Navigation – Plan du site

Exploitation des ressources naturelles et échange écologique inégal : une approche globale de la dette écologique

Boris Schmitt

Résumés

Il s’agit ici de contextualiser la problématique de la dette écologique, de montrer que cette dernière surgit dans le cadre d’un système global, d’une division internationale du travail. Le poids de cette division internationale du travail est particulièrement prégnant en ce qui concerne l’exploitation des ressources naturelles. Certaines zones restent spécialisées dans l’extraction de matières premières et la mise à disposition de services écosystémiques, subissant les désavantages écologiques, économiques et sociaux liés à cette spécialisation, tandis que d’autres zones sont avant tout consommatrices de ressources et services écologiques qu’elles peuvent injecter dans des processus économiques diversifiés et riches en valeur ajoutée. Le prix des matières premières ne reflète pas nécessairement l’ensemble des inconvénients et dommages socio-écologiques liés à leur extraction, comme d’ailleurs tous les avantages économiques qu’il est possible de dégager de leur utilisation industrielle. De ces contradictions émerge la dette écologique. Parmi les analyses qui ont tenté de cerner les tendances à la formation de dettes écologiques au sein du système économique mondial figurent celles du courant théorique de l’échange écologique inégal. De cette contribution on peut dégager des concepts originaux, comme celui de métabolisme social, ainsi que des outils précieux tels que l’analyse en termes de polarisation centre-périphérie ou des méthodes de mesure des échanges inégaux de matières et d’énergie. Il convient cependant d’adapter ces concepts et ces outils à la réalité mouvante des rapports de force économique et à ne pas se contenter de schémas posés a priori.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On distingue ici services écosystémiques et matières premières par commodité de langage, la notion (...)

1Le concept de dette écologique, parmi ses différentes acceptions (Pouchain, 2014 ; Delord et Sébastien, 2010), renvoie aux asymétries spatiales qui caractérisent la répartition des bénéfices et des dégradations écologiques liés à l’exploitation des ressources naturelles de la planète. On constate de telles asymétries entre Nord et Sud, entre continents, entre États, et, à l’intérieur des États, entre régions, voire entre quartiers d’une même ville (Boone et al., 2014). Cette structuration spatiale est synonyme de graves inégalités écologiques, en ce sens que les zones écologiques qui fournissent matières premières et services écosystémiques1 sont parmi les plus touchées par les dommages environnementaux. Il apparaît dès lors crucial de déterminer quels sont les mécanismes à l’œuvre derrière les asymétries en question. Dans cette optique, il convient de dégager le bon cadre d’analyse de manière à cerner le plus pertinemment possible ces mécanismes. Une perspective holistique apparaît pertinente, afin de saisir la logique d’ensemble du phénomène.

  • 2 Les deux formulations existent en langue anglaise. On privilégiera dans ce texte celle d’échange éc (...)

2Parmi les outils d’analyse à disposition, ceux forgés par le courant théorique de l’échange écologique inégal ou échange écologiquement inégal2, apparaissent particulièrement éclairants. Ce courant théorique repose sur une analyse systémique des rapports socio-écologiques. De ce point de vue, ces rapports ne font sens qu’une fois replacés au sein de systèmes socio-économiques, le plus englobant et le plus significatif d’entre eux – au moins sur le plan économique – étant le système capitaliste mondial ou économie-monde capitaliste pour reprendre le concept braudélien (Williams, 2013).

  • 3 Il peut s’agir d’États, d’ensemble d’États, mais également de régions infra-étatiques ou de grandes (...)

3Au cœur de l’analyse de l’échange écologique inégal se trouve l’idée que ce système, ou économie-monde, est dominé par une logique, celle de la concurrence – entre firmes, mais également entre États – pour l’accumulation illimitée de capital, cette accumulation étant elle-même condition de domination, voire de survie, au sein du système. Cette lutte pour l’accumulation génère à l’échelle du système une division spatiale et hiérarchique du travail entre centres et périphéries ; cette division venant à son tour structurer les échanges de matière et d’énergie au sein du système. En schématisant, les centres, soit les espaces économiques et politiques dominants3, sont ceux qui disposent des technologies les plus avancées et des plus fortes concentrations de capital-argent. La dynamique même de la concurrence fait que l’accumulation dans les centres nécessite des quantités et/ou des variétés de matières premières et de services écosystémiques qui dépassent ce qu’ils ont à leur disposition ou à des coûts qui seraient prohibitifs du point de vue de l’accumulation. Par conséquent, l’accumulation dans les centres repose sur l’exploitation des ressources naturelles de zones périphériques, dont les modes de production et les milieux écologiques sont aménagés pour permettre une exploitation au plus bas coût. Une relation d’interdépendance asymétrique se met donc en place entre zones centrales et zones périphériques au sein du système. Les centres sont donc à percevoir en tant que structures de pouvoir territorialisées qui, notamment grâce à leurs technologies et leurs capitaux, parviennent à contrôler et orienter l’exploitation des ressources naturelles, tirant tout le parti des matières premières et des services écosystémiques extraits à leur périphérie pour augmenter leur compétitivité.

4Les zones périphériques, pour leur part, ne maîtrisent pas la destination finale des matières premières et des services écosystémiques puisés sur leur sol. Elles ne disposent pas des capacités économiques et politiques pour ce faire. Elles tendent par conséquent à surtout subir les externalités négatives liées à cette extraction. Avec la croissance de l’accumulation du capital dans les centres, augmentent aussi les quantités de matières et d’énergie extraites à partir des multiples périphéries du système, ce qui conduit à l’expansion des frontières d’exploitation des ressources. De nouvelles terres agricoles, de nouveaux gisements miniers, de nouveaux écosystèmes sont ainsi continuellement intégrés au système économique mondial.

5Au niveau global, on voit ainsi se dessiner un système dans lequel matières premières et énergie circulent le long de chaînes de valeur, des périphéries vers les centres, reproduisant les inégalités écologiques et donc les dettes écologiques. Dans ce cadre d’analyse, les dégradations écologiques ou les pertes de ressources subies par certains pays, certaines régions ou groupes sociaux ne peuvent pas simplement s’expliquer par des failles temporaires du marché comme le proposent les théories économiques néo-classiques, il s’agit du résultat de stratégies d’accumulation menées par les acteurs économiques dominants. On se trouverait donc dans une configuration s’apparentant à un jeu à somme nulle (Hornborg, 2009), pour reprendre une expression couramment utilisée en relations internationales : ce qui est gagné à un endroit du système est le résultat d’une perte en un autre endroit.

  • 4 Polarisation des ressources au bénéfice du système économique humain, et polarisation à l’intérieur (...)

6Le courant de l’échange écologique inégal invite également à aborder la répartition inégale des biens et dommages environnementaux liés à l’exploitation des ressources naturelles sous l’angle du concept de métabolisme social. Ce concept renvoie à la manière dont les sociétés humaines organisent leurs échanges d’énergie et de matière avec leur environnement (De Molina et Toledo, 2014 ; Krausmann et Fischer-Kowalski, 2013). Il possède à la fois une dimension quantitative – la quantité totale de matière et d’énergie nécessaire à la reproduction d’une société – et qualitative – la manière dont ces flux de matière et d’énergie sont orientés, si un retour vers les écosystèmes est organisé. Le concept permet également une approche en termes physiques des relations économiques, au-delà des seules évaluations monétaires. Ce concept est éminemment relatif, lié à des organisations sociales et des visions du monde historiquement et géographiquement situées. Il n’y a donc pas un seul type de métabolisme social. Ce sont dès lors les spécificités du métabolisme social de l’économie mondiale capitaliste, caractérisé par un double mouvement de polarisation (Teixido-Figueras et Duro, 2014)4 et de constant accroissement (Meszaros, 1995), qui constituent un facteur fondamental de formation des inégalités et des dettes écologiques (Muradian et al., 2012). L’introduction du concept de métabolisme social permettra d’amorcer une brève généalogie du courant théorique de l’échange écologique inégal.

Généalogie du courant théorique de l’échange écologique inégal

  • 5 À noter que Marx a également employé la notion de métabolisme comme métaphore pour désigner la circ (...)

7La généalogie de ce courant nous ramène notamment jusqu’aux travaux de Karl Marx et de Friedrich Engels. Bien qu’il y ait certaines divergences sur l’ampleur de l’apport de Marx (Martinez-Alier, 2003 ; Foster, 2000), les auteurs du courant s’accordent pour dire que Marx a développé des vues pénétrantes sur les interactions entre les économies humaines et leur environnement naturel. En effet, Karl Marx a non seulement établi une théorie d’ensemble du système capitaliste en tant que système reproducteur d’inégalités sociales, étudiant de près le développement de la division sociale du travail liée à ce système et les rapports de domination qu’elle induit. Il a également – en cela influencé par le chimiste allemand Justus von Liebig et le physiologiste néerlandais Jacob Moleschott (Martinez-Alier, 2003) – appliqué le concept de métabolisme, emprunté aux sciences naturelles, aux rapports entre société et nature, rapports médiatisés par le procès de production. Cette utilisation du concept de métabolisme5 lui a notamment permis de saisir les effets de l’agriculture capitaliste sur les sols et les échanges asymétriques de nutriments entre ville et campagne auxquels ce type d’agriculture a donné lieu.

8Un passage du livre Ier du Capital expose ainsi qu’ :

« Avec la prépondérance toujours croissante de la population urbaine qu’elle entasse dans de grands centres, la production capitaliste amasse d’un côté la force motrice historique de la société et perturbe d’un autre côté le métabolisme entre l’homme et la terre, c’est-à-dire le retour au sol des composantes de celui-ci usées par l’homme sous forme de nourriture et de vêtements, donc l’éternelle condition naturelle d’une fertilité durable du sol. …]. Et tout progrès de l’agriculture capitaliste est non seulement un progrès dans l’art de piller le travailleur, mais aussi dans l’art de piller le sol ; tout progrès dans l’accroissement de sa fertilité pour un laps de temps donné est en même temps un progrès de la ruine des sources durables de cette fertilité. […] Si bien que la production capitaliste ne développe la technique et la combinaison du procès de production social qu’en ruinant dans le même temps les sources vives de toute richesse : la terre et le travailleur » (Marx, 1983).

  • 6 Liebig a critiqué à l’époque les effets de « l’agriculture spoliatrice ».

9Il faut mentionner à ce propos que Marx écrivait à une époque, à partir des années 1840, durant laquelle l’agriculture européenne, et britannique en particulier, connaissait d’assez graves problèmes de fertilités des sols agricoles ; problèmes justement étudiés par Liebig (Dumas, 1965)6. Pour remédier à ces difficultés, les économies européennes eurent recours à des importations massives de guano et de nitrates, matières fertilisantes pour une large part extraites à partir de gisements situés au Chili et au Pérou. Ces échanges ont été associés à une spécialisation excessive des économies péruviennes et chiliennes de l’époque, conduisant à leur dépendance, ainsi qu’à divers dommages socio-environnementaux (Clark et Foster, 2009).

10Suite à Marx, il est possible de repérer deux lignes d’influence dans la pensée hétérodoxe qui ont irrigué l’actuel courant d’analyse de l’échange écologique inégal. Une première ligne d’influence part de précurseurs de l’écologie économique comme Josef Popper-Lynkeus, Sergei Podolinsky ou Thorstein Veblen jusqu’à des auteurs qui ont aidé à conceptualiser la discipline comme Nicholas Georgescu-Roegen ou Howard T. Odum en passant par la génération de Vladimir Vernadsky (Hornborg, 2009 ; Martinez-Alier, 2003). Une seconde ligne d’influence est plus directement reliée au courant marxiste. Il s’agit des travaux sur les relations de domination économique entre centres et périphéries et les échanges inégaux de valeur-travail au sein de l’économie mondiale capitaliste ; travaux portés par des auteurs tels que Andre Gunder Frank, Arrighi Emmanuel, Samir Amin et qui ont débouché sur un certain renouveau des études sur l’impérialisme dans les années 1960 et 1970. Ces auteurs élaborant d’ailleurs sur la base de recherches plus anciennes sur le développement de l’économie mondiale et les inégalités structurelles en son sein, comme celles de Raul Prebisch au sein de la Commission économique pour l’Amérique latine (CEPAL). L’analyse en termes de systèmes-monde, portée par Immanuel Wallerstein, a poursuivi dans cette voie, créant toute une école de pensée (Babones et Chase-Dunn, 2012 ; Wallerstein, 2006).

11Un auteur nord-américain a synthétisé ces apports dans les années 1980 et produit la première formulation de l’échange écologiquement inégal : il s’agit de Stephen G. Bunker, sociologue aujourd’hui décédé. Stephen G. Bunker a en particulier travaillé sur l’Amazonie et les différents cycles d’exploitation que cette région a connus depuis son intégration dans l’économie-monde capitaliste au XVIe siècle : bois brésil, caoutchouc, manganèse, fer. Stephen Bunker a démontré que chacun de ces cycles a été caractéristique d’un échange écologique inégal en examinant de manière précise la structuration des chaînes de valeur mises en place pour chaque produit extrait. Bunker a ainsi montré que les institutions juridiques et politiques, les relations de travail, les mécanismes financiers, les infrastructures de transport ont été élaborés pour servir des intérêts économiques extérieurs à la région et ont produit sur place des dégradations écologiques et une diminution des ressources aisément exploitables ; faits handicapants pour le développement local (Bunker, 1984 ; Bunker, 2003). D’autres auteurs ont contribué en parallèle à élaborer la théorie de l’échange écologiquement inégal. C’est le cas de l’économiste catalan Joan Martinez-Alier qui a fait porter ses travaux sur les conflits de distribution écologique, soit les conflits pour la maîtrise et l’accès aux ressources naturelles (Martinez-Alier, 2003).

12Une autre branche du courant de l’échange écologique inégal repose sur les travaux de chercheurs majoritairement autrichiens, dont les sociologues Marina Fisher-Kowalski et Stefan Giljum. Ces derniers ont travaillé sur la notion de métabolisme social (Fischer-Kowalski et Haberl, 2007), et examiné l’évolution de la consommation et des échanges de matière et d’énergie entre pays (Giljum, 2004), en mettant en lumière leurs caractères structurels. Enfin, un des principaux tenants actuels de l’échange écologique inégal est l’anthropologue suédois Alf Hornborg. Ce dernier travaille à élaborer une synthèse à partir des travaux des auteurs précédemment cités, en clarifiant notamment la conceptualisation des échanges écologiques inégaux. Ces échanges reposent selon lui sur une appropriation indue par les centres du système capitaliste d’éléments biophysiques comme le temps de travail, les terres agricoles, l’énergie ou les matières premières ; appropriation que le système de prix ne permet pas de détecter. Il s’est ainsi appuyé sur les recherches du géographe britannique David Harvey pour développer le concept d’appropriation de l’espace-temps par les centres capitalistes (Hornborg, 2011). Le courant théorique de l’échange écologique inégal s’avère donc être un courant international riche et assez fortement lié à la tradition d’analyse marxiste. La force de cette tradition tient à l’approche historique et holistique des relations économiques internationales qu’elle a continué à faire vivre. Le risque dont il faut se prémunir étant celui d’une schématisation excessive de l’analyse et, partant, d’une vision figée de la structure des relations écologiquement inégales.

Échange écologique inégal et exploitation des ressources naturelles : une mise en perspective historique

13La grille d’analyse de l’échange écologique inégal s’applique opportunément à l’analyse historique du développement du capitalisme (Hornborg et al., 2007), dans la lignée des travaux d’auteurs comme Fernand Braudel ou Immanuel Wallerstein. À partir du XVIe siècle, les États de l’ouest de l’Europe se sont effectivement constitués en des centres d’accumulation en concurrence les uns avec les autres. Ces centres parvinrent à accélérer leur croissance économique en partie grâce aux ressources naturelles de zones périphériques, zones qui coïncidaient pour une bonne part avec leurs colonies. Dès la première phase d’expansion et de colonisation européenne entre le XVe et le XIXe siècle, on constate bien une considérable contribution, en termes biophysiques, des continents américains et africains à l’accumulation du capital en Europe occidentale. Cette contribution a pris la forme de surplus en terres agricoles, en matières premières minérales, mais également en temps de travail humain au travers de l’esclavage et d’autres formes de travail forcé des populations africaines et amérindiennes.

14Parmi les plus importantes contributions matérielles du continent américain à la croissance européenne durant cette période on trouve les métaux précieux : l’or et surtout l’argent. À une époque où les mines d’Europe centrales – Bohème, Saxe – tendaient à se tarir ou n’étaient plus aussi rentables qu’auparavant (Moore, 2010), les gisements d’Amérique, exploités à bas coût grâce au travail forcé des populations amérindiennes, ont approvisionné les économies européennes d’un flux continu de métal pendant plusieurs siècles.

  • 7 À l’exception, paradoxalement, du plus grand importateur direct de métaux précieux d’Amérique à l’é (...)

15De grands cycles d’exploitation sont identifiables. Les centres de gravité de l’extraction ont été les gisements argentifères andins et mexicains aux XVIe et XVIIe siècles, relayés par les gisements d’or de la région du Minas Gerais au Brésil au début du XVIIIe, puis de nouveau les gisements argentifères de l’Amérique espagnole à la fin du XVIIIe siècle (Barbier, 2011 ; Frank, 1998). Cette contribution en termes de support monétaire a permis d’huiler les rouages des économies européennes (Barbier, 2011)7, d’accélérer le développement d’une haute finance, mais surtout, d’équilibrer les échanges commerciaux de l’Europe avec l’Asie et notamment avec l’Inde et la Chine, pendant plusieurs siècles (Frank, 1998).

16Les territoires où se déroulaient l’extraction de métaux précieux n’ont quant à eux guère bénéficié de cette activité sur le plan du développement à long terme : conditions de travail difficiles au point de mettre en danger la capacité de reproduction physique de la main-d’œuvre locale, surexploitation des gisements les plus accessibles, pollution des milieux environnants, spécialisation des économies locales entraînant une dépendance envers la demande extérieure (Barbier, 2011 ; Moore, 2010 ; Tandeter, 1997), etc.

17Autre contribution essentielle des périphéries du nouveau monde lors de la première phase d’expansion européenne : les terres et l’ensemble des conditions écologiques nécessaires pour cultiver des produits de base agricoles comme le tabac, l’indigo, mais surtout la canne à sucre. Comme l’ont analysé le sociologue Jason W. Moore, mais également d’autres auteurs plus éloignés de l’école de pensée de l’échange écologique inégal, comme l’économiste Edward B. Barbier : les frontières d’exploitation des ressources naturelles dans le Nouveau Monde se sont déplacées et étendues au fur et à mesure que croissaient le métabolisme social des économies européennes, c’est-à-dire les quantités de matière et d’énergie sur lesquelles reposaient leur croissance. Dialectiquement, l’expansion de ces frontières a eu un effet incontestablement stimulant sur les économies européennes (Barbier, 2011 ; Moore, 2007).

  • 8 Produit qui participa de manière non négligeable à l’approvisionnement en sources de calories bon m (...)

18La frontière d’exploitation de la canne à sucre est caractéristique de ce processus (Moore, 2000), le sucre passant progressivement en Europe du statut de marchandise semi-précieuse à celui d’un produit de consommation de masse (Mintz, 1985)8 structurant le commerce triangulaire.

  • 9 Plus de 186 000 tonnes de sucre exportées annuellement par cette seule zone entre 1770 et 1774 (Bar (...)
  • 10 Les chiffres globaux de la traite anglaise et française pour le XVIIIe siècle donnent un ordre d’id (...)

19Le déplacement de cette frontière pendant plusieurs siècles a ainsi correspondu à différentes phases d’expansion économique en Europe occidentale : des îles de l’Atlantique au départ (Canaries, Madère, Sao Tomé), puis dans le nord-est du Brésil, jusqu’à la zone caraïbe avec une explosion de la production au XVIIIe siècle9 qui a coïncidé avec des pics d’importations d’esclaves depuis les côtés africaines vers des zones de production comme Haïti ou la Jamaïque10.

20Localement, l’exploitation de la canne à sucre a surtout créé les conditions propices à la formation d’économies et de sociétés qui pendant plusieurs siècles ont été profondément inégalitaires, dépendantes du marché mondial et destructrices sur le plan environnemental (Schwartz, 1985). La première phase d’expansion européenne, période que Marx avait qualifiée comme étant celle de l’accumulation initiale ou primitive du capital, s’est ainsi traduite par des transferts massifs de matière et d’énergie depuis les périphéries colonisées, constituant dès cette époque un échange écologique inégal. La seconde phase d’expansion coloniale européenne, à partir du XIXe siècle, n’a fait que reproduire ces transferts à une échelle plus vaste encore. À titre d’illustration chiffrée du mécanisme d’échange écologique inégal durant la phase intermédiaire de l’expansion européenne, Alf Hornborg expose le calcul suivant : en 1850, en échangeant sur le marché mondial 1000 livres de textiles contre 1000 livres de coton provenant de ses colonies, la Grande-Bretagne échangeait en fait 4092 heures de travail britannique contre 32 619 heures de travail à l’étranger, soit un gain de près de 700 %, et l’usage de moins d’un hectare de terres britanniques contre l’usage de 58,6 hectares de terres à l’étranger. Il y avait donc bien répartition inégalitaire de l’espace-temps au profit de la Grande-Bretagne (Hornborg, 2011).

  • 11 Bateaux à vapeur, chemins de fer, transport frigorifique.

21Pendant tout le XIXe et la première moitié du XXe siècle, les centres d’accumulation européens, rejoints par les centres nord-américains et japonais se sont appuyés sur un ensemble de ressources extérieures d’où ils ont puisé les matières premières nécessaires à leur croissance, ce grâce à des moyens logistiques considérablement améliorés11 : or d’Afrique du Sud ; guano et nitrates de la côte pacifique de l’Amérique du Sud ; caoutchouc du Brésil, d’Afrique centrale, et d’Asie du Sud-est ; coton d’Inde, d’Égypte et d’Afrique de l’Ouest ; étain de Malaisie ou de Bolivie ; cuivre du Chili et d’Afrique centrale ; pétrole d’Indonésie, du Mexique et du Moyen-Orient ; cacao et café d’Amérique latine et d’Afrique, fruits tropicaux d’Amérique centrale, etc.

22Pour chaque type de produit exporté vers les centres, des écosystèmes locaux ont été transformés, des relations sociales bouleversées et des filières mises en place, reliant les zones d’exploitation aux zones de consommation. Ces chaînes de valeur, hiérarchisées, ont généré des économies d’enclaves désarticulées dans les pays colonisés ou semi-colonisés, renforçant la polarisation entre centres industrialisés et périphérie primaires-exportatrices ; cette polarisation correspondant globalement à une division Nord-Sud (Grataloup, 2010). Au cœur de ce processus, s’est accélérée une dialectique entre l’accroissement de la consommation de matière et d’énergie dans les centres, le développement des moyens techniques qu’a permis cette consommation, et l’utilisation de ces moyens techniques en retour, en particulier les moyens de transport, pour accroître encore l’extraction de matières et d’énergie dans les périphéries avec des conséquences écologiques et sociales souvent néfastes (Bunker et Ciccantell, 2005).

23Sans rentrer plus avant dans les détails, on peut avancer que la théorie de l’échange écologique inégal constitue une grille de lecture pertinente pour analyser la division internationale du travail, et donc le système d’échange de matière et d’énergie, sur lequel a reposé le développement historique du capitalisme, ou ce qu’on désigne parfois comme les premières phases de la mondialisation.

24La question qui se pose est la suivante : cette grille de lecture conserve-t-elle sa pertinence pour expliquer la répartition actuelle des bénéfices et des dommages écologiques liés à l’exploitation des ressources naturelles et par conséquent les mécanismes d’endettement écologiques ?

Actualité du cadre d’analyse de l’échange écologique inégal

25La transformation des rapports de force actuellement à l’œuvre au sein de l’économie mondiale avec l’émergence du Brésil, de l’Inde et surtout de la Chine comme puissances économiques de premier plan a brouillé l’ancienne structuration entre centres consommateurs de ressources situés au Nord et périphéries exportatrices de matières premières situées au Sud. À cela, il faut ajouter que la stratégie de certains centres capitalistes historiques comme les États-Unis, consistant à exploiter leurs propres ressources énergétiques, en l’espèce le pétrole et le gaz de schiste, pour moins dépendre d’apports extérieurs (Klare, 2014), semble remettre en question l’idée même d’un système fondé sur l’échange écologique inégal entre centres et périphéries. Si on se borne à une approche qui fige les rapports socio-économiques dans des systèmes immuables, alors il est certain que l’analyse en termes d’échange écologique inégal perd de sa pertinence.

26Pourtant, cette grille de lecture n’est pas à déconsidérer dans son ensemble, au contraire. Pour qu’elle conserve son pouvoir explicatif, il importe de ne pas la rattacher à une vision figée ou simpliste de la division du travail au sein de l’économie-monde capitaliste. Trois observations peuvent être faites à ce propos.

  • 12 Au Mexique, l’exploitation de ces ressources sera notamment favorisée par la libéralisation prochai (...)

27D’une part, la polarisation centre-périphérie n’a jamais impliqué une séparation nette entre d’un côté des pays seulement exportateurs de matières premières et de l’autre des pays produisant uniquement des biens manufacturés : il n’y a que des tendances dominantes en la matière. L’industrialisation en Europe a notamment reposé sur l’exploitation de ressources naturelles locales : gisements de fer et de charbon en particulier (Bairoch, 1999). Stephen G. Bunker et Paul Ciccantell ont pris en compte ce fait lorsqu’ils ont analysé le développement de la grande industrie sidérurgique aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles. Ils ont ainsi montré comment cette industrie s’est appuyée sur l’exploitation de gisements de fer et de charbon situés à proximité de la région des Grands Lacs, permettant une organisation optimale du transport de ces produits pondéreux vers les sites de transformation localisés sur les rives sud du lac Michigan. Cette autosuffisance n’a pas été exclusive de l’extraction, en parallèle et à l’extérieur des États-Unis, de matières premières minérales qui faisaient défaut sur le sol américain ou dont l’exploitation pouvait être plus rentable ailleurs, comme le cuivre, le manganèse ou l’étain (Bunker et Ciccantell, 2005). Il faut noter qu’alors même que l’actuel cycle d’exploitation des hydrocarbures non conventionnels sur le sol américain n’est pas encore terminé, les grandes firmes énergétiques de ce pays se tournent déjà vers des sources extérieures plus rentables. Les champs d’hydrocarbures non conventionnels mexicains et argentins sont d’ores et déjà considérés comme de nouveaux eldorados12.

28D’autre part, et en lien direct avec la première observation : la polarisation entre centres et périphéries en matière d’exploitation des ressources naturelles n’est pas uniquement valable sur le plan international, on la retrouve à l’intérieur même des États, y compris ceux du centre (Driscoll et Kick, 2013). Au Brésil, par exemple, l’Amazonie reste une périphérie pour les centres d’accumulation sur la côte est du pays. L’aménagement de certaines zones de l’Amazonie au travers de méga-projets d’infrastructures, vise ainsi pour une bonne part à alimenter en produits de base et en énergie les grands centres industriels du pays. La manière dont sont gérés de tels projets fait que leurs impacts sont lourds, que ce soit sur les écosystèmes ou sur les populations autochtones dont les milieux de vie se trouvent totalement transfigurés (Brandao Timo, 2013). C’est le cas par exemple de la construction du Barrage hydro-électrique de Belo Monte sur la rivière Xingu ou des barrages de Santo Antonio et de Jirau sur la rivière Madeira qui ont notamment été conçus pour approvisionner Sao Paulo en électricité (Fearnside, 2014 ; Fearnside 2012 ; Antentas, 2009). De ce point de vue, on peut considérer que se forme une dette écologique interne des acteurs économiques brésiliens dominants vis-à-vis des peuples autochtones affectés par de tels méga-projets. Cette polarisation intérieure n’est pas seulement propre au Brésil, on la retrouve également en Inde par exemple avec des territoires livrés à des activités minières destructrices sur le plan environnemental (Garada, 2013 ; Temper et Martinez-Alier, 2013).

  • 13 Politique qui n’est d’ailleurs pas fondamentalement distincte par ses visées de celles menée par le (...)

29Enfin, le fait que de nouveaux centres d’accumulation émergent au XXIe siècle n’induit pas la disparition du phénomène de l’échange écologique inégal entre pays, au contraire ce dernier se renouvelle. Depuis le début des années 1990, la Chine a mis en place des filières d’approvisionnement en matières premières stratégiques à partir de l’Afrique, de l’Amérique latine, d’Asie centrale ou d’Asie du Sud-Est. Les besoins en fer, en charbon, en gaz et en pétrole de la Chine, c’est-à-dire en matières premières et énergétiques industrielles de base, sont satisfaits de manière croissante grâce à des apports extérieurs (Mills et al., 2012). La Birmanie joue par exemple un rôle clé dans l’approvisionnement énergétique de la nouvelle puissance mondiale, grâce à ses propres réserves, mais également, car elle sert de corridor pour acheminer les hydrocarbures en provenance du Moyen-Orient (Kerouac, 2009). Cette politique d’approvisionnement13 ne va pas sans générer des contradictions sociales et environnementales dans certains pays producteurs qui restent pour leur part spécialisés dans l’exportation primaire comme la Zambie où des manifestations anti-chinoises ont éclaté en 2008 (Al-Aameri et al., 2012). C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la Chine essaye de mener une politique d’investissement fondée sur des accords gagnant-gagnant afin de sécuriser ses sources d’approvisionnement (Delcourt, 2011). Si la configuration actuelle de la division internationale du travail et des échanges matériels et énergétiques au niveau mondial apparaît peut-être plus complexe qu’au moment de la décolonisation, cela ne signifie pas que l’on ne peut plus donner de sens à ces échanges d’un point de vue systémique. Il faut simplement affiner l’analyse et la dégager de tout mécanicisme.

Division internationale du travail, métabolisme social et échange écologique inégal

  • 14 Biomasse, énergies fossiles, métaux et minerais industriels, matériaux de construction.

30En tentant de dégager une vue d’ensemble sur les échanges matériels et énergétiques à l’échelle mondiale, on voit émerger une division internationale du travail comportant approximativement trois grandes strates (York et al., 2011). Situés au sommet de la division du travail, se trouvent les États centres dont la croissance s’appuie massivement sur la consommation de matières premières14 extraites en dehors de leurs territoires. Il est délicat de faire apparaître statistiquement cette consommation, étant donné que les économies nationales consomment directement des matières premières importées, mais également indirectement au travers de l’importation de produits finis ou semi-finis. Les balances commerciales physiques estimées en tonnes constituent cependant un indicateur approximatif permettant de déceler si un pays est un importateur net ou un exportateur net de matières premières. Selon une étude statistique portant sur les balances commerciales physiques pour la période 1980-2009, cette position centrale concernait encore principalement l’Europe occidentale, les États-Unis et le Japon. La balance commerciale physique des États-Unis nous indique que le pays a augmenté ses importations matérielles de 193,2 % entre 1980 et 2009. La Chine et l’Inde sont également devenues des importateurs nets de matière durant la même période ; la Chine ayant fait croître ses importations en tonnes de matières de 6369,8 % entre 1980 et 2009 (Giljum, 2014). Toutefois étant donné le bas niveau de départ et l’importance des populations de ces pays, cette information est à relativiser quant à leur poids relatif dans le métabolisme global de l’humanité.

  • 15 Cette augmentation de la consommation de matières premières en dépit d’une efficience accrue dans l (...)

31Si les économies capitalistes avancées maîtrisent des technologies de pointe qui permettent d’optimiser en partie leur consommation de ressources, la dématérialisation de ces économies reste encore un vœu pieux. Une étude publiée en 2012 dans la revue Global Environmental Change (Bruckner et al., 2012), et analysant cette fois les consommations directes et indirectes de matières premières, faisaiternattomme le cupays enait 3que des edéreux vktCDE d’une consommation matérielle ayant augmenté de 7 % entre 1995 et 2005, passant de 17,9 à 19,2 tonnes consommées par an15. Seule la crise économique déclenchée en 2007 a freiné la consommation matérielle par tête dans ces pays, renversant la tendance dans le sens d’une diminution (Giljum, 2014).

32La consommation matérielle a par contre totalement explosé dans ce qui apparaît de plus en plus comme étant un nouvel État centre, à savoir la Chine. La consommation matérielle annuelle par tête directe du pays a augmenté de 433,6 % entre 1980 et 2009, passant de 3 tonnes à 15,8 tonnes, ce qui, il faut le noter, reste en deçà du niveau des États-Unis avec 20 tonnes par tête en 2009 (Giljum, 2014).

33Pour répondre à leurs besoins matériels et énergétiques qui restent globalement croissants, les centres d’accumulation empruntent actuellement deux voies : soit l’importation directe de matières premières soit l’importation depuis des sites de production délocalisés de produits finis ou semi-finis incorporant eux-mêmes des matières premières. Cette dernière option présente l’avantage de permettre l’externalisation de certaines activités industrielles qui peuvent être polluantes et/ou intensives en matières premières ou en main d’œuvre. Certaines économies centrales peuvent ainsi fonder la dématérialisation de leurs économies sur la délocalisation de certaines activités industrielles, tout en se concentrant sur d’autres fonctions jugées plus stratégiques comme la finance, le marketing ou la recherche et développement.

  • 16 Ces États ont en effet démontré leurs capacités d’investissement à l’étranger et notamment dans les (...)
  • 17 Une étude récente portant sur la structuration de chaînes de valeur de produits électroniques comme (...)

34Jouant un rôle intermédiaire dans la division internationale du travail, viennent ensuite les États que l’on peut qualifier de semi-périphériques. Cette strate comprend principalement l cupays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), la place de la Chine posant question. D’autres auteurs y rattachent la Corée du Sud, Singapour, ou le Mexique (Chase-Dunn et al., 2000), mais on pourraiterngalement y rattacher l cupays du golfe tout au moins pour la période récente16. C’est à ce niveau que les analyses sont les plus incertaines et les plus divergentes, étant donné que les pays en question se trouvent dans des phases transitoires entre centre et périphérie. C’est particulièrement l cas de la Chine qui, si elle tend à atteindre le stade de centre d’accumulation à part entière du fait d’une stratégie de développement volontariste très bien contrôlée, conserve encore par certains aspects les caractéristiques d’une semi-périphérie. Le pays met encore « à disposition » des grandes firmes multinationales occidentales son « armée de réserve » de travailleurs à bon marché et ses zones de délocalisation pour industries polluantes17.

  • 18 La recherche d’hydrocarbures non conventionnels est actuellement un des grands facteurs qui poussen (...)

35L cupays de la semi-périphéries, s’ils servent de réserves de force de travail et/ou de produits bruts pour les centres d’accumulation avancés, sont parvenus à faire émerger des structures industrielles et/ou d’investissement autonomes qui leur permettent à la fois de transformer leurs propres ressources naturelles et de mettre les ressources d’autres pays au service de leur industrialisation (York et al., 2011). Les BRICS associés à Singapour, le Mexique et la Corée du Sud sont ainsi devenus les plus gros consommateurs directs de matières, comptant pour près de 50 % de la consommation matérielle mondiale pour l’année 2009 (Giljum, 2014). Le Brésil est typique de la configuration semi-périphérique puisque si parmi les principales exportations du pays on compte encore des produits de base comme le soja, le sucre, ou le minerai de fer, le pays importe également des matières premières depuis l’Afrique (Alves, 2013). Les compagnies brésiliennes investissent directement dans le secteur des ressources de pays africains : les hydrocarbures ou les agro-carburants en Angola ou au Nigeria par exemple (Stolte, 2012). Enfin, pour servir les complexes industriels centraux ou semi-périphériques, de nouvelles frontières d’exploitation des ressources doivent être continuellement ouvertes, ce qui concerne encore principalement l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie, mais également les régions froides du globe (Sibérie, Nord-Canada, Arctique) (Klare, 2014 ; Klare 2013)18. De nos eduses régions reculées de la planète se retrouvent ainsi reliées à l’économie mondiale en tant que périphéries plus ou moins spécialisées dans l’exportation de matières premières, ce qui ne va pas sans entraîner des dégradations écologiques et le bouleversement des milieux de vie des locaux, notamment ceux des peuples autochtones qui occupent ces territoires (Fontaine, 2010 ; Orta-Martinez et Finer, 2010).

  • 19 C’est typiquement l cas par exemple de l’exploitation de l’uranium en Namibie (Conde et Kallis, 20 (...)

36Dans les zones concernées, les activités primaires-exportatrices, émergentes ou anciennes, ne sont souvent pas durables sur le plan écologique, et de plus, dépendent de cycles d’exploitation commandés depuis l’extérieur, menaçant de replonger ces régions dans l’atonie économique, dès la fin de ces cycles et le déplacement des capitaux qu’elle entraîne19. L’expansion des frontières d’exploitation des ressources à la périphérie implique souvent la mise en place d’immenses infrastructures, afin d’assurer le transport des matières premières ou la production énergétique.

37En Malaisie, le projet SCORE pour « Sarawak Corridor Of Renewable Energy » implique ainsi la construction d’un corridor de développement dans la partie malaisienne de l’île de Bornéo. Ce corridor est destiné à alimenter en énergie et à faciliter le transport de plusieurs types de productions destinées au marché mondial comme la foresterie, les plantations de palmiers à huile, la production d’hydrocarbures, d’aluminium ou d’acier (Sovacool et Bulan, 2012). Les constructions de barrages prévus dans le projet ont entraîné ou menacent d’entraîner le déplacement de populations autochtones et l’engloutissement d’écosystèmes. La construction d’un barrage sur la rivière Baram, qui pourraiteentraîner le déplacement de 20 000 personnes a d’ailleurs entraîné un mouvement de protestation local en 2014 (Nolle, 2014).

38L cufrontières ne s’ouvrent pas seulement au Sud : au Canada, la frontière intérieure de l’exploitation des ressources est constamment repoussée qu’il s’agisse des mines de diamant dans les Northwest Territories ou des sables bitumineux en Alberta (Hall, 2013 ; Preston, 2013). Même les technologies avancées et dites écologiques comme les voitures électriques ou les éoliennes, mais aussi l’ensemble des outils de la dématérialisation de l’économie (ordinateurs portables, tablettes numériques, smartphones) contribuent à l’ouverture de nouvelles zones d’exploitation à la périphérie. Ces technologies reposent en effet sur certaines ressources comme le lithium, les terres rares ou les platinoïdes dont l’exploitation est écologiquement dangereuse ou se déroule dans des zones socialement et écologiquement fragiles. Ainsi, il est de notoriété publique qu’un cinquième de la production mondiale de coltan, composant utilisé dans la fabrication des téléphones portables, se déroule dans le Nord-Kivu, zone de conflit située à la frontière de la RDC et du Rwanda (Cuvelier et al., 2013 ; Klare, 2013 ; Le Billon, 2012).

39De même, les nouveaux besoins en lithium, matière utilisée dans la fabrication de batteries électriques, a déclenché une course entre firmes multinationales pour l’exploitation des grands salars des Andes (Chili, Bolivie, Argentine) dans des conditions pouvant se révéler dommageables pour les milieux socio-écologiques locaux (Valle et Holmes, 2013 ; Romero et al., 2012). Un paradoxe à prendre en compte, est que la phase de l’extraction d’une matière première n’est pas nécessairement celle entraînant le plus de risque sur le plan environnemental. Si le processus de transformation s’avère le plus dangereux, ce sera ce segment de la chaîne de la valeur qui tendra à être délocalisé. Aussi, pour contourner les normes environnementales australiennes, la compagnie Lynas corporation, exploitant le gisement de terres rares de Mount Weld dans l’ouest du pays, a décidé de délocaliser le raffinage à Gebeng en Malaisie. De là, les matières traitées peuvent être réexportées vers les pays consommateurs, comme le Japon par exemple qui cherche à diversifier ses sources d’approvisionnement en terres rares (CNUCED, 2014 ; Phua et Velu, 2012).

Conclusion

  • 20 Sur le processus de reprimarisation et les contradictions socio-écologiques qu’il entraîne dans le (...)

40On doit insister sur le fait que la division internationale du travail, et la configuration des échanges écologiques inégaux qu’elle induit ne sont pas figées et sont en fait en permanente recomposition. De nouveaux centres d’accumulation peuvent continuer à émerger dans le futur tandis qu’au contraire d’autres économies nationales sont susceptibles d’entamer des processus de reprimarisation20 et donc d’initier un retour vers la périphérie. Il n’y a pas de sens de l’histoire en la matière.

41Par contre, les stocks de ressources et les capacités de résilience des écosystèmes constituent des limites réelles à la croissance des économies nationales et de l’économie mondiale dans son ensemble. Dans ce cadre fini, il est impossible d’externaliser éternellement les contradictions écologiques.

42De même, dans un monde matériellement limité, les échanges écologiques inégaux générateurs de dégradations et de dettes écologiques non réparées peuvent rapidement conduire à des irréversibilités qui concernent l’ensemble de la communauté mondiale. Le dérèglement climatique en est l’exemple type. Face à ces risques environnementaux globaux, un constat s’impose : la concurrence comme seul principe régulateur des rapports économiques conduit non pas à une diminution des contradictions écologiques, mais à leur intensification (Frémeaux, 2013). Reste à trouver les voies pour une responsabilisation et une éthicisation des rapports économiques internationaux. Il y a là certainement un vaste champ de recherche en matière politique et juridique (Delmas-Marty, 2013).

Haut de page

Bibliographie

Al-Aameri, N., L. Fu, N. Garcia, R. Mak, C. McGill, A. Reynolds et L. Vinze, 2012, Environmental Impacts of China Outward Foreign Direct Investment : Case Studies in Latin America, Mongolia, Myanmar, and Zambia, Capstone Project for the Nature Conservancy [En ligne] URL : http://repository.tamu.edu/handle/1969.1/152080, consulté le 22 mai 2014.

Alves, A.C., 2013, Brazil in Africa : Achievements and challenges, 7 p., in N. Kitchen (Ed.), Emerging Powers in Africa – IDEAS Special Report, LSE IDEAS - SR016, London, pp. 37-44.

Antentas, J. M., 2009, The Madeira River Complex : Socio-Environmental Impact in Bolivian Amazonia and Social Resistance, Capitalism, Nature, Socialism, 20, 3, pp. 12-20.

Babones, S. J. et C. K. Chase-Dunn (Eds.), 2012, Routledge handbook of world-system analysis, New York, Routledge, 560 p.

Bairoch, P., 1999, Mythes et paradoxes de l’histoire économique, Paris, La Découverte, 289 p.

Barbier, E. B., 2011, Scarcity and Frontiers : How Economies Have Developed through Natural Resource Exploitation,Cambridge, Cambridge University Press, 748 p.

Bonin, M. et M. Antona, 2012, Généalogie scientifique et mise en politique des services écosystémiques et services environnementaux, VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, 12, 3, [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/13147, DOI : 10.4000/vertigo.13147, consulté le 23 juillet 2014. 

Boone, C.G., M. Fragkias, G.L. Buckley, J. Morgan Grove, 2014, A long view of polluting industry and environmental justice in Baltimore, Cities, 36, pp. 41-49.

Brandao Timo, P., 2013, Development at the cost of violations : the impact of Mega-Projects on Human Rights in Brazil, SUR – International Journal On Human Rights, 10, 18, [en ligne] URL : http://www.surjournal.org/eng/conteudos/getArtigo18.php?artigo=18,artigo_08.htm, consulté le 26 juin 2014.

Bruckner, M., S. Giljum, C. Lutz, K.S. Wiebe, 2012, Materials embodied in international trade – Global material extraction and consumption between 1995 and 2005, Global environmental change, 22, pp. 568-576.

Bunker, S.G., 1984, Modes of extraction, unequal exchange, and the progressive underdevelopment of an extreme periphery : the Brazilian Amazon, 1600-1980, American Journal of Sociology, 89, 5, pp. 1017-1064.

Bunker, S.G., 2003, Matter, Space, Energy, and Political Economy : The Amazon in the World-System, Journal of World-System Research, 9, 2, pp. 219-258.

Bunker, S.G. et P. Ciccantell, 2005, Globalization and the race for resources, Baltimore, The John Hopkins University Press, 263 p.

Chase-Dunn, C., Y. Kawano et B.D. Brewer, 2000, Trade Globalization since 1795 : Waves of Integration in the World-System, American Sociological Review, 65, 1, pp. 77-95.

Clark B. et J.B. Foster, 2009, Ecological Imperialism and the Global Metabolic Rift : Unequal Exchange and the Guano/Nitrates Trade, International Journal of Comparative Sociology, 50, 3-4, pp. 311-334.

Clelland, D.A., 2014, The Core of the Apple : Dark Value and Degrees of Monopoly in Global Commodity Chains, Journal of World-Systems Research, 20, 1, pp. 82-111.

Conde M. et G. Kallis, 2012, The global uranium rush and its Africa frontier. Effects, reactions and social movements in Namibia, Global Environmental Change, 22, pp. 596-610.

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, 2014, Coup d’œil sur les produits de base – Edition spéciale sur les terres rares, 5, Genève et New York, Nations Unies, [UNCTAD/SUC/2014/1], p. 23.

Cuvelier J., J. Diemel et K. Vlassenroot, 2013, Digging Deeper : the Politics of ‘Conflict Minerals’ in the Eastern Democratic Republic of the Congo, Global Policy, 4, 4, pp. 449-451.

Delcourt, L., 2011, La Chine en Afrique : enjeux et perspectives, Alternatives Sud, 18, 2, pp. 7-31.

Delmas-Marty, M., 2013, Résister, Responsabiliser, Anticiper, Paris, Seuil, 196 p.

Delord J. et L. Sébastien, 2010, Pour une éthique de la dette écologique, VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, 10, 1, [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/9509, DOI : 10.4000/vertigo.9509, consulté le 24 juillet 2014.

De Molina, M. G. et V. M. Toledo, 2014, The Social Metabolism : A socio-Ecological Theory of Historical Change, Cham, Springer International Publishing, 379 p.

Driscoll, A. et E.L. Kick, 2013, Naval Stores Extraction in Eastern North Carolina : The Historical Basis of Spatial Inequality within a Core Nation, Journal of World-Systems Research, 19, 1, pp. 1-23.

Dumas, J-L., 1965, Liebig et son empreinte sur l’agronomie moderne, Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, 18, 1, pp. 73-108.

Fearnside, P.M., 2012, Belo Monte Dam : A spearhead for Brazil’s dam-building attack on Amazonia ?, [en ligne] URL : http://www.globalwaterforum.org/2012/03/19/belo-monte-dam-a-spearhead-for-brazils-dam-building-attack-on-amazonia/, consulté le 16 juin 2014.

Fearnside, P.M., 2014, Brazil’s Madeira River Dams : A setback for environmental policy in Amazonian Development, Water Alternatives, 7, 1, pp. 256-269.

Ferro, M., 2003, Autour de la traite et de l’esclavage, in Ferro M. (Dir.), Le livre noir du colonialisme, XVIe-XVIe siècle : de l’extermination à la repentance, Paris, Robert Laffont, 840 p., pp. 100-114.

Fischer-kowalski, M. et H. Haberl, (Eds.), 2007, Socioecological transitions and Global Change : Trajectories of Social Metabolism and Land Use, Advances in Ecological Economics, Cheltenham – Northampton, Edward Elgar Publishing Ltd, 384 p.

Fontaine, G., 2010, Gaz et pétrole en Amazonie : conflits en territoires autochtones, Paris, l’Harmattan, 208 p.

Foster, J.B., 2000, Marx’s Ecology : Materialism and Nature, New York, Monthly Review Press, 200 p. 

Frank, A.G., 1998, ReOrient – Global Economy in the Asian Age, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 446 p.

Frémeaux, P., 2013, Dérèglement climatique : pourquoi tant d’aveuglement ?, Alternatives économiques, 328, [en ligne] URL : http://www.alternatives-economiques.fr/dereglement-climatique---pourquoi-t_fr_art_633_65205.html, consulté le 25 juillet 2014.

Garada, R., 2013, Dynamics of Coal Mining Caused Environmental Crisis Versus Displaced People’s Question of Survival : A Case of Talcher Coal Belt, Odisha (India), Global Journal of Human Social Science (Geography, Geo-Sciences, Environmental Disaster Management), 13, 6, [en ligne] URL : http://socialscienceresearch.org/index.php/GJHSS/article/view/754, consulté le 24 juillet 2014.

Giljum, S., 2004, North-South Trade and the Distribution of Environmental Goods and Burdens : a Biophysical Perspective, The Journal of Environment Development, 13, 1, pp. 73-100.

Giljum, S., M. Dittrich, M. Lieber et S. Lutter, 2014, Global Patterns of Material Flows and their Socio-Economicand Environmental Implications : A MFA Study on All Countries World-Wide from 1980 to 2009, Resources, 3, pp. 319-339.

Grataloup, C., 2010, Géohistoire de la mondialisation : le temps long du monde, Paris, Armand Colin, 2e ed., 288 p.

Hall, R., 2013, Diamond Mining in Canada’s Northwest Territories : A Colonial Continuity, Antipode, 45, 2, pp. 376-393.

Hornborg, A., J.R. McNeill et J. Martinez-Alier, (Eds.), 2007, Rethinking Environmental History : World-System History and Global Environmental Change, Plymouth, AltamiraPress, 420 p.

Hornborg, A., 2009, Zero-Sum World : Challenges in Conceptualizing Environmental Load Displacement and Ecologically Unequal Exchange in the World-System, International Journal of Comparative Sociology, 40, 3-4, pp. 237-262.

Hornborg, A., 2011, Global Ecology and Unequal Exchange : Fetishism in a zero-sum world, New-York, Routledge, 210 p.

Kerouac, C., 2009, La Chine en Birmanie : course aux hydrocarbures, Outre-terre, 21, pp. 267-272.

Klare, M.T., 2013, The Race for What’s Left : The Global Scramble for the World’s Last Resources, New York, Picador, 306 p.

Klare, M.T., 2014, Le troisième âge du carbone, L’Économie politique, 62, pp. 89-100.

Krausmann, F. et M. Fischer-Kowalski, 2013, Global socio-metabolic transitions, 29 p., in S.J. Singh, H. Haberl, M.R. Chertow, M. Mirtl, M. Schmid, (Eds.), Long Term Socio-Ecological Research : Studies in Society-Nature Interactions Across Spatial and Temporal Scales, New York, Springer,Chapter 1, pp. 339-368.

Le Billon, P., 2012, Wars of Plunder : Conflicts, Profits and The Politics of Resources, London, Hurst & Company, 363 p.

Martinez-Alier, J., 2003, The environmentalism of the poor : a study of ecological conflicts and valuation. Cheltenham, Edward Elgar Publishing Ltd, 328 p.

Martinez-Alier, J., 2003, Marxism, Social Metabolism, and Ecologically Unequal Exchange, Lund University, World Systems Theory and the Environment, 19-22 september 2003, [en ligne] URL : http://www.h-economica.uab.es/wps/2004_01.pdf, consulté le 20 mai 2014.

Marx, K., 1983, Le capital, Livre 1, Paris, Messidor – Éditions sociales, pp. 565-567.

Mészáros, I., 1995, Beyond Capital, London, Merlin Press, 994 p.

Mills, G., T. McNamee et P. Jennings, 2012, Introduction, 4 p., in The Brenthurst Foundation et Australian Strategic Policy Institute, Special Report – Fuelling the Dragon : Natural’s Resources and China’s development, The Brenthurst Foundation, Johannesburg, pp. 7-11.

Mintz, S.W., 1985, Sweetness and Power : The Place of Sugar in Modern History, New York, Viking, 320 p.

Moore, J.W., 2000, Sugar and the Expansion of the Early Modern World-Economy : Commodity Frontiers, Ecological Transformations, and Industrialization, Review, 23, 3, pp. 409-433.

Moore, J.W., 2007, Ecology and the Rise of Capitalism. PhD Dissertation, Department of Geography, University of California – Berkeley, [en ligne] URL : http://www.jasonwmoore.com/Essays.html, consulté le 25 juillet 2014.

Moore, J.W., 2010, « Amsterdam standing on Norway ». Part I : The Alchemy of Capital, Empire and Nature in the Diaspora of Silver, 1545-1648, Journal of Agrarian Change, 10, 1, pp. 33-68.

Moore, J.W., 2010, ‘‘This lofty mountain of silver could conquer the whole world’ : Potosi and the political ecology of underdevelopment, 1545-1800’, The Journal of Philosophical Economics, 4, 1, pp. 58-103.

Muradian, R., M. Walter et J. Martinez-Alier, 2012, Hegemonic Transitions and Global Shifts in Social Metabolism : Implications for Resource-Rich Countries, Global Environmental Change, 22, pp. 559-567.

Nolle, C., 2014, The Baram Dam Blockade, EJOLT – Mapping Environmental Justice, [en ligne] URL : http://www.ejolt.org/2014/05/the-baram-dam-blockade/, consulté le 16 juin 2014.

Orta-Martinez, M. et M. Finer, 2010, Oil frontiers and indigenous resistance in the Peruvian Amazon, Ecological Economics, 70, pp. 207-218.

Pairault, T., 2013, Chinese Direct Investment in Africa : À State Strategy ?, Région et Développement, 37, pp. 260-284.

Pernot, E., 2014, L’ouverture du marché de l’énergie au Mexique fait briller les yeux des géants internationaux, Usine nouvelle, [en ligne] URL : http://www.usinenouvelle.com/article/l-ouverture-du-marche-de-l-energie-au-mexique-fait-briller-les-yeux-des-geants-internationaux.N275642, consulté le 23 juillet 2014.

Phua K-L. et S.S. Velu, 2012, Lynas Corporation’s Rare Earth Extraction Plant in Gebeng, Malaysia : A Case Report on the Ongoing Saga of People Power versus State-Backed Corporate Power, Journal of Environmental Engineering and Ecological Science, 1, 2, [en ligne] URL : http://www.hoajonline.com/journals/pdf/2050-1323-1-2.pdf, consulté le 25 juillet 2014.

Pouchain, D., 2014, La dette écologique : d’une notion politique à un concept philosophique, Développement durable et territoires, 5, 1, [en ligne] URL : http://developpementdurable.revues.org/10208, consulté le 01 mai 2014.

Preston, J., 2013, Neoliberal settler colonialism, Canada and the tar sands, Race & Class, 55, 2, pp. 42-59.

Romero, H., M. Mendez et P. Smith, 2012, Mining Development and Environmental Injustice in the Atacama Desert of Northern Chile, Environmental Justice, 5, 2, pp. 70-76.

Schwartz, S.B. 1985, Sugar Plantations in the Formation of Brazilian Society : Bahia, 1550-1835, Cambridge, Cambridge University Press, 644 p. 

Sovacool, B.J. et L.C. Bulan, 2012, Energy security and hydropower development in Malaysia : The drivers and challenges facing the Sarawak Corridor of Renewable Energy (SCORE), Renewable Energy, 40, pp. 113-129.

Stolte, C., 2012, Brazil in Africa : Just another BRICS Country Seeking Resources ?, Chatham House briefing paper, 2012/1, [en ligne] URL : http://www.chathamhouse.org/publications/papers/view/186957#, consulté le 23 juillet 2014.

Svampa, M., 2011, Néo-« développementisme » extractiviste, gouvernements et mouvements sociaux en Amérique latine, Problèmes d’Amérique Latine, 81, pp. 101-127.

Svampa, M., 2013, Resource Extractivism and Alternatives : Latin American Perspectives on Development, in M. Lang et D. Mokrani, (Eds.), Beyond Development : Alternative Visions from Latin America, Transnational Institute/Rosa Luxemburg Foundation, Quito, Amsterdam, pp. 117-143.

Tandeter, E., 1997, L’argent de Potosi. Coercition et marché dans l’Amérique coloniale, Paris, Éditions de l’EHESS, « Recherches d’histoire et de sciences sociales – 76 », 284 p.

Teixido-Figueras, J. et J. A. Duro, 2014, Spatial Polarization of the Ecological Footprint Distribution, Ecological Economics, 104, pp. 93-106.

Temper, L. et J. Martinez-Alier, 2013, The god of the mountain and Godavarman : Net Present Value, indigenous territorial rights and sacredness in a bauxite mining conflict in India », Ecological Economics, 96, pp. 79-87.

Valle, V.M., et H.C. Holmes, 2013, Bolivia’s Energy and Mineral Resources Trade and Investments with China : Potential Socioeconomic and Environmental Effects of Lithium Extraction, Latin American Policy, 4, 1, pp. 93-122.

Williams, G.P., 2013, Special Contribution : Interview with Immanuel Wallerstein – Retrospective on the Origins of the World-Systems Analysis, Journal of World-System Research, 19, 2, pp. 202-210.

Wallerstein, I., 2006, Comprendre le monde : introduction à l’analyse des systèmes-monde, Paris, La Découverte, 173 p.

Woertz, E., 2013, The Governance of Gulf Agro-investments, Globalizations, 10, 1, pp. 87-104.

York, R., C. Ergas, E. Rosa et T. Dietz, 2011, It’s a Material World : Trends in Material Extraction in China, India, Indonesia, and Japan, Nature and Culture, 6, 2, pp. 103-122

Haut de page

Notes

1 On distingue ici services écosystémiques et matières premières par commodité de langage, la notion de services écosystémiques englobant la fourniture de certaines matières premières en plus des services de régulation et des services culturels. En effet, la définition des services écosystémiques établie par le Millenium Ecosystem Assessment de 2005 renvoie à l’ensemble des « bénéfices que les humains tirent des écosystèmes » (Bonin et Antona, 2012).

2 Les deux formulations existent en langue anglaise. On privilégiera dans ce texte celle d’échange écologique inégal, car elle reflète mieux à notre sens l’idée d’un échange matériel, d’un échange de ressources.

3 Il peut s’agir d’États, d’ensemble d’États, mais également de régions infra-étatiques ou de grandes métropoles économiquement dominantes et disposant d’une forte capacité d’action politique.

4 Polarisation des ressources au bénéfice du système économique humain, et polarisation à l’intérieur de ce système au bénéfice des zones centrales. Pour une analyse économétrique récente de cette dernière forme de polarisation voir l’article de Teixido-Figueras et Duro.

5 À noter que Marx a également employé la notion de métabolisme comme métaphore pour désigner la circulation des marchandises au sein du système économique capitaliste.

6 Liebig a critiqué à l’époque les effets de « l’agriculture spoliatrice ».

7 À l’exception, paradoxalement, du plus grand importateur direct de métaux précieux d’Amérique à l’époque : l’Espagne.

8 Produit qui participa de manière non négligeable à l’approvisionnement en sources de calories bon marché pour la main-d’œuvre industrielle européenne.

9 Plus de 186 000 tonnes de sucre exportées annuellement par cette seule zone entre 1770 et 1774 (Barbier, 2011).

10 Les chiffres globaux de la traite anglaise et française pour le XVIIIe siècle donnent un ordre d’idée de l’ampleur du transfert de force de travail : 1 200 000 esclaves pour la traite française; 4 000 000 pour la traite anglaise (Ferro, 2003).

11 Bateaux à vapeur, chemins de fer, transport frigorifique.

12 Au Mexique, l’exploitation de ces ressources sera notamment favorisée par la libéralisation prochaine du secteur de l’énergie (Pernot, 2014).

13 Politique qui n’est d’ailleurs pas fondamentalement distincte par ses visées de celles menée par les autres grandes puissances (Pairault, 2013).

14 Biomasse, énergies fossiles, métaux et minerais industriels, matériaux de construction.

15 Cette augmentation de la consommation de matières premières en dépit d’une efficience accrue dans leur utilisation est le produit de l’effet rebond ou paradoxe de Jevons qui signifie qu’une amélioration de l’efficience implique parfois une augmentation de la consommation de ressources en termes absolus.

16 Ces États ont en effet démontré leurs capacités d’investissement à l’étranger et notamment dans les terres agricoles en Afrique (Woertz, 2013).

17 Une étude récente portant sur la structuration de chaînes de valeur de produits électroniques comme l’iPad illustre bien cette position encore incertaine de la Chine dans l’économie-monde capitaliste (Clelland, 2014).

18 La recherche d’hydrocarbures non conventionnels est actuellement un des grands facteurs qui poussent les firmes du secteur des ressources à investir des territoires toujours plus reculés (Klare 2014 ; Klare 2013).

19 C’est typiquement le cas par exemple de l’exploitation de l’uranium en Namibie (Conde et Kallis, 2012).

20 Sur le processus de reprimarisation et les contradictions socio-écologiques qu’il entraîne dans le contexte latino-américain voir Svampa, 2013 et Svampa, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Schmitt, « Exploitation des ressources naturelles et échange écologique inégal : une approche globale de la dette écologique  », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 26 | septembre 2016, mis en ligne le 09 septembre 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/17522 ; DOI : 10.4000/vertigo.17522

Haut de page

Auteur

Boris Schmitt

Docteur en Droit, Chef de l’unité d’application du droit des sols, Direction Départementale des Territoires de l’Ain, 23 Rue Bourgmayer, 01000 Bourg-en-Bresse, France, courriel : borisschmitt@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page