Navigation – Plan du site
2016

Prolifération de Cissus quadrangularis L. dans le Parc National des Iles-de-la-Madeleine, Sénégal

Ephrem Nzengue, Bienvenu Sambou, Abou Thiam, Kandioura Noba, Yacinthe Sambou et Jacques François Mavoungou

Résumés

Les parcs nationaux sont des aires protégées représentatives d’écosystèmes naturels d’un pays. L’introduction de plantes étrangères dans ces écosystèmes naturels présente un risque pour la conservation de la biodiversité, notamment lorsque ces aires protégées sont insulaires. Depuis quelques décennies, Cissus quadrangularis, une espèce végétale Indo-Malaisienne, introduite au Sénégal vers le XIXe siècle, présente un développement qui inquiète les autorités du Parc national des Iles de la Madeleine (PNIM) qui s’étend sur 45 hectares. Le présent travail a été entrepris pour évaluer l’état de l’occupation du sol par les peuplements de C. quadrangularis et fournir des informations sur les incidences de la plante sur les écosystèmes de cette partie du pays. La réalisation de relevés phytosociologiques a permis de mettre en évidence huit groupements végétaux. À partir de la digitalisation d’une image quickbird de résolution 1 mètre, les principaux faciès d’occupation du parc ont été cartographiés et les superficies occupées par C. quadrangularis ont été estimées. La surface d’occurrence (5,7 ha) des peuplements de la plante représente 27,2 % de la surface totale des îles (20,9). Cette plante présente une menace sur la biodiversité du Parc. Selon nos résultats, il apparait urgent de chercher et de mettre en œuvre des mesures appropriées de contrôle de l’extension de la plante dans le Parc.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les invasions biologiques constituent un danger pour la biodiversité (Lefeuvre, 2013). Elles sont dues à des plantes proliférantes qui colonisent rapidement un site donné, le plus souvent par la production d’une phytomasse importante. Ces plantes occupent l’espace disponible au détriment d’autres espèces qui présentent une vitalité moindre (Peltre et al., 2002).

2Le développement excessif de ces espèces peut occasionner des perturbations dans les écosystèmes. Ce phénomène est particulièrement néfaste dans les aires protégées comme les parcs nationaux qui jouent un rôle important dans la conservation de la diversité biologique (MEPN, 2010 ; Triplet, 2009).

3Ces plantes introduites interfèrent en effet avec d’autres éléments de l’écosystème et peuvent proliférer au point d’entrainer des pertes aux plans écologique, économique et social (Thiam, 2012 ; Vitouseck et al., 1997). Les pertes entrainées par les plantes envahissantes ont été évaluées, dans le monde, à 1,4 million de dollars par an ; ce qui fait de ce groupe de plantes la deuxième menace écologique de la planète, et la première dans les îles océaniques (PNUE, 2008 ; Lowe et al., 2007 ; Vitouseck et al., 1997).

4Au Sénégal, peu d’études ont été réalisées sur les plantes envahissantes dans les parcs nationaux (Ba et al., 2009) et en particulier dans les écosystèmes insulaires comme celui du Parc national des Iles de la Madeleine (PNIM). Ces écosystèmes sont parfois bouleversés par l’introduction d’une espèce étrangère proliférante (Teyssèdre et Barbault, 2009). Des informations sur ces espèces sont donc d’une grande utilité pour les autorités chargées de la gestion des aires protégées.

5Dans le PNIM, Cissus quadrangularis L. (Vitaceae), une plante lianescente, se développe de façon rapide depuis quelques années et présente des effets négatifs sur le milieu (Nzengué et al., 2015 ; Nzengué 2012 ; DPN, 2009 ; DPN, 2007). L’espèce serait d’origine Indo-Malaisienne et pousse facilement dans de nombreux pays d’Afrique de l’ouest et du centre. Elle a été signalée aux Philippines, en Arabie, au Sri-Lanka et en Indonésie (Lavie, 1990 ; Thiam, 1982).

6La présente étude vise à évaluer le taux d’expansion de l’espèce C. quadrangularis dans les Iles de la Madeleine. Elle présente l’occupation actuelle du parc par les peuplements de C. quadrangularis, et fournit des informations sur les incidences de la plante sur d’autres espèces végétales.

Présentation de la zone d’étude

7Les Iles de la Madeleine sont situées dans l’Océan Atlantique à environ 3 km à l’ouest de la ville de Dakar (14° 39’ 17’’ N et 17° 28’ 21’’ W), la capitale du Sénégal. Elles sont caractérisées par un substrat rocheux et sont inhabitées. L’aire protégée que constituent ces îles représente l’un des 6 parcs nationaux du Sénégal (CSE, 2010). Avec une superficie de 45 hectares, le PNIM constitue probablement le plus petit parc national du monde. Le Parc comprend une île principale de 17 hectares (Ile Sarpan), deux affleurements rocheux basaltiques appelés Iles Lougne à environ 250 mètres au sud-est de l’île principale et une partie marine d’une largeur de 50 mètres pour une superficie de 22 hectares (Figure 1). Ces îles ont été érigées en forêt classée dès 1949 à cause de leur caractère sacré pour la communauté Lébou qui habite la presqu’île du Cap-Vert (Dakar). Aussi, la biodiversité de ces îles a permis, en 1976, de faire évoluer leur statut en parc national. En effet, l’Ile Sarpan est l’habitat de reproduction de plusieurs espèces d’oiseaux marins dont la plus attractive est le Phaeton aethereus mesonauta (DPN, 2009 ; DPN, 2007 ; UNESCO, 1979). Selon le BirdLife International (2013), cette espèce ne serait observable que sur les îles tropicales et subtropicales telles que les Iles Galápagos et les Îles Caïmans.

8Le climat est caractérisé par une saison sèche de novembre à mai, au cours de laquelle les îles sont balayées par des alizés frais. La saison des pluies se situe entre le mois de juin et le mois d’octobre, période pendant laquelle souffle la mousson. Les précipitations annuelles sont faibles et très variables dans le temps. Les pluies les plus importantes tombent généralement en août et en septembre. Elles ont été respectivement de 161, 3 mm et 133,97 mm en 2010. La végétation est une steppe arbustive.

Figure 1. Carte de localisation du Parc National des Iles de la Madeleine (PNIM) / Localization map of the Parc National des Iles de la Madeleine (NPIM)

Figure 1. Carte de localisation du Parc National des Iles de la Madeleine (PNIM) / Localization map of the Parc National des Iles de la Madeleine (NPIM)

Source : DPN, 2009 

Matériels et méthodes 

9Des travaux de prospection floristique et d’analyse de groupements végétaux ont été réalisés sur l’île. Le dispositif expérimental est constitué de parcelles choisies sur la base des formations végétales en place. Ainsi, les savanes buissonnante et herbeuse ont été échantillonnées selon deux méthodes de relevés. La première a consisté en un inventaire itinérant à partir de la crique Hubert. La taille du parc, relativement faible (17ha), a permis de parcourir toute sa superficie. Les espèces végétales présentes ont été identifiées et les différents faciès d’occupation du sol ont été repérés à l’aide d’un GPS de type Garmin de la série 7. La seconde méthode est celle des relevés phytosociologiques réalisés à l’intérieur de placettes de 5 m x 5 m et répétés jusqu’à l’obtention de l’aire minimale. Au total, 32 relevés ont été effectués à partir 4 placettes disposées dans chaque faciès d’occupation. L’inventaire de la flore, à l’intérieur des placettes, s’est basé sur la détermination de l’abondance visuelle, par identification des espèces caractéristiques ou dominantes (Theau et al., 2010). Cette identification a été facilitée par les informations sur la flore locale, issues des travaux d’inventaires successifs du MEPN (2003), de Ndiaye (1979), d’Adam (1961) et des travaux de cartographie floristique de la DPN (2009). Les contours des zones de présence de Cissus quadrangularis ont été répertoriés et géoréférencés avec un GPS. Chacune de ces zones (niveaux de couverture) a été affectée des indices de couverture et d’agglomération suivant l’échelle de Braun-Blanquet. Ces indices ont permis de codifier respectivement les taux de couverture et le stade de prolifération des peuplements de la plante. Sur une échelle de 1 à 5, ces indices permettent de rendre compte du stade d’invasion en tenant compte d’autres composantes du milieu telles que le substrat, l’altitude, etc. (Gillet, 2000)

10La digitalisation d’une image quickbird multi-spectrale de 2003 a permis d’établir la carte d’occupation du sol. Le choix de cette image est lié au fait que les années 2003, 2004 et 2005 correspondent, selon les travaux d’inventaire et les responsables du PNIM, à la période où l’espèce a commencé à s’étendre dans le Parc (Adam, 1961 ; Ndiaye, 1979 ; DPN, 2007 ; MEPN, 2003 ; DPN, 2009). La haute résolution de l’image (1m) permet une bonne séparation des différentes strates d’occupation du sol. Grâce à sa taille, la reconnaissance de la végétation ligneuse a été faite sans difficulté majeure. L’identification des groupements herbacés et lianescents tels que ceux à Andropogon gayanus et Cissus quadrangularis a été réalisée par la projection des coordonnées géographiques des contours des groupements végétaux relevés sur le terrain en utilisant le logiciel ArcGis. La projection des coordonnées sur l’image quickbird a permis la digitalisation en polygones des contours des différents groupements végétaux constituant le tapis herbacé. Cette digitalisation a permis de distinguer 10 classes qui ont conduit à l’établissement de la carte des faciès d’occupation du sol. L’extraction des classes correspondant aux différents niveaux de couverture du sol par C. quadrangularis (classe d’occurrence) a permis la réalisation de la carte d’occurrence des peuplements de l’espèce. Selon l’UICN (2011), cette carte représente la superficie délimitée par la ligne imaginaire continue la plus courte possible pouvant renfermer tous les sites connus, déduits ou prévus de présence actuelle de C. quadrangularis, à l’exclusion des individus erratiques. De même, la surface d’occupation qui correspond à la superficie occupée par les individus de l’espèce au sein de chaque niveau de couverture du sol a été évaluée dans le but d’estimer la surface totale occupée par l’espèce et apprécier l’ampleur de la prolifération.

11Pour les formes végétales (FV), les espèces ont été classées en herbes (H) pour les plantes herbacées et les lianes et en plantes arborescentes (Ar) et Arbustives (Abt).

12L’indice de couverture (abondance-dominance) n’étant pas linéaire, les coefficients d’abondance-dominance (AD) ont été transformés en des valeurs quantitatives moyennes, à partir des taux de recouvrement. Les équivalences des taux de recouvrement en fonction des coefficients d’abondance-dominance sont celles proposées par Gillet (2000). Les surfaces d’occupation réelle du C. quadrangularis ont été calculées pour chaque niveau de couverture du sol déterminé sur ArcGis, en les multipliant par les taux de recouvrement (Gillet, 2000). Par sommation de ces surfaces, l’on obtient la surface occupée par la plante et l’on peut calculer son taux d’occupation du sol.

13La surface d’occurrence de l’espèce (Sp) a été calculée suivant la formule proposée par Scherer (1984) :

14Avec Xi : superficie représentant l’occurrence de chaque niveau de couverture ou surface élémentaire de la zone d’occurrence ; n : le nombre de niveaux de couverture.

15La surface d’occupation du sol (Sr) par le taxon a été calculée selon la formule :

16Avec Ci : taux de couverture du peuplement.

17Les travaux sur le terrain et au laboratoire ont été complétés avec des entretiens avec d’anciens agents et des agents actuellement en fonction dans le Parc. Au total, 10 gestionnaires et 20 agents ayant travaillé dans le PNIM entre 1975 et 2010 ont été interviewés.

Résultats 

18Les principales espèces herbacées, ligneuses et lianescentes recensées sont indiquées dans le tableau 1.

Tableau 1. Liste des espèces rencontrées dans le PNIM avec leur type morphologique / List of species encountered in the NPIM with their biological type.

Familles

Nombre d’espèces

FV

Acanthaceae

Asystasia gangetica (L) T Anders.

H

Amaranthaceae

Amaranthus hybridus var. cruentus

H

Blutaparon vermiculare (L.) Mears

H

Anacardiaceae

Lannea humilis (Oliv.) Engl.

Abt

Arecaceae

Phoenix dactilifera

Ar

Asclepiadaceae

Calotropis procera (Ait.) R.Br.

Abt

Leptadenia hastata (Pers.) Decne.

H

Asteraceae

Tridax procumbens L.

H

Bombacaceae

Adansonia digitata L.

Ar

Boraginaceae

Cordia sinensis Lam.

Abt

Burseraceae

Commiphora africana (A. Rich.) Engl.

Abt

Cactaceae

Opuntia tuna (L.) Miller.

Abt

Casuarinaceae

Casuarina equisetifolia

Ar

Caesalpiniaceae

Tamarindus indica L.

Ar

Capparidaceae

Boscia senegalensis (Prs.) Lam. Ex Poir

Abt

Cadaba farinosa Forsk.

Abt

Capparis tomentosa Lam.

Abt

Commelinaceae

Commelina benghalensis L.

H

Commelina erecta L. subsp. Livingstoni (C.B. CL) Morton

H

Convolvulaceae

Ipomoea coptica (L.) Roth ex Roem. & Schult.

H

Merremia aegyptia (L.) Urban

H

Cyperaceae

Cyperus esculentus L.

H

Euphorbiaceae 5

Euphorbia balsamifera Ait.

Abt

Euphorbia hirta L.

H

Jatropha chevalieri Beille.

Abt

Jatropha curcas L.

Abt

Phyllanthus amarus Schum. & Thom

H

Fabaceae

Canavalia rosea (Sw.) D.C.

H

Crotolaria senegalensis (Pers.) Bacle ex DC.

H

Indigofera secundifolia Poir.

H

Tephrosia bracteolata Guill. & Perr.

H

Malvaceae

Hibiscus physaloides Guill. & Per.

H

Mimosaceae

Prosopis glandulosa Torrey

Ar

Moraceae

Ficus lutea Vahl

Ar

Nyctaginaceae

Boerhavia diffusa L.

H

Poaceae

Andropogon gayanus var. bisquamulatus (Hochst) Hack.

H

Brachiaria lata (Schumach.) Hubb.

H

Enteropogon prieurii (Kunth.) Clayton

H

Dactyloctenium aegyptium Beauv.

H

Digitaria horizontalis Willd.

H

Pennisetum pedicellatum Trin.

H

Pennisetum polystachion (L.) Schult.

H

Portulacaceae

Portulaca oleracea L.

H

Rhamnaceae

Zyziphus mauritiana Lam.

Abt

Tiliaceae

Grewia tenax (Forsk.) Fiori.

Abt

Vitaceae

Ampelocissus pentaphylla (Gill. & Perr.) Gilg & Brandt

H

Cissus quadrangularis L.

H

19Ce sont au total 48 espèces qui ont été répertoriées et réparties en 44 genres et 27 familles botaniques. Les 4 familles les mieux représentées sont les Poaceae (7 espèces), les Euphorbiaceae (5 espèces), les Fabaceae (4 espèces) et les Capparidaceae (3 espèces). Elles sont suivies par 4 familles bispécifiques que sont les Asclepiadaceae, les Commelinaceae, les Convolvulaceae et les Vitaceae. Les autres familles sont monospecifiques (Acanthaceae, Anacardiaceae, Arecaceae, Asteraceae, Bombacaceae, Boraginaceae, Burseraceae, Cactaceae, Casuarinaceae, Caesalpiniaceae, Malvaceae, Mimosaceae, Moraceae, Nyctaginaceae, Portulacaceae, Rhamnaceae et Tiliaceae).

20En ce qui concerne la typologie morphologique, les formes herbacées représentent 60,4 % des espèces inventoriées. Elles sont suivies par les formes arborescentes (27,1 %) et les formes arbustives (12,5 %).

21Trois types d’unités ont été cartographiés. Ce sont des affleurements rocheux, des sols nus et des groupements végétaux. Les groupements végétaux au nombre de huit sont : le groupement à Andropogon gayanus et Jatropha chevalieri ; le groupement à Andropogon gayanus, Boscia senegalensis, Cissus quadrangularis et Jatropha chevalieri ; le groupement à Boscia senegalensis, Cissus quadrangularis, Jatropha chevalieri et Pennisetum pedicellatum ; le groupement à Euphorbia balsamifera et Cissus quadrangularis ; le groupement à Andropogon gayanus, Boscia senegalensis et Cissus quadrangularis ; le groupement à Cordia sinensis, Grewia tenax, Cissus quadrangularis et les groupements à Adansonia digitata et à Cissus quadrangularis.

22Les superficies et les pourcentages des principaux faciès d’occupation du sol en 2010 sont indiqués dans le tableau 2.

Tableau 2. Superficies et pourcentages des faciès d’occupation du sol dans les zones du PNIM en 2010 / Areas and percentages of land facies in areas of NPIM in 2010.

Faciès d’occupation

Zones occupées

Superficie (ha)

Pourcentage ( %)

Affleurement rocheux

Falaise rocheuse autour de l’île

7,22

34,53

Sol nu

Plateau ouest, nord-ouest à est

2,06

9,85

Dominance de Andropogon gayanus ; Jatropha chevalieri.

Plateau sud-ouest à est, nord-est

5,77

27,59

Dominance de Andropogon gayanus ; Boscia senegalensis ; Cissus quadrangularis ; Jatropha chevalieri.

Plateau est, nord-est à est, sud-est

0,92

4,40

Dominance de Boscia senegalensis ; Cissus quadrangularis ; Jatropha chevalieri ; Pennisetum pedicellatum.

Plateau est à sud-est

0,48

2,29

Dominance de Euphorbia balsamifera ; Cissus quadrangularis.

Plateau est à est, sud-est

1,07

5,12

Dominance de Andropogon gayanus ; Boscia senegalensis ; Cissus quadrangularis.

Plateau est, sud-est à sud, sud-est

1,44

6,89

Dominance de Cordia sinensis ; Grewia tenax ; Cissus quadrangularis.

Crique Hubert ; thalweg nord, nord-est à sud

1,05

5,02

Dominance de Adansonia digitata ; Cissus quadrangularis.

Thalweg est à sud

0,3

1,43

Dominance de Cissus quadrangularis.

Plateau est

0,62

2,97

Superficie totale des faciès d’occupation du PNIM

20,9 1

100

23Les affleurements rocheux représentent 34,5 % et les sols nus près de 10 % de l’ensemble des faciès d’occupation. Le groupement herbacé le plus étendu est celui à Andropogon gayanus et Jatropha chevalieri (27,59 %) ; il se situe sur le plateau. Sur les autres unités géomorphologiques constituées par les falaises, les talwegs et la crique Hubert, C. quadrangularis figure parmi les espèces dominantes des groupements végétaux herbacés. À l’extrême Est du plateau, les peuplements purs et continus de C. quadrangularis occupent près de 3 % de la superficie totale des faciès d’occupation du PNIM. La cartographie des différents faciès d’occupation du PNIM est indiquée sur la figure 2.

Figure 2. Carte d’occupation des sols du PNIM / Land cover map of the NPIM

Figure 2. Carte d’occupation des sols du PNIM / Land cover map of the NPIM

24Les sept (7) niveaux de couverture du sol par les peuplements de Cissus quadrangularis sont : les peuplements purs et continus couvrant 90 % du sol ; les peuplements fermés et fragmentés en petits îlots couvrant 57 % du sol ; les peuplements fermés et anastomosés à contours nets couvrant 32 % du sol ; les peuplements purs et continus couvrant 14 % du sol ; les peuplements fermés et fragmentés en petits îlots couvrant 14 % du sol et les peuplements fragmentés et isolés couvrant 0,3 % du sol. Les surfaces d’occurrence et d’occupation des différents niveaux de couverture sont indiquées dans le tableau 3.

Tableau 3. Surfaces d’occurrence et d’occupation de C. quadrangularis dans le PNIM /Areas of occurrence and occupancy of C. quadrangulaires in NPIM.

Niveaux de couverture

Stade de prolifération

Taux de couverture ( %)

Surfaces d’occurrence (ha)

Surfaces d’occupation (ha)

Peuplement pur et continu

90

1,23

1,10

Éléments formant des peuplements fermés, fragmentés en petits îlots

57

0,32

0,18

Éléments formant des peuplements fermés, fragmentés en petits îlots

32

1,58

0,50

Éléments formant plusieurs peuplements fermés, souvent anastomosés, à contours nets (réseaux) ;

32

0,45

0,14

Peuplement pur et continu

14

0,06

0,0

Éléments formant des peuplements fermés, fragmentés en petits îlots

14

1,35

0,18

Éléments constitués de fragments isolés

0,3

0,7

0,0

Surface totale

5,69

2,1

25La surface d’occurrence des peuplements de C. quadrangularis (5,69 hectares) représente 27,2 % de la superficie totale du PNIM. La surface d’occupation de ces peuplements à l’intérieur de la zone d’occurrence représente 10,0 % de la surface totale et correspond à une superficie au sol de 2,1 hectares.

26Les peuplements fermés et fragmentés en petits îlots sont les plus fréquents sur l’île. Leur surface d’occurrence (2,9 hectares) représente plus de la moitié de la surface d’expansion des peuplements de C. quadrangularis (5,7 hectares). Ensuite viennent les peuplements purs et continus (1,1 hectare). Ces derniers se retrouvent sur plus de la moitié de la surface totale d’occupation du sol par les peuplements de la plante (2,1 hectares). Les autres niveaux de couverture ont des surfaces d’occurrence et d’occupation inférieures à un hectare. La cartographie des différents niveaux d’occurrence est présentée sur la figure 3.

Figure 3. Carte d’occurrence des peuplements de C. quadrangularis dans le PNIM / Occurrence map of the populatings of C. quadrangularis in the NPIM

Figure 3. Carte d’occurrence des peuplements de C. quadrangularis dans le PNIM / Occurrence map of the populatings of C. quadrangularis in the NPIM

27La zone d’expansion des peuplements de C. quadrangularis est essentiellement localisée sur la partie sud-est du plateau de l’île. Sur les autres unités géomorphologiques constituées par les falaises, les talwegs et la crique Hubert, les peuplements de C. quadrangularis n’apparaissent que par endroits.

Discussion

28Les résultats de l’inventaire de cette étude sont comparables à ceux de l’inventaire du MEPN (2003). L’examen des résultats de ces deux inventaires montre que les familles les plus importantes sont les Poaceae, les Euphorbiaceae, les Fabaceae et les Capparidaceae. Les formes végétales les plus représentées sont les herbacées. La végétation est constituée de taxons à affinité soudano-sahélienne. La richesse floristique recensée (48 espèces) est inférieure à celle obtenue par les travaux d’inventaire de MEPN en 2003 (63 espèces), Lô et Maymart en 1982 (91 espèces) et Adam en 1961 (91 espèces). Cela peut s’expliquer par le fait que notre étude n’a pris en compte que les espèces visuellement abondante, susceptible de constituer les groupements végétaux dominants (Theau et al., 2010).

29Cissus quadrangularis serait introduite sur l’île entre le 15e et le 19e siècle (DPN, 2009). Elle y a été signalée dans les années 60 (Adam, 1961). Selon les agents du parc, c’est au niveau de la steppe buissonnante que se localiseraient les premiers groupements de C. quadrangularis installés dans le PNIM. Dans les années 70, les peuplements de la plante sont apparus au niveau de la crique Hubert. En 1979, l’abondance de la plante sur le plateau sud a été signalée (Ndiaye, 1979). Trente années plus tard, en 2009, la plante a envahi les différents biotopes du PNIM. Aux pieds des falaises rocheuses, les peuplements purs de la plante s’étalent sur le substrat rocheux. Le caractère lianescent de la plante lui permet de s’étendre sur les rochers, là où des espèces érigées ne peuvent pas s’installer. Sur la limite supérieure des falaises (entre le plateau et les falaises), les individus de C. quadrangularis forment des peuplements denses qui pénètrent les anfractuosités des falaises rocheuses. D’autres peuplements sont aussi installés sur les limites inférieures de la végétation des falaises.

30En 1970, Phalacrocorax carbo (Grand Cormoran) a été introduit sur l’île. Actuellement, les falaises du nord et de l’est de l’île sont parsemées de sites de nidification du Grand Cormoran. Cet oiseau utilise les fragments de tige de C. quadrangularis pour construire son nid sur ces falaises rocheuses. Il semble que l’expansion de la plante vers les plateaux est due à ce mode de dissémination. L’extension pourrait aussi être facilitée par le transport des fragments de tige par le vent et les eaux de ruissellement. La prolifération de C. quadrangularis a entrainé l’installation d’un tapis monospécifique à l’est du plateau.

31La cartographie de la surface d’occurrence des peuplements de C. quadrangularis présente 8 niveaux de couverture du sol par les individus de la plante. Par endroits, les peuplements sont fragmentés, isolés avec un faible taux de couverture de la zone d’occurrence (0,3 %) ou les peuplements sont purs et continus avec des taux de couverture atteignant les 90 %. Ces peuplements sont présents sur la diversité des biotopes du parc. Sur le plateau, les peuplements de C. quadrangularis contribuent à retenir les particules meubles des sols qu’ils protègent contre l’action érosive du vent. Le tapis monospécifique de C. quadrangularis à l’est du plateau recouvre les espèces sous-jacentes et semble les priver de lumière. Les individus d’Euphorbia balsamifera et de Boscia senegalensis qui s’y trouvent sont desséchés et morts. Au niveau des thalwegs, la flore est caractérisée par le nanisme de la végétation ligneuse à port érigé, tel que Adansonia digitata, qui est une adaptation aux embruns marins. C. quadrangularis recouvre partiellement les branches des baobabs nains. Au niveau de la steppe buissonnante, la plante est rare alors qu’au niveau de la strate herbacée, elle se mêle aux autres espèces herbacées qui recouvrent le sol. La surface occupée par les peuplements de la plante (2,1 ha) contribue à réduire les espaces occupés par les autres espèces. Ces résultats sont semblables à ceux de Vos (2003) qui a noté que les espèces lianescentes proliférantes étouffent la végétation en dessous par la double action de leur poids qui brise les arbres et de leur recouvrement qui réduit l’intensité lumineuse, ce qui empêche toute photosynthèse. Selon l’UICN cité par Soubeyran (2008), C. quadrangularis fait partie des 100 espèces les plus envahissantes au monde.

32Les différents paramètres ci-dessus observés sur le terrain confirment une grande capacité de colonisation de l’espace dans le développement de la plante. Une telle capacité semble répondre parfaitement à la notion de plante proliférante définie par l’UICN selon Peltre et al. (2008). Selon ces auteurs, une « espèce envahissante ou proliférante » est une espèce occupant rapidement un site donné en colonisant les habitats disponibles, souvent au détriment des espèces indigènes. Selon Peltre et al. (2002), cette notion à connotation négative est rattachée aux nuisances causées par la plante dans le milieu. Ces assertions répondent parfaitement à celles attribuées à C. quadrangularis dont l’évolution a été observée dans le PNIM pendant plusieurs mois.

Conclusion

33L’inventaire floristique dans le Parc national des Iles de la Madeleine a permis de recenser 48 espèces, réparties en 44 genres et 27 familles. Parmi ces familles, les plus importantes sont les Poaceae (07 espèces) et les Euphorbiaceae (05 espèces). Par ailleurs, l’étude phytosociologique a permis de mettre en évidence huit groupements végétaux au sein desquels Cissus quadrangularis est l’espèce la plus fréquente.

34Actuellement, 27,21 % du PNIM est occupé par Cissus quadrangularis. La prolifération de la plante a des incidences négatives sur certaines espèces végétales, à l’instar de Euphorbia balsamifera, Boscia senegalensis, et donc sur la biodiversité. Il apparait nécessaire, pour la sauvegarde de la biodiversité du Parc, que des mesures de contrôle et de suivi des peuplements végétaux soient rapidement entreprises.

35Une étude approfondie sur la bio-écologie de Cissus quadrangularis pourrait certainement aider dans le choix des techniques et méthodes de contrôle appropriées contre l’expansion de l’espèce dans le Parc national des Iles de la Madeleine.

Remerciements

36Ce travail a été réalisé avec l’appui du Programme de gestion intégrée des ressources marines et côtières en Afrique de l’Ouest, la Direction des Parcs nationaux du Sénégal, le Laboratoire d’enseignement et de recherche en géomatique et l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Nous remercions Messieurs Patrick Ondo Okama, Christophe Roland Zinga Koumba et Mademoiselle Ornella Clémence N’neghe Mintsa pour leurs remarques et suggestions sur le manuscrit.

Haut de page

Bibliographie

Adam, J.G., 1961, Flore et végétation de l’île de la Madeleine (Dakar), Extrait du Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire. Tome XXIII, série A, n° 3, Avril 1961, Dakar (Sénégal), pp. 708-715.

Ba, A. T., K. Noba, B. Sambou, A. Goudiaby, C. Mbow, M. S. Mbaye, N. Ndour et A. A. Camara, 2009, Étude botanique et écophysiologique de Mimosa pigra et Mitragyna inermis pour une stratégie de contrôle de ces plantes envahissantes dans les mares de Simenti et de Kountadala du Parc national du Niokolo koba, Rapport d’étude pour le ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature et UCAD (Sénégal), réalisé par le Groupe d’intérêt scientifique de l’UCAD, 70 p.

BirdLife International, 2013, Phaéton aethereus. La Liste rouge de l’UICN des espèces menacées 2013 : 2.T22696637A48968359, [en ligne] URL : Http://dx.doi.org/10.2305/IUCN.UK.2013-2.RLTS.T22696637A48968359.en, consulté le 19 février 2016.

Centre de suivi écologique (CSE), 2010, Rapport sur l’état de l’environnement au Sénégal, Édition 2010, ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature et Centre de suivi écologique, 266 p.

Direction des Parcs nationaux (DPN), 2007, Élaboration du Plan d’Aménagement et de Gestion (PGA) du Parc national des îles de la Madeleine, ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature, Direction des Parcs nationaux (DPN), Dakar, Sénégal, 77 p.

Direction des Parcs nationaux (DPN), 2009, Plan de Gestion du Parc national des îles de la Madeleine (2010-2014), ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature, Direction des Parcs nationaux (DPN), Dakar, Sénégal, 77 p.

Gillet, F., 2000, La phytosociologie synusiale intégrée-guide méthodologique, Document du Laboratoire d’écologie végétale et de Phytosociologie, Institut de Botanique, Université de Neufchâtel, Suisse, 68 p.

Lavie, P., 1990, Vitacées de l’ouest africain : espèces sénégalaises, ministère de la Coopération et du Développement de la France, Laboratoire de la vigne, Faculté des Sciences de l’Université de Bourgogne, Dijon, France, pp. 65-74.

Lefeuvre, J-C., 2013, Les invasions biologiques, un danger pour la biodiversité, Buchet et Chastel, Paris, 331 p.

Lô, M. et G. Maynart, 1982, Contribution à l’étude de la flore et de la végétation des îles de la Madeleine, mémoires de l’IFAN, 92, pp. 93-99.

Lowe, S., M. Browne, S. Boudjelas et M. De Poorter, 2007, 100 Espèces Exotiques Envahissantes les plus néfastes au monde, Global Invasive Species Database, Aliens du 12 décembre 2000, 12 p.

Ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature (MEPN), 2003, Étude préliminaire de la flore et de la végétation du Parc national des îles de la Madeleine, éléments pour un plan d’action prioritaire, Laboratoire de Botanique et Biodiversité, Département de Biologie Végétale, Faculté des Sciences et Techniques, UCAD Dakar, Sénégal, 20 p.

Ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature (MEPN), 2010, Rapport sur l’état de l’environnement au Sénégal, Édition 2010, ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature, Centre de suivi écologique, Dakar, 266 p.

NDiaye, P., 1979, La distribution de la végétation sur les terrains volcaniques de la presqu’île du Cap-Vert, Étude biogéographique, Extrait du Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, Tome 40, série A, n° 2, avril 1978, IFAN Dakar, Sénégal, 311 p.

Nzengué, E., 2012, Bio-écologie et test de contrôle du comportement envahissant des peuplements de Cissus quadrangularis L. dans le Parc national des îles de la madeleine, mémoire DEA en sciences de l’environnement, Institut des sciences de l’environnement de la Faculté des sciences et techniques, UCAD de Dakar, 72 p.

Nzengue E., C. R. Zinga-Koumba, I. D. Midoko, H. R. Memiaghea, A. Thiam , B. Sambou et J. F. Mavoungou, 2015, Essai de lutte intégrée contre la prolifération de Cissus qua drangularis L. (Vitaceae) dans le Parc National des Iles de la Madeleine (Sénégal), Journal of Applied Biosciences 91 : 8529 – 8538, ISSN pp. 1997–5902.

Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), 1979, Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, Liste du patrimoine mondial, Proposition d’inscription présentée par le Sénégal : Parc National des Iles de la Madeleine, 6 p.

Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), 2008, L’avenir de l’environnement en Afrique, le Passé le Présent l’Avenir, Earthprint Limited, Royaume-Uni, 421 p.

Peltre, M.C., S. Muller, M. Ollivier, A. Dutartre, J. Barre, J. Haury, et M. Tremoliere, 2002, Les proliférations végétales aquatiques en France : caractères biologiques et écologiques des espèces et milieux propices, I. Bilan d’une synthèse bibliographique, Bull. Fr. Pêche Piscic., 365/366, pp. 237-258.

Peltre M.-C., A. Dutartre, M.-H. Barrat-Segretain et S. Dandelot, 2008, Biologie des macrophytes à potentiel proliférant. Ingénieries Eau-Agriculture-Territoires, Numéro spécial « Plantes aquatiques d’eau douce : biologie, écologie et gestion », pp. 109-123.

Scherer, B., 1984, Biostatistique, Édition Morin Gaëtan, 850 p.

Soubeyran Y., 2008, Espèces exotiques envahissantes dans les collectivités françaises d’Outre-Mer, état des lieux et recommandations, Collection Planète Nature, Comité français de l’UICN, Paris, France, 204 p.

Teyssèdre, A. et R. Barbault, 2009, Invasions d’espèces : cause ou conséquence de la perturbation des écosystèmes ? Pour la Science, 376 : 22-25.

Theau J-P., P. Cruz, D. Fallour, C. Jouany, E. Lecloux et M. Duru, 2010, Une méthode simplifiée de relevé botanique pour une caractérisation agronomique des prairies permanentes, Fourrages, numéro 201, Éditeur INRA, UMR 1248 AGIR, BP 52 627, F-31326 Castanet-Tolosan, pp. 19-25.

Thiam A., 1982, Contribution à l’étude pharmacodynamique d’une plante médicinale traditionnelle : Cissus quadrangularis (Vitacées), Thèse de Doctorat, Ecole Inter-Etats des sciences et médecine vétérinaire de l’UCAD de Dakar, Sénégal, 73 p.

Thiam A., 2012, Étude de la flore vasculaire, de la végétation et des macrophytes aquatiques proliférants dans le Delta du fleuve Sénégal et le lac de Guiers (Sénégal), Thèse de doctorat d’État ès Sciences Naturelles, Faculté des Sciences et Techniques, UCAD de Dakar, 236 p.

Triplet P., 2009, Manuel de gestion des aires protégées d’Afrique francophone, Edition Paris : Awely, 1215 p.

Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), 2011, Guide pratique pour la réalisation de Listes rouges régionales des espèces menacées - Méthodologie de l’UICN et démarche d’élaboration, Paris, France ; pp. 24-30.

Vitousek, P.M., C.M. d’Antonio, L. L. Loope, M. Rejmanek et R. Westbrooks, 1997, Introduced species : a significant component of human-caused global change, New Zealand Journal of Ecology, 2 1, pp. 1-16.

Vos, P., 2003, Études des plantes ligneuses envahissantes de l’archipel des Comores (Union des Comores et Mayotte), Note thématique sur la santé des forêts et la biosécurité, Document de travail FBS/5F, Département des forêts, Division des ressources forestières, FAO, Rome (non publié), 38 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte de localisation du Parc National des Iles de la Madeleine (PNIM) / Localization map of the Parc National des Iles de la Madeleine (NPIM)
Crédits Source : DPN, 2009 
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/16880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/16880/img-2.png
Fichier image/png, 1,7k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/16880/img-3.png
Fichier image/png, 1,8k
Titre Figure 2. Carte d’occupation des sols du PNIM / Land cover map of the NPIM
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/16880/img-4.png
Fichier image/png, 524k
Titre Figure 3. Carte d’occurrence des peuplements de C. quadrangularis dans le PNIM / Occurrence map of the populatings of C. quadrangularis in the NPIM
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/16880/img-5.png
Fichier image/png, 587k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ephrem Nzengue, Bienvenu Sambou, Abou Thiam, Kandioura Noba, Yacinthe Sambou et Jacques François Mavoungou, « Prolifération de Cissus quadrangularis L. dans le Parc National des Iles-de-la-Madeleine, Sénégal », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Regards / Terrain, mis en ligne le 04 avril 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/16880 ; DOI : 10.4000/vertigo.16880

Haut de page

Auteurs

Ephrem Nzengue

Doctorant, Institut de recherche en écologie tropicale du Centre national de la recherche scientifique et technologique du Gabon, BP : 13 354 Libreville, Gabon, téléphone : 241 031, courriel : nzengue_ephrem@yahoo.fr

Bienvenu Sambou

Enseignant-Chercheur, maître de conférences, Institut des sciences de l’environnement, Faculté des sciences et techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal

Articles du même auteur

Abou Thiam

Enseignant-Chercheur, maître de conférences, Institut des sciences de l’environnement, Faculté des sciences et techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal

Articles du même auteur

Kandioura Noba

Enseignant-Chercheur, professeur titulaire, Département de biologie végétale, Faculté des sciences et techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal

Yacinthe Sambou

Doctorant, Institut des sciences de l’environnement, Faculté des sciences et techniques, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal

Jacques François Mavoungou

Enseignant-Chercheur, maître de conférences, Institut de recherche en écologie tropicale du Centre national de la recherche scientifique et technologique, Gabon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page