Navigation – Plan du site
Dossier: L’aménagement forestier : les enjeux sociaux, économiques et environnementaux

Forêt identitaire, forêt partagée : Trajectoire d’une recherche participative chez les Anicinapek de Kitcisakik (Québec, Canada)

Marie Saint-Arnaud, Lucie Sauvé et Daniel Kneeshaw

Résumés

L’élaboration de stratégies d’aménagement forestier adaptées aux cultures autochtones figure parmi les défis de la foresterie moderne au Canada. Les Anicinapek de Kitcisakik (Québec, Canada) ont choisi de s’engager dans un processus de recherche, en collaboration avec une équipe universitaire interdisciplinaire et un regroupement de partenaires industriels. Cette initiative a permis d’entreprendre un dialogue interculturel dans le but de mieux définir les fondements d’une foresterie dite « autochtone » qui s’appuie sur une démarche d’élaboration de critères et d’indicateurs locaux pour l’évaluation et l’amélioration de scénarios d’aménagement forestier. Cet article présente les grandes étapes de cette recherche participative ainsi que les principaux défis éducatifs, méthodologiques et stratégiques qui ont émergé en cours de route.

Haut de page

Texte intégral

1La richesse et la diversité des expériences de foresterie communautaire qui se déploient à travers le monde ont été présentées de manière éloquente au Congrès forestier mondial tenu à Québec en 2003 (Gouvernement du Canada, 2003). En marge de cet événement, 254 délégués autochtones en provenance de tous les continents réaffirmaient leur volonté de participer à l’aménagement des forêts de la planète en adoptant le Plan d’action de Wendake (Forum des peuples autochtones, 2003). Au Canada, où 94% de la forêt est du domaine public (Coalition pour la stratégie nationale des forêts (CSNF), n.d.), l’accès au patrimoine forestier demeure un enjeu majeur. Les peuples autochtones du Canada, dont 80% vivent encore aujourd’hui en relation étroite avec la forêt, sont en voie de se tailler une nouvelle place sur l’échiquier forestier. Bien que leurs différents parcours aient souvent été marqués par l’exclusion, l’assimilation ou la confrontation, plusieurs exemples de collaboration et de partenariat ont vu le jour au cours des dernières années.

  • 1  Les Algonquins se désignent dans leur langue par le terme Anicinapek, au pluriel, et Anicinabe, au (...)
  • 2  Kitcisakik, est le terme algonquin qui signifie « à la grande embouchure » pour désigner le Grand (...)

2De leur côté, les Anicinapek1 de Kitcisakik2 (Grand-Lac-Victoria, Québec) ont choisi de s’engager dans un projet de recherche collaborative en partenariat avec une équipe de recherche interuniversitaire et un regroupement de huit compagnies forestières. Le projet vise à identifier les fondements et les stratégies d'une foresterie qui réponde aux aspirations des gens de Kitcisakik. Il s’agit de contribuer à enrichir l’éventail des manifestations de l’émergence d’une nouvelle foresterie qui prend de l’essor au Canada et que l’on qualifie de « foresterie autochtone ».

3Dans cet article, nous exposons les principales étapes de cette recherche entreprise à Kitcisakik il y a cinq ans et qui continue d’évoluer dans un contexte forestier en plein changement. Nous explicitons l’articulation des quatre volets du projet en insistant sur son caractère interdisciplinaire, participatif et éducatif. Nous présentons quelques résultats préliminaires du processus amorcé pour l’élaboration d’un ensemble de critères et d’indicateurs d’une foresterie adaptée au contexte socio-environnemental de Kitcisakik. Enfin, nous discutons de certains défis éducatifs, méthodologiques et stratégiques que pose ce type de recherche.

Vers un changement de paradigme en foresterie

4Les forces du marché et les pressions populaires sont en voie d’imposer des changements à la culture forestière tant au niveau national qu’international. Au Canada, les peuples autochtones sont entrés de plein pied dans la modification des règles du jeu. La récolte de matière ligneuse sur des terres souvent occupées ou revendiquées par les Premières Nations a obligé les tribunaux à se prononcer sur la nature des droits ancestraux. L’augmentation de la demande pour des produits forestiers certifiés (Forest Stewardship Council, 2005) figure également parmi les forces de changement. Au Québec, les modifications apportées en 2001 à la Loi sur les forêts (L.R.Q., c. F-4.1), les recommandations de la Commission d’étude sur la gestion de la forêt publique québécoise (2004), les récents jugements de la Cour Suprême du Canada (les arrêts Delgamuukw (1997), Taku River (2004) et Haïda Nation (2004)) et de la Cour supérieure du Québec (La Première Nation de Betsiamites c. Procureur général du Canada et al., 2005) réaffirment la nécessité de tenir compte des préoccupations des Premières Nations en matière d’aménagement forestier. Il en va de même pour le Conseil canadien des ministres des forêts (2003) qui a reconduit six critères d’aménagement forestier durable, en précisant plusieurs sous-éléments relatifs à la participation des Premières Nations lors de la planification des opérations forestières.

5Au cours des quinze dernières années, le développement de la « foresterie autochtone » a pris de multiples formes (Programme forestier des Premières Nations, 2002, 2004 ; Parsons et Prest, 2003). De nombreuses expériences de partenariats avec l’industrie forestière, d’innovations basées sur des modèles participatifs et d’initiatives en matière de gestion intégrée des ressources ont été tentées. Citons entre autres les travaux de recherche réalisés à la Forêt modèle crie de Waswanipi et l’Entente de la Paix des braves chez les Cris de la Baie James (2002) ; l’Entente trilatérale du Lac Barrière chez les Algonquins de Lac-Rapide ; la Table d’harmonisation chez les Atikamekw de Wemotaci ; le programme des Gardiens de la forêt  chez les Innus du Labrador ; l’approche des critères et indicateurs développée chez les Cris de Little Red River en Alberta; l’implication des Nations Nuu-chah-nulth dans Iisaak Forest Resources en Colombie-Britannique.

6Toutefois, dans la plupart des cas, les conditions socio-économiques et politiques qui prévalent en milieu autochtone ne suffisent pas à faciliter le développement d’une foresterie mieux adaptée aux besoins des Premières Nations (Stevenson et Webb, 2003). La modification des règles du jeu en matière de foresterie fait appel à l’émergence d’une nouvelle culture de participation, tant au sein de l’industrie et du gouvernement que des communautés en tant que telles.

Le cas des Anicinapek de Kitcisakik

7La communauté des Anicinapek de Kitcisakik en Abitibi-Témiscamingue (Québec, Canada) a traversé le XXe siècle en maintenant un mode de vie semi-sédentaire, fortement associé à l’environnement forestier. Les 400 membres de cette communauté algonquine, qui figure parmi les plus pauvres au Canada, occupent une partie de leur territoire ancestral principalement localisé dans les limites actuelles de la Réserve faunique La Vérendrye, à une centaine de kilomètres au sud de Val d’Or (Figure 1).

8Ce vaste territoire de forêt mélangée couvre 6 000 km2. Il est situé dans les domaines bioclimatiques de la sapinière à bouleau jaune et de la sapinière à bouleau blanc, aux confins de la forêt boréale méridionale. À partir du début du XXe siècle, les changements associés à la colonisation ont eu des répercussions importantes sur le mode de fréquentation du territoire et l’organisation sociale de la communauté de Kitcisakik (Leroux et al., 2004). En outre, l’intensification de la foresterie industrielle a provoqué un sentiment d’usurpation contribuant à l’émergence de frustrations et de conflits.

9Les images satellitaires du territoire de Kitcisakik (Figure 2) montrent que, depuis 1970, plus de 50% des superficies productives ont été récoltées sur les terrains de chasse familiaux. Aujourd’hui, une dizaine d’entreprises forestières y détiennent des contrats d’approvisionnement et d’aménagement forestier (CAAFs) à long terme (25 ans, renouvelables) et y récoltent annuellement plus de 400 000 m3 de bois, soit l’équivalent du chargement d’au moins 10 000 camions de transport. Alors que les pourparlers concernant la construction d’un village permanent et la reconnaissance de l’assise territoriale sont à l’ordre du jour, la communauté se trouve à un point tournant de son histoire. Dans ce contexte, le Conseil des Anicinapek de Kitcisakik a sollicité la collaboration de notre équipe de recherche pour amorcer une réflexion portant sur les enjeux forestiers qui touchent la communauté et pour envisager des solutions pour l’avenir.

Figure 1. Localisation du territoire occupé par les Anicinapek de Kitcisakik (Québec, Canada).

Figure 1. Localisation du territoire occupé par les Anicinapek de Kitcisakik (Québec, Canada).

Objectifs d’une recherche participative en milieu autochtone - Accompagner une démarche communautaire

10Dès l’amorce des travaux, certaines questions sont apparues prioritaires pour la communauté. Dans le contexte du cheminement identitaire actuel des gens de Kitcisakik, comment raviver cette relation privilégiée que les Anicinapek ont historiquement entretenue avec la forêt? Est-il possible de définir un nouvel espace partagé entre l’industrie forestière et la population? Quels seraient les fondements et les pratiques d’une foresterie « autochtone » à Kitcisakik? Quels principaux éléments d’une stratégie d’aménagement s’inscriraient dans cette nouvelle relation à la forêt et à la foresterie qui prend forme chez les Premières Nations? Ce questionnement nous a amenés à préciser collectivement des objectifs de recherche scientifique et des objectifs de développement communautaire. Ici, la construction du savoir est en effet indissociable d’une démarche d’appropriation de la problématique et de quête de solutions de la part des membres de la population concernée. Une telle démarche est éducative en ce qu’elle appuie un cheminement émancipatoire et le développement de compétences locales. Dans les pages qui suivent, nous présentons les quatre volets interdisciplinaires de la recherche (Figure 3), chacun comportant ses objectifs, son cadre théorique et sa méthodologie (Tableau 1). La dynamique interactive qui s’est instaurée au cours du déroulement du projet lui confère une dimension réflexive et adaptative qui contribue déjà au processus de changement social et de transformation des acteurs.

Figure 2.  Zones perturbées par la récolte forestière depuis 1970 et  plans de récolte pour la période 2004-2006 sur le territoire ancestral de Kitcisakik.

Figure 2.  Zones perturbées par la récolte forestière depuis 1970 et  plans de récolte pour la période 2004-2006 sur le territoire ancestral de Kitcisakik.

Volet I - La relation des Anicinapek à la forêt et à la foresterie

11Le premier volet de la recherche vise à caractériser la dimension phénoménologique (Marton, 1994) de la problématique forestière, telle que vécue, perçue et conçue par la communauté. En particulier, nous avons tenté de mettre au jour les éléments dominants du système de représentations de la forêt et de la foresterie chez les gens de Kitcisakik. Dans un contexte où l’exploitation forestière est omniprésente et se trouve historiquement associée à la colonisation, il était essentiel d’amorcer un dialogue communautaire permettant aux gens de s’exprimer sur les fondements de leur rapport à la forêt et de favoriser une réflexion sur leur avenir. L’implication des représentants de l’industrie forestière dans le projet de recherche offrait également un contexte d’échange et d’apprentissage réciproques. L’enquête du Volet I nous est apparue comme un préalable nécessaire à l’amorce des discussions portant sur les diverses options d’aménagement (Volet II). Nous inspirant de l’approche ethnographique, nous avons adopté une démarche méthodologique adaptative. Le choix et la mise au point des stratégies de cueillette de données (Tableau 3) ont constitué l’un des principaux défis des premières étapes du projet.

Figure 3. Les quatre volets de la démarche de recherche participative, éducative et adaptative réalisée en collaboration avec les Anicinapek de Kitcisakik.

Figure 3. Les quatre volets de la démarche de recherche participative, éducative et adaptative réalisée en collaboration avec les Anicinapek de Kitcisakik.

12Les deux premiers groupes de questions abordées au cours des entretiens semi-dirigés concernent les aspects cognitifs, affectifs et comportementaux des représentations : « Qu’est-ce que la forêt pour un Anicinabe? Quelles sont vos préoccupations au regard de la forêt et de la foresterie? » D’autres questions ont une portée plus pratiques : elles concernent l’aménagement du territoire, notamment les éléments du paysage à protéger, les éléments d’une foresterie autochtone et les projets d’avenir des participants. Une stratégie d’analyse de contenu (Bardin, 1998; Kaufman, 2003) permettra d’élaborer une « cartographie » du système de représentations de la forêt et de la foresterie chez les gens de Kitcisakik.

13Le cadre théorique des représentations sociales (Moscovici, 2003; Jodelet, 2003) nous a semblé particulièrement pertinent pour mieux comprendre les fondements du rapport à la forêt des Anicinapek de Kitcisakik et clarifier les différentes facettes de la problématique forestière telle que vécue par la communauté. En abordant les systèmes d’interprétation des rapports des humains entre eux et avec leur environnement, l’étude des représentations sociales permet de comprendre la relation Anicinapek/forêt/foresterie dans une perspective culturelle, systémique et holistique. Rappelons qu’une représentation, « tient à la fois du savoir, de la croyance et de l’attitude. Elle résume une certaine expérience du monde qui ne se dissocie pas de son interprétation; elle exprime un système de valeurs » (Rouquette et Rateau, 1998, p. 168). L’étude des représentations est complémentaire à la cartographie de l’occupation du territoire et à l’inventaire des connaissances écologiques traditionnelles qui sont habituellement entrepris pour la préservation du patrimoine culturel des communautés autochtones (Lévesque et al., 2004; Stevenson, 2005). De telles collectes de données sont en cours à Kitcisakik, à travers d’autres projets initiés par la communauté.

Tableau 1 : Objectifs, cadres théoriques et méthodologies associés aux quatre volets de la recherche.

VOLETS

Objectifs scientifiques

Objectifs communautaires

Cadres théoriques

Méthodologies

VOLET I

Caractérisation de la relation Anicinapek/Forêt/Foresterie

à Kitcisakik

Caractériser les éléments dominants du système de représentations qui définit la relation des Anicinapek de Kitcisakik à l’égard de la forêt et de la foresterie.

Favoriser chez les participants Anicinapek la clarification de leur propre rapport à la forêt et l’expression de leurs objectifs de développement communautaire;

Susciter un dialogue entre les partenaires communautaires, scientifiques et industriels.

Champ théorique des représentations sociales : plus spécifiquement, le courant ethnographique

(Jodelet, 2003)

Multi-stratégies :

- Observation participante

- Entretiens semi-dirigés

- Stratégies adaptatives

 (Voir Tableau 2.)

VOLET II

Modélisation et discussion des scénarios d’aménagement forestier

Identifier des critères et des indicateurs locaux de nature à favoriser le développement de scénarios forestiers adaptés à la communauté;

Développer et valider des options d’aménagement forestier qui tiennent compte des critères identifiés par la communauté.

Favoriser une meilleure connaissance des stratégies forestières utilisées par l’industrie;

Développer une vision critique et constructive pour adapter les scénarios forestiers.

Rendement soutenu (Loi sur les forêts, L.R.Q., c. F-4.1);

Aménagement écosystémique (Bergeron et al., 1999);

Cadre de référence des critères et indicateurs d’aménagement forestier durable (CCMF, 2003).

Schématisation de scénarios forestiers simplifiés pour fins d’examen critique;

Modélisation numérique de différents scénarios forestiers intégrant les résultats de la validation des premiers schémas;

Groupes de discussion.

VOLET III

Proposition d’éléments théoriques et pratiques d’une foresterie autochtone à Kitcisakik

Identifier les fondements et les objectifs d’une foresterie autochtone adaptée au contexte socio-environnemental de Kitcisakik s’appuyant sur des stratégies participatives et des scénarios d’aménagement validés.

Soutenir l’affirmation identitaire dans la définition d’éléments d’une foresterie autochtone adaptée à Kitcisakik;

Contribuer aux projets de développement communautaire.

Cadre théorique émergeant de la synthèse des travaux des Volets I, II et Transversal

Groupes de discussion au sein de la communauté;

Groupes de discussion entre les partenaires communautaires, scientifiques et industriels;

Entretiens semi-dirigés.

VOLET TRANSVERSAL

Processus participatif/éducatif

Vérifier le potentiel éducatif d’une approche de recherche participative dans un contexte autochtone.

Renforcer les compétences locales en foresterie;

Stimuler la dynamique participative à Kitcisakik et favoriser l’implication de la population dans les différentes consultations communautaires.

Éducation relative à l’environnement (Sauvé, 1997);

Théorie critique (Robottom et Hart, 1993);

L’agir communicationnel (Habermas, 1987).

Approches phénoménologique,

ethnologique et réflexive;

Stratégies adaptatives.

Volet II - Les scénarios d’aménagement

  • 3  Selon le CCMF (2003), « Les critères représentent les valeurs forestières que la population canadi (...)

14Les résultats du Volet I permettront de définir des critères et des indicateurs3 locaux pour une « foresterie autochtone » (un exemple est présenté au Tableau 2). Cette démarche facilitera l’évaluation de scénarios d’aménagement par la communauté et le développement d’alternatives adaptées au contexte autochtone. Le Volet II a pour but d’identifier les éléments du scénario qui serait le mieux adapté aux préoccupations et aux aspirations des gens de Kitcisakik. Est-ce que la communauté pourrait se rallier à l’une des options proposées? Y aurait-il des différences intergénérationnelles dans le choix des scénarios préférés? Des scénarios intermédiaires seraient-ils envisageables? Quels compromis seraient nécessaires pour retenir un scénario qui rallie le plus grand nombre de membres de la communauté?

15Trois options seront modélisées et présentées à la population : 1) Le scénario « classique » demeure l’utilisation généralisée de la coupe totale avec protection de la régénération et des sols (CPRS) sur de grandes superficies concomitantes, comprenant des séparateurs de faible dimension entre les coupes. Ce scénario de coupes agrégées constituait, jusqu’à récemment, la principale approche d’aménagement forestier utilisée au Québec ; 2) Depuis 2005, l’approche de « coupe mosaïque » qui prévoit une plus grande dispersion des parterres de coupe à l’échelle du paysage doit s’appliquer à 60% des chantiers au Québec. La CPRS demeure toutefois le traitement sylvicole privilégié pour ce scénario; 3) Le scénario « d’aménagement écosystémique » suggère de s’appuyer sur les connaissances de la dynamique des perturbations naturelles (incendies de forêt, épidémies d’insectes défoliateurs, chablis, etc.) pour déterminer les différents types de traitements (coupes totales, coupes partielles, coupes sélectives) et maximiser la protection de la biodiversité (Bergeron et al., 1999; Haeussler et Kneeshaw, 2003). Ainsi, la structure et la composition naturelles des forêts inspirent une approche dite « en trois cohortes » qui tient compte de l’importance relative des trois principaux stades de développement de la forêt naturelle après une perturbation, soit le stade de régénération, le stade mature et le stade suranné.

16Il ne fait aucun doute que les enjeux d’aménagement forestier qui concernent les gens de Kitcisakik dépassent des considérations strictement sylvicoles. Toutefois, parmi nos hypothèses de recherche, la première s’appuie sur le fait que la plupart des communautés autochtones se sont adaptées, au fil des siècles, à un environnement modulé par les perturbations naturelles et ont développé des pratiques écologiques et un mode d’organisation sociale qui assuraient leur survie. En conséquence, si le modèle « écosystémique » semble intéressant d’un point de vue environnemental, il pourrait aussi vraisemblablement convenir aux valeurs, au mode de vie et aux aspirations des communautés autochtones, en privilégiant un mode de gestion communautaire, à l’échelle du paysage. Par contre, les travaux de Leroux et al. (2004) ont confirmé que l’attachement au terrain familial de chasse est fortement ancré chez les gens de Kitcisakik. La phase exploratoire de la recherche a donc permis de formuler l’hypothèse inverse selon laquelle les membres de la communauté préféreraient un scénario de coupe en mosaïque qui prévoit une dispersion des coupes sur l’ensemble du territoire, plutôt qu’une éventuelle concentration sur certains terrains familiaux. Il s’agit notamment du choix qu’ont fait les Cris de la Baie James dans l’Entente de la Paix des Braves (Gouvernement du Québec, 2002). La démarche du Volet II de la recherche permettra d’établir et de justifier les préférences des gens de la communauté. Les scénarios émergents pourront être des variations ou des amalgames des différentes options proposées.

Volet III - Éléments théoriques et pratiques d’une foresterie autochtone

17Le Volet III permettra de réaliser la synthèse de l’ensemble des résultats des Volets I et II de la recherche et du Volet Transversal pour identifier les fondements et les objectifs d’une foresterie autochtone adaptée au contexte socio-environnemental de Kitcisakik. La proposition théorique émergeant de cette recherche s’appuiera sur des éléments du système de représentations qui caractérise la relation à la forêt et à la foresterie des gens de Kitcisakik. Elle permettra la définition de scénarios d’aménagement forestier co-construits et validés par la communauté. Elle s’appuiera également sur des éléments d’une stratégie participative, éducative et adaptative en matière d’aménagement forestier.

Volet Transversal - Une approche participative et éducative

18La particularité de cette recherche tient principalement à ce Volet Transversal, de nature participative et éducative, qui s’appuie sur un cadre de référence en éducation relative à l’environnement (Sauvé et al., 2006). Depuis maintenant plusieurs années, on reconnaît la pertinence de développer des projets à caractère participatif en collaboration avec les communautés autochtones, ou en milieux ruraux dans les pays de l’hémisphère Sud (Leboterf, 1981 ; Lammerink et Wolffers, 1998 ; Gouvernement du Canada, 2003). Le volet participatif et éducatif du projet comporte un objectif scientifique qui vise à préciser les fondements et méthodes des stratégies de recherche collaborative en milieu autochtone. Les objectifs communautaires sont axés sur le renforcement de la dynamique participative et le développement des compétences locales en foresterie.

Tableau 2. Exemples de critères et d’indicateurs locaux de foresterie autochtone associés aux représentations de la forêt et de la foresterie chez les Anicinapek de Kitcisakik.1

191 Les critères et indicateurs présentés dans ce tableau sont issus d’une analyse préliminaire et partielle de l’ensemble du corpus de données.

Préoccupations relatives à la forêt

Préoccupations

relatives à  la forêt

Exemples d’extraits d’entrevue

Critères locaux de foresterie autochtone

Indicateurs biophysiques

« Peut-être qu’on les verra plus, nos arbres, comme avant. C’était des arbres qu’on avait. Là, ça va être du wasadi (du tremble). Des arbres comme cela qui poussent…C’est pas des arbres robustes, il n’y en n’a plus».

Maintien de la composition forestière naturelle

Proportion du territoire dominée par chaque espèce arborescente

«Au lac Joncas, la forêt était plus dense. Moi je trouvais ça beau. C’était pas pareil. Il y avait des gros arbres. Aujourd’hui c’est pas beau. Je demandais à mon père : où est notre place, là où on restait avant?».

Protection des forêts matures

Diamètre des arbres

Biomasse forestière

« Les chemins sont ouverts. Tout le monde a accès à tous nos terrains de trappe».

Contrôle de l’accès au territoire

Étendue du réseau routier (en km par km2) sur les terrains de chasse familiaux

« Quand tu t’en vas dans les plantations, c’est rare que tu vas voir la martre, les animaux qu’on trappe. Ils ne passent pas. Ils ne vivent pas dans ces places-là ».

Protection des habitats fauniques (des espèces chassées ou trappées)

Proportion relative des habitats fauniques intacts sur le territoire

Indices de qualité d’habitats

« Parce qu’aujourd’hui les compagnies forestières font de la plantation mais ils replantent seulement du cyprès (pin gris)».

«La plantation, c’est une forêt synthétique».

Maintien après coupe de la diversité arborescente naturelle

Espèces reboisées

20L’éducation relative à l’environnement (ERE) propose un angle novateur pour contribuer à la résolution des problématiques forestières en milieu autochtone en se penchant sur le réseau des relations entre les personnes, le groupe social d’appartenance et l’environnement. L’ERE est un champ d'intervention éducative souvent lié à l'action sociale et au développement d’un véritable « pouvoir-faire ». Nous avons ainsi proposé que les Volets I, II et III de la recherche se déroulent selon une démarche participative transversale qui guiderait les interactions de l’équipe de recherche avec la communauté. Parmi les divers courants théoriques et pratiques complémentaires de l'éducation relative à l'environnement (Sauvé, 1997), nous adoptons plus spécifiquement le courant du biorégionalisme et du développement local(Traina, 1995 ; Vachon, 1993) et celuide la critique sociale (Robottom et Hart, 1993) qui mettent l’accent sur l’investigation collaborative et critique des réalités socio-environnementales. L’éducation relative au milieu forestier se développe ici dans une perspective de construction de savoirs pertinents pour la population concernée et selon un approche de résolution de problèmes. À travers cette dynamique, c’est en fin de compte la transformation de ses acteurs qui est visée, tant au sein de la communauté, qu’en milieu industriel et chez les chercheurs universitaires. Cette approche éducative s’inspire également de la théorie de l’agir communicationnel développée par Habermas (1987) selon laquelle les dynamiques dialogiques sont nécessaires à la reconstruction des rapports sociaux et à l’équilibre des relations de pouvoir.

Vers la définition de critères et d’indicateurs locaux d’une foresterie autochtone à Kitcisakik – Quelques résultats préliminaires

21La définition de critères et d’indicateurs locaux d’aménagement forestier « durable » (CCMF, 2003) a été entreprise dans plusieurs communautés dépendantes de la forêt (Sherry et al., 2005; Beckley, 2000; Lévesque et Montpetit, 1997). Toutefois, il importe d’identifier les repères spécifiques qui tiennent compte du contexte socio-économique et politique particulier à chaque communauté. Dans le cadre du Volet I, nous avons réalisé trente entrevues individuelles et familiales et participé à de nombreuses activités communautaires permettant de récolter des données de manière informelle. La caractérisation des représentations permettra de dégager un ensemble de critères et d’indicateurs qui serviront à l’évaluation-critique par la communauté de différentes options d’aménagement. Le Tableau 2 présente quelques extraits d’entrevues réalisées à Kitcisakik qui illustrent certaines préoccupations de la communauté, ainsi que les critères et indicateurs qui pourraient être associés à ces données. Mentionnons les critères suivants : le maintien de la composition forestière naturelle, la protection des forêts matures, le contrôle de l’accès au territoire, la protection des habitats fauniques et le maintien de la biodiversité naturelle après coupe. L’analyse complète du corpus de données permettra d’identifier des critères de foresterie autochtone qui tiendront compte à la fois des aspects socio-culturels et biophysiques. Des indicateurs de nature qualitative ou quantitative permettront aux membres de la communauté d’appliquer ces critères à l’évaluation de différents scénarios d’aménagement (Volet II).

Défis émergeant des premières étapes du projet

22De nombreux auteurs se sont penchés sur les risques et les écueils associés aux projets participatifs (dont Berthelot, 2004 ; Bidou, 2004). Parmi les enjeux, Robottom et Sauvé (2003) ont notamment mentionné le partage des pouvoirs, le rôle et la signification du partenariat de recherche, la notion de rigueur, l’enjeu colonialiste du « dumping » de matériel de formation et la rationalité technocratique. Malgré tout, McGregor (2002) a montré que les recherches en milieu autochtone qui impliquent les communautés à toutes les étapes de leur déroulement et qui privilégient les moyens de partage de l’information qui leur sont propres offrent de meilleures chances de succès. Adoptant cette voie, notre équipe de recherche a toutefois dû faire face à des défis éducatifs, méthodologiques et stratégiques importants.

Défis éducatifs : le renforcement des capacités locales et d’une dynamique participative

23Les défis éducatifs relatifs à l’aménagement forestier en milieu autochtone ont été clairement identifiés dans la Stratégie nationale sur les forêts 2003-2008 (CSNF, n.d): la pénurie de ressources techniques, humaines et financières de même que l’absence de cadres stratégiques pertinents entravent la participation des Autochtones à l’aménagement de la forêt. Par ailleurs, la Commission d’étude sur la gestion de la forêt publique québécoise (2004) a insisté sur la nécessité de soutenir la recherche et de développer au Québec des programmes d’éducation relative au milieu forestier pour appuyer la décentralisation de la gestion forestière. Ainsi, les acteurs de l’aménagement forestier font face à des défis éducatifs de taille.

24Les étapes initiales de notre recherche se sont déroulées depuis 2001 dans un contexte qui s’apparente aux conditions décrites par la Coalition pour la stratégie nationale sur les forêts. La communauté manquait de ressources et d’organisation pour faire face à l’intensification des opérations forestières sur son territoire ancestral; les compétences locales étaient mal adaptées au contexte des consultations prescrites dans le cadre des amendements apportés à la Loi sur les forêts; les échanges avec l’industrie et le Ministère des ressources naturelles (MRNQ) étaient difficiles. Dans la communauté, seul un comité ad hoc bénévole répondait aux urgences en matière de foresterie.

25Le partenariat de recherche a contribué à la consolidation du « Comité Forêt » de Kitcisakik. Deux assistants autochtones ont été embauchés et sont devenus les membres permanents du Comité. Le climat de collaboration qui s’est installé entre les membres de notre équipe de recherche, les représentants de l’industrie et le Comité Forêt a favorisé le développement de capacités locales en foresterie et la mise en place d’une structure institutionnelle permanente. Des entretiens formels réalisés avec les assistants de recherche dans le cadre du Volet Transversal témoignent de l’importance qu’ils accordent aux apprentissages réalisés au cours du projet. Nos collaborateurs autochtones ont identifié les principaux éléments ayant marqué leur cheminement, soit les activités de formation, la présentation d’une affiche au Congrès forestier mondial, les échanges avec les chercheurs, les rencontres de travail à l’université et le caractère participatif du projet. Ils ont aussi identifié des écueils, notamment la difficulté de gagner la confiance des membres de la communauté, leur statut parfois délicat et ambigu en tant qu’assistant de recherche et agent de liaison communauté/industrie, la lenteur des progrès réalisés et le langage parfois hermétique des chercheurs. Par ailleurs, en ce qui concerne notre équipe universitaire, les activités du volet participatif/éducatif ont permis l’analyse critique de notre démarche de recherche, une amélioration continue de nos modes de travail et le développement de stratégies de recherche adaptatives.

26Au fil des nombreuses rencontres (formelles et informelles) qui ont eu lieu entre les membres de notre équipe de recherche, les gens de Kitcisakik et des représentants de l’industrie, on constate que le projet a favorisé le renforcement d’une dynamique participative au sein de la communauté en relançant le débat sur la foresterie. Grâce à l’appui indéfectible du Conseil des Anicinapek de Kitcisakik qui valorise les projets à caractère éducatif et encourage depuis le début, la communauté à participer à la recherche, la collaboration avec notre équipe s’est intensifiée (Voir la photo Une sortie sur le terrain avec les membres du Groupe de soutien de la forêt de Kitcisaki). Au cours de la dernière année, on a assisté à la multiplication des projets communautaires associés à la forêt (inventaire multi-ressources, sentier écologique, répertoire des plantes médicinales, formation en débroussaillage, journalisme environnemental), favorisant la création d’emploi à Kitcisakik. Nous avons également mis sur pied un groupe de soutien au Comité Forêt, composé d’une quinzaine de bénévoles de la communauté, particulièrement intéressés par les questions forestières. Le Groupe de soutien offre désormais un contexte privilégié de participation et d’éducation communautaire. Ses membres collaboreront aux prochaines étapes de la recherche, notamment en ce qui concerne l’élaboration et la validation des scénarios forestiers (Volet II). Jusqu’ici, on observe que le projet de recherche a contribué au renforcement des capacités locales à trois niveaux stratégiques : 1) le Comité permanent sur la forêt; 2) le Groupe de soutien au Comité Forêt; 3) la communauté.

Défis méthodologiques : une approche adaptative

27Les premières étapes du projet se sont déroulées dans un contexte qui a obligé notre équipe de recherche à innover au plan méthodologique. En réponse aux difficultés que nous avons rencontrées à réaliser des entrevues formelles selon un plan pré-déterminé, nous avons développé une approche adaptative multi-stratégique. Nous avons tenté de tirer profit de chaque situation qui pouvait permettre de recueillir des données. Le Tableau 3 illustre la diversité des interventions éducatives et des stratégies de recherche qui ont été développées en fonction des événements communautaires.

28Ainsi, par exemple, nous avons saisi l’occasion de l’expédition en canot qui a lieu chaque année avec les jeunes de la communauté pour lancer un projet photographique portant sur la forêt et favoriser l’interprétation du paysage par les participants. Cette stratégie d’exploration du milieu (Sauvé et al., 2005) a suscité un vif intérêt chez les jeunes et a favorisé l’expression de leurs représentations de la forêt et de la foresterie.

Une sortie sur le terrain avec les membres du Groupe de soutien de la forêt de Kitcisakki

Une sortie sur le terrain avec les membres du Groupe de soutien de la forêt de Kitcisakki

29Des membres de notre équipe universitaire ont également participé à l’expédition en canot de l’été 2005 et ont mis en place des groupes de discussion à partir du récit de deux aînés. Il s’agissait de documenter et de commenter certains aspects historiques de la participation des Anicinapek à l’exploitation forestière depuis les années ‘40. De même, une activité photographique a permis de discuter avec les participants de leurs projets d’avenir, de leur perception sur le développement d’une foresterie autochtone et de leurs aspirations au regard de l’utilisation de la forêt. Le contexte de partage d’une expérience de randonnée en canot a favorisé la participation des jeunes à la recherche et stimulé l’échange inter-générationnel.

Défis stratégiques : le croisement des cultures

30Cette recherche collaborative présente également des défis stratégiques associés au croisement des cultures (universitaire, autochtone, industrielle) et des savoirs (scientifiques, locaux et traditionnels, techno-économiques). Pour les membres du Conseil des Anicinapek, cette collaboration avec le milieu universitaire offrait des conditions propices à la réouverture du dialogue communautaire autour des questions forestières (accès à des ressources techniques importantes et à des expertises reconnues, nouveau contexte d’échange et de discussion, possibilité de reprendre les pourparlers avec l’industrie et le gouvernement). Le cheminement du projet s’est toutefois heurté à l’isolement et à l’éloignement de la communauté, à son manque de ressources humaines, techniques et financières et aux aléas de la politique intra- et extra-communautaire. L’encadrement au quotidien des activités du Comité Forêt et l’établissement d’un lien permanent avec l’équipe de recherche n’auraient pu se concrétiser sans l’appui et l’expertise d’acteurs régionaux associés à la communauté depuis plusieurs années.

Tableau 3. Développement de stratégies adaptatives de collecte de données pour le Volet I de la recherche en fonction du contexte communautaire de Kitcisakik (2001-2005).

Événements communautaires

Activités d’intervention éducative

Stratégies de cueillette

des données

2001 - Camp de jour

(enfants 4-10 ans)

Ateliers de dessins sur la forêt

Entretiens semi-dirigés

Observation participante

2002 - Consultations prévues à

la Loi sur les forêts

Rencontres avec des familles concernées par la coupe forestière

Entretiens familiaux semi-dirigés

Observation participante

2003 - Consultation communautaire

pour le futur village

Affiches avec cartes et photos

Kiosque d’information

Ateliers de discussion sur des projets forestiers pour l’avenir (par groupe d’âge)

Jeu de « bingo forestier »

Entretiens informels

Groupes de discussion

Observation participante

2004- Expédition-canot

(jeunes 17 à 30 ans)

Projet-photos et « Carnet du journaliste »

Présentation communautaire d’un diaporama

Entretiens autour du choix des photos et des commentaires écrits

Observation participante

Groupes de discussion

2005 - Expédition-canot

(groupes familiaux)

Atelier d’histoire de la foresterie (avec aînés)

Animation de groupe autour d’une exposition de photos commentées

Groupe de discussion

Observation participante

Entretiens individuels semi-dirigés

2002-2005 - Visites de terrain

dans le cadre des opérations

forestières (industrie et familles)

Présence régulière des chercheurs dans la communauté

Échange d’informations

Participation  à la vie communautaire et sociale

Collecte de données informelles

Observation participante

Entrevues familiales et individuelles semi-dirigées

31Enfin, il est vite apparu que le projet pourrait bénéficier d’une collaboration avec l’industrie forestière pour faciliter le partage de l’information, pour obtenir un soutien financier additionnel et pour favoriser l’application des résultats dans une perspective de concertation. C’est dans cette optique que des démarches avec les huit plus importantes compagnies forestières qui détiennent des contrats d’aménagement sur le territoire ancestral de Kitcisakik ont été entreprises pour la mise en place d’un partenariat de recherche. Ce partenariat représente également un investissement stratégique pour l’industrie dans le contexte où les marchés exercent des pressions pour la certification des produits forestiers qui tiennent compte des revendications des Premières Nations.

32Rodon (2003) a toutefois mis en évidence, notamment par l’étude du cas de « Temegami » (Ontario), la complexité et la fragilité des partenariats dans le contexte de la cogestion des forêts. Il conclut que le processus de « transaction » qui correspond à un scénario de partage du pouvoir, ne peut s’établir que si les jeux de pouvoir ne favorisent pas les processus de domination. Pour sa part, Hickey (2004) a montré que les partenariats économiques entre Premières Nations et industries, qui prennent forme dans le cadre de projets forestiers, pouvaient avoir d’autres retombées importantes pour les communautés (par exemple, des droits exclusifs de chasse et de pêche, l’accès à la formation et à des emplois stables, la participation aux décisions d’aménagement) dans la mesure où les enjeux éthiques et culturels sont pris en compte par l’industrie.

33Malgré la co-existence d’intérêts divergents et les risques associés, ce partenariat de recherche traduit une volonté partagée par tous les acteurs de préparer l’avenir et de trouver des solutions applicables et viables sur le terrain. Cette collaboration s’avère un choix stratégique pour le développement futur de Kitcisakik en traçant la voie à d’autres types de partenariat.

Conclusion

34Cette recherche participative invite Autochtones, industriels et chercheurs à définir un nouvel espace d’apprentissage, de collaboration et de résolution de problèmes. Les premières étapes du projet ont permis d’instaurer une dynamique participative au sein de la communauté de Kitcisakik et de renforcer des capacités réflexives et critiques. On entrevoit déjà les bases du développement d’une culture forestière contemporaine qui, tout en s’appuyant sur les savoirs autochtones et la relation ancestrale des Anicinapek à la forêt, favorisera l’émergence de compétences nouvelles adaptées à la réalité d’aujourd’hui. Le renforcement des capacités locales en foresterie est essentiel au développement communautaire, ici étroitement lié à une démarche identitaire.

35Alors que plusieurs auteurs favorisent la coexistence des paradigmes forestiers autochtones et industriels (McGregor, 2000; Stevenson et Webb, 2003; Wyatt 2004), il nous apparaît que le contexte actuel annonce un véritable changement de paradigme qui pourrait devenir le reflet d’une nouvelle forme de concertation citoyenne autour de notre patrimoine forestier (Neira B., 2004). Les objectifs, la démarche et les approches méthodologiques de notre projet correspondent aux caractéristiques dominantes de ce changement de paradigme en aménagement forestier soit l’interdisciplinarité, le partenariat entre la recherche universitaire, l’industrie forestière et les communautés, l’importance accordée au renforcement des capacités locales et la prise en compte du contexte autochtone pour le développement de stratégies d’aménagement.

  • 4  Aménagement écosystémique : « Un concept d’aménagement forestier ayant comme objectif de satisfair (...)

36Le rapport de la Commission d’étude sur la gestion de la forêt publique québécoise (2004) appuie également ce changement en proposant d’adopter un « aménagement écosystémique » qui englobe les aspects sociaux4. La foresterie autochtone ne pourra se développer qu’en s’inscrivant dans un nouveau partage qui tienne compte de la valeur identitaire de la forêt pour les Premières Nations.

Remerciements

  • 5  CRSNG : Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada ; CRSH : Conseil de rec (...)
  • 6  FQRNT : Fonds québécois de la recherche sur la nature et les technologies.

37Nous tenons à remercier en particulier nos assistants de recherche de Kitcisakik, Charlie Papatie, Régis Penosway et Johanne Papatie qui se sont avérés de précieux alliés, ainsi que le Conseil des Anicinapek de Kitcisakik. Yves Bergeron (Chaire industrielle CRSNG/UQAT/UQAM en aménagement forestier durable) et Luc Bouthillier (Université Laval) ont grandement participé à l’émergence de cette idée de recherche. Yvan Croteau et Henri Jacob, du Regroupement écologiste Val d’Or et environs (REVE inc.) nous ont offert un accompagnement de tous les instants. Merci à Hugo Asselin et à Claire Dubé, qui ont généreusement partagé leur expertise. Enfin, cette recherche n’aurait pu être entreprise sans le soutien financier du programme de partenariat en foresterie du CRSNG/CRSH/SCF5. Le Réseau de gestion durable des forêts, le FQRNT6 et le Ministère des ressources naturelles du Québec ont également contribué au démarrage du projet. Enfin, nos partenaires industriels continuent de nous appuyer : Domtar inc. (Div. Val d’Or), Tembec inc., Industries Norbord inc., Bowater Produits forestiers du Canada inc., Louisiana-Pacifique Canada ltée., Commonwealth Plywood ltée, Bois Oméga ltée et Cdex (9008-6760 Québec inc.).

Haut de page

Bibliographie

Bardin, L. (1993). L'analyse de contenu, 7e éd. PUF: coll. Psychologue.Paris.291 p.

Beckley, M. (2000). Sustainability for whom?: social indicators for forest-dependent communities in Canada. Réseau de gestion durable des forêts. University of Alberta. Edmonton, Alberta. 34 p.

Bergeron, Y., Harvey, B., Leduc A. et Gauthier, S. (1999). Stratégies d'aménagement forestier qui s'inspirent de la dynamique des perturbations naturelles : considérations à l'échelle du peuplement et de la forêt. The Forestry Chronicle, 12  (1), 49-51.

Bidou, J.-E. (2005). Un chercheur engagé.In L. Sauvé, I. Orellana et E. van Steenberghe (dir.). Cahiers scientifiques de l'ACFAS, Éducation et environnement : Un croisement des savoirs. ACFAS. Montréal. (104) p. 203-220.

Chamberland, R., Leroux, J., Audet, S., Bouillé, S. et Lopez, M. (2004). Terra incognita des Kotakoutouemis: L'Algonquinie orientale au XVII° Siècle. Les Presses de l'Université Laval. Québec. 266 p.

Coalition pour la stratégie nationale sur les forêts (CSNF) (n.d.). Stratégie nationale sur la forêt 2003-2008. Ottawa. 26 p.

Conseil canadien des ministres des forêts (CCMF) (2003). Définir l'aménagement forestier durable au Canada : Critères et indicateurs. Ressources Naturelles Canada. Ottawa. 20 p.

Delgamuukw c. Colombie-Britannique. 973 RSC 1010. Colombie-Britannique.

Forum forestier des peuples autochtones (2003). Plan d'action de Wendake. Wendake, Québec. 4 p.

Forest Stewardship Council of Canada (FSC) (2005) En ligne. 1 page.  «http://www.canopees.org/fsc_qc/fr/originef.html#Certification». Consulté le 2 septembre 2005.

Gayford, C. (2003). Participatory methods and reflective practice applied to research in education for sustainability. Canadian Journal of Environmental Education. Yukon College, Whitehorse. 8, 129-142.

Gouvernement du Canada (2003). La forêt, source de vie: Actes du XIIe Congrès forestier mondial : Vol. A. Des forêts pour les gens. Gouvernement du Canada et Organisation des Nations Unies (FAO). Québec. 502 p.

Gouvernement du Québec (2002). Entente concernant une nouvelle relation entre le gouvernement du Québec et les Cris du Québec. «La paix des braves».Québec: Gouvernement du Québec. 34 p.

Gouvernement du Québec. Loi sur les forêts. L.R.Q., c. F.-4.1. Québec: Éditeur officiel du Québec.

Commission d'étude sur la gestion de la forêt publique québécoise (2004). Rapport de la Commission d'étude sur la gestion de la forêt publique québécoise. Gouvernement du Québec. 307 p.

Habermas, J. (1987). Théorie de l'agir communicationnel. Vol. I et II. Fayard. Paris.

Haeussler, S. et Kneeshaw, D. (2003). Comparing forest management to natural processes. In Burton et al. (eds), Towards sustainable management of the boreal forest. Ottawa. p. 307-368.

Hickey, C., Nelson, M., et Natcher, D. (2004). Natural resources and community sustainability : final report of activities 2001-2003. Réseau de gestion durable des forêts. University of Alberta. Alberta. 30 p.

Institut de développement durable des Premières Nations du Québec et du Labrador (2003). Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, protocole de consultation des Premières Nations du Québec et du Labrador Québec. 17 p.

Jodelet, D. (éd.) (2003). Les représentations sociales. Presses universitaires de France. 7e éd. Paris. 447 p.

Kaufmann, J-C. (2004). L'entretien compréhensif. Armand Colin. Paris. 127 p.

La première nation de Betsiamites c. Procureur général du Canada et al. (2005). Cour supérieure du Québec; 500-17-022878-048. Montréal.

Lammerink, M. P. et Wolffers I. (1998). Approches participatives pour un développement durable. Éditions Karthala et IPD. Paris. 209 p.

Leboterf, G. (1981). L'enquête participation en question : Analyse d'une expérience, description d'une méthode, et réflexions critiques. Théories et pratiques de l'éducation permanente. Paris. 392 p.

Leroux, J., Chamberland, R., Brazeau, E. et Dubé, C. (2004). Au pays des peaux de chagrin :Occupation et exploitation territoriales à Kitcisakik (Grand-Lac-Victoria) au XXième siècle. Les Presses de l'Université Laval. Québec. 255 p.

Lévesque, C. et Montpetit C. (1997). L'élaboration d'un corpus de critères et d'indicateurs d'ordre culturel, social et économique. INRS Urbanisation, Culture et Société. Montréal. 31 p.

Lévesque, C., Montpetit, C., Poulin I., et Babeux, D. (2004). Éléments d'une stratégie visant à promouvoir et à faciliter l'accès au savoir environnemental dans les communautés autochtones du Nord québécois. INRS - Urbanisation, Culture et Société. Montréal. 77 p.

Marton, F. (1994).Phenomenography. In H. Torsen, et T.N. Postlewaite (eds), The international encyclopedia of education. Oxford. p. 4 424-4 429.

McGregor, D. (2002). Indigenous knowledge in sustainable forest management : Community-based approaches achieve greater success. The Forestry Chronicle78 (6), 833-836.

McGregor, D. (2000). From exclusion to co-existence : Aboriginal participation in Ontario forest management planning. University of Toronto. 254 p.

Moscovici, S. (2003). Des représentations collectives aux représentations sociales: Éléments pour une histoire In Jodelet, D. (ed), Les représentations sociales. Presses universitaires de France. Paris. p. 62-86.

Nation Haïda c. Colombie-Britannique (Ministre des forêts). 2004 CSC 73.

Neira B., F. (2004). Appropriation des ressources naturelles dans une forêt andine équatorienne : Vers la gestion patrimoniale des ressources. VertigO, Vol 5 no2, 26 pages.

http://www.vertigo.uqam.ca/vol5no2/art7vol5no2/vertigovol5no2_neira.pdf . Consulté le 20 septembre 2005.

Parsons, R. et Prest, G. (2003). Aboriginal forestry in Canada. The Forestry Chronicle, 79 (4), 779-784.

Première Nation Tinglit de Taku River c. Colombie-Britannique (Directeur d'évaluation de projet). 2004 CSC 74.

Programme forestier des Premières Nations (2004). Les actes du congrès national de la foresterie autochtone. Gouvernement du Canada. Thunder Bay, Ontario. 78 p.

Programme forestier des Premières Nations (2002). Exemples de succès : En partenariat avec les Premières Nations. Service canadien des forêts. Ottawa, Ontario. 97 p.

Robottom, I. et Hart, P. (1993). Research in environmental education: Engaging the debate. Deakin University Press. Victoria, Australia.

Robottom, I. et Sauvé, L. (2003). Reflecting on participatory research in environment education: Some issues for methodology.The Canadian Journal of Environmental Education, 8, 111-128.

Rodon, T. (2003). En partenariat avec l'état : Les expériences de cogestion des Autochtones du Canada. Presses de l'Université Laval. Québec.

Rouquette, M. L. et Rateau, P. (1998). Introduction à l’étude des représentations sociales. Presses universitaires de Grenoble. Grenoble. 159 p.

Sauvé, L. (2005). Currents in environmental education : Mapping a complex and evolving pedagogical field, The Canadian Journal of Environmental Education, 10, 11-37.

Sauvé, L. (1997). Pour une éducation relative à l'environnement, 2°édition. Guérin.Montréal. 361 p.

Sauvé, L. Godmaire, H., Saint-Arnaud, M., Brunelle, R., et Lathoud, F. (2006). Regards croisés sur une «éducation relative à l’environnement» en milieu autochtone. Recherches amérindiennes au Québec.Sous presse.

Sherry, E., Halseth, R. Fondahl, G. Karjala, M. et Beverly, L. (1995). Local-level criteria and indicators: an Aboriginal perspective on sustainable forest management. Forestry, 78(5), 513-539.

Stevenson, M. G. et Webb, J. (2003). Just another stakeholder? First Nations and sustainable forest management in Canada's boreal forest. In Burton, C. (Eds) Toward sustainable management of the boreal forest. NRC Research Press. Ottawa. p. 65-112.

Stevenson, M. (2005). Traditional knowledge and sustainable forest management. Réseau de gestion durable des forêts. University of Alberta, Alberta. 18 p.

Traina, F. (1995). What is bioregionalism? In Traina, F et Darley-Hill, D. (eds), Perspectives in bioregional education. North American Association for Environmental Education. Troy. p.1-12.

Vachon, B. (1993). Le développement local - Théorie et pratique: Réintroduire l’humain dans la logique de développement. Éd. G. Morin. Boucherville, Québec. 331 p.

Wyatt, S. (2004). Co-existence of Atikamekw and industrial forestry paradigms. Thèse de doctorat. Université Laval. Québec. 317 p.

Haut de page

Notes

1  Les Algonquins se désignent dans leur langue par le terme Anicinapek, au pluriel, et Anicinabe, au singulier.

2  Kitcisakik, est le terme algonquin qui signifie « à la grande embouchure » pour désigner le Grand lac Victoria, un élargissement de la rivière des Outaouais, sur les rives duquel se trouve le site de rassemblement estival de la communauté (Leroux et al., 2004).

3  Selon le CCMF (2003), « Les critères représentent les valeurs forestières que la population canadienne veut rehausser ou maintenir, tandis que les indicateurs définissent les facteurs scientifiques utilisés pour évaluer l’état des forêts et mesurer les progrès au fil du temps. » (p.1)

4  Aménagement écosystémique : « Un concept d’aménagement forestier ayant comme objectif de satisfaire un ensemble de valeurs et de besoins humains en s’appuyant sur les processus et les fonctions de l’écosystème et en maintenant son intégrité. » Commission Coulombe, p. 47

5  CRSNG : Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada ; CRSH : Conseil de recherches en sciences humaines du Canada ; SCF : Service canadien des forêts.

6  FQRNT : Fonds québécois de la recherche sur la nature et les technologies.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation du territoire occupé par les Anicinapek de Kitcisakik (Québec, Canada).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/4431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2.  Zones perturbées par la récolte forestière depuis 1970 et  plans de récolte pour la période 2004-2006 sur le territoire ancestral de Kitcisakik.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/4431/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Figure 3. Les quatre volets de la démarche de recherche participative, éducative et adaptative réalisée en collaboration avec les Anicinapek de Kitcisakik.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/4431/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Une sortie sur le terrain avec les membres du Groupe de soutien de la forêt de Kitcisakki
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/4431/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Saint-Arnaud, Lucie Sauvé et Daniel Kneeshaw, « Forêt identitaire, forêt partagée : Trajectoire d’une recherche participative chez les Anicinapek de Kitcisakik (Québec, Canada) », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 6 Numéro 2 | septembre 2005, mis en ligne le 01 septembre 2005, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/4431 ; DOI : 10.4000/vertigo.4431

Haut de page

Auteurs

Marie Saint-Arnaud

Programme de Doctorat en sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal st-arnaud.marie@uqam.ca

Lucie Sauvé

Chaire de recherche du Canada en éducation relative à l’environnement, Département d’éducation et pédagogie, Université du Québec à Montréal sauve.lucie@uqam.ca

Articles du même auteur

Daniel Kneeshaw

Chaire industrielle CRSNG/UQAT/UQAM en aménagement forestier durable, Département des sciences biologiques, Université du Québec à Montréal kneeshaw.daniel@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page