Navigation – Plan du site
Articles

Stone Deaf Forever: Discourses of Loudness

Stone Deaf Forever : les discours de la puissance sonore
J. Mark Percival
p. 29-49

Résumés

La puissance sonore fait partie de l’identité de nombreuses musiques populaires, notamment du rock et de ses sous-genres, ainsi que de la dance music, du hip hop, du reggae et des musiques électroniques. C’est d’abord dans les espaces publics ou les salles de concert qu’elle s’exprime positivement, par la performance, qu’il s’agisse de prestations live et/ou de la diffusion d’enregistrements. Les discours laudatifs sur le volume sonore irriguent la culture des musiques populaires, des groupes jouant dans de minuscules studios de répétition au record mondial du groupe le plus « puissant » (Deep Purple ou The Who, selon l’édition du Guinness des records). Ces louanges ont été tournées en dérision par d’autres formes médiatiques, telles que le « documenteur » This is Spinal Tap (1984) ou Le Guide du voyageur galactique de Douglas Adams, que nous analysons ici. Cet article identifie cinq types d’évaluations du volume sonore, tels qu’elles se manifestent dans la presse musicale ou la fiction : la puissance sonore évaluée positivement, négativement, positivement aux oreilles du public mais pas de celles des journalistes et vice-versa, et enfin la puissance sonore jugée irrationnelle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Context
Loudness and meaning
Loud As Irrational
Music Journalism and Discourses of Loudness—1969 to 1982
Conclusion
Loud-as-good
Loud-as-bad
Loud-as-good for the audience, but bad for the journalist
Loud-as-good for the journalist, but bad for the audience
Loud-as-irrational

Aperçu du début du texte

Introduction

High volume or extreme loudness is ingrained in the aesthetics of many forms of amplified popular music, most obviously in rock and its associated sub-genres, but also in many other genres and styles including various forms of dance music, hip hop, reggae and electronic music. The primary site of expression of the notion of loud-as-good is in the performance of music in public spaces and the reproduction of discourses of loud-as-good is woven through popular music culture, from bands in tiny rehearsal studios to the world record for “loudest” band (Deep Purple, The Who or even Manowar depending on the year of publication of the Guinness Book of Records).

This essay is not about perceived volume in recorded music, audio compression and the so-called “loudness war”, where a heavily compressed recording can sound “loud” even at relatively low acoustic volumes (Deruty, 2011). Work elsewhere addresses the ways in which the human ear and brain perceive and process volume levels...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Mark Percival, « Stone Deaf Forever: Discourses of Loudness », Volume !, 11 : 2 | 2015, 29-49.

Référence électronique

J. Mark Percival, « Stone Deaf Forever: Discourses of Loudness », Volume ! [En ligne], 11 : 2 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/volume/4473 ; DOI : 10.4000/volume.4473

Haut de page

Auteur

J. Mark Percival

J. Mark Percival est Senior Lecturer en médias et communication à la Queen Margaret University d’Édimbourg et il habite à Glasgow, en Écosse. Sa thèse de 2007, soutenue à l’université de Stirling, Making Music Radio, fut dédiée aux dynamiques sociales et aux relations entre les “pluggers” de l’industrie du disque et les programmateurs de musique à la radio en Grande-Bretagne. Il a publié des travaux sur la production musicale écossaise indépendante, la question de l’identité et les médiations des musiques populaires. Parallèlement à sa carrière universitaire, il a été membre du jury du Mercury Music Prize (1999 et 2000) ainsi que DJ pour la BBC en Écosse (1988-2000), passant des disques de musique alternative, indé et électronique.
mail

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page