Skip to navigation – Site map
« Culture », « slackness » et émancipation

Incarner l’émancipation : marronnages érotiques dans la culture dancehall jamaïcaine

Embodying Emancipation: Erotic Marronage in Jamaican Dancehall Culture
Carolyn Cooper
Translated by Jedediah Sklower
p. 117-127

Abstracts

Jamaican dancehall culture is a politicised site of maroonage contesting the legacies of plantation slavery. The dancehall becomes a stage on which women and men act out rituals of release from historical roles of oppression. Indeed, the materialist values of the dancehall have their genesis in the embodied folk wisdom of Jamaican popular discourse. Witty proverbs affirm emancipation from dehumanising colonialist conceptions of the body as a tool to be exploited ad infinitum. The eroticised dancehall body signifies not just sexual pleasure. It articulates a much broader conception of the erotic as bodily pleasure manifested in the desire to live the good life, conceived in unequivocally materialist terms: erotic movement as upward social mobility. The notorious “bling” ethos of dancehall culture!

Top of page

Dedication

Cette traduction est une version modifiée de Cooper (2007).

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

Le slackness comme marronnage érotique
Une sagesse proverbiale incarnée
Des systèmes de valeur antagonistes
Des rituels émancipateurs
Rêveries philosophiques
Métaphores sexuelles
Conclusion

Text / first lines

Le slackness comme marronnage érotique

Je propose le trope de « marronnages érotiques » pour désigner une politique incarnée de détachement vis-à-vis des discours eurocentriques de la Jamaïque coloniale et leurs héritages néfastes à l’époque contemporaine. Il y a plus de vingt ans, dans un essai à visée exploratoire intitulé « Slackness Hiding From Culture : Erotic Play in the Dancehall » (Cooper, 1989-90), j’avais soutenu que l’hypersexualité promue dans les paroles des DJs, d’ordinaire dénigrée comme pure vulgarité, ou « slackness » dans le jargon jamaïcain, devrait être réévaluée théoriquement comme un discours résolument politique. Je résume ici mon argumentaire : le Slackness, dans son association invariante à la culture, n’est pas que licence sexuelle – bien qu’il le soit aussi, bien sûr. Le slackness est une révolte idéologique contre la loi et l’ordre, une façon de miner les normes consensuelles de la décence. Dans mon interprétation, le slackness constitue un affront radical...

Top of page

References

Bibliographical reference

Carolyn Cooper, « Incarner l’émancipation : marronnages érotiques dans la culture dancehall jamaïcaine », Volume !, 13 : 2 | 2017, 117-127.

Electronic reference

Carolyn Cooper, « Incarner l’émancipation : marronnages érotiques dans la culture dancehall jamaïcaine », Volume ! [Online], 13 : 2 | 2017, Online since 21 April 2020, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/volume/5216 ; DOI : 10.4000/volume.5216

Top of page

About the author

Carolyn Cooper

Carolyn Cooper a écrit plusieurs livres importants sur la culture populaire jamaïcaine, dont Sound Clash : Jamaican Dancehall Culture at Large (Palgrave Macmillan, 2004) et Noises in the Blood: Orality, Gender and the “Vulgar” Body of Jamaican Popular Culture (Duke University Press, 1993), et a dirigé l’ouvrage collectif Global Reggae (UWI Press, 2012). Une personnalité médiatique bien connue sur l’île, elle tient une rubrique hebdomadaire dans le Sunday Gleaner, qui est également publiée sur son blog bilingue « Jamaica Woman Tongue » (carolynjoycooper.wordpress.com). Son travail d’intellectuelle œuvre à ouvrir l’espace des débats sur les politiques de la culture au-delà du monde universitaire.

Top of page

Copyright

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Top of page