Navigation – Plan du site
2014

La renaissance des communs

Frédérick Lemarchand
Référence(s) :

David Bollier, 2014, La renaissance des communs, Ed. Charles Léopold Mayer. Traduit de l’américain par Olivier Petitjean, 192 pages, ISNB 978-2-84377-182-8

Texte intégral

1Nous saluons l’effort d’Hervé Le Crosnier et de Matthieu Calame d’avoir suggéré la production de cet ouvrage et sa traduction en français. C’est qu’en effet, si la question des « communs », ces biens utilisés et partagés par une communauté, est une question économique déjà ancienne puisqu’elle est inhérente au libéralisme, la question de l’accès aux ressources – matérielle et immatérielles - communes prend un nouveau tour avec la crise écologique mondiale. Rappelant l’acharnement avec lequel, depuis la publication de la fameuse « Tragédie des communs », essai de Hardin publié en 1968 et inspiré d’un texte de… 1832, l’économie libérale s’évertue à prouver les vertus d’une privatisation et d’une marchandisation de tout ce qui peut l’être, la nation de commun mérite d’être élargie, par delà la nature, à un ensemble de pratiques sociales qui peuvent être considéré dorénavant comme des ressources pour des sociétés résilientes. Elargissant la question de « l’enclosure des communs » (privatisation des pâturages anglais au départ), l’auteur l’applique aux espaces publics (à travers de nombreux exemples urbains), aux infrastructures (l’extension des brevets) et à ce que l’on nomme aujourd’hui « l’économie de la connaissance » (notamment à l’Université).

2Dans un deuxième temps, David Bollier nous rappelle l’existence de ce qu’il appelle « l’histoire éclipsé des communs », où comment l’idéologie économique dominante a éclipsé le rôle déterminant joué par les communs le déroulement du projet moderne, puis dans les processus du développement. S’appuyant sur les derniers travaux d’économie critique (Nowak, Wilson,….) comme sur l’héritage plus ancien de l’anthropologie économie (l’incontournable texte de Polanyi, La grande transformation), Bollier nous rappelle que sans communs et sans gratuité l’économie moderne n’aurait pas pu fonctionner, et que la coopération est plus durable que la compétition. En effet, la protection des communs a permis à toutes les sociétés passées de surmonter les crises.

3La « tragédie » ne serait-elle pas plutôt alors celle des nouvelles formes d’enclosures qui se font jour avec l’extension du règne de la propriété privée alors même que la résilience aux crises actuelles et futures (marché, climat, énergie) dépend de notre capacité à faire « monde commun » ? On appréciera le chapitre novateur consacré aux communs numériques, qui précède l’exploration des nouvelles formes de biens communs (des communs dits de subsistance aux communs sociaux et civiques), toujours étayé sur de très nombreux exemples ancrés dans les cinq continents (les amap en France). La question des nouveaux indicateurs économiques n’est bien entendu pas oubliée.

4Enfin, la partie véritablement essayiste de l’ouvrage consacre le dernier chapitre à la tentative de voir, à travers les communs, « une nouvelle manière de voir et d’être » au centre de laquelle se loge la question de la valeur. Que valent les services rendus par la nature ou ce fameux surcroit du social, de l’être-ensemble, que fait que « le tout d’une société est toujours supérieur à la somme des partie » ? On ne trouvera ici aucune thèse révolutionnaire, l’ensemble des analyses ayant déjà fait l’objet de nombreux travaux depuis les années soixante-dix. L’essai, prenant appui sur l’exemple des peuples indigènes, révèle toutefois sa nature profondément anthropologique, à la fois relativiste et critique, nous montrant que « le progrès » (de la catastrophe) n’est pas une fatalité ou un destin politique, mais le fruit d’une vision de l’histoire et d’une conception (ou d’une absence de conception) de l’Homme. Il nous montre également, en renversant le point de vue sur la modernité dévoyée, qu’il est possible de voir le monde autrement qu’au travers du seul prisme idéologique néolibéral. Revenir au territoire, au local, au monde vécu, tout en articulant ceux-ci à des formes d’universalisme pour une nouvelle vision du « développement » (sans croissance), telle est finalement la posture défendue par l’auteur, dans la tradition de l’écologie politique du second vingtième siècle. De notre capacité à produire et gérer des communs dépend finalement notre capacité à préserver une société authentiquement humaine, si l’on en doutait, voilà qui est réparé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérick Lemarchand, « La renaissance des communs », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Lectures, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/14909

Haut de page

Auteur

Frédérick Lemarchand

Codirecteur du Pôle RISQUES, MRSH-CNRS, Université de Caen Basse-Normandie, F-14032 Caen Cedex, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page