Navigation – Plan du site
Dossier: L’aménagement forestier : les enjeux sociaux, économiques et environnementaux

Conservation et restauration de la forêt tropicale du Panama : enjeux et pistes de solutions

Simon Bilodeau Gauthier et Pascal Côté

Résumés

Le Panama, pays davantage connu pour son célèbre canal, est aussi le berceau d’une biodiversité extraordinaire. Toutefois, à l’instar d’un nombre grandissant de pays situés dans les Tropiques, le Panama fait face à une déforestation extensive depuis le milieu des années 1950. Or pour contrer cette tendance, la partie s’annonce difficile. En effet, l’agriculture itinérante qui est la principale cause de la disparition des forêts panaméennes tend à augmenter en superficie avec l’accroissement de la population. Les petits propriétaires terriens, en grande partie responsable de cette situation, sont loin d’être de mauvaise foi. Avec plus de 60% de la population rurale vivant sous le seuil de la pauvreté, il s’agit ici davantage de survie que d’exploitation à des fins mercantiles. Toutefois, la partie n’est pas encore jouée : 25% du territoire est déjà en aires protégées, et plusieurs projets de reforestation (plantations) et d’agroforesterie ont été mis en place au courant des dernières décennies afin d’offrir une alternative durable aux agriculteurs. Malgré le potentiel énorme de ces alternatives, plusieurs contraintes limitent encore leur utilisation à grande échelle. D’abord, le coût d’implantation est souvent au-delà des moyens financiers des agriculteurs et les besoins des populations locales sont trop peu considérés à priori. De ce fait, nous avons tenté d'apporter, non pas des solutions car elles existent déjà, mais une évaluation des pistes possibles à suivre pour favoriser le succès de tels projets.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Le Panama : bien plus qu’un canal

1Lorsqu’on fait référence au Panama, quatrième pays d’Amérique centrale par sa superficie (75 517 km2), le premier élément qui vient à l’esprit de beaucoup de gens est son canal qui permet une liaison entre les océans Atlantique et Pacifique. L’importance économique de ce corridor de transport maritime ainsi que la riche histoire qui y est associée justifient bien la reconnaissance qu’il apporte au pays (Montero, 2005). En effet, le canal, qui a coûté la vie à plus de 6 000 travailleurs pendant sa construction, permet le déplacement de près de 37 navires par jour (Condit et al., 2001), au coût moyen de 30 000 dollars US. Les différentes activités économiques liées au canal, dont la zone franche de Colon, constituent ainsi une part considérable du secteur tertiaire, qui à lui seul représente près de 80% du produit intérieur brut panaméen, soit 16,4 milliards de dollars US en 2004 (CIA, 2005; Margiotta, 1998). Toutefois, le Panama est beaucoup plus qu’un pays de transit pour les cargos marchands, il constitue également une priorité en termes de conservation à l’échelle planétaire.

Figure 1. Carte politique du Panama avec ses neuf provinces administratives et la Comarca de Kuna Yala (qui porte ici le nom de San Blas).  CIA 1995.

La biodiversité du Panama

2Le nombre d’espèces qu’on y retrouve ainsi que le taux élevé d’endémisme ont valu à deux régions du pays d’être classées comme « hot spot » de la biodiversité (Myers et al., 2000). Le hot spot dit mésoaméricain, situé à l’est du pays, rencontre dans la région du canal celui du Choco/Darien/Équateur occidentale qui englobe principalement les provinces de Panama et du Darien, (rappelons que l’isthme suit un axe est-ouest et non nord-sud, voir figure 1) (Parker et al. 2004). À la grandeur du pays, les estimés actuels font état de plus de 10 000 espèces de plantes dont 1500 endémiques, 957 espèces d’oiseaux, 259 espèces de mammifères et 229 espèces de reptiles (figure 2). Selon Barthlott et al. (1996), le Panama possède ainsi plus d’espèces de plantes par 10 000 km2 que toute autre région du monde. À des fins de comparaison, mentionnons que la diversité des plantes vasculaires au Canada est évaluée à 3269 espèces (Scoggan, 1978), soit le tiers de celle du Panama qui, en superficie, équivaut à 0,8% de ce premier pays.

3Or cette diversité si élevée est en grande partie due à trois facteurs majeurs, soient la position géographique du pays, son histoire géologique et sa variété d’habitats (Parker et al., 2004). En effet, l’émergence de l’isthme il y a plus de 3 millions d’années a été un événement des plus importants pour la dispersion des espèces tant à l’échelle régionale que continentale (Ramirez, 2003). Le Panama est alors devenu le premier pont entre deux mondes très différents : l’Amérique du Nord qui originait de Laurasie (en lien avec l’Europe et l’Asie) et l’Amérique du Sud qui provenait plutôt du Gondwana (en lien avec l’Australie et l’Afrique) (Leigh, 1999).  Les biomes qui se sont par la suite développés ont ainsi été le lieu de rencontres d’espèces provenant des deux continents. Ainsi, la majorité des espèces floristiques et d’insectes qui sont présentes de nos jours au Panama ont dérivé d’Amérique du Sud, contrairement à certains mammifères tels que les écureuils, pécaris, chevreuils, tapirs et quelques espèces de carnivores qui ont colonisé cette région à partir du Nord (Gentry, 1982; Simpson, 1980).

4Toutefois, ce mélange d’espèces n’explique pas à lui seul la richesse des forêts du Panama telle qu’observée actuellement. La variabilité topographique du territoire, particulièrement élevée dans cette région du monde, a un rôle non négligeable à cet égard. La présence d’une chaîne de montagne (« continental divide ») relativement imposante au centre du pays a pour effet de créer une discontinuité climatique à l’échelle régionale. À l’instar de plusieurs régions à travers le monde, les variations de température et de précipitations découlant de cette barrière géographique expliquent la distribution et la diversité des espèces et des communautés à l’échelle locale et régionale (Spurr et Barnes, 1980). Et ses variations sont loin d’être mineures. En effet, alors que l’ensemble du pays vit annuellement une période sèche (de janvier à mai) et une saison humide (de mai à janvier), les divergences au niveau du régime de précipitation entre la côte Pacifique et Atlantique sont significatives (1500-3500 mm de pluie du côté Atlantique et 1140-2290 mm du côté Pacifique). Pour certaines régions montagneuses près de la frontière costaricaine, l’air chargé d’humidité provenant de la mer des Caraïbes peut déverser plus de 4000 mm de pluie par année (Parker et al., 2004). Tout ceci a fait en sorte qu’on retrouve aujourd’hui au Panama 12 des 30 zones de vie présentes sur la planète, telles que définies par Holdridge (1967).

Figure 2. Nombre d'espèces endémiques par 10 000  km2 au Panama, tiré d'Earthtrends 2003

5Face à cette incroyable diversité, l’émerveillement est probablement un sentiment naturel. Or la réalité oblige à s’inquiéter du sort réservé à toutes ces espèces. Le statut de plusieurs d’entre elles est devenu précaire au cours des dernières années. Selon l'Autorité Nationale de l'Environnement du Panama (Autoridad Nacional del Ambiente ou ANAM, 2000), 483 espèces de plantes sont incluses dans l’annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces en danger (CITES). De plus, 192 espèces de plantes vasculaires sont considérées comme menacées selon les critères établis par l’Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN; EarthTrends, 2003). Un relevé non officiel fait état de plus de 200 espèces d’oiseaux se trouvant dans la même situation.

Principaux enjeux autour de la forêt tropicale du Panama 

La déforestation

Historique et état actuel

6À l’instar de la majorité des forêts en milieu tropical, la principale menace pesant sur ces espèces est la déforestation. Selon divers estimés à l’échelle planétaire, une moyenne de 21 millions d’hectares de forêts tropicales sont convertis de façon permanente chaque année, ce qui signifie que près de 1,2% des forêts en milieu tropical sont coupées ou détruites annuellement (Laurance, 1999). Au Panama, ce taux annuel moyen pour les 50 dernières années s’élève à un peu moins de 0,5% (figure 3). Certaines régions ont toutefois été plus éprouvées que d’autres, ce qui est le cas notamment des provinces de Los Santos et de Herrara, situées à l’ouest du canal et qui n’ont plus que 7,38% et 3,99% de couvert forestier (Parker et al., 2004). Malgré une importante protection, le bassin versant du canal a également subi des pertes significatives au cours des dernières décennies. Des images satellites, prises entre les années 1980 et 1998, ont montré qu’annuellement 1,7 à 3% des forêts du bassin versant ont été transformées en pâturage, en champs agricole ou en végétation arbustive, pendant que 0,2% de ces forêts ont fait place à l’urbanisation (Panama Canal Watershed Monitoring Project, 1999).

7Il n’en demeure pas moins que 45% du territoire panaméen est encore sous couvert forestier, ce qui surpasse largement la situation vécue par la majorité des hot spots au niveau mondial, comme les Andes tropicales à 25% et la forêt atlantique brésilienne à 7,5% (FAO, 2004; Myers et al., 2000). Cette différence notable s’explique en partie par le fait que le problème de la déforestation est récent au Panama. Contrairement à d’autres régions du nouveau monde, telles que la forêt atlantique brésilienne, qui ont vu disparaître dès l’arrivée des colons européens des pans importants de la forêt au profit de l’agriculture (Fonseca, 1985), le Panama n'a connu une déforestation accrue qu’à partir de la deuxième moitié du XXe siècle. Malgré la présence humaine depuis 11 000 ans dans certaines régions du pays et la mise en place rapide d’un système agricole du type « culture sur brûlis » (Piperno et al., 1991), il semble que les impacts de ces activités sur la forêt à l’échelle régionale aient été mineurs. Une étude paléoécologique menée par Bush et Colinvaux (1994) dans le Darien laisse croire que la biodiversité locale aurait été maintenue malgré 4000 ans d’agriculture indigène. Néanmoins, Martin (1973, 1984) attribue l’extinction de la mégafaune typique du Pléistocène, tel que des paresseux terrestres et des espèces de singes de plus de 25 kg, à l’irruption d’humains chasseurs lors de cette période, il y a plus de 10 000 ans. Alors qu’il existe toujours un débat à savoir si la disparition de ces mammifères a eu des conséquences importantes sur l’écosystème (au niveau de la dispersion des graines par exemple), les questions liées aux causes et impacts de la déforestation depuis la période industrielle sont davantage soulevées à l’heure actuelle.

Causes principales de la déforestation au Panama

L’agriculture itinérante

8La perte de 25% des forêts du Panama depuis 1947 doit être attribuée en grande partie à l’augmentation de la population. S’élevant à plus de 2,8 millions d’habitants en 2000, dont 58% en milieu urbain (FAO, 2004), la population a subi une croissance de l’ordre de 3% dans les années 1970 et de 1,7% entre 1995 et 2000 (Velarde, 2004). Cette augmentation substantielle du nombre d’habitants a eu plusieurs conséquences et cela tant sur la qualité de vie des gens que sur l’état de la forêt. Tout d’abord, en milieu rural, le mode de vie des petits propriétaires terriens a été grandement influencé par la pression démographique. Alors que ces derniers ont pratiqué pendant des milliers d’années l’agriculture itinérante de façon durable, ce type d’agriculture traditionnelle est devenu en moins d’un siècle l’une des principales causes de déforestation.

9L’accroissement de la demande pour des terres cultivables de façon à répondre aux besoins alimentaires et en bois, combiné à une diminution de la disponibilité de ces terres (transformation en aires protégées ou sols trop dégradés), n’ont laissé que deux options aux agriculteurs. La première est d’augmenter les aires en culture déjà sous propriété et la seconde est de diminuer le temps de jachère entre les cultures (Fischer et Vasseur, 2000). Ceci a mené à une perte continue de la productivité des sols, ce qui a poussé les agriculteurs à migrer vers de nouveaux territoires et a entraîné conséquemment une déforestation extensive. Le patron classique suivit par de nombreux paysans est une émigration des zones les plus dégradées (provinces de Chiriqui, Coclé, Los Santos et Herrara) vers les régions forestières (provinces du Darién et de Bocas del Toro) ou urbaines (Panama et Colón). Ainsi, en une décennie (de 1986 à 1996), les provinces du Darién, de Bocas del Toro et de Panama ont respectivement vu leur population grimper de 65, 75 et 32% (Margiotta, 1998).

Figure 3. Évolution de la déforestation au Panama au courant du XXe siècle.

10En plus d’être largement responsable de la disparition de plus de 51 000 ha de forêt en moyenne chaque année au pays (INRENARE, 1995), ce cercle vicieux contribue aussi à exacerber les problèmes socioéconomiques des agriculteurs (Fischer et Vasseur, 2000). En effet, la faible productivité associée à l’agriculture itinérante ne permet pas généralement aux petits propriétaires terriens de subvenir pleinement à leurs besoins. Il devient donc difficile à la population rurale, dont plus de 60% vit dans la pauvreté (avec de graves problèmes de malnutrition et de santé), d’améliorer sa qualité de vie. Ceci est d’autant plus grave considérant la distribution inégale des terres au Panama. Actuellement, 47% des paysans cultivent des terres de moins d'un hectare et ne contrôlent communément que 0,5% de la surface totale des terres présentement exploitées, tandis que 0,8% des fermiers possèdent chacun 200 hectares ou plus et contrôlent à eux seuls 37% du territoire (Fischer et Vasseur, 2000). Cette asymétrie socioéconomique entre les paysans pauvres pratiquant l'agriculture de subsistance et les riches propriétaires membres de l'élite, combinée à la tendance lourde de la diminution de la superficie terrestre par habitant, qui est passée de 5 ha/personne en 1970 à moins de 3 ha/personne en 2000 (Velarde, 2004), ne permet pas d’envisager un redressement significatif de la situation à court terme.

Le réseau routier

11Le développement du réseau routier est un élément indissociable de la colonisation de nouveaux territoires telle que pratiquée par les paysans et qui a aussi de graves conséquences sur le milieu forestier. Le principal impact de l’extension des routes est le développement humain qu’elle entraîne. De plus, la route fragmente l’habitat, ce qui contribue directement, par insularisation, au déclin de la diversité biologique (Underhill et Angold, 2000; Wilcox, 1980). Une fois la construction terminée, le flux automobile affecte ensuite plusieurs éléments de l’écosystème, d’abord par une augmentation de la poussière et le rejet de polluants (monoxyde de carbone, métaux lourds, oxydes d’azote, etc), ce qui nuit entre autres à la photosynthèse, à la respiration et à la croissance des plantes (Angold, 1997; Farmer, 1993). En second lieu, le flux constant de véhicules provoque une augmentation importante de la mortalité chez plusieurs espèces fauniques (Ashley et Robinson, 1996).

12Au Panama, la situation à cet égard n’est guère réjouissante. Durant la dernière décennie, quelques réserves ont été réduites ou fragmentées suite à l’application de lois spéciales visant à autoriser le développement du réseau routier. Ce fut notamment le cas en 1995 du Parque Natural Metropolitano à Panama City qui s’est vu amputé d'une section de son territoire au profit du Corredor Norte, une voie express qui lie la métropole à l’autoroute Panama-Colon (Parker et al., 2004). Complétée en 1947, l’autoroute Panama-Colon a également entraîné un développement urbain, industriel et agricole important dans la région du canal. Ceci a eu pour conséquence de mener à une déforestation plus extensive du versant Est du canal (Dale et al.,2003). Le développement du réseau routier ne se limite toutefois pas à ces quelques exemples du passé, plusieurs projets sont dans la mire du gouvernement pour les prochaines décennies. Le projet visant à joindre Yaviza et la frontière colombienne pourrait avoir d’énormes impacts pour la conservation du milieu forestier dans la province du Darién, où 71% du territoire est encore couvert de forêts (Parker et al., 2004).

La foresterie

13Avec l’adoption de la loi sur les forêts en 1994, le gouvernement panaméen s’est doté d’un système de zonage forestier qui divise le territoire selon trois types de fonction : (1) production, (2) protection et (3) conservation. Les deux premiers secteurs sont gérés par le Service Forestier sous la tutelle de l’ANAM, mais divergent dans le type d’aménagement qui y est pratiqué. La zone dite « de protection » ne vise pas seulement la récolte de bois, comme dans le secteur de « production », mais tente également de protéger les caractéristiques écologiques exceptionnelles du milieu. Quant à la zone de conservation, aucune activité de récolte n’y est tolérée.

14En termes de superficie, l’aire dédiée à la production couvre 350 000 ha, soit moins du tiers de ce que couvre la zone de protection (1 117 662 ha). Du point de vue de la récolte, le gouvernement fonctionne selon un processus d’attribution de concessions dont la durée varie entre 2 et 5 ans. Dans les années 1980 et 1990, pas moins de 144 950 ha de forêts furent attribués à des compagnies forestières. Malgré cette grande superficie allouée à la coupe, seulement 22 000 ha ont pu être récoltés pour cette même période (Parker et al., 2004). L’accessibilité restreinte de plusieurs concessions serait en partie responsable de cette situation.

15Tout ceci montre bien que la foresterie au Panama ne représente pas, pour le moment, une menace aussi sérieuse que l’agriculture en ce qui a trait à la déforestation. En fait, dû à ses faibles taux de récolte, l’industrie forestière ne compose actuellement que 2% du PIB (Ramirez, 2003). Le Panama est également un importateur net de produits forestiers (84 millions $US en importation vs 31 millions $US en exportation en 1998) (FAO 2005a).

Tentatives de médiation du problème

16Nous avons vu jusqu'à présent que la forêt du Panama a souffert significativement de la déforestation dans les dernières décennies, et ce au nom du développement économique et du progrès social. Nous examinerons maintenant comment certaines initiatives furent mises en place dans l'optique de préserver la biodiversité ou de trouver une utilisation alternative et moins destructive de la forêt.

Aires de conservation

17Le Panama peut se vanter de posséder un vaste réseau d'aires de conservation couvrant près de 2 millions d'hectares, ce qui représente 25% du territoire (Parker et al., 2004). Les abords du Canal de Panama sont particulièrement bien protégés, créant ainsi un corridor forestier entre le Pacifique et l'Atlantique, et assurant la pérennité du bassin versant du Canal (Condit et al., 2001; Ibanez et al., 2002).

18LeSystème National d'Aires Protégées (Sistema Nacional de Areas Protegidas, SINAP), un réseau de zones de conservation, a été mis en place en 1992 par l'Institut des Ressources Naturelles Renouvelables (Instituto de Recursos Naturales Renovables, INRENARE).Ce réseau inclut certaineszones qui existaient néanmoins bien avant cette date, telles que le Monument Naturel de Barro Colorado Island (1923) ou la Réserve de la Forêt de Fortuna (1970).Les 51 aires protégées que compte aujourd’hui le SINAP sont gérées par l'ANAM, une organisation gouvernementale créée en 1998 pour succéder à l’INRENARE (Parker et al., 2004).

19De plus, 8 aires protégées panaméennes ont obtenus des dénominations internationales : on retrouve ainsi 2 Réserves de la Biosphère (UNESCO) - qui ont aussi le titre de Site du Patrimoine Naturel Mondial (UNESCO) -, 2 Sites du Patrimoine Culturel Mondial (UNESCO), et 4 sites Ramsar (Convention internationale sur les milieux humides, signée en 1971 à Ramsar, en Iran) (Parker et al., 2004).

20Il semble toutefois que les frontières des aires protégées ne soient pas toujours respectées par les populations environnantes. En fait, dans certains cas, la création d'aires de conservation a nécessité l'expropriation des gens qui vivaient précédemment sur le territoire. Ces communautés, parfois indigènes, subsistent essentiellement grâce aux ressources naturelles du territoire (chasse, pêche, récolte de plantes), et leurs incursions à l'intérieur des limites des aires protégées sont généralement tolérées. Le braconnage et la coupe illégale sont monnaie courante, car la surveillance du territoire est inefficace ou inexistante (Condit et al., 2001; Ibanez et al., 2002; Leigh, 1999). L'établissement de zones de conservation reste toutefois un atout majeur pour freiner la déforestation (Bates et Rudel, 2000).

21De nombreuses ONG sont actives au travers du pays, entre autres l'Association Nationale pour la Conservation de la Nature (Asociación Nacional para la Conservación de la Naturaleza, ANCON) et la Fondation NATURA. Ces associations civiles financent et/ou entreprennent des projets de conservation des milieux naturels, d'éducation relative à l'environnement et de développement durable. Elles travaillent aussi régulièrement en collaboration avec l'ANAM dans la gestion et l'établissement d'aires protégées (Parker et al., 2004).

Lois

22La couverture forestière du territoire panaméen s'étendait encore à 91% aux alentours de 1850 (Arias Garcia, 2005). Après cette date, toutefois, l'essor de la colonisation des terres se fit largement au détriment des forêts, transformées alors en cultures ou pâturages. Ce développement agraire du pays se fit de manière plutôt désordonnée, laissant libre cours à une déforestation chaotique mais extensive (Heckadon et McKay, 1984; Ramirez, 2003). Avant les années 1950, les lois concernant l'attribution et la propriété des terres étaient pratiquement inexistantes : une parcelle de terrain devenait donc disponible pour quiconque prenait la peine de la défricher et de cultiver (US Library of Congress, 2005).

23Les premières lois nationales sur la protection de l'environnement remontent à 1967 et ne concernaient que la faune. Dès 1990, le Plan d'action en foresterie tropicale du Panama avait dans sa mire la réduction de la déforestation. En 1992, les Régulations et Incitations à la Reforestation mettaient en place le cadre de fonctionnement pour le reboisement et la plantation d'arbres. Tel que mentionné auparavant, la Loi sur la forêt fut institué en 1994, et cela dans une optique de conservation, de recherche et de développement durable de la ressource forestière. Le Panama approuva ensuite en 1995 la Convention régionale pour l'aménagement et la conservation des écosystèmes forestiers naturels et des plantations forestières, signée au Guatemala en 1993, et qui regroupe les pays d'Amérique Centrale pour l'élaboration de plans d'action et de politiques de développement de la foresterie. Enfin, l'Accord international sur le bois tropical, rédigé en 1994 et approuvé deux ans plus tard par le Panama, visait à promouvoir le commerce durable des espèces tropicales. Par ailleurs, le concept de certification forestière commence lentement à faire son chemin dans les milieux de l'industrie forestière panaméenne, tandis que le gouvernement songe à instaurer un système national de certification, mais pour l'instant la percée de cette forme de valorisation est plutôt limitée (Parker et al., 2004).

24Le Panama est un pays signataire au sein de plus de 21 accords internationaux - tels que la Convention sur la protection de l'héritage mondial, la Convention sur le commerce international des espèces en danger (CITES), la Convention international sur le bois tropical (1989), la Convention sur la biodiversité (CBD), et la Convention sur les milieux humides (RAMSAR) - ainsi que de multiples accords régionaux (Parker et al., 2004).

25L’ANAM est responsable de la gestion de toutes les ressources naturelles à l’échelle et jouit donc d’une influence considérable. Toutefois sa marge de manoeuvre est limitée puisqu’elle ne possède aucun pouvoir décisionnel dans les hautes sphères politiques. Par ailleurs, il est malheureux de constater que l'ANAM est de temps à autre pointée du doigt pour des questions de corruption (Parker et al., 2004).

Plantations

26Étant donné le type d’agriculture pratiqué en région tropicale (culture sur brûlis, rotation rapide, épuisement des sols, etc.), de nombreuses terres arables sont devenues infertiles. Dans le cas du Panama, 22,6% du territoire était sous ce statut au début des années 1990 (CATIE et INRENARE, 1995). Néanmoins, plusieurs de ces terres connurent une deuxième vie grâce à des projets de reforestation. Les initiatives nationales, régionales et internationales exposées plus tôt ont favorisé le reboisement des terres agricoles abandonnées ou en friche, et l'établissement de plantations à potentiel commercial. Ainsi, entre 1992 et 1998, la surface des terres abandonnées et replantées est passée de 11 000 hectares à 34 600 hectares (Kraenzel et al., 2003), et on dénombrait 1,2 millions d'hectares disponibles pour la reforestation (Boyd, 1998). Les plantations agissent comme sources alternatives de bois et elles contribuent donc à diminuer la pression sur les forêts naturelles (Sedjo, 1999).

27En 2002, plus de 45 000 hectares avaient été reboisés, mais à 93% par aussi peu que quatre espèces exotiques, dont 61% avec du teck (Tectona grandis), une espèce asiatique à haute valeur marchande, et 23% avec du pin des Caraïbes (Pinus caribea) (Ramirez, 2003). Dans une optique purement économique, le rendement de l'espèce sur le lieu de plantation est souvent plus important que son lieu d'origine. De plus le marché pour ces espèces exotiques communément cultivées est déjà existant et bien développé, ce qui explique leur usage à grande échelle (Ruiz, 2002). On dénonce parfois la culture d'espèces exotiques comme étant dommageable, or il semble que dans certaines situations, cette option soit la plus viable pour la reforestation (Feyera et al., 2002). En effet, puisque les espèces exotiques présentent souvent une forte croissance, elles permettent de reconstituer rapidement le couvert forestier et de générer des conditions favorables à la régénération (Keenan et al., 1997). Sous cette nouvelle canopée pourront ensuite se développer d'autres espèces, par exemple des arbres indigènes dont les graines auront été dispersées de manière naturelle ou encore que l'on aura sélectionnés pour regarnir la gamme de biodiversité locale (Feyera et al., 2002).

28Il n'en demeure pas moins qu'il serait souhaitable de promouvoir davantage la plantation d'arbres indigènes, et cela pour plusieurs raisons. D’abord, d’un point de vue strictement pratique, les semences d’essences indigènes sont généralement plus accessibles aux populations locales, ce qui évite la dépendance à un fournisseur externe et diminue par conséquent les coûts initiaux d’implantation. De plus, ces espèces sont mieux adaptées aux conditions environnementales locales (Montagnini, 2001) et permettent de conserver le patrimoine biologique (Parker et al., 2004). Ce dernier point est particulièrement important considérant que de nombreuses espèces indigènes, longtemps utilisées par les peuples traditionnels pour leurs fruits, leurs fibres ou leurs capacités médicinales, ont été délaissées au cours du siècle dernier au profit d'espèces exotiques plus productives (Leaky et Simons, 1998; Nair, 1998). Malgré le fait que certaines essences exotiques poussent parfois mieux que celles indigènes, particulièrement sur des sites perturbés (Otsamo et al., 1997; Ruiz, 2002; Sedjo, 1999), il s'en trouve certaines parmi les secondes qui démontrent un potentiel intéressant. Toutefois les connaissances théoriques concernant les aptitudes de ces essences sont plutôt déficientes. Afin de palier à cette carence, un vaste projet de recherche a été mis en chantier en 1998 pour évaluer le potentiel commercial et les caractéristiques de croissance de 65 espèces d'arbres indigènes du Panama. Ce "Projet de Reforestation avec des Espèces Indigènes" (Proyecto de Reforestación con Especies Nativas, PRORENA) est une initiative conjointe de l'ANAM, de l'Université Yale, du Smithsonian Tropical Research Institute (STRI), et de quelques autres organismes (PRORENA, 2005). L'utilisation d'espèces indigènes pour la reforestation s'imbrique parfaitement dans une perspective de développement durable et de souveraineté économique.

29Les plantations – quelle que soit l'origine des semences - s'avèrent de surcroît un moyen de séquestrer le carbone atmosphérique et de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Quelques études ont été entreprises pour évaluer le potentiel de séquestration des plantations panaméennes, avec des résultats encourageants (Dale et al., 2003, Kraenzel et al., 2003; Moura-Costa, 1996). Cette avenue est particulièrement intéressante compte tenu de l'émergence potentielle d'un marché d'échange de crédits de carbone suite à l'entrée en vigueur du Protocole de Kyoto (Doens, 2002; FAO, 2005a; Pfaff et al., 2000; Smith, 2002).

30Néanmoins, la mise en place d’une plantation à caractère commercial rencontre encore plusieurs obstacles majeurs. D’abord, l'investissement initial nécessaire au démarrage d'une telle plantation dépasse souvent les capacités financières des propriétaires terriens. De plus, les institutions bancaires ne sont pas tellement enclines à émettre un prêt pour ce type d’initiative, car elles la jugent économiquement risquée. Les propriétaires soulignent aussi manquer de main-d'œuvre, et pouvoir difficilement commercialiser leurs produits au niveau international (Gutierrez et Diaz, 1999). Par ailleurs, les paysans panaméens entretiennent une longue tradition d'éleveurs (Pérez, 2005), et peuvent se montrer réticents à modifier leurs coutumes.

Agroforesterie

31Tel qu'exposé précédemment, la pression socio-économique résultant de l'explosion démographique de la population panaméenne remet dorénavant en question le bien-fondé des pratiques agricoles traditionnelles, telles que la culture sur brûlis ou culture rotative (Fischer et Vasseur, 2000). L'agriculture doit donc être repensée dans une perspective de développement durable.

32L'agroforesterie constitue une solution de plus en plus envisagée, et de nombreux projets pilotes ont été menés depuis les années 1990. Le principe directeur de l'agroforesterie est de combiner la plantation d'arbres avec la culture de plantes annuelles et/ou l'élevage d'animaux, simultanément ou séquentiellement (Fischer et Vasseur, 2000; Montagnini et al., 2003). L'objectif pour les petits producteurs est d'arriver à une diversification de la production agricole, qui leur permette à la fois de mieux subvenir à leur besoin et de bénéficier d'un apport financier alternatif advenant une mauvaise récolte. Par ailleurs, cette indépendance économique nouvellement acquise les soustrait dans une certaine mesure aux exigences du marché et à la nécessité d'importer certaines denrées essentielles, puisqu'ils les produisent maintenant eux-mêmes. (Fischer et Vasseur, 2000).

33Soulignons toutefois que la majorité des projets d'agroforesterie en cours ou ayant eu lieu au Panama impliquaient des arbres exotiques, tels le teck et le pin des Caraïbes pour le bois, et le citronnier (Citrus spp.) et le manguier (Mangifera indica) pour les fruits (pour une liste complète des espèces cultivées voir Fischer, 1997 ainsi que Fischer et Vasseur, 2000). Leur grande valeur marchande en fait des essences intéressantes à cultiver, mais étant donné le prix plus élevé des semences par rapport à celui des espèces indigènes, leur usage restreint le caractère soutenable de l'entreprise (Fischer et Vasseur, 2000).

34Les avantages de l'agroforesterie sont multiples, entre autres la réduction de l'érosion des sols et l'augmentation de la fertilité du sol. On constate aussi une amélioration de la qualité de l'eau, et une diminution des inondations et sécheresses. La couverture offerte par les arbres contre les rayons solaires permet de rafraîchir le sol, favorisant ainsi l'activité microbienne et le cycle des nutriments. Un tel système favorise aussi le maintien de la biodiversité, car il est certainement plus complexe qu'une monoculture agricole, offrant ainsi un large éventail d'habitats pour accueillir la faune, dont des oiseaux et insectes se nourrissant des pestes s'attaquant aux récoltes. Grâce à l'agroforesterie, on peut atteindre un rendement supérieur de la production agricole, par la préservation des sols et la lutte biologique (FAO, 2005b; Fischer et Vasseur, 2000).

35Les petits paysans participant aux initiatives locales d'agroforesterie perçoivent les projets d'agroforesterie de diverses manières : ils semblent reconnaître les avantages d'une telle pratique, mais tardent à la mettre en application, préférant plutôt s'en tenir à leur méthode traditionnelle sur brûlis (Fischer et Vasseur, 2002). L'agroforesterie est supposément plus accessible aux agriculteurs peu fortunés, car elle demande moins d'investissements massifs pour démarrer (pas besoin de machinerie lourde ou de pesticides). Cependant, la plupart des paysans ne peuvent pas amasser le capital initial, même minime, nécessaire pour se convertir à l'agroforesterie. De plus, l'agroforesterie implique une certaine baisse de productivité (environ 10%) de biens comestibles à court terme par rapport à la culture sur brûlis, et la plupart des petits agriculteurs en situation de culture de subsistance ne disposent pas de la marge de manœuvre nécessaire pour combler ce manque à gagner (Fischer et Vasseur, 2002). Les besoins à court terme des paysans sont à ce point pressants qu'ils ne leur permettent pas d'envisager les bénéfices à long terme de l'agroforesterie; ils sont donc réticents à prendre des risques de cet ordre (Montagnini et al., 2003). Le marché offre d'ailleurs peu de garantie pour les produits du bois et mêmes pour les arbres fruitiers, ce qui augmente encore le risque économique (Fischer et Vasseur, 2002).

36Les obstacles à la réussite des projets d'agroforesterie proviennent en partie de la gestion des projets, qui n'inclut pas de participation active des communautés locales, celles-ci se sentant par conséquent peu concernées par l'enjeu (Fischer et Vasseur, 2000,2002). Les promoteurs des projets accordent souvent peu d'attention et de respect aux besoins des communautés et à leurs connaissances traditionnelles (Fischer et Vasseur, 2000,2002; Arias Garcia, 2005). Aussi, il n'y a pas assez de formation technique accordée aux gens impliqués, ni de suivi régulier pour s'assurer du bon fonctionnement. Le manque de conviction politique à un niveau plus élevé s'avère aussi un frein au développement des cultures alternatives; malgré l'adoption de plusieurs lois incitatives (e.g., exemptions de taxes), leur mise en application est souvent déficitaire. Les paysans et petits propriétaires terriens manquent aussi cruellement de ressources financières, et la législation actuelle ne leur permet pas d'obtenir le financement de départ pour mettre en branle un projet d'agroforesterie (Fischer et Vasseur, 2000,2002; Montagnini et al., 2003).

Écotourisme

37Le Panama a obtenu jusqu'à maintenant moins de succès que son voisin du nord, le Costa Rica, pour ce qui est de la promotion de la nature et de la biodiversité au niveau mondial. Le tourisme est ainsi devenu une des principales activités économiques de ce dernier pays. Le Panama n'est pourtant pas moins pourvu en faune et en flore que son voisin, même que les forêts panaméennes, étant à ce jour moins fréquentées que celle du Costa Rica, offrent en fait davantage d'opportunités de rencontre avec la vie sauvage.

38L'écotourisme panaméen s'est cependant grandement développé dans la dernière décennie, et aujourd'hui il est aisé de s'adonner à la plongée au milieu de récifs coralliens, à l'escalade de volcans, à l'observation d'oiseaux, à la pêche ou au kayak (Parker et al., 2004). Ces activités exigent évidemment que l'écosystème soit, sinon intact, du moins peu dégradé, ce qui peut s'avérer une bonne raison pour préserver l'environnement par la création d'aires protégées. Certaines ONG, dont ANCON mentionnée précédemment, ont été particulièrement actives dans la dernière décennie pour permettre aux touristes d'avoir accès aux zones sauvages et reculées (Parker et al., 2004).

39Par ailleurs, certaines communautés indigènes, les Kunas par exemple, se sont aussi engagées dans la promotion de la richesse naturelle et culturelle de leurs territoires, initiative qui attirent les touristes étrangers en soif de dépaysement (Arias Garcia, 2005; Dunn, 1995; IPAT, 2005).

Valorisation des matières non ligneuses

40La valorisation des matières non ligneuses - tout ce qui n'est pas dérivé des arbres - est une autre avenue potentielle. Cela implique la cueillette ou la culture de produits comestibles d'origine végétale (épices, fruits, herbes, noix, plantes aromatiques) ou animale (gibier, cire et miel d'abeille), de fibres (utilisées en construction et fabrication de meubles ou vêtements), de gommes ou résines, et d'autres produits d'origine végétale et animale utiles dans les domaines de la médecine ou des cosmétiques (FAO, 2005c). Pour l'heure, le commerce des matières non ligneuses ne constitue pas une réelle panacée pour les régions tropicales des Amériques face à l'importance accordée à la traite du bois et à l'indifférence manifestée aux produits non ligneux (Chandrasekharan et al., 1996). Ces produits ayant ainsi été négligés, les connaissances à leur propos sont souvent déficientes; par ailleurs, la production est relativement instable, ce qui n'aide en rien l'essor du marché (Iqbal, 1993) Toutefois, certains pays d'Asie récoltent des dividendes non négligeables du négoce de tels produits : l'Indonésie, par exemple, exportait en 1989 pour 345 millions $US en matières non ligneuses, telles la fibre de rotin, les feuilles de patchouli et la gomme arabique; en comparaison, le commerce du bois représentait 3,7 milliards $US (Silitonga, 1994).

Analyse critique et schématique

41Après avoir exposé le contexte et les causes de la déforestation, puis les divers moyens entrepris jusqu'à aujourd'hui pour rétablir la situation, avec succès ou non, nous nous pencherons maintenant sur l'élaboration d'une méthode de prise de décision qui pourrait être utilisée pour la mise en œuvre de projets de reforestation. À partir des observations présentées précédemment concernant l'échec de certaines initiatives antérieures, nous privilégierons une approche analytique et critique, afin de dégager un schéma de travail (figure 4) concret prenant en compte les différents facteurs et acteurs qui interviennent dans le processus de réalisation d'une opération de reforestation.

Volonté politique

42Avant de s'avancer davantage, précisons que les projections et options présentées ici présument qu'il existe tout d'abord une réelle volonté politique au niveau international pour agir en faveur de la sauvegarde des forêts tropicales. Sans cette volonté, qui doit se traduire par un transfert de capitaux et le développement d’une expertise technique (du Toit et al., 2004), la disparition des derniers contreforts des forêts tropicales est envisageable à court ou moyen terme (Balmford et Whitten, 2003). Or, la situation actuelle ne permet pas de prédire un avenir florissant pour les écosystèmes des Tropiques. Le cas des aires protégées dans les pays en développement en dit long sur l’état de l’aide internationale en matière d’environnement. Alors que les investissements totaux dévolus au fonctionnement des zones de conservation sont estimés à près de 0,8 milliard $ US par année pour l’ensemble de ces pays, les coûts pour un aménagement efficace de ces zones, serait plutôt entre 3 et 4 milliards $ US annuellement (James et al.,1999). Ce chiffre, quoique élevé, représente pourtant moins de la moitié d’un pourcent des montants versés en subventions par les gouvernements pour des projets dommageables à l’environnement  (James et al.,1999;  Myers, 1998). Ces subventions proviennent aux deux tiers de pays membres de l’OCDE, donc de pays développés. De plus, certaines institutions internationales oeuvrant à l'essor économique de la planète n'ont pas nécessairement comme priorité la sauvegarde de la biodiversité et de l'environnement (Jacquard, 1995; Martin et Schumann, 1997). Pourtant, le développement durable des pays en émergence gagnerait grandement à être appuyé par les États les mieux nantis.

Y a-t-il un investisseur dans la salle?

43La volonté de la communauté internationale n’est toutefois pas la seule condition pour la mise en oeuvre de projets qui correspondent aux critères du développement durable. D’abord, pour ce qui est des sources de financement, élément souvent identifié comme étant l’une des graves lacunes pour une mise en oeuvre efficace d’un projet de reforestation, il existe plusieurs options. Les trois principales que nous avons identifiées sont : 1) un investissement par les personnes concernées (agriculteurs, forestiers ou autres) ou suite à un don d’individus ou de sociétés philanthropes du pays où se déroule le projet (investissement privé), 2) l’appui du gouvernement national, par le biais de ses programmes de subvention à l'environnement, qui verse le montant nécessaire à l'organisme responsable du projet – à moins qu'il n'en soit lui-même responsable – (investissement public), et tel que mentionné, 3) le financement à partir de bailleurs de fonds étranger, que ce soit un État ou une association (aide étrangère).

44Il est entendu que dans un pays comme le Panama, où la majorité de la population rurale vit dans la pauvreté, la première option serait peut-être la moins commune. Seuls les grands propriétaires terriens pourraient probablement se permettre d’investir dans des projets de reforestation. En ce qui concerne la philanthropie, quoique de plus en plus populaire, elle demeure un mode de financement encore marginal dans les pays en développement (Bayon et al., 2000; Keipi, 2001). Un investissement de la part de l'État panaméen semblerait le plus plausible étant donné le manque de moyens financiers des citoyens, mais aussi le plus profitable car cela signifierait que le pays se prend en main et prend aussi à cœur le développement durable de ses ressources. Advenant une situation où un gouvernement national n'inclurait pas la reforestation dans ses priorités budgétaires, le poids de la responsabilité en reviendrait à la communauté internationale. Il peut être compréhensible qu'un pays qui est en construction accorde davantage d'importance à son essor économique par rapport à la protection de sa biodiversité naturelle, ce que décrieront cependant les pays industrialisés de l'hémisphère nord qui cultivent des valeurs environnementalistes – alors que leurs propres politiques environnementales ne semblent pas toujours s'accorder complètement à ces valeurs et aux attentes de leur société. Cela rejoint bien la situation exposée dans le préambule de la présente section, mais pousse encore un peu plus loin la réflexion, à savoir que ceux qui exigent la conservation de la biodiversité devraient peut-être s'attendre à devoir défrayer les coûts inhérents au développement durable (Balmford et Whitten, 2003).

Statut des terres

45Une fois le support financier assuré, il s'agit d'évaluer l'état du terrain qui fera l'objet de cette reforestation. En supposant que le projet ne s'effectuera pas au sein d'une aire protégée, on retrouve trois statuts possibles : 1) la terre est actuellement cultivée, 2) la terre a été anciennement cultivée mais, pour une raison ou une autre, est dorénavant abandonnée, 3) la terre est couverte de forêt naturelle non aménagée.

Les terres cultivées

46Diverses avenues peuvent être empruntées pour revitaliser une terre. Lorsque l'endroit est déjà en usage pour l'agriculture, il est avant tout primordial de sonder les intérêts et besoins des propriétaires, car les expériences passées nous révèlent bien que sans motivation initiale de la part des communautés locales, un projet est destiné à l'échec. De plus, ces gens tolèrent mal de se voir contraints à modifier leur mode de vie et de se faire dicter la bonne route à suivre; c'est plutôt le respect de leurs désirs, mais aussi de leurs connaissances, qui sera source de succès (Fischer et Vasseur, 2002). S'il n'y a pas d'intérêt de la part des agriculteurs en place pour tenter une forme alternative d'exploitation de leur terre, rien ne sert de les y forcer. Le statu quo est donc la première possibilité (1), mais l'on sait que poursuivre dans la lignée de l'agriculture rotative mènera tôt ou tard à l'épuisement du sol et à l'abandon du terrain (Fischer et Vasseur, 2000).

47Si, au contraire, les paysans sont réceptifs au changement, le champ des possibilités s'élargit. La seconde option (2) est donc de modifier quelque peu la manière de faire pour permettre des périodes de rotation plus longues, laissant ainsi une période de temps suffisante pour régénérer la productivité des sols. Néanmoins, cela exige de plus grandes superficies de culture par agriculteur et présuppose un meilleur partage des terres entre petits et grands propriétaires terriens. Or, rien n’indique pour le moment qu’un tel partage soit possible à court terme. De plus, considérant l’accroissement de la densité de population au Panama, il devient évident que cette stratégie ne ferait que retarder l'inexorable épuisement des sols. A notre avis, la véritable révolution (3) serait la conversion de la méthode traditionnelle d'agriculture à un système d'agroforesterie où s'imbriqueraient diverses espèces de plantes annuelles, d'arbres et même l'élevage d'animaux. Advenant l’application de cette possibilité, il est essentiel de procurer une formation technique, de fournir de la main-d'œuvre et d'assurer un suivi tout au long de l'établissement, de la réalisation et du maintien du projet. La bonne exécution de toutes ces étapes sera garante d'une gestion durable du territoire.

Les terres abandonnées

48Avec plus du cinquième de ses terres qui sont abandonnées et dégradées à divers degrés (CATIE et INRENARE, 1995), le Panama possède un réservoir imposant de sites propices au reboisement commercial. Néanmoins, il est probable qu’un fort pourcentage de ces terres ne sera pas aménagé à cette fin dans un avenir rapproché. L’émergence de forêts secondaires est donc un processus qui sera nécessairement observé à plusieurs endroits dans ce pays au courant des prochaines décennies. Or une question demeure à savoir si toutes les terres possèdent les caractéristiques permettant l’établissement d’une succession. En fait, il a été démontré que le degré d’intensité des activités qui ont été pratiqué influence grandement la destinée du site (Aide et al., 2000). D’une part, si l’agriculture rotative s’est effectuée dans un paysage où le couvert forestier est dominant et n’a affecté qu’une faible superficie (1 ou 2 ha) pour une courte période de temps, l’établissement rapide d’une forêt secondaire est à prévoir (Ulh, 1987). À l’opposé, si le site a été fortement dégradé par plusieurs années de pâturage ou d’agriculture et se trouve dans un milieu fragmenté, la succession peut être sérieusement retardée. Dans ce dernier cas, seule la plantation d’arbres permet d'accélérer l’établissement d’une succession (Parrotta et Turnbull, 1997). Ceci nécessite toutefois l’apport de capitaux et présume l’existence d’une stratégie d’aménagement.

49Dans l’éventualité où l’objectif visé est de restaurer la diversité typique de la forêt primaire, plusieurs facteurs doivent être considérés. Tout d’abord, il n’est pas rare de voir des sites envahis massivement par des espèces de plantes herbacées exotiques. Ces dernières peuvent empêcher le recrutement de plusieurs espèces d’arbres et favorisent aussi la récurrence des feux, ce qui limite ou arrête la succession des espèces arborescentes (D’Antonio et Vitousek, 1992; Hooper et al., 2002, 2004). Dans cette situation, une stratégie de lutte doit donc être établie afin d’assurer l’émergence de strates supérieures. Suite à cette étape, les efforts d’aménagement subséquents dépendent de la similarité du point de vue de la composition et de la structure des peuplements qui est désirée. En ce qui concerne la structure, des études ont montré que sur des sites dont la dégradation n’a pas été trop sévère, la régénération naturelle à partir de la matrice forestière permet de retrouver une forêt aux caractéristiques similaires à celles d’une forêt primaire en moins de 50 ans (Aide et al., 2000). En termes de composition, plusieurs facteurs biologiques et physiques, dont la dispersion limitée des graines, peuvent nuire au retour de certaines espèces typiques des forêts anciennes (Hooper et al., 2004; Nepstad et al., 1991). L’ensemencement dans les sites les moins diversifiés peut s’avérer une solution efficace pour retrouver une composition comparable à la forêt d’origine (Aide et al., 2000).

50Par ailleurs, si l’objectif principal est plutôt économique et vise l’établissement de plantations à forte valeur commerciale, il est probable que les impacts positifs sur la biodiversité soient négligeables. Par exemple, dans le cas des plantations de teck, une étude au Costa Rica a démontré que les espèces d’arbres en sous couvert étaient moins abondantes et moins diversifiées et que la hauteur des individus était moins élevée dans ces plantations comparativement à des arbres se trouvant dans un pâturage abandonné (Healey et Gara, 2003). Ce type de conséquences peut toutefois être contrecarré par diverses stratégies. Des expériences effectuées à plusieurs endroits en Amérique latine font état des fonctions écologiques, économiques et sociales que peuvent jouer simultanément des plantations utilisant des essences indigènes (Montagnini, 2001). Si les espèces sont sélectionnées en fonction de leur efficacité à capter et recycler les nutriments, les plantations peuvent à la fois devenir hautement productives et servir à restaurer les sites dégradés. De là, ces sites acquièrent un fort potentiel soit (1) pour un système agroforestier ou (2) pour l’établissement de plantations qui peuvent dans une certaine mesure créer les conditions permettant le retour d’espèces floristiques et fauniques absentes des terres abandonnées (Cusack et Montagnini, 2004; Lamb, 1998).  

Les terres non aménagées

51Au nombre d’espèces qu’on y retrouve, les forêts primaires panaméennes doivent être priorisées au niveau de la conservation. Même si le Panama fait déjà belle figure à cette échelle, il n’en demeure pas moins que l’augmentation de la taille du réseau d’aires protégées contribuerait davantage à assurer le maintien de la biodiversité. Toutefois, la mise en place d’aires de conservation peut mener à de sévères conflits avec les populations. D’où l’importance de voir à l’intégration des préoccupations de ces populations lors de la planification et de l’instauration des zones de conservation. Ce processus qui croît en popularité à travers la planète (Wells et al., 1992), se base sur la présomption qu’avec le support des communautés, une protection accrue des diverses composantes de la biodiversité est favorisée. Considérant les bénéfices qu’obtiennent les gens de la région en étant impliqués dans la gestion d’une aire protégée (revenus, emplois, éducation), il est estimé que ces derniers auraient moins tendance à venir extraire les ressources du milieu (Holmes, 2003). La valorisation des ressources non ligneuses s'insère aussi dans cette ligne de pensée (FAO, 2005b).

52Malgré l’importance écologique et économique liée aux aires protégées, cette utilisation des terres non aménagées n’est pas prédominante au Panama. En fait, la majorité des forêts naturelles sont soit (1) défrichées pour faire place à l’agriculture soit (2) exploitées par l’industrie forestière. Pour ce qui est de la première option, le patron expliqué précédemment est alors engendré. Dans le deuxième cas, les forêts aménagées peuvent, d’une part, être laissées à elles-mêmes et se régénérer naturellement. À l’instar des sites dégradés, le potentiel de conservation à long terme de ces forêts secondaires ne doit pas être négligé. D’autre part, les aménagistes ont également la possibilité d’effectuer une exploitation récurrente des forêts à partir de plantations ou de la régénération naturelle. Toutefois, les plantations semblent posséder certains avantages du point de vue économique, dont la sélection d’espèces à forte valeur commerciale (Gutiérrez et Díaz, 1999).

 Conclusion

53Parmi les points chauds de la planète concernant la biodiversité faunique et floristique, un petit État de l'isthme mésoaméricain se distingue par une richesse étonnante : le Panama. Ainsi, pour une superficie 100 fois plus petite que celle du Canada, on y retrouve trois fois plus d'espèces de plantes vasculaires. De plus, le nombre d'espèces de plantes par hectare est supérieur à celui retrouvé à n'importe quel autre endroit du globe. Ce trésor biologique est toutefois menacé par les activités humaines, qui empiètent sur les milieux naturels pour satisfaire les besoins d’espace, de ressources et de terres arables. L'agriculture itinérante - ou culture sur brûlis - traditionnellement pratiquée par les paysans panaméens depuis des générations, ne représente plus aujourd'hui une stratégie soutenable face à la forte croissance démographique observée au pays.

54L'État panaméen a instauré en 1990 un Plan d'action en foresterie tropicale, qui a marqué le début d'une certaine considération au plan politique pour le sort funeste réservé aux forêts. Depuis, nombre d'initiatives ont été entreprises afin de freiner la déforestation. Ces nouveaux axes de développement durable incluent la nomination de zones protégées, la plantation d'arbres, l'établissement de l'agroforesterie et la croissance du secteur écotouristique, le tout dans une perspective de mise en valeur d'une utilisation non destructive de la forêt et de reforestation à l'échelle nationale.

Figure 4. Schéma décisionnel pour la mise en place et la réalisation d'un projet de reforestation.

55Malgré les avantages démontrés de l'agroforesterie, la culture sur brûlis est toujours la plus répandue chez les paysans panaméens; par ailleurs, même en considérant la valeur du bois de teck sur le marché international, on ne retrouve pas encore beaucoup de plantations commerciales au Panama. Pourquoi? La réponse se situe en grande partie du côté du domaine financier, puisque les investissements nécessaires à l'implantation d'un projet de reforestation sont trop élevés pour un citoyen panaméen. Un autre obstacle provient d'une lacune fréquemment rencontrée au niveau de la gestion des projets. En effet, les gestionnaires négligent trop souvent de sonder en premier lieu les besoins des communautés locales, puis ensuite d'intégrer ces communautés dans le processus, et finalement d'assurer un suivi du projet.

56Nous avons donc tenté d'apporter, non pas des solutions car elles existent déjà, mais une méthode de travail et une stratégie pour favoriser le succès d'un projet de reforestation. Notre schéma décisionnel présente les différentes étapes préalables à la mise en place du projet, et pour chaque étape les options qui s'y rattachent. La première étape consiste à la quête de financement, qui peut provenir du secteur privé ou public, ou encore de l'étranger. La seconde étape est l'évaluation du statut des terres, qui peuvent s'avérer déjà cultivées, abandonnées ou non aménagées. De leur statut découle la troisième étape, c'est-à-dire le choix de la méthode de revalorisation. Nombre d'avenues peuvent être prises, mais les options les plus drastiques – et possiblement les plus soutenables - sont l'établissement de l'agroforesterie, la plantation d'arbres et la création d'aires protégées.

57Les valeurs écologiques soutenant le discours des scientifiques, politiciens et groupes de pression de l'hémisphère nord ne trouvent pas écho au sein des populations des pays directement concernés par les enjeux de la déforestation. Les efforts consentis jusqu'à présent, bien que visant à élaborer des utilisations alternatives de la forêt qui n'en nécessiteraient pas la destruction, n'ont pas tout à fait réussis à conscientiser la masse populaire. Les rapports du programme de l'Agence américaine de développement international au Panama (USAID/Panama; Parker et al., 2004) font état d'un manque de soutien et de continuité dans les projets de développement durable de la ressource forestière. Les communautés locales, pour croire au bien-fondé d'une telle initiative, doivent être impliquées au premier niveau dans l'élaboration et la mise en place des projets (Current et Scherr, 1995).

58Ainsi, lors du choix d'une certaine option, quelques recommandations devraient toujours être gardées en tête; elles ont pour objectif de se garantir du soutien populaire : i) tenir compte des besoins réels des communautés locales; ii) favoriser l'implication à tous les niveaux de ces communautés iii) agir dans le respect et la considération des connaissances traditionnelles; iv) considérer l'importance, aux yeux des populations locales, du court terme par rapport au long terme; et v) assurer un suivi à long terme.

59Finalement, soulignons que notre décision de poser la quête de financement en tant que première étape de l'élaboration d'un projet n'était pas fortuite, car il s'agit de l'étape la plus capitale. À ce sujet, il apparaît que la préservation des milieux naturels à l'échelle mondiale ne saurait se faire sans l'apport financier des pays industrialisés. En effet, étant donné que les points chauds de biodiversité se retrouvent bien souvent dans des pays moins favorisés, qui sont quelque peu rebutés par la perspective de ralentir leur progrès économique au nom du développement durable, la responsabilité du financement en incomberait par conséquent à ceux-là même qui font pression pour la conservation de la biodiversité. De ce fait, nous considérons qu’il est impératif que l’aide internationale en matière de conservation et de développement ainsi que la libéralisation des échanges soient rapidement repensés afin que les effets pervers que sont l’accélération de l’exploitation des ressources et la dégradation de l’environnement tendent vers une décroissance continue. Pour ce faire, il est important que les populations des pays développés soient davantage sensibilisées à cette situation et qu’une pression accrue soit exercée sur les gouvernements des pays les plus influents de la planète.

Remerciements

60Les auteurs tiennent à offrir leur gratitude au Dr. Christian Messier, professeur au département de biologie de l'UQAM, pour leur avoir fourni l'opportunité d'effectuer un séjour au Panama et pour ses commentaires au sujet de cet article.

Haut de page

Bibliographie

Aide, T. M., J. K. Zimmerman, J. B. Pascarella, L. Rivera, et H. Marcano-Vega. 2000. Forest regeneration in a chronosequence of tropical abandoned pastures: implication for restoration ecology. Restoration Ecology, 8: 328-338.

ANAM 2005. Sistema de informacion forestal. http://www.anam.gob.pa/Sif%202002/index.htm  (Visité le 23 octobre 2005)

ANAM. 2000. Primer informe de la riqueza y estado de la biodiversidad de Panamá. Autoridad Nacional del Ambiente, Panamá.

Angold, P.G. 1997. The impact of a road upon adjacent heathland vegetation: effects on plant species composition. Journal of  Ecology, 34: 409-417.

Arias Garcia, M. 2005. Bosques, pueblos indígenas y política forestal en Panamá: una evaluación de la implementación nacional de normas y compromisos internacionales sobre conocimiento tradicional relacionado con los bosques y asuntos conexos. Fundación para la Promoción del Conocimiento Indígena de Panamá, Panama, 28 p. http://www.international-alliance.org/documents/panama_esp_full.doc (Visité le 25 août 2005)

Ashley, E. P., and J. T. Robinson.1996. Road mortality of amphibians, reptiles and other wildlife on the Long Point causeway, Lake Erie, Ontario. Canadian Field Naturalist, 110: 403-412.

Balmford, A. et Whitten, T. 2003. Who should pay for tropical conservation, and how could the costs be met? Oryx,37:  238–250

Barthlott W., W. Lauer et A. Placke. 1996. Global distribution of species diversity in vascular plants: towards a world map of phytodiversity. Erdkunde, 50: 317-327.

Bates, D. et T.K. Rudel. 2000. The political ecology of conserving topical rain forests: a cross-national analysis. Society & natural resources, 13: 619-634.

Bayon, R., J. S. Lovink et W. J. Veening. 2000. Financing biodiversity conservation. Sustainable Development Dept., Technical papers series; ENV-134. Washington D. C., Inter-American Development Bank, 37 p.

Boyd, E. 1998. A compilation of forest statistics for selected African and Latin American countries.

Bush, M. B. et P. A. Colinvaux. 1994. Tropical forest disturbance: paleoecological records from Darien, Panama. Ecology, 75: 1761-1768.

CATIE et INRENARE. 1995. Proyecto nacional de apoyo tecnico a la extension forestal y agroforestal de Panamá: propuesta de proyecto. CATIE, INRENARE, Panama.

Chandrasekharan, C., T. Frisk et J.C. Roasio. 1996. Desarollo de productos forestales no madereros en América Latina y el Caribe. Dirección de productos forestales, Departamento de montes, Oficina regional de la FAO para América Latina y el Caribe, Santiago, Chili.   http://www.fao.org/documents/show_cdr.asp?url_file=/docrep/t2360s/t2360s00.htm (Visité le 22 octobre 2005)

CIA. 2005. The world factbook-Panama. http://www.cia.gov/publication/factbook/geos/ pm.html. (Visité le 13 août 2005).

Condit, R., W.D. Robinson, R. Ibanez, S. Aguilar, A. Sanjur, R. Martinez, R. Stallard, T. Garcia, G.R. Angehr, L. Petit, S. J. Wright, T.R. Robinson et S. Heckadon. 2001. The status of the Panama Canal watershed and its biodiversity at the beginning of the 21st Century. BioScience, 51: 389-398.

Current, D. et S.J. Scherr. 1995. Farmer costs and benefits from agroforestry and farm forestry projects in Central America and the Caribbean: implications for policy. Agroforestry systems, 30: 87-103.

Cusack, D., et F. Montagnini. 2004. The role of native species plantations in recovery of understory woody diversity in degraded pasturelands of Costa Rica. Forest Ecology and Management, 188: 1-15.

Dale, V.H., S. Brown, M.O. Calderon, A.S. Montoya et R.E. Martinez. 2003. Estimating baseline carbon emissions for the eastern Panama Canal watershed. Mitigation and adaptation strategies for global change, 8: 323-348.

D’Antonio, C. M. et P. M. Vitousek. 1992. Biological invasions by exotic grasses, the grass/fire cycle, and global change. Annual Review of Ecology and Systematics, 23: 63-87.

Doens, E. 2002. Portafolio inicial de proyectos MDL de Panamá. Fortalecimiento Institucional para el Manejo Sostenible de la Cuenca Hidrográfica del Canal de Panamá. International Resources Group, Ltd., USAID/Panama, Task Order No. 843, Contract No. OUT-PCE-I-00-96-00002-0, 74 p.

du Toit, J. T., B. H. Walker, et B. M. Campbell. 2004. Conserving tropical nature: current challenges for ecologists. Trends in ecology and evolution, 19: 12-17.

Dunn, A. 1995. Summaries of some recent project approaches to development. Rural Development Forestry Network, Network paper 18d, 10 p.

EarthTrends. 2003. Biodiversity and protected areas-Panama. EarthTrends, 7 p.

FAO. 2004. La mujer en la agricultura, medio ambiente y la producción rural- Panamá. FAO, 4 p.

FAO. 2005a. Production, trade and consumption of forest products-Panama. www.fao.org/forestry/site/22055/en/pan (Visité le 16 août 2005).

FAO. 2005b. Situación de los bosques del mundo. Departamento de montes, Documento de trabajo n°Y5574/S, Rome, Italie, 153 p.

FAO. 2005c. About non-wood forest products. Forestry department. www.fao.org/forestry/site/25451/en/pan (Visité le 16 août 2005)

Farmer, A. M. 1993. The effects of dust on vegetation-a review. Environmental Pollution, 79: 63-75.

Feyera, S., E. Beck et U. Lüttge. 2002. Exotic trees as nurse-trees for the regeneration of natural tropical forests. Trees, 16: 245-249.

Fischer, A. 1997. Integrating rural development and conservation: the impacts of agroforestry projects on smallholders in Panama. Master's thesis. Dalhousie University, Halifax, Canada.

Fischer, A. et L. Vasseur. 2000. The crisis in shifting cultivation practices and the promise of agroforestry: a review of the Panamanian experience. Biodiversity and conservation, 9: 739-756.

Fischer, A. et L. Vasseur. 2002. Smallholders perceptions of agroforestry projects in Panama. Agroforestry systems, 54: 103-113.

Fonseca, G. A. B. 1985. The vanishing Brazilian Atlantic forest. Biological Conservation, 34: 17-34

Gentry, A. H. 1982. Neotropical floristic diversity: phytogeographical connections between Central and South America, Pleistocene climatic fluctuations, or an accident of the Andean orogeny? Annals of the Missouri Botanical Garden, 69: 557-593.

Gutiérrez, R.R. et H.I. Díaz. 1999. Memoria de las estadísticas de los recursos forestales de Panamá. In Workshop for Forest Resources Assessment Programme (FRA 2000), 17-21 May 1999, Turrialba, Costa Rica.

Healey, S. P. et R. I. Gara. 2003. The effect of a teak (Tectona grandis) plantation on the establishment of native species in an abandoned pasture in Costa Rica. Forest Ecology and Management, 176: 497-507.

Heckadon S. et A. McKay. 1984. Colonización y Destrucción de Bosques en Panamá. Asociación Panameña de Antropología, Panamá.

Holdridge, L. 1967. Life Zone Ecology. Tropical Sciences Center, San Jose, Costa Rica. 206 p.

Holmes, C. M. 2003. Assessing the perceived utility of wood resources in a protected area of Western Tanzania. Biological Conservation, 111: 179-189.

Hooper, E. R., P. Legendre, et R. Condit. 2004. Factors affecting community composition of forest regeneration in deforested, abandoned land in Panama. Ecology, 85: 3313-3326.

Hooper, E. R., R. Condit, et P. Legendre. 2002. Responses of 20 native tree species to reforestation strategies for abandoned farmland in Panama. Ecological Applications, 12: 1626-1641.

Ibanez, R., R. Condit, G. Angehr, S. Aguilar, T. Garcia, R. Martinez, A. Sanjur, R. Stallard, S. J. Wright, A. S. Rand et S. Heckadon. 2002. An ecosystem report on the Panama Canal: monitoring the status of the forest communities and the watershed. Environmental Monitoring and Assessment, 80: 65-95.

INRENARE (Instituto Nacional de Recursos Naturales Renovables). 1995. Informe de Cobertura Boscosa1992. INRENARE, Panamá

INRENARE.1990. Plan de Acción forestal de Panamá : Documento principal. INRENARE, Panama City.

IPAT (Instituto Panameño de Turismo). 2005. http://www.ipat.gob.pa/ (Visité le 12 août 2005)

Iqbal, M. 1993. International trade in non-wood forest products: an overview. Forestry department, FAO, http://www.fao.org/documents/show_cdr.asp?url_file=/docrep/x5326e/x5326e06.htm (Visité le 22 octobre 2005)

Jacquard, A. 1995. J’accuse l’économie triomphante. Paris, Calmann-Lévy, 188 p.

James, A. N., K. J. Gaston, et A. Balmford. 1999. Balancing the Earth’s accounts. Nature, 401: 323-324.

Keenan, R., D. Lamb, O. Woldring, T. Irvine et R. Jensen. 1997. Restoration of plant biodiversity beneath tropical tree plantations in Northern Australia. Forest Ecology and Management, 99: 117-131.

Keipi, K. 2001. Forest financing in Latin America and Caribbean. The Inter-American Development Bank, Washington D.C., 28 p.

Kraenzel, M., A. Castillo, T. Moore et C. Potvin. 2003. Carbon storage of harvest-age teak (Tectona grandis) plantations, Panama. Forest Ecology and Management, 173: 213-225.

Lamb, D. 1998. Large scale ecological restoration of degraded tropical forest lands: the potential role of timber plantations. Restoration Ecology, 6: 271-279

Laurance, W. F. 1999. Reflections on the tropical deforestation crisis. Biological Conservation, 91: 109-117.

Leaky, R.R.B. et A.J. Simons. 1998. Domestication and commercialization of indigenous trees in agroforestry for the alleviation of poverty. Agroforestry systems, 38: 165-176.

Leigh, E. G. 1999. Tropical Forest Ecology: A View from Barro Colorado Island. Oxford University Press, 245 p.

Margiotta, M. 1998. L’agriculture périurbaine au Panama : une approche novatrice pour la préservation de l’environnement. FAO. http://www.fao.org/sd/ltdirect/lr972/w6728t12. htm

Martin, H-P., et H. Schumann. 1997. Le piège de la mondialisation. Saint-Amand-Montrond, Actes Sud, 444 p.

Martin, P. S. 1973. The discovery of America. Science, vol. 179, p. 969-974.

Martin, P. S. 1984. Prehistoric overkill : the global model. In P. S.  Martin et R. G. Klein, eds. Quaternary Extinctions, a Prehistoric Revolution. University of Arizona Press, Tucson, AZ, p. 354-403.

Montagnini, F. 2001. Strategies for the recovery of degraded ecosystems: Experiences from Latin America. Interciencia, 26: 498-511.

Montagnini, F., L. Ugalde et C. Navarro. 2003. Growth characteristics of some native tree species used in silvopastoral systems in the humid lowlands of Costa Rica. Agroforestry systems, 59: 163-170.

Montero, F. J. 2005. Panama Canal management. Marine Policy, 29: 25-37.

Moura-Costa, P. 1996. Tropical forestry practices for carbon sequestration. In: Dipterocarp Forest EcoSystems – Towards Sustainable Management. Schulte, A. et D. Schone (Eds.). World Scientific, Singapore, p. 308-334.

Myers, N. 1998. Lifting the veil on perverse subsidies. Nature, 392: 327-328.

Myers, N., R. A. Mittermeier, C. G. Mittermeier, G. A. B. da Fonseca, et J. Kent. 2000. Biodiversity hotspots for conservation priorities. Nature, 403: 853-858.

Nair, P.K.R. 1998. Directions in tropical agroforestry research: past, present and future. Agroforestry systems, 38: 223-245.

Nepstad, D., C. Uhl, et E. A. S. Serrao. 1991. Recuperation of a degraded Amazonian landscape: forest recovery and agricultural restoration. Ambio, 20: 248-255.

Otsamo, A, G. Adjers, T. S. Hadi, J. Kuusipalo et R. Vuokko. 1997. Evaluation of reforestation potential of 83 tree species planted on Imperata cylindrica dominated grassland. A case study from South Kalimantan, Indonesia. New Forests, 14: 127–143.

Panama Canal Watershed Monitoring Project (STRI – ANAM – USAID): 1999, Panama City, Panama.

Parker, T., J. Carrion et R. Samudio. 2004. Biodiversity and tropical forestry assessment of the USAID/Panama program. Chemonics International Inc., Task Order #824, BIOFOR IQC No. LAG-I-00-99-00014-00, 111 p.

Parrotta, J.A., et J.W  Turnbull, (Eds.), 1997. Catalyzing native forest regeneration on degraded tropical lands. Forest Ecology and Management,  99: 1–290.

Pérez, E. 2005. La situación de la ganaderia en Centroamerica. In Intensificación de la ganaderia en Centroamerica : beneficios economicos y ambientales. LEAD Digital Library,  http://www.fao.org/WAIRDOCS/LEAD/x6366s/x6366s00.HTM (Visité le 17 août 2005)

Pfaff, A.S.P., S. Kerr, R.F. Hughes, S. Liu, G.A. Sanchez–Azofeifa, D. Schimel, J. Tosi, V. Watson. 2000. The Kyoto protocol and payments for tropical forest: An interdisciplinary method for estimating carbon-offset supply and increasing the feasibility of a carbon market under the CDM. Ecological Economics, 35: 203–221.

Piperno, D. R., M. B. Bush, et P. A. Colinvaux. 1991. Paleoecological perspectives on human adaptation in Central Panama. II. The Holocene. Geoarchaeology, 6 : 201-226.

PRORENA, Proyecto de Reforestación con Especies Nativas. 2005. http://research.yale.edu/prorena/entrada_espanol.htm (Visité le 1er août 2005)

Ramírez, C. A. 2003. Estado de la diversidad biológica de los árboles y bosques de Panamá. Documentos de Trabajo: Recursos Genéticos Forestales. FGR/50S Servicio de Desarrollo de Recursos Forestales, Dirección de Recursos Forestales, FAO, Roma.

Ruiz, B. I. (Ed.). 2002. Manual de reforestación tropical. USDA Forest Service, International Institute for Tropical Forestry. General technical report IITF-GTR-18, 206 p.

Scoggan, H. J. 1978. The flora of Canada – part 1, general survey. National Museums of Canada, 89 p.

Sedjo, R.A. 1999. The potential of high-yield plantation forestry for meeting timber needs. Recent performance, future potentials, and environmental implications. New Forests, 17: 339–359.

Silitonga, T. 1994. Indonesia. In Durst, P.B., W. Ulrich et M. Kashio, eds. Non-wood forest products in Asia. Regional Office for Asia and the Pacifica (RAPA) publication n° 1994/28, FAO, Bangkok, http://www.fao.org/documents/show_cdr.asp?url_file=/docrep/X5334E/x5334e05.htm. (Visité le 23 octobre 2005)

Simpson, G. G. 1980. Splendid isolation. The curious history of South American mammals.  Yale University Press, New Haven, Connecticut.

Smith, J. 2002. Afforestation and reforestation in the clean development mechanism of the Kyoto Protocol: implications for forests and forest people. Int. J. Global Environmental Issues, 2: 322-343.

Spurr, S. H. et Barnes, B. V. 1980. Forest ecology. John Wiley and Sons, New-York, 687 p.

Uhl, C. 1987. Factors controlling succession following slash-and-burn agriculture in Amazonia. Journal of Ecology, 75: 377-407.

Underhill, J. E. et P. G. Angold. 2000. Effects of roads on wildlife in an intensively modified landscape. Environmental Review, 8: 21-39.

US Library of Congress. 2005. Panama: agriculture. US Library of Congress, Federal Research Division, Country Studies/Area Handbook Series (1986-1998). http://countrystudies.us/panama/46.htm (Visité le 25 août 2005)

Velarde, S. J. 2004. Socio-economic trends and outlook in Latin America: Implications for the forestry sector to 2020.Latin American Forestry Sector Outlook Study Working Paper - ESFAL/T/01, 106 p.

Wells, M., K. Brandon, et L. Hannah, 1992. People and Parks: Linking Protected Area Management with Local Communities. Washington DC, The World Bank.

Wilcox, B. A. 1980. Insular ecology and conservation. In M. E. Soulé et B. A. Wilcox, eds. Conservation biology: an evolutionary-ecological perspective. Sinauer, Sunderland, Massachusetts, p. 95-118.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Bilodeau Gauthier et Pascal Côté, « Conservation et restauration de la forêt tropicale du Panama : enjeux et pistes de solutions », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 6 Numéro 2 | septembre 2005, mis en ligne le 01 septembre 2005, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4210 ; DOI : 10.4000/vertigo.4210

Haut de page

Auteurs

Simon Bilodeau Gauthier

Département des sciences biologiques, Faculté des sciences, Université du Québec à Montréal, Case postale 8888, Succursale Centre-ville, Montréal (Québec), H3C 3P8, Centre Saint-Laurent, 105 rue McGill, 7e étage, Montréal (Québec), H2Y 2E7  simon.bgauthier@gmail.com

Pascal Côté

Département des sciences biologiques, Faculté des sciences, Université du Québec à Montréal, Case postale 8888, Succursale Centre-ville, Montréal (Québec), H3C 3P8,mr_cote99@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page