Navigation – Plan du site
Section courante

Les indicateurs de biodiversité marine et côtière : état des lieux institutionnel

Levrel Harold, Julia Fossat et Dominique Pelletier

Résumés

2010 est l’année de la biodiversité. Depuis les années quatre-vingt dix, un grand nombre d’indicateurs de biodiversité ont été mis en place pour en mesurer l’évolution. Nous avons souhaité faire dans ce papier une revue des indicateurs de biodiversité existant pour les milieux marins en nous focalisant sur ceux que l’on trouve dans les Conventions internationales ou régionales mais aussi dans les textes réglementaires et stratégiques à l’échelle française et européenne. Nous avons aussi cherché à identifier les cadres conceptuels à partir desquels ces indicateurs peuvent être interprétés.
Ce travail a permis de souligner que la plupart des indicateurs ne s’inscrivent pas dans des cadres conceptuels précis mais plutôt au regard de grands « thèmes » très génériques. Par ailleurs, il apparaît que ces indicateurs sont finalement moins focalisés sur des composantes de la biodiversité que sur les pressions qui s’exercent sur elle ou les services qu’elle permet d’offrir à l’homme. Parmi les composantes de la biodiversité, les indicateurs focalisés sur les espèces et les habitats remarquables apparaissent comme dominants. Enfin, une part importante de ces indicateurs n’est en pratique pas utilisée ni renseignée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La biodiversité désigne la diversité du vivant, allant du gène jusqu’à la biosphère, mais aussi la diversité des interactions qui en composent la dynamique adaptative – et parmi elles celles qui concernent les liens entre les être humains.

2C’est pourquoi la biodiversité est un objet complexe, polymorphe et controversé pour lequel il n’est pas aisé de proposer une mesure. Il est en revanche admis que l’on puisse fournir des indicateurs de biodiversité qui représentent une image approximative de sa réalité. Au-delà de cette fonction de « distanciation », l’indicateur offre un outil très intéressant de médiation entre différentes disciplines d’une part et entre scientifiques et usagers de la biodiversité d’autre part (Levrel, 2007). Mais la fonction première d’un indicateur est avant tout d’offrir un outil de suivi par rapport à un objectif opérationnel (Fletcher et al., 2002) et de faire le lien entre cet objectif et les actions à mettre en oeuvre (FAO, 1999). Nous proposons ici de faire un court état des lieux sur les indicateurs de biodiversité qui concernent les écosystèmes marins et côtiers. Nous mettrons l’accent sur ceux qui sont associés à des cadres institutionnels précis renvoyant ainsi à des objectifs opérationnels pour la gestion de l’espace maritime en France métropolitaine. Ces cadres sont envisagés à différentes échelles :

  • A une échelle internationale : la Convention sur la diversité biologique (CDB), le programme SEBI (Streamlining European 2010 Biodiversity Indicators) développé par l’Agence Européenne de l’Environnement, la Convention de Barcelone pour la protection de la mer Méditerranée, la Convention OSPAR pour la protection du milieu marin de l'Atlantique du Nord-Est, le volet mer de la Directive Natura 2000, la Directive Cadre sur la Stratégie pour les Milieux Marins, la Directive Cadre sur l’Eau.

  • A une échelle nationale : la Stratégie Nationale pour la Biodiversité, le projet de Tableau de bord des Aires Marines Protégées, le projet de Tableau de bord des eaux sous juridiction française, le volet mer du Système d’Information sur la Nature et les Paysages.

Les indicateurs de biodiversité marine et côtière dans le contexte de la convention sur la diversité biologique

3La demande pour des indicateurs de biodiversité a commencé à émerger après la ratification de la CBD à Rio en 1992. Il faut cependant attendre la Conférence de Johannesburg en 2002 pour qu’un objectif chiffré et une échéance soient fixés, à savoir réduire de manière significative le taux d'érosion de la biodiversité d'ici 2010 (http://www.biodiv.org). Plus ambitieuse, l’Union Européenne se fixe alors pour objectif de stopper cette érosion à la même échéance (EEA, 2007, 2009). Cet objectif a été repris par la France dans sa Stratégie Nationale pour la Biodiversité (SNB) (MEEDDAT, 2008). Même s’il existait déjà des indicateurs de biodiversité au moment de la conférence de Johannesburg, fixer un objectif quantifié va fortement inciter les pays et les organisations internationales à multiplier le nombre d’indicateurs permettant d’évaluer si oui ou non ces objectifs seront tenus à l’horizon 2010. Les indicateurs de la CDB à proprement parler sont établis en février 2004 lors de la septième Conférence des Parties qui a eu lieu à Kuala Lumpur (http://www.biodiv.org,). Le tableau 1 liste les indicateurs de la CDB qui ont été retenus à l’échelle internationale, européenne (SEBI) et française (SNB).

Tableau 1. Indicateurs adoptés par la CBD, le SEBI et la SNB, afin d’évaluer les progrès accomplis dans la poursuite de l’objectif 2010 de diversité biologique.

Tableau 1. Indicateurs adoptés par la CBD, le SEBI et la SNB, afin d’évaluer les progrès accomplis dans la poursuite de l’objectif 2010 de diversité biologique.

Sources : UNEP-WCMC, 2010, pp. 15-21, EEA, 2009, p. 12. ; MEEDDAT, 2008, pp. 4-5.

Légende : * Indicateur concernant directement ou indirectement la biodiversité marine.

Les indicateurs de la CDB

4Initialement, la CDB avait identifié 13 indicateurs potentiels pour les milieux marins et côtiers (http://www.cbd.int/​indicators/​testedindicators.shtml) : a) évolution des proportions des espèces de poissons pêchés selon les saisons ; b) proportion d’espèces de poissons menacées en rapport du total des espèces connues ; c) abondance d’Escherichia coli et niveaux de nutriments en proportion d’un niveau de référence ; d) niveau des lacs et salinité ; e) position de la ligne de côte ; f) pourcentage des zones côtières avec une densité de population excédant 100 habitants/km² ; g) chimie du corail et tendances en terme de croissance ; h) taux annuel de destruction des mangroves ; i) index algal ; j) nombre de chaluts de grande taille pour 1000 km² de zones côtières ; k) déplacement de surfaces ; l) activité dans les zones polaires ; m) quantité de poisons chimiques et de dynamites utilisés pour les pêches récifales. Finalement, la plupart de ces indicateurs n’ont pas été retenus dans la liste d’indicateurs de la CDB en raison d’un manque de données pour les renseigner.

5Aujourd’hui, les indicateurs sélectionnés par la CDB peuvent être consultés aux adresses suivantes : « http://www.cbd.int/​2010-target/​framework/​indicators.shtml » et « http://www.twentyten.net/​indicators ».

6Une partie de ces indicateurs se concentrent sur l’évolution d’habitats reconnus pour être de véritable réservoir de biodiversité marine et côtière : « Evolution de la couverture des mangroves par pays ou globale », « Distribution globale des herbiers marins », « Etat et évolution des récifs coralliens dans le monde et par régions ». Outre le suivi des écosystèmes, la CDB présente des indicateurs pour estimer la variation du nombre ou des surfaces d’aires marines protégées. L’indicateur « Taux de protection des provinces et domaines marins » doit permettre d’évaluer les progrès accomplis vis-à-vis des objectifs de la CDB : « au moins 10 % de chacune des régions écologiques de la planète sont effectivement conservées » (CBD, 2005). L’indicateur ici ne considère pas les zones de haute mer et l’environnement profond (Spalding et al., 2007). La CDB détient un autre indicateur pour ce type de milieu : la densité (taux) des aires marines protégées en haute mer (aires actuelles et propositions de sites). Cet indicateur cherche à évaluer les progrès réalisés au niveau international pour la protection des écosystèmes marins vulnérables de haute mer (UNEP-WCMC, 2008). En complément au suivi des habitats et de leur protection, la CDB dispose d’indicateurs pour mesurer l’évolution des espèces, des populations et de la diversité génétique. Actuellement, l’indicateur concernant la diversité des ressources génétiques halieutiques est toujours en cours d’élaboration. Par contre à l’échelle de l’espèce, la CDB propose un indicateur reposant sur les tendances démographiques de populations d'espèces sélectionnées de vertébrés avec l’Indice Planète Vivante (LPI) (Loh et al., 2005). Cet indice mesure les variations du nombre de vertébrés à l’échelle de la planète depuis 1970, à travers l'agrégation de trois indices : le LPI terrestre, le LPI marin et le LPI eaux douces. Le LPI marin comprend 274 espèces. Il est décliné en sous régions océaniques. L’indice trophique marin (ITM) permet quant à lui d’évaluer l’évolution du niveau trophique moyen des captures de pêche (Pauly, 1998 ; Pauly et Christensen, 1998 ; Pauly et Watson, 2005). Il est aussi renseigné par sous régions océaniques.

Les indicateurs du SEBI

7A l’échelle européenne, l’initiative intitulée SEBI et animée par l’Agence Européenne de l’Environnement (AEE, 2007, 2009) a été lancée pour mettre en place des indicateurs de biodiversité européens qui permettent de renseigner ceux de la CBD tout en prenant en compte les spécificités européennes, que ce soit en terme de pertinence écologique, de disponibilité des données ou d’objectif politique (stopper l’érosion). Dans ce cadre, 26 indicateurs ont été identifiés (Tableau 1), parmi lesquels un certain nombre concerne les milieux marins et côtiers. Ce sont ces indicateurs qui doivent permettre de réaliser des comparaisons sur l’état de la biodiversité à l’échelle européenne.

  • 1  « L'expression Natura 2000 en mer désigne la partie marine du réseau européen Natura 2000 que les (...)

8Une première catégorie d’indicateurs s’intéresse à l’état et à l’évolution des différentes composantes de la biodiversité. Les écosystèmes marins et côtiers sont peu présents à travers ces indicateurs. L’indicateur liste rouge pour les espèces européennes ne comprend actuellement que les oiseaux et les amphibiens mais il devrait bientôt intégrer des groupes d’espèces tels que celui des requins, raies et chimères (Butchart et al., 2005, 2007). Pour ce qui concerne les espèces d’intérêt européen, cet indicateur est basé sur la Directive Habitat et il tient donc compte de la composante marine de Natura20001, tout comme l’indicateur d’évolution du statut des habitats d’intérêt européen. L’indicateur d’évolution de l’étendue et de la composition de certains écosystèmes prend en considération les mangroves et les herbiers marins. L’indicateur d’évolution de la diversité génétique se rapporte aux espèces exploitées d’importance socio-économique, dont les stocks de poissons.

9La liste du SEBI comprend par ailleurs d’autres catégories d’indicateurs qui font référence aux menaces qui pèsent sur la biodiversité, à l’intégrité des écosystèmes et des services écologiques, aux usages durables, à l’accès et au partage des bénéfices issus de la biodiversité, au transfert des ressources et à l’opinion publique (Tableau 1). A l’exception de l’indice trophique marin qui peut être considéré comme un indicateur d’intégrité fonctionnelle des écosystèmes marins, les indicateurs qui sont listés dans ces différentes catégories informent sur les forces qui sont à l’origine des dynamiques de la biodiversité marine et côtières mais pas sur la biodiversité elle-même (Levrel, 2007). On trouve ainsi les indicateurs suivants qui peuvent être directement ou indirectement connectés avec les écosystèmes marins : « tendances concernant la création d’aires protégées », « dépassement de la charge critique pour l’azote », « nombre total d’espèces invasives en Europe », « matières organiques dans les eaux de transition, côtières et marines », « nombre de pêcheries sous le seuil de renouvellement biologique », « empreinte écologique des pays européens » (dans laquelle on retrouve l’ « empreinte pêche »), « pourcentage de brevets européens fondés sur les ressources génétiques », « nombre de visites dans les réserves naturelles ».

10Les indicateurs du SEBI présentent quelques différences avec ceux de la CBD :

  • ils sont parfois plus précis dans la description qu’ils offrent du fait d’une recherche de généricité moindre et d’une disponibilité en donnée plus importante. Par exemple, l’indicateur CBD « qualité de l’eau » est plus précisément décrit dans le cadre du SEBI avec un indicateur plus explicite (« Matières organiques dans les eaux de transition, côtières et marines) ;

  • ils prennent moins en compte les spécificités des pays en développement (PED) avec l’absence d’indicateurs relatifs à « la santé et le bien-être des communautés dépendant directement des biens et des services écosystémiques » et au thème « état des savoirs et des pratiques traditionnels »;

  • ils sont adaptés au contexte européen à travers l’ajout de certains indicateurs comme « l’impact du changement climatique sur les populations d’oiseaux », la prise en compte des espèces et habitats d’intérêt spécifiquement européen, mais aussi d’un thème nouveau (« l’opinion publique ») qui vient contrebalancer l’absence du thème sur les savoirs locaux.

Les indicateurs de la SNB

11A l’échelle nationale, les indicateurs de biodiversité sont listés au sein de la Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) qui constitue un des volets de la Stratégie nationale pour le développement durable (MEEDDAT, 2007, 2008). Les indicateurs de biodiversité marine qui figuraient initialement dans cette liste étaient la richesse spécifique des poissons et les espèces inscrites sur les listes rouges. Cependant, depuis que les indicateurs de la SNB ont été révisés en 2007 de manière à être en adéquation avec les indicateurs de la CBD et du SEBI (MEEDDAT, 2007), cette liste a largement été complétée. Les indicateurs de biodiversité marine sont ainsi similaires à ceux du SEBI, mis à part l’indicateur de durabilité de l’aquaculture qui n’est pas présent dans les indicateurs de la SNB.

12Plusieurs différences avec les listes du SEBI peuvent être soulignées. Tout d’abord, même si les 7 thèmes du SEBI sont conservés, la terminologie utilisée varie sensiblement. Par exemple le thème 3 s’intitule « qualité et fonctionnement des écosystèmes » au lieu d’ « intégrité des écosystèmes et des biens et services écologiques qu’ils fournissent », reflétant vraisemblablement une certaine réticence à l’encontre de la notion de « services écologiques » en France. Deuxièmement, un même indicateur peut être utilisé dans des perspectives différentes. Par exemple, l’évolution de l’abondance des poissons marins pêchés est un indicateur de « durabilité des usages » dans le cas du SEBI mais devient un indicateur « d’abondance et de distribution des espèces » dans la SNB. Troisièmement, un même thème est décrit à partir d’indicateurs différents. Par exemple, pour décrire la qualité de l’eau, le SEBI utilise un indicateur de « matières organiques dans les eaux de transition, côtières et marines », tandis que la SNB propose la « proportion des masses d’eau de transition et marines en bon état écologique ». Quatrièmement, certains indicateurs du SEBI n’ont pas été repris pour la SNB, comme l’indicateur de durabilité de l’aquaculture ou l’empreinte écologique. Concernant cette dernière, il est possible qu’il s’agisse là encore d’une certaine réticence vis-à-vis de cet indicateur qui prête à débat pour ce qui concerne sa validité (Van den Bergh et Verbruggen, 1999). Cinquièmement, la SNB s’appuie plus sur des indicateurs issus de systèmes d’information géographique sur l’occupation du sol (6 indicateurs contre 4 pour le SEBI). Enfin, les indicateurs de durabilité des usages sont très différents pour les forêts et l’agriculture, mais sont identiques pour la pêche.

13La SNB a par ailleurs développé un Plan Sectoriel « Mer » dans lequel un certain nombre de critères et d’objectifs sont listés, mais sans que des indicateurs leurs soient associés.

Autres initiatives institutionnelles concernant les indicateurs de biodiversité marine et côtière

14Au-delà de la CDB, les autres initiatives dans le domaine des indicateurs marins et côtiers sont structurées à l’échelle européenne, à celle des mers régionales et enfin à l’échelle nationale.

Echelle européenne

15A l’échelle européenne, les indicateurs de biodiversité à renseigner vont être principalement définis par le réseau Natura 2000 Mer, par la Directive Cadre Stratégie pour les Milieux Marins (DCSMM) et enfin par la Directive Cadre sur l’Eau.

Natura 2000

  • 2  Directive92/43/CEE du 21 mai 1992, concernant la conservation des habitats naturels ainsi
  • 3  Directive 79/409/CEE du 2 avril 1979 concernant la conservation des oiseaux sauvages

16Le réseau Natura 2000 Mer, toujours en cours d’élaboration, traduit la mise en œuvre des directives « Habitats »2 et « Oiseaux »3 au milieu marin. Il se compose de deux types de sites :

  • les Zones Spéciales de Conservation (ZSC), en application de la directive « Habitats » qui impose la délimitation de zones de conservation des habitats naturels représentatifs d’écosystèmes spécifiques à chaque région biogéographique (Directive92/43/CEE) ;

  • les Zones de Protection Spéciale (ZPS), en application de la directive « oiseaux » qui impose la délimitation de zones destinées à la nidification d’oiseaux sauvages menacés d’extinction (Directive 79/409/CEE).

17Dans le cadre de ce réseau, il existe deux indicateurs dont l’objectif est de chercher à caractériser l’état de conservation des espèces et des habitats protégés par la directive « Habitats » (Fossat et al., 2009) :

  • « Changement de statut des habitats d’intérêt européen (communautaire) »,

  • « Changement de statut des espèces d’intérêt européen (communautaire) ».

18Ces deux indicateurs se calculent à partir des proportions d’espèces ou d’habitats d’intérêt communautaire dans les différentes catégories d’état de conservation possible : favorable, inadéquat, mauvais, inconnu (MEEDDAT, 2007a). Ces informations sont collectées par les États membres, conformément à l’article 11 de la directive européenne « Habitats ». On entend par « habitats d'intérêt communautaire », les habitats figurant dans l'annexe I de cette directive. Les « espèces d'intérêt communautaire » correspondent aux espèces figurant dans au moins une des trois annexes de cette directive (II, IV, V).

19La méthodologie utilisée pour le calcul de ces deux indicateurs a été mise au point à l’échelle de l’Europe. Elle a ensuite été déclinée et adaptée pour chaque pays de l’Union (en France par le Muséum National d’Histoire Naturelle) (MEEDDAT, 2007b). L’état de conservation est déterminé pour la France à partir de plusieurs paramètres, dont l’aire de répartition, l’effectif des populations, la surface occupée et les perspectives futures de maintien de l’espèce ou de l’habitat (MEDAD, 2007b).

20L’exercice d’évaluation de l’état de conservation vient d’être terminé en France sous la coordination scientifique du MNHN et les résultats ont été transmis à la Commission européenne (MEEDDAT, 2007b).

21La directive prévoit une mise à jour de l’évaluation de l'état des habitats et espèces d'intérêt communautaire tous les six ans (EEA, 2007). Mais jusqu'à présent, les informations relatives aux habitats et espèces du milieu marin sont lacunaires ou absentes (CE, 2009).

Directive Cadre sur la Stratégie pour la Milieu Marin (DCSMM)

22D’autres indicateurs sont en cours de développement à travers la DCSMM (Directive 2008/56/CE). Cette directive, adoptée le 17 juin 2008, établit un cadre pour une politique communautaire visant à atteindre ou maintenir un « bon état écologique » du milieu marin au plus tard en 2020. Des groupes de travail d’experts ont proposé une première définition des critères et des méta-indicateurs qui permettront de définir précisément les descripteurs de ce « bon état écologique ». Cinq descripteurs (1, 2, 3, 4 et 6) peuvent être considérés comme directement liés à la biodiversité (Tableau 2). L’évaluation initiale de l’état écologique des eaux concernées et de l’impact environnemental des activités humaines sur ces eaux doit être achevée en juillet 2012 (article 8 et 5 de la Directive 2008/56/CE). La définition du « bon état écologique », les objectifs environnementaux et les indicateurs associés, seront eux aussi établis en juillet 2012 (article 5, 9 et 10 de la Directive 2008/56/CE). La DCSMM s’inspire de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) qui a permis d’instaurer en Europe une liste d’indicateurs de bon état écologique des milieux aquatiques terrestres et côtiers.

Tableau 2. Descripteurs, critères et méta-indicateurs, liés au thème de la biodiversité, proposés en 2010 par les groupes de travail de la directive-cadre « stratégie pour le milieu marin » (Directive 2008/56/CE).

Tableau 2. Descripteurs, critères et méta-indicateurs, liés au thème de la biodiversité, proposés en 2010 par les groupes de travail de la directive-cadre « stratégie pour le milieu marin » (Directive 2008/56/CE).

Directive Cadre sur l’Eau (DCE)

23La DCE (Directive 2000/60/CE), transposée en droit français par la loi du 21 avril 2004, vise à atteindre le « bon état » écologique et chimique des masses d’eau souterraine et de surface, d’ici à 2015. Les masses d’eau de surfaces comprennent les rivières, les lacs, les eaux de transition (estuaires et lagunes) et les eaux côtières s'étendant de la ligne de base jusqu'à 1 mille au large (12 milles pour la chimie). L’évaluation de l’état de ces eaux porte sur des paramètres biologiques, chimiques et hydromorphologiques. L’annexe V de la DCE décrit les paramètres biologiques qui doivent participer à cette évaluation (Directive 2000/60/CE) :

  • Composition, abondance et biomasse du phytoplancton,

  • Composition et abondance de la flore aquatique (autre que le phytoplancton),

  • Composition et abondance de la faune benthique invertébrée,

  • Composition, abondance et structure de l'âge de l'ichtyofaune (seulement pour les eaux de transition).

24La nature et les valeurs-seuils de ces paramètres ne sont pas précisément définis au niveau européen. Chaque Etat membre a donc la possibilité de proposer des méthodologies et des outils dans la mesure où ces derniers répondent aux exigences de la DCE (MEEDDM, 2009 ; Fossat et al., 2009). En France, les bio-indicateurs de suivi de la qualité écologique des eaux utilisées par les réseaux de surveillance concernent principalement (Guillaumont et Gauthier, 2005) :

  • des espèces longévives et indicatrices d’un bon état du milieu, en particulier celles qui structurent des habitats particulièrement favorables à la biodiversité (végétale ou animale),

  • des habitats/espèces qui contribuent fortement à la production primaire (flore),

  • des espèces révélatrices d’un mauvais état du milieu (eutrophisation notamment).

  • 4  Circulaire DCE 2007/20 relative à la constitution et la mise en oeuvre du programme de surveillanc (...)

25Pour la métropole française par exemple, les herbiers de Posidonies (Posidonia oceanica L.), espèce endémique de la Méditerranée, abritent une importante flore et faune diversifiée. Ils sont considérés comme des formations essentielles dans le stockage du carbone atmosphérique et l'oxygénation du milieu (producteurs primaires). Ils piègent les particules sédimentaires, protégeant ainsi le littoral de l’érosion (Guillaumont et Gauthier, 2005). Pour ces différentes raisons, l’évolution des herbiers de Posidonies fait l’objet d’un suivi dans le cadre de la DCE (Guillaumont et Gauthier, 2005 ; Circulaire DCE 2007/204 ).

26Parmi les métriques utilisées dans le calcul des indices proposés par la France pour le suivi des différentes biocénoses, certaines sont communément considérées comme des « indicateurs de biodiversité » (MEEDDM, 2009 ; Fossat et al., 2009). Mais dans le contexte de la DCE, ces métriques n’ont pas pour but de quantifier ou qualifier la biodiversité. Elles sont utilisées pour évaluer la qualité des masses d’eau de transition ou côtières. Par exemple, la position bathymétrique de la limite inférieure des herbiers de posidonies est un indicateur de la transparence des eaux sus-jacentes (Guillaumont et Gauthier, 2005).

Echelle régionale

27A l’échelle régionale, certaines conventions ont également recours à des indicateurs de biodiversité marine et côtière :

  • la convention OSPAR, du 22 septembre 1992, pour la protection du milieu marin de l'Atlantique du Nord-Est ;

  • la convention de Barcelone, du 16 février 1976, pour la protection de la mer Méditerranée contre la pollution.

Convention OSPAR

28La convention OSPAR, au titre de l’annexe V « sur la protection et la conservation des écosystèmes et de la diversité biologique de la zone maritime » (dite annexe biodiversité adoptée en 1998), s’est munie d’indicateurs pour évaluer l’état de conservation des habitats/espèces protégés par la convention (Bergen Declaration, 2002). La Convention utilise également les indicateurs pour mieux appréhender les interactions qui existent entre l’état écologique de l’Atlantique du Nord-Est et les pressions anthropiques qui sont à l’origine de la dégradation de cet état. La convention a initié depuis 2002, en collaboration avec le Conseil International pour l’Exploration des Mers (CIEM), à travers un projet pilote dans la mer du Nord, le concept d’Objectifs de qualité écologique (EcoQOs) comme moyen d’évaluer l’objectif général d’un écosystème marin sain et durable (Bergen Declaration, 2002). Ce concept d’EcoQOs s’articule autour de trois niveaux (Bergen Declaration, 2002) :

  • les « questions de qualité écologique » (EcoQ issue) identifiées par la convention et comprenant : les espèces de poisson commerciales, les mammifères marins, les oiseaux marins, les communautés benthiques et planctoniques, les espèces et habitats menacés ou en déclin, l’eutrophisation ;

  • les « éléments de qualité écologique » (EcoQ element) ;

  • les « objectifs de qualité écologique » (EcoQO).

29Chaque « question de qualité écologique » est rattachée à un ou plusieurs « éléments de qualité écologique », eux-mêmes caractérisés par un « objectif de qualité écologique » souhaité (Bergen Declaration, 2002). La question de qualité écologique (EcoQ issue) « mammifères marins », par exemple, propose l’élément de qualité écologique (EcoQ element) « Pourcentage de prises accessoires annuelles de marsouin commun » auquel l’objectif de qualité écologique (EcoQO) suivant a été associé : les « niveaux annuels des prises accessoires devraient être ramenés à des niveaux inférieurs à 1,7 % de la meilleure estimation de la population » (OSPAR Commission, 2007). Le concept d’EcoQOs appliqué à la mer du Nord doit être à terme étendu aux autres régions de la convention OSPAR (OSPAR Commission, 2007).

Convention de Barcelone

30La convention de Barcelone a également pris en compte la protection de la biodiversité à travers l’adoption en 1995 d’un protocole relatif aux aires spécialement protégées et à la diversité biologique en Méditerranée. Ce protocole intègre le concept de « développement durable » tout en préconisant la conservation de la biodiversité au sein d'Aires Spécialement Protégées d'Intérêt Méditerranéen (ASPIM) (UNEP MAP, 2002). Ce protocole prend en compte les indicateurs suivants (Fossat et al., 2009) :

  • Etat de conservation des habitats protégés par la convention de Barcelone,

  • Etat de conservation des espèces protégées par la convention de Barcelone,

  • Superficie des zones côtières et marines protégées (Km2).

Échelle nationale

31On observe en France la mise en place d’indicateurs de biodiversité en rapport avec les conventions internationales et les directives européennes qui doivent être appliquées, mais aussi un certain nombre d’initiatives spécifiquement nationales. Trois d’entre elles peuvent être mentionnées : le Tableau de bord des eaux sous juridiction française, le Tableau de bord des Aires Marines Protégées (AMP) et enfin le Système d’Information sur la Nature et les Paysages qui a un volet « terrestre » et un volet « marin » (SINP) (www.naturefrance.fr). Les deux premières initiatives sont portées par l’Agence des AMP (AAMP) (www.aires-marines.fr) tandis que la troisième est portée par le MEEDDM.

32Le tableau de bord des eaux sous juridiction française a pour objectif de faire un état des lieux à la fois écologique, économique et social des espaces marins et côtiers en vue de faciliter la définition et le suivi des politiques de gestion et de protection de ces milieux.

33Le tableau des AMP vise à pouvoir mettre en œuvre des plans de gestion à l’échelle des zones protégées, mais aussi de permettre des comparaisons entre les différentes AMP et avec le reste du territoire, en vue d’identifier les effets de la protection sur la biodiversité marine.

34Le SINP est un programme qui a pour objectif de faire un état des lieux sur les bases de données existantes autour de la biodiversité et des paysages. La question des indicateurs y est secondaire et ce volet n’a d’ailleurs été développé que pour les milieux marins et côtiers. Son originalité est de vouloir utiliser des indicateurs pour « faire vivre » les bases de données existantes.

Cadres conceptuels

35Les cadres conceptuels, appelés aussi « cadres logiques », permettent de clarifier le sens des indicateurs et l’interprétation que l’on peut faire de leur évolution en les positionnant vis-à-vis d’autres indicateurs d’une part, et en faisant apparaître de manière plus ou moins explicite certaines hypothèses théoriques concernant les interactions société-biodiversité d’autre part.

36Ces cadres sont parfois cependant réduits à de simples grilles d’interprétation des indicateurs, sans véritable de portée conceptuelle. C’est le cas par exemple du cadre de la CBD qui est focalisé sur deux entrées : les thèmes ou domaines prioritaires et les objectifs (Tableau 1). L’unique fonction du cadre logique de la CDB est de créer une correspondance entre les indicateurs identifiés et les objectifs fixés par la convention.

37C’est dans le même esprit que le cadre Principes-Critères-Indicateurs (PCI) a été mis en place (Buttoud et Karsenty, 2001). Les « principes » permettent de fixer les grands objectifs de la gestion. Les « critères » traduisent ces objectifs en termes d’état et de dynamique du système à gérer. Les « indicateurs », enfin, vont permettre de mesurer concrètement les avancées réalisées. Ces PCI ont surtout été utilisés dans le domaine de la gestion durable des forêts (Center for International Forestry Research, 2000 ; Inventaire Forestier National, 2005).

  • 5  “The pressure-state-response framework is based on a concept of causality : human activities exert (...)

38D’un point de vue conceptuel, les grilles d’interprétation ne permettent pas de prendre en compte explicitement les interactions entre les usages et l’évolution de la biodiversité. C’est pourquoi il a été suggéré par le BIP (Biodiversity Indicators Partnerships) de mettre en place un cadre conceptuel plus précis pour les indicateurs qui permettront de suivre l’évolution de la biodiversité après 2010 (UNEP-WCMC, 2009). Le BIP insiste en particulier sur l’importance de disposer d’un cadre qui permette de prendre en compte les liens qui existent entre les pressions anthropiques et l’évolution de la biodiversité. C’est ce que propose le cadre Pression-Etat-Réponse (PER) de l’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE, 1994). Le cadre PER permet de mettre en relation des indicateurs de pressions (générées par les activités humaines), des indicateurs d’état (de la biodiversité) et des indicateurs de réponses (sociales et politiques à ces pressions)5 (Figure 1).

Figure 1. Cadre conceptuel Pression-Etat-Réponse (PER).

Figure 1. Cadre conceptuel Pression-Etat-Réponse (PER).

D’après OCDE (2001)

39Ce cadre logique a été créé par l’Organisation de Coopération et de Développement Economique au cours des années 90 (OCDE, 1994 ; Lehtonen, 2002). Il s’agit du cadre conceptuel le plus connu des organisations internationales ainsi que des gestionnaires d’espaces protégés (Levrel et al., 2009). Le caractère intuitif de ce cadre d’analyse lui a permis de bénéficier d’une grande notoriété. Il est cependant aujourd’hui supplanté par un cadre légèrement plus sophistiqué qui est le cadre force motrice-pression-état-impact-réponse de l’Agence Européenne de l’Environnement, aussi connu sous l’acronyme anglo-saxon de DPSIR (driving force – pressure – state – impact – response) (EEA, 2003, 2005 ; Figure 2). C’est en effet le cadre DPSIR qui est aujourd’hui en passe de devenir le cadre de référence pour organiser les objectifs de la Convention sur la diversité biologique à l’horizon post-2010 (UNEP-WCMC, 2009).

Figure 2. Le cadre conceptuel Forces motrices-Pression-Etat-Impact-Réponse (DPSIR).

Figure 2. Le cadre conceptuel Forces motrices-Pression-Etat-Impact-Réponse (DPSIR).

D’après EEA (2003), p. 13.

40Le cadre DPSIR permet de souligner quelles sont les sources de pressions mais aussi l’origine de ces dernières (forces motrices), qui renvoient le plus souvent à des informations structurelles d’ordre sociétal (mode de consommation, croissance démographique, mode de production…). La nature de l’impact et son importance doivent aussi être explicitées dans ce cadre.

41L’Agence Européenne de l’Environnement propose quatre grilles de lecture complémentaires afin (EEA, 2005) :

  • d’organiser les indicateurs vis-à-vis de relations causales avec le DPSIR que nous venons de décrire ;

  • de positionner les indicateurs vis-à-vis de grands champs environnementaux tels que le changement climatique, la biodiversité ou la qualité de l’eau, mais aussi la pêche et l’agriculture…

  • de proposer une typologie d’indicateurs allant des indicateurs descriptifs aux indicateurs de bien-être en passant par les indicateurs de performance ou d’efficience ;

  • de mettre chacun de ces indicateurs en lien avec une question politique précise.

42L’objectif de ce raffinement des cadres d’analyse concernant les indicateurs de biodiversité est de clarifier la manière dont les indicateurs doivent être interprétés et utilisés. En effet, avec un tel niveau de cadrage, toute ambiguïté de sens concernant les indicateurs semble logiquement écartée. Cependant cette approche ne facilite pas l’appropriation des indicateurs par les politiques et le grand public (Levrel, 2008).

43Au-delà de certains défauts conceptuels, déjà discutés dans la littérature (Hukkinen, 2003 ; Levrel et al., 2009 ; Wolfslehner et Vacik, 2008), les cadres PER et DPSIR souffrent d’une limite opérationnelle récemment soulignée par l’évaluation du millénaire pour les écosystèmes (MEA, 2005) , à savoir l’absence de liens explicites entre l’évolution des indicateurs de biodiversité et l’évolution d’indicateurs de bien-être humain. Or, un des enjeux importants aujourd’hui, que ce soit d’un point de vue politique ou scientifique, est de pouvoir relier les questions de conservation avec les questions de développement. Ainsi, la prise en compte des indicateurs de services écologiques est un point qui apparaît crucial pour la nouvelle version du plan stratégique de la CBD (UNEP-WCMC, 2009) et il est souligné dans les premiers documents de révision que le cadre logique à utiliser pourrait être celui de l’évaluation des écosystèmes pour le millénaire (Figure 3 ; voir : http://www.cbd.int/​doc/​ ?meeting =EMIND-02).

Figure 3. Cadre conceptuel de l’évaluation des écosystèmes pour le millénaire.

Figure 3. Cadre conceptuel de l’évaluation des écosystèmes pour le millénaire.

D’après MEA, 2005, pp. 13-14.

Discussion : une courte analyse des indicateurs de biodiversité marine et côtière dans le contexte institutionnel actuel

  • 6  Cette analyse ne tient cependant pas compte des méta-indicateurs de la DCSMM. En effet les indicat (...)

44Nous avons pu recenser dans les différents textes institutionnels existant à l’échelle internationale, européenne, régionale et nationale un total de 82 indicateurs de biodiversité marine et côtière6 (Fossat et al., 2009 ; Annexe 1). Pour faciliter la lecture de ce grand nombre d’indicateurs, nous nous sommes principalement intéressés à l’origine de ces indicateurs (cadres institutionnels, cadres conceptuels ou thématiques) (exemples dans tableau 3) et à leur utilisation (exemples dans tableau 4). Les méta-indicateurs de la DCSMM n’ont pas été intégrés à ces 82 indicateurs car ils sont provisoires et seulement utilisés pour rendre les critères plus objectifs (les indicateurs de la DCSMM seront publiés en 2012).

Tableau 3. Cadres institutionnels et cadres conceptuels ou thématiques dont relèvent les indicateurs de biodiversité marine et côtière.

Tableau 3. Cadres institutionnels et cadres conceptuels ou thématiques dont relèvent les indicateurs de biodiversité marine et côtière.

Tableau 4. Utilisation effective des indicateurs de biodiversité marine et côtière, et données utilisées pour ces calculs.

Tableau 4. Utilisation effective des indicateurs de biodiversité marine et côtière, et données utilisées pour ces calculs.

Légende : * Seule une synthèse de l'état des récifs coralliens (surface et nombre d’espèces) est présentée par la SNB (MEEDDAT 2009) (pas de séries temporelles).

45Dans 38 % des cas, l’élaboration des indicateurs s’inscrit dans un des cadres conceptuels décrits précédemment, notamment le PER (23 % des indicateurs), le DPSIR (17 %) et enfin le cadre du MEA (7 %).

46Par ailleurs, la grande majorité des indicateurs (67 %) s’inscrivent dans un cadre plutôt thématique, avec ou sans rapport avec un cadre conceptuel. Les domaines d’application renseignés par les indicateurs sont au nombre de cinq : a) l’état et l’évolution des composantes de la biodiversité ; b) le fonctionnement et l’intégrité de l’écosystème ; c) les mesures de protection ; d) les usages de la biodiversité ; e) les autres pressions qui s’exercent sur la biodiversité (les espèces invasives/exotiques, le changement climatique, la pollution et l'eutrophisation). Le domaine d’application lié au fonctionnement et à l’intégrité des écosystèmes marins et côtiers rassemble près de la moitié des indicateurs.

47La majorité de ces indicateurs provient de la convention OSPAR (OSPAR Commission, 2007 ; Bergen Declaration, 2002) et de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE, Directive 2000/60/CE). Ils renvoient plus à la qualité des milieux qu’à la biodiversité stricto sensu. Aux échelles nationales, régionales ou européennes, on note des objectifs différents dans l’usage des indicateurs de biodiversité. Ces différences sont synthétisées dans le tableau 5.

Tableau 5. Différences entre les usages des indicateurs de biodiversité

Tableau 5. Différences entre les usages des indicateurs de biodiversité

48Seul un tiers des indicateurs de biodiversité marine et côtière cherchent à mesurer l’état et l’évolution des composantes de la diversité du vivant. Au sein de ce domaine, les indicateurs caractérisant les espèces et les populations sont surreprésentés vis-à-vis de ceux sur la diversité génétique qui sont en cours d’élaboration. Ils sont le plus souvent fondés sur une estimation de la variation d’abondance d’espèces ou de l’étendue d’habitats. Ils se concentrent en majorité sur la biodiversité dite « remarquable », soit des espèces ou habitats rares, vulnérables ou présentant un statut de protection.

49Quelles que soient la complexité du calcul et le niveau d’agrégation de l’indicateur, 21 % des indicateurs (17 indicateurs) présentés dans les textes institutionnels ne sont pas calculés ni utilisés en pratique. La plupart d’entre eux sont toujours en cours d’élaboration (diversité génétique). Huit indicateurs proposés dans la Stratégie Nationale pour la Biodiversité (SNB) ne sont toujours pas utilisés dans les rapports d’activité de cette dernière. La volonté de développer des bases de données ou des réseaux de suivi pérennes de la biodiversité marine et côtière à différentes échelles pour alimenter ces indicateurs est néanmoins évidente sur l’ensemble des indicateurs recensés : 2/3 des indicateurs sont associés à des bases de données.

50La notion de services écosystémiques émerge également progressivement dans les textes institutionnels. La moitié des indicateurs estime indirectement l’évolution de la biodiversité via la variation des services écosystémiques auxquels cette biodiversité contribue.

Conclusion : vers des indicateurs de l’état de la biodiversité marine et côtière ?

51Les indicateurs existant ont le mérite de proposer des objectifs chiffrés à propos d’une question particulière. Ainsi, avant la Conférence de Johannesburg, la Convention sur la diversité biologique ne s’était guère traduite par des actions politiques concrètes. L’objectif fixé en 2002 de ralentir le rythme de l’érosion de la biodiversité a rendu nécessaire le chiffrage de cette érosion en vue d’en mesurer le ralentissement. C’est ce qui a conduit à un intérêt croissant autour de l’analyse des indicateurs de biodiversité potentiellement capables de renseigner cette érosion à une large échelle. Cependant, on peut noter que les efforts consentis au cours des huit dernières années n’ont pas vraiment permis de clarifier la question des indicateurs requis pour appréhender et suivre l’état de la biodiversité marine et côtière de manière fiable.

52En effet, notre analyse révèle un certain nombre de limites importantes à prendre en compte pour que les indicateurs de biodiversité puissent correctement qualifier l’érosion du vivant pour les milieux marins et aider les décideurs à agir sur cette dynamique. Tout d’abord, un grand nombre d’indicateurs ne sont que très indirectement connectés avec la biodiversité stricto sensu et des pans entiers du vivant sont passés sous silence – en particulier la diversité génétique des espèces sauvages. Ensuite, les cadres conceptuels ne semblent pas encore stabilisés ni véritablement utilisés. En particulier, il conviendrait de mieux documenter la description des interactions entre l’évolution de la biodiversité, les pressions dues aux usages et l’impact qui peut en résulter sur le bien-être humain. Enfin, un des résultats importants de notre analyse est de souligner qu’une part importante des indicateurs de biodiversité marine n’est finalement pas véritablement utilisée, ce qui en réduit bien évidemment la portée en tant qu’outil d’aide à la décision.

Remerciements

53Ce travail a été réalisé grâce au soutient du Système d’Information sur la Nature et les Paysages (SINP) « Mer ».

Haut de page

Bibliographie

Bergen Declaration, 2002, Fifth International Conference on the Protection of the North Sea, 20–21 March 2002, Bergen, Norway, 50p.

Bubb, P.J., S.H.M., Butchart, B., Collen, H., Dublin, V., Kapos, C., Pollock, S. N., Stuart, J-C., Vié, 2009, IUCN Red List Index - Guidance for National and Regional Use, Gland, Switzerland : IUCN, 12p.

Butchart, S. H. M., A. J., Stattersfield, L. A., Bennun, H. R., Akçakaya, J. E. M., Baillie, S. N., Stuart, C., Hilton-Taylor, G. M., Mace, 2005, Using Red List Indices to measure progress towards the 2010 target and Beyond, Phil. Trans. Roy. Soc., 1454, pp. 255–268.

Butchart, S. H. M., H. R., Akçakaya, J., Chanson, J. E. M., Baillie, B , Collen., S., Quader, W. R., Turner, R., Amin, S. N., Stuart, C., Hilton-Taylor, G. M., Mace, 2007, Improvements to the Red List Index, PLoS ONE, 2, 1, [en ligne] http://www.plosone.org/article/info :doi %2F10.1371 %2Fjournal.pone.0000140.

CBD, Convention on Biological Diversity - United Nations Environment Programme, 2004, Indicatorsfor assessing progress towards, and communicating, the 2010 target at the global level, UNEP/CBD/SBSTTA/10/9, 15p.

CBD, Convention on Biological Diversity - United Nations Environment Programme, 2005, Version provisoire des objectifs mondiaux axés sur les résultats pour la mise en oeuvre des programmes de travail sur la diversité biologique des terres arides et sub-humides, des forêts et des montagnes, UNEP/CBD/SBSTTA/11/INF/23, 10p.

CBD, Convention on Biological Diversity - United Nations Environment Programme, 2006, Framework for monitoring implementation of the achievement of the 2010 target and integration of targets into the thematic programmes of work, UNEP/CBD/COP/DEC/VIII/15, 27p.

CE, Commission européenne, 2009, Rapport de la commission au conseil et au parlement européen - Rapport de synthèse sur l'état de conservation des types d'habitats et des espèces conformément à l'article 17 de la directive « Habitats », COM(2009), 17p.

Costanza, R., R., d’Arge, R., de Groot, S., Farber, M., Grasso, B., Hannon, K., Limburg, S., Naeem, R. V., O’Neill, J., Paruelo, R. G., Raskin, P., Sutton, M., van den Belt, 1997, The value of the world’s ecosystem services and natural capital, Nature, 387, pp. 253-260.

Duarte, C.M., 2000, Marine Biodiversity and ecosystem services : an elusive link, Journal of Experimental Marine Biology and Ecology,250, pp. 117-131.

EEA, European Environment Agency, 2007, Halting the loss of biodiversity by 2010 : proposal for a first set of indicators to monitor progress in Europe, Office for Official Publications of the European Communities, Luxembourg, EEA Technical Report,.11, 38p.

EEA, European Environment Agency, 2009, Progress towards the European 2010 biodiversity target, Office for Official Publications of the European Communities, Luxembourg, EEA Technical report No 5/2009, 52p.

Fossat, J., D., Pelletier, H., Levrel, 2009, Projet Système d'Information sur la Nature et les Paysages, volet mer (SINP-mer) - Synthèse des indicateurs institutionnels de biodiversité marine et côtière, rapport IFREMER pour le SINPmer, working paper, version 0.2, 109p.

Guillaumont, B., E., Gauthier, 2005, Recommandations pour un programme de surveillance adapté aux objectifs de la DCE. Recommandations concernant le benthos marin, Rapport Ifremer, Dyneco/Vigies, 27 p. + fiches techniques.

Holmlund, C.M. et M. Hammer, 1999, Ecosystem services generated by fish populations, Ecological Economics,29, pp. 253-268.

Jackson, J.B.C., M.X., Kirby, W.H., Berger, K.A., Bjorndal, L.W., Botsford, B.J., Bourque, R.H., Bradbury, R., Cooke, J., Erlandson, J.A., Estes, T.P., Hughes, S., Kidwell, C.B., Lange, H.S., Lenihan, J.M., Pandolfi, C.H., Peterson, R.S., Steneck, M.J., Tegner, R.R., Warner, 2001, Historical Overfishing and the Recent Collapse of Coastal Ecosystems, Science, 293, 5530, pp. 629-637

Kaiser, M.J., M.J., Attrill, S., Jennings, D.N., Thomas, D.K.A., Barnes, A.S., Brierley, N.V.C., Polunin, D.G., Raffaelli, P.J. le B., Williams, 2005, Marine ecology : Processes, systems, and impacts, Oxford , Oxford University Press, 557p.

Kremen, C., 2005, Managing ecosystem services : what do we need to know about their ecology, Ecology Letters, 8, pp. 468-479.

Levrel, H., C., Kerbiriou, D., Couvet, J., Weber, 2009, OECD Pressure-State-Response indicators for managing biodiversity : A realistic perspective for a French biosphere reserve, Biodiversity and Conservation, 18, 7, pp. 1719-1732.

Levrel, H., 2007, Quels indicateurs pour la gestion de la biodiversité, Paris, IFB, 93p., [en ligne] http://www.gis-ifb.org/documentation/

Levrel, H., 2008, Les indicateurs de développement durable : proposition de critères d’évaluation au regard d’une approche évolutionniste de la décision, Revue Française de Socio-économie, 2, pp. 199-222.

Loh, J., R.E., Green, T., Ricketts, J., Lamoreux, M., Jenkins, V., Kapos, J., Randers, 2005, The Living Planet Index : using species population time series to track trends in biodiversity, Phil. Trans. R. Soc. B., 360, pp. 289-295.

MEA [Chap.18, « Marine fisheries systems »], 2005, Ecosystems and Human Well-Being : Current State and Trends, Findings of the Condition and Trends Working Group, Millennium Ecosystem Assessment Series, Washington, D.C., Island Press, 815p. [en ligne] http://www.maweb.org/en/products.aspx.

MEA [Chap.19, « Coastal systems »], 2005, Ecosystems and Human Well-Being : Current State and Trends, Findings of the Condition and Trends Working Group, Millennium Ecosystem Assessment Series, Washington, D.C., Island Press, 815p. [en ligne] http://www.maweb.org/en/products.aspx.

MEDAD, Ministère de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement Durable : DNP, Direction de la nature et des paysages, 2007, État de conservation des espèces et des habitats d’intérêt communautaire – Sortie de la première évaluation en France, MEDAD, 7p.

MEEDDAT, Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire : DNP, Direction générale de l’Aménagement, du Logement et de la Nature, 2009, Stratégie nationale pour la biodiversité : Rapport d'activité 2008, MEEDDAT, 52p.

MEEDDAT, Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire : DNP, Direction de la nature et des paysages, 2008, Stratégie nationale pour la biodiversité : Rapport d'activité 2007, MEEDDAT, 103p.

MEEDDAT, Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire : DNP, Direction de la nature et des paysages, Cellule biodiversité, 2007a, Présentation des indicateurs de suivi de la biodiversité proposés pour la métropole, MEEDDAT, 63p.

MEEDDAT, Ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire : DNP, Direction de la nature et des paysages, Cellule biodiversité, 2007b, Présentation des indicateurs de suivi de la biodiversité proposés pour l’outre-mer, MEEDDAT, 61p.

MEEDDM, Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer, 2009, Guide relatif à la définition du bon état des eaux littorales (eaux côtières et eaux de transition), en application de la directive cadre sur l’eau - version novembre 2009, MEEDDM, 54p.

Millenium Ecosystem Assessment, 2002, People and Ecosystems : A Framework for Assessment and Action, Washington D.C., Island Press, 212p.

OSPAR Commission, 2007, EcoQO Handbook - Handbook for the application of Ecological Quality bjectives in the North Sea - First Edition 2007, OSPAR Commission, London, UK , 39p.

Pauly, D., 1998, Rationale for reconstructing catch time series, EC Fisheries Cooperation Bulletin, 11, pp. 4-7.

Pauly, D., V., Christensen, 1998, Fishing down marine food webs, Science, 279, 5352, pp. 860-863.

Pauly, D., R.. Watson, 2005, Background and interpretation of the 'Marine Trophic Index' as a measure of biodiversity, Philosophical Transactions of the Royal Society of London Series B Biological Sciences, 360, pp. 415–423.

Rönnbäck, P., N., Kautsky, L., Pihl, M., Troell, T. , Söderqvist, H., Wennhage, 2007, Ecosystem Goods and Services from Swedish Coastal Habitats : Identification, Valuation, and Implications of Ecosystem Shifts, AMBIO, 36, 7, pp. 534-544.

Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique, 2006, Perspectives mondiales de la diversité biologique, deuxième édition, Montréal, CBD, 83p. + viii pages.

Solan, M., B.J., Cardinale, A.L., Downing, K.A.M., Engelhardt, J.L., Ruesink, D.S., Srivastava, 2004, Extinction and Ecosystem Function in the Marine Benthos, Science, 306, pp. 1177-1180.

UNEP-WCMC, 2008, State of the world’s protected areas : an annual review of global conservation progress, UNEP/WCMC, Cambridge, 36p.

UNEP-WCMC, 2010, The2010 Biodiversity indicators and the post-2010 indicators framework, Convention on Biological Diversity, UNEP/WCMC/Post-2010/0709/6, 45p.

UNEP, United Nations Environment Programme, 2006, Marine and coastal ecosystems and human well-being : A synthesis report based on the findings of the Millennium Ecosystem Assessment, UNEP, 76p.

UNEP MAP, Mediterranean Action Plan, 2002, Mediterranean Action Plan and Convention for the Protection of the Marine Environment and the Coastal Region of the Mediterranean and its Protocols, working paper, 2nd edition, Athens, 170p.

Van den Bergh, J. C. J. M., H., Verbruggen, 1999, Spatial sustainability, trade and indicators : an evaluation of the `ecological footprint', Ecological Economics, 29, 1, pp. 61-72

Wilkinson, C., 2008, Status of coral reefs of the world : 2008, Global Coral Reef Monitoring Network and Reef and Rainforest Research Centre, Townsville, Australia, 296p.

Wilson, M.A., R., Costanza, R., Boumans, S., Liu, 2004, Integrated assessment and Valuation of ecosystem goods and services provided by coastal systems, 24p., Wilson, J.G., (ed.), The Intertidal Ecosystem : The Value of Ireland’s Shores, Dublin, Royal Irish Academy, pp. 1–24.

Worm, B., E.B., Barbier, N., Beaumont, J.E., Duffy, C., Folke, B.S., Halpern, J.B.C., Jackson, H.K., Lotze, F., Micheli, S.R., Palumbi, E., Sala, K.A., Selkoe, J.J., Stachowicz, R., Watson, 2006, Impact of Biodiversity Loss on Ocean Ecosystem Services, Science, 314, pp. 787-790.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Tableau récapitulatif des 82 indicateurs de biodiversité marine et côtière recensés, classés par domaines d’application.

Haut de page

Notes

1  « L'expression Natura 2000 en mer désigne la partie marine du réseau européen Natura 2000 que les états-membres de l'Europe ayant une façade maritime ou des territoires outre-mer doivent mettre en place dans le cadre de la Directive habitats, avant la mi-2008 précisait la Directive. […] En France, la désignation des sites marins du réseau 2000 fait partie des plans d’action « mer » et « patrimoine naturel » de la stratégie nationale pour la biodiversité adoptés en 2005, mais elle a pris du retard. » (Wikipedia).

2  Directive92/43/CEE du 21 mai 1992, concernant la conservation des habitats naturels ainsi

que de la faune et de la flore sauvages

3  Directive 79/409/CEE du 2 avril 1979 concernant la conservation des oiseaux sauvages

4  Circulaire DCE 2007/20 relative à la constitution et la mise en oeuvre du programme de surveillance (contrôle de surveillance, contrôles opérationnels, contrôles d’enquête et contrôles additionnels) pour les eaux littorales (eaux de transition et eaux côtières) en application de la directive 2000/60/CE du 23 octobre 2000 du Parlement et du Conseil établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau

5  “The pressure-state-response framework is based on a concept of causality : human activities exert pressure on the environment and change its quality and the quantity of natural resources (the “state” box). Society responds to these changes through environmental, general economic and sectoral policies” (the “societal responses”) (OECD, 1994, p. 10).

6  Cette analyse ne tient cependant pas compte des méta-indicateurs de la DCSMM. En effet les indicateurs définitifs de la DCSMM ne seront connus qu’en 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Indicateurs adoptés par la CBD, le SEBI et la SNB, afin d’évaluer les progrès accomplis dans la poursuite de l’objectif 2010 de diversité biologique.
Crédits Sources : UNEP-WCMC, 2010, pp. 15-21, EEA, 2009, p. 12. ; MEEDDAT, 2008, pp. 4-5.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/9893/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 2. Descripteurs, critères et méta-indicateurs, liés au thème de la biodiversité, proposés en 2010 par les groupes de travail de la directive-cadre « stratégie pour le milieu marin » (Directive 2008/56/CE).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/9893/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 1. Cadre conceptuel Pression-Etat-Réponse (PER).
Crédits D’après OCDE (2001)
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/9893/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2. Le cadre conceptuel Forces motrices-Pression-Etat-Impact-Réponse (DPSIR).
Crédits D’après EEA (2003), p. 13.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/9893/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 3. Cadre conceptuel de l’évaluation des écosystèmes pour le millénaire.
Crédits D’après MEA, 2005, pp. 13-14.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/9893/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 3. Cadres institutionnels et cadres conceptuels ou thématiques dont relèvent les indicateurs de biodiversité marine et côtière.
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/9893/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 4. Utilisation effective des indicateurs de biodiversité marine et côtière, et données utilisées pour ces calculs.
Légende Légende : * Seule une synthèse de l'état des récifs coralliens (surface et nombre d’espèces) est présentée par la SNB (MEEDDAT 2009) (pas de séries temporelles).
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/9893/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 5. Différences entre les usages des indicateurs de biodiversité
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/9893/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://journals.openedition.org/vertigo/docannexe/image/9893/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Levrel Harold, Julia Fossat et Dominique Pelletier, « Les indicateurs de biodiversité marine et côtière : état des lieux institutionnel », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 10 numéro 2 | septembre 2010, mis en ligne le 27 septembre 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/9893 ; DOI : 10.4000/vertigo.9893

Haut de page

Auteurs

Levrel Harold

Économiste, IFREMER, UMR AMURE, Département d’économie maritime, ZI Pointe Diable, 29280 Plouzané, courriel : Harold.Levrel@ifremer.fr

Julia Fossat

Écologue, IFREMER, Département Sciences et Technologies Halieutiques, ZI Pointe Diable, 29280 Plouzané, courriel : Julia.Fossat@ifremer.fr

Dominique Pelletier

Modélisatrice, IFREMER, Département Sciences et Technologies Halieutiques, ZI Pointe Diable, 29280 Plouzané, courriel : Dominique.Pelletier@ifremer.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de VertigO sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page