Navigation – Plan du site
Tribunes

Du charivari au big data. Les musiques populaires au prisme des sound studies

Entretien avec Jonathan Sterne
From Charivaris to Big Data. Popular Music through the Lens of Sound Studies. An Interview with Jonathan Sterne
Jonathan Sterne, Jedediah Sklower et Guillaume Heuguet
Traduction de Jedediah Sklower
p. 175-192

Résumé

Jonathan Sterne est professeur à l’université McGill à Montréal où il dirige la chaire « Technologie et culture ». Il est connu pour ses travaux sur l’histoire industrielle et les représentations culturelles du son, notamment un Sound Studies Reader et les ouvrages Une Histoire de la modernité sonore et MP3, the Meaning of a Format. Critique des théories réductrices du déterminisme technique et de l’innovation, son travail insiste sur la part des imaginaires scientifiques et des conditions sociales associées aux « techniques perceptives », à l’enregistrement et aux formats de compression sonores. Plus largement, il est le promoteur d’une pratique interdisciplinaire et d’une épistémologie qui tient compte des apports de chercheurs comme Michel Foucault, Stuart Hall ou Bruno Latour. Au sein des sound studies, il se soucie plus volontiers de mettre au jour les idéologies qui construisent le son et les savoirs de l’audition comme un domaine séparé, que d’instituer et de défendre l’autonomie d’un champ. Si les sound studies se sont construites par pas de côté vis-à-vis des recherches sur la musique, en étudiant les théories scientifiques et l’histoire des techniques du son, cet entretien reconnecte les apports des travaux de Sterne, et d’autres chercheurs proches, à l’étude des musiques populaires. Il fait apparaître les conditions d’une reprise féconde de leurs concepts et de leurs méthodes, sans nier les lignes de partage. Jonathan Sterne y présente une sensibilité à la musique qui puisse accueillir une politique du sonore.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Questions de méthode
Définir les sound studies
Le changement de perspective des disability studies
L’apport de l’économie politique de la communication
Le peuple, l’écoute, le bruit
Écrire l’histoire culturelle de l’oreille populaire
Une généalogie du bruit populaire
Médiation technologique et affects
Production / reproduction
L’enregistrement comme source
L’esthétique de la compression
La voix et l’instrument disciplinés
Politiques de la musique numérique
Streaming, compression sonore et big data
Ce qui se joue dans le « contenu »
Copyright et politique culturelle

Aperçu du début du texte

Questions de méthode

Définir les sound studies

Il est impossible de définir les sound studies. Dans le Sound Studies Reader (2012 : 2), je soutiens qu’elles sont un catalyseur interdisciplinaire au sein des humanités et des sciences sociales, qui prennent le son comme point de départ ou d’arrivée, mais qui ne se fondent pas dans le moule d’une épistémologie unique. Mais je ne suis même pas certain d’adhérer franchement à cette définition. L’un des enjeux les plus intéressants du champ aujourd’hui, c’est de penser au-delà de la recherche dans les humanités et les sciences sociales, du côté des pratiques artistiques, de l’ingénierie, de la psychologie et de tous les champs qui ont été traditionnellement mis en quarantaine. La recherche sur le son a tôt été l’un des rares espaces de recherche où il était permis de faire de tels mélanges.

C’est le cas par exemple avec le travail de chercheurs au sein du World Soundscape Project, comme Barry Truax, qui s’intéressent énormément à l’ingénieri...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonathan Sterne, Jedediah Sklower et Guillaume Heuguet, « Du charivari au big data. Les musiques populaires au prisme des sound studies », Volume !, 14 : 1 | 2017, 175-192.

Référence électronique

Jonathan Sterne, Jedediah Sklower et Guillaume Heuguet, « Du charivari au big data. Les musiques populaires au prisme des sound studies », Volume ! [En ligne], 14 : 1 | 2017, mis en ligne le 13 décembre 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/volume/5437

Haut de page

Auteurs

Jonathan Sterne

Jonathan Sterne est Professeur et titulaire de la chaire James McGill de Culture et de technologie au département d’histoire de l’art et des études de communication à McGill University. Il est notamment l’auteur d’Une Histoire de la modernité sonore et de MP3 (Philharmonie de Paris/La Découverte, 2015 & à paraître en 2018), tous deux récemment traduits en français. L’un des fondateurs des sound studies, il a également édité The Sound Studies Reader (Routledge, 2012).

Jedediah Sklower

Jedediah Sklower poursuit une thèse de doctorat sur l’histoire des musiques populaires en France. Il a publié Free jazz, la catastrophe féconde (L’Harmattan, 2006), a dirigé un numéro de la revue Volume !, dont il est membre du comité de rédaction, dédiée à l’écoute (2013), et a co-dirigé Countercultures and Popular Music avec Sheila Whiteley (Ashgate, 2014) et Politiques des musiques populaires au xxie siècle avec Elsa Grassy (Mélanie Seteun, 2016). Il est en train de traduire Musicking. The Meaning of performing and listening de Christopher Small (Éd. de la Philharmonie de Paris, 2018).

Articles du même auteur

Guillaume Heuguet

Guillaume Heuguet est doctorant contractuel en SIC au GRIPIC (Celsa-Paris Sorbonne), rédacteur en chef d'Audimat (revue critique dédiée aux musiques populaires) et il participe au magazine Mouvement. Sa thèse en cours s’intéresse aux métamorphoses de la culture musicale dans les médias informatisés, à partir d’une analyse diachronique des formats éditoriaux de YouTube.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page