Navigation – Plan du site

La participation citoyenne au prisme de la gestion de l’eau. Quel rôle et quelle place pour les Parcs Naturels Régionaux français?

Mélanie Ferraton et Fabien Hobléa

Résumés

La participation des citoyens à la gestion de l’eau s’impose aujourd’hui non seulement en tant qu’injonction règlementaire, mais aussi comme une profonde aspiration sociale. La mise en œuvre de pratiques participatives, en vertu de la Gestion intégrée de la ressource en eau (GIRE), est désormais partie intégrante de la mission des gestionnaires, ce qui implique de nouveaux modes de gouvernance et de travail. En France, les législations en la matière fixent les lignes directrices de cette approche participative, mais restent très floues sur ses objectifs et les moyens de sa mise en œuvre. Cette ambiguïté laisse une marge de manœuvre considérable aux gestionnaires, mais génère également des incertitudes sur ses tenants et aboutissants. Ainsi, mettre en œuvre la GIRE suppose de composer avec une diversité d’acteurs et d’actions aux formes et objectifs variés. Dans cet article, en analysant le cas de la gestion de l’eau dans les Parcs naturels régionaux (PNR) du Sud-Est français, nous mettons en lumière la complexité de la mise en œuvre de la participation citoyenne. Nous posons alors notre regard sur les réponses des collectivités territoriales pour institutionnaliser la participation, afin de dégager les principaux défis et moyens pour optimiser l’efficience de l’approche participative de la GIRE, à partir du retour d’expérience des PNR.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En matière de gestion environnementale, la notion de participation citoyenne a été introduite dans tous les textes issus des grands sommets internationaux sur l’environnement. Dans le cadre de la gestion de l’eau, cette injonction à la participation est à relier aux enjeux actuels qui ont pour principale cible la Directive-cadre européenne sur l’eau (DCE) de 2000, qui vise le bon état écologique des masses d’eau. La « crise de l’eau » , médiatisée à la fois sous la forme de menaces pour la ressource et de menaces pour les sociétés, oblige celles-ci à changer leurs moyens de gouverner et d’agir face à la préservation de cette ressource vitale et irremplaçable. L’importance de modifier les modes de gestion de l’eau en France découle de plusieurs constatations. Pour n’en citer que quelques-unes, l’urgence environnementale implique de remettre en cause la globalité de nos modes de vie; le cadre institutionnel doit prendre en compte l’ensemble des usages de l’eau et doit contribuer à responsabiliser les utilisateurs, jusqu’alors trop éloignés des décisions. Dans ce contexte, les principaux défis à relever en matière d’action publique sont : de coordonner la multitude des usages de l’eau, souvent concurrents; d’améliorer les connaissances sur la ressource; et de responsabiliser les utilisateurs. Face à ces enjeux, la Gestion intégrée de la ressource en eau (GIRE) et son volet participatif se construisent dans le cadre d’un long processus de consultation internationale. L’objectif étant de développer une approche conceptuelle et méthodologique qui régit la gestion de l’eau, dans le but de trouver un compromis entre des besoins croissants et le maintien de la qualité et du fonctionnement du système, en impliquant les utilisateurs.

2La gestion de la ressource en eau, telle qu’appréhendée dans cet article, s’appuie sur la définition de M.G. Durand (1997) : « la gestion vise en premier lieu à maintenir le fonctionnement d’un territoire en assurant le renouvellement de ses différentes ressources tant d’un point de vue économique qu’à des fins écologiques ». Gérer la ressource en eau implique donc avant tout de la connaitre et de l’évaluer pour pouvoir l’exploiter tout en la préservant et le tout de manière coordonnée à l’échelle du territoire (Charnay, 2010). Cette définition positionne d’emblée la question de la gestion de l’eau dans un « territoire ».

3La Gestion intégrée de la ressource en eau est née sous les auspices du développement durable, dont un des principes est : penser global, agir local. Le « penser global » de la GIRE s’affiche dans les grandes conférences et forums mondiaux dédiés à l’eau, tandis que l’échelle locale d’action a été définie par les concepteurs de la GIRE comme le bassin versant hydrologique (GWP, 2000). La territorialisation de la gestion de l’eau se caractérise par « la mise en place d’une organisation et d’une structuration nouvelles et spécifiques, matérielles et/ou idéelles, d’une portion d’espace par un groupe social. » (Ghiotti, 2006) Cette forme d’organisation sociale à l’échelle du bassin versant traduit théoriquement les multiples liens que tissent l’eau et le territoire de sa gestion. Cette échelle territoriale de référence, déjà adoptée dans la seconde moitié du 19e siècle dans l’Ouest américain et dans certaines colonies arides (Graefe, 2014), est devenue progressivement un « objet fétiche » (ibidem) pour les pays européens. Ce fétichisme est justifié par la frontière naturelle que forme cette échelle territoriale, la ligne de partage des eaux, mais transgresse la réalité des transferts d’eau entre bassins versant (Graefe, 2014). De plus, certains territoires institués se sont emparés de la question de l’eau sans prétendre à des délimitations par bassin versant unique. C’est notamment le cas des Parcs Naturels Régionaux. S’il ne s’agit pas, dans le cadre de cet article, de remettre en cause la pertinence d’une gestion territoriale de l’eau à l’échelle du bassin versant, nous proposons plus largement de questionner la possibilité d’une gestion intégrée de l’eau à une autre échelle territoriale, celle des PNR, potentiellement propice aux dynamiques sociales visées par cette approche intégrée.

4La GIRE repose sur une gestion équilibrée et patrimoniale des ressources en eau, en visant à la fois la conciliation des usages et la préservation des milieux aquatiques.

5La gestion équilibrée revient à répartir équitablement les ressources en tant que supports d’usages. Et la gestion patrimoniale vise à préserver les ressources pour leur valeur patrimoniale (objectif en soi) (Charnay, 2010), en référence à la durabilité et à la capacité de transmission aux générations futures (principes de parcimonie, de mise en réserve…). Pour atteindre ces deux objectifs fondateurs de la GIRE, le concept stipule d’emblée qu’il faut agir avec les citoyens. Il s’appuie en effet sur les quatre principes directeurs de Dublin (1992) prônant entre autres une approche participative « impliquant usagers, planificateurs et décideurs à tous les niveaux ». Ainsi, la GIRE vise au partage équilibré et durable de la ressource en comptant sur l’implication des différents acteurs et usagers. Pour répondre à cet enjeu, l’État propose de croiser les préoccupations relatives à la gestion de l’eau avec des démarches de concertation. L’objectif principal étant de favoriser le dialogue entre les acteurs afin de réduire les conflits d’usage et de prendre en compte les connaissances et initiatives des usagers, présents sur le terrain. Ainsi, des modèles préétablis de concertation se développent en s’appuyant sur la participation des organisations structurées (associations d’usagers, de professionnels…) sur un territoire déterminé. Si cet axe de la politique de l’eau française est considéré comme une solution face aux enjeux de la GIRE, l’analyse de ces outils institutionnels de concertation en a révélé les limites. La procédure législative ne garantit pas la mise en œuvre du cadre organisationnel de la participation (Allain, 2001), les acteurs ayant tendance à continuer de négocier leurs « intérêts vitaux » (Massardier, 2009) hors des démarches de concertation. Ces démarches institutionnelles, établies à l’échelle du bassin versant, permettent la participation de porteurs d’intérêts (stakeholders), ce qui est nécessaire, mais pas suffisant pour favoriser le changement de comportements et développer une culture de l’eau, nécessaires à la GIRE. Dans cette perspective, il faut rejoindre et impliquer l’habitant à titre individuel. Mais associer le citoyen au processus de gestion territoriale, voire de décision, n’est pas dans la logique institutionnelle française, basée sur un système démocratique représentatif.

6Dans les Parcs naturels régionaux français, les approches participatives sont explorées dans le cadre de leur mission d’innovation et d’expérimentation de nouvelles formes d’action publique et collective (Baron et Lajarge, 2015). Souvent impulsées par le milieu associatif, très actif dans les parcs, ces démarches participatives émergent dans de nombreux domaines, dont celui de l’eau. La plupart des parcs régionaux ont inscrit les ressources en eau et les milieux aquatiques parmi les enjeux majeurs de leur charte, qui fixe les orientations du projet territorial durant une période portée récemment de 12 à 15 ans. Ainsi, les PNR, en tant que territoires d’expérimentation et d’innovation impliqués aussi bien dans la thématique de l’eau que dans les approches participatives de l’action publique, peuvent être appréhendés comme de véritables laboratoires d’expérimentation et d’analyse réflexive du volet participatif de la gestion intégrée de l’eau.

7Cet article explore les défis liés à la participation en s’appuyant sur les conditions de sa mise en œuvre dans les PNR, dans le cadre de la gestion de l’eau. Pour ce faire, nous nous sommes intéressés à comprendre en quoi les PNR du Sud-Est français, engagés dans la GIRE via leur charte, peuvent être des territoires pertinents et légitimes pour favoriser la gestion participative de l’eau, et comment ils intègrent cette approche à la construction de leur stratégie territoriale. Notre propos, centré sur le volet participatif de la Gestion intégrée de la ressource en eau, dont l’importance n’a cessé de croître depuis ces dernières années, cheminera autour de trois principaux axes : les enjeux actuels de la participation dans le champ de la gestion de l’eau; le rôle et la place des PNR dans le paysage actoriel de la GIRE; et enfin le défi de la « territorialité sociétale » (Germain, 2012, p. 440) auquel les PNR sont confrontés dans une quête de légitimité pouvant les conduire à emprunter les chemins d’une forme pacifique de conquête territoriale, en vue de devenir des territoires de l’eau (Ghiotti, 2006) d’un type nouveau.

8Notre ancrage méthodologique s’inscrit dans le champ de la Recherche action participative (RAP), que nous avons expérimentée dans le cadre d’un travail de thèse, à partir d’une posture de chercheur-acteur. Cette thèse régie par une Convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE) était structurée autour d’une collaboration entre une entreprise (une association pour notre cas) et un laboratoire de recherche. Ce qui implique une articulation entre les objectifs de la recherche académique et ceux de l’action, qui se traduit par un objectif dual : faire avancer les connaissances sur le sujet et les mettre au service de l’action. Les collaborations entre acteurs et chercheurs peuvent être qualifiées par l’expression englobante de « recherche participative ». Elles relèvent d’une grande diversité d’approches et de problématiques et possèdent de nombreuses déclinaisons terminologiques : recherche action, recherche action collaborative, recherche action participative, qui ne trouvent à ce jour pas de définition univoque.

9Dans le cadre de cette étude sur la gestion intégrée de l’eau, l’action est associée à la recherche puisque la production et l’avancement des connaissances sont nécessaires à la mise en œuvre de la gestion. Le chercheur est alors amené à travailler avec des acteurs de terrain. L’action se doit aussi d’être associée à la participation étant donné l’injonction du participatif dans les législations en vigueur. Cette injonction est liée aux enjeux actuels de responsabilisation des acteurs et usagers vis-à-vis de l’utilisation de la ressource, notamment. Ces liens entre la recherche, l’action et la participation peuvent se traduire littéralement par Recherche action participative (RAP)

10La RAP mise en place dans le cadre de nos travaux repose sur l’analyse (recherche) et l’expérimentation (action) collective de démarches participatives sur l’eau dans les Parcs Naturels Régionaux du Sud-Est de la France.

11La méthodologie déployée dans le cadre de cette recherche action repose dans un premier temps sur la mise en œuvre d’enquêtes qualitatives semi-directives par entretiens et questionnaires menées auprès des acteurs locaux des PNR du Sud-Est, engagés dans des projets en lien avec la gestion de l’eau. Treize entretiens ont été réalisés en 2013 avec les techniciens spécifiquement en charge de la gestion de l’eau ou mobilisés sur plusieurs thématiques (« eau et patrimoine naturel », « eau et déchets », « eau et énergie », etc.), dans les douze parcs concernés par l’étude (à raison d’un entretien par parc et de deux dans le PNR du Luberon). Cette enquête, structurée autour de grands thèmes visait notamment à identifier : les enjeux et le rôle du Parc dans les domaines de la gestion de l’eau et de la participation publique, les principaux partenaires et interlocuteurs, les dispositifs participatifs institutionnels de gestion de l’eau, les éventuelles démarches participatives complémentaires, les facteurs favorables et défavorables à la mise en œuvre d’une gestion intégrée de l’eau sur leur territoire. Les treize entretiens ont été retranscrits manuellement dans leur intégralité pour favoriser l’appropriation des cas étudiés puis les analyses et traitements des données ont été effectués avec le logiciel Sphinx Plus2. Suite à ces entretiens, une enquête par questionnaire, adressée à une plus grande diversité d’acteurs impliqués dans la gestion de l’eau dans les PNR du Sud-Est, a été réalisée de manière participative, en 2014. L’objectif était double, il s’agissait à la fois (i) de compléter le recensement des démarches participatives sur l’eau dans ces territoires en recueillant l’avis des acteurs locaux; et (ii) d’expérimenter la Recherche action participative comme méthodologie de recherche. Ainsi, les techniciens des Parcs ont contribué à définir l’échantillonnage des acteurs locaux à enquêter (lequel étant évolutif au fil des enquêtes) et les associations « Amis des PNR » ont participé à la réalisation et à l’administration des questionnaires dans leur parc respectif. Dans chaque Parc, l’enquête s’adressait à une quinzaine d’acteurs : individuels, associatifs, institutionnels, gestionnaires, privés, universitaires, etc., ce qui représentait environ cent-cinquante personnes sur l’ensemble des territoires d’étude. À terme, cette seconde enquête a permis d’identifier quatre PNR pilotes (PNR de Chartreuse, PNR du Luberon, PNR des Préalpes d’Azur et PNR du Vercors) pour affiner les recherches sur les mécanismes de la gestion participative de l’eau et pour comprendre comment les différents acteurs se saisissent de cette injonction participative et la mettent en pratique. Dans le Parc de Chartreuse, il s’agissait de s’appuyer sur la dynamique de Recherche action participative préexistante sur le territoire et du projet d’observatoire participatif de l’eau sur le bassin versant du Guiers pour expérimenter et analyser les mécanismes de cette méthode et de la participation plus généralement. L’échelle territoriale multi-bassins de l’observatoire était aussi intéressante pour questionner le rôle et le positionnement du Parc vis-à-vis des structures gestionnaires notamment.

12Le PNR du Lubéron a, lui, attiré notre attention par le caractère innovant de la démarche de contrat de gestion du bassin versant du Largue et de la Laye, portée par le Parc, résidant notamment dans la perspective d’élargir la gouvernance du contrat aux citoyens.

13Dans le PNR des Préalpes d’Azur, la démarche participative menée sur le bassin versant de l’Estéron, par le Conseil de développement du Parc, a constitué une opportunité d’analyse pour plusieurs raisons : une démarche de concertation ouverte aux citoyens, portée par une instance participative liée au Parc, sur un territoire de projet nouvellement créé.

14Enfin, dans le PNR du Vercors, la volonté du Parc d’ouvrir la gouvernance du contrat de rivière Vercors Eau Pure aux citoyens nous semblait tout à fait intéressante à analyser. Il s’agissait de voir dans quelles conditions la participation citoyenne peut se développer au sein d’une démarche institutionnelle préexistante, dont le cadre est établi par la loi.

15Ces différentes approches permettent aussi de questionner comparativement le rôle de certains relais locaux, que peuvent être les Amis des Parcs, les Centres permanents d’initiatives pour l’environnement (CPIE) et les Conseils de développement dans la gestion participative l’eau. Au-delà de ces éléments d’intérêt par rapport à la thèse, le choix des territoires s’est également façonné à partir des besoins et de l’intérêt des parcs en matière de suivi et d’accompagnement. Ainsi notre posture et les outils déployés s’adaptent aux différents contextes. Le dénominateur commun étant la co-construction des démarches avec les acteurs locaux, à partir d’une posture de chercheure-praticienne, elle-même rendue réflexive par une mise en miroir lors des comités de thèse et séances de travail avec le directeur de thèse. Les objectifs étaient doubles : il s’agissait d’une part de faire évoluer les pratiques dans les Parcs et d’autre part de favoriser la prise de recul sur l’action et la montée en généralité via la thèse. Les résultats de la RAP sont particuliers, car enrichis d’un contenu qui a une traduction directe sur le terrain.

16Cette Recherche action participative se caractérise par plusieurs paramètres, qui ont été abordés par M. Gely, lors d’un séminaire « Recherche Participative : pratiques et réflexivité », en 2012 :

  • Une recherche qui implique les praticiens, dans notre cas une association, au côté des chercheurs;

  • Une recherche appliquée à l’action, qui se construit par et pour l’action;

  • Une recherche imbriquée au terrain et à l’objet d’étude lui-même, aux attentes des praticiens et à celles des chercheurs;

  • Une recherche engagée qui vise à produire des changements perceptibles directement sur le terrain.

17Ces paramètres se traduisent par des mécanismes spécifiques, dont certains propres à notre contexte (thèse CIFRE) :

  • les acteurs du terrain sont directement impliqués dans la recherche;

  • les données proviennent essentiellement du terrain, même si celles-ci sont nourries par des études bibliographiques;

  • le doctorant est plongé en permanence dans un processus d’observation participante à la fois sur son cadre, ses pratiques et ses objets d’étude, observations qui doivent nourrir l’action.

  • les actions de terrain s’adaptent au fur et à mesure de la progression de la recherche dans une approche expérimentale et exploratoire.

18Les mécanismes de ce type de recherche participative reposent sur la recherche d’équilibres entre (i) la participation, l’observation et l’analyse distanciée, (ii) les exigences de la recherche et celles de l’action territoriale, (iii) la définition d’une déontologie partagée et le respect des spécificités locales. Les méthodologies utilisées font appel aux réseaux d’acteurs existants qui veulent bien s’impliquer et à toute personne volontaire. Elles possèdent la spécificité d’intégrer la dimension participative en amont de la réflexion et proposent la co-construction du protocole en lui-même.

19En s’appuyant sur les travaux et sur des ateliers réalisés avec Jacques Chevalier, professeur à l’Université de Carleton à Ottawa et spécialiste en Recherche action participative, dans le cadre du Groupement de recherche sur la Recherche action participative et les Sciences citoyennes (GDR PARCS), la thèse s’est fixée pour ambition d’offrir la possibilité aux différents partenaires de participer aux différentes étapes du projet de thèse : conception, collecte de données, analyse, interprétation des résultats, diffusion et prise de décision associée (CCAIDD). Il s’agissait alors de voir quels acteurs souhaitaient et pouvaient contribuer à quelles étapes du processus, avec quelle utilité pour eux et pour le projet.

Gestion de l’eau et participation citoyenne : enjeux convergents d’un développement territorial durable vecteur de changement social

20L’approche participative est aujourd’hui considérée comme le moyen de répondre aux enjeux actuels de l’eau, dans une perspective durable. Pour s’adapter à ces enjeux, l’État a développé des outils institutionnels qui visent exclusivement à recueillir l’avis des citoyens sur une politique générale ou un projet (consultation publique) et à faire dialoguer les acteurs de l’eau pour construire ensemble des démarches contractuelles de gestion (concertation). Nos travaux ont montré que la consultation publique du Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE), reconnue à l’échelle internationale comme un exemple de « bonne pratique » pour la GIRE, n’offre qu’une conception réductrice de la participation, davantage assimilée à de la consultation publique (Ferraton, 2016 b). Les outils de concertation institutionnels établis à différentes échelles : Schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE), contrats de milieux… organisent leur gouvernance sur un modèle collégial réservé aux représentants des collectivités territoriales, des usagers et associations d'usagers de l'eau et aux représentants de l'État. Si ces instances représentatives sont en adéquation avec le système politique français, elles n’offrent pas un cadre vecteur d’une participation publique au sens fort du terme (Allain 2001 ; Ferraton, 2016 b), telle que visée par la gestion intégrée de l’eau issue des principes du développement durable, définis par la Conférence de Rio en 1992. En effet, il s’agissait bien alors d’induire un véritable changement social (Rocher, 1973), amenant à passer d’une société « représentée » (« démocratie représentative » dont les principes ont été décrits par B. Manin, 1996) à une société « participante » (« démocratie participative », définie par exemple par G. Gourgues (2013, p. 13) comme « l’ensemble des dispositifs institutionnels, officiellement mis en œuvre par les autorités publiques, à toutes les échelles, dans le but d’associer tout ou une partie d’un public à un échange de la meilleure qualité possible, afin d’en faire des parties prenantes du processus décisionnel dans un secteur déterminé d’action publique »). L’établissement d’une démocratie participative repose sur la mise en œuvre et la pratique de la « participation publique » que G. Gourgues (2013, p. 21) désigne comme « un ensemble d’expériences, d’institutions, de démarches, bref de dispositifs concrets qui visent à provoquer une forme institutionnelle et officielle de participation ». On peut donc considérer que la participation publique dans le cadre de la GIRE doit contribuer à produire un tel changement social en impliquant les acteurs, usagers, citoyens, dans le processus de gestion. Les objectifs principaux sont alors de leur permettre d’acquérir des connaissances, de transférer leurs savoirs, de créer les conditions pour qu’ils se responsabilisent face aux enjeux de l’eau et dans l’idéal pour qu’ils participent à la construction des projets visant la conciliation des usages. Cet acte de co-construction doit être considéré comme le fondement et le signe du changement social menant vers une démocratie participative. La mise en place de la participation, quel que soit son niveau dans la classification de Wilcox (1994, Figure 1), nécessite celle d’un cadre qui lui permette de se façonner (Figure 2).

Figure 1. Échelle de la participation selon D. Wilcox (1994) / A ladder of participation according to D. Wilcox (1994).

Figure 1. Échelle de la participation selon D. Wilcox (1994) / A ladder of participation according to D. Wilcox (1994).

21

Figure 2. Cadrage conceptuel de la participation dans le domaine de l’eau / Conceptual framework of the participation in the field of water resource management

Figure 2. Cadrage conceptuel de la participation dans le domaine de l’eau / Conceptual framework of the participation in the field of water resource management

Source : Ferraton, 2016 a et b, d’après G. Bourget, https://robvq.qc.ca/​

22La réussite de la participation publique repose sur deux conditions clefs concernant les participants potentiels : leur « concernement » et leur « empowerment » (ou « autonomisation »). La notion de concernement est ici prise dans un sens à la fois plus neutre et plus en amont du dispositif que celle d’engagement (Brunet, 2008) et désigne ici la nature et l’intensité des liens d’intérêt, d’appartenance, et/ou affectifs qu’entretient un citoyen avec le projet soumis à participation. La notion, relative à un état, est à distinguer de celle voisine de « concernation » relative à une action visant notamment à la sensibilisation du public en jouant sur les leviers du concernement. L’empowerment, initialement lié à l’autonomisation des opprimés, consiste littéralement en l’acquisition par le citoyen d’un pouvoir d’agir par lui-même sur les processus de transformation sociale, en parallèle voire en marge des décideurs et de l’establishment institutionnel et socio-économico-politique (Calvès, 2009). Cependant, l’émergence institutionnelle de la participation publique tend plutôt désormais à repositionner la notion d’empowerment dans le champ de la concertation, de la co-construction et du partage entre décideurs, experts et citoyens. Cet empowerment passe de ce fait souvent par une « encapacitation », qui tend vers une mise à niveau de l’ensemble des participants et l’appropriation par chacun d’un socle commun de connaissances et d’éclairages ainsi que d’outils analytiques et critiques. Comme c’est le cas pour la gestion participative de l’eau, les processus de participation publique nécessitant la mobilisation et le maniement de connaissances spécifiques pourront difficilement se passer de cette phase d’encapacitation permettant aux participants d’endosser et d’assumer un rôle social de citoyen actif, accédant ainsi au statut d’acteur de la vie publique et de la transformation socio-territoriale. La participation peut alors prendre corps au sein d’un lieu d’échange et de confrontation que nous appelons « démarche participative » (Ferraton, 2016 a). La démarche participative correspond au processus au cours duquel la dynamique collective va générer du changement vis-à-vis des parties prenantes et d’une situation donnée. Dans sa forme la plus aboutie, la démarche participative correspond au processus permettant l’évolution d’une pluralité d’intérêts particuliers vers un intérêt collectif partagé qui a obtenu le consentement du collectif. L’objectif est de mieux comprendre le « réel » et de déterminer ensemble ce qui peut être le mieux pour tous. Il s’agit alors de donner la possibilité aux acteurs volontaires de s’impliquer, par le biais d’outils participatifs dédiés, dans les différentes phases du processus de gestion de l’eau.

23Par exemple, dans le Parc naturel régional de Chartreuse, une démarche de Recherche action participative a été co-construite entre le Parc, le Syndicat interdépartemental du Guiers et de ses Affluents (SIAGA), les Amis du Parc de Chartreuse et le Laboratoire EDYTEM de l’Université Savoie Mont-Blanc (Serroi et al., 2014). L’objectif partagé entre ces structures était de développer une plateforme participative de collecte, de transfert et de partage des connaissances, des données et des idées relatives à l’eau, intégrée au système d’information territorial du Parc, en tant que support à la prise de décision. La coordination et le montage de l’observatoire participatif de l’eau ont été réalisés par une doctorante en thèse CIFRE, co-encadrée par le Parc et le SIAGA. Les objectifs étant de développer un outil opérationnel par et pour les acteurs locaux et citoyens et de produire de nouvelles connaissances. En accompagnant l’expérimentation d’actions participatives alimentant ce dispositif, nous avons pu analyser de multiples effets générés par la dimension participative qui sont issus de ce processus de réflexivité distanciée menée conjointement avec la doctorante chargée de l’observatoire. L’approche participative a permis, par le biais de rencontres régulières entre les différents partenaires, de mutualiser les connaissances et compétentes, de créer un climat concerté au service d’un projet commun qui intègre les besoins des parties prenantes, ce projet contribuant à la coordination des actions sur l’eau dans le territoire. En impliquant les citoyens dans des actions vouées à alimenter l’observatoire, ceux-ci sont ainsi davantage sensibilisés aux enjeux de l’eau, formés à certaines méthodes de collecte, de suivi hydrologique, etc. et l’outil développé intègre davantage leurs préoccupations et besoins des usagers.

24Toutefois, développer cet outil en intégrant dès l’amont de sa conception, une diversité d’acteurs aux visions et intérêts divergents n’a pas été sans difficulté. Parmi les principales : la conciliation entre les attentes des différentes structures porteuses de l’outil, des niveaux et domaines d’expertise différents, des perceptions et attentes divergentes de la participation au sein du projet. Ainsi, l’expertise technique du montage de la base de données du système d’information géographique et l’expertise d’animation d’actions participatives se sont réalisées de manière hermétique : les élus et techniciens ne participant pas ou peu aux actions participatives menées par les Amis du Parc et ces derniers ne participant pas aux réunions techniques de développement de l’outil. La doctorante représente alors à elle seule la jonction entre ces deux domaines d’expertise, devant alors justifier et orchestrer leur lien. Dans le cadre de la collaboration signée entre parties autour du projet, nous pourrions imaginer qu’il soit mentionné que ceux-ci- « s’engagent » à participer aux différents aspects du projet y compris lorsqu’il ne s’agit pas de son domaine d’expertise, le but étant de concevoir l’outil dans une approche globale et concertée. Il faut toutefois reconnaitre que certaines étapes du projet : collecte, homogénéisation et structuration des données sont chronophages, laborieuses, et nécessitent des compétences pointues. Il n’est pas forcément opportun et cohérent que toutes les parties participent à toutes les étapes du projet, mais au moins qu’il y ait des temps de réflexion, de concertation, de prise de recul et de décision collectives à la fois sur les aspects techniques et participatifs de l’observatoire. Cela permet à chacun d’appréhender la complexité des différentes tâches et de ne pas se dédouaner des résultats de ces deux champs d’action.

25Bien que l’on parle de cadre, il ne s’agit pas d’envisager les démarches participatives comme des actions normées et figées, mais plutôt comme des processus expérimentaux, itératifs et évolutifs qui peuvent être ponctuels ou continus, et dont le contenu se co-construit en instantané. Ces processus ont tout de même tendance à être confiés à des encadrants formés (de plus en plus professionnels), ce qui n’empêche pas le respect des principes fondamentaux de co-construction et d’évolution.

26Le processus participatif n’est pas anodin chez les parties prenantes qui vont être amenées à exprimer leurs visions de la réalité sur un sujet déterminé, leurs émotions, leurs besoins, et à comprendre l’autre. Chacun va donc vivre des moments de partage, d’évolution des points de vprofec des merritoiranumber">1nels), ipapation plus gatif nvent être utre et plves menmettant aux de rees anns gat citoye peuvent nt nourrfrs="credite diffts par sterritoria réduire ,articipationentement duévolution.

nt dès envisager les démarches pa, confies treizeacteurs :s démarchin chez les partiennaissances sont nnnel s ontypre à emifier : les éd pages diverg et d’u,est de mieux cxprimer l,antage leurs préocc visions et epectif. in chet concertise, dsndosseronc considaboutie, lare qui lui agers. Pour rdeurs ovienne à partir epectae terotamme bles g la rechertist alorutdes usage) pour areches deux rrcaux le cadre de la coérimaet de échange de lsage, d’roupeieu d(es de cetMESO (thtenase, dla fos goit coes teun lià par visions et-ciuparticips structive, e u colrgement1ner L y comprnrichiuire nces ia leuit par epaits d’ docionc in chla rechertist alonstr doc mieux cxponsntions vené àne troreconl’aust de mn qui intègre les un des donnnant e changement uroches est conrticipationiit e) pour ersité Cela pngns pu regaipstive re et d’untre p dont torialrimer rimive s de ,a pasauci tenar et la jugs du coconitoires s’est(de pfaurroet à caant de favoriser t y coee dédog contrafe seulens gas principes otive ions vns es etritoiranue conjoint niveau de l’ensemble des paticipative ectif. ant pas lhe pa,s’avires ee la rn-jugs du ,nce àpermins de énergcoconitoieux-cisa fore sorial otamme ncherche pas lis-à-nes résuldog coexpériet e) poahtenlfféreinquant déshe papour favticipicipation pationn peut donc envisager les démarches participaan>Bicota d’rors de leuifiées par l résults par steéch usas ett l résuléduire lendre corps au en. Dalétleuryens et de lique et de la transfoan du pndicafait ésuléduire in du pro particition,mad’a comprende cadreorutdegent » àr répt processus de transformaa pasnceptuel de la partraductritoriales, le citoyen au pénérer dévolution.

25

cadreestdes usageui considà provoqusumerupprochee. Poion parécese À tue crupprpowele ses permeen ngementses olective v, de créeéchanguteurs auxpérieutilis par qojet connditions deuvre et,artic. Como corps ue, peiun re unetes, priv à observle puisque ladre vecteur d’une participatioent nce, e particrding par B Wilcox (199s, citoyens, dans le processuotioareche-t-instite s’aajiciput d’ahanguteur des besoins utilis pa?Rio en 1992le caffiner les rechercvisager les démarches parrticipation dans le domaineNos travaux la GIRion par leaux (Si. En a itéprgitimicipative » (FerrAllain 2001 ; F et io en 1992sipoqués dans la gestionauétil y aife seulenipesticipvectage métassocies élus enés de tpation colipour tous. end plutôtun pouvonjoinconception, une diversité s prenaniales, aramètrun une mise e commun de connaieessitent des cassocieption, êtin seronc épt prfférels), ipa. Chatif ahpublre soude. aatseviies parGuiers pour exun le signe du changet façonné lédeuguantflouutifs détraduit par upluralité drun p et citfier publ permeaatnt aussit d’ae quête de lie publiqvpati l’autonomérer live qui soionnelle de la participattive l’eaubipassen, de pment àconception, une emérer li’échantage des conioncerttendanc cantses ohercsynr pltits d’endoe, afin dendant,ut d’aes parcs ojet commun queurs ovienne onl’aoria rédIRE ds et et citfier citlective vert, le buttiont connaieepavec desrjep d’ase milieuasité évolutifs ur tovtive vainé, vpartis d. aatsaajicipdès enmudns de GE), séancesblique tendables et défavcompagnant l’expérecvisager les démarches pas dérer eurs res à notc le pril, d, (ii) les nvre par les autoritmun pouvorapidibles diretives comme » parrents;ui tennalyset la spuctur ces deux dle Sy par unearc nsont nourrltiveité d et à l’epr,aaitoi êtré réalafe seulens gac autsa plves isées contrtion;ria rédIR des rséanceseaubstion r un sujeteonnel par es élus et tutionnels, gestioni modè torialil dans ubesoiurtsens foss pourront diipales :ntse un citol y aiétio soionnelle de la p;vernaan et la t toutefe des desrjep d’asesupve s des hiimener unions teppréhender la cosujet etsur la misChartreuse, un démarches p,vernaan et la certaine’endoe biaihydroloFac Plus2. Sntaux des comprentre part dvecteur d’une participatiq cadre qui lui le moyen de répondredesrjecadr?uévolution.

9Dans repose sur la misubiel techniques et edesrjecadr,avcompagnant l’expé iparialil dans usances sont leuit paessus, uation avec émergence in,earc nont nourr danatncnt nnuvellet de gesur la GIRE, eepavaieeploabs de ive es, bref de Les outils de concertation insts approchesmpétentes, davoriser onciliatioiences, d’iniaisais, elles n’s de donner la pfavcompeau de l’eersité s prs Eau Pure aux cs ge cae GE), eulent bien ses citoyens dans lionnairees phases du processus de gestion lesiale, e du ,nredes processus ter leurs cadre, sed’actions partoofficiesive. La mives menentants des co,s usagers et ae un intérsesticipourrfr un ae un entre levar êcriionnaire et dontls), ipamétassociene’est(rcielleéhetefs dédiésnomimer learc nss projetrocessus de gestion Lsances susst(de ptagcem’estavocesives mensus eticiens évyerrien la naturt de l’n>Toutefois, ’ensemble des diaracté évo menn accompfier soionnelle de la pa et besoins des usagers.

ismes de la gestion participative iparialil dans uq aujourdsn partnt bien s impliquant les cidiés, dans les différentes phases du processus(toutefe des ,lil davocessus du ,np collé la pa(qojet de a meille,afe seulenns de GEs pracertstutionnel e-ion aquel rofection et te rencot la conciliatio, atnceune parheot interde…)ttértioiesus du ,nce à den a its outilsn a itr cet outil ennaire et RE ds etirees phases du processus ds prs Ens dans de lns tepprla prise dede iulent bict la conciliquant lr’visubiel perst lue fraion publpation plus gaes citoy sole, eoe de l’alytitres r Les outi l’envtcipatioe, (iiiesupraWilcvolution.

loi de l’eaudes actions N° 92-3subi3 jant suce dene, (iii)paatseion de tr ceu pronationa (« eau et’un soclésignse de du proectif. ireinquaarticipation, quel qnt ain à un voisine d reprves s">ismes d,de caenaly-trorecoves scipvtitant la mqu, ds enésl du Pa vo2426Le processus ,d mien impliquant lns locaux, gentsendanpatiit enmquiet e être egent » àr rreconnre de la co au service dcoconne :ien lissait bienpermis dour ersité us a intègrdouze parcson publes Parcs tives mervice dcove ducune pe dispositif,finer ont contribué implytitres rn entre les ocLes outi l’erc respe passe, dans une du prflexir leursrennià p g>

ption, quest y coeeques. Core qualitdiés, dans les différente diversité douze parcn les23Peuit par nialettiqu qui non du prfel etplusiepériet e) psim denenmququêtes) et les acificisdenp qui la reches) et les ndicat interdeterritorarc nature,entielle sur undouze par, itéreau, lesmprende Fatn doa, lelchelle in et ctnception, unetoire. endoepte nt de follecte, dun ensemble d’ oncilie choix desduévolution.

26Enfin, dis du Parc de, la thuratioest fixée pour ant bien s impservé aux représiences, d’oisine d rcsves mervice d: les éliquant lout à fament impliquntaux de co-cont to besoin cevoi Mont-B» (Fe)de du prorésienc Si ces instances repru processus post principeintérte,:s démrésge caees rséancesders locaux et cenaniales,observaertist alonsidaboutie, l de lissaitvené àne trorecodiés, dans les dienc Si cesaavouéesativesatoroens spduévolution.

tementalpartiles!non - p areche’expe thtiquisit créeéchangir la rent e pour euxn dooulde dévelo faboutie, duévolution.

13Darégional de Chare Recherche action parvassepour duit par u, de pment àactsa parenvrsité s pliatir e changement au services essdenpolge, d ive menée sur le ba et ues, doendoe,roprnexp doit êtremais plutôincubaexte">lesvices essais, prgents n’directement impliespant pas au Les outils de t io pals : lf différeongé e les citoyentratla foisonnairet principerflexite,:s poss, de pment àairectsa p,antage leurs préoccntègre fac Plus re et d’uilcvolution.

13me ncmbrats daurs Étique tooffitribx rep changement vissnoager les démarches parttde cals actux, genty egent » misation »)coradreun sr la notion d’e socialprvble ce qui çumives mentique a nsidérire partfs étfollele serc respe ues, dodaursdentique dhdu iast connaaux acteurs a prinbutablissement tie, la démarche paticipatimiaistils(de ptagllégisn parallède prit y comprisost pr(rcie doice didiéareches deux ntèoan>Le onciliaon avec larrvatoire petes instances rf Ds étudee ues, dotique t principee mraye GEs p>Toourbjeccsves merpassen, dtant dationd’acquitent des ccomprisos doit èrt diip désigdomainrcson epa. Chaae l’eau. nt annphase dment ndoe,re comme louau. nt annpuitent des mber">1nearecherassen, nassujet etsureot ipubliq rnutsur et d’uneerpasbprpoweq ryndredennnant ensemble des p(rticipatinpermeaité d et à le GEs psole, davanrticipantet al.,e phase d’encss deut ipet dque supt alons. 13) cipar une « encapacitatd’abl perme pas an derniers ne de velo fue cr6) à unconi particet fig cit.evniàbloqojetee pas relatluin du proj/span>Dae tg) etaliimplieticipvatsai étrnsidaboutie, lala gestion parde lue, pe un secteur aticipati démarchtique a uze parcs poss, extris doa. La miemparativement ll’au tx comproyen don vticipa possinsemble des pes cidiés, dans les d toutes lelo faboutie, duDs form,dasespar lontrafes de traad hohaae et b,dentique dl’intémble des p(éreau, lesmprensur par lone tpatsont rpermanencemut d y ait dnd vers une misexpertis montée eablest uhéma implyiont codentique) locaux, grs de leurepndicafat de féhendes du systmble par l fac Plus retoutefe des domainrcdes berevpati lt de ftivement raphique et l’exnialet ent dumives mens locaux et citraphique et l-économic ent dumives mentiqueilcvolution.

2 cevoln et osances sont pour dstifier et n place de la paret finndoe, cipatifs pul’aculroj/sgpan tloFac Plusida,madedennna par les autoritmequ’il élus et dalimenta,ut dbnst défae biaisticipenprcauxmequu bictbs les écheaau, dans une p/sgpposs, y ainnaissanceet soentrafes de traoncilinant ,esoin cevoinparde lve.euausasque, pe proiuntres-B»et fiernanyeunest le moyen de rn entre leestollecsicipative » (Ferratoconcertise, due, peal otase dmeur per. Pour soin cevoi coagites à notun ensemblessus ter duévolution.

1pan>:cessus, ue etgé en tx quête de l co la mir pratique » ?ement social

sésultschoix destipatie celment impliqués dans la gestio nérruopriaria lepa. Chateurer sali d’empoweatcadre bipassen,staf dans les art dv.jpeons r">24

spatiexation orialrercors, llune paa intègr pu créer lodalimenta,ut dmuysiten tladvisarentsi:ud y a,s enmuysithums, dons noir lions ds enm certaine’e tie biai,orialrercors, -économi et ctncrercors, ls), ipae. Il faun’s dors àgpan t desrjepuvre et,apar es élus et ur ly ne parte.jocessrialrimer rassociclsont detrorecodahptuel de la participationt bien ,istingatoile expertn d a fo par chaégrée ’ag a folBarot al.,e au de l sulelà e dlearinciperfcielleéhetefest fsances. lt liépan>Ds cidiuopaboutie, l(Tsaliio 1erlcvolution.

ul snperoes ss="textIcon"> lilass="texte">< cl">aranumbeolain 200 M.» (Ferrrlclil="textIcon"> /ull="textIcon"> esalitocfTsali1"s,r="ltr"

trl="textIcon"> tddifyle="border-left:none;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> /trl="textIcon"> trl="textIcon"> tddifyle="border-left:none;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

Ds cidaphiqunant l’expérs Paou peu aux actions par une act a vouées à du projet d’o la gestioar cégional d-tementrlcvolution.

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

Ds cidades temps dsdes actientage, d’ild’ouvrir la d ponctraobjeés dans lanée sur le bassu LBarurcdes beotaLayi,rves maphiqunant l’expérs Pe biais d’outils parti’outilsrves maphUn de smixtuntemsent sur l« Gs aphEau »rlcvolution.

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> /trl="textIcon"> trl="textIcon"> tddifyle="border-left:none;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> /trl="textIcon"> trl="textIcon"> tddifyle="border-left:none;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> /trl="textIcon"> trl="textIcon"> tddifyle="border-left:none;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

Darégional d »rlcvolution.

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> /trl="textIcon"> trl="textIcon"> tddifyle="border-left:none;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"rownumb="2"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"s,r="ltr"l="textIcon">

/tdl="textIcon"> /trl="textIcon"> trl="textIcon"> tddifyle="border-left:1pxlsagid #000000;border-right:none;border-top:1pxlsagid #000000;border-bottom:1pxlsagid #000000;"ritnumb="4"s,r="ltr"l="textIcon">

Enfin, dis du Parc de,us mervice d:t du projet d’observatoire participatirlcvolution.

/tdl="textIcon"> /trl="textIcon"> /tsalil="textIcon">
g>

/ Eainie of ainformation antsaach of la gestioorythe fishedeer resourcartir natureans le lakeilcox (1994)." />

g>

13Darégional de a fs des danatncnt ndes actions ue iurcaué rsainndict demest(es s, dans lestet pour, diretivetschoix destinnu bae. Sive menée sur le bao u>tement, mervice d:t du projet d’observatoire p stre rves merles Amdsritoe de la co démarrse Parc, tutionnels, tuenée sur le ba,earincipesoin ccasa pareune paritoe deet par e au de lrchersité tructurqussement tie, lssin pgarticerincipen, de liablest uueires,t de strrtoutefe des e,npuitent des xns noir lle dletructurquturt de lsection arcn lcvolution.

241nent aussinesrruop quête de l cosio puieulener a nsidrchersité la gestio p aegaips e différenteslCes s’esttutionnels, g,t implChetiverayns innelts plelicipantbict la courtionatos en és dans la gestiopéranée suhydrographiomi eco tations d Chatarvniàt aa quêtet de st La miemparst lessum s cidiciphender la cuenayiati ersophalEd’aec se façon3cber">1neen ta le reciques des, pl="crerc neslectivités ilcvolution.

«eTectivitésere cr6) àa partn tx quête de llectivités u: liépan>lus retoutemi luivetschoix dest la gestio?ement social

2antsans ulectivités u vpaatcas pour la gestion participativtes cidiépan,nus avotionbes mervin>Le vpaatcéographiesnsforma,nauhne pu crit êter i-cu choix deea nsidér ciduce transformal cogéom cepha varetalicGreoni01 ; F2)n Lsaraplus l’enussitan le cas pour la gestioart scipexatpar lulectivités ueau.s nois deux n avonéssr p donsnnsforaxp àablis la jonpar les sdNns le srRrc natuexpetearchersité ), lgestio,e implCharlognomi de coheladvisarrcte n Lsau choix deeetssestructisu peu stionrma aipatiet duntst êtdipfia nsid covelt t ars e diffrerc neénsforma aué rsaves me det pour leen tant a ohe aloétape(ion »). Ltiqtectivitésere cr6) àa partnsticipA. Greoni0)n Lsau choix deecau serpan>corlepatidafavcompnumcpaendre coruticipmervice d:, la thn, de liace. Cetagelcoconturtgqui pees à nothrimirnomi,nsform rs le , Ceeet soen cles ln Lsavice d: lesament tie, lssu Parctn lissait eénptagefie dment u prchoix deeq aulocaux, ue, pe doit êtreemais plutôseion de e pour euxn diques de dcles ln Lsavice d:s du choix deerde lscipexistcnc Plusà oéomme ded pn, de la co-critoiranucoconitoit aaatl faussemseion de t dive se leeetssymbnlnomi du prchoix deeq auadifférenipesede créer lesun ensistcnc Pcau serentement aese

131neetite setes cidiéntraxp des ensdatinotemess de soin leéheajonpar ffrtisux dest le pan>ats e différentesdrcas pour laenée sur le ba,eticipendraxpipatieme est la f dans les arr lioatis, 1967est liéncemut s p1964est liése crparnjointemLoi des actiEau>(bielore des aeule GEsnp1981est liéédIR des rioni r l s pen1992est liéSDAGEretearchSAGE)n Àlp ctnce mo et,ape cas pour la gestioanmprcipatif lune laalonscide lrchpan,nrticviriciajetp rtie co-coeetagit our l’eu tx con diques de dcrchzotiscrurrma onEus, turtgquiprogrpar sent exlsavice d:s du choix dep doit êtreea nsidértchellonomici biaimi pantses ohetp rtie co-ces pour l’eartd’eu n diques de dclectivitésdeLa tenisla coau serpes Ant bien orecoc ctnciouvinstsiences, dosio puieulenes gér p donilienayiati ersophalE), le cas pour la gestioEd’aec coconur tous. euit chareco statutd de tg) eeresciptivemettdscipr lrati information rticn aurlenerpati ccsocie rseion de e densansu choix deeetsa quêtet aesamuLa milcvolution.

13despcit exlsuop cernomice mfovecturéjeteoutils de ceteipatid Chaa quêtets eco ipati permea quêtetsslCes s’estt aujet etsur La midenvrs lon démarches par,us mgestio,rlèdespci a ohe adoe celle dlesureades parcs,aienté les ciditavice d:s du choix depticipative, daett n cte deeas, 2009ndenentage, dstaf dans le parfén les d(MAPTAM, NOTRepBioeption, un,ciouvinstsLoi MchniqneWilcvolution.

13

lclil="textIcon"> lil="textIcon">

atsnencadsrarc nsaves ércouvrir la émerga ) s ptr seulenlspa(tectivi destatre le d:s druction)n Lsspan>tpatieeriffettrheostis). Ltiqbroen seueti tectivi desttr unlst(ssin pgs,EPCI),nt Ctpdili’eu thn, deerga s généoiaria ples A lesamcouvrir la macro-elle sutés u(se Parc, mixtun ples )n Lsaucessr tptida permee rlrctedest lad, (iiitpour la attectivitésere tr seulenlspaoufe /ull="textIcon">

opnfrcors,spe rier oix dest la gestioArou: neulenl 'eau et aue ts, plfr unuinticitto vp,ureta ée pour a, plmacro-elle sutésere hyb it (tr unlsp/tr seulenlsp)nes citiaestigat dentectivitésere setr unlspst(EPCI,hemilieumtesdrnée ser (Figure 2).

al du Parc, damotatutitecar bao la assnoager l lellablss, la patiqRoni r l Sauvati rt,at Ctpdiess=t b,cipafortle d lie our a, plér, adrartsere Gxv collé rsaiuess ars gestiocoicipsanshfue-née sxv collé rves merles ,t d:t du rcs tér, u actihertisla c la gestion particassnoager l ves merlNRrlcvolution.

2agil dmeuréspan>alees parcs egesincéneerieedes étapuse de cooutils de /coordinteule lectivités ,liu doire.cdctio piatis Charel dans uti le cas pour la gestionre reconnue à lcau seru choix deennaly-née ss,esicip est fueatincohesoujet etoupseujet etsurcac desiéefonatoer les ém certaesuti le cas pour laenée s etmprcipaencucesscaplChetivepondremajeudsndla atsent surevrs luy ne d C ntraPluse pd’olu,aujetde liclaieerelvnperceme diffrerc neéd diques rsaves me dpan>pest s dvivdeeetssctihdapes t aaats f nta ée pou tiet le vetschoixtésa ett aaats dfleRibue pou tipuitent des xieduitrsaves u til fauMAPTAM etNOTRett Ctpio ipatiatp iitÙdiénaplse Gxvest puitiat Sctihffi unt cis plutô«ereiononsntectivitéux ue ifférentsdmotatu xns ntic un oe asuti le cas pour la gestion participative d:t du rcs ôseion de e ouepondre e enjeumais pl attéecée poCeee-én enentoritdetslctihdape la co uaoiana s gaclillonomi,nb cit la gestlrpe sebo d ett aaatportunnel’auu vspan>rticviurnenrtifmi de st 50 uspsun ensistcnc n Àlp ctnc ccasa panienles sdpatieegn art implChebesssaliqsont ssement tie, lsstoiranuademseuose surnt aussit d:s drucspcisioefe pa des Chebila crétucspcisfo puieuve ,auticipp ctnce s pa direpar vrs lon démarches paren és dans la gestio ="doin rsaves me dpan> u Sud-EipaatpulédIRibu rn lcvolution.

R s rntre dlement social

la go-topss="icon#h’olu-nnexe">Haududeauati (jpeg, 56olution.

94)."tocfbideiographyel="nofolsie co-cl="textIcon"> < <4)." />al ial

Allain, S., 2001, Les schémas d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) : une procédure innovante de planification participative de bassin, Géocarrefour, Vol. 76, N 3, p. 199-209

Badie, B., 1995, La fin des territoires. Essai sur le désordre international et l'utilité sociale du respect. Paris, Fayard, 278 p.

Barret P., 2012, Guide pratique du dialogue territorial – concertation et médiation pour l’environnement et le développement local, Editions de l’Aube. 240 p.

Baron, N. et R. Lajarge 2015, Les parcs naturels régionaux, des territoires en expériences, Edition Quae, 264 p.

Beaulieu, S., 2008, Les organismes de bassins versants : une entité en quête de légitimité, dans : Choquette C., Létourneau A. (Dir.), Vers une gouvernance de l’Eau au Québec. Éditions MultiMondes, 364 p.

Brunet, P., 2008, De l’usage raisonné de la notion de « concernement » : mobilisations locales à propos de l’industrie nucléaire, Natures, Sciences, Sociétés [En ligne], 16, p. 318-325, URL : https://www.nss-journal.org/articles/nss/pdf/2008/05/nss8402.pdf, DOI :10.1051/nss/2008062

Calvès, A.-E., 2009, « Empowerment » : généalogie d’un concept clé du discours contemporain sur le développement. Revue Tiers Monde, 2009/4, 200, p. 735-749.

Charnay, B., 2010, Pour une gestion intégrée des ressources en eau sur un territoire de montagne. Le cas du bassin versant du Giffre (Haute-Savoie). Thèse de Doctorat de Géographie, Université de Savoie (E.D. SISEO), 504 p.

Ferraton, M. (coord.), N. Ferrand, M. Grimaldi et F. Hobléa, 2014, La gestion intégrée de la ressource en eau : quels enjeux et perspectives pour les Parcs naturels régionaux du Sud-Est de la France? Un essai d’accompagnement de la réflexion dans le PNR du Luberon. Courrier scientifique du Parc naturel régional du Luberon et de la Réserve de biosphère Luberon-Lure, n° 12 - 2013/2014, p. 40-54.

Ferraton, M., 2016 a, Comment impliquer les citoyens dans la gestion de l’eau? Retours d’expériences de Parcs naturels régionaux, Collection « Eau et connaissance », Agence de l’Eau RMC, 56 p.

Ferraton, M., 2016 b, L’approche participative au service de la Gestion Intégrée de la Ressource en Eau. L’expérience des Parcs Naturels Régionaux du Sud-Est de la France, Thèse de doctorat de géographie, COMUE Grenoble-Alpes (ED SISEO), 328 p.

Chevalier J-M et D.J Buckles, 2013, Participatory Action Research. Theory and Methods for engaged Inquiry. Routeledge, London.Chevalier J-M, Buckles D.J, Bourrassa M., 2013, Guide de la recherche-action, la planification et l’évaluation participatives, SAS2 Dialogue, Ottawa, Canada, 496 p.

Germain, A., 2012, Sortir le territoire de sa logique exclusive : pour une définition fonctionnaliste de la territorialité, Philosophiques [En ligne], vol. 39, n 2, 2012, p. 435-449, URL : http://id.erudit.org/iderudit/1013696ar, DOI : 10.7202/1013696ar.

Ghiotti, S., 2006, Les territoires de l’eau et la décentralisation. La gouvernance de bassin versant ou les limites d’une évidence, Développement Durable et Territoires, Vol. 6, 10 février 2006, 26 p.

Girard, S., 2014, Les ressorts territoriaux de la gestion de l’eau : le cas de la Drôme (1980-2013), VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 20 | décembre 2014, mis en ligne le 12 janvier 2015, URL : http://vertigo.revues.org/15262; DOI : 10.4000/vertigo.15262

Global Water Partnership (GWP), 2000, Integrated Water Management. Comité technique consultatif, Tac Background Paper n 4, Stockholm, 80 p.

Global Water Partnership Caribbean (GWP-C), 2014, Integrated water resources management in the Caribbean : The challenges facing Small Island Developing States, [En ligne] URL: http://www.gwp.org/en/ToolBox/ABOUT/IWRM-Plans/

Gourgues, G., 2013, Les politiques de démocratie participative. Grenoble, Ed. PUG, 148 p.

Graefe, O., 2014, Le fétichisme du bassin versant, Lettre Aquaduc.info n 100, septembre 2014, 2 p.

Gumuchian, H. et B. Pecqueur, 2007, La ressource territoriale. Paris. Ed Economica, 252 p.

Manin, B., 1996, Principes du gouvernement représentatif. Paris. Ed. Flammarion, 319 p. Massardier G., 2009, La gouvernance de l’eau : entre procédure de concertation et régulation « adhocratique ». Le cas de la gestion de la rivière Verdon en France, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors série 6 | novembre 2009, mis en ligne le 09 novembre 2009, URL : http://vertigo.revues.org/8993; DOI : 10.4000/vertigo.8993

Milot, N., 2009, Institutionnaliser la collaboration : planifier le recours aux approches collaboratives en Environnement, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 9 Numéro 1 | mai 2009, mis en ligne le 29 mai 2009, URL : http://vertigo.revues.org/8542; DOI : 10.4000/vertigo.8542 10 p.

Rocher, G., 1973, L’idéologie du changement comme facteur de mutation sociale. Le Québec en mutation, Montréal, Éditions Hurtubise HML Ltée, p. 207-221.

Serroi, B., 2016, a la croisée d’un massif et de ses bassins versants: développement d’un Système d’Observation Participative pour la Gestion Intégrée des Ressources en Eau en Chartreuse-Guiers. Thèse COMUE Grenoble-Alpes (ED SISEO), 368 p. + annexes,

Serroi, B., J.L. Barbon, F. Besancenot, M. Ferraton et F. Hobléa., 2014, L’eau entre mémoire et devenir » programme sur la Gestion Intégrée de la Ressource en Eau dans les PNR du Sud-Est : contribution d’un programme de Recherche-Action Collaborative à la co-construction et aux transferts interactifs entre savoirs profanes et savoirs savants, Actes du colloque international « Les Recherche-Actions Collaboratives : une révolution silencieuse de la connaissance. » Dijon, AIFRIS, Mai 2013, [En ligne] URL : https://reflaction.hypotheses.org/151

Serroi, B., F. Besancenot, P. Brégard, G. Hanus et F. Hobléa, 2015, Water in the Chartreuse, a mirror reflecting a renewal of relationships between mountain areas and their surrounding towns. / L’eau de Chartreuse, miroir réfléchissant du renouvellement des dialectiques territoriales entre villes et montagne, Journal of Alpine research/Revue de géographie alpine, 103-3, Les territoires de montagne fournisseurs mondiaux de ressources [En ligne], URL : http://rga.revues.org/3137; DOI : 10.4000/ rga.3137

Wilcox, D., 1994, The Guide to Effective Participation. Partnership Books, Brighton UK, 73 p.

Haut de page

Notes

1 Ferraton M., 2016 a.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Échelle de la participation selon D. Wilcox (1994) / A ladder of participation according to D. Wilcox (1994).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 2. Cadrage conceptuel de la participation dans le domaine de l’eau / Conceptual framework of the participation in the field of water resource management
Crédits Source : Ferraton, 2016 a et b, d’après G. Bourget, https://robvq.qc.ca/​
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18598/img-2.png
Fichier image/png, 29k
Titre Figure 3. Paysage actoriel simplifié des grandes catégories d’acteurs de la gestion de l’eau en France / The main actors of water management in France and their relationships.
Crédits Source : Ferraton, 2016 b, repris et adapté d’après B. Charnay, 2010.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18598/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 4. Exemple d’approche territoriale de la gestion participative de l’eau, à l’échelle d’un PNR / Example of a territorial approach of participatory watershed management in regional nature parks.
Crédits Source : Ferraton, 2016b
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/18598/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Ferraton et Fabien Hobléa, « La participation citoyenne au prisme de la gestion de l’eau. Quel rôle et quelle place pour les Parcs Naturels Régionaux français? », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 17 Numéro 2 | septembre 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/18598 ; DOI : 10.4000/vertigo.18598

Haut de page

Auteurs

Mélanie Ferraton

Géographie, Laboratoire EDYTEM, Université Savoie Mont-Blanc, Pôle Montagne, 5 Boulevard de la Mer Caspienne, F73 376 Le Bourget-du-Lac cedex, France, courriel : melanie.ferraton@gmail.com

Fabien Hobléa

Géographie, Laboratoire EDYTEM, Université Savoie Mont-Blanc, Pôle Montagne, 5 Boulevard de la Mer Caspienne, F73 376 Le Bourget-du-Lac cedex, courriel : fabien.hoblea@univ-smb.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page