Navigation – Plan du site
Articles

« We’re very local, but we have international standards » : circulation et appropriation de l’indie rock par six groupes suisses

« We’re Very Local, but We Have International Standards » : Indie Rock’s Dissemination and Appropriation by Six Swiss Bands
Loïc Riom
p. 51-63

Résumés

La musique, en tant qu’ensemble complexe de sons, de paroles, de pratiques, d’éléments visuels et d’actes physiques, est un objet de recherche fécond pour interroger la globalisation. S’intéresser à la diffusion des genres musicaux, comme l’indie rock, permet d’appréhender les logiques par lesquelles les objets culturels circulent dans nos sociétés globalisées. En s’appuyant sur une recherche qualitative menée auprès de six groupes d’indie rock en Suisse, cet article vise à montrer comment des musiciens s’inscrivent dans un monde musical et s’y identifient. Il commence par décrire comment les musiciens interviewés prennent part au monde de l’indie rock, notamment à travers leurs pratiques d’écoute et les conventions qu’ils mobilisent pour produire leur musique. Ces premières observations permettent de souligner l’importance des acteurs non-humains dans les processus de circulation et d’appropriation de l’indie rock. Dans un deuxième temps, l’article s’intéresse aux catégories utilisées par les interviewés et à la manière dont ils s’y identifient. La conclusion revient sur l’importance de distinguer les réseaux formant un monde musical des catégories projetées par les individus. Cette perspective est nécessaire afin de rendre compte de la façon dont les acteurs s’approprient un genre musical, et, ainsi, le font circuler.

Haut de page

Notes de la rédaction

Prix annuel 2016 jeune chercheur IASPM branche francophone d'Europe

Notes de l'auteur

Je tiens à remercier l’ensemble des personnes qui ont contribué à cette recherche à commencer par les musiciens qui ont donné de leur temps pour répondre à mes questions. Ma gratitude va également à mes différents relecteurs qui m’ont permis d’améliorer les différentes versions de ce texte : Sylvette Riom, Pierrette Bertholet, Arnaud Riom ; aux deux évaluateurs anonymes ainsi qu’à Gérôme Guibert pour leurs commentaires et leurs suggestions ; à l’ensemble du comité d’organisation et d’évaluation du prix jeune chercheur de l’IASPM – branche francophone d’Europe ; et à François Ribac et Alain Müller pour leurs encouragements et leur bienveillance. Des versions intermédiaires de ce texte ont été présentées dans le cadre du colloque Keep It Simple, Make It Fast ! à Porto en juillet 2015 et du Déjeuner sociologique de l’Université de Genève du 17 mars 2016.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’indie rock : une brève introduction
À la périphérie de l’indie rock, et pourtant totalement connectés
Un indie rock suisse existe-t-il ?
En guise de conclusion : différencier les réseaux des catégories

Aperçu du début du texte

La globalisation contribue à augmenter les dépendances et les échanges entre les différentes parties du monde (Ritzer, 2009). Le développement, à l’échelle du globe, de l’industrie musicale a permis la diffusion de nombreux genres musicaux (Harris, 2000 ; Seago, 2004). Considérer la musique comme un objet social (Becker, 2010 ; Small, 2011) composé de sons, de paroles, d’éléments visuels, d’actes physiques et de relations sociales (Bryson, 1996), nous permet d’interroger les processus de circulation des objets culturels et les transformations sur les collectifs qu’ils induisent. Pour traiter cette question, les genres musicaux sont particulièrement intéressants. D’une part, en tant que catégories, ils nous renseignent sur la manière dont les individus appréhendent et s’approprient la musique (Ribac, 2004 ; Martínez Garcia, 2006). D’autre part, ils véhiculent des conventions et des manières de faire (Ribac, 2004) qui définissent les modes de coopération entre les acteurs (Becker, 201...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loïc Riom, « « We’re very local, but we have international standards » : circulation et appropriation de l’indie rock par six groupes suisses », Volume !, 14 : 1 | 2017, 51-63.

Référence électronique

Loïc Riom, « « We’re very local, but we have international standards » : circulation et appropriation de l’indie rock par six groupes suisses », Volume ! [En ligne], 14 : 1 | 2017, mis en ligne le 13 décembre 2020, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/volume/5349 ; DOI : 10.4000/volume.5349

Haut de page

Auteur

Loïc Riom

Loïc Riom est membre de l’Institut de recherches sociologiques de l’Université de Genève. Ses domaines d’expertise sont la ville et la culture. Actuellement, il travaille sur la circulation des genres musicaux, les pratiques d’écoute musicale et l’inscription des mondes musicaux dans la ville.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page