Navigation – Plan du site

Le paysagiste et l'écologue : comment obtenir une meilleure collaboration opérationnelle ?

Sylvain Morin, Sébastien Bonthoux et Philippe Clergeau

Résumés

La nécessité de prendre en compte les enjeux environnementaux et écologiques dans l’aménagement du territoire est mise en avant dans plusieurs textes politiques et juridiques. Cependant, la déclinaison des objectifs de conservation de la biodiversité à l'échelle locale est encore très sommaire. D'autre part, la seule approche écologique occulterait la relation aux usages et aux ambiances qui est du ressort du paysagiste. Dans cet article, nous analysons la relation entre paysagistes concepteurs et écologues et faisons différentes propositions pour améliorer la prise en compte des enjeux et des connaissances écologiques dans les projets d'aménagement. Tout d'abord, il est nécessaire de décloisonner la culture des paysagistes et celle des écologues et de faire dialoguer les formations. Les connaissances provenant de la recherche devraient également être synthétisées et rendues plus abordables pour les praticiens. Les paysagistes et les écologues devraient être plus reconnus par la maîtrise d'ouvrage et mieux intégrés dans les services d'aménagement des collectivités. Dans l'objectif de créer des paysages multifonctionnels, il est primordial de croiser les différentes approches intuitives, sensibles et scientifiques et les différents outils tout au long du processus de projet. Enfin, dans le but de capitaliser sur les connaissances développées au cours des projets et d'effectuer des retours sur expérience, des phases d'expérimentation, de suivis et d'évaluation des objectifs pourraient être développées durant le processus de conception.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La nécessité de prendre en compte les enjeux écologiques dans les activités humaines est maintenant bien reconnue par la communauté scientifique. Les services écosystémiques rendus par la nature sont nombreux, même en ville, et tous les travaux montrent que le bien-être de notre société est directement dépendant du fonctionnement naturel (Millenium Ecossytem Assessment, 2005). La mise en avant de l'écologie dans le discours politique est grandissante. En France, la stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020, déclinaison de la Convention sur la biodiversité biologique au niveau mondial et portée par le ministère de l'Écologie, fixe pour ambition de préserver, restaurer, renforcer et valoriser la biodiversité. Cette stratégie soutient des projets publics ou privés avec une composante écologique. Les objectifs écologiques se retrouvent également dans des textes juridiques récents. La loi Grenelle I de 2009 et son application la loi Grenelle II de 2010 imposent par exemple la mise en place sur le territoire français d'une Trame verte et bleue (TVB) visant à rétablir des continuités et fonctionnalités écologiques à différentes échelles. D'autre part, un projet de loi Biodiversité visant à mieux protéger et valoriser les ressources naturelles et les services rendus par les écosystèmes est en cours.

2Même si ces différents documents très généraux sont plutôt prometteurs, la déclinaison des problématiques écologiques à l'échelle locale et dans les aménagements reste sommaire. La conception et la construction des paysages urbains ou ruraux se font encore trop souvent sans compréhension des enjeux de biodiversité ni maîtrise des connaissances écologiques.

3La prise en compte de ces enjeux de biodiversité dans les projets d’aménagement du territoire semble surtout souffrir du manque de concertation entre disciplines très en amont des projets (Ambroise, 2010 ; Descamps, 2010). Si certains appels d’offres font actuellement référence au Grenelle pour imposer des objectifs de TVB (en ville comme en campagne), la grande majorité des projets ne fait toujours pas appel à l’écologie fonctionnelle, ni dans la planification locale, ni dans la maîtrise d’œuvre. Sur ce dernier point, le contexte de la loi MOP (Loi relative à la maîtrise d'ouvrage publique et à ses rapports avec la maîtrise d'œuvre privée) ne constitue pas un cadre adapté à une intégration intelligente des compétences des paysagistes concepteurs et des écologues, absolument nécessaire pour traiter d’un projet d’aménagement. L’intervention de bureaux d’études naturalistes, parfois appelés en sous-traitance, est limitée aux recensements d’espèces et n’est pas satisfaisante ni sur le fonctionnement des systèmes (travail de l’écologue), ni sur la relation aux ambiances, perceptions, usages et modes de vie (travail du paysagiste). Le processus de gouvernance et les teneurs des appels d’offres limitent les compétences nécessaires au projet de territoire et ne facilitent pas les interfaces opérationnelles entre paysagistes et écologues. De plus, les retours d’expériences sur des projets font cruellement défaut. Outre une littérature segmentée à chacune de ces compétences, il n’y a en effet pas ou peu de travail permettant de situer le quand et le comment rapprocher des compétences qui peuvent créer un paysage multifonctionnel, c’est-à-dire dans un objectif simultané de conservation ou de développement de la biodiversité et de l’amélioration ou du développement d’activités humaines.

4Dans cet article, à partir d’expériences croisées, d’interviews et de références bibliographiques, nous proposons quelques pistes de réflexion pour promouvoir une meilleure concertation entre paysagistes et écologues, entre praticiens et chercheurs, et pour améliorer la prise en compte des connaissances écologiques dans le processus de conception et les projets d'aménagement.

Méthode

5Dans le cadre de cette étude, nous avons utilisé trois approches complémentaires pour répondre à notre questionnement. Tout d'abord, sur la base de nos parcours variés (voir la biographie), de nos connaissances des formations et des pratiques professionnelles ainsi que de nos collaborations antérieures sur des appels d’offres ou sur des enseignements, nous avons échangé et croisé nos points de vue sur les postures des paysagistes et des écologues et leurs moments de concertation.

6Deuxièmement, pour ne pas rester seulement sur nos exemples français et évaluer si la problématique des relations écologie-conception du paysage est abordée à l'étranger, nous avons fait un inventaire de la littérature scientifique. Cette recherche d'articles a été faite avec le moteur de recherche Google scholar et le croisement des mots clés suivants : « ecology », « landscape architecture », « design », « adaptiv design ». Alors que des milliers d’articles correspondent à chacun de ces critères, nous n’avons identifié que huit articles scientifiques internationaux récents en rapport avec notre questionnement : Ahern, 2005 ; Brown et Curry, 2011 ; Musacchio, 2011 ; Felson et al., 2013 ; Leger et al., 2013 ; Ahern et al., 2014 ; Grose, 2014 ; Oldfield et al., 2015). Les auteurs de ces articles sont des paysagistes (« landscape architect »), des écologues (« ecologist ») ou encore des urbanistes (« urban planner »). La plupart des écrits français appartiennent à la littérature grise et sont difficilement accessibles. Nous avons néanmoins considéré plusieurs documents français qui proposent des pistes de réflexion par rapport à notre question : l'ouvrage collectif « Écologies à l'oeuvre » des carnets du paysage de l'ENSP Versailles coordonné par B. Lizet et M. Rumelhart (2010), le numéro « Réconcilier nature et paysage » de la revue Espaces naturels (2010) et l'ouvrage « Trames vertes urbaines » (Clergeau et Blanc, 2013).

7Notre dernière approche a consisté en une évaluation des liens entre pratiques des paysagistes et des écologues à travers des enquêtes. Nous avons mené des entretiens semi-directifs en mai 2015 auprès de différents professionnels, exerçant principalement en Ile-de-France. Ces entretiens ont été faits auprès de dix personnes : six paysagistes exerçant dans différents bureaux d'étude, trois écologues exerçant en bureau d'étude ou en collectivités et une ancienne élue, représentant une maîtrise d'ouvrage. Différents thèmes ont été abordés avec les interviewés : leur formation initiale, leur point de vue sur la place du paysage ou de l'écologie dans les aménagements, leur collaboration avec des écologues ou paysagistes dans leur pratique professionnelle, leur retour d'expérience, leur perception de l'évolution des pratiques (voir Annexe).

8De manière générale, l’ensemble des acteurs interrogés, nous compris, a montré une certaine convergence de point de vue sur la pratique, ses manques et ses nécessaires évolutions. Dans les parties suivantes, les éléments de résultats et les préconisations d'amélioration proposés sont issus du croisement des trois approches décrites précédemment.

Faire évoluer et décloisonner les formations et les pratiques

9Le manque de concertation entre paysagistes et écologues est en grande partie la conséquence d'une différence de cultures (Rumelhart, 2010 ; Toublanc, 2010). Ceci est rappelé par la plupart des interviewés et est apparu clairement dans nos discussions d’auteurs. Cette différence de culture n'est pas propre à la France, puisque Grose (2014), enseignante en écologie à la « Faculty of architecture, building and planning » à l'Université de Melbourne, pointe aussi du doigt les différences de langage, de théories et d'approches entre les deux disciplines. Il y a pourtant un rapprochement à noter entre les deux disciplines depuis quelques décennies, qui est certainement la conséquence du probable changement de regard porté par les écologues sur l’écologie. De l’étude locale des interactions entre les organismes vivants et leur biotope, les écologues ont changé d'échelle. Ils intègrent dorénavant dans leurs études les effets (positifs ou négatifs) des activités humaines et s'intéressent aussi au même objet que les paysagistes : le paysage.

10Inversement, avec les enjeux liés aux changements globaux (changement climatique, changements d'occupation des sols) et au développement durable, le paysagiste s’intéresse peu à peu aux questions environnementales, à la problématique du maintien de la biodiversité, de ses fonctions et des habitats, allant ainsi à la rencontre de sujets traditionnellement abordés par les écologues. Cette évolution a été évoquée par plusieurs interviewés. Il s’opère ainsi aujourd’hui un changement de paradigme en écologie appliquée et en paysage nécessitant de mieux comprendre l’état des relations et collaborations entre les deux disciplines afin d’en améliorer la co-construction.

11En France, les formations des paysagistes et des écologues sont très différentes, sur l'approche pédagogique, le contenu des cours enseignés, la forme de ces cours et également l'origine et le statut des enseignants intervenant dans les formations (Tableau 1).

Tableau 1. Comparaison des formations niveau master d'écologue et de paysagiste.

Éléments de comparaison

Formation d'écologue

Formation de paysagiste

Lieux de formation

-Nombreuses universités (la voie principale) : cursus de biologie puis d'écologie avec différentes spécialisations possibles

-Écoles d'ingénieurs en agronomie, spécialisation en écologie

-Six écoles menant à un niveau Master, mise en place d'un diplôme (Diplôme d'État de Paysagiste) commun à 4 écoles

Effectifs

-Plusieurs centaines d'étudiants en début de Licence puis quelques dizaines en Master

-Entre 30 et 70 étudiants par promotion en fonction des écoles

Types d'enseignements

-Cours magistraux

-TD, TP, sorties

-Stages en laboratoires de recherche ou en milieu professionnel

-Cours magistraux

-TD, TP, sorties

-Atelier de projet (travail sur des études d'aménagements, part importante du temps de travail des étudiants)

-Stages en milieu professionnel

Contenu des enseignements

-Enseignement scientifique orienté vers la biologie, puis spécialisation en écologie et géographie (dont l'écologie du paysage)

-Approche surtout quantitative (statistiques, Système d'information géographique)

-Approche interdisciplinaire : sciences naturelles, sciences humaines et techniques de représentation graphiques

-Approche surtout qualitative et sensible (dessin, photo, infographie)

Types d'enseignant (en majorité)

-Enseignants-chercheurs alternant entre enseignement et recherche académique

-Enseignants ayant aussi une activité de praticien (paysagiste, architecte, plasticien...)

12La formation des paysagistes se veut souvent généraliste. Elle fait appel à de nombreux outils graphiques pour aborder le paysage de manière sensible à de multiples échelles, mais également des outils scientifiques et techniques mis au service du projet de paysage. Une large place est donnée à l’histoire des jardins et des villes, l’esthétique et l’organisation spatiale. Elle est principalement axée sur les démarches conceptuelles et les exercices appliqués, avec une grande partie des enseignements s'effectuant en atelier, sur des cas concrets. D'autre part, les enseignants sont aussi souvent des praticiens exerçant en bureau d'étude ou en maîtrise d’ouvrage.

13La formation des écologues est plus spécialisée sur les sciences du vivant et de l'environnement. L'approche est quantitative, conceptuelle et théorique, avec un lien fort avec la recherche académique. Les fonctionnements et l’analyse des mécanismes biologiques sont au cœur de la formation, depuis l’autoécologie jusqu’à l’écologie du paysage. L'application ou la mise en oeuvre des connaissances dans des projets concrets durant la formation est assez limitée. Même si le paysage et l'écologie se disent pluridisciplinaires, une forte différence culturelle porte sur la manière dont les deux disciplines abordent un site (Grose, 2014). Les paysagistes ont une approche très contextuelle (en lien avec l'histoire, la culture et les usages locaux) et abordent la compréhension d'un site de manière essentiellement anthropocentrée, la finalité étant bien souvent la réalisation d’un projet au service de l’homme. L’écologue, lui, se base plutôt sur une approche biologique fonctionnelle cherchant à dégager les divers paramètres actifs, tant biotiques (communautés végétales et animales en présence, activités humaines…) qu’abiotiques (sol, climat…). De plus, les productions de ces disciplines sont très différentes : l’écologue produit de la connaissance et valorise son travail dans des ouvrages et articles alors que le paysagiste produit le plus souvent des études et des projets d'aménagement (du jardin au grand territoire) sans valorisation par la publication.

14L'écologie du paysage et l'écologie urbaine, dont les concepts et les résultats se développent rapidement depuis quelques dizaines d'années (Clergeau, 2007), sont maintenant devenues des disciplines incontournables pour comprendre les fonctionnements écologiques dans les mosaïques paysagères. D'autre part, elles font partie des quelques domaines de l'écologie qui intègrent le plus les dimensions culturelles, historiques et géographiques des paysages (Mussachio, 2011). En ce sens, ces domaines se rapprochent de la culture et de l'approche du paysagiste. Cependant, une écologie très appliquée est encore peu présente en maîtrise d’œuvre et reste souvent à une échelle naturaliste avec des difficultés à intégrer une écologie du paysage qui reste essentiellement académique. D’un autre côté, la mise en place d'enseignements en écologie du paysage et en écologie urbaine est encore très sporadique dans les formations de paysagistes et commence juste à s’y développer (par exemple recrutement d’écologues dans certaines écoles supérieures de paysage depuis seulement quelques années). Même si la place de l'écologie du paysage dans l'enseignement en paysage a parfois été remise en cause (Rumelhart, 2010), il nous semble très important que les paysagistes s'ouvrent à d'autres cultures et outils et intègrent rapidement ces nouvelles connaissances en écologie pour améliorer la durabilité environnementale des aménagements, ou tout au moins qu’ils sachent aller chercher les compétences écologiques nécessaires à leur intégration dans les projets. De plus, acquérir de nouvelles compétences en écologie peut devenir nécessaire pour les paysagistes afin d'être plus compétitifs face aux appels d'offres qui contiennent de plus en plus d'objectifs environnementaux (Leger et al., 2013).

15Même si les paysagistes et les écologues sont amenés à travailler sur les mêmes projets d'aménagement, nécessitant un croisement des regards et des approches, les formations restent cloisonnées, limitant le dialogue et l'échange entre les étudiants écologues et les étudiants paysagistes. Le développement en parallèle de ces deux types de formation induit des incompréhensions et des difficultés à se concerter lors des préconisations et choix d'aménagement.

16Des échanges devraient être initiés entre ces formations au cours desquels des étudiants d'école de paysage et des étudiants universitaires en écologie pourraient confronter et échanger sur leurs approches. Cela pourrait par exemple se réaliser au cours d'une étude de site spécifique mêlant des problématiques d'usages et d'ambiances propres aux paysagistes à des problématiques de maintien de la biodiversité et des fonctionnements écologiques, ce qui est du ressort des écologues. Les antagonismes, les synergies et les compromis entre ces diverses problématiques pourraient être évalués lors de la mise en oeuvre des projets. D'autre part, les formations en écologie devraient être plus pratiques avec des études de cas d’aménagement et une sensibilisation aux contraintes limitant la conservation de la nature.

17Brown (2011), professeur de conception en paysage à l'Université de Guelph dans l'Ontario, fait un parallèle entre l'évolution des pratiques en médecine et celles du paysage. Il souligne le fait que les pratiques paysagistes sont encore trop basées sur des croyances et pas assez sur des faits et des connaissances éprouvées. À l'instar de l'« evidence-based medicine », il propose de développer une « evidence-based landscape architecture », c'est à dire des pratiques paysagistes fondées sur des faits et des données probantes. Cela renvoie au manque de liens entre pratique et recherche académique. Les paysagistes s'intéressent souvent peu aux approches et activités des chercheurs (dont ceux en écologie), mais ils manquent aussi fortement de transfert et de vulgarisation des résultats de recherche vers le monde des praticiens. Ceci s’explique certainement tant par une recherche par le projet encore peu développée, mais aussi, en France, par la non-reconnaissance du paysage (ou de l’architecture du paysage) en tant que discipline par les universités (Donadieu et Santini, 2008), limitant ainsi la visibilité des doctorats dans ce domaine, rendus seulement possible dans d’autres disciplines telles que l’architecture, l’urbanisme, la géographie... Ce qui n’est pourtant pas le cas dans d’autres universités européennes.

18Pour autant, dans l'optique de réaliser des aménagements efficaces, il devient nécessaire de développer une conception du paysage, fondée sur une utilisation explicite des connaissances académiques (concernant les sciences environnementales, mais aussi les sciences humaines). La question se pose alors sur la façon de faire circuler les informations. Il existe une littérature scientifique de plus en plus abondante sur la manière dont les caractéristiques des paysages ruraux ou urbains influencent les fonctionnements écologiques et plus largement l'environnement (exemple de revues scientifiques : Landscape and Urban Planing, Landscape Ecology, Landscape and Ecological Engineering). Cette littérature, payante, souvent écrite en anglais et avec un style technique peu assimilable rapidement reste peu accessible pour les praticiens. Il est nécessaire que soient réalisés des synthèses bibliographiques et des méta-analyses pour transférer l'information dans un format utile et compréhensible pour des praticiens, maitres d’œuvre ou maîtres d’ouvrage. Il est également nécessaire que soit pensée la mise en place de nouveaux médias (la France manquant cruellement à cet égard de revues théoriques et pratiques à destination des paysagistes concepteurs) et de formations professionnelles sur le sujet.

Structurer la commande et la maîtrise d’ouvrage publique et privée

19En plus des différences de culture et de formation évoquées précédemment, la structuration de la commande par la maîtrise d'ouvrage, c'est-à-dire l'entité qui commande le projet, ne facilite pas l'intégration et la coopération entre paysagistes et écologues dans les projets.

20Dans un contexte d’accroissement démographique des territoires urbains (plus de la moitié de la population mondiale vivant désormais dans les villes), aux besoins en planification urbaine s’ajoute une demande citoyenne grandissante d’espaces de nature de proximité (voir par exemple les enquêtes régulières de l’Union Nationale des Entreprises du Paysage). Si ce besoin de nature se traduit parfois dans la forme de projets urbains, il motive et oriente peu à peu les décisionnaires et acteurs de l’aménagement (élus, aménageurs, promoteurs...), animés de motivations politiques ou commerciales, à porter une attention plus grande à l’amélioration du cadre de vie et à la prise en compte des enjeux écologiques et environnementaux dans leurs projets (Leger et al., 2013). En France, avec les récentes lois Grenelle - en faveur de l’environnement - et ALUR – loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové -, le contexte législatif impose désormais aux collectivités territoriales de mener une plus grande politique de développement durable dans leurs projets d’aménagement du territoire (de la planification aux objectifs de maîtrise d’oeuvre). Cela se traduit concrètement dans les documents d’urbanisme, par exemple à travers le projet de maintien et d’amélioration des connectivités écologiques (prise en compte des trames vertes et bleues dans les SCoT et PLU) ou bien encore par l’introduction d’un coefficient de biotope par surface dans le règlement du PLU. Il en va de même pour les notions de paysage qui ont été renforcées dans le cadre de la loi ALUR, via la lutte contre le mitage et la protection des espaces agricoles et naturels (par exemple les Zones agricoles protégées, les Espaces naturels sensibles, etc.), mais aussi les lois Grenelle, fixant l’objectif d’améliorer la qualité et la diversité des paysages avec la mise en place des TVB ; et enfin plus récemment dans le cadre du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, avec une probable reconnaissance du métier de paysagiste concepteur.

21En réponse à la législation et aux demandes sociétales, les maîtrises d’ouvrage devraient donc progressivement modifier leurs approches, et progressivement identifier les paysagistes et les écologues comme des acteurs pouvant les accompagner dans leurs projets.

22On constate que la commande publique et la commande privée commencent à mobiliser des compétences simultanées de paysagistes et d’écologues pour répondre à des études ou à des projets aux échelles variées. Les équipes de maîtrise d’oeuvre nécessitent davantage de pluridisciplinarité, et avec les paysagistes, les écologues deviennent peu à peu des acteurs des projets d’aménagement. Cependant, dans un marché en évolution, le cadre des commandes, l’identification des enjeux et des compétences, ainsi que les éléments de réponse apportés ne permettent pas toujours de solutionner au mieux les problématiques à traiter.

23L’écologie comme le paysage sont des disciplines certes identifiées par les acteurs politiques, mais elles souffrent pourtant d’une réelle méconnaissance de leur part. « À l’écologie, les oiseaux et les fleurs sauvages, au paysage les belles plantations ». Une vision incomplète et désuète largement partagée par les élus, même si nous pouvons penser que ceux-ci sont davantage sensibilisés à la complexité du paysage et de l’écologie fonctionnelle dans les territoires urbains, épaulés par des services techniques plus spécialisés, qu’en milieu rural.

24Il est cependant nécessaire d’informer les élus et les services des collectivités sur les bénéfices directs et indirects de la prise en compte du paysage et de l’écologie sur leurs territoires (environnement, économie, santé, social...), comme peuvent le faire certaines organisations professionnelles (Fédération Française du Paysage, Vahlor, Association Française Interprofessionnelle des Écologues, Plante&Cité, etc.).

25Les maîtrises d’ouvrage, via leurs services, nécessitent également d’être mieux formées aux enjeux paysagers et à ceux liés à l'écologie. Rares sont les collectivités ou maîtrises d’ouvrages privées ayant intégré des écologues et des paysagistes dans leurs effectifs, et, s’ils le sont, c’est en nombre trop restreint. Les écologues semblent ainsi connaître les mêmes difficultés à intégrer les services des collectivités que les paysagistes. Lorsqu’elles y ont accès, chacune de ces compétences est généralement affectée aux Services espaces verts des collectivités, dans des fonctions plutôt de gestionnaires des jardins publics, espaces de nature et du patrimoine végétal, ayant ainsi peu de prises sur les sujets de planification urbaine, de voirie, et d’espace public. La traditionnelle subordination des services espaces verts et environnement des collectivités aux services urbanisme et aménagement urbain influe sur la manière de penser les villes, empêchant ainsi de mettre efficacement en oeuvre les objectifs de développement durable, d’écologie et d’amélioration du cadre de vie réaffirmés dans les textes des lois Grenelle et Alur. Les paysagistes et les écologues devraient plus largement intégrer les services des collectivités, et ce, à tous les échelons traitants des questions d’aménagement du territoire. Pourtant, certaines collectivités tentent le décloisonnement. La ville de Lille a recruté des paysagistes tant au niveau de sa Direction Parcs et Jardins que de sa Direction de la Maîtrise d'Ouvrage et de la Conduite d’Opérations, et bien que présentant un seul écologue affecté à la Direction Parcs et Jardins, le pouvoir de transversalité de celui-ci auprès des dossiers d’aménagement portés par différents services de la ville a pu être renforcé en 2011 par l’adoption d’un Plan Biodiversité. À l’inverse, la Ville de Paris, bien qu’ayant des paysagistes et des écologues au sein de sa Direction des espaces verts et de l’environnement (DEVE), peine à faire bouger les lignes au niveau des services de la voirie et de l’urbanisme, réservés principalement aux ingénieurs et architectes. Ce cloisonnement freine toute nouvelle approche paysagiste et écologique sur l’espace public quand il ne s’agit pas d’espaces verts. Cependant, au sein de la DEVE, le dialogue et la co-conception entre écologues et paysagistes s’opèrent plutôt bien, comme en témoigne la récente livraison par la ville d’une portion réaménagée de la promenade de la petite ceinture ferroviaire (15e arrondissement), dont la conception résulte d’une véritable collaboration entre paysagistes et écologues (diagnostic partagé, co-conception, suivi de réalisation). Un travail reste donc à mener pour que davantage de transversalités soit opéré entre les différents services ayant trait aux questions de planifications et d’aménagement, et pour que les paysagistes et les écologues aient davantage accès aux appels d’offres, en tant que co-traitants, mais aussi en tant que mandataires afin d’opérer de véritable choix dans les opérations d’urbanisme et d’aménagements d’espaces publics.

26En augmentant les compétences spécifiques au sein des maîtrises d’ouvrage, il y a ainsi la possibilité d’améliorer la planification et la gestion des territoires, mais aussi de générer des commandes plus pertinentes. En effet, trop d’appels d’offres convoquent aujourd’hui encore au sein d’équipes pluridisciplinaires les compétences de paysagistes ou d’écologues sans avoir fait un travail préalable de diagnostic paysager (compositions, fonctions, usages...) et écologique (fonctionnalités écologiques, connectivités...), de définition d’objectifs, de faisabilité, de programmation et d’évaluation des moyens financiers et humains à apporter. En l’absence de qualifications côté maîtrise d’ouvrage (en interne ou en assistance à maîtrise d’ouvrage peu compétente en la matière) et d’une problématique judicieusement formulée, il en résulte ainsi l’incapacité du client (collectivité publique, aménageur, promoteur) à juger de la compétence des candidats paysagistes et écologues au moment de l’appel d’offres, et également une difficulté à analyser correctement la qualité de réponse de certains projets au regard des objectifs de paysage et d’écologie.

27Enfin, dans le cadre d’opérations réalisées en co-traitance auprès d’architectes ou de BET, il est fréquent de constater que les propositions faites par les paysagistes et les écologues se retrouvent affaiblies au fur et à mesure de l’avancement des phases de conception. Les budgets sont recentrés sur des éléments plus coûteux ou plus techniques comme le bâti, la voirie ou les réseaux, et les questions de paysage ou d’écologie paraissent souvent secondaires pour que de vrais moyens leur soient alloués. L’aménagement des espaces extérieurs figure comme le parent pauvre des projets d’aménagements publics et des opérations immobilières.

28Afin que le paysagiste et l’écologue puissent apporter une véritable impulsion aux nouveaux projets, il est nécessaire que leurs compétences soient davantage reconnues et valorisées. Il est nécessaire qu’ils puissent intervenir à toutes les étapes du projet (du diagnostic à la programmation, et de la conception à la réalisation et au suivi de gestion), ainsi qu’à toutes les échelles de l’aménagement du territoire (du document de planification territoriale jusqu’à la parcelle), avec la garantie de moyens identifiés.

29Malgré un engouement perceptible des commanditaires pour le paysage et l'écologie, il semble en effet que le contexte économique ne soit pas le plus adéquat à l’exercice des paysagistes et des écologues. Le recours fréquent au « moins-disant » ne permet pas de mettre en oeuvre de véritables démarches d’innovation. Il ne privilégie pas la qualité des prestations intellectuelles et, dans bien des cas, fait courir des risques d’échecs tant pour la maîtrise d’oeuvre que la maîtrise d’ouvrage, ainsi que pour la qualité finale de l’étude ou du projet. La Loi MOP, faisant souvent office de texte de référence pour la passation des marchés de maîtrise d’oeuvre, est à réinterroger quand il s’agit de concevoir des aménagements d’espaces extérieurs à caractère naturel. En définissant une rémunération de la maîtrise d'oeuvre basée sur un pourcentage du budget des travaux, la Loi MOP oriente le prix des prestations sans tenir compte de la complexité de nouveaux enjeux liés au paysage et à l’écologie (pluridisciplinarité des intervenants et des acteurs, problématiques d’éco-conception, d’entretien, etc.). Paysagistes et écologues se retrouvent ainsi à répondre à des appels d’offres calqués sur ceux des infrastructures et des bâtiments, sans que soient considérées les spécificités nouvelles des commandes liées à la conception d’espaces faisant intervenir le vivant (missions de suivi de gestion, évaluation, etc.). En ce sens, il serait nécessaire de réformer le cadre législatif afin de mieux tenir compte des nouvelles missions confiées aux paysagistes et écologues. La loi MOP devrait ainsi dépasser les missions contractuelles se limitant à la réception des ouvrages, et s’étendre, pour le paysage, vers des missions de gestion, dont les critères de définition et d’évaluation devraient permettre de mieux calibrer les prestations de conception (écologique et paysagère) et de leur rémunération. Plus en amont, le recours à la mission Diagnostic devrait également être plus courant, permettant aux écologues et paysagistes de dresser un état des lieux partagé, préalable nécessaire à toute bonne conception. Cette phase Diagnostic est souvent écartée par les maîtrises d’ouvrage qui contractualisent les missions aux stades Esquisse ou Avant-projet, bien qu’en paysage et en écologie, leurs programmes soient peu définis voire complètement lacunaires. Enfin, même si la Loi MOP n’a institué aucun seuil financier d’application, la Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques (MIQCP) rappelle qu’en dessous de 783 000 euros HT de travaux (dans le domaine des infrastructures), les honoraires de conception devraient être élaborés à partir de devis élaborés, « leur relation directe avec le montant des travaux perdant beaucoup de son sens » (in Guide à l’intention des Maîtres d’Ouvrage Publics pour la négociation des rémunérations de maîtrise d’oeuvre, MIQCP, 2011). Nombre de missions d’aménagement d’espaces publics ou d’abord de bâtiments étant dans ce cas, une meilleure définition des missions et de leurs rémunérations permettrait ainsi au maître d’ouvrage de choisir une équipe de conception sur la base d’une offre détaillée, liant ainsi le critère « prix » à une prestation cadrée et définie, écartant plus facilement sur des critères clairs les offres anormalement basses. La MIQCP rappelle à ce sujet que les négociations ayant recours au « moins-disant », sans évocation du contenu, « n’ont aucun sens en matière de prestations intellectuelles et font courir des risques d’échecs préjudiciables pour les deux partenaires et pour la qualité finale de l’ouvrage ».

30Afin d’accompagner l’application des textes de loi en matière d’écologie, de suivre des projets ayant un impact sur l’environnement, et de faire davantage de sensibilisation auprès des acteurs de l’aménagement des territoires, il serait intéressant de se questionner sur la création en France d’un statut « d’écologue-conseil » de l’État. À l’instar des « architectes-conseils » qui ont vu le jour en 1950 pendant la période de la reconstruction, puis plus tard des « paysagistes-conseils » (1993), les « écologues-conseils » pourraient accompagner les services déconcentrés de l’État et éclairer leurs décisions. Ils interviendraient ainsi ponctuellement, en trinôme, aux côtés des paysagistes et des architectes, au sein des Directions départementales des territoires (DDT), et des Directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL).

Favoriser la co-conception tout au long du projet

31Actuellement, les paysagistes et écologues interagissent peu au cours du déroulement du processus de projet. Alors que les paysagistes concepteurs sont les principaux acteurs dans les projets, les écologues interviennent généralement en début et en fin de projet. Quand leurs compétences sont mobilisées, les experts et consultants en écologie interviennent en amont de la phase de conception, durant la phase d'analyse du site, pour faire des recommandations sur les aménagements, souvent à côté de naturalistes qui font les diagnostics des espèces présentes. Le contexte de la commande étant encore peu adapté à ces missions nouvelles, le consultant écologue n'a donc seulement qu'un rôle périphérique. Quant aux chercheurs en écologie, leurs études portent souvent sur des projets déjà réalisés, bien après la construction des aménagements (Felson et al., 2013). Les écologues sont donc peu intégrés au sein des phases de réflexion du projet, au risque de limiter la portée écologique des solutions proposées.

32En vue de développer des paysages durables avec une réelle portée multifonctionnelle, il devient urgent de croiser davantage les analyses et de développer des approches de conception transdisciplinaires liant connaissances théoriques, écologie et approches pratiques de conception dans laquelle la science informe la conception et la conception informe la science. Cela permettrait d'obtenir des projets dans lesquels les pensées intuitives et subjectives des concepteurs sont intégrées aux approches rationnelles des scientifiques (Ahern 2005, Musacchio 2011). Pour ce faire, il serait par exemple intéressant que les écologues, en parallèle du diagnostic, esquissent des premières intentions, des propositions, des hypothèses d’intervention, permettant d’activer assez en amont, chez les paysagistes, des motivations écologiques véritablement motrices du projet (Rumelhart, 2010).

33Dans une phase de structuration des marchés d’aménagement intégrant des dimensions écologiques, il serait intéressant d’avoir plus souvent recours à des missions d’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage pour les paysagistes et les écologues.

34Felson et al. (2013) propose de développer des phases d'expérimentation en écologie simultanément au processus de conception. Il nomme cette approche le « Design Experiment Model ». Dans ce cadre, l'écologue est un participant à part entière au processus de conception et de création de paysage. Ce type de démarche est rare. Un exemple est le projet mené à New York concernant la plantation d'un million d'arbres dans la ville, sur des terrains publics, privés et commerciaux (http://www.milliontreesnyc.org). En parallèle de ce projet de boisement urbain visant à améliorer le cadre de vie, une expérience forestière écologique a été engagée (Oldfield et al., 2015). Un écologue a été inclus dans l'équipe de conception pour répondre à la demande du client (NY City Departement Parks and Recreation) portant sur le suivi à long terme de la survie des arbres. Pour cela, l'écologue a proposé de tester comment les différentes pratiques de gestion affectent la santé des arbres (en terme de croissance, activités photosynthétiques, surface des feuilles) et par conséquent leur persistance à long terme. En 2010, 10 000 arbres ont été plantés dans des quadrats dans un parc pour tester les effets de la diversité des espèces et des strates végétales, du degré d'amendement du sol sur la santé des arbres. Ces essais de recherche ont été disposés spatialement dans l'optique d'une intégration esthétique et naturelle dans le parc, en imitant des scènes de régénération forestières.

35Par rapport à la recherche académique classique, cette façon de procéder avec des activités de recherche incluse dans un projet est peu habituelle pour le chercheur en écologie qui doit faire face aux besoins d'un client. L'idée de répondre à un client est souvent étrangère aux chercheurs académiques, mais nécessaires si l'écologue veut participer au processus de conception. Cela implique de travailler en prenant en compte l'agenda du client et de déterminer des façons de procéder pertinentes aux yeux du client, ce à quoi sont plus habitués les paysagistes concepteurs. En ce sens, une véritable collaboration entre les deux compétences permettrait d’explorer de nouvelles conceptions de projets, tout autant dans la forme et l’esthétique que dans le fond et le fonctionnement de ceux-ci.

36Les paysagistes et les écologues n’utilisent par ailleurs pas les mêmes outils d’analyse des territoires et de conception du projet. Le paysagiste ayant le plus souvent recours à des logiciels de CAO (Conception assistée par ordinateur) et de DAO (Dessin assisté par ordinateur) pour cartographier les espaces, esquisser et décrire techniquement les projets, il n’utilise que peu souvent les logiciels de SIG (Système d'information géographique). Cependant, dans les phases de diagnostic, mais aussi de suivi et d’évaluation des projets réalisés, le recours aux logiciels de SIG s’avère de plus en plus indispensable (ex. : suivi d’évolution de plans de plantations et mesures correctives en termes de gestion), et une collaboration des deux professions sur ce plan permettrait de mettre en place des outils performants de cartographie et de gestion paysagère et écologique des espaces. À grande échelle, l’exemple de l’outil ECOMOS développé par l’IAU (Institut d’aménagement et d’urbanisme) et Natureparif est un bon indicateur de l’évolution des milieux à caractères naturels en région Ile-de-France. Il est utilisé par les paysagistes dans le cas d’analyses paysagères et l’élaboration de documents d’urbanisme. Une généralisation de cet outil à l’échelle nationale mériterait d’être développée, et faciliterait l’intégration des enjeux des Schémas régionaux de cohérence écologique (SRCE) aux échelles intercommunales et communales. À plus petite échelle, celle de la ville, il serait intéressant de cartographier l’ensemble des espaces libres et non bâtis, qu’ils soient minéralisés, à caractère naturel ou à caractère agricole, tant publics que privés, afin d’une part de mieux connaître l’état de l’existant, mais aussi de pouvoir positionner le projet urbain ou de maîtrise d’oeuvre dans son contexte, et ainsi orienter des choix en terme d’implantation du bâti, de qualification des espaces libres, ou bien encore sur la nature et la compacité des espaces à caractère naturel. De tels outils de cartographie SIG permettraient d’orienter la mise en oeuvre de trames vertes et bleues localement, de les porter au niveau opérationnel, et d’agir, après livraison du projet, en terme de gestion et d’évaluation. Ils auraient également valeur de communication et de sensibilisation auprès des différents acteurs de l’aménagement et de la population.

Expérimentation, suivi et retours d'expérience

37Contrairement aux écologues et scientifiques, les concepteurs n'ont pas la culture du retour d'expérience. Si des tentatives sont faites à travers quelques médias spécialisés en aménagement du paysage, il n’existe que très peu d'articles évaluant la qualité des projets achevés. Les aménagements sont rarement suivis pour évaluer leur efficacité et faire un retour aux praticiens, au risque de répéter les mêmes erreurs (Brown, 2011). À l'instar de la gestion adaptative qui est pratiquée dans le domaine de la gestion des ressources naturelles depuis quelques dizaines d'années, Ahern (2014) propose de développer une approche de conception adaptative (« adaptive design »), c'est-à-dire un processus à travers lequel les pilotes de projet peuvent tester des solutions innovantes. Ce cadre implique une méthode de travail transdisciplinaire et inclut des étapes de formulations d'hypothèses sur les bénéfices de l'aménagement, de protocoles de suivis et d'évaluation des résultats au regard des objectifs initiaux (Figure 1). La conception adaptative peut initier les concepteurs et aménageurs à la pratique « apprendre en faisant » (« learning by doing »), tout en gardant à l'idée que la planification n'est pas une science, mais une action sociale avec des fondements scientifiques, technologiques et juridiques. Ce concept pourrait être abordé dans les écoles et peut permettre de décloisonner et créer des liens entre la culture scientifique et celle de la pratique.

Figure 1. Etapes du processus de conception adaptative (adapté de Ahern 2014). Les décideurs et commanditaires du projet interviennent surtout à la première et la dernière étape, alors que les praticiens concepteurs, les écologues et les chercheurs interviennent tout au long du processus.

Figure 1. Etapes du processus de conception adaptative (adapté de Ahern 2014). Les décideurs et commanditaires du projet interviennent surtout à la première et la dernière étape, alors que les praticiens concepteurs, les écologues et les chercheurs interviennent tout au long du processus.

38Les caractéristiques de ce processus sont les boucles de retour sur expérience et l'approche transdisciplinaire (Figure 1). Dans ce processus les professionnels de la planification, les scientifiques, les décideurs peuvent intervenir dans toutes les étapes, mais le rôle relatif de ces acteurs varie entre les étapes. La phase de suivi de l'aménagement est cruciale pour tester et raffiner la qualité du projet. Si le suivi montre que les objectifs ciblés ne sont pas atteints, des mesures correctives pourront être prises pour réviser les objectifs ou améliorer les pratiques de planification. Cette phase de suivi implique de définir une variété d'indicateurs et de métriques concernant des aspects sociaux, économiques et écologiques (exemples : nombre de visiteurs, nombre d'insectes pollinisateurs...). Ces indicateurs, qui doivent être robustes et facilement mesurables, restent à définir.

39Les différents retours sur expérience peuvent permettre la construction progressive d'un « guide des bonnes pratiques » par type de projet, de contexte, d'objectifs et d'échelles de travail (de la parcelle au grand paysage). Ce processus nécessite la mise en place d'une structure qui regroupe, synthétise les résultats obtenus et les communiquent ensuite aux divers aménagements. Un tel type d'initiative a récemment vu le jour aux États-Unis. Menée par la Landscape Architecture Foundation (LAF), une base de données consultable sur internet (landscapeperformance.org) regroupe l'évaluation de différents projets paysagers et de leur efficacité à répondre aux objectifs initiaux. Ce type de ressources peut servir de références aux praticiens, scientifiques et étudiants.

40Cette démarche de conception et d'aménagement couplée à de l'expérimentation n'est pas habituelle pour les maîtrises d'ouvrage et les élus, plutôt habitués à de l'expertise, à la notion de certitude des solutions proposées et aux échéances à court terme. Étant donné les moyens humains et financiers supplémentaires que l'application de ce modèle de conception adaptative nécessiterait, une démarche d'expérimentation pourrait être développée seulement pour certains projets avec des objectifs et dans des contextes variés. À l'instar de la structure mise en place par la LAF, la mise en place d'une entité coordonnant le suivi et le retour sur expérience de projets d'aménagement serait utile et vecteur d'avancées en terme de conception au niveau français et européen.

Conclusion

41Dans cet article, nous avons fait différentes propositions pour développer la concertation entre paysagistes concepteurs et écologues et pour améliorer la prise en compte des enjeux et des connaissances écologiques dans les projets d'aménagement. Actuellement, les cultures des paysagistes et des écologues sont trop cloisonnées. Il est nécessaire de développer le dialogue entre les formations de paysagiste, plutôt portées sur la conception de projets, et les formations d'écologie plutôt basées sur la recherche académique sans culture de projet. Les connaissances en écologie (et plus généralement en sciences environnementales et en sciences sociales) provenant de la recherche devraient être synthétisées et rendues plus abordables pour les praticiens de l'aménagement. La structuration de la commande par la maîtrise d'ouvrage ne facilite également pas la concertation entre paysagistes et écologues. Même si le contexte législatif impose la prise en compte des enjeux liés au cadre de vie et des enjeux environnementaux dans les aménagements, la maîtrise d'ouvrage n'a encore qu'une connaissance partielle des compétences des paysagistes et des écologues. Par ailleurs, en France, paysagistes et écologues devraient être mieux intégrés au sein des services d'aménagement des collectivités. Les paysagistes et les écologues interagissent peu au cours du processus de projet et les écologues n'interviennent souvent qu'en début et fin de projet. Dans le but de créer des paysages multifonctionnels, il est nécessaire de croiser les différentes approches (sensibles, intuitives, scientifiques, environnementales) et les différents outils (infographie, SIG) tout au long du projet. Enfin, il existe actuellement peu d'évaluation des objectifs (environnementaux, sociaux, économiques) annoncés dans les projets d'aménagement, ce qui ne facilite pas les retours sur expérience et le mécanisme d'apprentissage dans la conception. Dans le but de capitaliser sur les connaissances acquises au cours des projets et d'améliorer les pratiques, un processus de conception adaptative lors des projets impliquant des phases d'expérimentation, de suivis et d'évaluation des résultats gagnerait à être développé.

Remerciements

42Les auteurs tiennent à remercier Clément Daix, étudiant en paysage à l'École de la Nature du Paysage (INSA CVL, Blois) et Pauline Trecant, étudiante en écologie à l'Université Joseph Fourier de Grenoble pour leurs travaux effectués pendant leurs stages, ainsi que toutes les personnes qui ont accepté de mener des entretiens. Les auteurs remercient également le Programme ITTECOP, mené par l’ADEME et le ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, qui a financé le projet exploratoire PEP « Paysage et Écologie en Projet ».

Biographie

43Sylvain Morin est ingénieur paysagiste, co-gérant d’une agence de paysage (Atelier Altern), et maître de conférences associé à l’École de la Nature et du Paysage (INSA Centre Val de Loire) où il enseigne le projet de paysage.

44Sébastien Bonthoux est docteur en écologie et ingénieur agronome. Maître de conférences à l'École de la Nature et du Paysage (INSA Centre Val de Loire), il enseigne à de futurs paysagistes et ses activités de recherche portent sur l'écologie du paysage en milieux rural et urbain.

45Philippe Clergeau est docteur en écologie. Professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle, ses recherches portent sur l’écologie urbaine et la mise en place de biodiversités en milieu urbanisé. Il est également consultant en écologie urbaine.

Haut de page

Bibliographie

Ahern, J.A., 2005, Integration of landscape ecology and landscape architecture : an evolutionary and reciprocal process, dans : Wiens, J.A., Moss, M.R. (Eds), Issues and Perspectives in Landscape Ecology, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 307-315.

Ahern, J., S. Cilliers et J. Niemelä, 2014, The concept of ecosystem services in adaptive urban planning and design : A framework for supporting innovation, Landscape and Urban Planning, 125, pp. 254-259.

Ambroise, R., 2010, Appréhender le paysage sous l'angle de son fonctionnement pour gérer la biodiversité, Espaces Naturels, 32, pp. 22-24.

Brown, R.D. et R.C. Corry, 2011, Evidence-based landscape architecture : The maturing of a profession, Landscape and Urban Planning, 100, 4, pp. 327-329.

Clergeau, P., 2007, Une écologie du paysage urbain, Apogée, 142 p.

Clergeau, P. et N. Blanc, 2013, Trames vertes urbaines De la recherche scientifique au projet urbain, Paris, Éditions du Moniteur, 339 p.

Décamps, H., 2010, Ecologues et paysagistes. Agir ensemble sous de nouveaux climats, Écologie à l’Oeuvre, Les carnets du paysage n° 19, Éditions Acte Sud et l’École Nationale Supérieure du Paysage, pp. 13-27.

Donadieu, P. et C. Santini, 2008, Les Doctorats en Sciences et en Architecture du Paysage en France, Topia, [En ligne] URL : http://www.topia.fr/_les_doctorats_en_sciences_et_en_architecture_du_paysage_en_france, Consulté le 20 janvier 2016

Felson, A.J., M.A. Bradford et T.M. Terway, 2013, Promoting Earth Stewardship through urban design experiments, Frontiers in Ecology and the Environment, 11, 7, pp. 362-367.

Grose, M.J., 2014, Gaps and futures in working between ecology and design for constructed ecologies, Landscape and Urban Planning, 132, pp. 69-78.

Leger, A., W. Oueslati et J. Salanié, 2013, Public tendering and green procurement as potential drivers for sustainable urban development : Implications for landscape architecture and other urban design professions, Landscape and Urban Planning, 116, pp. 13-24.

Millenium Ecosystem Assessment, 2005, Ecosystems and human well-being, Biodiversity synthesis. Washington D.C. World resources institute.

Musacchio, L.R., 2011. The grand challenge to operationalize landscape sustainability and the design-in-science paradigm, Landscape Ecology, 26, 1, pp. 1-5

Oldfield, E.E., A.J. Felson, D.S. Auyeung, T.W. Crowther, N.F. Sonti, Y. Harada, D.S. Maynard, W.S. Noah, M.S. Ashton, R.J Warren, R.A. Hallett et M.A. Bradford, 2015, Growing the urban forest : tree performance in response to biotic and abiotic land management, Restoration Ecology, 23, 5, pp. 707-718.

Rumelhart, M., 2010, Comment rapprocher l’écologie du paysage et le projet de paysage ? Paysagistes, écologues, continuons le débat, Écologie à l’Oeuvre, Les carnets du paysage n° 19, Éditions Acte Sud et l’École Nationale Supérieure du Paysage, pp. 51-55.

Toublanc, M., 2010, Comment rapprocher l’écologie du paysage et le projet de paysage ? Entre recherche et formation : le point de vue d'une sociologue, Écologie à l’Oeuvre, Les carnets du paysage n° 19, Éditions Acte Sud et l’École Nationale Supérieure du Paysage, pp. 43-50.

Haut de page

Annexe

TRAME DES ENTRETIENS (durée 1 à 2 h)

0. PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L’ÉTUDE

1. PARCOURS :

- Quel a été votre cursus en terme de formation ? (Quand ? Où ? Quel(s) diplôme(s) ? )

- Quel(s) enseignement(s) pour l’écologie et le paysage avez-vous suivi ?

- Quels métiers avez-vous exercés ? Dans quelles structures ?

- Quelles évolutions du métier avez-vous observées ?

- L’apport de nouvelles connaissances vous semble-t-il suffisant ? Dans quels magazines ou autres supports allez-vous vous renseigner sur de nouvelles méthodes ? Auprès

de quelles personnes ?

2. POINT DE VUE PERSONNEL ET PERSPECTIVES : CULTURE GÉNÉRALE/ÉTAT DES CONNAISSANCES

- Qu’est-ce que pour vous l’écologie ? (Notion environnementale ou de conservation de la biodiversité ; démarche environnementale ou écologie fonctionnelle).

- Est-ce important pour vous ? Quelle place lui accordez-vous dans votre vie personnelle ?

- Comment voyez-vous ce domaine ?

(aborder la question de durabilité, de paysages durables à la fin de l’interview, si pas déjà fait) - > Trop général ? Trop ambigu ?

3. RETRANSCRIPTION DANS LA PRATIQUE PROFESSIONNELLE : LE PROJET

- Comment l’écologie/le paysage est-il abordé dans vos projets ? L’écologie/le paysage est-il moteur de certains de vos projets ?

- Dans quels types de projets est-ce abordé ? (Et quelle est la superficie du territoire du projet ?)

- À quelles étapes du projet l’écologie/le paysage apparaît ? Pourquoi ?

- Quelles compétences ont été nécessaires ? Avez-vous travaillé seul ? En collaboration ? Si oui avec qui ? Avez-vous embauché ? Quel profil ? Avez-vous suivi des formations complémentaires pour acquérir ces compétences ?

4. COLLABORATION ENTRE LES DEUX DISCIPLINES - RETOURS D’EXPÉRIENCES :

- Quel est votre avis quant à la transdisciplinarité dans les projets ?

- Cela vous est-il déjà arrivé de travailler en collaboration avec un paysagiste/écologue ?

- Si oui, sur quels genres de projets cela est-il arrivé ? Comment cela s’est-il déroulé ? À quelles étapes du projet êtes-vous intervenus simultanément ? Comment ?

- Si non, pourquoi ?

5. PERCEPTION GLOBALE

- Globalement, que faudrait-il faire ? Quelles améliorations proposeriez-vous ?

- Quelles évolutions de votre métier envisagez-vous ?

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Etapes du processus de conception adaptative (adapté de Ahern 2014). Les décideurs et commanditaires du projet interviennent surtout à la première et la dernière étape, alors que les praticiens concepteurs, les écologues et les chercheurs interviennent tout au long du processus.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/17356/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Morin, Sébastien Bonthoux et Philippe Clergeau, « Le paysagiste et l'écologue : comment obtenir une meilleure collaboration opérationnelle ? », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 24 | juin 2016, mis en ligne le 10 juin 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/17356 ; DOI : 10.4000/vertigo.17356

Haut de page

Auteurs

Sylvain Morin

INSA Centre Val de Loire, Département École de la Nature et du Paysage, Blois (41), France et Atelier Altern, Pantin et Mons-en-Baroeul, France, courriel : smorin@atelieraltern.com

Sébastien Bonthoux

INSA Centre Val de Loire, Département École de la Nature et du Paysage, Blois (41), France et UMR 7324 CITERES, CNRS, Tours, France

Philippe Clergeau

Museum National d’Histoire Naturelle, Département d’Écologie, UMR CESCO, CP 51, 55 rue Buffon, 75 005 Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page