Navigation – Plan du site

L’intérêt de conserver un espace vert de loisirs : un objet de recherche à part entière

Charlotte Birks

Résumés

Afin d’expliquer l’intérêt des propriétaires pour la conservation d’espaces verts (semi-naturels), il est souvent fait référence à des termes génériques pratiques, en invoquant, par exemple, des intérêts touristiques, environnementaux, politiques, culturels ou patrimoniaux. À force d’être employés, ces termes finissent presque par perdre les significations pourtant différentes qu’ils peuvent revêtir à l’échelle locale, en fonction des propriétaires des lieux et des contextes dans lesquels ils s’inscrivent. Face à ce constat, le présent article se propose de mettre en perspective la notion de conservation d’espaces verts et d’étudier les conditions d’émergence de ces intérêts de sauvegarde, à partir de l’étude de trois types de propriétaires/gestionnaires d’espaces végétalisés : une entreprise privée de grande distribution, une municipalité et une famille de la noblesse française. Leur point commun réside dans la volonté d’y développer des activités de loisirs d’extérieur. Une démarche ethnographique a été menée sur chacun de ces trois sites, comprenant des enquêtes par entretiens auprès des gestionnaires ainsi qu’une recherche de données historiques. Derrière un même intérêt a priori commun d’ordre touristique (ouvrir au public, favoriser des activités de détente de plein air, répondre aux attentes, etc.), se révèlent trois histoires différentes d’intérêts complexes qui se renforcent, s’officialisent et se collectivisent au fil du temps.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « L’environnement est loin de constituer un problème social et public “découvert” par les sociétés (...)

1Compte tenu de la multiplication des lois en matière de protection de la nature depuis les années soixante et des débats politiques et médiatiques y afférents, on pourrait penser que la protection de la nature est une préoccupation récente et propre aux sociétés occidentales. Or, les chercheurs en sciences humaines ont montré que, si les mesures adoptées pour conserver un espace naturel peuvent sembler nouvelles, le souci de protéger la nature, quant à lui, s'avère bien plus ancien1. Parmi ces chercheurs, figure notamment l'ethnologue Anne Cadoret qui rappelle que ce souci de préserver la qualité de l'environnement est inhérent à la société des individus : « [...] de tout temps, des normes ont visé plus ou moins explicitement à protéger tel ou tel élément de notre environnement naturel, mais dans des contextes (des époques, des “coutumes”) différents du nôtre » (Cadoret, 1985, p. 4). Quelles que soient ses différentes déclinaisons dans le passé, la notion de conservation n'est pas toujours très claire, ni envisagée de manière identique par tous. Le verbe « conserver » est souvent employé comme synonyme de protéger, sauvegarder, garder en bon état, garder soigneusement ou garder intact quelque chose (Rey, 2000, p. 511). En matière d’espaces verts, la conservation de la nature se traduit par des actes divers suivant les gestionnaires : plantation d’essences d’arbre, réintroduction de chevreuils, création d’un plan d’eau, curage d’un étang, transformation d’une friche en pelouse, etc. Pour comprendre les intérêts qui motivent aujourd'hui les différents groupes en matière de protection d’espaces naturels, on a souvent recours à des arguments généraux pratiques qui peuvent être qualifiés de scientifiques, écologiques, politiques, esthétiques, hygiéniques, culturelles, touristiques (etc.), soit des facteurs explicatifs commodes, car facilement mobilisables pour justifier une action ou un discours (Barthe et al., 2013).

  • 2 En quelques mots, la sociologie pragmatique, aussi appelée la « sociologie des épreuves », étudie l (...)

2Toutefois, ces facteurs explicatifs ne nous renseignent pas sur le sens (ou sur l’acception) qu’ils prennent à l’échelle locale en fonction des gestionnaires et de leurs contextes. L’objet de cette étude consistera à questionner et à mettre en perspective cette notion générique de « conservation des espaces verts » tout en observant les conditions d’émergence de ces intérêts de sauvegarde chez les individus en charge de ces territoires. Il sera tenté d’observer comment, derrière ces termes vagues que peuvent être les intérêts « touristiques récréatifs » (à des fins de loisirs), se déclinent des intérêts à conserver des espaces verts fortement contrastés. En tentant de retracer la « définition, la stabilisation et la transformation » de l’intérêt (Barthe et al., 2013, p. 184), l’analyse s’inspirera directement d’une démarche de la sociologie pragmatique2.

3Ce questionnement émane de l’observation de trois types de propriétaires/gestionnaires d’espaces verts de plusieurs dizaines (voire centaines) d’hectares implantés autour d’une même communauté urbaine de l’Ouest de la France. Plutôt qualifiés ici d’espaces verts que de véritables « espaces naturels », les sites relatifs aux trois études de cas sont en grande partie composés d’espaces artificialisés ou domestiqués au sens large du terme comprenant des végétations diverses recelant des prairies, des espaces boisés ou forestiers, des bosquets, des jardins, des pelouses, ainsi que des plans d’eau ou des rivières aux rives entretenues. Le premier cas observé est un parc en libre accès appartenant à une municipalité et géré par le service des sports de la ville. Dans la même communauté urbaine, également en libre accès toute l’année, le deuxième cas est un parc géré par une entreprise française de distribution d’équipements sportifs, lequel dispose d’un magasin de vente jouxtant des zones récréatives. Enfin, le troisième espace vert observé est géré par les membres d’une famille de la noblesse française et situé à quelques kilomètres des deux premiers parcs cités. Les propriétaires accueillent le public dans leur château et leur parc historique avec entrée payante et autorisent les visiteurs à fouler les sentiers communaux qui traversent le domaine forestier non clôturé. Dotés de territoires au cœur de la ville ou près de zones bâties, les trois propriétaires/gestionnaires rencontrés présentent la particularité de chercher à garder la propriété et/ou la gestion de leurs espaces verts tout en les rendant accessibles au public à des fins de loisirs. Mais aux motifs touristiques s’adjoignent aussi des raisons diverses telles que répondre à la demande des habitants pour la municipalité, vendre des articles de sport pour la multinationale, ou pérenniser un domaine familial et historique pour la famille aristocratique.

4Une fois les contextes économiques et fonciers présentés d’un point de vue national, sera précisément retracée la manière dont les acteurs de chaque territoire définissent collectivement l’intérêt de conserver les espaces verts. L’analyse historique de chaque cas laissera place alors aux raisons plus immédiates et personnelles de conservation des représentants de chaque parc. Avec, en filigrane, une frontière poreuse entre le souci de conserver un espace vert et le souci de développer des activités de loisirs de plein air, l’étude se terminera par une réflexion menée sur l’imbrication et la primauté de ces deux composantes.

Raisonnement et repères empiriques

5Afin de mettre en perspective la notion de conservation d’un territoire, nous nous proposons d’appuyer nos réflexions sur l’observation de trois parcs de loisirs très différents, tant du point de vue des pratiques que du point de vue du type de gestionnaire qui en a la charge. L’approche casuistique utilisée permet de déplacer le mode de raisonnement initial singulier propre à chaque cas et d’en extraire une argumentation de portée plus générale (Passeron et Revel, 2005). L’objectif n’est pas de définir l’ensemble des motivations qui animent un propriétaire ou un gestionnaire, mais de s’interroger quant aux conditions d’émergence des intérêts (Bidet, 2008) qui conduisent un individu à vouloir conserver des terres naturelles domestiquées. Les trois cas de figure étudiés n’ont pas été sélectionnés pour leur caractère représentatif, mais plutôt pour leurs différences (privé/public). Des cas représentatifs insinueraient l’existence d’espaces verts « normaux », « banals » ou « classiques ». Or, existe-t-il des règles avérées et officielles qui définiraient un espace vert de loisirs ouvert au public que l’on pourrait qualifier de normal ? En effet, que ce soit en termes de propriétaires, de superficies, d'aménagements effectués sur la nature, de type d’accès (à pied, à vélo, en voiture...), de pratiques de loisirs qui s'y déroulent, ces espaces aux frontières imprécises recouvrent un nombre incalculable de situations plus ou moins uniques. Les terrains ont néanmoins été sélectionnés pour constituer des exemples concrets se rapportant à trois types de propriétaires/gestionnaires que l’on peut rencontrer aux abords des villes.

Figure 1. Répartition des trois études de cas en fonction de la population par commune.

Figure 1. Répartition des trois études de cas en fonction de la population par commune.

Source : Carte thématique Insee Géoclip, GéoFLA, IGN 2011, [en ligne], consulté le 28.12.2016, URL : http://www.statistiques-locales.insee.fr. Les modifications appliquées à la carte d’origine sont les suivantes : ajout du nom des trois études de cas, suppression du nom des communes (pour l’anonymat), insertion de la légende (originairement située à côté).

  • 3 Les données statistiques Insee propre à la région dans laquelle s’inscrivent les propriétaires (ren (...)

6Implantés dans une aire urbaine de 400 000 habitants et caractérisés par une densité de 165 habitants au kilomètre carré, les territoires observés évoluent dans une région où l’artificialisation du sol s’avère largement supérieure à la moyenne nationale3. La carte ci-contre répartit géographiquement les parcs observés en fonction du nombre d’habitants par commune. L’espace vert municipal ainsi que l’espace appartenant à l’enseigne de grande distribution se situent tous les deux à l’intérieur de la communauté urbaine et le parc de la famille aristocratique à une quinzaine de minutes en voiture du parc de la multinationale. À chaque propriété observée correspondent diverses équipes de travail qui entretiennent et développent les lieux. Pour le parc municipal géré et animé par le service des sports de la ville, l’entretien des espaces végétalisés a été confié au service municipal des espaces verts (en tant que prestataire de service). Pour le parc de l’entreprise commerciale d’équipements sportifs, la nature est cette fois-ci exclusivement entretenue par un même cabinet de paysagistes sollicité toute l’année. Le domaine appartenant à la famille de la noblesse française est, quant à lui, entretenu par deux équipes distinctes : l’une pour la forêt et l’autre pour le parc paysager. La forêt est gérée par le Duc et prise en main par divers professionnels (un responsable du groupement forestier, un expert forestier, des acheteurs de bois, etc.) ; le parc paysagé est géré par son fils (le Marquis), lui-même épaulé par un jardinier embauché à l’année ainsi que par une entreprise de travaux agricoles pour les tâches ponctuelles. Par opposition à des espaces verts ne faisant pas l’objet de travaux particuliers, les espaces étudiés ici ont été sélectionnés pour le travail de gestion et d’aménagement qu’ils impliquent. Ils permettent ainsi de comprendre comment la préservation et la fréquentation de la nature peuvent prendre des sens différents et se concrétiser en fonction des configurations humaines observées. Chaque propriétaire revêt, dans son genre respectif, un haut rang symbolique : la ville, l’entreprise multinationale et la famille aristocratique. Ils justifient d’une notoriété médiatique par le biais d’articles de presse, de parutions d’ouvrages, voire de reportages télévisés pour deux d’entre eux. Néanmoins, par souci déontologique et pour instaurer « une distance entre la parole enregistrée et le locuteur » (Pinçon et Pinçon-Charlot, 1989, p. 15), les terrains d’études ont été rendus anonymes.

7Pendant trois années, une démarche ethnographique a été menée sur chacun de ces trois sites afin de répondre à un questionnement plus large, traité dans le cadre d’une thèse de doctorat. Aux observations effectuées lors de la vie quotidienne des parcs et lors d’événements, de manifestations et de fêtes, est venue se greffer une série d’entretiens conduits auprès des responsables de chaque parc : le directeur du parc de la multinationale, le responsable du parc municipal, le Duc responsable de la forêt et le Marquis responsable du parc paysagé. Les entretiens d’une à trois heures (parfois plus), enregistrés puis retranscrits, ont permis d’observer leur trajectoire personnelle et d’obtenir de nombreuses données sur l’évolution historique des parcs (présentée de leur point de vue) ainsi que sur l’organisation du parc aujourd’hui. D’autres entretiens ont également été conduits afin d’obtenir des informations supplémentaires quant à l’origine de la création de chaque parc et quant à l’intérêt de conserver ces parcs aujourd’hui. Citons, par exemple, les entretiens réalisés auprès du directeur du service des sports de la ville, du directeur de l’aménagement et de l’urbanisme, des élus municipaux adjoints au sport et aux espaces verts ainsi que d’autres entretiens menés auprès de certains membres de la famille aristocratique comme l’épouse du Duc et celle du Marquis. Outre ces principaux matériaux d’enquêtes recueillis furent collectés des supports documentaires relevant d’articles de presses, d’ouvrages touristiques et historiques, de cartes de localisation, etc. Ces données furent recueillies au sein des parcs eux-mêmes, mais aussi auprès des archives municipales de la ville, d’offices de tourisme locaux, de bibliothèques municipales ainsi qu’à partir de pages internet (site internet du parc, journaux municipaux en ligne, presse dématérialisée, etc.). Ces informations supplémentaires, fournies par ces divers supports, ont été croisées avec les propos des gestionnaires interrogés afin d’obtenir différentes approches sur l’histoire de chaque parc.

Un espace vert prisé et profitable

  • 4 Zones industrielles et commerciales, tissu urbain continu et discontinu, zones portuaires, etc.

8Si l’envie de conserver des espaces verts n’est pas un phénomène récent, elle s’est certainement intensifiée au fil du temps compte tenu du contexte national (voire mondial). Avec une population française et un étalement urbain qui ne cessent de croître chaque année, les surfaces naturelles reculent pas à pas, faisant ainsi augmenter leur attrait tout particulièrement près des villes. En 1990 et selon les sources de l’Insee, la population française comptait un peu moins de 58 millions d’habitants (Insee, 2016). En 2015, elle en dénombre plus de 66 millions. Parallèlement à la croissance démographique, la part de surface artificialisée a augmenté de plus de 16 % en seize ans, faisant décroître ipso facto la part des espaces agricoles, forestiers et semi-naturels (Tableau 1). Objet de toutes les inquiétudes, le sol est inventorié à grande échelle par les services publics donnant lieu à un grand nombre de données statistiques. Les chiffres produits suscitent de la méfiance chez les chercheurs, lesquels s’interrogent parfois quant à l’indépendance des chiffres vis-à-vis des préoccupations politiques (Bousquet et al., 2013, p. 63). Les sources statistiques varient sensiblement en fonction des ministères ainsi qu’en fonction des techniques de référencement utilisées. Entre 1990 et 2012, selon les données du ministère de l’Écologie du Développement durable et de l’Énergie, la France métropolitaine aurait gagné 506 189 hectares de surfaces artificialisées4. Pendant la même période, elle aurait en revanche perdu 166 324 hectares de forêts et de surfaces semi-naturelles ainsi que 367 754 hectares de surfaces agricoles (cf. Tableau 1).

Tableau 1. Évolution de l'occupation du sol en France métropolitaine selon le ministère du Développement durable et de l’Énergie.

Années

Évolution totale

Surface totale des territoires (en milliers d’hectares)

1990

2000

2006

2012

Artificialisés

2 533

2 732

2 952

3 040

+ 16.65 %

Agricoles

32 986

32 885

32 695

32 619

- 1.13 %

Forêts et milieux semi- naturels

18 792

18 677

18 638

18 626

- 0.89 %

Zones humides et surfaces en eau

537

555

563

565

+ 4.93 %

Source : Corine Land Cover, Eider, MEDDE, Service de l'Observation et des Statistiques, ministère du Développement durable et de l'Énergie [en ligne], consulté le 28.12.2016, URL : http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr

9Quant aux sources statistiques émanant du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, elles présentent des chiffres plus élevés en termes d’occupation du sol en France. Les statisticiens cette fois ne recourent pas aux mêmes méthodes de recueil de données et mentionnent jusqu’à 800 000 hectares d’espaces naturels consommés de 1992 à 2004 (Bisault, 2009). Ils expliquent que l’artificialisation du sol est principalement due aux constructions de maisons individuelles, et plus marginalement, à la construction de réseaux routiers et d’équipements de sport et de loisir (Bisault, 2009). Quelle qu’en soit leur exactitude, ces données statistiques produisent globalement des tendances similaires en matière de recul de la nature. Les espaces verts sont prisés et l’acquisition d’un lopin de terre en milieu urbain ou périurbain est plus coûteuse qu’en milieu rural. Alors, pourquoi opter pour une telle acquisition ? Vendu en dernier recours en cas de nécessité, exploité pour les ressources qu’il offre, ou bien utilisé comme support pour organiser des rapports marchands permettant de subvenir à des besoins, le patrimoine naturel peut présenter un intérêt financier majeur à un propriétaire privé. La transaction économique peut se concrétiser par la création d’un parc à entrée payante, une offre de sessions sportives ou l’ouverture de centres de restauration et d’hébergement autour du site. Les intérêts financiers ne sont évidemment pas systématiquement à l’origine de la conservation d’un espace vert, mais leur importance ne doit pas être sous-estimée. Les études de cas révèlent que chaque type d’intérêt possède sa propre histoire et que le souci économique n’en est qu’une facette.

10L’intérêt de préserver un espace vert ne se réduit pas à une seule explication, mais à un ensemble fondements liés entre eux. Eu égard au patrimoine de la famille aristocratique par exemple, il est possible de relever au moins sept fondements de l’intérêt : faire vivre la famille (en organisant des visites, etc.) ; conserver un héritage ancestral par devoir ; conserver des biens classés au titre des monuments historiques (contribuer à l’intérêt général) ; pratiquer quotidiennement des activités de détente de plein air (promenades, pêche, chasse...) ; jouir au quotidien de l’esthétisme qu’offre le domaine ; accroître le prestige de la propriété (sylviculture, paysagisme) ; montrer au grand public la splendeur du paysage bordant le château historique et répondre à ses attentes, etc. Pour chaque cas observé, la genèse s’avère plurielle et ne semble pas émaner d’un seul individu, mais bien de collectifs d’individus, ni remonter à une date précise, mais relève plutôt d’un processus diachronique.

L’histoire de l’intérêt de conserver un espace vert

  • 5 Dans le cas du parc du château, le directeur est plutôt désigné par ses salariés par son titre de n (...)

11Aucun des trois parcs observés (ouverts au public) n’appartient véritablement à un seul individu, mais plutôt à un collectif composé de membres divers, voire multiples : une ville représentée par une équipe municipale dans le cas du premier parc, des actionnaires pour le deuxième ou encore des membres d’une même famille dans le cas du troisième. Chacun de ces collectifs s’est doté d’un référent, qui n’est autre qu’un directeur5 chargé de centraliser et de mettre en œuvre le développement de ces parcs. Seul un des trois directeurs observés a bénéficié de l’expérience de conserver un espace semi-naturel de plusieurs dizaines d’hectares avant sa prise de fonction, à savoir le directeur du parc de la ville. Qui plus est, seul le Marquis connaissait le territoire avant sa prise de fonction, étant donné qu’il s’agissait du domaine familial ; pour les deux autres directeurs en revanche, les zones en question leur étaient jusqu’alors inconnues.

12Les entretiens révèlent que, d’une façon ou d’une autre, chaque directeur hérite des intérêts à conserver les espaces verts, de ses prédécesseurs, de son entourage ou de ses supérieurs hiérarchiques. En observant l’histoire de chaque site, il apparaît en effet que l’intérêt de conservation des espaces ne surgit pas ex nihilo chez le directeur, ni même chez l’ensemble des acteurs de la structure ; au contraire, il émane clairement d’un concours d’évènements passés. Comme nous allons le montrer à travers l’exemple suivant, ces intérêts ont une histoire, même lorsqu’un directeur et son entreprise viennent tout juste d’acquérir les lieux.

Un intérêt identifié, défini puis transmis

13Pour le parc géré par l’entreprise française de distribution d’équipements sportifs, la mise en valeur des espaces verts ne provient pas à l’origine de la volonté du directeur embauché depuis sa création, ni du groupe commercial lui-même, mais des autorités politiques de la ville avant même que l’entreprise n’ait fait l’acquisition des lieux en 2009. La conservation des bords de rivière (qui caractérisent cet espace) à des fins de loisirs remonte à plusieurs années et, en définitive, tenait à peu de choses. Implantés au sud d’une zone d'activité commerciale, à environ 4 kilomètres du centre-ville, les espaces naturels, sur lesquels sont aujourd’hui installés l’entreprise et son parc ouvert au public, comportent des prairies et des arbres et sont traversés par un affluent de la Loire. À l’origine, une partie du terrain recouvrait une ancienne zone de remblais avant de devenir une plaine en friche foulée par les chasseurs du dimanche et cultivée en partie par des agriculteurs locaux. En 1996, et malgré les attraits paysagers de la zone envisagée, la ville avait projeté d’y construire un hypermarché. Toutefois, les contraintes juridiques des droits des sols et plus précisément les directives stipulées dans le schéma directeur régional ont empêché la mise en œuvre d’un tel projet. Le schéma directeur interdisait la création ex nihilo de nouveaux centres commerciaux de grande envergure. Le projet d’hypermarché sur la zone d’activités communautaires a donc été abandonné par l’équipe municipale pour être envisagé sous un autre angle par l’équipe suivante.

14Compte tenu de sa proximité avec le plus long fleuve de France (la Loire) et de son rattachement au patrimoine mondial de l’UNESCO (en 2000), la zone a finalement été décrétée en 2002, par le maire de l’époque, comme devant être à vocation touristique, culturelle et sportive. C’est à cette période que ces surfaces bordant les affluents de la Loire commencent à être davantage envisagées comme des « œuvres naturelles » (Bouisset et Degrémont, 2013). Cette thématique bien définie par le maire avait pour objectif de protéger la zone contre l’étalement d’entreprises standard, artisanales, commerciales et industrielles, lesquelles n’auraient pas mis en valeur les bords de la rivière. Cependant quelques années après cette décision, soit en 2005, la ville en question fusionne avec l’agglomération, qui deviendra quelques années plus tard une communauté urbaine de 30 communes, et la zone concernée relève désormais des compétences de cette même communauté urbaine. Une convention est alors signée entre la petite ville et le service économique de la communauté urbaine afin de maintenir cette thématique et d’obtenir une aide humaine matérielle et financière qui permettrait de développer ces projets touristiques, culturels et sportifs. La recherche de promoteurs permettant de valoriser et de dynamiser les bords de Loire commence alors à se mettre en place.

15En 2006, l’entreprise française de vente d’équipements sportifs prend connaissance de l’opportunité et contacte le maire. Son directeur propose à ce dernier son concept commercial novateur : concilier, dans un même lieu, la vente de produits sportifs, la pratique sportive libre et/ou encadrée, ainsi qu’un service de promotion du sport (organisant des forums, des compétitions interentreprises et des sessions de découverte gratuites). L’entreprise propose de faire de ces bords de rivière un lieu de « fun shopping » (Desse, 2002) ou de commerce ludique dans lequel il serait possible « d’acheter, de pratiquer et d’échanger » dans le domaine du sport. Le projet proposé par l’entreprise coïncide avec les attentes de la ville. L’entreprise y voit une occasion de construire un nouveau magasin et de créer un parc permettant la pratique d’activités de détente sur un espace en libre accès 24 h/24 h. Quant à la ville et la communauté urbaine, elles y voient la possibilité de rendre les bords de la rivière plus attractifs même si elles se voient contraintes de se départir d’un terrain. Progressivement, au fil des échanges, la ville transmet à l’entreprise les différentes caractéristiques et contraintes que comporte la zone. Composée de parcelles de terre inondables, inscrite au patrimoine de l’UNESCO et surtout proche d’une réserve d’eau potable, la zone doit être protégée et aucun équipement lourd ne doit être installé sur certaines de ses parcelles. De surcroît, l’espace vert ne doit pas faire l’objet de produits d’entretien polluants susceptibles de souiller la terre et par conséquent, de nuire à la fosse d’eau potable de la ville. L’intérêt s’officialise par des classements internationaux et également par des rencontres entre vendeurs et acquéreurs. Les informations concernant le potentiel et les caractéristiques de la zone sont transmises aux membres de l’entreprise par la ville (maire et autres élus, directeur de l’aménagement et de l’urbanisme, etc.) ainsi que par le directeur de la société d’équipement du département. La transmission s’effectue tout d’abord sous forme de réunions en mairie à partir de montages PowerPoint, de reportages photographiques et audiovisuels, et se poursuit par des visites sur le terrain.

16Encourager les habitants à la pratique sportive, protéger le captage d’eau potable et ne pas construire sur des zones inondables sont autant de paramètres devant être intégrés par l’entreprise qui façonnent le sens singulier que prend aujourd’hui cette « conservation des espaces verts » sur le parc. Quant aux membres de cette entreprise, et plus particulièrement les prospecteurs, qui étaient, à l’origine, chargés d’identifier un terrain et de nouer les premiers contacts avec le maire, ils ont, par la suite, passé le relai à d’autres agents (directeur régional, puis interrégional, national, etc.) pour finalement confier la suite de la gestion du site au directeur du parc, embauché peu avant l’ouverture. Celui-ci devient désormais le garant du bon fonctionnement et du développement de l’entreprise et de son parc. S’il veut en retour bénéficier d’un soutien pour les différents projets qu’il mène et envisage (construction d’une passerelle et de bâtiments, organisations d’évènements sportifs de grande envergure, etc.), le directeur (sans parler des autres membres de l’entreprise) a tout intérêt à entretenir de bons rapports avec les structures publiques.

Figure 2. Parc de l’entreprise de vente d’équipements sportifs aménagé suivant les zones inondables et les zones constructibles.

Figure 2. Parc de l’entreprise de vente d’équipements sportifs aménagé suivant les zones inondables et les zones constructibles.

Crédit photo : Birks, avril 2015.

17Entièrement revisité, l’intérêt de conserver l’espace vert a ainsi été identifié et défini par la ville et ses élus, renforcé par le classement officiel de l’UNESCO puis transmis à l’entreprise. Aujourd’hui, la zone héberge un parc géré par l’entreprise, qui s’insère dans le paysage ligérien dont les rives sont également accessibles aux visiteurs toute l’année. Visible en arrière plan sur la figure 2, la partie constructible du parc située en hauteur fut aménagée en magasin de vente d’équipements sportifs accompagné d’un stationnement d’entrée et d’un city stade. Tandis que les zones inondables (visibles en premier plan de la figure 2) furent aménagées en espace vert de loisirs.

Intérêt transformé et légalisé

18Il arrive également que les règles juridiques qui s’imposent aux individus viennent intimement rejoindre leurs souhaits. Pour le parc géré exclusivement par le service des sports de la ville, l’intérêt de préserver les espaces verts s’est accompagné d’une obligation légale de remise en état d’une mine d’extraction de gravier.

19Avant de devenir un parc de 250 hectares (dont 110 hectares sont occupés par un lac navigable) fréquenté par quelque 500 000 visiteurs par an, le site était à l’origine composé de jardins, de terres d’élevage et de terres agricoles appartenant aux riverains. Cependant, compte tenu du manque de matériaux de construction dans les années soixante, les représentants des pouvoirs publics constatent en 1965 que le terrain appartenant à ces petits propriétaires recèle du sable d’excellente qualité. Dans la foulée, le préfet établit une Déclaration d’utilité publique (DUP) et les petits propriétaires terriens se trouvent expropriés, sur la base d’un prix d’achat de leur bien évalué par le Service des Domaines (service de l’État). À cette époque, la zone qui borde un affluent de la Loire est loin d’être perçue comme patrimoine à visiter ou « cathédrale de la nature » (Bouisset et Degrémont, 2013). En 1969, commence l’extraction de gravier sur un peu plus de 100 hectares, conformément au code minier. Ce code nécessitait le prélèvement d’une taxe permettant de remettre le terrain en état. En d’autres termes, pour chaque quantité de sable et de gravier vendue, une partie du prix de vente était obligatoirement dévolue à la remise en état du terrain. Pendant plus de dix ans, les travaux sont confiés à une société d’équipement du département, laquelle sous-traite le chantier d’extraction à une entreprise spécialisée. Le terrain ainsi creusé est alors comblé par l’eau de la rivière adjacente pour former un grand lac. L’espace vert commence à prendre un intérêt plus environnemental et des plantations d’arbres sont réalisées. Parmi les diverses mesures prises pour la remise en état, un architecte planifie la construction d’un centre d’accueil de restauration et d’hébergement, lequel sera inauguré en 1975, soit trois ans et demi avant l’ouverture complète du parc. En 1978, un centre nautique voit le jour suivi d’un camping municipal en 1981. L’intérêt de préserver le lac et la nature environnante se renforce également avec l’apparition d’une Maison de l’environnement en 1994, aménagée dans une ancienne ferme rénovée.

Figure 3. Parc municipal implanté sur une ancienne mine d’extraction de gravier.

Figure 3. Parc municipal implanté sur une ancienne mine d’extraction de gravier.

Crédit photo : Birks, novembre 2013.

20Petit à petit, l’ancienne mine d’extraction de gravier se voit ainsi transformée en un vaste lac entouré d’espaces verts dédiés à la pratique de nombreux sports et règlementé par arrêté municipal. Embauché dès l’ouverture du parc en 1978, le directeur qui a pris sa retraite fin 2014 a poursuivi cette revégétalisation du sol. Pendant ses 36 ans de fonction, il a concrétisé les différents souhaits des élus municipaux à l’égard du parc. L’intérêt de préserver la nature - qui, au départ s’avérait quasi-inexistant (cf. l’implantation d’une mine) - s’est par conséquent transformé au fil des ans, en fonction des décisions des instances publiques ainsi que des obligations légales rencontrées, pour être finalement transmis au directeur embauché à son ouverture et à son équipe. Ainsi cette ancienne carrière devient-elle une Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) officielle faisant même l’objet de missions de sensibilisation à l’environnement par le biais des éducateurs de la Maison de l’environnement. La figure 3 affiche une partie du parc telle qu’elle se présente aujourd’hui. Au premier plan, une école de voile associative s’apprête à naviguer sur le lac et au deuxième plan les arbres abritent une réserve ornithologique. Les bâtiments perceptibles au loin rappellent la proximité du parc vis-à-vis du centre-ville.

Un passage de témoin sur 500 ans

21Des trois terrains étudiés, l’intérêt porté à la préservation des lieux le plus ancien et le plus chargé d’histoire est certainement celui de la famille du Duc, de la Duchesse et de leurs enfants. À l'image d'une course de relais qui se serait déroulée sur plusieurs centaines d'années, la gestion des espaces verts du domaine a été successivement relayée par différents ascendants de la famille depuis un peu plus de 500 ans. Cette famille de la noblesse française possède un château et un parc de 70 hectares (classés au patrimoine historique) situés à environ 25 kilomètres du centre de la communauté urbaine et accueille 45 000 visiteurs par an. Elle détient également une forêt non clôturée de 600 hectares, dont les allées communales sont ouvertes aux promeneurs durant la saison estivale et aux chasseurs le reste de l'année. Les fonds d'archives - qui remontent au XVIe siècle - permettent de retracer les différentes transformations qu'a connues le parc du château.

22Plusieurs Ducs se sont succédé en ces lieux et chacun a procédé, en fonction des époques, à différents travaux d’embellissement, de restauration, voire de « sauvetage » du patrimoine. Après la révolution par exemple, le neuvième Duc a marqué les archives de la famille par les efforts importants qu’il a déployés pour restaurer le domaine et la ville. Grâce à une multitude de documents, de cartes, de peintures, de gravures, de factures (etc.), classés notamment aux archives départementales, les membres de la famille actuelle connaissent bien l'histoire des lieux et celle de leurs ancêtres. Avec son épouse et ses quatre enfants, le Marquis (fils du Duc actuel) incarne aujourd’hui la troisième génération de la famille qui accueille le public dans le domaine et préserve le parc paysager dont il est le dépositaire. Avant lui, ses parents et grands-parents organisaient déjà des visites au château (depuis 1936). Pour des raisons économiques, certains châteaux de la famille ont dû être vendus, mais la question de vente de celui-ci ne se pose pas, car il porte somme toute le nom de la famille.

Figure 4. Parc ancestral de la famille aristocratique transformé en scène de spectacle.

Figure 4. Parc ancestral de la famille aristocratique transformé en scène de spectacle.

Crédit photo : Birks, juillet 2015.

23L’intérêt de conserver les espaces verts situés autour du château s’inscrit ici au sein d’une tradition et d’un devoir familial. « Le château va toujours automatiquement à l’aîné, qui deviendra le duc », explique la duchesse. Une fois le flambeau passé à leur fils aîné, la duchesse et le duc ont quitté le château pour s’installer dans une autre demeure luxueuse située à une quinzaine de minutes en voiture. L’intérêt privé se transpose aussi dans la sphère publique, car la famille inscrit en 1958 le château et ses abords au titre des « monuments historiques » de France. Grâce au nouveau statut juridique, les biens précieux de la famille se métamorphosent ainsi « en patrimoine remarquable » à l’échelle de la nation, digne de protection nationale. Les biens privés sont désormais envisagés en tant que biens publics, témoins représentatifs et légitimes de l’histoire de France et liés à d’illustres figures parmi les ancêtres. La figure 4 présente un exemple d’animation organisée sur le domaine privé de la famille aristocratique, en l’occurrence un spectacle équestre suivi d’une envolée de montgolfières. À droite se devinent les remparts du château et à gauche le parc paysager qui se déploie le long d’un ruisseau.

L’intérêt aujourd’hui

24Si l’intérêt de préserver l’espace peut provenir d’un héritage de contraintes et de responsabilités plus ou moins lourdes pour ces différents directeurs ou gestionnaires, il peut présenter également des aspects plus libérateurs.

Des intérêts plus immédiats et personnels pour les responsables

  • 6 L’intérêt de conserver des espaces naturels tout simplement pour disposer de conditions de travail (...)

25Chaque entretien mené auprès de ces différents gestionnaires laisse transparaître également un intérêt pour la conservation des espaces verts d’ordre plus individuel et immédiat, qui ne peut se résumer aux seuls intérêts hérités. Si différents que soient les directeurs observés, chacun d’entre eux présente la particularité de disposer d’un bureau ayant une vue « imprenable » au cœur de leur parc. Depuis son fauteuil de bureau, chaque directeur peut à tout instant contempler son environnement de travail privilégié. Malgré leur emplacement prépondérant dans le parc, les bureaux présentent l’autre particularité d’être invisibles aux yeux des visiteurs, car ils sont entourés de baies vitrées teintées ou bien parce qu’ils sont implantés en hauteur, de manière à être hors de portée de vue des visiteurs. Au quotidien et à l’échelle locale, ces directeurs nourrissent par conséquent l’envie de conserver la nature pour le cadre de travail exceptionnel qu’elle leur offre6. Hormis le spectacle vivant, la nature fournit également l’occasion, pour chaque directeur, de rompre la monotonie du rythme de travail de bureau en s’adonnant à des excursions sur le terrain. Que ce soit pour discuter avec le personnel d’entretien ou pour préparer l’organisation d’une manifestation sportive avec des partenaires, les directeurs envisagent bien souvent ces déplacements comme étant de réels avantages inhérents à leur métier, des privilèges qu’ils se doivent d’apprécier. À titre d’exemple, le Marquis profite régulièrement de son propre parc pour s’y promener avec son chien, même lors des jours d’ouverture au public. Il n’est pas rare non plus de voir les deux autres directeurs faire visiter le parc à des personnalités extérieures, à des amis ou à de nouveaux élus. Compte tenu des charges de travail souvent épuisantes, ces promenades s’apparentent à des visites guidées ressourçantes. « Ici, il y a des vaches qui appartiennent à la ville », montre le directeur du parc municipal au nouvel élu, avant de poursuivre la visite guidée en décrivant le somptueux colombage du XVe siècle qui caractérise une ancienne ferme. À noter également que, lors de ces balades, les directeurs présentent souvent avec enthousiasme les multiples facettes et recoins de leur parc qu’ils connaissent sur le bout des doigts comme s’il s’agissait des pièces de leur propre maison.

Quand les intérêts personnels rejoignent ceux du métier

26L’intérêt de conserver la nature provient également de la vie extra-professionnelle des individus, car la conservation offre l’occasion de se rapprocher de ses propres passions. Pour le parc géré par le groupe commercial, les espaces verts permettent au directeur de se consacrer à la course à pied, seul ou avec ses collègues. Bénéficiant des douches et vestiaires du parc, il se ménage des pauses pour aller courir, depuis son bureau, sur les bords de la Loire et de ses affluents. De même, le directeur travaillant pour le service des sports de la ville profite de la présence du grand lac pour se rapprocher de ses passions premières que sont les sports nautiques et plus particulièrement la voile. Ces moments de détente accordés à soi-même peuvent également être compris comme des moyens indirects permettant à ces directeurs de prouver le bien-fondé de leur fonction au sein de ces parcs de loisirs. En s’affichant sportifs assidus ou passionnés de voile, les directeurs soulignent par la même occasion leur légitimité à occuper de tels postes. Sans pouvoir affirmer qui de la passion ou de la justification prévaut, il n’en demeure pas moins que ces facettes semblent intimement liées et contribuent à l’intérêt porté par ces directeurs à la préservation des espaces verts.

27La frontière poreuse entre passions personnelles et justifications d’une activité professionnelle se retrouve également chez le Marquis chargé de gérer le parc et le château. Passionné de paysages et de jardins anglais, l’héritier réalise lui-même le travail de paysagiste depuis une trentaine d’années. Pour s’occuper des 70 hectares, il ne dispose que de l’aide d’un jardinier embauché à temps plein ainsi que d’une équipe de travail se chargeant ponctuellement (une fois par an) de procéder aux tailles majeures. Le parc lui offre la possibilité d’exercer ses talents artistiques et de concrétiser sa sensibilité pour la nature. Il compare le goût dont il témoigne vis-à-vis de son parc à l’amour qu’éprouve un peintre pour son œuvre d’art. Le travail effectué sur la nature est soigneusement pris en photo par le Marquis, puis inséré sur le site Facebook du domaine, accompagné d’autres clichés poétiques de la nature. Désireux de partager l’évolution du parc avec le public au fil des saisons, le Marquis envisage son domaine comme une œuvre vivante passionnante. « C'est très important d'aimer ce que on a fait », explique-t-il. Avant qu’il n’hérite des lieux, seuls les jardins directement situés au pied du château étaient ouverts aux promeneurs, car le reste n’était guère praticable. Le Marquis a depuis lors aménagé les trois quarts du parc parsemé d’arbres centenaires afin de permettre aux visiteurs d’emprunter, à leur guise, cinq sentiers à thème. Il précise toutefois que sa liberté de créativité rencontre des limites pour des raisons budgétaires et aussi parce qu’il doit à la fois prendre en compte les demandes des visiteurs et respecter le travail effectué par ses ancêtres. Pour ce Marquis, qui a grandi en ces lieux, tout comme ses frères et sœurs, ses parents avant lui et ses propres enfants aujourd’hui, l’ensemble de la propriété véhicule un lien affectif particulièrement fort, car nombreux sont ses souvenirs d’enfance aux détours des allées. Il en va de même pour le domaine forestier situé au sud du parc. Les images d’enfance et les souvenirs de chasse en font un lieu de vie attachant. Aucun panneau n'est affiché pour le signaler, mais les allées portent les noms d’ancêtres célèbres et de membres actuels de la famille. Certaines allées n'ont pas encore de nom et le Duc actuel, qui a aujourd’hui 86 ans, compte bien faire perdurer la tradition : « On a un projet qui serait de rajouter des noms avec les enfants, et les petits-enfants, pour que ça continue ». Ainsi l'intérêt de préserver la nature se concrétise-t-il également dans l'optique de préparer le terrain pour les petits-enfants qui se chargeront à leur tour de prendre le relais.

Développer le loisir ou conserver un espace vert ?

28En définitive les différents gestionnaires impliqués dans ces parcs cherchent-ils en premier lieu à développer des activités de loisirs de plein air ou bien à trouver un moyen pour conserver un espace vert ? Pensent-ils d’abord aux activités de loisirs et ensuite à l’espace ou bien l’inverse ? Comme le suggèrent Miles et Seabrook, il est en réalité ardu d’affirmer avec certitude laquelle de ces deux composantes prime sur l’autre, car ils s’entremêlent bien souvent dès le départ (Miles et Seabrooke, 1977, p. 85). En effet, on pourrait croire que l’entreprise de grande distribution a cherché en premier lieu à développer des activités de loisirs puis à acheter un terrain en tant que support. Néanmoins, la zone sur laquelle l’enseigne est implantée avait été préalablement pensée par les pouvoirs publics locaux comme étant patrimoine naturel à conserver et à mettre en valeur.

29De même, on pourrait affirmer que de conserver les espaces verts du parc de la famille d’aristocrates prime sur la volonté de développer des activités touristiques qui ont été introduites tardivement par nécessité économique. Néanmoins, au cours des cinq derniers siècles, la famille a elle aussi utilisé son territoire comme lieu privilégié de promenade à pied ou à cheval et de réserve de chasse familiale par exemple. Elle a cherché à maintenir ses activités de loisirs au même titre qu’elle a cherché à conserver son patrimoine végétal.

30La primauté du loisir sur la nature est aussi un débat confus dans le cas du parc municipal. Selon le récit historique du directeur, la ville s’est efforcée à la fois de faire perdurer la nature locale présente autour de la mine d’extraction de gravier et de promouvoir des loisirs de plein air à l’échelle de l’agglomération. « Je pense que la volonté s'est appuyée sur une obligation légale c'est-à-dire le code minier en France », se remémore le responsable/directeur. Les trois études de cas révèlent que le processus d’affectation officielle du loisir et du tourisme s’opère, semble-t-il, en concomitance avec la volonté de conserver la nature, ce dernier aspect s’imposant comme d’autant plus légitime qu’il rencontre les préoccupations écologiques contemporaines.

Conclusion

31En réponse au questionnement initialement posé, cette étude de cas révèle dans quelle mesure l’intérêt éprouvé par des propriétaires/gestionnaires pour la conservation d’espaces verts tient à un ensemble de raisons complexes provenant à la fois de la situation présente, d’évènements passés, de l’anticipation d’évènements futurs, et des trajectoires des individus eux-mêmes.

32Dans chaque parc ou domaine étudié, il a été constaté à quel point le directeur intériorise une part des intérêts forgés collectivement par ses prédécesseurs ou par des collectifs d’individus dont il est entouré. L’intérêt ne se transmet pas seulement d’une municipalité à une entreprise qui cherche à s’implanter en son sein, mais il peut également se transmettre au fil des générations, comme dans le cas de la famille de la noblesse française. Parfois absent à une époque, l’intérêt peut émerger au fil des ans à partir de décisions prises par une équipe municipale et/ou à partir d’obligations légales (comme dans le cas de la taxe affectée à l’extraction de gravier nécessitant la remise en état des lieux). L’histoire du parc municipal montre également comment certains intérêts portés par une minorité d’individus (par exemple les petits propriétaires) peuvent être mis à l’écart pour céder la place à d’autres intérêts privilégiés par les pouvoirs publics.

33Loin d’être une critique dénonciatrice d'intérêts éventuellement cachés, et loin de chercher à mettre en lumière des motivations qui ne seraient pas d'intérêt général (Barthe et al., 2014), la démarche a tenté d’appréhender les fondements de tels intérêts, souvent envisagés en tant qu’états de fait, comme allant de soi. Elle a permis de tirer quelques enseignements sur l’origine « sociale » de ces intérêts à sauvegarder un espace vert. Les données révèlent en filigrane comment chaque propriétaire/gestionnaire parvient à conserver ses espaces verts (chacun à sa manière et sous des formes très diverses), grâce à des intérêts qui se sont solidifiés, légalisés, administrés et collectivisés au fil du temps.

Haut de page

Bibliographie

Barthe, Y., D. De Blic, J.-P. Heurtin, É. Lagneau, C. Lemieux, D. Linhardt, C. Moreau de Bellaing, C. Rémy et D. Trom, 2013, Sociologie pragmatique : mode d’emploi, Politix, vol 103, n° 3, p. 175‑204.

Bidet, A., 2008, La genèse des valeurs : une affaire d’enquête, Tracés. Revue de Sciences humaines, 15, pp. 211‑216.

Bisault, L., 2009, La maison individuelle grignote les espaces naturels, Agreste Primeur : la statistique agricole, n° 219.

Bouisset, C. et I. Degrémont, 2013, Patrimonialiser la nature : le regard des sciences humaines, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 16, juin 2013, mis en ligne le 16 avril 2013, consulté le 25 avril 2017, URL : http://vertigo.revues.org/13542; DOI : 10.4000/vertigo.13542

Bousquet, A., L. Couderchet, A. Gassiat et B. Hautdidier, 2013, Les résolutions des bases de données « occupation du sol » et la mesure du changement, L’Espace géographique, Tome 42, n° 1, p. 61‑76.

Cadoret, A. (dir), 1985, Protection de la nature : histoire et idéologie, l’Harmattan, Paris, p. 245.

Miles, C. W. N. et W. Seabrooke., 1977, Recreational land management, London, Spon, p. 85.

Desse, R.-P., 2002, Les centres commerciaux français, futurs pôles de loisirs  ?, Flux, 50, n° 4, p. 6‑19.

Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), 2016, Tableau de l’économie française : édition 2016, INSEE Références, Paris, p. 25

Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), 2012, Le développement durable dans [nom de la région dans laquelle l’étude a été menée], Dossier n° 46, juin 2012, p. 26-27.

Kalaora, B. et A. Savoye, 1985, La protection des régions de montagne au XIXe siècle : forestiers sociaux contre forestiers étatistes, dans : Protection de la nature : histoire et idéologie, l’Harmattan, Paris, p. 6‑23.

Le Bot, J.-M., 2013, L’expérience subjective de la « nature » : réflexions méthodologiques, Natures Sciences Sociétés, vol 21, n° 1, p. 45‑52.

Passeron, J.-C. et J. Revel, 2005, Penser par cas, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, p. 291.

Pinçon M. et M. Pinçon-Charlot, 1989, Dans les beaux quartiers, Éditions du Seuil, Paris, p. 254.

Rey, A. (dir), 2000, Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, Paris, p. 511.

Haut de page

Notes

1 « L’environnement est loin de constituer un problème social et public “découvert” par les sociétés occidentales dans les années 60-70 [...]. La société des individus a toujours exprimé le souci de la qualité du milieu dans lequel elle vivait et a toujours tenté de régler les problèmes qui apparaissaient dans son rapport avec la nature », Kalaora et Savoye, 1985, p. 13.

2 En quelques mots, la sociologie pragmatique, aussi appelée la « sociologie des épreuves », étudie l’emprise de l’institution sur les individus tout en rendant compte de la force de l’institué, de ses compétences critiques, de sa réflexivité et de ses capacités à parer aux épreuves qu’il rencontre. Voir plus précisément la section « Comment la sociologie pragmatique réinterroge la question des intérêts » Barthe et al., 2013, p. 184-186.

3 Les données statistiques Insee propre à la région dans laquelle s’inscrivent les propriétaires (rendus anonymes dans cette étude) connaissent une augmentation de l’artificialisation du sol de +0,9 point par rapport à + 0,5 point pour la moyenne nationale sur une période de 2006 à 2010. En d’autres termes, la part de surface artificialisée dans la région est passée de 10,4 % (en 2006) à 11,3 % (en 2010), contre une évolution sur le territoire national de 8,4 % à 8,9 % (Insee, 2012).

4 Zones industrielles et commerciales, tissu urbain continu et discontinu, zones portuaires, etc.

5 Dans le cas du parc du château, le directeur est plutôt désigné par ses salariés par son titre de noblesse « Marquis ». Dans le cas du parc municipal, le réfèrent est couramment appelé « directeur » par ses collègues, même si son statut est celui de « responsable de service ».

6 L’intérêt de conserver des espaces naturels tout simplement pour disposer de conditions de travail agréables est également très marqué chez les autres employés de ces parcs (animateur sportif, personnel d’entretien, responsable de la billetterie, etc.).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition des trois études de cas en fonction de la population par commune.
Crédits Source : Carte thématique Insee Géoclip, GéoFLA, IGN 2011, [en ligne], consulté le 28.12.2016, URL : http://www.statistiques-locales.insee.fr. Les modifications appliquées à la carte d’origine sont les suivantes : ajout du nom des trois études de cas, suppression du nom des communes (pour l’anonymat), insertion de la légende (originairement située à côté).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18323/img-1.png
Fichier image/png, 216k
Titre Figure 2. Parc de l’entreprise de vente d’équipements sportifs aménagé suivant les zones inondables et les zones constructibles.
Crédits Crédit photo : Birks, avril 2015.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18323/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Figure 3. Parc municipal implanté sur une ancienne mine d’extraction de gravier.
Crédits Crédit photo : Birks, novembre 2013.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18323/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Figure 4. Parc ancestral de la famille aristocratique transformé en scène de spectacle.
Crédits Crédit photo : Birks, juillet 2015.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18323/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Birks, « L’intérêt de conserver un espace vert de loisirs : un objet de recherche à part entière », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 28 | avril 2017, mis en ligne le 30 avril 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/18323 ; DOI : 10.4000/vertigo.18323

Haut de page

Auteur

Charlotte Birks

Doctorante en Sociologie, Centre Nantais de Sociologie (CENS), Université de Nantes, (Associée SASCO, Université Catholique de l’Ouest, Angers), Chemin la Censive du Tertre, BP 81227, 44 312 Nantes Cedex 3 France, courriel : charlotte.birks@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page