Navigation – Plan du site
Compte-rendu

« Terrains de la musique ». Anthropologie sociale des musiques actuelles

Synthèse de la journée d’études du 27 mai 2003 à Toulouse
The Social Anthropology of Popular Music: Conference Report
Marc Perrenoud
p. 109-113

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1Fin mai 2003, dans la salle de conférences de la librairie Ombres Blanches, s’est déroulée la première rencontre organisée par le Centre d’Anthropologie de Toulouse (EHESS) autour de la pratique des musiques populaires contemporaines. Grâce au soutien de la DRAC Midi-Pyrénées, cette journée a permis de réunir de jeunes chercheurs venus de toute le France qui jusqu’à présent n’avaient jamais eu l’occasion de partager leurs expériences autrement que lors de rencontres informelles à l’occasion de grands colloques « généralistes » en sociologie de l’art et de la culture.

2La problématique de cette journée était fondée sur deux grands axes : la trans-disciplinarité ethnologie/sociologie et, corollaire, l’idée que chaque intervenant venait parler d’un travail qualitatif inscrit dans une forte implication sur le terrain.

3Les chercheurs en sciences humaines qui s’intéressent au monde des musiques populaires contemporaines ont fréquemment une connaissance intime de cet objet et, de fait, tous les intervenants de la journée ont vécu leur terrain comme acteur (la plupart sont musiciens), allant ainsi bien au-delà de l’observation participante orthodoxe. Il s’est agi pour nous de rapprocher l’analyse des sciences humaines du point de vue endogène des mondes de l’art en articulant les dimensions empiriques et théoriques de nos démarches respectives.

4Jean-Christophe Sevin (EHESS Paris) a ouvert la journée avec une communication concernant l’évolution de la scène tekno française et le mouvement des free parties notamment. Après avoir rapidement retracé l’histoire du mouvement, il a exposé les points de tension qui le (dé)structurent aujourd’hui : politique (contre le « système ») vs esthétique (pour l’ambiance), oppositions et justifications en interne autour de l’adaptation aux nouvelles lois réglementant les fêtes.

5Gérôme Guibert (Université de Nantes) a ensuite évoqué le rôle d’expert ès-musiques amplifiées qu’il a endossé à la demande des collectivités territoriales pour « mesurer l’activité musicale » en Vendée et Pays de Loire. Comment répondre à cette attente légitime du politique tout en transcrivant la complexité des pratiques majoritaires mais largement méconnues au sein de ce monde de l’art ? Recenser la population de groupes,choisir un échantillonstatistique ? Les styles musicaux revendiqués constituent-ils une typologie pertinente ?

6En début d’après-midi, Philippe Le Guern (Université d’Angers) est revenu sur son expérience de musicien sous contrat avec Virgin Music au tournant des années 80-90. Il propose une socio-analyse des maisons de disques à travers l’approche ethnographique d’un univers fermé qui évolue très rapidement. La période étudiée et vécue est celle de la mutation vers le système actueldes majors qui rationnalisent au maximum leur politique commerciale en externalisant les « risques » ou les « niches ».

7Christophe Rulhes (Centre d’Anthropologie de Toulouse) dans sa communication s’est lui aussi appuyé sur un « terrain vécu ». Il a dressé le portrait de deux musiciens côtoyés au sein d’un orchestre de « baluche » où il a été guitariste pendant un an et demi. Opposant pour les dépasser les paradigmes beckerien et bourdieusien, il a surtout montré à quel point la pratique musicale et la vie de Jean-Louis et Jean-Michel est irréductible à l’alternative entre conception communautaire, reproductrice et conception singulière, avant-gardiste de la figure de l’artiste.

8Enfin, mon intervention concernait la position particulière du chercheur appartenant à la population qu’il étudie. Venu à la pratique musicale « professionnelle » en même temps qu’à la recherche universitaire, j’essaie d’entretenir chacune de ces deux activités comme réflexive. J’ai évoqué ces situations où l’anthropologue peut devenir vecteur d’acculturation pour les acteurs et d’institutionnalisation pour des mondes de l’art non-légitimes, mais aussi ces moments où le chercheur, largement dépassé par le musicien ne peut qu’espérer objectiver a posteriori des phénomènes socio-esthétiques vécus.

9Faute de temps, nous n’avons malheureusement pas pu procéder à un tour de table qui aurait permis d’aborder des questions de synthèse. En effet, la journée devait se poursuivre avec la présentation de l’ouvrage dirigé par Philippe Le Guern les cultes médiatiques abordant d’importantes questions plutôt relatives à la sociologie des publics et, en clôture, une conférence magistralement improvisée par Antoine Hennion autour de la « pragmatique du goût » et de l’élaboration du jugement des grands amateurs (de vin, de musique, de sport…) dans une dimension dynamique et compréhensive.

10Au vu de l’intérêt manifesté par l’ensemble des présents, intervenants et public, à l’issue de cette journée, il est très vraisemblable que l’expérience se reproduise. L’idée d’une rencontre annuelle entre chercheurs (et acteurs) du monde des musiques populaires contemporaines semble de nature à alimenter la réflexion socio-anthropologique autour d’un outsider art pris entre l’institutionnalisation et la précarisation. Une association sera prochainement créée pour donner corps à ce projet.

Haut de page

Bibliographie

Le Guern Philippe (dir.) (2002), Les cultes médiatiques, culture fan et œuvres cultes, PUR

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Perrenoud, « « Terrains de la musique ». Anthropologie sociale des musiques actuelles », Volume !, 3 : 1 | 2004, 109-113.

Référence électronique

Marc Perrenoud, « « Terrains de la musique ». Anthropologie sociale des musiques actuelles », Volume ! [En ligne], 3 : 1 | 2004, mis en ligne le 15 avril 2006, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/volume/2102

Haut de page

Auteur

Marc Perrenoud

mail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page