Navigation – Plan du site
Dossier: Les savoirs locaux dans la gestion de l'environnement

Contribution des organisations non gouvernementales écologistes à l’aménagement des forêts sacrées en Côte d’Ivoire : l’expérience de la Croix Verte

Jonas Ibo

Résumés

Les échecs des politiques modernes de protection de la nature constatés à travers le monde et leurs conséquences néfastes sur le développement des sociétés du Sud ont provoqué un regain d’intérêt pour les savoirs naturalistes locaux et les pratiques correspondantes. En effet, longtemps ignorées, voire vilipendées, les forêts sacrées et les pratiques qui s’y rattachent sont présentées, depuis la Convention sur la diversité biologique en 1992, comme de véritables sanctuaires de biodiversité végétale et animale.Cette tendance a eu une résonance particulière dans les milieux africains.

En Côte d’Ivoire, la Croix Verte s’est distinguée par son engagement dans le mouvement pour la sauvegarde et la valorisation des forêts sacrées. Depuis 2002, la Croix Verte expérimente, sur quatre forêts sacrées, une opération d’aménagement dite « Stratégie des trois Zones intégrées ». L’innovation est d’autant plus intéressante qu’elle met en scène une ONG créée et animée par des jeunes.  Cette action lève un coin du voile sur l’avenir des traditions ancestrales qui auraient pu être bradées par les jeunes générations enclines à la consommation des cultures occidentales. Du fait de son caractère novateur et prospectif, l’expérience de la Croix Verte interpelle la recherche scientifique, notamment les sciences sociales.  Le présent article vise à étudier l’expérience d’aménagement des forêts sacrées par l’ONG Croix Verte de Côte d’Ivoire. Dans cette perspective, l’article s’attache, d’abord à caractériser, du point de vue de l’idéologie occidentale de la Conservation, le concept de « Stratégie des trois Zones Intégrées » ; ensuite, il analyse la pertinence de cette stratégie par rapport au cadre de référence coutumier des forêts sacrées ; puis, l’article discute de l’efficacité du modèle en termes d’aménagement durable des forêts sacrées, pour enfin appréhender les implications de cette intervention pour les populations locales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  La prolifération d’ONG durant les années 1980 est un phénomène mondial. Au Brésil, par exemple, 55 (...)

1Apparues en Côte d’Ivoire au début des années 1980, les Organisations non gouvernementales de sauvegarde de l’environnement (que nous qualifions d’ONG écologistes) se sont multipliées à la veille du sommet de Rio1. Fondées conformément à la loi n° 60-315 du 21 septembre 1960, on estime leur nombre à plus d’une centaine.

  • 2  Les éléments biographiques de Gomé Gnohité Hilaire, fondateur de cette ONG, indiquent qu’il est né (...)

2Dans cet ensemble, l’ONG Croix Verte de Côte d’Ivoire se distingue particulièrement ces dernières années sur le terrain. Fondée en juillet 1982 par un groupe de jeunes2, la Croix Verte de Côte d’Ivoire milite pour la sauvegarde de l’environnement et le développement durable du pays. Les premières actions d’envergure de cette ONG visaient à sauvegarder, aux côtés des pouvoirs publics, les forêts classées envahies par des plantations de cacaoyers et de caféiers, malgré l’intérêt dont ces forêts font l’objet de la part des  bailleurs de fonds. De 1992 à 1997, la Société pour le développement des Forêts (SODEFOR) en Côte d’Ivoire a, en effet, bénéficié d’un financement de 60 milliards de francs CFA dans le cadre du projet sectoriel forestier.

  • 3  Pour s’en convaincre on ne mentionnera que le Symposium international sur «Sites sacrés naturels : (...)

3Contrairement à cette mobilisation constante en faveur des forêts classées et des aires protégées, les forêts sacrées ne font l‘objet d’attention soutenue que depuis la Convention sur la diversité biologique en 1992. En effet, longtemps ignorées, voire vilipendées, les forêts sacrées et les pratiques qui s’y rattachent sont présentées aujourd’hui3 comme de véritables sanctuaires de biodiversité végétale et animale. Elles sont considérées, de ce fait, comme des alternatives à explorer pour la sauvegarde de l’environnement au regard des résultats médiocres des politiques classiques de protection des forêts héritées de l’époque coloniale. Cette tendance a eu une résonance particulière dans les milieux africains.

  • 4  Il s’agit des forêts sacrées de : Ehidi (commune de Sikensi), Gbangbodjo (commune de Sikensi), Ado (...)

4En Côte d’Ivoire, la Croix Verte s’est distinguée par son engagement, depuis les années 1990, dans le mouvement pour la sauvegarde et la valorisation des forêts sacrées. Après l’expérience de valorisation de la forêt sacrée de Kolodio du village de Tabagne (Nord-est de la Côte d’Ivoire), la Croix Verte a réalisé, de 1998 à 2002, un immense projet de recensement et de valorisation des forêts sacrées sur l’ensemble du territoire national. Ce projet a bénéficié du soutien financier du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI) du Canada. Depuis 2002, la Croix Verte expérimente, sur quatre forêts sacrées4, une opération d’aménagement dite « Stratégie des trois Zones intégrées ». L’innovation est d’autant plus intéressante qu’elle met en scène une ONG créée et animée par des jeunes. Cette action lève un coin du voile sur l’avenir des traditions ancestrales qui auraient pu être bradées par les jeunes générations enclines à la consommation des cultures occidentales. Du fait de son caractère novateur et prospectif, l’expérience de la Croix Verte interpelle la recherche scientifique, notamment les sciences sociales. Elle mérite d’être étudiée afin de l’enrichir par les résultats de recherche.

Figure 1. “ Stratégie des 3 Z intégrées ” de la Croix Verte de Côte d’Ivoire (Source : Croix verte de Côte d’Ivoire)

5Le présent article vise à étudier l’expérience d’aménagement des forêts sacrées par l’ONG Croix Verte de Côte d’Ivoire. Dans cette perspective, l’article s’attache, d’abord à caractériser, du point de vue de l’idéologie occidentale de la Conservation, le concept de « Stratégie des trois Zones Intégrées » ; ensuite, il analyse la pertinence de cette stratégie par rapport au cadre de référence coutumier des forêts sacrées ; puis, l’article discute de l’efficacité du modèle en termes d’aménagement durable des forêts sacrées, pour enfin appréhender les implications de cette intervention pour les populations locales.

La stratégie des trois Zones  intégrées, version tropicale du schéma MAB

6Deux courants de pensée s’affrontent en matière de protection de la nature. D’un côté, se situent les « préservationnistes» dont le souci est de préserver la nature sauvage intacte, pour elle-même et non pas pour satisfaire les aspirations et les besoins des hommes. Les tenants les plus radicaux de ce courant militent pour une révolution écologique en profondeur (deep ecology), seule manière, selon eux, de sauver la planète.

7De l’autre côté, se positionnent ceux qui œuvrent pour une utilisation pondérée des ressources au profit du développement socio-économique et culturel de l’humanité. Ils sont désignés sous le vocable de « conservationnistes ». Le fondateur de ce courant, l’Américain Gifford Pinchot (1865-1945), résumait sa pensée en 1910 de la manière suivante : « La conservation représente le mouvement le plus démocratique que ce pays ait connu depuis une génération. Ses tenants considèrent que les citoyens ont non seulement le droit, mais aussi le devoir de contrôler l'utilisation faite des ressources naturelles, qui sont la grande source de prospérité. De même ils considèrent que la mainmise sur ces ressources par les intérêts privés, à moins que leurs opérations ne soient sous le contrôle public effectif, est un mal. La conservation est l’application du sens commun aux problèmes communs pour le bien commun. » (Cité par Duban, 2001).

  • 5  Le concept de réserve de biosphère a été mis au point en 1974 par un groupe de travail du Programm (...)

8Le projet Man and Biosphere (MAB) lancé par l’UNESCO, au début des années 1970, qui identifie les Réserves de Biosphère5 et fournit une assistance scientifique et technique pour concilier respect de la biodiversité et exploitation durable au bénéfice des populations locales s’inscrit résolument dans cette idéologie conservationniste.

9Dans la pratique, chaque réserve de biosphère comprend une aire centrale bénéficiant d’une protection à long terme et permettant de conserver la diversité biologique ; une zone tampon bien identifiée, entourant ou jouxtant l’aire centrale, utilisée pour les activités compatibles avec la conservation et enfin, une zone de transition flexible dite aussi aire de coopération, qui peut comprendre un certain nombre d’activités agricoles, d’établissements humains ou autres exploitations, et dans laquelle les communautés locales, agences de gestion, scientifiques, organisations non gouvernementales, groupements culturels travaillent ensemble pour gérer et développer durablement les ressources de la région (Documents MAB 1974).

10L’approche « réserve de biosphère » tolère la présence humaine à proximité des aires protégées ; mieux elle postule que l’homme doit jouir des retombées de la conservation. Mais en même temps, la réserve de biosphère reste une zone fermée pour des raisons de conservation de la biodiversité. La tolérance de l’action humaine dans les zones adjacentes (zone tampon et de coopération) n’est qu’un outil de gestion, ce qui, en d’autres termes, signifie que les populations locales, voire tous les autres acteurs sociaux, sont de «simples outils » de gestion de la diversité biologique. Cette approche met à l’ordre du jour la contradiction qui existe entre le local et le global en matière de conservation.

11En effet, les valeurs socioculturelles locales tolérées sont uniquement celles que les gestionnaires internationaux et les forestiers locaux jugent compatibles avec la conservation de l’aire protégée. Dans une telle optique, d’autres valeurs socioculturelles pourtant considérées comme vitales par les populations locales sont méprisées. Par exemple, la fréquentation annuelle des sites sacrés pour des cérémonies rituelles est interdite ou tout au plus tolérée, mais soumise à une réglementation arrêtée par les forestiers et donc contraire aux pratiques ancestrales. Pendant la saison sèche, il faut éloigner davantage les populations pour éviter les feux de brousse. Tout rite faisant intervenir le feu est proscrit. Et pourtant les périodes des rituels sont instaurées par la tradition et ne sauraient être modifiées, en cas de force majeure, que par les gestionnaires coutumiers réunis en conclave. Certaines coutumes exigent que ce genre de concertation se déroule exclusivement à l’intérieur de la forêt sacrée. Si celle-ci est entièrement localisée à l’intérieur de l’aire protégée, la situation devient alors insoluble.

12Certains conservateurs des parcs et réserves exigent que les sites sacrés naturels soient transférés en dehors de l’aire centrale. Dans le cadre de projets financés par les Agences internationales, il est proposé, en compensation, des sommes d’argent ou des petits projets d’intérêt communautaire : construction d’une école, ouverture d’une piste reliant le village à la voie principale, installation d’une pompe d’hydraulique villageoise, etc. Une telle attitude, non seulement élargit le fossé séparant les modes endogènes et exogènes de gestion de la biodiversité, mais elle exacerbe les sentiments de perte de repères identitaires chez les populations locales.

13En Côte d’Ivoire, il existe deux réserves de biosphère : le parc national de Taï dans le sud-ouest forestier (540 000 ha) et le parc national de la Comoé dans le Nord soudano-sahélien (1 150 000 ha). A l’instar des autres aires protégées du pays, ces deux réserves de biosphère souffrent, à des degrés moindres, certes, de l’exploitation agricole et du braconnage.

14Les agressions dont font l’objet ces réserves de biosphère, malgré les efforts déployés par les gestionnaires en direction des populations locales attestent de cette contradiction entre le local et le global. Ces agressions traduisent également et surtout le refus des populations locales concernant de telles pratiques imposées de l’extérieur.

15En s’inspirant de l’expérience des réserves de biosphère du programme MAB, la Croix Verte de Côte d’Ivoire a conçu une stratégie dite des trois zones intégrées pour l’aménagement durable des forêts sacrées du pays. Cette version tropicale du schéma MAB prévoit les activités suivantes :

  1. Création d’une zone de renforcement sylvicole multispécifique (première zone concentrique) comprenant trois ou cinq espèces d’arbres et de plantes médicinales autour de la forêt sacrée. Cette zone est appelée, zone de protection immédiate.

  2. Création d’une zone de reboisement économique autour de la zone de protection immédiate comprenant du bois de service et du bois à but énergétique. Cette deuxième aire (deuxième zone concentrique) est appelée, zone de protection rapprochée.

  3. Création d’une zone agroforestière (cultures vivrières, arbres fertilisants, élevage de volaille). Cette aire (troisième zone concentrique) est appelée, zone de protection éloignée.

16Du point de vue de l’idéologie occidentale de la conservation incarnée par l’approche "réserve de biosphère", la stratégie des trois zones intégrées, paraît théoriquement cohérente et écologiquement correcte. Mais, plaquée comme telle sans aucun effort de «tropicalisation» sera-t-elle compatible avec le système local de gestion des forêts sacrées ? En d’autres termes, quelle sera la pertinence de ce schéma importé, par rapport au cadre de référence local des forêts sacrées ?

17Mais avant d’aborder la question de la pertinence du concept de la Croix Verte, il paraît nécessaire de dire quelques mots sur les insuffisances méthodologiques de l’enquête réalisée par l’ONG.

Les insuffisances méthodologiques de l’enquête

18Deux constats s’imposent à l’analyse des documents produits par la Croix Verte depuis le démarrage de ce projet « Forêts Sacrées, Patrimoine vital de la Côte d’Ivoire ».

19Premièrement, la Croix Verte a réalisé une enquête sur les forêts sacrées de Côte d’Ivoire à partir du découpage officiel qui distingue 16 régions administratives regroupant des départements qui eux-mêmes renferment des sous-préfectures comprenant les villages.

20Deuxièmement, la définition de la forêt sacrée, c’est-à-dire l’objet du projet, n’a été arrêtée qu’après l’enquête.

21Au plan méthodologique, ces deux constats suggèrent les commentaires suivants.

22S’agissant du premier constat. Vouloir réaliser une enquête exhaustive sur les forêts sacrées de Côte d’Ivoire dans le cadre d’un projet est irréaliste et n’a aucun sens, sur le plan heuristique.  D’abord, le temps imparti au projet (1998-2002) et le budget ne permettent pas de réaliser un travail de ce genre. Ensuite, le travail qui a été réalisé est une enquête par sondage dont les résultats, comme pour tout sondage, sont sujets à caution. Les travaux sur les forêts sacrées nécessitent du temps, des moyens financiers et humains. Il s’agit d’un travail de spécialistes des sciences sociales (ethnologues, anthropologues, historiens, etc.).  L’immersion dans la société à observer est indispensable pour ce genre de recherche. Or, l’ONG ne dispose pas de compétences intellectuelles pour faire ce genre de travail. Pour pallier cette insuffisance, l’organisation est obligée de sous-traiter sans toujours mettre les moyens et le temps à la disposition des consultants. Les résultats d’une telle recherche ne peuvent être qu’approximatifs. Pour que les résultats soient fiables, il aurait fallu opérer sur un échantillon réduit, mais représentatif des diversités socioculturelles du pays incarnées par les groupes ethnoculturels Akan, Gur (appelé aussi Voltaïque), Krou et Mandé. Etant donné que les différentes régions administratives épousent sensiblement les contours de cette diversité socioculturelle, les résultats obtenus à partir de ces échantillons auraient été crédibles scientifiquement.

23Du fait d’avoir tout embrassé par la méthode de sondage, des sites sacrés ont été ignorés.  Pour donner un exemple d’erreur de cette enquête, on peut citer le cas du village de Moossou. Dans ce village, la Croix Verte n’a recensé qu’une forêt sacrée (Topé) alors qu’il  en existe deux en réalité. Nous sommes ici dans une société qui suit une organisation en moitiés. Les deux quartiers (Koumassi et Bégnini) du village relèvent de cette division en moitiés et se présentent, de ce fait, comme des entités spatiales jumelées. Les bois sacrés, que la Croix Verte appelle ici forêts sacrées, suivent cette même logique, c’est-à-dire que le bois sacré Topé qui a été recensé par la Croix Verte à Koumassi a forcément son correspondant à Bégnini. Ce bois sacré s’appelle Awoni (Dugast 1995).  Cet exemple remet en question l’exhaustivité visée par la Croix Verte et met en relief la mauvaise appréhension du système des bois sacrés dans cette localité. Ce biais méthodologique permet d’aborder la deuxième insuffisance du projet. La définition du terme forêt sacrée n’intervient qu’à la fin du recensement. Ceci suppose qu’on a travaillé sur un phénomène sans en maîtriser la définition exacte. Or, cette première définition préalable aurait permis de définir les critères objectifs de recensement des forêts sacrées. L’étude des travaux existants aurait permis de définir l’objet de la recherche (comme l’enseigne Emile Durkheim dans « les règles de la sociologie »). Bien sûr que définir au préalable l’objet de l’étude n’exclut pas que les enquêtes de terrain puissent entraîner la remise en cause de cette première. Le caractère dynamique de la recherche sociale se situe justement là. Le biais est d’autant plus pernicieux que dans l’univers traditionnel de beaucoup de sociétés ivoiriennes, il y a des sites aménagés par l’homme à des fins d’initiation et des sites sacrés non aménagés qui sont des lieux de première rencontre entre les fondateurs des différents villages et les génies ou autres puissances tutélaires de tel ou tel endroit (Cartry, 1993). Par conséquent, il est impossible de saisir la nature réelle de l’entité dont il s’agit exactement.

24Dans nos travaux antérieurs (Ibo 1997 ; 2004), nous avions proposé de parler de bois sacrés dans le cas de lieux d’initiation et de forêts sacrées lorsqu’il s’agit de la deuxième catégorie de sites sacrés. Pour plus de clarté, nous optons pour la distinction bosquet sacré aménagé (bois sacré initiatique) et bosquet sacré non aménagé, lieu de première rencontre (forêt sacrée). Nous parlons de bois pour désigner les lieux socialement aménagés pour l’initiation ou la conservation des fétiches ou encore pour rendre des cultes aux ancêtres. Les bois sacrés sont en quelque sorte l’équivalent des temples Hindou. Dans cette acception, la superficie de l’espace n’intervient quasiment pas en ce sens qu’elle n’a pas une importance significative.

25Cette distinction s’avère nécessaire parce qu’elle doit servir à déterminer le type d’aménagement à entreprendre dans le cadre des projets de ce genre. S’il est admissible, voire raisonnable qu’on fasse des aménagements dans le cas des forêts sacrées aménagées (bosquets sacrés aménagés) puisqu’ils le sont déjà plus ou moins, en faire autant pour les forêts sacrées non aménagées (bosquets sacrés non aménagés) paraît  plus problématique. Les thèses soutenues dans cette contribution se réfèrent aux bosquets sacrés non aménagés, c’est-à-dire, ceux que nous définissons comme des forêts sacrées, lieux de la première rencontre entre les ancêtres et les génies tutélaires. L’exercice s’avère d’autant plus difficile que la méthode de recensement de la Croix Verte ne permet pas de faire une telle distinction. Mais pour des besoins d’analyse, nouspostulons que la Croix Verte qui emploie le terme de forêts sacrées s’inscrit dans la même logique que nous. Par conséquent, les forêts sacrées de la Croix Verte sont toutes considérées comme des bosquets sacrés non aménagés par l’homme. Car, en réalité  la Croix verte n’a fait aucune distinction. Elle a recensé tout espace perçu et considéré comme sacré par les populations locales.

Pertinence de la stratégie des trois zones intégrées par rapport au cadre de référence des forêts sacrées

Cadre de référence coutumier des forêts sacrées en Côte d’Ivoire

26Le système de référence à l’origine des forêts sacrées revêt trois caractéristiques essentielles :

La caractéristique magico-religieuse

27La première caractéristique, qu’on qualifierait de magico-religieuse, considère toutes les composantes biologiques de la nature, y compris l'homme lui-même, comme l'œuvre d'un Dieu suprême (Gnamien, Lago, Yegô, Gnonsoa, Koulotiolo, etc.). Ce référent cosmologique fonde un sentiment de respect envers la nature, création de Dieu.

28Dans le cadre de cette vision éminemment universaliste du monde, les populations locales concernées, certainement dans la recherche désespérée de cet être suprême miséricordieux, ont inventé des divinités intermédiaires plus ou moins accessibles, communément appelées génies (handio, tougoubélé, koui, etc.).

29Dans les sociétés traditionnelles africaines, les hommes sont reliés à la nature par des liens invisibles qui font que chaque individu, par sa conduite, peut contribuer au maintien de l’ordre des choses, tout comme il peut aussi compromettre cet équilibre. Toute action de prélèvement desressources naturelles implique des rites destinés à demander la permission et à présenter des excuses pour l’intrusion dans l’univers du Dieu-Créateur et dans le monde des génies. Cette attitude entraîne des comportements de modération envers la nature et ses différentes composantes.

La caractéristique patrimoniale ou transhistorique

30La deuxième caractéristique, qui résulte d’ailleurs de la première, peut être qualifiée de patrimoniale ou transhistorique pour trois raisons essentielles. D’abord, la cosmologie des sociétés étudiées pose la nature comme étant la résidence des ancêtres qui sont toujours censés veiller sur les vivants. Ensuite, cette nature là est perçue par les vivants comme l’héritage des ancêtres que l’on doit transmettre en l’état ou plus ou moins enrichi aux générations à venir. Enfin, ce sentiment de responsabilité historique est renforcé par l’imminence d’une reddition des comptes le moment venu. L’enjeu est vital dans la mesure où il engage l’avenir du groupe. "Chaque génération tient ses droits de la génération précédente sans que celle-ci perde son droit de regard sur l'usage qui est fait du patrimoine commun. Chaque génération joue à l'égard de celle qui l'a précédée le rôle d'administrateur des biens collectifs et est de ce fait tenue de lui rendre compte de ses actes d'administration. La perspective de cette reddition des comptes est une garantie efficace contre les actes de disposition" (Kouassigan, 1966 ).

La caractéristique pragmatique

31Malgré l’idéalisme apparent de leur conception du monde, les populations locales étudiées manifestent, vis-à-vis de la nature, des attitudes très pragmatiques. Les efforts de conceptualisation portent sur ce qui est nécessaire pour la production et la reproduction biologique et sociale du groupe. Ainsi, par exemple, les savoirs sur le climat ne viseront que les phénomènes qui influencent directement les activités de production des biens matériels de subsistance. De même, les savoirs sur le règne animal porteront sur les cycles de reproduction des espèces animales chassées pour mieux gérer ces ressources, etc. Les observations faites par S. Bahuchet chez les Pygmées Aka confortent cette thèse du caractère très appliqué des savoirs et pratiques naturalistes traditionnels : « En fait, la vie avec les Aka nous apprend qu’ils sont capables de repérer les variations des espèces dans l’espace et le temps de manière très fine ; par conséquent, leurs activités changent d’une saison à l’autre. En ce sens, on peut dire que les sciences indigènes ou « ethnosciences » sont au sens propre des sciences appliquées, car elles sous-tendent les activités des hommes » (Bahuchet, 1993 )

Pertinence de la stratégie des trois zones intégrées

32Du point de vue de l’idéologie de la conservation, la mise en place d’une série de zones tampons autour des aires centrales des réserves de biosphère obéit à une logique d’exclusion positive des populations locales vivant depuis des millénaires dans et autour de ces écosystèmes. Il s’agit, de cette façon, de retirer ces espaces protégés de l’emprise de l’action anthropique dans l’intérêt de l’humanité. De telles motivations étaient déjà à l’œuvre dans les années 1920 au moment de la création des premières aires protégées dans les colonies. A ce propos, on ne saurait être plus explicite qu’Auguste Chevalier qui écrivait en 1929 dans un projet de création d’une union nationale pour la protection de la nature : « Déjà, bien que le travail d’inventaire soit encore peu avancé, on s’aperçoit que certaines espèces végétales des colonies sont en voie de disparition. Exploitées d’une manière intense et barbare pour fournir certains produits, tel le caoutchouc, plusieurs sont devenues quasi introuvables. Tel est le cas de l’EuphorbiaIntisy du sud de Madagascar. Ailleurs, les feux de brousse, les défrichements inconsidérés, le pacage libre des troupeaux menacent aussi de faire disparaître certaines espèces végétales.  Il paraît donc nécessaire de créer ça et là dans nos différentes colonies des sortes de parcs naturels, hébergeant des plantes et des animaux, des associations harmoniques primitives qui seront ainsi soustraites à la destruction. » (Chevalier, 1930)

33La pertinence de la reproduction de tels schémas de conservation dans le cadre de la protection des forêts sacrées, telle que conduite par la Croix Verte, nous inspire les réflexions suivantes. En procédant de la sorte, l’ONG nationale, malgré sa bonne foi, semble n’obéir qu’à une logique de captation des fonds venant de l’extérieur en l’occurrence du Fonds mondial pour l’environnement (FEM), dans une première phase, ensuite du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI), dans la deuxième phase du projet. Dans cette dynamique de projet, le souci de la pertinence de la stratégie par rapport au fond socioculturel est relégué au second plan. Or la faisabilité et la durabilité d’un projet de conservation des forêts sacrées non aménagées dépendent essentiellement de la manière dont les éléments édifiants de la culture locale sont pris en compte. La durabilité, ici plus qu’ailleurs, se présente comme une construction sociale, ce qui signifie que les mesures techniques à prendre doivent s’enraciner dans les méandres du tissu socioculturel dominant. Une forêt sacrée est avant tout, du point des populations locales, un lieu de culte rendu aux ancêtres fondateurs à travers le génie de tel ou tel village avant d’être un sanctuaire de biodiversité. D’ailleurs, la dimension écologique tant privilégiée dans l’approche des trois zones intégrées n’est, dans la perception locale et le processus patrimonial à l’origine de leur pérennité, que secondaire. Le site est ménagé du fait de la présence d’un génie protecteur incarné par une espèce végétale ou animale, voire parfois par tout autre élément naturel (rocher, colline, rivière, etc.). Ainsi la forêt sacrée de Kolodio (département de Bondoukou) doit son existence à la présence d’un python, celle d’Adon Akosso (sous-préfecture d’Akoupé), à la présence d’un rocher, alors que la forêt de Ehidi (sous-préfecture de Sikensi) tient son statut de l’existence d’une source d’eau.

34L’approche des trois zones intégrées paraît donc peu pertinente parce qu’elle ne tient pas suffisamment compte de la dimension première des forêts sacrées qu’elle veut sauvegarder. Cette dimension première est culturelle et identitaire. Dans cette optique, ce qu’il faut surtout privilégier c’est l’histoire, c’est le discours sur la chose sacrée, c’est l’idéologie de la sacralisation et de la sacralité des forêts sacrées. Car ici ce qui fait patrimoine, c’est-à-dire ce qui est reçu des générations précédentes et qui devra être transmis, en l’état ou plus ou moins enrichi (parfois aussi altéré), c’est moins les ressources naturelles que les constructions identitaires fondées sur l’élément sacré, socle de la cohésion sociale et culturelle (Juhé-Beaulaton et Roussel, 2002). Lorsque le génie est craint, c’est parce qu’il donne la vie ou l’enlève. Le respect que l’on voue à la forêt sacrée émane du fait que le génie y a élu domicile. Or l’existence du génie se perpétue par des récits qu’on transmet d’une génération à une autre sans discontinuité. Ces récits véhiculent les éléments d’histoire sociale et politique des communautés qui ont en commun le site sacré. Ces récits formalisent quotidiennement leurs liens de fraternité et participent à la cohésion socioculturelle du groupe. L’analyse sur la pertinence de l’approche des trois zones intégrées soulève la question de l’efficacité du modèle. En d’autres termes, cette approche favorisera-t-elle un aménagement durable des forêts sacrées ?

Efficacité du modèle en termes d’aménagement durable des forêts sacrées

35Pour mesurer l’efficacité du modèle nous allons analyser le niveau de participation des populations locales au projet et la durabilité de l’aménagement préconisé. Cette analyse s’appuie sur l’expérience d’aménagement par la Croix Verte de quatre forêts sacrées pilotes, toutes localisées dans la partie sud de la Côte d’Ivoire et le cas de la forêt sacrée de Kolodio, située dans le Nord-Est du pays. La philosophie de l’aménagement durable des forêts sacrées de Côte d’Ivoire a été testée d’abord sur cette dernière forêt. Elle constitue d’ailleurs l’ossature de la première phase du projet «Forêts Sacrées, patrimoine vital de la Côte d’Ivoire ».

Tableau 1. Forêts sacrées pilotes. (Source : Croix Verte de Côte d’Ivoire. Rapport d’activités, Juin 2001-Avril 2002).

Tableau 1. Forêts sacrées pilotes. (Source : Croix Verte de Côte d’Ivoire. Rapport d’activités, Juin 2001-Avril 2002).

L’efficacité vue sous l’angle de la participation des populations

36Depuis les années 1980, les promoteurs de projets et les bailleurs de fonds, face aux échecs répétés sur le terrain, se sont rendus à l’évidence qu’on ne peut rien entreprendre pour améliorer le sort des populations du Sud sans leur participation et contre leur volonté. « Ce que vous faites pour moi sans moi est contre moi » disait un sage Hindou. Considérée avant tout comme un ensemble de principes, une éthique plutôt qu’un modèle, la participation signifie l’implication effective des populations concernéées à tous les niveaux du projet (Guèye 1999).

37La démarche de la Croix Verte dans le cadre de l’aménagement des forêts sacrées en Côte d’Ivoire correspond-elle à ce postulat de base de l’approche participative ? Les éléments tirés de la genèse du projet montrent que la Croix Verte se positionne, d’abord et avant tout, comme un défenseur de l’intérêt des populations locales : « Le projet tire son origine de la menace de destruction qui a pesé sur une forêt sacrée dans la région du Zanzan (Nord-Est de la Côte d’Ivoire), du fait d’un permis de coupe de bois délivré par le gouvernement ivoirien à un opérateur économique libanais. Grâce à l’intervention de la Croix Verte, cette forêt sacrée fut épargnée. C’est à partir de cet événement que la Croix Verte a décidé d’élaborer et d’exécuter ce projet avec l’appui du CRDI » (Croix Verte. Journée parlementaire 17-12-2001).

38En « montant» ce projet, la Croix Verte semble répondre à une demande sociale. Mais de quelle manière ? Réunis dans les locaux du siège de l’ONG, les penseurs de la Croix Verte ont produit une stratégie, bien sûr en s’appuyant sur ce qui existe ailleurs, en l’occurrence l’expérience des « zones tampons » autour des réserves de biosphère inventées par le projet Man and Biosphere de l’Unesco. Après avoir été conçu au sein de l’ONG, le produit a été «vendu» d’abord au PNUD à Abidjan, « au marché » : FEM-Micro-financement ONG ; ensuite au Centre de Recherche pour le Développement  International (CRDI) du Canada.

39Au cours de la première phase soutenue par le PNUD, les populations locales ne sont intervenues que pour guider les représentants de l’ONG sur le terrain. Elles étaient absentes à la phase de conception du projet. On peut peut-être expliquer cette insuffisance par le fait qu’il fallait sauver une forêt sacrée d’une destruction imminente. Mais toujours est-il qu’il fallait par la suite faire en sorte que la population « s’approprie » le projet. La cérémonie de lancement du projet a été l’occasion de remédier à cette erreur de départ.

  • 6  Selon la terminologie de la Croix verte, le sacrificat, c’est la personne socialement responsable (...)

40Présidée par le Ministre ivoirien de l’environnement en personne, la cérémonie de lancement a mobilisé toute une pléiade d’acteurs : des chercheurs (dont l’auteur de cet article), des représentants du PNUD, le Directeur général des Eaux et Forêts, des membres de l’association des ressortissants du village résidant en milieux urbains, etc. Des communications ont été faites, dont celle du Directeur général des Eaux et Forêts sur le thème de la conservation des forêts sacrées.  Ce jour là les principales artères du village ont bénéficié d’une opération de plantationd’arbres. Une visite du site sacré a été organisée. Bien avant la visite, le « sacrificat6 » de la forêt sacrée a adressé des prières au génie et aux ancêtres pour demander leur permission.

41Peut-on, pour autant, parler de participation durant cette première phase ? Tout ce à quoi on a assisté n’est rien d’autre qu’un rituel de lancement de projet, parachuté d’en haut, mais qu’on veut légitimer en procédant de la sorte. En effet, comme dans le cas des « zones tampons », les individus et les collectivités sont appelés à participer à un projet qui, dans son principe et ses grandes lignes, est conçu de l’extérieur à partir d’une vision prédéterminée des problèmes d’environnement. Une fois le projet entériné à l’échelon central, la négociation, au niveau local, ne concerne que la manière de le faire accepter (Rossi 1998).

42Pour l’exécution concrète du projet, l’ONG était représentée sur le site par un jeune sociologue, titulaire d’une maîtrise de sociologie de l’université de Cocody, en quête d’emploi, sans expérience de travail de terrain avec les populations locales. N’appartenant pas à l’ethnie concernée, l’intervenant ne maîtrisait pas la langue locale. Il n’a pas eu le temps, non plus, de posséder cet outil indispensable pour ce genre d’intervention. En effet, ceux qui gèrent le sacré en milieu rural sont en général analphabètes. En plus, le langage dans ce domaine est fortement codé, ce qui revient à dire qu’une simple connaissance de la langue locale n’aurait pas suffi à surmonter les entraves tant objectives que subjectives de l’opération de pénétration du milieu. Ici, seul le temps, l’imprégnation et la participation sincère des intéressés constituent le gage de la réussite de tout projet en la matière.

43Or le représentant de la Croix Verte donnait l’impression d’intervenir ici comme n’importe quel employé de société dépêché sur le lieu d’un projet quelconque. La maîtrise de la langue locale aurait quelque peu facilité l’intégration de l’intervenant dans le tissu socioculturel local. Pourquoi l’ONG n’a-t-elle pas pu sélectionner un candidat ayant ce profil ? La réponse est évidente, dans la mesure où la Croix Verte, comme toutes les ONG du monde, cherche à installer ses militants de « première heure » et non à produire des résultats durables. Bien que se rapportant au cas de l’Indonésie, les propos suivants de l’anthropologue Claudine Friedberg traduisent parfaitement la situation qui prévaut en Côte d’Ivoire : « Les membres des ONG qui travaillent sur le terrain sont souvent des personnes ayant  une formation universitaire et qui, ne trouvant pas de travail dans l’administration, se sont engagées dans des ONG. Leurs connaissances sur la situation locale et sur les caractéristiques socioculturelles de chaque population sont souvent très succinctes et se réduisent à quelques généralités que l’on trouve communément dans des ouvrages dont certains ont été rédigés il y a longtemps.» (Friedberg 2003). La Croix Verte, pour ce qui concerne cette première phase du projet « Forêts sacrées, patrimoine vital de la Côte d’Ivoire », n’a malheureusement pas échappé à cette logique.

44Cette phase, dite aussi expérimentale, a donc été marquée par une faible participation des populations. L’expérience n’a d’ailleurs pas été menée à terme parce que le financement a été suspendu par le PNUD, qui, à la suite d’une évaluation à mi-parcours, a jugé les résultats insuffisants. On peut faire l’hypothèse que la faible participation des populations concernées serait à l’origine de cette insuffisance de résultats. Qu’en est-il de la deuxième phase du projet ?

45La situation de la deuxième phase, soutenue par la coopération canadienne, est quelque peu différente. Le temps et, surtout, les moyens financiers mis à la disposition de l’ONG  ont permis de conduire le projet autrement. Lancée en 1998, cette phase devait s’achever en 2002, pour un budget global d’environ cent millions de F CFA (Croix Verte 2001).

46Trois étapes ont caractérisé cette grande phase du projet. La première étape a été consacrée au recensement et au classement typologique des forêts sacrées sur toute l’étendue du territoire national. Elle a permis de recenser 6702 forêts sacrées couvrant globalement 37 000 ha (Gomé 2001). La deuxième étape a consisté en l’inventaire faunistique et floristique de cinq forêts sacrées jugées représentatives de cet ensemble d’écosystèmes spécifiques. En valeur floristique, notons seulement que ces forêts sacrées pilotes renferment près de la moitié des plantes médicinales connues en Côte d‘Ivoire (N’guessan 2001). La troisième étape a été marquée par la mise en place de formes d’aménagement en fonction des aspirations des populations pour une protection et une gestion durable des forêts sacrées (Croix Verte 2001).

Tableau 2. Groupes d’acteurs impliqués dans le projet (Sources : Rapport d’étape Croix Verte 1997).

Tableau 2. Groupes d’acteurs impliqués dans le projet (Sources : Rapport d’étape Croix Verte 1997).

47Les résultats enregistrés par l’ONG au cours de cette phase ne dépendent pas seulement du respect du cycle de projet, avec l’assistance du CRDI, mais ils relèvent surtout du degré de participation des acteurs concernés. L’ONG a réussi une véritable mobilisation sociale autour de ce projet.

48Les leçons de la première phase ont non seulement été capitalisées, mais elles ont surtout contribué à mieux orienter les actions en direction des populations locales et d’autres acteurs. L’action en direction des grandes institutions de la République a abouti à la signature d’une charte nationale des forêts sacrées, en l’an 2000, par le Président de la République et les représentants des rois et chefs coutumiers de Côte d‘Ivoire. L’organisation d’une Journée d’information parlementaire, le 17 décembre 2001, sur la protection des forêts sacrées de Côte d’Ivoire s’inscrit dans cette même perspective.

49Le recensement et l’aménagement des forêts sacrées ont vu la participation des autres acteurs de terrain, notamment les représentants de l’administration, les populations dans leurs diverses composantes. La participation des acteurs a permis à la Croix Verte d’atteindre des résultats, notamment en matière de sensibilisation des décideurs politiques et du grand public sur la situation des forêts sacrées de Côte d’Ivoire. Mais serait-elle en mesure de garantir l’efficacité, c’est-à-dire la durabilité de l’aménagement envisagé ?

L’efficacité du point de vue de la durabilité du projet d’aménagement

50La durabilité d’un projet, quelle que soit sa nature, soulève plusieurs questions. D’abord, il s’agit de s’interroger sur l’existence réelle  de la demande sociale. En effet, il ne suffit pas qu’un observateur (très souvent en quête de projets susceptibles d’être financés) ou qu’une couche sociale, fut-elle avant-gardiste, fasse émerger un problème pour qu’on parle de demande sociale. Car la demande sociale implique non seulement que le problème existe réellement mais aussi et surtout que les populations concernées en aient conscience et veuillent le résoudre en ce moment précis. Dans le cas du projet « Forêts sacrées, patrimoine vital de la Côte d’Ivoire », l’existence de la demande sociale n’est pas démontrée. L’ONG est partie d’un seul cas de conflit entre un opérateur économique bénéficiaire d’un permis d’exploitation forestière et une communauté locale, pour extrapoler et poser le problème des forêts sacrées dans leur ensemble. Or, aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce sont surtout les forêts classées, les parcs nationaux et autres réserves naturelles qui souffrent du contexte social actuel. La pression agricole sur les terres du domaine rural, l’immigration d’agriculteurs étrangers, c’est-à-dire les Ivoiriens des régions de savane du Nord et du Centre, et les ressortissants de pays africains frontaliers comme le Burkina Faso et le Mali, dans les zones forestières du Sud ont eu pour conséquence l’occupation agricole du domaine forestier permanent de l’Etat. La Société de développement des Forêts (SODEFOR), structures étatique ayant à charge la gestion des forêts classées note que ce phénomène concerne plus de 500 000 chefs d’exploitation et porte en moyenne sur 30 % des surfaces classées. Dans cette grisaille, les sites sacrés sont demeurés intacts, d’où l’intérêt que cette ONG a manifesté pour cet ensemble d’écosystèmes socialement construits. L’adoption de religions dites avérées comme le Christianisme et l’Islam n’ont eu aucun impact majeur sur les sites sacrés naturels.

  • 7  Par communauté épistémique on entend « un réseau de professionnels ayant une expertise et une comp (...)

51Il s’agit ici, comme à l’accoutumée dans le milieu des ONG, de faire émerger, voire inventer, les problèmes pour présenter des projets à soumettre à des bailleurs de fonds internationaux pour financement. La dimension que la Croix Verte a réussi à attribuer au phénomène est telle qu’aucune couche sociale n’a échappé à l’appât. Dans ce domaine, la Croix Verte, à l’instar des ONG du Nord, a supplanté toutes les autres « communautés épistémiques7» nationales. Les experts nationaux de botanique, de zoologie et même de sociologie ont travaillé sur la base des termes de références élaborés par les agents de la Croix Verte. Les propos suivants de Marie-Claude Smouts relatifs à l’intrusion des ONG dans la sphère de la gestion de la forêt tropicale prennent tout leur sens dans le débat qui nous occupe : « Dans ce vacum, les ONG se sont installées et elles occupent le champ du discours laissant loin derrière non seulement les forestiers mais aussi les biologistes, les botanistes, les sociologues. Elles assument tous ces rôles à la fois. Ce sont elles qui lancent les mots d’ordre et mettent de nouveaux concepts à l’ordre du jour » (Smouts 2001).

  • 8  Voici la définition que défend désormais la Croix Verte : « Une forêt sacrée est un espace boisé, (...)

52Dans ce domaine, la Croix Verte détient désormais « la propriété intellectuelle » des concepts tes que « stratégie des trois zones intégrées ; zones concentriques ; aménagement durable des forêts sacrées ; de la définition8 de ce type d’espace ; d’une charte nationale pour la sauvegarde, etc. »

53La question de la demande sociale en appelle une autre concernant la mobilisation sociale, c’est-à-dire la capacité et la volonté des populations de la zone du projet à s’organiser, en adaptant les ressorts socioculturels existants, afin de s’approprier l’innovation. La durée d’exécution du projet (4 ans), bien que correspondant au cycle normal de projet financé de l’extérieur, ne permet pas d’envisager l’avenir avec sérénité du point de vue de la mobilisation sociale. Comme dans la mise en œuvre de tout projet émanant de l’extérieur, une partie de la population concernée est laissée de côté. Quant à celle qui participe effectivement au projet, elle le fait moyennant rémunération ou tout au moins de simples mesures d’incitation. En effet, l’ONG a mis en place un comité local de gestion qui, pour son fonctionnement, a reçu une dotation d’un million de Francs CFA (Croix Verte 2001). Cette dotation se présente avant tout comme le coût de la transaction pour que les populations participent aux objectifs de la Croix Verte (Weber, 2000).

54L’introduction de rapports marchands dans ce champ biaise davantage la durabilité du projet dans la mesure où ni  l’ONG, ni le comité local n’auront les moyens de maintenir ce cap à la fin du financement extérieur, en l’occurrence celui qui provient du CRDI. Or, nous semble-t-il, une véritable mobilisation sociale aurait épargné à l’ONG l’installation et le financement des comités locaux de gestion. En plus, l’ONG n’a pas fait que soutenir les comités locaux, elle a dû payer toutes les prestations des autres partenaires essentiels du projet, à savoir les dépositaires des traditions locales. « Nous avons sous-estimé le niveau d’exigence des autres partenaires. Il s’agit des mesures d’incitation des personnes ressources locales et de certains dépositaires de la tradition. Cela s’est exprimé en per diem, frais de déplacement, carburant, dons en nature, sacrifices pour l’initiation des membres du projet, etc. » (Gomé, 1997)

55Simple rhétorique pour augmenter les frais de fonctionnement ou réalités de terrain ? Quoi qu’il en soit, ce genre d’attitude, très courante aujourd’hui en milieu rural ivoirien, relève d’une prise de conscience des acteurs locaux de ce que les ONG et d’autres promoteurs de projets « vivent sur leur dos », sans apporter d’amélioration concrète à leurs conditions de vie. La conséquence majeure de la faible mobilisation sociale, c’est que « le projet ne survit pas au projet ».

56Au-delà de ces aspects liés au degré de participation et à la prospective sur la durabilité du projet, le type d’aménagement préconisé aura de lourdes implications sociales.  

Les implications sociales de l’aménagement des forêts sacrées par la Croix Verte de Côte d’Ivoire

57Les actions menées actuellement au profit des forêts sacrées en Côte d’Ivoire, font intervenir une multitude d’acteurs sociaux dont les intérêts ne sont pas toujours identiques. Les acteurs directement concernés sont d’abord, les populations locales, dépositaires de savoirs et pratiques naturalistes à l’origine des forêts sacrées ; ensuite les militants de la Croix Verte de Côte d’Ivoire ; puis les consultants nationaux ; enfin, les bailleurs de fonds, en l’occurrence le PNUD, gestionnaire du Fonds Mondial pour l’environnement et le CRDI. Cette pluralité d’acteurs suggère que l’intervention s’inscrit résolument dans une dynamique de mondialisation de la gestion des forêts sacrées.

  • 9  Cet article stipule que «Sous réserve des dispositions de sa législation nationale, [chaque partie (...)

58L’intérêt de la discussion aurait alors commandé de traiter les implications d’une telle intervention pour ces différents acteurs. Mais dans cette contribution, nous n’insistons que sur les implications du projet pour les populations locales. Il ne s’agit pas de faire preuve d’un quelconque « activisme indigéniste » mais plutôt d’inviter au respect des termes de l’article 8 j de la Convention sur la diversité biologique9.

59Du fait de son caractère exogène, les implications sociales de la stratégie des trois zones intégrées sont multiples pour les populations locales. Nous ne discuterons ici que des implications sociopsychologiques, socioculturelles et sociologiques. La démarche revêt un caractère prospectif puisque à l’état actuel de l’évolution du projet, elle ne vise qu’à formuler les hypothèses sur les implications potentielles. Le suivi ultérieur permettra  de réaliser une véritable évaluation sociale de ce projet.

Les implications d’ordre sociopsychologique

  • 10  Le thème de l’étude sociologique était libellé comme suit : « Conflits fonciers ruraux en Côte d’I (...)

60En matérialisant les forêts sacrées, la Croix Verte, sans le vouloir, porte atteinte à l’une des caractéristiques essentielles des forêts sacrées. En effet, ce qui caractérise les forêts sacrées c’est la discrétion dans l’espace vécu villageois, en ce sens qu’il n’y a aucun signe extérieur qui matérialise l’existence d’une forêt sacrée. Et pourtant, tout le monde dans le village sait qu’il existe là une forêt sacrée, héritage des ancêtres qui veillent sur l’équilibre du village. Le zonage matérialisé par des plantes médicinales et alimentaires cultivées, bien que digne d’intérêt, risque de rendre vulnérables certaines populations locales. En effet, ne reconnaissant plus leur forêt  sacrée, les villageois les plus croyants vont vivre une psychose de l’insécurité car ils vont se culpabiliser vis-à-vis des génies protecteurs dont l’habitat est la forêt sacrée. Ces populations croyantes considéreront que le mur ou les cercles de plantes « exotiques » (au sens où elles ne sont pas originaires de l’aire sacrée) irriteront le génie protecteur qui n’assurera plus la sécurité sociale des hommes et la santé de l’écosystème qui constitue son habitat. Par ailleurs, les plantes médicinales introduites, aux yeux des populations locales, n’ont pas la même valeur que celles originaires de la forêt sacrée. En effet, lorsque le devin identifie, à l’intérieur de la forêt sacrée, une plante à vertu thérapeutique, il insiste toujours sur sa position géographique. Parfois il situe cette plante par rapport à la position de prédilection du génie dont la présence confère le caractère sacré au site et assure la vertu thérapeutique à la plante. Pour les populations locales, ce n’est pas la plante en soi qui guérit, les vertus intrinsèques que privilégie la bio-médecine sont ici très secondaires. Ce qui importe ici c’est l’origine, c’est-à-dire l’endroit d’où proviennent les plantes médicinales. Les reproduire dans des zones concentriques à la forêt sacrée leur enlève, du point de vue des perceptions locales, les vertus thérapeutiques. En clair, il s’agit d’un phénomène très complexe de représentation culturelle de la santé et des recours thérapeutiques qui dépasse les compétences des activistes d’ONG malgré leur bonne volonté. Etant donné que les socioanthropologues du projet avaient des tâches précises fixées par des termes de référence de l’étude10, ils n’ont pas jugé nécessaire de disserter sur des aspects aussi importants pour la réussite du projet.

61La non prise en considération de cette dimension sociopsychologique entraînera le rejet de l’aménagement par les populations les plus vulnérables qui attribueront tous les problèmes inexplicables à ce type d’intervention. Dans la région de Bondoukou, les habitants du village de Sapia ont immédiatement attribué les nombreux cas de décès qu’a connus la localité en 1996, à l’aménagement en béton réalisé en amont de la mare aux silures sacrés. Cet aménagement était pourtant destiné à réduire l’ensablement de la mare sacrée, conséquence de l’érosion. Comme pour corroborer la thèse des villageois, la mare avait complètement tari et bien sûr les poissons sacrés avaient eux aussi disparu.   En plus de ces implications sociopsychologiques, il y en a d’ordre socioculturel.

Les implications socioculturelles

62Le zonage, impulsé de l’extérieur, risque de désorienter les dépositaires des forêts sacrées. Ils pourront ne plus se reconnaître dans leurs forêts sacrées après l’aménagement. On assistera alors à une perte de repères identitaires. L’aménagement donne, inéluctablement, à l’aire sacrée une dimension planétaire, ce qui porte atteinte à la nature même de ce type de socioécosystème. En effet, la spécificité du système de forêts sacrées réside dans son « localisme » historique. On peut même faire l’hypothèse que ce système tire sa force et partant sa pérennité dans ce « localisme » qui implique son immersion et son ancrage dans le tissu socioculturel des sociétés locales elles-mêmes. En le propulsant ainsi au rang de « patrimoine naturel mondial », la Croix Verte « dépossède les dépositaires » des traditions liées au site sacré. Par ailleurs, en mettant des barrières entre l’aire sacrée et les populations villageoises, on donne l’impression de les exclure de la gestion de « leur » chose sacrée. L’intervention peut, de ce fait, provoquer des sentiments de frustration chez les populations locales. Dans ce cas, il ne serait pas exagéré de parler d’exclusion. Les textes du projet en donnent d’ailleurs le ton : « Le site à protéger est hors de portée des populations riveraines » (Croix Verte, document de projet). Or, si ces sites sacrés ont survécu au choc des civilisations et des cultures, durant près de 100 ans, c’est bien parce que les populations ont su les protéger. La solidité des structures locales de gestion et la profonde conscience que les sites contribuent à la survie du groupe constituent des remparts contre d’éventuelles menaces. De plus, étant donné que les enjeux économiques d’une exploitation des sites sacrés sont insignifiants, les acteurs sociaux en présence arrivent toujours à s’entendre.

63L’importation d’un modèle exogène d’aménagement forestier, qui de surcroît n’a jamais produit de résultats édifiants sous les tropiques, constitue une atteinte à la dignité et à la conscience collective des populations locales. Ecorcher les sensibilités socioculturelles pour ce type d’intervention sans lendemain nous paraît une simple aberration. Cela l’est d’autant plus qu’au plan sociologique les implications sont encore lourdes de conséquences.

Les implications d’ordre sociologique

64Le zonage et surtout les comités de gestion mis en place pour gérer l’aire sacrée peuvent dévaloriser les véritables dépositaires de ces traditions.

65La diversité des acteurs, cooptés dans le comité local de gestion de l’aire sacrée par la Croix Verte paraît, certes, démocratique mais elle pose plus de questions qu’elle n’en peut résoudre. Dans les sociétés locales ayant en commun la tradition des forêts sacrées, les femmes, par exemple, ne font jamais partie de l’équipe gestionnaire conformément à la coutume. En général, le rôle des femmes.est très marginal, voire inexistant, dans ce domaine. Il existe, certes, des lieux où des femmes, les prêtresses notamment se retrouvent pour préparer des sorties de guérison comme c’est le cas des Komian en pays Agni, mais ces sites sont rarement sacralisés et matérialisés. Ils n’ont d’ailleurs qu’une existence ponctuelle.

Tableau  3. Composition du comité local de gestion mis en place par la Croix Verte(Sources : Croix Verte. Rapport d’étape 2000).

Tableau  3. Composition du comité local de gestion mis en place par la Croix Verte(Sources : Croix Verte. Rapport d’étape 2000).

66De plus les gestionnaires, ceux que les promoteurs du projet appellent « sacrificats », ne sont pas choisis au hasard. Leur position participe d’une logique sociale enracinée dans l’histoire du peuplement. A Sapia, village de création koulango dans la région de Bondoukou, les « sacrificats » de la mare aux silures sacrés sont les descendants des fondateurs de cette localité. A Tabagne, c’est le lignage fondateur du village qui fournit les gestionnaires de la forêt sacrée de Kolodio. En pays sénoufo, enfin, les chefs de terre (Tarfolo) n’ont pas d’autorité sur les sites sacrés qui relèvent de la compétence des Zinzangfolo, c’est-à-dire les maîtres du bois sacré. On ne devient donc pas gestionnaire de site sacré de manière fortuite, encore moins par cooptation.

67L’ONG, on procédant à l’ouverture du comité de gestion (ce qui n’a d’ailleurs aucun sens dans ce domaine), risque de provoquer le démantèlement du tissu social. En le disant, nous ne réfutons pas globalement la thèse que ces sociétés dépositaires des traditions de forêts sacrées connaissent des mutations. Mais, toute mutation n’entraîne pas forcement un démantèlement, surtout lorsqu’elle s’inscrit dans une dynamique endogène. Dans ce cas précis, la mutation peut engendrer des éléments nouveaux qui consolident l’homogénéité du corps social existant. C’est la conséquence d’un processus historique au cours duquel tout corps secrète des éléments de mutation perpétuelle pour sa reproduction. Les évolutions observables dans le domaine du sacré en Côte d’Ivoire participent de cette dynamique interne où les facteurs exogènes sont secondaires.

68En effet, des jeunes gens, pour la plupart des migrants de retour (après des fortunes diverses en ville : chômeurs de longue durée, échecs scolaires, diplômés sans emplois, etc.) opportunistes, qui sont de plus en plus nombreux dans les villages ivoiriens, bousculeront les anciens pour capter la « rente projet ». Ces jeunes « courtiers », qui ont d’ailleurs parfaitement compris la logique des projets (ponctuels, juteux, mais renouvelables) se jouent à la fois de leurs promoteurs et des populations locales auxquelles ils appartiennent. Ce que visent, avant tout, ces nouveaux acteurs des arènes villageoises c’est la prime financière de courtage et surtout le prestige social au sein de la communauté. On peut donc émettre l’hypothèse que la création de comité de gestion, au lieu de pérenniser les forêts sacrées risque, à la longue, de les profaner.

69Par ailleurs, la création de comités de gestion démontre le caractère exogène de l’intervention. Pire encore, elle prouve que l’ONG n’a pas pris le temps de réfléchir à la manière (ce n’était peut-être pas son intention) de faire « marcher » les structures existantes dans un contexte où les pressions s’avèrent inéluctables.

70La pression majeure qui menace l’existence des forêts sacrées, c’est la réforme forestière de 1995 qui a substitué aux permis temporaires d’exploitation forestière (PET) des Périmètres d’exploitation forestière (PEF). Les périmètres d’exploitation forestière sont attribués à des industriels du bois et portent sur des superficies pouvants atteindre 60 000 hectares, contrairement aux PTE qui ne concernaient que des chantiers de 2 500 hectares. Ici on ne fait aucune distinction entre les terroirs villageois et les forêts « vierges ». Des forêts sacrées peuvent se retrouver dans ces périmètres et faire l’objet d’exploitation. Mais, l’acteur principal ici étant l’Etat, il est plus facile de le convaincre quant à la nécessité de protéger ces sites, surtout que la Côte d’Ivoire a ratifié la Convention sur la Diversité biologique qui accorde un intérêt particulier aux connaissances et innovations écologiques traditionnelles.

71En effet, ces instances endogènes ont quand même fait preuve d’efficacité, puisque malgré tout, ces forêts sacrées ont été protégées sur la base des coutumes locales avant que la Croix Verte ne les « découvre» en 1996. Au lieu d’importer un concept nouveau, il aurait été plus judicieux de consolider les acquis locaux en la matière. Le schéma proposé fait en définitive fi de l’existant, en matière de stratégie de protection des forêts sacrées. La Croix Verte, en procédant de cette manière, n’innove pas du tout mais s’inscrit plutôt dans la logique bien connue de projet : pour résoudre des problèmes on en crée d’autres. Pie encore, on crée même l’ignorance par la suppression d’instances locales, encore vivaces et parfois efficaces, par l’importation de stratégies exogènes et par l’instrumentalisation des acteurs locaux.

72Toute société dépositaire du système de sites naturels sacrés dispose d’une organisation spécifique pour assurer leur pérennité. Dans chaque village, il existe une famille qui est chargée de gérer les sites sacrés et c’est au sein de celle-ci que les gestionnaires se recrutent exclusivement. Lorsque le gestionnaire attitré opte pour une religion étrangère, il cède la direction de la gestion du site sacré à un membre de la famille selon une hiérarchie préétablie en respectant les règles précises de succession. L’éducation est ici primordiale et elle commence dès la tendre enfance de sorte que chaque individu puisse avoir une conscience aiguë de la nécessité de sauvegarder le patrimoine.

73Le projet « Forêts sacrées, patrimoine vital de la Côte d’Ivoire » met en œuvre un processus hybride de patrimonialisation de la nature tropicale en touchant au cœur de l’essence culturelle des populations locales. A la suite de ce projet, les forêts sacrées, ceinturées, bétonnées n’existeront plus que de nom car l’aménagement et le type de gestion préconisés les désacraliseront.

Conclusion

74L’expérience d’aménagement des forêts sacrées de Côte d’Ivoire par l’ONG Croix verte s’inscrit dans une dynamique globale de valorisation des pratiques ancestrales jugées aujourd’hui dignes d’intérêt. Pour ce faire, cette ONG s’inspire de la stratégie mondiale de conservation des réserves de biosphère développée par les experts de l’UNESCO depuis le milieu des années 1970. L’ONG a bénéficié du soutien financier du PNUD et de la coopération canadienne à travers le CRDI.

75Après avoir recensé les forêts sacrées sur l’ensemble du territoire national, la Croix verte tente une expérience d’aménagement portant sur quatre sites pilotes.

76Dans cette optique, l’ONG propose une stratégie dite des trois zones intégrées qui prévoit de protéger l’aire sacrée par la mise en place de zones concentriques bénéficiant, chacune, d'un aménagement spécifique. Il est également préconisé de construire des murs en béton autour de certaines forêts sacrées jugées sérieusement menacées de disparition. Sont concernées par la « muraille » les forêts sacrées situées en plein centre urbain, comme celle qui a été recensée à Grand Bassam.

77L’ONG a pu mobiliser toutes les différentes parties concernées. Les pouvoirs publics, de la présidence de la république aux ministères techniques chargés du secteur de l’environnement en passant le parlement, les communautés locales et leurs ressortissants résidant dans les villes, ont tous été mobilisés grâce à une stratégie de communication déployée par les activistes de l’ONG. La participation des acteurs locaux a été au centre de l’intérêt du promoteur.

78Bien que novatrice, cette expérience pose de sérieux problèmes en termes de respect des référents socioculturels à l’origine des forêts sacrées et des liens qui existent entre les populations et ces écosystèmes.

79Les analyse menées dans cette contribution montrent que les motivations premières de l’ONG, c’est-à-dire contribuer à la sauvegarde de l’environnement par le culturel, ne suffiront pas à assurer l’efficacité du projet. Il y a un risque réel que les forêts sacrées aménagées seraient perçues par les populations comme de simples échantillons d’écosystèmes appartenant désormais à des personnes extérieures au groupe. Cette perception conduirait à la fragilisation du tissu social.

80Toutefois, l’expérience de la Croix verte a le mérite d’exister et elle a besoin d’être soutenue et corrigée pour la rendre efficace en matière de conservation des savoirs écologiques traditionnels et les pratiques endogènes correspondantes. Les développements théoriques contenus dans cet articles s’inscrivent dans cette optique.

Haut de page

Bibliographie

Bahuchet S. (1993). – Savoirs de chasse, de pêche et de cueillette en Afrique centrale. In La science sauvage. Des savoirs populaires aux ethnosciences, éd. Du Seuil, Paris, pp. 43-61.

Cartry M (1993). - Les bois sacrés des autres : les faits africains. In : Les bois sacrés. Actes du colloque international de Naples. Collection du Centre Jean Bésard. Naples, pp. 193-208.

Chevalier A (1930).-« Projet de création d’une union nationale pour la protection de la nature ». Rôle de la société de botanique de française pour protéger les stations botaniques et les espèces végétales en voie de disparition. In Bulletin de la Société botanique de France , tome 70, pp. 2-12.

Croix Verte de Côte d’Ivoire (1997).- Forêts sacrées, Patrimoine vital de la Côte d’Ivoire Rapport d’étape, 16p.

Croix Verte de Côte d’Ivoire (1997).- Forêts sacrées, Patrimoine vital de la Côte d’Ivoire. Résultats statistiques, 17p.

Croix Verte de Côte d’Ivoire (2001).- Rapport d’activité, 28p.

Croix Verte (s.d). Document d’intention de projet, 6p.

Durban F. (2001).- L’écologisme américain : des mythes fondateurs de la nation aux aspirations planétaires. In Hérodote, revue de géographie et de géopolitique, 2001, n° 100, pp. 55-86.

Dugast S. (1995). - Classes d’âge, chefferie et organisation dualiste : les Abouré de la Basse Côte d’Ivoire. In Cahiers d’Etudes africaines, 138-139, XXXV- 2 –3, pp. 403-454.

Friedberg C et Dyah M-W. (2003). - Enjeux autour de la gestion des ressources : le rôle des ONG face à la nouvelle loi d’autonomie locale en Indonésie. In Revue Internationale des Sciences Sociales, n° 178, pp. 635-637.

Gomé G. H. (2001). - Forêts sacrées de Côte d’Ivoire : la tradition au secours de l’environnement. Communication à l’atelier de Ouagadougou sur «Les pratiques culturelles. Sauvegarde et conservation de la biodiversité en Afrique de l’Ouest et du Centre », pp. 33 – 45

Guèye B (1999).- Où va la participation ? Expériences de l’Afrique de l’Ouest francophone. IIED, dossier n° 87, 25p.

Ibo J. (1997).- Perceptions et pratiques environnementales en milieu traditionnel africain (l'exemple des sociétés ivoiriennes anciennes). Africaines, n° 4, pp. 20-31.

Ibo J. (2004).- Savoirs naturalistes paysans et protection de la nature en Côte d’Ivoire. In B. Amadou, J. Boutrais, A. Luxereau & S. Sow (éds.), Patrimoines naturels et territoires sahélo-soudaniens ; résultats et perspectives de recherches (à paraître).

Juhet-Beaulaton, D & Roussel B. – Les sites religieux vodun. Des patrimoines en permanente évolution. In Patrimonialiser le nature tropicale. Dynamiques locales, enjeux internationaux (éd. Sc. Marie-Christine Cormiers-Salem et al), éd. IRD, Paris, pp. 414-444.

Kouassigan, G – A. (1960). – L’homme et la terre, éd. ORSTOM, Paris, 255p.

Léna Ph. (1996). – Note sur les ONG, le développement durable et la société en Amazonie brésilienne. In ONG et Développement : du Nord aux Suds (Afrique, Amérique latine, Asie). Actes du colloque international, Bordeaux 28, 29, 30 novembre 1993. Tome 2, pp. 575-579

N’guessan, E. (2001).- Lucarne sur la diversité floristique des forêts sacrées de Côte d’Ivoire. Communication journée parlementaire sur la protection des forêts sacrées. Croix Verte, Abidjan, 32p.

Rossi G. (1998).- Nous et les autres. Points de vue sur la dialectique environnement/développement. In Sociétés rurales et environnement : gestion des ressources et dynamiques locales au Sud. Paris ; Talence ; : Gret, Karthala, Regards, 1998, 404p.

Smouts M-C (2001).- Forêts tropicales, jungle internationale. Les revers d’une écopolitique mondiale. Paris, Presse de sciences PO, 349p.

Weber J. (2000).- Conservation, développement et coordination : peut-on gérer biologiquement le social. In Compagnon D. et Constantin F., Administrer l’environnement en Afrique. Gestion communautaire, conservation et développement durable. Paris, Karthala, pp.79-105.

World Wildlife Fund (WWF) 1996.- Convention sur la Diversité biologique. Perspectives pour la mise en œuvre, 39p.Image5

Haut de page

Notes

1  La prolifération d’ONG durant les années 1980 est un phénomène mondial. Au Brésil, par exemple, 550 sur 1000 ONG écologistes recensées au début des années 1990 ont été créées durant cette décennie. (Léna Ph., 1996 : 575)

2  Les éléments biographiques de Gomé Gnohité Hilaire, fondateur de cette ONG, indiquent qu’il est né le 31 juillet 1957 à Gagnoa en Côte d’Ivoire. Il est donc ivoirien de naissance et fonde une ONG pour la sauvegarde de l’environnement à l’âge de 25 ans. Juriste de formation, Gomé Hilaire est diplômé de l’école supérieure de sécurité sociale. Il a été cadre à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) d’où il a dû démissionner pour se consacrer à la lutte pour la protection de l’environnement au début des années 1990.

3  Pour s’en convaincre on ne mentionnera que le Symposium international sur «Sites sacrés naturels : diversité culturelle et diversité biologique » organisé du 22 au 25 septembre 1998 par l’UNESCO à Paris, encollaboration avec le Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) et le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) de Paris.

4  Il s’agit des forêts sacrées de : Ehidi (commune de Sikensi), Gbangbodjo (commune de Sikensi), Adon Akosso (commune d’Akoupé), Topé (commune de Grand-Bassam).

5  Le concept de réserve de biosphère a été mis au point en 1974 par un groupe de travail du Programme sur l’homme et la biosphère (MAB) de l’UNESCO. Le réseau de réserves de biosphère a été lancé en 1976 et comprenait, en mars 1995, 324 réserves réparties dans 82 pays. Les réserves de biosphère sont des aires portant sur des écosystèmes terrestres et côtiers/marins dont l’objectif est d’établir un équilibre durable entre les nécessités, parfois conflictuelles, de conserver la diversité biologique, de promouvoir le développement économique, et de sauvegarder les valeurs culturelles qui sont associées.

6  Selon la terminologie de la Croix verte, le sacrificat, c’est la personne socialement responsable du site sacré : il est chargé d’initier et d’accomplir toutes les cérémonie rituelles.

7  Par communauté épistémique on entend « un réseau de professionnels ayant une expertise et une compétence reconnues dans un domaine précis qui peuvent faire valoir leur autorité sur les informations pertinentes pour la politique dans le domaine en question. » (Smouts 2001 : 114)

8  Voici la définition que défend désormais la Croix Verte : « Une forêt sacrée est un espace boisé, craint et/ou vénéré, réservé à l’expression culturelle d’une communauté donnée et dont l’accès et la gestion sont réglementés par les pouvoirs traditionnels » (Journée Information parlementaire, Croix Verte). De cette défintion, nous pensons qu’elle n’opère pas de distinction entre les sites sacrés naturels, non édifiés par l’homme et les sites sacrés construits à des fins initiatiques par exemple. Du point de la richesse en faune et en flore, les sites construits sont moins riches que ceux qui ne l’ont pas été, parce qu’ils sont demeurés, plus ou moins, à l’état « naturel ».

9  Cet article stipule que «Sous réserve des dispositions de sa législation nationale, [chaque partie contractante] respecte, préserve et maintient les connaissances, innovations et pratiques des communautés autochtones et locales qui incarnent des modes de vie traditionnels présentant un intérêt pour la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique et en favorise l’application sur une plus grande échelle, avec l’accord et la participation des dépositaires de ces connaissances, innovations et pratiques et encourage le partage équitable des avantages de l’utilisation de ces connaissances, innovations et pratiques » (CDB, Art. 8 J).

10  Le thème de l’étude sociologique était libellé comme suit : « Conflits fonciers ruraux en Côte d’Ivoire : origine, solution et incidence sur la protection des forêts sacrées. »

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/2813/img-1.png
Fichier image/png, 29k
Titre Tableau 1. Forêts sacrées pilotes. (Source : Croix Verte de Côte d’Ivoire. Rapport d’activités, Juin 2001-Avril 2002).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/2813/img-2.png
Fichier image/png, 49k
Titre Tableau 2. Groupes d’acteurs impliqués dans le projet (Sources : Rapport d’étape Croix Verte 1997).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/2813/img-3.png
Fichier image/png, 16k
Titre Tableau  3. Composition du comité local de gestion mis en place par la Croix Verte(Sources : Croix Verte. Rapport d’étape 2000).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/2813/img-4.png
Fichier image/png, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonas Ibo, « Contribution des organisations non gouvernementales écologistes à l’aménagement des forêts sacrées en Côte d’Ivoire : l’expérience de la Croix Verte », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 6 Numéro 1 | mai 2005, mis en ligne le 01 mai 2005, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/2813 ; DOI : 10.4000/vertigo.2813

Haut de page

Auteur

Jonas Ibo

Chargé de recherche, Unité de Formation et de Recherche des Sciences et Gestion de l’Environnement (UFR-SGE), Université d’Abobo-Adjamé (Abidjan), 02 B.P. 801 Abidjan 04, Ibojonas@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page