Skip to navigation – Site map
Varia

L’explicite, l’implicite et le mineur : deux blues obscènes de Lucille Bogan

The Explicit, the Implicit and the Minor: Two Obscene Blues by Lucille Bogan
Christian Béthune
p. 177-199

Abstracts

Lucille Bogan’s biography is full of gaps, yet the singer handed down about sixty recorded tracks to us, in which she explicitly evokes the themes of alcohol and prostitution—and more specifically in two blues which have remained unreleased for a long time. This paper will show how this artist brings to light an obscene dimension deeply rooted in Afro-American culture. But Lucille Bogan also shakes up the codes of a bawdy “phallocentric” obscenity and manifests her feminism while claiming her blackness, a far cry from the puritan rhetoric of feminist organizations, whatever the race.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

L’explicite à l’œuvre : deux brûlots obscènes
Dynamique d’une expression mineure
Le féminisme de Lucille Bogan
Fiction et réalité

Text / first lines

« If you are offended by words like : shit, bitch, fuck, ass, hoe […] Take the take out now. This is not a pop album ! And by the way suck my motherfucker dick »
Ice Tea, « Power », 1988

La propension de la culture afro-américaine à véhiculer des paroles « explicites » n’est pas subrepticement née avec l’avènement du hip-hop et ses MCs au langage haut en couleur. S’il n’est guère d’album de rap qui n’arbore avec ostentation l’infamante étiquette « Parental Advisory Explicit Content », le goût pour l’obscénité et la violence remonte, semble-t-il, aux origines de la culture noire. L’obscénité prolifère en particulier dans les fables de la littérature orale (toasts), les échanges de rue entre pairs (dirty dozen, shit talking), et contamine les chants profanes. Dès le début du xxe siècle, dans son mémoire partiel de thèse de doctorat, Howard Odum notait, non sans effroi, à propos des chants profanes des Afro-Américains (qu’il appelle alors « social songs ») :

Chaque phrase de leurs chants...

Top of page

References

Bibliographical reference

Christian Béthune, « L’explicite, l’implicite et le mineur : deux blues obscènes de Lucille Bogan », Volume !, 13 : 2 | 2017, 177-199.

Electronic reference

Christian Béthune, « L’explicite, l’implicite et le mineur : deux blues obscènes de Lucille Bogan », Volume ! [Online], 13 : 2 | 2017, Online since 21 April 2020, connection on 18 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/volume/5266 ; DOI : 10.4000/volume.5266

Top of page

About the author

Christian Béthune

Christian Béthune est docteur en philosophie, HDR en « épistémologie des disciplines artistiques », habilité à la direction de recherches et chercheur associé au Centre Interdisciplinaire d’Etude et de Recherche sur les Expressions Contemporaines. Il a enseigné dans le secondaire de 1972 à 2010, et donné des cours à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Il a collaboré à Jazz Magazine de 1979 à 2001, et publié Le Rap, une esthétique hors la loi (Autrement, 2003), Adorno et le jazz (Klincksieck, 2003), Pour une esthétique du rap (Klincksieck, 2004), et Le jazz et l’Occident (Klincksieck, 2008).

By this author

Top of page

Copyright

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Top of page