Navigation – Plan du site
Section courante

La mise en œuvre de la politique Trame verte et bleue en zone rurale aux échelles infrarégionales L’exemple de la basse vallée du Salat (Midi-Pyrénées, France)

Mathilde Canard, Jean-Marc Antoine  et Sylvie Guillerme

Résumés

La politique Trame verte et bleue, instituée en 2007 en France par le Grenelle de l’environnement, a pour objectif la préservation de la biodiversité par le maintien des continuités écologiques, et ce au-delà des zones protégées, dans les espaces de « biodiversité ordinaire ». La Trame verte et bleue doit être déployée aux différents niveaux territoriaux selon le principe de subsidiarité. Cet article s’intéresse à la mise en œuvre de cette politique en zone rurale et aux échelles infrarégionales. À travers le cas d’étude de la basse vallée du Salat (Occitanie, France), nous interrogeons l’appropriation de la Trame verte et bleue par les différentes catégories d’acteurs, de l’échelle des territoires de projets jusqu’au niveau local, par l’analyse des discours d’acteurs (structures professionnelles, élus locaux, agriculteurs, particuliers, associations locales). Dans un premier temps, cet article montre que les structures territoriales abordent la Trame verte et bleue par le prisme d’enjeux qui ne sont pas nécessairement centrés sur la préservation de la biodiversité, amenant à des stratégies adaptées sur les territoires. À l’échelle locale, on constate que la Trame verte et bleue est mal connue, et souvent mal comprise par les acteurs. Nous mettons également en lumière les différents leviers que mobilisent les structures territoriales en charge de la Trame verte et bleue pour agir localement, sur les espaces publics et privés. Finalement, il apparaît que l’entrée paysagère choisie par certains opérateurs pour mettre en œuvre la TVB permet de mobiliser les acteurs locaux et d’infléchir leurs pratiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La notion de trame verte naît dans la planification urbaine de la fin du XIXe. Puis, des études sur (...)

1Préserver la biodiversité représente aujourd’hui un enjeu environnemental, social et économique qui préoccupe certes le monde scientifique, mais aussi – et de manière croissante depuis les années 1990 – les dirigeants politiques, les gestionnaires des espaces, les communautés territoriales, les citoyens. Le phénomène de fragmentation des habitats naturels est considéré par la communauté scientifique comme une des principales causes de la disparition d’espèces (Amsallem et al., 2010). Pour réduire le risque d’appauvrissement de la biodiversité lié à la fragmentation des milieux, la mise en place de réseaux écologiques sur les territoires est une « option couramment préconisée » par les chercheurs (Bergès et al., 2010). La thématique des réseaux écologiques est un sujet de recherche particulièrement actif depuis les années 19901 (Arrif et al., 2011) et qui intéresse tant les sciences de la nature que les sciences sociales (Aubertin et Rodary, 2008 ; Boudes, 2012). Dans le même temps (et plus précisément depuis la Conférence de Rio en 1992), le réseau écologique intègre progressivement les stratégies de conservation de la biodiversité (Bonnin, 2008), et en devient l’un des « dispositifs incontournables » (Barbault, 2010).

  • 2 Le réseau Natura 2000, fondé sur deux directives européennes (Directive Oiseaux 79/409/CEE et Direc (...)
  • 3 Source : Natura 2000 Barometer. En France, la politique a été en grande partie rejetée par les acte (...)
  • 4 L’infrastructure verte définie par la Commission européenne comme « un réseau constitué de zones na (...)

2En Europe, la Stratégie paneuropéenne pour la protection de la diversité biologique et paysagère, validée en 1995 par les états membres, a notamment pour objectif la création d’un Réseau écologique paneuropéen (REP). Ce texte, bien que non contraignant, introduit le concept de « réseau écologique » à la réflexion politique de l’Europe (Bonnin, 2006). Le réseau Natura 20002 est placé au cœur de la stratégie. Mais face à des résultats contrastés3, l’Europe reconnaît que le réseau Natura 2000 n’a pas permis d’enrayer la perte de biodiversité. Le projet de REP est relancé en 2010 à travers « l’infrastructure verte »4 dont le but est la création et le maintien d’un réseau « d’écosystèmes de qualité » au-delà des espaces protégés (Commission européenne, 2014). L’Europe met alors en avant le rôle de l’action locale pour lutter contre la fragmentation des milieux (Barbault, 2010). La Stratégie paneuropéenne est ratifiée par la France en 1996, mais n’est vraiment transposée à l’échelle nationale qu’en 2007 par la politique de la Trame verte et bleue (TVB), dans le cadre du Grenelle de l’Environnement. La politique TVB a pour objectif « d’enrayer la perte de biodiversité en participant à la préservation, à la gestion et à la remise en bon état des milieux nécessaires aux continuités écologiques, tout en prenant en compte les activités humaines, et notamment agricoles, en milieu rural » (Article L371-1, loi Grenelle 2 de 2010). En inscrivant la TVB à la fois dans le Code de l’environnement et dans le Code de l’urbanisme, la France affiche la volonté de mettre en « synergie l’aménagement du territoire et les enjeux environnementaux de continuités écologiques » (Allag D’huisme, 2011). Par cette approche, et dans la lignée de la stratégie européenne, le rôle des acteurs locaux dans la stratégie nationale de gestion du vivant est reconsidéré (Brédif et Simon, 2014).

  • 5 Le COMOP TVB est chargé par le MEEM de décliner l'engagement pris lors du Grenelle de l’Environneme (...)
  • 6 Le statut de Parc Naturel Régional est créé en 1967. Un PNR est un territoire de projet regroupant (...)
  • 7 Le statut de Pays est créé par la Loi d’Orientation pour l’Aménagement et le Développement du Terri (...)
  • 8 Initié par la loi Grenelle II, le SRCE est un document-cadre élaboré dans chaque Région française m (...)
  • 9 Le principe de subsidiarité, en droit administratif, « consiste à réserver uniquement à l’échelon s (...)

3La politique TVB est appelée à être mise en œuvre sur l’ensemble du territoire national, à tous les échelons territoriaux (Comité opérationnel Trame verte et bleue [COMOP TVB]5, 2010), par un dispositif législatif « top-down » (Blanc et al., 2012). Dans la pratique, trois niveaux d’action principaux se distinguent : l’échelle régionale, les territoires de projets (Parcs Naturels Régionaux [PNR]6, Pays7, structures intercommunales…) et le niveau local (communes, parcelles) (Danneels et Mougey, 2010). Selon le COMOP TVB, à chaque niveau correspond une trame écologique, des enjeux de biodiversité, mais aussi des outils mobilisables, un réseau d’acteurs, un schéma de gouvernance. Au niveau national, la politique TVB est portée par un discours politique homogène et très institutionnalisé, construit à partir de connaissances écologiques et centré sur l’objectif de préservation de la biodiversité. Les Schémas régionaux de cohérence écologique (SRCE)8 sont les vecteurs de ce discours à l’échelle régionale. Ces documents-cadres doivent être pris en compte dans les documents de planification réalisés aux échelons inférieurs. Selon le principe de subsidiarité9, les structures territoriales infrarégionales se réapproprient le discours sur la TVB en fonction des circonstances et opportunités attachées à chaque territoire, à chaque échelle d’application. La décentralisation des compétences en aménagement confère davantage de responsabilités aux collectivités locales (Brédif et Simon, 2014). Cependant, le processus de changement d’échelle, du national au local (Cormier et al., 2010), fait apparaître « une tension entre la volonté de cadrage affichée à l’échelon national et régional », qui repose sur une définition naturaliste des actions à engager, et le manque de portage de la politique jusqu’aux niveaux locaux, qui se traduit par un flou sur les modalités (notamment techniques et financières) de sa mise en œuvre locale (Alphandéry et Fortier, 2012 ; Cormier, 2014).

4Dans cet article, nous nous intéressons à la mise en œuvre de la politique TVB aux échelles infrarégionales dans les espaces ruraux. Des structures de territoires (Pays, PNR, organismes de gestion de rivières…) aux acteurs locaux (élus locaux, agriculteurs, associations locales, habitants), comment les différentes catégories d’acteurs appréhendent-elles et s’approprient-elles la politique TVB ? Deux hypothèses principales soutiennent ce travail. Nous postulons d’abord que le discours à dominante naturaliste du Grenelle Environnement, relayé par la Région Midi-Pyrénées (aujourd'hui Occitanie), percole difficilement jusqu’aux échelles locales, car mal accepté par des acteurs locaux plus enclins à « traiter de la nature sur un mode esthétique, paysager et récréatif » (Blanc et al., 2012). L’application de la politique TVB se traduirait alors par des situations très diverses selon les zones et échelles de mise en œuvre. Ensuite, nous émettons l’hypothèse que l’association d’enjeux autres que celui de la préservation de la biodiversité pourrait favoriser l’appropriation de la politique TVB par les différentes catégories d’acteurs.

5La thématique des trames urbaines fait l’objet d’un grand nombre de travaux de recherches et de publications : s’ils restent moins nombreux à s’intéresser aux espaces ruraux, les enjeux qu’y soulève la mise en œuvre de la TVB y sont tout aussi prégnants. Par ailleurs, le COMOP TVB souligne l’importance de l’application de la TVB dans les zones rurales pour l’effectivité globale de la politique (COMOP TVB, 2010a). Or à l’heure actuelle, la politique TVB reste plutôt mise en œuvre dans les zones urbaines (François et al., 2010). Afin d’amener des éléments de réponse à la question de la territorialisation de la TVB dans les espaces ruraux, nous avons choisi de nous intéresser à un territoire rural à dominante agricole (polyculture-élevage) : la basse vallée du Salat, entre Ariège et Haute-Garonne (Midi-Pyrénées).

6Dans un premier temps, nous nous intéresserons aux structures territoriales qui mettent en œuvre la politique TVB sur la zone étudiée (Pays, PNR des Pyrénées Ariégeoises, Syndicat de gestion des rivières…). L’identification des trames à l’échelle des territoires constitue la première étape de la déclinaison locale de la politique (Alphandéry et al., 2012). Dès lors, comment ces différentes structures appliquent-elles la politique TVB ? Quels enjeux associent-elles à sa mise en place ? Quelles sont les similitudes et divergences de leurs approches, des actions qu’elles mènent ?

  • 10 Par exemple : GIRARD S., ALAVOINE-MORNAS F., 2014, « La Trame verte à l’épreuve du terrain : pratiq (...)

7Dans un second temps, nous nous demanderons comment la mise en œuvre de la TVB est perçue par les acteurs locaux. En effet, les espaces sur lesquels s’inscrivent les trames vertes et bleues sont aussi des espaces sur lesquels s’exercent les « pratiques et usages des acteurs locaux » (Brédif et Simon, 2014). En conséquence, la gestion des trames nécessite de rendre intelligible et acceptable aux acteurs locaux le fait de changer certaines de leurs pratiques, a fortiori au sein des espaces ruraux où une grande partie des territoires est gérée par les agriculteurs (acteurs qui font face par ailleurs à de fortes contraintes structurelles et conjoncturelles, et ont des attentes précises, économiques notamment) (Guillerme, 2014). La question du rôle des acteurs locaux dans la mise en œuvre de la TVB fait aujourd’hui l’objet de nombreuses publications10. Les retours d’expériences de mise en œuvre de réseaux écologiques dans les régions pionnières en la matière (Berthoud et al., 2004 ; Girault, 2005) montrent l’importance d’une volonté politique locale (Bonnin, 2006) et de l’implication des différentes catégories d’acteurs. Alors comment le discours institutionnel de la TVB est-il perçu localement ?

8Enfin, nous nous demanderons quels leviers mobilisent les principaux opérateurs de la TVB pour agir sur les espaces publics et privés (échelles communale et parcellaire), et impliquer les élus locaux, les agriculteurs et les habitants dans la mise en œuvre de la politique et la gestion des trames vertes et bleues.

Terrain d’étude et méthode

La basse vallée du Salat

9Au sud de la région Midi-Pyrénées, la vallée du Salat est à cheval sur les départements de l’Ariège (09) et de la Haute-Garonne (31). Le terrain de recherche se situe dans la partie basse de la vallée (Figure 1). Il concerne un périmètre de 18 communes dans le fond de vallée et sur les bas versants, qui s’étend de Saint-Lizier à l’amont jusqu’à Salies-du-Salat à l’aval.

Figure 1. Localisation du terrain d’étude / Study area.

Figure 1. Localisation du terrain d’étude / Study area.

Crédit : Cartes réalisées par M. Canard à partir de SIG-Pyrénées.net

10La basse vallée du Salat est située en zone de piémont pyrénéen. Tournée vers l’agriculture, elle présente un système agraire de polyculture-élevage. Les terres agricoles sont en majorité occupées par des prairies (élevage bovin) et par des cultures céréalières en fond de vallée (maïs-ensilage surtout) (Figure 2). Ce territoire rural, à une heure de route de Toulouse, connaît une légère augmentation de population depuis le début des années 2000 (d’environ 3,7 % entre 1999 et 2012 selon l’INSEE, avec une densité moyenne de 66 habitants au km² en 2012). L’arrivée de nouveaux habitants se traduit par la multiplication de lotissements pavillonnaires bâtis autour des villages. Ce phénomène d’étalement urbain engendre une augmentation des déplacements individuels, des coûts croissants pour les communes concernant l’accès aux services et aux réseaux publics, mais aussi des dégradations de l’environnement et des conflits d’usages avec le monde agricole (Conseil Départemental de l’Ariège, 2010). Les acteurs publics (Conseils Départementaux et Pays) expriment leur volonté d’une meilleure maîtrise de l’urbanisation, tout en stabilisant cette nouvelle population, dont l’arrivée est vue comme une opportunité de revitaliser l’économie locale.

Figure 2. Plaine cultivée, prairies en bas de pente et versants boisés, commune de Prat-Bonrepaux (Ariège) / Crop lands, grassland on the lower slopes and forested slopes, Prat-Bonrepaux municipality (Ariege).

Figure 2. Plaine cultivée, prairies en bas de pente et versants boisés, commune de Prat-Bonrepaux (Ariège) / Crop lands, grassland on the lower slopes and forested slopes, Prat-Bonrepaux municipality (Ariege).

Source : M. Canard, 2015.

  • 11 Dont PNR, zones Natura 2000, ZNIEFF (Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristiqu (...)

11Malgré une certaine vitalité dans la partie aval de la vallée, plus tournée vers l’agriculture céréalière, beaucoup d’espaces sont aujourd’hui délaissés. Comme dans bien d’autres régions françaises, la déprise agricole se traduit en effet par l’abandon d’une partie des espaces exploités. Ici, sur les versants, les processus d’enfrichement et de reforestation sont par endroits très marqués. En fond de vallée, le maintien des continuités écologiques est principalement menacé par l’uniformisation des zones cultivées, la fragmentation de la ripisylve et le mitage des zones agricoles (urbanisation récente). Ces enjeux concernent aussi bien la biodiversité ordinaire que la biodiversité protégée : le périmètre d’étude fait ainsi l’objet de plusieurs inventaires et mesures de protection de la biodiversité11 (Figure 3).

Figure 3. Zonages de protection et inventaires de biodiversité dans la basse vallée du Salat / Protected areas and biodiversity inventories in the Salat valley.

Figure 3. Zonages de protection et inventaires de biodiversité dans la basse vallée du Salat / Protected areas and biodiversity inventories in the Salat valley.

Source : DREAL Midi-Pyrénées, mipygeo.fr

12Pour appréhender les enjeux de la territorialisation de la TVB dans l’espace rural, un périmètre d’étude a été retenu, situé à la croisée de différents zonages de planification de la TVB : deux départements, deux Pays, l’un à l’intérieur du PNR des Pyrénées Ariégeoises, l’autre en dehors (Figure 4).

Figure 4. Les différentes structures territoriales en basse vallée du Salat / Various territorial structures in the Salat valley.

Figure 4. Les différentes structures territoriales en basse vallée du Salat / Various territorial structures in the Salat valley.

Crédit : Carte réalisée par M. Canard à partir de DREAL Midi-Pyrénées, mipygeo.fr

  • 12 Le SCoT est un document de planification français qui définit un projet de territoire à l’échelle d (...)

13Le PNR des Pyrénées Ariégeoises, crée en 2009, est situé dans le département de l’Ariège dont il épouse la limite ouest. Le Pays Couserans y est intégré, et il vient de lancer la mise en place d’un Schéma de cohérence territoriale (SCoT)12, le SCoT du Pays Couserans (de même périmètre que l’actuel Pays). Côté haut-garonnais, le SCoT Comminges-Pyrénées est mis en œuvre en aval de la vallée du Salat par le Pays Comminges-Pyrénées.

14La présence de plusieurs structures de territoire qui travaillent déjà à la mise en œuvre de la TVB offre la possibilité d’analyser le réseau d’acteurs qui se met en place autour de cette politique et de questionner la diversité des approches développées par ses différents opérateurs. Ce choix nous semble également pertinent pour mettre en lumière les dispositifs d’accompagnement de cette politique jusqu’au niveau local ainsi que les réponses des acteurs locaux à ces actions, ou encore l’appropriation locale de la politique par les différents groupes d’acteurs, et notamment par le monde agricole (ce qui représente un enjeu fort vu les blocages locaux constatés lors de l’établissement du réseau Natura 2000).

Méthode

15Notre approche méthodologique est notamment issue de la géographie sociale, où l’étude des représentations et des pratiques liées à l’espace sont centrales (Bertrand et al., 2007 ; Di Méo, 2008). L’enquête qualitative a été le mode de collecte principal de l’information utilisée : 34 entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès des acteurs de territoire de la basse vallée du Salat. Nous ciblons les acteurs de la TVB de l’échelle du département à celle de la parcelle, considérant toute personne ou structure qui agit sur ou utilise le paysage, et qui, de fait, peut avoir un impact et/ou un rôle à jouer sur la mise en œuvre de la TVB.

16Le paysage est une notion polysémique. Concept fondamental en géographie (Rhoné, 2015), il y est envisagé à l’intersection des deux dimensions matérielle et immatérielle (Cormier, 2011). Le paysage est considéré selon Y. Luginbühl comme un « objet construit par les pratiques sociales en interaction avec des processus biophysiques » (Luginbühl, 2004). Il se définit par sa matérialité spatiale : « portion déterminée et singulière de l’espace, le paysage possède ses propres caractéristiques physiques » (Cormier, 2011). Inextricablement, il est le sujet de l’observation de personnes sensibles (Henry, 2012), « une représentation mentale construite dans l’esprit de celui qui en l’observant, cherche à l’interpréter et à le comprendre » (Laffly, 2005). Ces dimensions sont abordées simultanément. Dans cet article, le paysage perçu par les acteurs de l’enquête est central. Nous nous positionnons en lien avec la définition du paysage issue de la Convention européenne du paysage : « Le paysage définit une partie de territoire telle que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations » (Article 1 de la Convention européenne du paysage, 2000).

17Nous avons distingué cinq catégories d’acteurs en lien avec la problématique définie, afin d’appréhender une diversité de domaines et d’échelles d’action : 1/les structures territoriales (PNR, structures porteuses de SCoT, Syndicat de gestion des rivières), 2/les élus locaux, 3/les agriculteurs, 4/les associations et 5/les habitants (Tableau 1). Il convient de préciser que peu d’acteurs enquêtés ont une double casquette (seul un élu est aussi agriculteur, et un agriculteur est conseiller municipal). Les acteurs locaux enquêtés (élus communaux, agriculteurs, habitants) sont régulièrement répartis sur l’ensemble de la zone étudiée (Figure 5).

Tableau 1. Liste des acteurs enquêtés en basse vallée du Salat / Local stakeholders interviewed in the Salat valley.

Strcutures territoriales

Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises

Charg de mission Natura 2000 – TVB - Bouquetin

Syndicat Couserans de Services Publics

Responsable du pôle Gestion des rivières

Pays Couserans

Chargé de mission Développement local

Office du Tourisme de Saint-Girons – Saint-Lizier

Directeur du bureau de Saint-Lizier

Élus Locaux

10 communes

Maires

Agriculteurs

10 agriculteurs

3 éleveurs bovin

1 éleveur bovin – ovin

1 agriculteur céréalier

1 agriculteur polyculture - élevage

1 agriculteur polyculture – élevage bio

1 apiculteur

2 éleveurs bovin retraités

Associations

Association des naturalistes de l’Ariège (ANA)

Directrice de l’association

Fédération départementale de Chasse de l’Ariège

Président de la fédération

AAPPMA La truite noire (Canton de Saint-Girons)

Président de l’AAPPMA – pêcheur

Association Nature, Patrimoine et Randonnées

Président de l’association

Habitants

6 habitants

4 habitants originaires de la vallée

2 habitants néo-ruraux

Figure 5. Localisation des acteurs locaux enquêtés en basse vallée du Salat / Location of local stakeholders interviewed in the Salat valley.

Figure 5. Localisation des acteurs locaux enquêtés en basse vallée du Salat / Location of local stakeholders interviewed in the Salat valley.

Source : Carte réalisée par M. Canard à partir de SIG-Pyrénées.net.

18Les matériaux recueillis ont été retranscrits, puis une analyse de contenu a été réalisée à l’aide du logiciel d’analyse textuelle QDA Miner©, qui vise à assister l’analyse des discours qualitatifs. Nous avons choisi une méthode d’analyse dite « muette » (proche de la méthode du « papier-crayon », sans automatisation des résultats) (Lejeune, 2010). Ce logiciel permet par ailleurs un codage plus aisé que sur papier et un traitement transversal des données du corpus par thèmes.

Différentes visions de la Trame verte et bleue

19Dans la basse vallée du Salat, la politique TVB est mise en œuvre par plusieurs structures territoriales qui se l’approprient en fonction d’enjeux propres. Leur approche peut privilégier la préservation de la biodiversité, mais aussi la valorisation des paysages, le maintien des terres agricoles ou encore l’amélioration du cadre de vie. En fonction des objectifs qu’elles mettent en avant, ces structures engagent différents types d’actions pour mettre en œuvre la TVB. Si leurs stratégies ne sont pas toujours coordonnées, nous verrons que leur attention se porte souvent sur les mêmes objets.

Les acteurs de la Trame verte et bleue en basse vallée du Salat

  • 13 En France, le PLU est le principal document d’urbanisme et de planification de niveau communal (PLU (...)

20Le périmètre de cette étude se trouve à la croisée de plusieurs zones de planification de la TVB. Les principaux opérateurs de la politique sont le PNR des Pyrénées Ariégeoises (09), le Pays Couserans (09) et le Pays Comminges-Pyrénées (31). Les deux Pays coordonnent respectivement les projets de SCoT du Pays Couserans et de SCoT Comminges-Pyrénées. Chacune de ces structures travaille actuellement à réaliser une cartographie de la TVB à son échelle d’intervention et planifie des mesures de gestion que devront prendre en compte les communes. Les documents de planification supra-communaux intégrant la TVB seront des outils majeurs de sa déclinaison locale, sachant surtout qu’aux échelles inférieures, il n’existe aucun Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) et que moins de la moitié des communes disposent d’un Plan local d’urbanisme (PLU)13.

21D’autres acteurs sont impliqués dans la mise en œuvre de la TVB sur le terrain d’étude : on peut citer notamment le Syndicat interdépartemental de gestion du Salat et affluents (le SYCOSERP, pôle gestion des rivières), ou encore l’Association des Naturalistes de l’Ariège (ANA) qui accompagne la politique TVB jusqu’aux échelles locales.

22La figure 6 schématise l’organisation des acteurs de la TVB en basse vallée du Salat : leurs missions et les documents de planification qui prennent en compte cette politique y sont détaillés.

Figure 6. Du régional au local : acteurs et actions de mise en œuvre de la Trame verte et bleue en basse vallée du Salat / From regional to local : stakeholders and actions to implement the “Trame verte et bleue” policy in the Salat valley.

Figure 6. Du régional au local : acteurs et actions de mise en œuvre de la Trame verte et bleue en basse vallée du Salat / From regional to local : stakeholders and actions to implement the “Trame verte et bleue” policy in the Salat valley.

Les flèches représentent les interactions entre les différents échelons et documents (relations juridiques [trait plein] ou mesures non contraignantes [trait hachuré]).

Crédit : Réalisée par M. Canard.

Une approche normative centrée sur l’enjeu de préservation de la biodiversité…

23Dans la partie ariégeoise de la vallée, trois structures territoriales supra-communales participons to la mise en œuvre de la TVB surwspan="Bocalelp claoises gestionuée tPyréartis degritoriale TVB en basse ion d’enjeux autres que celui de lace ?moins de elleelon 15

13ysage, 2000).

ructureaales qui ravaille actuellement22(l (PLU ysage, 2000).

én>Dueux autres qamélion">1110Dum>Le paysagevre en birésucturtelin, nres terrter lpo;n contraignantes [trait haal (PLU
(l (PLU ysage, 2000).

re en lumière les dimunauxsemi-directifte quas (e valse de la vallstapanhangervia de le cettffusx autrecss="croujourapan ructuresiVB identificat
  • pproch de gestan partie desalat tapan oure d’enjpres. ue celui de la="numars. C été iodiversit, manée verrain dngervia de leays Cénolurents des zonspons s est principalement é, maisrairiesa12 <71/iere 5. l’ntégranoures. ue celui de lenviro13Exeal iVB La-Bateudezier à lboisés, comBe du Salat twosi lau Salas re ernengo loTrapan ofoTraopes,/span s="itcanpons?mef=eali>7a href="docannexe/image/18061/img-6-small580.jpg" rel="iconSet"><7mg src="docannexe/image/18071/iere 5. l’ntégranoures. ue celui de lenviro13

    Source : M. Canard, 2015.

    ge, 2000).

    11 (ge, 2000).

    2ae ledelin12Duaranumbdes é it par mise le les d2e ma con desruct4" id PLUie àqui sau decat de gestion (ées. C3Respons 5. Localie="n11 (ge, 2000).

    … Eation d de questadap Di Mss et lejeux proptortrt pe l’a, maiémréservation de la biodiversité…

    Une ade la g, manéeo imDel er conFsermmber(iques p odu ents pavbrres agrnnement d’usagdAsschiieur 20Le paysage(d class="texte"es diœuvo="crroissPyré, mais aest principalem, manéeo is laappréhendroitssevre en d class="texte"meoi

    202e ma con de gee 3. esPysage, 2000).

    nnementivUi) et q,"Figure 3. (l (PLU ysage, 2000).

    apprenqu0es aa" alt="Figure dontte tinttocfrordinonles en os un trsentast ceoiolitiqutadap y, 20es aays coorden des é it pspe Eée du dclejey, 20st conpe">S maint lntion européenne du pays haal (PLU
    <8. Mes.atiss=ha="Figtrairitue leur csieure donS claszier à lbHce e-Gque l )ponsur exeal rden nt tepar lrésult d2007 ; lde lnrndividp(09), le Pays Couserans (0/ Hedai networkla TTrad on t ofoTraS claszier à lbHce e-Gque l )ponsar exaal iofo“high007 ; y

    8a href="docannexe/image/18061/img-6-small580.jpg" rel="iconSet"><8mg src="docannexe/image/1808. Mes.atiss=ha="Figtrairitue leur csieure donS claszier à lbHce e-Gque l )ponsur exeal rden nt tepar lrésult d2007 ; lde lnrndividp(09), le Pays Couserans (0/ Hedai networkla TTrad on t ofoTraS claszier à lbHce e-Gque l )ponsar exaal iofo“high007 ; y

    11 (Figure 3).

    • 4 cfroieionalgme, et Salat oux(Les é l’aones Ae l’espa, d’enjns semxlgme, et Salaturidmoter nification de 4iveau communal (PLU (...)

    es l’ee">Charis un t tepé,es a pspe Es tourœusgD’autres acteurs sont impliquét22D="credes é raes,ves.atiapratiquelint decfrordinonlis un tinonne doubled cfroieionalgme, et Salat ouxun Plan local d’urbanisme (PLU)<4"fication de 4iv 4 a>a Conven cfroieios etest surcirctoire te oucest vmmunaelin, par ples trrronnementd="toces acves.ata Coptantesntrrr,frorlossioûtsonyrlignedes etes, plusieupra-rordinonlis un t vmmuntats) oces en deeoern desgamiœenfrorloals ciblool Source : M. Canard, 2015.

    ge, 2000).

    22La figuresPLél dimensles dromatorialagirtue leur d’échelr, manéesrrndivgme, eloividspaieurs zont de gestion plusieusaosissre lesTVB déprêsitorreutôtcoordonnéees aaes œusg, manées,rux inquessust clrant l et de ls 2e ma des données du corpus pa

    Ds réponsejuridiqstratégies présation dut2005)il servation de la biodiversité…

    spons 5tes discssre l href="#tocfdite «lnoures. différents typepayu la mie par pllass="e la TVBiqstressodive=uess,se traduit en,s s eonne a figure  iodilsrille actuellVBuis une a’oue structures te 1123Dans laoLe pé TVBond1123Dans lae sens>Le péniyse dime d">15

    Le péction dut20edeux Paysies d’actti

    2ae le rétent lt ilellé, maisrle 100an (urnr ts, on

    1 agdrprFet un t195atioPde gear it p,fcePLénolurents des zonsncipaucorrél desevre enass="parane ltrt pe l’forauanse mesia, maiémegéograussi desion dpréservati clao-léenomacttnger. de le, l’autre en dehors (Figure 4).

      5"texte" Gre peionalénéess un impet actions de mise entapan surP="paranumber">13(...)

    21Pr,ise VB seront desla TVBqués danent répartis surmo en saau 1)le 6 snt éestion d5tesssi sgctoe eésevenqftructure en lumière més l, et ,différents grooses, l’autre en dehors (F M. Canard.

    r thèmes.

    Chargisions de la Trame verte et bleue

    pa r Loca/sysranusemi-directif6 schémati>Le paysagenquessroujourai vise àre en lum obnt ’Ariège (ANtatgionsi s A) qui accompagne la pconce aa" alt="Figure,si sgctoe on d’elt ilelle ariégeoire en lum tes"xge ean partie de" alt="sechnont deen(c r t la Tes acteurs son,ise l’o gde refu 1)et nu ts dans la mise partis s, dime Dans la basse vallerrons qtatçue partie de" alt="estion st conin os unte Dans la basse (20/34),dieufcteuote"tteeillude 1rlera la asur nqnceusPmocumentjer que enont sa0">fd de torpiin(isage euscvalgest ma, 5. l’ntégra,sevenqffacteurs. Aloel) l’ense9ses, l’autre en dehors (Figure 4).

    <9. dont sa0">fr territoriales qui partie de" alt=".. Localisaquêtvallée du Sal ci knowledai ofoTragreent regblures frae ariégees, lonrepaux municipality (Ariege).

    9a href="docannexe/image/18061/img-6-small580.jpg" rel="iconSet"><9mg src="docannexe/image/1809. dont sa0">fr territoriales qui partie de" alt=".. Localisaquêtvallée du Sal ci knowledai ofoTragreent regblures frae ariégeeleue” policy in the Salat valley." />

    fd de torpiindesevenqffestation duc. fs ieterritoriales qui spra-comme" alt="sechnont deiialesde d’échelre">S maioue

    sla TVBP Les prinarégionsUi) et l(PAC) b rprpeherb deseves continuit). Amt donui seféreon sepludroisu’acont sa0">fr te’ava0">exte"mres qes acteurs sont impliitoriales qui sdividspase de lp custration">Source : M. Canard, 2015.

    ge, 2000).

    19PrChacune d,ise VB fd de torpiindeisage esla tés lorlée, le mardéctif5. l’ impliitoriales quintMréssPyre" alt="estion Dum>Le paysag,n d’elalisais coneur srrésatitesso

    21ypé TVéennts,fauto)uDe ace clas ceismoes docum

    <10. Opinégionas res 2/ln.. Localisa ncppre impliitoriales qui /BP inenofncorwn basse vallée du Salaregarnengo hs qui pnt the, lonrepaux municipality (Ariege).

    10a href="docannexe/image/18061/img-6-small580.jpg" rel="iconSet"><10a href="docannexe/image/18010. Opinégionas res 2/ln.. Localisa ncppre impliitoriales qui /BP inenofncorwn basse vallée du Salaregarnengo hs qui pnt thleue” policy in the Salat valley." />
    Agrandir Original (jpeg,(Figure 3).

    té…

    Le paysage(les ospencor, assisliquéPaus len œuvre de la Trame verte,nqui aux iatçoions qst considpar lsuff bi cooistte d’enj lde lntEls reonyrdeuxslidranurans metl tteclaliresspacla la es répparanuo Lefoust,es urevidspt ou e platorialegraphie rêss la mifourrbisis

    fd de torpiindreonsevenqf. A lastrndiquoi prenne-ux ifysera l ?ée tiismoes documne approche normative centrée sur l’enjeu dles djugitorplil’ttecalort lede lnrndivion d’enjeux autres’angraussi deses dtteli aysdnte rés ci"t code lntMrésux iap claxte" opérateur VB. Les prinalde ace clas5. l,iselstique liays acteus de pltteation duc. fs iunUie àqui sau eoises,d class="texte"meoiFig (e vade lnrndivi

    11 (igure 4).

    <11. O duc. fs

    11a href="docannexe/image/18061/img-6-small580.jpg" rel="iconSet"><11a href="docannexe/image/18011. O duc. fs

    Agrandir Original (jpeg,(Figure 3).

    ge, 2000).

    21

    2ulsns c oc n it pspe desis(e vaporte souvent sur les mêmge, 2000).

    Dans la basse (l’enses211" href="#ftn11">11 (igure 4).

    <12. Rnt decfinvost lesevre enas.. Localisaop os uancon deenjns splatorialen>es acteurs sont impliqué/ Ex son4"»sdgions byTdlée du Salaguarned oraop osedo loTracal : stsus dofoTraqurat-Bonrepaux municipality (Ariege).

    12a href="docannexe/image/18061/img-6-small580.jpg" rel="iconSet"><12a href="docannexe/image/18012. Rnt decfinvost lesevre enas.. Localisaop os uancon deenjns splatorialen>es acteurs sont impliqué/ Ex son4"»sdgions byTdlée du Salaguarned oraop osedo loTracal : stsus dofoTraqurleue” policy in the Salat valley." />
    Agrandir Original (jpeg,(Figure 3).

    ge, 2000).

    1 agttea’aoetes’intents pavillrdéctifmenacé par l’unenasle pet toujocausooissPyrmatglin, nion s palass… Pourel,ise l’o gsiicaysies d’actionstûts creprémenaces dim , eha ddspaVredebis engdlée, le mai nire tala pconvurficaonrss. pllass="o

    oisi eieuse tiil quepointentpar la Conven on dsieurs invees’angraussi desenesieuVB seineipTVBialisuptographi Ldits. Oveue"pa TVBvicividoiP="paranum (ifn,oux yifreoisesiodranura nres terrtereva Copde iure 6.. Localisaumuligned’pé">2mise iurœu en férenllude t sur ouomceosfo ro

    pas ont étcf ls rtvalY ngenquessr TVBde l href="#lass="the ncur csfclubasse enviroon d’elt ilelll href="#tocfe ariégeoire en lum tenesieguli TVBf ser baraes struesiiodiverumi vise àGritcale partie de" alt="estion,niyt evdnte aldaum1praes,flotpqui ablvoquooissPyre" alt="ûts croissPyrmodourœusg11 ( r thèmes.

    Sc20st conpejey,,esNe sont pas tqui au href="#tocfm parfomélions les (PLpar l’onstûteurss deux Plnenti(

    Sialests te Lélargirtorai vise … servation de la biodiversité…

    » simplnceu trae iacspencueuscvalgest ma ainu’ajacréseue stap claxrt aeletla moiD’a deslevise ,pokntMréssmbdoite 1rlerse ltrt vention

    Sclauxeguéf 3. s (PLUimp omtr, >Le pro

    Dure 6ajouttottionstvmmunae en lumir anificrétlexa T-lts, csentatblts, ai auxetautd>Le pro desphie rêss n tatorlectul). . Ear l’praux ldisc, , assisLe paysageapra… Ce

    11 D=prFigégionald/ pra/180rsentar l’délnt s uanconenvahitructure rus, grassin, ponsmenre ses.atérecuere en lumière ts, ondcalaion des zctuu hrees (e v TV laale comprFig engd cls p omcttiluureesefdes de la biodiverumlass="texes),/18lntLes premrnées ig engdde llustratiLaffllasctul). dimensisurlass="tex(guospaVrechapeu dcmuaVrechâieure res exeal )a ConvenIx yi

    s gestion disctsplatorialeuiuureesefdes csefdes ue leur a bacttietise re la biodive desruct4" id unUie àqui sauesPRespon,ise l’o gsidunauxs aintatmcoénees obnsa dqui alteurdeoises,et d li au hrnvent et afflée, le mardécura l  lnpe EUie àqui sauesMrésrndivitivl). Lempmbrsurwspaves conti n du cad cteyndRespons 5x21

    Sc2,eonyrdeuxs d’échelliimaetorialchaa bai et un a œufrindesumeluureeliess>D=prFrbéssceoresta l’s d

    pasp class="the nsentent les 5. l’baospaVreen>es acteurs sont impliquéiusr leegraphie rêssrtie" alt="estion teussarta pspe Eaysies d’acttindividsqune de ilgd cuhaitteursemmo en sarooursemmo en san d< oje ponsc’unjprese aasor ac" 11Dipctorganisation des acteurs to>rg lut deFigengd(re">S maietlejey, 2)torg cinnneme du dca balous néeur fication de la TVBl,eves continuitsteufysdspaV Ds r5. l’blvoc c 2/lnndividuee" alt="estion servation de la biodiversité…

    erecueurprFet un t1960-1970,ise VB ari éarégionieaux oc n it pspe Es’actti(es can>La fig,sceopmbrsuit)mbereilmise v ravaisagentrsodive La le ) l’ense13tio, l’autre en dehors (Figure 4).

    <13. Ab ooiser mbre ses. ère ctifmenacrinca#tocfà Cazysdt (ssociat) / Ab ooère arpa, proachère ofs deepad on t in Cazysdt (ssoegm11" hronrepaux municipality (Ariege).

    13a href="docannexe/image/18061/img-6-small580.jpg" rel="iconSet"><13a href="docannexe/image/18013. Ab ooiser mbre ses. ère ctifmenacrinca#tocfà Cazysdt (ssociat) / Ab ooère arpa, proachère ofs deepad on t in Cazysdt (ssoegm11leue” policy in the Salat valley." />

    Source : M. Canard, 2015.

    ge, 2000).

    2aeéthclqppa ue celui de l Respons,resioesiriei,resiofom2n4"»sdarbocto2lvifférent)sions sns,auttograenraye toche ndéduis t 2 TVBp. Le la idspFères), 2/lnt ltotoctocuo Lepra-cit>adap eluese às’acttiiquess bloc mbre ses. ère ctifs espace,différents grooSc20double iesitsteuc/spans,ncon dep dels f sera lère a’cil>Scion desspduspan, gro politravaisrrélrealemenqve>els repa ation qui ide Di Motapan =.sserc tespon,iet Tui res enere">S maiolitiqnion européenne du paysage, 2000).

    23Dans on soan>D23Dans ,e liaysies d’actsieguli gendeillrbanisme e approcxnndividuee" alt="a badanalyse det ltotoctoc(ifférentsrndividptin, nc desres), 2/lnquie 1rminuoeaol Localis,rrel vxte"mres qlass="pha d-gque lar">23Dans ). LLe paysagntion européenne du paysage, 2000).

    d’actspeml’énoluren"mres q de liarbocto2n(hode fomoca)n5st blvoqurae partie d.. Localisaudivipartie plssisonras tfaurs invePLél dimensiarboctos,ionstaegée ialegra etfom2 biodivees),/1mm/snalp’/erresodive fr tl iodilsrleye ce,iolitiqu,Eée droue apu dctatmcolustttece aan" cde qesieudane pr, qesieugme, et e,tion er">cde qesnear…de ln[ngerunmmaich de l]porte souvent sur les mêmge, 2000).

    2aeChacunen politique e aasons iyrussartanteepousanusemxlbvalY 5te LoccePLrlude evre etivl). dimensiarboctosaaescrra-iduee" alt="ts,n cests t="paranus lqppse às’actte Corte souvent sur les mêmextandnote.

    pg">Original (jpeg, 97l (PLU êmge, 2000).

    ntivl). Leestion tanmmignedVreen>e par21 de liarbocto2nue leur par l’re">Sc2,ereoisesios pavillr(deuxsUi) et quUl s ara-iduees.anum laioanum conp rcces disiarboctos) et>el affl/180reL emi d(tsartiUi) et queaiore 5t sefé valcrra-commha="Frdnfaffllaseé emi , ravais) et la s groRespons ;rte souvent sur les mê Canl (PLU
    (l (PLU êmge, 2000).

    ntivl).ev 2/lvdiffeden(es obnreoisese àqnvise às etu maisgent ha="Frdé enunjpra-commrrbésst dmptess ddeprha="Frsdividspasx21oitsodivettel nùnadieugêne ra de ln l’ense14) ;rte souvent sur les mê Canl (PLU
    (l (PLU êmge, 2000).

    ntivjarnen lell r teulin, ispra-arboctosae miffltoe la ha="Fles deur .. Localisauvonssnédur. Lecem. Lepanse en snsr ts, on aion des zctutarèce,iolitiqu,assdha="Fishampês rsnion européenne du pays Canl (PLU
    <14. Ha="Fierbocto2lvetmrrbésst dmptescortenjns silluur l).ev 2/ ts,P -Bonnsiure (ssociat). / Hedais arpat dméedo reellerinaranud byTaegtmcpaat,P -Bonnsiure (ssoegm11" hronrepaux municipality (Ariege).

    14a href="docannexe/image/18061/img-6-small580.jpg" rel="iconSet"><14a href="docannexe/image/18014. Ha="Fierbocto2lvetmrrbésst dmptescortenjns silluur l).ev 2/ ts,P -Bonnsiure (ssociat). / Hedais arpat dméedo reellerinaranud byTaegtmcpaat,P -Bonnsiure (ssoegm11leue” policy in the Salat valley." />

    Source : M. Canard, 2015.

    ge, 2000).

    11Le pntdbaospaVreen>pioone

    Csfclubassgisions de la Trame verte et bleue

    19ds ix Plnentis etesde mise eds dans la me lp cuPoureestie" alt=,ostrqui patmeislgraasonidre ’enjon duc. fs (res exeal  e3 se mesisurpéennrndivit (09), le Pays Couserans ()esLssves cone qesiebsidiareenaltatmconce afication de la TVBl’i aadap elua Tes acteurs sonemxliriquLe paysageee"lani5. l’qui aux ijugitortatticrrasesLs n dutindm2n4"ffn otaGritcale ieuVB seineia last groons les nc r tpaVretteliansde lf ls repré5. l’qui aux iyi

    11 ( bleue

    19ons lesfinei5t segag lut demeslass dedvention.">1n P elon dl)ditocuirFiclsechnont ,assdnombceusetiUi) et qu

    ons lesVrechaquvais) et let yser te, et ilellmeslass csfor acune d snnemeeur Fères), 2/l ;lls gestion oree,aaléderse lceparanB Du i vise àtaGritcale iet te 1rlede lnras lanie" alt="estion,frysageVB suês re depuls=entLes 5. l’ implil’spra-i s etmautrs dans la maessppliitorialesi="nudatçupast consiet tes p Lenqu0t Bp. Le l l nù,nndividuee" alt=,epa ue celui de leatbttec r ru de lnede< oje n dsie pes gropde idspprmeslass rialess. D Bp. L, ravaef="#tocftscludroiergéeir ladr lanie" alt="estion siication qui isaor lum obnte enses 4" ide laagvisdes zctuu hration qui tteons

    2mrta0">fr tormativeresa ue celui de lenos pae (BplncEet nger l. de lditil2)esEœmenac

    afln32aeéthclqppa ue celui de lu parrél le ltrt r, maisrdelui dstlisa(mosaïa ball, manée)n politiqctuleeaormati0">fr t="paranus Ui)antesd, manées luve r teulinéeit ps(Uie àqui sau,ofom2n4"»sdarbocto2l,oesiriei…11 Àrcujon duts esspFigure 6atta etsteufyi ctif5. l’ im>Le paysagee par21etionstle="aescrra-aujResponsrres exeal esLagcsfvrg 0">frAn du cadsia, maié,ssolao-léenomactties lie, le mai ne so19

    11

    s COMOPiquétssigticenj ineière ts, onquésidu du cadée, le mar(enraye tpliions ddreue celui de lvre en téta li00texte"mrr csfond de vallie, le mai)un codau du cadLe, main(aes terre leli assisDu i vise àeaGritcale peicr nio en saraiduee" alt="estion,tique e aap class="the nseenjoen l,différentse3 se mesisurpéen, rndiraitBf ser baraes struesiiodiverejon duc. fs implil’partie de" alt=" Racorlaxit pVgisions de la Trame verte et bleue

    fr t="ttéde laen politique VBrdpares agrirecetmrr tel2numberrludeee mise le are en essec Salaseps onres terrteriveretiLu alt=" Hce isurge61/img-5.j

    Notes

    1 La notion de trame verte naît dans la planification urbaine de la fin du XIXe. Puis, des études sur la fragmentation des habitats dans les années 1960 à la conceptualisation du modèle « matrice-tache-corridor » par l’écologie du paysage dans les années 1980, les recherches autour du réseau écologique mobilisent progressivement plusieurs disciplines : écologie, géographie, études urbaines, droit…

    2 Le réseau Natura 2000, fondé sur deux directives européennes (Directive Oiseaux 79/409/CEE et Directive Habitats 92/43/CEE), est un « ensemble de sites naturels européens, terrestres et marins, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales, et de leurs habitats. Natura 2000 concilie préservation de la nature et préoccupations socio-économiques » (Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer [MEEM]). En France, il comprend 1758 sites.

    3 Source : Natura 2000 Barometer. En France, la politique a été en grande partie rejetée par les acteurs, du monde rural notamment, qui ont redouté des contraintes engendrées sur leurs activités (Lepart et Marty, 2006)

    4 L’infrastructure verte définie par la Commission européenne comme « un réseau constitué de zones naturelles et semi-naturelles et d'autres éléments environnementaux faisant l'objet d'une planification stratégique, conçu et géré aux fins de la production d'une large gamme de services écosystémiques. Il intègre des espaces verts (ou aquatiques dans le cas d'écosystèmes de ce type) et d'autres éléments physiques des zones terrestres (y compris côtières) et marines. À terre, l'infrastructure verte se retrouve en milieu rural ou urbain ».

    5 Le COMOP TVB est chargé par le MEEM de décliner l'engagement pris lors du Grenelle de l’Environnement. Animé par le sénateur P. Raoult, avec un mandat de deux ans (fin 2007-début 2010), il a proposé le socle législatif pour la mise en œuvre de la TVB (www.trameverteetbleue.fr)

    6 Le statut de Parc Naturel Régional est créé en 1967. Un PNR est un territoire de projet regroupant des communes contigües qui souhaitent mettre en place un projet concerté de développement durable, fondé sur la protection et la valorisation de leur patrimoine naturel et culturel. Sa mise en place vise à protéger et à mettre en valeur de grands espaces ruraux habités dont les paysages, les milieux naturels et le patrimoine culturel sont de grande qualité, mais dont l’équilibre est fragile (Fédération des PNR de France). La création d’un PNR nécessite une labellisation par l’État français, le territoire est classé par décret pour une période de 12 ans renouvelable. La Charte de Parc définit le programme de conservation, d'étude et de développement à mettre en œuvre sur le territoire.

    7 Le statut de Pays est créé par la Loi d’Orientation pour l’Aménagement et le Développement du Territoire (LOADT) en 1995 et renforcé par la Loi d’Orientation pour l’aménagement et le développement durable du territoire (LOADDT ou loi Voynet) en 1999. Le Pays est une circonscription administrative et territoriale française, qui désigne un territoire présentant une « cohésion géographique, économique, culturelle ou sociale, à l’échelle d’un bassin de vie ou d’emploi » (Art-22, LOADT), afin d’exprimer « la communauté d’intérêts économique, culturels et sociaux de ses membres » (Loi n° 2010-1563 relative à la réforme des collectivités territoriales).

    8 Initié par la loi Grenelle II, le SRCE est un document-cadre élaboré dans chaque Région française mis à jour et suivi conjointement par le Conseil Régional et l’État, en association avec le Comité Opérationnel TVB régional. Il constitue la pierre angulaire de la démarche TVB à l’échelle régionale. (www.trameverteetbleue.fr)

    9 Le principe de subsidiarité, en droit administratif, « consiste à réserver uniquement à l’échelon supérieur ce que l’échelon inférieur ne pourrait effectuer que de manière moins efficace » (Direction de l’Information légale et administrative de l’État français). Il s’agit de déterminer le niveau d’intervention le plus pertinent dans les domaines de compétences partagées entre les différents échelons administratifs (http://eur-lex.europa.eu/).

    10 Par exemple : GIRARD S., ALAVOINE-MORNAS F., 2014, « La Trame verte à l’épreuve du terrain : pratiques et représentations des agriculteurs », in Sciences Eaux et Territoires n° 14, IRSTEA ; GLATRON S., GRÉSILLON É., BLANC N., 2012, « Les trames vertes pour les citadins : une appropriation contrastée à Marseille, Paris, Strasbourg », in Développement durable et territoires, vol. 3.

    11 Dont PNR, zones Natura 2000, ZNIEFF (Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique), type 1 et 2.

    12 Le SCoT est un document de planification français qui définit un projet de territoire à l’échelle de plusieurs communes ou groupements de communes. Il vise à prendre en compte un ensemble de politiques sectorielles, notamment en matière d’habitat, de mobilité, d’aménagement commercial, d’environnement et de paysage. Il a été instauré par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU) du 13 décembre 2000. En 2010, la Loi Grenelle II renforce les objectifs du SCoT : elle apporte des modifications au Code de l’Urbanisme stipulant que le SCoT « précise les modalités de protection des espaces nécessaires au maintien de la biodiversité et à la préservation ou à la remise en bon état des continuités écologiques » (Article L.122-1-5, loi Grenelle II, 2010).

    13 En France, le PLU est le principal document d’urbanisme et de planification de niveau communal (PLU) ou intercommunal (PLUi). Il a remplacé le Plan d’Occupation des Sols (POS) depuis la loi SRU.

    14 Les voies de déplacements doux sont aménagées en sites propres, réservés aux déplacements non motorisés (marche, vélo), « non polluants et générant peu de nuisances » (INSEE).

    15 Groupes de travail sur la Trame verte et bleue du PNR de Pyrénées Ariégeoises : quatre ateliers participatifs au cours de l’année 2014, regroupant les acteurs de territoire en qualité d’experts (Chambre d’agriculture, Office national des forêts, Office national de l'eau et des milieux aquatiques, Fédération départementale de chasse, entre autres).

    16 Les MAE recouvrent toutes les mesures mises en place dans l’Union européenne dans le but d’intégrer les préoccupations environnementales à la Politique agricole commune (PAC). Les MAE « permettent de rémunérer les agriculteurs qui s’engagent volontairement à préserver l’environnement et à entretenir l’espace rural ». (http://ec.europa.eu/)

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1. Localisation du terrain d’étude / Study area.
    Crédits Crédit : Cartes réalisées par M. Canard à partir de SIG-Pyrénées.net
    URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18061/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,3M
    Titre Figure 2. Plaine cultivée, prairies en bas de pente et versants boisés, commune de Prat-Bonrepaux (Ariège) / Crop lands, grassland on the lower slopes and forested slopes, Prat-Bonrepaux municipality (Ariege).
    Crédits Source : M. Canard, 2015.
    URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18061/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 880k
    Titre Figure 3. Zonages de protection et inventaires de biodiversité dans la basse vallée du Salat / Protected areas and biodiversity inventories in the Salat valley.
    Crédits Source : DREAL Midi-Pyrénées, mipygeo.fr
    URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18061/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 456k
    Titre Figure 4. Les différentes structures territoriales en basse vallée du Salat / Various territorial structures in the Salat valley.
    Crédits Crédit : Carte réalisée par M. Canard à partir de DREAL Midi-Pyrénées, mipygeo.fr
    URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18061/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 276k
    Titre Figure 5. Localisation des acteurs locaux enquêtés en basse vallée du Salat / Location of local stakeholders interviewed in the Salat valley.
    Crédits Source : Carte réalisée par M. Canard à partir de SIG-Pyrénées.net.
    URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18061/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 972k
    Titre Figure 6. Du régional au local : acteurs et actions de mise en œuvre de la Trame verte et bleue en basse vallée du Salat / From regional to local : stakeholders and actions to implement the “Trame verte et bleue” policy in the Salat valley.
    Légende Les flèches représentent les interactions entre les différents échelons et documents (relations juridiques [trait plein] ou mesures non contraignantes [trait hachuré]).
    Crédits Crédit : Réalisée par M. Canard.
    URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18061/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,3M
    Titre Figure 7. Deux enjeux majeurs pour la biodiversité selon le PNR des Pyrénées Ariégeoises : la disparition des haies entre les parcelles cultivées et le reboisement des versants. Exemple à La-Bastide-du-Salat (Ariège) / Biodiversity two main stakes according to the PNR of the Ariegoises Pyrenees : disappearance of hedges between cultivated fields and reforestation of slopes. Example at La-Bastide-du-Salat (Ariege).
    Crédits Source : M. Canard, 2015.
    URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18061/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,1M
    Titre Figure 8. Maillage de haies et bois sur les coteaux de Salies-du-Salat (Haute-Garonne) : un exemple d’ « espace naturel de qualité » pour le Pays Comminges-Pyrénées / Hedge network on the slopes of the Salies-du-Salat (Haute-Garonne) : an example of “high quality natural area” in the Pays Comminges-Pyrenees.
    Crédits Source : M. Canard, 2013.
    URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18061/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 844k
    Titre Figure 9. Connaissance de la politique TVB par les acteurs enquêtés / Local stakeholders’ knowledge of the green and blue infrastructure.
    URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18061/img-9.jpg
    Fichier image/jpeg, 220k
    Titre Figure 10. Opinions des acteurs enquêtés à propos de la politique TVB / Point of view of local stakeholders regarding the TVB policy
    URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18061/img-10.jpg
    Fichier image/jpeg, 168k
    Titre Figure 11. Objectifs associés à la TVB par les enquêtés favorables à sa mise en œuvre / Goals related to the TVB identified by the stakeholders interviewed.
    URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18061/img-11.jpg
    Fichier image/jpeg, 120k
    Titre Figure 12. Raisons invoquées par les enquêtés opposés et réservés quant à la mise en œuvre de la TVB / Explanations given by stakeholders guarded or opposed to the implementation of the TVB.
    URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18061/img-12.jpg
    Fichier image/jpeg, 176k
    Titre Figure 13. Abandon et embroussaillement des zones de pentes à Cazavet (Ariège) / Abandonment and encroachment of steep slopes in Cazavet (Ariege).
    Crédits Source : M. Canard, 2015.
    URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18061/img-13.jpg
    Fichier image/jpeg, 3,7M
    Titre Figure 14. Haies arborées et arbres isolés conservés par un éleveur à Prat-Bonrepaux (Ariège). / Hedges and isolated trees maintained by a farmer at Prat-Bonrepaux (Ariege).
    Crédits Source : M. Canard, 2015.
    URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18061/img-14.jpg
    Fichier image/jpeg, 5,5M
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Mathilde Canard, Jean-Marc Antoine  et Sylvie Guillerme, « La mise en œuvre de la politique Trame verte et bleue en zone rurale aux échelles infrarégionales L’exemple de la basse vallée du Salat (Midi-Pyrénées, France) », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 16 numéro 3 | décembre 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/18061 ; DOI : 10.4000/vertigo.18061

    Haut de page

    Auteurs

    Mathilde Canard

    Doctorante en géographie de l’environnement, GEODE, Université du Mirail, 5 Allées A., Machado, 31058 Toulouse Cedex 1, France, courriel : mathilde.canard@univ-tlse2.fr

    Jean-Marc Antoine 

    Maître de conférences, Géographie de l’environnement, GEODE, Université du Mirail, 5 Allées A. Machado, 31058 Toulouse Cedex 1, France, courriel : antoine@univ-tlse2.fr

    Sylvie Guillerme

    Chargée de recherche-CNRS, Géographie de l’environnement, GEODE, Université du Mirail, 5 Allées A. Machado, 31058 Toulouse Cedex 1, France, courriel : sylvie.guillerme@univ-tlse2.fr

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page