « paysage » était alors compris par mes interlocuteurs comme un site dans lequel on se sent bien. C'est seulement le bien-être ressenti dans un lieu donné qui permet d'apprécier du regard les alentours, le milieu. Dans cette acception, l'objet du regard est traduit en créole par le terme « pays » (péyi) :

" - Pour voir la beauté d'un endroit, il faut être bien assis, il faut être satisfait.

- Et quel endroit apprécies-tu? Qu'est-ce que c'est un beau paysage?

  • 4 " - Pou vwé boté a on biten, fo-w byen asiz, fo-w kontan.

- C'est l'endroit où tu vas, une plage, un pays, n'importe. Quand tu regardes le pays, tu te sens bien à l'aise, tu bois, tu manges. Lorsque tu arrives, tu te sens satisfait, tu te rends quelque part, tu arrives sans problèmes, tu es content. Tu vois un pays, tu peux expliquer à quelqu'un ce que tu vois, comment les gens se baignent, tu vois les gens se baigner, tu vois les bateaux passer. Là tu es content." M. A., 75 ans4.

La « belle vue »

  • 5 Cf. Rapport pour le ministère de l'environnement, Augustin Gilloire & Catherine Benoît "Pratiques e (...)

19En créole, l'expression « belle vue » (bel vi), bien qu'induisant la notion de beau, traduit au plus près l'objet d'une contemplation éventuelle, d'un paysage qui est saisi du regard. Ce paysage était alors décrit, au moment où il était perçu, lorsque je me promenais avec mes interlocuteurs par exemple, ou en faisant commenter des photos de paysage5. Le terme de paysage qui pouvait surgir dans la conversation en créole était alors utilisé dans le sens français :

«  - C'est la nature qui fait le paysage. (...).Le paysage ce sont de beaux arbres, des fruits, etc. C'est ça un paysage. Tu vois un grand champ vert, bien vert, au point que ça trouble tes yeux, alors tu dis que oui c'est un paysage, ce sont les arbres qui font le paysage. La beauté d'une personne réside dans ses cheveux (...). La beauté d'un paysage, ce sont les arbres. Si on les coupe, que tout devient propre. À quoi cela ressemble-t-il? À une savane pour les bêtes !

Q : Une savane, ce n'est pas un paysage ?

R : Une savane, ce n'est pas un paysage ! Une savane et un paysage, ce n'est pas la même chose. Le paysage ce sont des arbres, on ne les coupe pas. Cela fait un ensemble très vert, ça c'est un paysage. Mais lorsqu'on défriche, on plante, on dit que c'est un champ.

Q : Un jardin, ce n'est pas un paysage ?

R : C'est différent. Un jardin c'est un champ, c'est cultivé. Un paysage c'est des arbres que tu vois aux alentours et qui sont beaux, qui sont verts. Quand tu les regardes, tu trouves que le paysage est beau. Pendant le carême, toutes les feuilles sont jaunes, le paysage n'est pas beau.

Q : La Soufrière?

R : Ce n'est pas un paysage, c'est une montagne.

Q : La mer?

R : Ce n'est pas un paysage, c'est une distraction ».

  • 6 "Sé la nati ki ka fè le péyizaj. (...) Péyzaj sè sé pyébwa-la ki bél, fwoui et toute. Se sa ki on p (...)

M. H., 74 ans 6.

Qui contemple?

« Le Guadeloupéen ne prend pas le temps de regarder la nature. En Guadeloupe on est bien en arrière » M. J., 40 ans.

20Contempler relève d'une éducation, généralement lettrée, qui est le fait de certains des notables de la vallée. À vrai dire, un seul d'entre eux m’a entretenue non pas du paysage-pays, mais du paysage contemplé et a utilisé la langue française, comme si le créole ne pouvait pas permettre la description. Pour le décrire, cet interlocuteur doit prendre ses distances, et l'apprécier depuis son voilier lorsqu'il longe la côte Sous-le-Vent :

« La zone que j'aime vraiment : Saint-Claude et la côte Sous-le-Vent, je trouve cette zone beaucoup plus pittoresque que le reste de la Guadeloupe. Les Saintes aussi, surtout Terre de Haut, mais en général, j'aime la montagne avec la mer, la montagne qui tombe sur la mer. C'est toujours très très beau, non seulement quand on y circule, mais quand on passe en mer aussi, si vous êtes en mer, vous longez la côte, vous voyez la montagne, c'est magnifique, c'est certainement la région la plus belle de toute la Guadeloupe.

- Pittoresque?

C'est pittoresque parce que vous avez la montagne. Quand j'étais jeune on avait des occasions de se balader extraordinaires : la Soufrière, les sources des Bains jaunes, les sources du Galion. On avait des occasions de ballades toujours magnifiques. Je faisais partie du Club des montagnards quand j'étais jeune ». M. N., 75 ans.

21Éducation ou désignation par quelqu'un d'extérieur d'un paysage :

« Vieux-Habitants, je trouve que vraiment c'est une belle commune. Parce que quel que soit l'endroit où l'on est, on voit la vallée de Grande-Rivière. Ça il faut reconnaître que c'est une belle vallée. J'en ai pris conscience par le professeur de géographie de mon fils, qui un soir est rentré en disant "Mon professeur nous a dit que la vallée de Grande-Rivière c'est une des plus belles vallées qu'il y avait". Je lui ai dit "La vallée, ah bon, qu'est-ce qu'il y a de beau? ".

Deux ou trois jours après, je suis descendu à Vieux-Habitants. J'ai arrêté la voiture près de la chapelle pour faire connaissance avec la vallée de Grande-Rivière. C'est ce jour-là, j'avais peut-être quarante ans passés. C'est ce jour-là que j'ai connu la vallée de Grande-Rivière que je connaissais depuis ma naissance.

Il a fallu qu'il attire mon attention pour que je regarde, que je dise c'est beau. Quand je dis c'est beau, je ne peux pas expliquer. Elles sont pas nombreuses les vallées.

Q : - Et celle de Beaugendre?

- Aussi, c'est pas quand même la même chose. À Beaugendre, il faut être dans la vallée pour la regarder, tandis que Grande-Rivière on peut la voir de plusieurs endroits. Beaugendre pour moi c'est pas la même chose. C'est mon fils qui m'a permis de faire la connaissance de la vallée de Grande-Rivière ». M. M. 80 ans.

22Il est des milieux qui ne sont pas considérés comme dignes d'être regardés, et qui n'accèdent donc pas au statut de paysage, car ils sont banalisés du fait de leur présence quotidienne. C'est le cas de la mer vue tous les jours par ceux qui empruntent la route qui longe le littoral, et le coucher de soleil.

«  - Regarder la mer comme ça ? Par plaisir? Ah non, non. Attention nous ici, nous voyons la mer tous les jours, donc ça n'attire pas notre attention comme pour des gens de certains coins de France.

Q : Mais la vallée aussi, vous la voyez tous les jours !

R : Non pour moi, c'est pas la même chose. Je vais à Basse-Terre, je vois la mer tout le temps, mais je ne vais pas regarder la mer, non. Tandis qu'on peut se déplacer pour regarder la nature. Par là-haut, il y’a de beaux coins. On fait le tour, on peut aller à Grande-Rivière, en chassant. (...) Il y avait la comète hier je crois, j'ai pas pensé à regarder le ciel.

Q : Regarder le ciel après le coucher de soleil?

- Comme ça si je suis assis. Mais c'est pas par envie, ni dans un but particulier. Le ciel est là, le ciel est là, on le voit tous les jours, on le connaît. » M. M., 80 ans

23La contemplation de la mer, du coucher de soleil a toujours quelque chose de suspect qui renvoie à une certaine mélancolie :

« - Regarder la mer? C'est rare, c'est plutôt les gens qui réfléchissent. Je dis ce sont des gens qui ont des problèmes qui viennent réfléchir » M. M., 25 ans.

Le paysage-mouvement

  • 7 Le choix des photos réalisées dans le cadre de la mission pour le Ministère de l'Environnement a ét (...)

24La vue ne suscite pas pour autant la contemplation. Kuan-Min Huang a analysé comment dans la tradition chinoise, regarder une peinture de paysage ce n'est pas pour le plaisir des yeux, la contemplation (Huang, 2009). Regarder une peinture de paysage est un moyen d'accéder à l'unification du corps et de l'esprit en relation avec le cosmos. Pour les habitants de la vallée, regarder et apprécier un paysage c'est pour en apprécier le mouvement et l'évolution au gré du changement des saisons et de l'évolution du bâti7.

25Dans tous les entretiens que j’ai conduits, suggérer que l'on puisse regarder la mer semblait incongru si ce n'est pour apprécier l'arrivée des vagues sur la plage, ou pour ceux qui habitent sur une falaise, comme à la pointe de Vieux-Fort, pour regarder l'arrivée de la Course du rhum, ou les bateaux naviguer, depuis les mornes de la vallée.

26Paysage en mouvement, et mouvement sur fond de paysage : « La vue heureusement qu'elle est là. Ça me permet d'apprécier les pigeons, de les voir planer et de suivre tous les mouvements qui se passent autour de Grand'Rivière ». M. J., 40 ans. La beauté c’est le mouvement, la vie, l’écoulement du temps :

«  Q : Est-ce que tu trouves la vallée de Grande-Rivière belle?

R : Oui, elle est belle. Mais elle n'est même plus vraiment belle en l'état actuel. À l'époque, il y avait des orangers, des mandariniers, c'était beau. Du café, du café, c'était beau. Tout le monde montait dans la forêt. Les jeunes comme les plus vieux montaient dans la forêt. C'est qu'ils y avaient les habitations. On montait dans les bois. On était tellement content, on travaillait. Lorsqu'on arrivait sur place, si je m'étais dis : "je vais dans les bois aujourd'hui", et bien lorsque j'arrivais dans les bois, tout le monde avait une corne de lambi, et lorsque nous arrivions en bois, si je ne te voyais pas, je soufflais dans la corne de lambi : "ou, ou, ou" (...). Quand tu quittais la forêt à trois heures de l'après-midi, tu soufflais dans la corne de lambi, cela signifiait que je descendais, on savait que je quittais la forêt (...).

Q : La vallée n'est plus belle?

R : Elle n'est plus belle. Elle a perdu sa beauté, car la rivière est détruite. Le cyclone a détruit la rivière, alors la vallée n'est plus belle. (...). C'était beau dans la forêt. Il y avait des fleurs dans les bois, de différentes variétés : des roses cayennes, des hortensias. Elles fleurissaient rapidement, car la terre était fraîche » M. A. 70 ans.

Entendre les paysages ou le paysage sonore

27La vue n'est pas souveraine dans l'appréciation du paysage. Peut-être n’est-il pas juste de prétendre que ces paysages soient des paysages sonores, dans le sens proposé par Murray Schafer, à savoir une région caractérisée par des sons (Schafer, 1977), mais l’appréciation d’un lieu par l’ouïe prévaut sur celle par la vue ; ce sont les lieux que l’on écoute et qui se donnent à écouter, les hearing places étudiés par l’anthropologie anglo-saxonne (Bandt, 2007). Le cyclone Marylin de 1995 a modifié le cours de la rivière. En majorité, ce sont des regrets, du désespoir, qui sont exprimés, mais parfois nuancés, car après le cyclone, les arbres tombés ont laissé place à des points de vue, et le paysage a été découvert depuis cette date:

« Depuis le dernier cyclone. Tu vois, avant la rivière était recouverte, tu ne l'apercevais pas, il y avait des bois sur les rives, tu ne voyais pas la rivière. Mais avec ce débordement, ce déluge que nous avons eu, tu vois la rivière de tout côté, alors qu'auparavant tu ne la voyais pas tant que tu n'y allais pas. La rivière était recouverte de pommes roses, de mangues, d'arbres. La rivière n'était pas visible de loin. Il fallait y aller pour la voir? Mais à présent, la rivière est un désert, c'est un désert. Nous avons pris cette année-là le déluge de Noël. Aussi de quelque endroit que tu la regardes, depuis un avion, de voiture, à pied, tu la vois. Je me dis que ce n'est même plus une rivière. C'est une ... Je ne trouve même pas mes mots? C'est un galet que tu vois. C'est un galet.

Mais avant, il y faisait frais au bord de la rivière. Tu pouvais y aller pour trouver de la fraîcheur. Mais comme elle est devenue, il faut s'en éloigner d'au moins cinquante mètres pour trouver de l'ombre. Avant il n'y avait que de l'ombre. Pour trouver du soleil l'inondant, quand tu te baignais avant, que tu avais envie de te chauffer au soleil, il te fallait chercher un endroit, marcher beaucoup, avant de trouver le soleil qui l'atteigne?. Mais maintenant, la rivière est elle-même un enfer, c'est en enfer qu'on se trouve quand on y est tellement que le soleil chauffe. C'est en enfer qu'on est.

Q : Avant c'était un paradis ?

  • 8 "Dépi dényè siklonn-la, la. Ou ka vwé toute rivyè-la té kouvè, ou pa té ka vwé rivyè-la, avè bwa a (...)

R : Ah oui, c'était un paradis le bord de la rivière. C'était un paysage extraordinaire. On ne voyait pas la rivière. On l'entendait couler, chanter une mélodie » M. H., 74 ans8.

28Cette attention pour le bruit de l'eau est souvent présente dans l'appréciation d'un site : eau de la rivière, bruit des vagues de la mer

« Je préfère la plage de Deshaies à Grande Anse. Là c'est difficile de se faire remarquer. La plage est très grande, c'est très discret, c'est propre. Y a de belles vagues, c'est amusant. Y a des gens qui veulent pas venir même pour entendre le bruit de la mer : les vagues. J'adore ça, je peux passer toute la journée pour entendre les vagues. (...) Tu entends le bruit de la rivière, c'est calme, ça ne te donne pas la joie de vivre, c'est léger. La mer ça me donne des sentiments. La couleur du sable, le feeling des cocotiers, les belles doudous. Tu trouves de l'ambiance. C'est chaud. À la rivière c'est la tranquillité, on va pas se faire chier, on prend nos gamelles. À la mer, le matos de musique toute la journée » M. A., 23 ans.

29Ou encore le chant des oiseaux:

« Q : Qu'est-ce que c'est pour vous un beau paysage? (rires de M. M.) Quels sont les paysages que vous aimez? S'il y en a?

R : En Guadeloupe?

Q : En Guadeloupe ou ailleurs.

R : J'aime la nature, quel que soit l'endroit. Je vous dis que j'y allais seul pour le plaisir d'être seul. C'est plutôt la solitude, m'asseoir, roucouler [imiter le bruit des tourterelles]. J'aime la nature, chez nous la nature est presque partout pareille. À Bouillante c'est différent.

Q : Qu'est-ce que c'est, c'est beau?

R : En regardant on aime ou pas. Voir les arbres, entendre les oiseaux : des ramiers, pas partout, mais à Saint Claude, Matouba. Des grives, des perdrix on peut entendre roucouler. C'est en roucoulant avec des feuilles. On peut imiter le cri du ramier. Je ne connais aucune feuille pour imiter le bruit des tourterelles. On chasse la perdrix, la grive en forêt. Il n'y a pas de tourterelle en forêt » M. M., 80 ans.

Le paysage-pays

30On l'a vu plus haut, le terme « paysage » peut être traduit par le terme créole « péyi ». L'environnement fait alors paysage quand on s'y sent bien, que l'on peut y rattacher des souvenirs, un ancrage familial, amical, politique.

« Q : la mer vous ne la regardez pas, la rivière oui?

  • 9 Il s'agit du lieu-dit Montrepos, situé sur le versant sud de la vallée. De ce point de vue, on aper (...)

- Je regarde oui, j'ai les yeux ouverts. je regarde la vallée parce que c'est joli pour moi, c'est peut-être aussi parce que c'est chez moi, parce que c'est moi qui ait aménagé les lieux9. Je prends plaisir à regarder la rivière qui coule, regarder tout ce qui est à côté et surtout le bourg de Vieux-Habitants jusqu'à la mer. Est-ce que je peux dire... Je ne recherche rien de particulier. Je crois que c'est le cas de tout le monde. (...) Là-haut aussi on a une belle vue sur Baillif, Saint-Claude. Chaque fois que je suis là, je ne peux pas ne pas voir si j'aperçois la clinique de Matouba. Je sais que c'est là, j'ai vécu cinq ans à Matouba. Je sais pas, jeter un petit coup d'œil, pour voir.» M. M., 80 ans.

31Si les paysages préférés de l'île sont ceux de la commune de Vieux-Habitants c'est parce que :

« - On peut pas répondre à certaines choses [la beauté des paysages], c'est pas scientifique. Pour moi, je crois d'abord c'est le fait d'être abyssois. Automatiquement, on aime sa commune. Et attention, dans sa commune on a des souvenirs, on a toujours des amis et tout ça. C'est un ensemble qui conduit quelqu'un à aimer sa commune. Ça ne veut pas dire qu'elle soit belle » M. M., 80 ans.

  • 10 Cf. l'étude de fréquentation du PNG par le bureau d'études GANEM. Les sites recherchés par les Guad (...)

32Des sites, des points de vue sont fréquentés non pas pour les paysages qu'ils offrent, mais pour le sentiment d'être chez soi, pour pouvoir se reposer. C'est plus la recherche du "péyi" que de la vue qui prime10 :

« Maintenant je vais à Rocroy. Je pars avec ma chaise longue, un livre, un quart d'heure après je prends un bain et je me mets à lire. Deux heures plus tard, je prends un deuxième bain, je vais sous la douche et je monte ici. Je suis là, j'aime le lieu, je respire l'air marin, j'aime l'eau de mer. » M. M. 80 ans

Q : Donc la mer c'est pour le bain, pas pour la regarder?

R : C'est pour le bain. Je comprends les Guadeloupéens. Dès la naissance, ils connaissent la mer, partout on la voit. Ça n'a pas d'importance pour nous (...). »

33Dans une perspective finalement évolutionniste, à l'instar d'Augustin Berque qui considérait qu'il existait un proto-paysage antérieur au paysage, Alain Roger avait proposé de considérer l’existence du « pays » comme antérieure à la perception paysagère. Pour Alain Roger: « le pays, c'est en quelque sorte le degré zéro du paysage, ce qui précède son artialisation » (Roger, 1997: 17), qui elle, est une perception culturellement et historiquement située de transformation du pays en un objet de contemplation. Or pour les habitants de la vallée de Grande-Rivière, le paysage est un pays, dans le sens fort bien analysé par Jean-Marc Besse dans son dernier ouvrage Le goût du monde: exercices de paysages, en tant qu'il est la somme des expérimentations, des habitudes, des pratiques qu'un groupe humain a développées en un lieu (Besse, 2010).

Conclusion

34L'étude des constructions identitaires dans les sociétés antillaises a généralement été abordée par rapport à la problématique de l'altérité des rapports sociaux avec l'Autre colonisateur, ou l'Autre ethnique de l'espace considéré. Bien peu de travaux se sont attachés à l'étude des modalités d'ancrage dans le sol insulaire comme moyen d'accès à cette identité (Besson, 2002, Price 2007). J’ai montré ailleurs que le jardin de case, espace domestique hautement approprié et symbolisé, peut être considéré comme le premier lieu d'ancrage des populations réduites en esclavage et de leurs descendants dans l'espace insulaire (Benoît, 2000).

35La notion de paysage, si elle est définie en mettant l'accent sur la vue, ne rend pas compte des relations premières que les Guadeloupéens ont de leur environnement. Il existe cependant une esthétique paysagère qui privilégie d'autres sens et perceptions au-delà de la « belle vue »: priment l'ouïe, le sens du mouvement et le bien-être dans l'appréciation d'un environnement.

36Le paysage est devenu depuis les années mille neuf cent quatre-vingt-dix un enjeu politique, identitaire et économique. Les collectivités locales et le Parc national de Guadeloupe mettent en place des actions et des programmes de protection et de mise en valeur de l'environnement, de sauvegarde du « patrimoine paysager ». La constitution d'associations de sauvegarde, de protection de l'environnement, la revendication de certains paysages comme patrimoine, les projets de reconstitution de jardins de case, de création de jardins paysagers sont à l’intersection de revendications patrimoniales et économiques (Benoît, 2007). Il s'agit de protéger, de sauvegarder, de reconstituer - plus rarement d'enrichir ou de créer - pour transmettre aux Guadeloupéens une histoire inscrite dans des lieux, des sites, des savoirs et des pratiques agricoles et horticoles, mais également de vendre également ce patrimoine, le terme étant employé tel quel, aux touristes. Ces discours à la fois identitaires et économiques s'inscrivent dans des analyses qui se rattachent au courant de l'écodéveloppement, mais ils se construisent à partir de catégories étrangères aux populations qui, elles, n'ont pas attendu les professionnels du paysage et les chercheurs pour développer une esthétique environnementale polysensorielle.

Haut de page

Bibliographie

Bandt, R., M. Duffy, et D. MacKinnon, 2007, Hearing Places: Sound, Place, Time and Culture, Cambridge Scholars Publishing, Newcastle, UK, 435p.

Benoît, C., 1997, Origine des savoirs, ou images du corps? : la notion de chaud et de froid dans la Caraïbe, Cahiers d’études africaines, 145, XXXVII (4), pp. 863-900.

Benoît, C., 2000, Corps, jardins, mémoires – Anthropologie du corps et de l’espace à la Guadeloupe. Éditions du CNRS/Éditions de la MSH, Paris, 309p.

Benoit, C., 2007, Silent Performances in Guadeloupean Dooryard Gardens or the Creolization of the Self and the Environnement, in M. Conan ed., Performance and Appropriation: Profane Rituals in Gardens and Landscapes, Dumbarton Oaks & Harvard University Press, Washington, D.C. & Cambridge, MA, pp. 117-130.

Benoît, C., P. Lombion, G. Tallier, 1999, Pré-inventaire des parcs et des jardins remarquables de Guadeloupe, Direction régionale de l’environnement, Guadeloupe, 400p.

Berque, A., 1994, Paysage, milieu, histoire in Berque, A., M. Conan, P. Donadieu, B. Lassus, et A. Roger, eds. Cinq propositions pour une théorie du paysage. Seysel: Champ Vallon, pp. 11-29.

Bertrand, G., 1978, "Le paysage entre la Nature et la société.", Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 49, no. 2 : 239-58.

Besse, J.-M., 2010, Le goût du monde: exercices de paysages, Actes Suds/École nationale supérieure du paysage, Arles, 228p.

Besson, J., 2002, Martha Brae's Two Histories: European Expansion and Caribbean Culture-Building in Jamaica, University of North Carolina Press, Chapel Hill & London, 392p.

Bory, A. et M.-D. François, 1980, L'agriculture traditionnelle en Côte sous le Vent, Rapport pour le Parc naturel de Guadeloupe, Basse-Terre, 42p.

Cloarec, J., 1984, Des paysages, Études rurales, 95-96, pp. 267-90.

Conan, M., 1991, Généalogie du paysage, Le débat, 65, pp. 29-42.

Hobsbawn, E. et T. Ranger, eds. The Invention of Tradition, Cambridge-New Rochelle-Melbourne-Sydney, Cambrige University Press, 1983, 322p.

Huang, K.-M., 2009, “Landscape: Place and Imagination”, in The Fourth International Conference of Phenomenology for East Asian Circle. [En ligne] URL : http://www.chph.nccu.edu.tw/notee/07/20100709-landscape.pdf, consulté le 31 janvier 2010.

Khémiri, K., 1994, Plan de paysage du parc national et de sa zone d'influence, Parc national de la Guadeloupe, Basse-Terre.

Lasserre, G., 1961, La Guadeloupe. Étude géographique. Union française d'impression, Bordeaux, 2 vol.

Lenclud, G., 1995, Ethnologie et paysage, in Mission du patrimoine ethnologique, Paysage au pluriel - Pour une approche ethnologique du paysage, Editions de la MSH, Paris, 3-17.

Ohnheiser, D., 1980, Les paysages de la Côte-Sous-Le-Vent - Études préliminaires à la création du Parc national de la Guadeloupe, Par Naturel de la Guadeloupe, Basse-Terre, 387p.

Parc national de Guadeloupe, 1997, Schéma directeur d'aménagement du Parc national de Guadeloupe, Basse-Terre, 79p.

Price, P., 2007, Africans Discover America: The Ritualization of Gardens, Landscapes, and Seascapes by Suriname Maroons, in M. Conan ed., Sacred gardens and landscapes: ritual and agency, Dumbarton Oaks & Harvard University Press, Washington, D.C. & Cambridge, MA, pp. 221-238p.

Roger, A., 1997, Court traité du paysage, Paris, Gallimard, 165p.

Schafer, M., 1977, The Tuning of the World, A. Knopf, New York, 301p.

Toumson, R., 1989, La transgression des couleurs - Littérature et langage des Antilles XVIIIe, XIXe, XXe siècles, Éditions caribéennes, Paris, 2 vol.

Haut de page

Notes

1 Décret n° 89-144 du 20 février 1989, créant le Parc national de la Guadeloupe, Chapitre IV (Mise en valeur de la zone périphérique), article 53 :

"Le programme de réalisations et améliorations d'ordre social, économique et culturel, prévu à l'article 27 du décret du 31 octobre 1961 susvisé, contribue notamment à l'amélioration de l'accueil en matière touristique, au maintien des activités traditionnelles et au développement d'activités nouvelles.

Il répond aux missions du parc national en participant à la protection et à la valorisation du patrimoine naturel et culturel ainsi qu'à sa découverte.

Il est soumis pour avis au conseil d'administration de l'établissement public. Son suivi est assuré par le directeur de l'établissement public."

2 Entretien avec M. Aramis Arbaud, maire de Vieux-Habitants, 23 mars 1996

3 Décret n° 89-144 du 20 février 1989, créant le Parc national de la Guadeloupe, Chapitre II (Réglementation générale du parc national), Section I (Activités agricoles, pastorales et forestières) article 4 :

"Les activités agricoles, pastorales et forestières continuent à être librement exercées dans leur forme actuelle, dès lors qu'elles le sont conformément à la réglementation particulière du parc national. Les modes de culture traditionnels de la vallée de la Grande-Rivière sont maintenus.

L'exercice d'activités agricoles ou pastorales nouvelles, ainsi que la modification de forme ou de répartition territoriale d'activités anciennes, sont soumis à autorisation du directeur de l'établissement public chargé du parc national dans les conditions définies par le conseil d'administration. Cette autorisation est réputée acquise à défaut de réponse dans un délai de trois mois à la demande d'autorisation formulée par lettre recommandée avec demande d'avis de réception".

4 " - Pou vwé boté a on biten, fo-w byen asiz, fo-w kontan.

Q : - E ki koté ou ka enmé? Pou-w ka sa yé on biten, on payzaj ki bo?

- On koté ou ka alé, on plaj, on péyi, nempòt. Lé ou gadé péyi-la, ou ka santi ou byen a lèz a-w, ou ka bwé, ou ka manjé. Lè ou rivé, ou ka santi ou satisfè, ou ay on koté, ou rivé byen, ou kontan. Ou vwé on péyi, ou pé ekspliké on moun sa ou vwé, koman moun ka bengné, ou vwé moun ka bengné, ou vwé kanot ka pasé. La ou kontan"

5 Cf. Rapport pour le ministère de l'environnement, Augustin Gilloire & Catherine Benoît "Pratiques et représentations du paysage aux Antilles", 1997 (en préparation).

6 "Sé la nati ki ka fè le péyizaj. (...) Péyzaj sè sé pyébwa-la ki bél, fwoui et toute. Se sa ki on péyizaj. Ou vwé on gran chan e sa vè, sa byen vè, é sa ka troublé zyé a-w, alò ou ka di sé on péyizaj, sé lé zab ki ka fè péyizaj. Chivé a on moun, sé boté a on moun (...). Toute boté a on péyizaj sé lé zab. Si-w koupé toute sa, mété-y pwop. Ka i ka sanb? On savann a bèt!

Q : On savann a bèt, sa pa on péyizaj?

R : On savann a bèt, sa pa on péyizaj ! Savann a bèt é péyizaj sé on gran diférans. Le paysage ce sont des arbres, yo pa-a koupé-y. Yo ka fè on sèl vèdi, alò sa sé le péyizaj. Mé si ou bitié on tè, ou planté adan, ou ka di sé on chan.

Q : On jaden, sa pa on péyizaj ?

R : Sé diféran. On jaden, sé on chan. On jaden, sé la kilti. On péyizaj sé dé zab ou ka vwé toutotou a-w ki ka fè bèl, ki vè. Lè-w vwé, ou ka di péyizaj-la bèl. En karèm, toute fey-la jonn, péyizaj-la pa bel.

Q : La Soufrière?

R : À pa on péyizaj, sé on montagn.

Q : La mer?

R : I pa on péyizaj, sé on distraskyon". M. H., 74 ans

7 Le choix des photos réalisées dans le cadre de la mission pour le Ministère de l'Environnement a été guidé par le souci de montrer le changement saisonnier et historique des paysages photographiés.

8 "Dépi dényè siklonn-la, la. Ou ka vwé toute rivyè-la té kouvè, ou pa té ka vwé rivyè-la, avè bwa a toute o-bo a-y, ou pa té ka vwé rivyè-la. Mé débòdman, délij-la nou prann la, ou ka vwé tout patou ou pasé, ou ka vwé rivyè-la. Mé isi avan si ou pa té ay a bò rivyè-la, ou pa té ka vwé rivyè-la. Rivyè té kouvè avè ponm woz, mango, pyé bwa. Ou pa té ka vwè rivyè-la o lwen. Fo-w té alé adan rivyè-la pou té vwé rivyè-la. Mé kon i yé la, rivyè-la, sé on dézè, sé on dézè. Nous pran on délij de Noë lanné si. Alò patou ou pasé, ki an avyon, ki an vwati, ki a pyé, ou ka vwé rivyè-la. A pa on rivyè ankò an ka di mwen. Sé on ... An pa menm trouvé. Sé on galèt ou ka vwé. Sé on galèt.

Mè avan rivyè-la té ni fréchè. Ou té pé ay o bò rivyè pou on fréchè. Mé kon i yé la, fo ou fè o mwen 50 mèt di rivyè-la pou té ké ay pran on fréchè a lonb. Mé avan tout an rivyè-la sé té lonb. Pou ou té trouvé soley-la ka frapé adan rivyè-la, ou byen bengné, ou ka anvi chofé soley, é fo-w té ay chèché on koté, maché avan, on lo, on, avan ou trouvé soley-la ka rantré, pou chofé soley. Mé mentenan, lè rivyè-la menm, sé an anfè ou yé, telman soley-la ka chofé. Sé an enfè ou yé.

Q : Avan sa té on paradi?

R : À wi, sa té on paradi lè ou té o bò rivyè-la. Sa té on peyzaj ekstraordinère. Ou pa té ka vwé rivyè-la. Ou té entann li ka koulé, ka chnaté on mélodi". M. H., 74 ans.

9 Il s'agit du lieu-dit Montrepos, situé sur le versant sud de la vallée. De ce point de vue, on aperçoit la vallée de Grande-Rivière, la mer Caraïbe, et le sud de la Basse-Terre

10 Cf. l'étude de fréquentation du PNG par le bureau d'études GANEM. Les sites recherchés par les Guadeloupéens sont des sites qui permettent des activités, et ils sont régulièrement fréquentés; à l'inverse les touristes recherchent des sites et des points de vue spectaculaires (1993).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Benoît, « Pays, mouvements et sons dans la vallée de Grande-Rivière : pour une approche phénoménologique des paysages de Guadeloupe », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 14 | septembre 2012, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/12381 ; DOI : 10.4000/vertigo.12381

Haut de page

Auteur

Catherine Benoît

Department of Anthropology, Connecticut College, 270 Mohegan Avenue, New London, CT, 06320, USA, Courriel : catherine.benoit@conncoll.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page