Navigation – Plan du site
Paysages : littérature et anthropologie

Transplantation et hybridation transculturelle dans la poésie d’Olive Senior

Myriam Moïse

Résumés

Métaphore de la biodiversité caribéenne, le recueil poétique Gardening in the Tropics de l’écrivaine jamaïcaine Olive Senior est en fait une méditation créole sur le paysage caribéen et ses phénomènes d’hybridation, de prolifération et de reproduction. Mélanges de ‘patois’ jamaïcain et d’anglais, le langage poétique de Senior décrit la flore caraïbe qui est ainsi personnifiée à travers ses divers pigments, sa capacité à résister à l’humain et sa reconquête de l’espace postcolonial. L’environnement que Senior dépeint est en fait un paysage caribéen fragmenté et défloré par la colonisation et les plantes y sont à la fois des symboles de fécondité et de stérilité. La graine plantée devient l’allégorie de l’invasion spatiale et de la reterritorialisation tandis que sa semence hybride résiste et nourrit la mémoire des peuples des Caraïbes. Cette poésie de l’ambivalence anime l’imaginaire diasporique caribéen et contribue à la (re)construction des identités transculturelles qui prolifèrent au sein de l’espace diasporique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Comme le souligne la racine « trans », veut dire de part en part des cultures ou qui va à travers (...)

1La littérature d’expression anglophone des femmes d’origine caribéenne est en constante évolution et ne cesse de se redéfinir à travers le monde. Les productions écrites de la diaspora féminine caribéenne au Canada, aux États-Unis et en Grande Bretagne offrent ainsi un domaine de recherche spécifique où les membres de cette diaspora postcoloniale mettent en scène la grande richesse hybride de leur identité culturelle. La voix poétique de l’écrivaine jamaïcaine Olive Senior illumine le paysage littéraire canadien de par son traitement des thématiques postcoloniales telles l’aliénation, la dislocation, ou le lien entre race et classe. Mélange de patois jamaïcain et d’anglais, le langage poétique de Senior est avant tout une méditation créole sur le paysage caribéen et ses phénomènes d’hybridation, de prolifération et de reproduction. Ayant grandi dans l’univers rural des montagnes jamaïcaines, Senior exprime dès son premier recueil de poésie, Talking of Trees (1985), son rapport dialogique et ombilical avec son environnement naturel puisqu’il a influencé sa construction identitaire et nourri son imaginaire. Les vers d’ouverture de ce recueil “I was born with the knowledge / of mountains and solitaires” (1) annoncent non seulement la connection de la poétesse avec son espace naturel, mais également sa capacité à se nourrir intérieurement des aspects extérieurs de la vie, tant végétale qu’animale. Les montagnes et les solitaires, symboles ambivalents de l’isolement et de la liberté sont en effet au cœur de l’œuvre poétique de Senior. Outre son lien étroit avec la nature, l’éducation de Senior dans une société jamaïcaine coloniale et son expatriation en Amérique du Nord à l’âge adulte lui confèrent une sensibilité double aux problématiques liées à l’histoire, à la colonisation, à l’identité féminine noire et à la religion. Les thématiques d’hybridité transculturelle et d’exploitation de l’espace matériel et physique sont centrales à ses écrits où l’auteur s’attaque aux dangers environnementaux et dénonce un paysage menacé par la néo-colonisation et la monoculture. La convergence des cultures est donc centrale à l’œuvre de Senior et les voyages réels ou imaginaires de la poétesse se retrouvent sur la page et deviennent des vecteurs de « transculturalité »1.

2Analyser la poésie de Senior suppose donc un croisement théorique qui embrasse à la fois les discours des études postcoloniales, féministes et culturelles, des théories qui soulignent l’importance de la relation à l’autre et l’impact de l’histoire sur les développements physiques, matériels et imaginaires. Cet entrelacement culturel suppose par ailleurs un phénomène d’hybridation qui, par essence, définit le croisement entre des espèces différentes. Toutefois, l’hybridation prend une dimension plus profonde dans cette étude qui met en évidence les tensions entre espace et temps, entre intérieur et extérieur et entre centre et marge. Dans ce contexte, il convient de prendre en compte la définition du théoricien anglophone Homi Bhabha qui voit en l’hybridation « un processus déclenché par un point de catachrèse discursif qui fait apparaître une relation disjonctive du temps et de l’espace par le retour du « refoulé » dans le discours établi. Ceci entraîne une négociation du sens reconnu qui remet en cause l’autorité du signe » (Bojsen, 2002 : 1). Il s’agira donc de mettre en exergue l’esthétique créole de la résistance qui transparaît dans cette poésie de l’espace, un espace hybride où se croisent les cultures et les héritages historiques des peuples et qui refuse de s’assujettir, résistant ainsi à la domination par les pouvoirs hégémoniques.

3Métaphores de la biodiversité caribéenne, deux des recueils poétiques d’Olive Senior, Gardening in the Tropics (1994) et Over the Roofs of the World (2005) décrivent la flore tropicale de manière particulière puisque le paysage y est personnifié à travers ses divers pigments, sa capacité à résister à l’humain et sa reconquête de l’espace postcolonial. Le thème de la reproductivité de la nature est central et laisse transparaître une vision féminine de la nature qui se fait l’écho du corps de la femme noire et de sa capacité historique à résister et à se renouveler. Il semble judicieux d’analyser la poésie de Senior à la lumière des thématiques de résistance, de reterritorialisation et de transplantation afin de déterminer à quel point cette œuvre poétique exploite la métaphore du paysage tropical et dans quelle mesure ce paysage devient le symbole de l’hybridité transculturelle et le prétexte sous-jacent à une subtile satire contre le manichéisme et le racisme.

4L’environnement immatériel que Senior dépeint est en fait un paysage hybride et polysémique qui se détache des paysages exotiques envisagés par les regards occidentaux. Ce paysage est transculturel et versatile, une diversité qui se rapproche du caméléon caribéen, titre d’une nouvelle de l'écrivaine jamaïcaine Makeda Silvera (Silvera, 1994). Après son expatriation au Canada, Senior recrée ou ré-imagine son paysage natal, mais c’est un paysage différent qu’elle décrit, un paysage teinté des couleurs de son expérience diasporique. Si son recueil de poésie Gardening in the Tropics annonce par son titre exotique un jardinage sous les Tropiques, loin d’être teintée d’exotisme superficiel, la poésie de Senior est en fait une méditation sur la biodiversité caribéenne et cette méditation nous mène par des voies détournées, un peu à la manière de la poésie du détour d’Édouard Glissant (Glissant, 1990), à redécouvrir le paysage caribéen, à le redessiner, à le redéfinir, voire même à le faire nôtre. Dans son poème « Colonial School Girl », Olive Senior annonce clairement l’absence de représentation du paysage tropical dans les supports pédagogiques de l’époque coloniale en Jamaïque et voit en cette absence l’effacement de tout autre repère identitaire pour la communauté afro-jamaïcaine : “There was nothing of our landscape, nothing about us all” (1994 : 1). L’adverbe de négation ‘nothing’ (rien) est un leitmotiv dans ce poème qui s’attaque clairement à la domination coloniale sur l’imaginaire caribéen et aux représentations exotiques et eurocentriques imposées à la jeunesse colonisée. La poétesse se propose ainsi de rééduquer son peuple et par là, de transformer l’absence en présence, mais en leur offrant une autre vision de leur environnement immédiat, une vision plus juste. La poésie de Senior est proche de « la dialectique du beau et du laid » et du « refus de l’évitement propre à l’exotisme » que Patricia Donatien-Yssa observe dans la description de la nature chez Jamaica Kincaid dans L’exorcisme de la blès. (Donatien-Yssa, 2007). Chez Senior, la description du paysage passe tout d’abord par un camaïeu de couleurs, avec en premier plan le jaune et le bleu.

5Si Gabriel García Márquez mentionnait le jaune de la Caraïbe vu de la Jamaïque à trois heures de l’après-midi et faisait du papillon jaune l’allégorie de la mémoire dans son roman Cien anos de soledad (Cent ans de solitude, 1967), dans son recueil Gardening in the Tropics, Olive Senior elle, exploite la métaphore de la couleur jaune dans toutes ses déclinaisons dans son poème intitulé « Meditation on Yellow ».

A new set of people 
arrive 
to lie bare-assed in the sun 
wanting gold on their bodies 
cane-rows in their hair 
with beads – even bells 

So I serving them 
coffee 
tea 
cock-soup 
rum 
Red Stripe beer 
sensimilla 
I cane-rowing their hair 
with my beads 

But still they want more

Want it strong

Want it long

Want it black

Want it green

Want it dread (Senior, 1994: 16).

6Satire contre le capitalisme, ce poème évoque la couleur jaune comme symbole d’un continuum historique retraçant la relation dominant/dominé entre le monde développé et la Jamaïque : de l’or recherché par les conquistadors à la canne à sucre exploitée dans les plantations pour finir par le soleil et le sable convoités par l’industrie du tourisme. Tournant en dérision la colonisation, la fièvre jaune dévastatrice et la pisse des colons, la poétesse pousse en fait un cri de révolte et cette méditation sur le jaune est une critique acerbe du néo-colonialisme. Cette critique est mise en emphase à travers l’anaphore des verbes « give » et « want » qui soulignent la soif de pouvoir et qui laissent transparaître une satire contre les dérives du tourisme occidental et contre l’exotisme à outrance. La canne à sucre devient la métaphore de l’exploitation des Africains et le sable devient le symbole d’un tourisme de plus en plus demandeur, exigeant et oppressant. En insistant davantage sur l’anaphore du verbe « want », le poète dénonce la dimension néocoloniale de l’industrie touristique et représente le touriste comme insatiable et à la recherche d’un exotisme érotique. En effet, les adjectifs « strong », « long », « black », « green » et « dread » véhiculent un certain double entendre qui suggère que les touristes sont à la recherche d’espaces matériels et physiques à la fois et qu’ils ont soif de plage et de soleil tout autant que de corps exotiques. La femme touriste du monde occidental est ici visée puisque les adjectifs font référence au corps de l’Afro-Jamaïcain Rasta. Basé sur le service, le tourisme est donc décrit comme une nouvelle forme d’exploitation des membres de la classe ouvrière de la population locale qui doivent donner de leur personne en servant le touriste néo-colonisateur.

7C’est en fait la toute dernière strophe de « Meditation on Yellow » qui illustre l’esthétique créole de la résistance chez Senior car la voix poétique annonce une réparation souhaitée par la domestique qui exprime sa lassitude et sa légitimité à passer de la cuisine à la véranda d’entrée et donc de l’arrière-plan au premier plan, de l’ombre à la lumière, et de plus, pour déguster du vrai thé, avec du miel et du citron :

Though I not quarrelsome

I have to say : look

I tired now […]

For one day before I die

From five hundred years of servitude

I due to move

From kitchen to front verandah

overlooking the Caribbean Sea

drinking real tea

with honey and lemon

eating bread (lightly toasted, well buttered)

with Seville orange marmalade

I want to feel mellow

In that three o’clock yellow (Senior, 1994 : 16).

8Le jaune devient alors synonyme d’ouverture et de libération comme s’il résistait à la dimension coloniale qui lui était précédemment attribuée. Quand à la voix poétique, elle passe d’un anglais standard à un démotique caribéen proche du patois ce qui démontre l’émancipation du serviteur qui affirme son identité. Le devoir de mémoire évoqué par cette méditation semble alors lié au papillon jaune mentionné précédemment, allégorie de la mémoire chez Márquez. L’omniprésence du chiffre trois dans ce poème souligne par ailleurs l’importance du troisième espace, the « third space of enunciation » que Homi Bhabha décrit dans sa théorie sur les lieux de la culture (The Location of Culture, 1994), un espace du milieu où la fissure devient productive, un espace d’expression où la dislocation et le vide sont exploités et où le paysage caribéen devient aussi l’allégorie du retour au pays natal.

9Ce besoin de retour aux sources, cette nostalgie, Olive Senior l’exprime à travers la couleur bleue, le bleu du blues, mais également des Blue Mountains jamaïcaines, mais par-dessus tout, le bleu de l’océan. Représentation de l’espace du milieu par excellence, l’océan se fond dans le paysage caméléon caribéen, à la fois commencement et fin, à la fois prédateur et protecteur. Dans la poésie de Senior, le bleu est lié intrinsèquement à la mémoire et à l’histoire afro-caribéenne. Il est synonyme d’angoisse, de douleur, de vide. Dans le recueil de poèmes Over the Roofs of the World (2005), c’est tout de bleu que Senior dépeint son aliénation et sa fragmentation identitaire. Le poème « Blue » met en exergue la nécessité du retour et de la mémoire, mais par-dessus tout, la nécessité de vaincre la peur de l’espace du milieu pour évoluer et pour exister en tant que sujet diasporique et essentiellement double.

Blue

Blue was like standing on that isthmus between

oceans, finding washed up on the beach

a lone shoe. Blue was not me and you, but me

or you. Avoidance the meaning of ‘true blue’.

Blue was that in-betweenness, that moment of change, of solstice, where you feared to fall between worlds, into that blue crevice, become lost in canyons and gullies, snow drift, millennium shift. (Senior, 2005 : 58)

10L’univers bleu et mélancolique de Senior est aussi une subtile satire contre le christianisme puisqu’elle y mentionne en passant le bleu, associé à la vierge Marie et aux nonnes.

11No, blue was that covering for the young dead, for the modest: the nuns, the Virgin Mary, the untouched, the untouchable life, the one you wanted to escape from, but

how could you? With the blue sky so unreachable,

the blue sea so unreadable, spattered only by flecks

of cloud, of foam like broken promises.

You’ll return to the blue-hollowed hills,

the shadowed evening, the slowing down of pulse

and heartbeat [...] (Senior, 2005 : 59)

12Loin de se contenter d’ironiser à propos du christianisme, Senior met en scène un paysage transreligieux et transculturel. Le bleu fait aussi appel à des spiritualités dites primitives : la vierge bleue des eaux, la couleur dominante de Yemaya, divinité africaine ou Orisha, rappel de l’océan atlantique, de la traversée du milieu (Thompson, 1984). Les éléments de la faune et de la flore caraïbes sont exploités dans leur pathos et sont mis en perspective à travers une personnification et l’attribution explicite de sentiments humains. L’océan illisible et le ciel intouchable plongent la poétesse dans l’interstice de ces deux univers. Cet entre-deux rappelle le rythme du limbo, concept développé par le poète Edward Kamau Brathwaite qui associe le danseur de limbo en déséquilibre sublimé à la condition de l’Antillais après le passage traumatique du milieu de l’Afrique au Nouveau Monde (Brathwaite, 2005). Les seules représentations matérielles et mobiles que sont l’écume et les nuages sont les allégories de promesses rompues et de la nécessité du retour au pays natal. Cet aveu poétique du milieu et ces promesses non honorées rappellent les constructions dystopiques d’un Toronto en déperdition par l’écrivaine jamaïcaine Nalo Hopkinson. Dans son roman fantastique Brown Girl in the Ring (1998), Hopkinson décrit en effet une ville de Toronto dégradée, une construction ironique en totale contradiction avec les rêves utopiques des communautés caribéennes immigrant au Canada pour une vie meilleure. La société canadienne apparaît alors oppressante et la séparation de l’île natale comme angoissante. De son côté, Senior semble toutefois adopter une posture ambivalente puisqu’elle ironise sur la fragilité de sa terre natale. L’écrivaine va jusqu’à inviter son lecteur à apprécier une dernière fois la beauté et la pureté des rivières, des montagnes, des mers, avant qu’elles soient envahies et dégradées par les dérives de l’occidentalisme et du progrès. La description de l’environnement est teintée de lyrisme et l’impuissance de la poétesse face aux invasions spatiales résonne à travers la féminisation de la terre.

Come see my land

before the particles of busy fires ascend

before the rivers descend underground;

before coffee plantations

grind the mountains into dust; before

the coral dies; before the beaches

disappear

Come see my land

Come see my land and know that she was fair. (Senior, 2005 : 53)

13L’obsession de l’auteure pour la mer illustre non seulement l’importance de l’héritage afro-caribéen du passage du milieu, thématique récurrente chez les écrivains de la Caraïbe anglophone, mais également le lien inaltérable avec l’histoire, un lien clairement explicité dans le poème de Derek Walcott « The Sea Is History » (1979). Les métaphores d’océans et de mers engloutissant des corps, les imageries d’ossements et la représentation souvent dystopique de l’eau à travers les phénomènes naturels tels les cyclones et les pluies battantes démontrent un fort ancrage dans l’histoire.

Though we drift

past all sign

past all meaning

past all reason

Though we see

in the basin

white sand

from our bones

Though we thirst

till we die

surrounded

by water (Senior, 1994: 34)

14Ces vers mélancoliques de Senior décrivant les esclaves morts de soif dans les cales font écho au poème « Bleu amer » de Dominique Aurélia :

J’ai rêvé un rêve d’île

En bordure de sel

Croûte de boue

Nègres bleu nuit

Nègres rouges

Mauve du fond des mers

Gommiers chavirés

Arcs, flèches, éclairs

Flamboyance des cris

Les noyés sèchent leurs âmes.

Flamboyance des morts

Mon île ne dort pas

Trop d’amers, trop de cris

De noyés sans âmes. (Aurélia, 2004)

15L’ambivalence de la mer est une fois de plus soulignée par cette auteure martiniquaise et la représentation du paysage caribéen s’exprime à travers un certain nombre d’images et de couleurs qui rappellent le camaïeu de la poésie de Senior. Selon Jacques Prévert, il suffit d’un seul oiseau en cage pour que la liberté soit endeuillée (Prévert, 1992) et à ce titre, l’omniprésence des oiseaux chez Senior représente indéniablement une manifestation de la pensée diasporique qui véhicule les motifs de migration, de déplacement et d’évasion. Dans la culture amérindienne, la symbolique des oiseaux est incontournable puisqu’ils représentent des ‘zémis’, c'est-à-dire des esprits bienveillants dans la pratique des rites religieux et spirituels. Dans la poésie de Senior, l’oiseau bleu vient se greffer au motif de l’océan et symbolise la migration tandis que le perroquet est l’allégorie même des voix libérées au-delà des frontières. Dans les rites amérindiens, les plumes colorées du perroquet sont exposées lors des cérémonies et représentent la communication entre les peuples. En revanche, dans certains poèmes de Senior, l’oiseau est la personnification de la puissance coloniale, de l’impérialisme, une image récurrente dans les écrits des femmes de la diaspora caribéenne anglophone : la romancière britannique d’origine jamaïcaine Zadie Smith parle d’un oiseau qui a des dents dans White Teeth (2000) tandis que l’auteure américaine originaire de Barbade, Paule Marshall, compare les avions britanniques à des oiseaux monstrueux dans sa nouvelle « To Dah-Duh in Memoriam » (1967). L’espace caribéen est donc menacé dans la poésie de Senior, la terre est fragmentée et continue à être déflorée par la néo-colonisation. La terre dépouillée rappelle la défloration du corps féminin violé et le paysage de Senior révèle en effet une certaine féminisation. Symboles ambivalents, les plantes sont qualifiées d’envahisseuses (‘invaders’), à la conquête de l’espace (‘conquerors of space’) et de séductrices. Elles sont à la fois des symboles de stérilité et de fécondité puisqu’elles peuvent être reproductrices et régénératrices, allégories de la maternité. La métaphore de la graine est récurrente et signale la reproduction du paysage puisque le vent transporte cette graine qui va ensuite germer et contribuer à la ‘pollinisation’ du texte.

And what about those special agents called flowers?

Dressed, perfumed, and made-up for romancing

Insects, bats, birds, bees, even you-

-don’t deny it, my dear, I’ve seen you

Sniff and exclaim. Believe me, Innocent,

That sweet fruit, that berry is nothing

More than ovary, the instrument to seduce. (Senior, 1994 : 63)

16Senior joue sur les assonances en [i] et les allitérations en [b] qui font écho à l’usage répété du mot « breed » dans son œuvre poétique, soulignant ainsi l’importance du processus de production et de régénération. Notons aussi le lien établi entre le fruit « berry » pour la baie et « ovary » pour l’ovaire, lien qui dénote comme de nombreuses autres associations, la volonté de l’auteure de donner une dimension maternelle et reproductive au paysage. Le poète martiniquais Aimé Césaire avait lui aussi recours à cette féminisation des paysages caribéens qui apparaissent fertiles et en constante reproduction dans ces vers extraits du Cahier d’un retour au pays natal :

[…] vienne le lotus porteur du monde

Vienne de dauphins une insurrection perlière brisant la coquille de

la mer vienne un plongeon d’îles

vienne la disparition des jours de chair morte dans la chaux vive

des rapaces viennent les ovaires de l’eau où le futur agite ses

petites têtes […] (Césaire, 1995 : 112)

17Les vers de Césaire ont des résonances communes à la poésie de Senior où fertilité de la nature et maternité sont liées. Le symbolisme de la maternité prend toute son ampleur à travers la description de la mangrove qui constitue un important habitat tropical et abrite de nombreuses espèces en son sein, protégeant ainsi la biodiversité marine et terrestre. Toutefois, l’ambivalence des symboles (la mer, à la fois nourricière et meurtrière, les plantes à la fois envahisseuses et reproductrices) est peut-être la manifestation de la dualité de l’identité diasporique et de sa nature mobile et instable.

18Si l’identité féminine caribéenne est fragmentée et déflorée à l’image du paysage caribéen dans la poésie de Senior, la pérennité de certains éléments naturels quasi-immuables dénote une certaine résistance de la flore caraïbe et par conséquent une capacité de survie chez la femme afro-caribéenne. L’ananas et la papaye sont tous deux synonymes de dangers : accueillants en apparence, car juteux et sucrés, les yeux de l’ananas symbolisent des espions pour Senior, ce qui semble être une autre personnification de la société canadienne, à la fois accueillante et menaçante. Quant au bambou, symbole phallique lié aux rites de la fécondité dans l’imaginaire populaire, dans la poésie de Senior il est la personnification de la résistance et de l’immortalité : c’est peut-être une référence à l’histoire immuable, à la mémoire et au transfert générationnel. L’image de la calebasse (‘ the calabash’) est également récurrente chez Senior puisque la poétesse consacre tout un poème au fruit du calebassier (‘ the gourd’) dont elle représente la forme calligraphique et même le bruit intérieur (« took, took ») sur la page dans son poème « Gourd » (1994 : 1), une sorte d’ode à la calebasse. Contrastant avec son extérieur solide, l’intériorité fluide de la calebasse est une métaphore des entrailles de la femme afro-caribéenne, « the womb », un espace sacré pour la survie de la communauté. La poétesse jamaïcaine Lorna Goodison associe elle aussi la calebasse à l’intériorité de la femme puisqu’elle en fait la personnification d’un utérus dans son poème « Inna Calabash » (1995 : 35). Le symbolisme de la calebasse s’inscrit donc dans cette esthétique de résistance que Senior associe à ses personnages féminins qui sont à l’image de sa description du paysage. Ce sont des travailleuses et des battantes, qu’il s’agisse de Penny Reel, de Miss Dora ou de Margaret, ce sont aussi des voyageuses et des migrantes qui explorent l’ici et l’ailleurs, le dedans et le dehors.

I knew I couldn’t get there from here. Here was the edge from which time slipped, objects

disappeared; the road slid from view, voices sheared off as the paths veered. Here

was the dark, the damp, the steadfast dew?

[…]

For one day, I walked through without knowing

I had finally chewed into dust and absorbed

into my being the fibres of what it meant to be.

Here (Senior, 2005 : 57).

19Ces vers qui clôturent le poème “Here and There” (Ici et là) illustrent le processus de recréation et de reconstruction identitaire du sujet féminin en osmose avec son environnement naturel. S’il est vrai que Senior entretient régulièrement ses liens avec la Jamaïque grâce à des voyages réguliers, la mémoire et la ré-imagination diasporique sont essentielles à la reconceptualisation poétique qu’elle nous propose du paysage caribéen. En effet, à travers le processus de reterritorialisation, le sujet diasporique féminin redécouvre son identité profonde et recrée une nouvelle identité qui se situe dans un troisième espace entre l’ici et l’ailleurs, un espace qui permet à Olive Senior d’exprimer la spécificité de son identité diasporique. L’aspect fluide et transversal des identités du milieu est retranscrit dans la vision que Senior a de la naissance d’une île dans son poème intitulé « The Birth of Islands » :

Fire at the core

Necklace of ash, stone, coral.

Islands emerge, submerge or shift

With continental drift. Islands

are not immortal. Without you,

islands could never be. You

are the portal. Islands are born

from your longings. (Senior, 2005 : 45)

20Tout comme la mangrove, les coraux sont d’immenses réservoirs d’espèces diverses qui y trouvent refuge. La création naturelle d’une île est ici déclinée sous forme de métaphore et le danger de disparition également rappelé à travers ces vers qui chantent les mérites des coraux, ces barrières naturelles qui abritent et protègent les richesses menacées. Omniprésente dans Gardening in the Tropics, la thématique des ouragans et autres phénomènes cycloniques rappelle la fragilité de l’environnement face à ces phénomènes naturels. Une fois de plus, Senior souligne l’aspect éphémère de son île natale, de son espace identitaire, tout en déroulant sous nos yeux un dégradé du paysage caribéen dans toute sa diversité et dans sa capacité de reproduction. Dans la poésie de Senior, la graine plantée devient l’allégorie de l’invasion spatiale et de la reterritorialisation tandis que sa semence hybride nourrit la mémoire des peuples des Caraïbes. Cette poésie de l’ambivalence illustre l’hybridation transculturelle et contribue à la (re)construction des identités qui prolifèrent et convergent au sein de l’espace diasporique. Comme l’explique Paul Gilroy dans sa conception de l’Atlantique noir, la construction des identités noires s’opère essentiellement dans un espace fluide et élastique qui ne peut se limiter aux États-Unis, à la Grande-Bretagne ou au bassin caribéen (Gilroy, 1993). Cette culture sans frontière illustre la nature hétérogène et instable de la diaspora qui se déplace de génération en génération, défie les frontières, les limites ainsi que toutes les conceptions plus ou moins stables d’une identité nationale.

21La représentation du paysage de Senior est également la métaphore des voix féminines libérées puisqu’à travers son discours poétique dense et son esthétique de résistance par l’hybridation, elle démontre que la subalterne peut s’exprimer (Spivak, 1994). Subalternes historiques, la parole des femmes noires de la diaspora africaine a longtemps été ignorée, sous-représentée ou étouffée et la poésie de Senior représente la résistance discursive à la triple oppression dénoncée par les théories féministes noires (Collins, 2000). La femme noire d’origine africaine subit en effet les oppressions raciale, sexiste et sociale au sein de sa communauté comme dans la diaspora. Ainsi, le paysage de Senior est une métaphore de la survie de ses congénères; c’est un paysage qui résiste à la domination de l’espace culturel nord-américain et permet la création d’un environnement poétique et lyrique où les éléments naturels et transculturels sont en dialogue et en communion avec la pensée diasporique. Paysages doubles à la fois connectés et détachés, ils symbolisent bien les identités diasporiques qui transcendent les barrières nationales et représentent des espaces transnationaux qui débordent de cultures fragmentées et d’histoires discontinues. En somme, comme l’analyse le théoricien postcolonial Stuart Hall, les identités se (re)forment essentiellement au moment instable où les histoires individuelles et subjectives se croisent et s’entremêlent à l’Histoire d’une culture autre ou même (Hall, 1999).

Haut de page

Bibliographie

Aurélia, D., 2004, Bleu amer, Macomère Journal of the Association of Caribbean Women Writers and Scholars, volume 6, Bowdoin College, p.193.

Bhabha, H., 1994, The Location of Culture, London, Routledge. 408 p.

Bojsen, H., 2002, Revue de Littérature Comparée, 2. 302. 254 p.

Brathwaite, K., 2005, Limbo, Oxford, AQA GCSE English Anthology.1 p.

Césaire, A., 1995, Cahier d’un retour au pays natal, Newcastle UT, Bloodaxe Books, 160 p.

Collins, P., 2000. Black Feminist Thought. New York, Routledge, 302 p.

Donatien-Yssa, P., 2007, L’exorcisme de la blès, Paris, Editions Le Manuscrit, 211 p. Glissant, E., 1990, Poétique de la relation III, Paris, Gallimard, 241 p.

Gilroy, P., 1993, The Black Atlantic: Modernity and Double Consciousness, Cambridge, Harvard UP, 261 p.

Goodison, L., 1995, « Inna Calabash », To Us All Flowers Are Roses, Champaign, University of Illinois Press, 88 p.

Hall, S., 1996, "Minimal Selves." Black British Cultural Studies. Eds. A. H. Baker, M. Diawara and R. H. Lindeborg. Chicago : U of Chicago P, pp. 114-119.

Hopkinson, N., 1998, Brown Girl in the Ring, New York, Grand Central publishing, 250 p.

Márquez, G.G., 2009, Cien años de soledad, Knopf Doubleday, USA, 496 p.

Marshall, P., 1967, “To Dah-Duh in Memoriam”, Eds S. Brown and S. Wickham, 1999, The Oxford Book of Caribbean Short Stories, Oxford, Oxford UP, pp. 159-168.

Prévert, J., Œuvres complètes, Collection Bibliothèque de la Pléiade, 1992, Paris, Gallimard, Volume.2, pp.912-913.

Senior, O., 1994, Gardening in the Tropics, Toronto, Insomniac Press, 136 p.

Senior, O., 2005, Over the Roofs of the World, Toronto, Insomniac Press, 109 p.

Senior, O., 1985, Talking of Trees, Kingston, Calabash, 86 p.

Senior, O., 1994, “Colonial Girls School”. Caribbean Beat. Issue No. 11, Sept/Oct.

Semujanga, J., 1999, Dynamique des genres dans le roman africain. Eléments de poétique transculturelle, Paris, L’Harmattan, 207 p.

Silvera, M., 1994, “Caribbean Chameleon”, Eds S. Brown and S. Wickham, 1999, The Oxford Book of Caribbean Short Stories, Oxford, Oxford UP, pp. 399-402.

Smith, Z., 2000, White Teeth, London, Hamish Hamilton, 480 p.

Spivak, Gayatri, 1994, ‘Can the Subaltern Speak?’ in Colonial Discourse and Post-Colonial Theory, Patrick Williams & Laura Chrisman, eds. New York : Columbia UP, 66—111.

Thompson, R.F., 1984, Flash of the Spirit: African and Afro-American Art and Philosophy. New York, Vintage, 336 p.

Walcott, D., 1979, “The Sea Is History”, The Star Apple Kingdom. New York, Farrar, Straus and Giroux, 58 p.

Haut de page

Notes

1 « Comme le souligne la racine « trans », veut dire de part en part des cultures ou qui va à travers les cultures nationales, et aussi bien par-delà, au-delà de la culture » (Semujanga, 1999 : 29).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Moïse, « Transplantation et hybridation transculturelle dans la poésie d’Olive Senior », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 14 | septembre 2012, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/12545 ; DOI : 10.4000/vertigo.12545

Haut de page

Auteur

Myriam Moïse

Doctorante Université Paris 3 – La Sorbonne Nouvelle, ATER Université des Antilles et de la Guyane, Département d’Anglais, Campus de Schœlcher. BP 7209, 97275 Schœlcher, Martinique, Courriel : myriam_moise@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page