Navigation – Plan du site
Contre-cultures : théorie & scènes
Théorie

La Banalité de la dégradation : Andy Warhol, le Velvet Underground et l’esthétique trash

The Banality of Degradation: Andy Warhol, the Velvet Underground and the trash aesthetic
Simon Warner
Traduction de Dario Rudy
p. 51-65
Cet article est une traduction de :
The Banality of Degradation : Andy Warhol, the Velvet Underground and the trash aesthetic

Résumés

Les années 1960 américaines, et tout particulièrement leur deuxième moitié, sont aujourd’hui étroitement associées aux luttes pour les droits civiques de la communauté noire, aux protestations contre le conflit Vietnamien ainsi qu’à l’approche peace and love des hippies. Cet article pose cependant que les germes d’un mouvement underground plus subversif furent semées durant cette période alors qu’une nouvelle approche de la création artistique, centrée autour d’une esthétique trash émergente, allait s’opposer à l’utopie psychédélique de la contre-culture officielle et laisser une empreinte plus profonde et durable sur la création indépendante du dernier quart de siècle. La reformulation par Warhol à l’époque de ses projets plastiques et filmiques en expériences multimédias ne fit qu’augmenter l’importance du Velvet Underground, groupe maison de la Factory, quartier général de l’artiste. The Exploding Plastic Inevitable, performance en partie inspirée des happenings du début des années 1960, faisant se rencontrer light shows, danseurs et sons cacophoniques du Velvet Underground, fut présentée au public en 1966. Cette œuvre scénique radicale fut filmée par le réalisateur Ronald Nameth dont le film est un document clé de cette expérimentation. Si Warhol et le groupe se basaient sur une tradition issue des beats et de Dada pour créer une forme d’anti-art, c’est à cette période clé que l’idée de trash — depuis la célébration de la culture de masse du pop art aux recherches plus sombres du groupe et de l’artiste dans les méandres de la drogue et de la perversité — prit son importance actuelle. Cette anti-esthétique allait avoir dans les années suivantes un impact dépassant les avant-gardes de New York pour influencer et modeler la musique, le cinéma, l’art et la littérature.

Haut de page

Notes de la rédaction

The English version of the article will be published in Sheila Whiteley and Jedediah Sklower (eds.), Popular Music and Countercultures, Ashgate, 2013. It will appear here two years after that publication, in 2015.

Texte intégral

Exploding Plastic InevitableLa relture américaine est une culture trash.St
m>Poeven L. Hamelan (2004 : 3) Pem>No lass="secenties">No /span>Le(...)a> 9 1span>trash Qu’il ait construit un espace dans lequel, par le biais d’un groupe comme le Velvet Underground, un langage alternatif du rock’n’roll se soit développé et diffusé le place égaleme..nt l’uttnt-gardes defluencer qui t lentributo le l’éporgentece’une esthétique trash danuuge a kttaéde l arnéralder lee trale appi-aeiqulosoiene..nt trashvaide lManhktta in Factory, quisonutaionnns lequ ashvaide uroupe maison dle Velvet Undergrond et lans leqperformance woltimédias e l1966, com>tre Exploding Plastic Inevitable, class="gofooties"l&#lid="tody ift">Lref="#auft">Le/a> Qem> 9 /span>s dende ents" e la artist sodmus projincip pr touéneffuicrencrtnt se les drpilis andmuvralé sodmubeté ndanpojuic Iet de laral cé — batupevrement brfisen,art -de lefateme..ntpar lette pvag de sedissenticeefversn. ThLpoalmadearhol etns lecfiochj de lase-ganisedaon de de lse-povaluaon de hétique 9 3span>s aisare,euxadare,e de lacme l leipeut êlxadare. Enfrsumés<,atte exligesédact umaisone laoud Ceefluencer llait avlturirsio grsystme monpope aesbass<,aur in gertie innpmoesgligele sur la importance du delfovalr deufochocQuearhol et sotupevrt l gepoque de le communauation, e masse du delfo poroctiondaon deciate susmunbersm.ient sumuelle. ..nt tranremelonnfpperte du de icieaIe,el="èv/’un grhasde< hr deuxCet lfoilesue,rte den impe ogiqiradicale fu svintmilyNremelnpmoursme..nt l gepoterantéle. uelle. esistinte plisonutaxtle"lns of uthme lof u mmunau/p> 9 4span>g201300: 3)256) bn ai’ille. eten et lde lemilesifise">s aisç de rm1ie au L.« ns lequ t fu haoutequ mde ets, aelébes e15: minut 19»Cette ansesion ismenfmes ne cultre-scalon deciifiedciveue, ..nt coépoptimremel sotus lrme dru L. grpobltoauppob leefioponger de s lequ aemp. À’uthee off le pouxième moie"l lnres 9 5span>nve uet sonystmmaque, of[…]e culture trash.Suaupque dets les nugre mméaj9 6span>Cipan class="fiotation">Ci« Lpooits amere, le Vebas blai,’artp susie,e fsavreres : bellus thdpériasocA daftsppes d lfsu, s drblockbusrs, wa asontred slme lrateux,el films unDisney/Pixar,el fitalkows, da conlaer ..nt mméee"lees : vt9 7span> 9 8span>nve par Wa apspecteur Rouxacfi’il aserersenté, aujvt que lette exfme deociifiedcive parum.iesefu ueiment u apratoîtme. Cme laHtercuamp; scKayl’id pleoposesé: 3em Cipan class="fiotation">Ci« La relies flturel o réalcté,nexperlolders so parfonde eurees fjaisonu ans"iq-boonuts usét matérature.9 9span>s arenstruereelette pchaîn 9 10span> 9 11span> Ld="tocfr1n1" ies films underground et la musique du Velvet : esthétique du trash et évolution de la Factory
Cipan class="fiotation">Ci« Mdmeiceuxai hliciratu .nt liae traftsppet/e s lequ saéat nté, aucsursnst’il asefme dn"oe esconle anieictifise">s alaery"le grneett nonbres e arfluencer qu lvra .nt re vu xcluaee touvoae l lelidt g.ntt de surex . 19»
John Ctiey20045: 3)ix)span>Cipan class="fiotation">Ci« Lporerde Rob rtoHughset(1980: 3)351)span>Cipan class="fiotation">Ci« Lpolvet Underground et unden Lue iodè suune estnt-garde mon 9 9 13span>nvee.jp Auucœ deuxannées 1960, fars qe lesa sanuft de.ne..nttéle. uelletlstftancb apuxaluntatiishednt u aistique, i sréalfugiendeds leqétemosphremel xcluve unefiopot ueric 9 14span>uelnpmors soe, uxis la oi/le l’épemeluos- lduices lledaftsppeste A e soit l lemasss&#e s les méouls a kbsndo nr/eeles aviqus, nliqsseres auxfinesesyréer unleessropsgfrsumési arpod=po lnafoonutroiae thet -acale f..ntnoveur Roi aait avflué cet areresoite de suc pe aue i séysrse dme t a: 3)«  avvelotn inundy Warhol pe l’éthétique du ee cualéchvisn, inx recub ue, dumde ns et fix ressgazes, nuxadarsitser ..ntopposera avou iodè sur Roriede la artnt-gardeg201300: 3)250Pem 9 15span>g20 Factoryne..nt trauyt d rial de lardital,el=esinuxadrage, en danidnnbresle ss « bettifupeutople »,euxaclébraties< e lanamern,h le Veg ionnodrocknderground eLa reos pt de estntmel uxanalfoer lsehaxtogues / dus 9 16span>s ardact le cupt de siépotporg a husaindanidpoventrnaforcetablledaftaosaisnrMu per l ion, in ansiif e la arâ m,toutettue l’id papobl cea pt jvt quconlnno lioten s 9 17span>e d,onla artdoraon de de l artdcalon d,a lalfobsnlisu/e de dctntmelvie. CeUn aaiie al unrefivis d sodmurratempons fmapide,el touteeiaossinocœ deuxalunîlee lnafoonuchoyd 9 18span>nve pa trash e: 3)ioe aroud ulee ba leosaiicu suenoire,s sob t cThMos a ée ess lsor le nanrefaon dee, u le nait wr de maépoe ale asersentéai.nt mmhme e aeeimesovatsenix revs --deiceuxai refivu .nt lcharger à l’uttli lnron d,a l’étract is ddle cuciées ele lcérse du la ré, ur lesréalfugieru s lequacocontcsmrseh>nvefl la Factory No lass="secenties">No /span> Chlesea Girl/em>, .li> 9 19span>/spa>ss le cdirecon de laPa> lMosm.iey,er rfovatr Rouxanbres ux deilms u la Factoryg201304: 3)257)ThMsonuipeuointi un aleme..nte 9 /0span> No lass="secenties">No 3span> 9 21span>ss lequan fustimentscéniqarioqu’il a sonaiiendle l’époctomaouess leqFavi/ThS ans tfovaew--deiceett nesorriode c/m tocoe leus lecftntxlm suux1966,4aoues threquns sstpaoui/npmovisnne ofclos ute sles ane&#sons of u ncrtan à uggtementuLexfmerantnlnn on de lulinstt Lanctraftspdisunt queles avrelies dunflrsn.ns nle as. Ls qe il a otrornal ute sles ane&#sons of den impe prrogeur Ret tode trn éosios ne almtrcague 9 /2span> eadaree uroupe m ? Pr leEenge We"lnale«  asomembmesonVelvet no lepob le Vsaofemd.respeste A eportanced/e seck’n’roll sei nceur ient surasanflqurienrn langer blic e19»CeIlsto lefl ceder musique dui obl ce« asrarsursite..nttéle. uelles/p> No lass="secenties">No 4span>> 9 23span>caide l Factory4spa>. Bn aillimpe duction de un gechaeteuselaeut dnsui resong, dujaer"s-nsuso ceoasa urooûde maute equ mde ele aserr ient sutntmeir dafovalr deuxaccommeesomie. Cme laRiarged re"lname artffie d,u lroses la r Rouvelle apaaiiees oavecee tiste AnPope loht d svolse",e«  avrtie in avrs sociifiedcive 9 /4span>s alun mirsioe marhol p: 3)stfilms unmme leCouchl(1964)eeleVinyll(1965)apo ent sunatoi s trfde anea impeaeaaittns ,aleroupe com on defaiiendeofuicrenartcur R eeleur cnsera solfobsnde-s, in ansannancet/eeles av rfoarti/stpapo ent su Vsaofotagotte A ThS l dere"lnamp20ha Dô d,e« pnving>aart reteentscpsios nasehvai.ntfa cel edaupqecent leur leir dapolvet Underground et teNico,euxslumiremes,u efilms un[…]in annésCipan class="fiotation">Ci« La éorâtrtlies9 25span> 9 26span>ue, ..ntdjvt qe a anstractions,co ldefripingodmuPl sknn Lu un lnavieue legencrsentéives oftioeses animession asinporhol pThIpet unnandrmos aoée esstesouxanbtdrues oclardilae tnnarombmeso de l umiremesonritun ttes u,acfannseurs etsimulandes antcuransualleseglaue&#s,acfanrfore,btves ofssnrorlleleunnauses duuala iique dujtee deasrarfmera,toutettlarpobl ceds leqFaesoitexligde sseral 9 27span> No lass="secenties">No 5span> 9 28span> 9 /9span> lMc Ctitnmy. Sietts nsmrtniur R eame ti.nte est"l lessioe kal lidosunpae, le dertsoae smsnstdguese l’uttrnt&#us"lhlogique&#,e sulvet Untrol ceut soésrspectef: 3)s an xession atte A ess leamqtitams et erlolt les avdnabulcer qu ucpiyéis dutôt lae dulmofdéas e orr n u mde ett wrience..New rkardilodilus thdpÀnaWe unCoa un de l arpoclectesmeinbaeaagee du eeCarntby Stmeet. taglpojug ue legetee ce 9 30span>nve psemaate set l’époque dThMsonue1966,7,a artnt-gardeae n ent pt jvt q,a fodmeimont ofe legersentéives ofnidEPI.arhol et/ntrol cecr ldib lemme leoductcur Rebn ai’il a smbleee len imsoutn ail ceut sopob leuxanure. 9 31span> 9 3/span> 9 33span> No lass="secenties">No 6span> 9 34span> No lass="secenties">No 7span> Cem>, enVTprry Riley,emmeseséeee1966,4seonsmrtntitlune es« tseride la53 fige , ssical&# Cipan class="fiotation">Ci« Lpolvet Underground etpobl celun miq No lass="secenties">No 8span> 9 35span> No lass="secenties">No 9span> 9 36span>. Lprsty cinVelvet n evint impeapireur Rouxacfuxans lequ ckni, vtqulatécsevtqul, écfratero les rmingmaltemel lnalinslttns ,alerbuundxpesehaxtanilairons coombcues d,’uttrconomiet sonabfireveb le l impedulgticeesoie 9 37span>ide trit wr de toisonu sarduction dsaoos -ftory class="gogo-tnp"ref="#auticum a-3012">Ha des ape aa> v cl="todibliraphiqy"lass="sec uen aNo Bibliraphiqiespan> Bannister Matthew (2006), White Boys, White Noise : Masculinities and 1980s Indie Guitar Rock, Aldershot, Ashgate.

Barthes Roland (2000), Mythologies, Londres, Vintage.

Bockris Victor, Malanga Gerard (2003), Up-Tight : The Velvet Underground Story, Londres, Omnibus.

Cagle Van M. (1995), Reconstructing Pop/Subculture : Art, Rock, and Andy Warhol, Londres, Sage.

Carey John (2005), What Good are the Arts ?, Londres, Faber.

Chambers English Dictionary (1988), Édimbourg et Cambridge, Chambers.

Clarke Donald (ed.) (1990), The Penguin Encyclopedia of Popular Music, Londres, Penguin.

Fineberg Jonathan (2000), Art Since 1940 : Strategies of Being, Londres, Laurence King.

Frith Simon, Horne Howard (1987), Art Into Pop, Londres, Methuen.

Gendron Bernard (2002), Between Montmartre and the Mudd Club : Popular Music and the avant-garde, Chicago, University of Chicago Press.

Hamelan Stephen L. (2004), But is it Garbage ? On Rock and Trash, Athens, GA, University of Georgia Press.

Hoskyns Barney (1997), Beneath the Diamond Sky : Haight-Ashbury 1965-1970, Londres, Bloomsbury.

Hughes Robert (1980), The Shock of the New, Londres, BBC.

Hunter I. Q., Kaye Heidi (1997), « Introduction », in Trash Deborah Cartmel (ed.), Aesthetics : Popular Culture and Its Audience, Londres, Pluto Press, p. 1-13.

Keller Simon Richard (1999), Trash Culture : Popular Culture and the Great Tradition, Berkeley, Los Angeles, University of California Press.

Koestenbaum Wayne (2001), Andy Warhol, Londres, Weidenfeld & Nicholson.

Thorgerson Storm, Powell Aubrey (1999), 100 Best Album Covers, Londres, Dorling Kindersley.

Watson Steven (1995), The Birth of the Beat Generation : Visionaries, Rebels, and Hipsters 1944-1960, New York, Pantheon.

Williams Richard (2009), The Blue Moment : Miles Davis’s Kind of Blue and the Remaking of Modern Music, Londres, Faber.

Willis Ellen (1996), « Velvet Underground », in Greil Marcus (ed.), Stranded : Rock and Roll for a Desert Island, New York, Da Capo Press, p. 71-83.

Discographie

The Velvet Underground, The Velvet Underground & Nico (Verve, 1967).

Filmographie

The Exploding Plastic Inevitable, réalisé par Ronald Nameth, 1966 : http://www.jonbehrensfilms.com/experimental005.html [Visité le 13 juillet, 2011].

Andy Warhol, « Andy Warhol on pop art », interview, 1964 : http://www.youtube.com/watch ?feature =endscreen&NR =1&v =deRMRh8Zjgg [Visité le 10 mars, 2012].

Haut de page

Notes

1 Au sujet de ce film, le lecteur pourra se reporter à l’article que Jean-Marc Leveratto et Cyril Neyrat lui ont consacré dans le hors-série de Volume ! « Rock et cinéma  ». Jean-Marc Leveratto, « Exploding Plastic Inevitable, ou le rock et le cinéma comme techniques du corps », Volume !, n° 3-0, 2004, 53-66 et Cyril Neyrat, « "Taste the Whip” À propos d'Exploding Plastic Inevitable (avec la musique du Velvet Underground)  », Ibid., 67-71. [Ndt]

2 Le film est souvent simplement appelé Chelsea Girls.

3 Cf. « Andy Warhol on pop art », YouTube, 1964, http://www.youtube.com/watch ?feature =endscreen&NR =1&v =deRMRh8Zjgg

4 Le vrai nom de Nico était Christa Päffgen (Kostenbaum, 2001 :100).

5 Lou Reed dit à propos de cette chanson et plus largement à propos de l’album : « Je ne prône rien […] Simplement, on avait « Heroin », « I’m Waiting for the Man » et « Venus in Furs » sur le premier album et ça a donné le ton. Bien sûr on avait « Sunday Morning » qui était si jolie et « I’ll Be Your Mirror » mais tout le monde est resté bloqué sur l’autre partie. » Cf. Victor Bockris et Gerard Malanga, Up-Tight : The Velvet Underground Story (2003 : 17).

6 Le Brill Building fût le creuset de la pop adolescente de la fin des années 1950 et des années 1960. L’immeuble était situé au 1619 Broadway et offrait un environnement propice aux compositions de Carole King, Neil Sedaka et de nombreux autres. Cf. Donald Clarke (ed.), The Penguin Encyclopedia of Popular Music (1990 : 157).

7 Dans C de Terry Riley, composée en 1964 se composait d’une « série de 53 figures musicales courtes à jouer en séquence par un groupe de musiciens – peu importe le nombre ou le type d’instrument – qui peuvent choisir le moment de leur entrée et le nombre de répétitions du motif avant de passer à une autre phrase ». Cf. Williams (2009 : 171).

8 La banane, collée sur la pochette, pouvait dans les premières éditions du disque être pelée, révélant un fruit couleur chair à la connotation phallique évidente. Pour Paul Morissey : « la pochette n’était que l’une des multiples suggestions obscènes. […] Personne ne peut se rappeler qui l’a proposé, mis tout le monde s’est mis d’accord pour dire que c’était assez sale. Cité dans Storm Thorgerson et Aubrey Powell, 100 Best Album Covers (1999 : 149).

9 Les groupes d’acid rock de San Francisco – le Grateful Dead, Jefferson Airplane, Quicksilver Messenger Service et Moby Grape – ainsi que les groupes psychédéliques de Londres – le Pink Floyd de Syd Barrett, le Crazy World of Arthur Brown et même Jimi Hendrix – ont tous distillé l’esprit de l’époque mais leur héritage fut limité après que les années 1960 touchèrent à leur fin. Hoskyns prétend qu’en 1973, San Francisco était « tout sauf une ville musicalement morte ». Voir Beneath the Diamond Sky : Haight-Ashbury 1965-1970 (Londres : Bloomsbury, 1997 : 217). En Angleterre, le déclin de la santé mentale de Barrett et la dissolution du groupe de Brown en 1969, ainsi que la mort d’Hendrix en 1970 symbolisaient tous la nature vacillante du moment.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Warner, « La Banalité de la dégradation : Andy Warhol, le Velvet Underground et l’esthétique trash », Volume !, 9 : 1 | 2012, 51-65.

Référence électronique

Simon Warner, « La Banalité de la dégradation : Andy Warhol, le Velvet Underground et l’esthétique trash », Volume ! [En ligne], 9 : 1 | 2012, mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/volume/3012 ; DOI : 10.4000/volume.3012

Haut de page

Auteur

Simon Warner

Simon Warner enseigne l’étude des musiques populaires à l’université de Leeds. Il travaille sur les liens entre les écrivains de la Beat Generation et la culture rock, l’objet de son livre Text and Drugs and Rock’n’Roll (Continuum, fin 2012). Il a dirigé la collection Howl for Now à partir de 2005, et a co-dirigé Summer of Love: The Beatles, Art and Culture in the Sixties (2008), et a participé aux ouvrages Remembering Woodstock (2004) et Centre of the Creative Universe: Liverpool and the Avant Garde (2007). Il rédige actuellement un ouvrage sur la scène punk de Manhattan des années 1970, New York, New Wave.
mail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page