Navigation – Plan du site
Notes de lecture

David Toop, Into the Maelstrom: Music, Improvisation and the Dream of Freedom: Before 1970

Michel Delville
p. 228-230
Référence(s) :

David Toop, Into the Maelstrom: Music, Improvisation and the Dream of Freedom: Before 1970, London, Bloomsbury, 2016

Entrées d'index

Genre musical :

experimental music
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toutes les citations ont été traduites par l’auteur de la recension.

1Cet ouvrage constitue le premier volume d’une trilogie interdisciplinaire aussi singulière qu’ambitieuse consacrée à l’histoire de la pratique de l’improvisation libre (définie, a minima, comme « une musique sans partition, notation, image ou texte, et sans compositeur, dirigeant ou chef d’orchestre1 » ; 15) dans sa relation au contexte culturel et historique de l’après-guerre à la fin des années soixante. Étant donné le statut hybride de l’auteur, musicien-compositeur mais aussi professeur à l’Université des arts de Londres, Into the Maelstrom a parfois des allures d’insider story. En effet, David Toop a participé activement à de nombreuses expérimentations musicales depuis la fin des années soixante, ce qui lui a permis de côtoyer bon nombre de représentants de la scène improvisée en Angleterre et ailleurs. Cette proximité à l’objet étudié semble l’avoir naturellement amené à mettre à l’honneur l’un ou l’autre artiste ou l’une ou l’autre « école » (à cet égard, Toop accorde un espace considérable à ses collègues britanniques Derek Bailey, Evan Parker, Steve Beresford, Keith Rowe et John Stevens) ou à privilégier la quinzaine d’années qui précède la date butoir de 1970, et ce même s’il consacre quelques pages aux efforts pionniers de Charles Ives, Django Reinhardt ou Art Tatum.

2Cela étant, Toop s’efforce de maintenir une distance critique envers ce qu’il décrit comme une tentative d’intégration paradoxale d’un « comportement solitaire et hautement individualiste » (82) à diverses formes d’action collective ; ainsi, des sections entières sont dédiées à AMM, à Musica Elettronica Viva et au Gruppo Improvvisazione Nuova Consonanza. Tout en se gardant bien d’identifier des précurseurs ou des influences directes, Toop situe l’origine de cette (contre-)esthétique tantôt dans le prolongement des idéaux automatistes du mouvement surréaliste, tantôt dans une attitude de rejet de la technique et de la virtuosité ressenties par certains comme un obstacle à la spontanéité et à la liberté d’expression (une opinion qui, soit dit en passant, est loin d’être partagée par des représentants importants de l’improvisation contemporaine tels que Lennie Tristano, Joe Harriott ou encore Keith Jarrett).

3Car c’est bien de marges de liberté et de contraintes qu’il est question dans ce livre, et Toop de décliner et d’interroger ce que revêt réellement le premier terme dans une variété de contextes socio-culturels analysés de manière précise, prenant en considération les caractéristiques formelles autant que le contenu politique explicite ou sous-jacent des œuvres envisagées. Les témoignages et extraits d’interviews (le plus souvent inédits et recueillis par Toop lui-même) abondent. C’est précisément cette capacité à « faire parler » les anecdotes et les micro-récits recueillis au fil des années – les mettant au service d’une lecture réfléchie et rapprochée de quelques moments clé de l’histoire de l’improvisation libre – qui rend cet ouvrage à la fois lisible et accessible et lui donne une profondeur d’analyse historique et philosophique qui va bien au-delà de ce qu’on pourrait attendre d’une étude musicologique stricto sensu, voire même d’une approche sociologique interrogeant le fait musical dans son rapport avec ses fonctions sociales et ses valeurs idéologiques.

4Un autre atout de Into the Maelstrom réside en sa capacité à mobiliser des connaissances situées en dehors de la sphère musicale ; on songe, en particulier, aux nombreuses références littéraires qui émaillent les chapitres du livre (Toop a longtemps enseigné la littérature avant de devenir « professor of audio culture and improvisation »). Le « maelstrom » cité dans le titre de l’ouvrage est tiré d’une nouvelle d’Edgar Allan Poe constituant la clé de voute d’une analyse subtile des œuvres de Pierre Schaeffer et Lennie Tristano. Quant à Samuel Beckett, Sylvia Plath, Harold Pinter, B.S. Johnson, James Baldwin et Alain Robbe-Grillet, ils permettent d’évoquer le sentiment de méfiance envers le langage en tant que moyen de communication et de représentation que partageaient de nombreux artistes à la fin des années soixante. L’influence de Beckett et le sentiment d’absurdité et d’aliénation dont elle témoigne dominent la pensée musicale de John Stevens au même titre que celle d’Anton Webern. Elle peut également être détectée chez Derek Bailey et, de manière plus générale, permet de prendre la mesure du dilemme auquel sont confrontés des improvisateurs désireux de rendre compte de ce sentiment d’isolement psychologique (une caractéristique que Toop rapproche du « courant de conscience » des modernistes anglo-saxons et de l’écriture automatique des surréalistes) tout en interagissant au sein de projets collectifs au sein desquels chacun est libre de s’exprimer sans rendre de comptes à un band leader.

5Le titre d’une section du quatrième chapitre, « intuitions and digressions » (102), en dit long sur la méthodologie pratiquée par Toop qui, à l’instar des artistes dont il traite dans ce volume, pratique un style associatif, non-linéaire, entrelaçant anecdotes, interviews et analyses musicales, ce qui rend difficile, voire impossible, la rédaction d’un compte-rendu traditionnel des douze chapitres consécutifs, dont la longueur varie entre quatre et quarante-sept pages. Ce parti-pris (anti-)méthodologique risque de laisser sur leur faim ceux et celles qui cherchent dans cet ouvrage une introduction à l’improvisation d’après-guerre. En revanche, les lecteurs désireux d’apprendre comment se construit le « rêve de liberté » de l’improvisation musicale de l’intérieur seront comblés. En effet, un des grands mérites de Toop est de réussir à nous faire envisager et ressentir l’improvisation comme un phénomène dépassant la pratique artistique et lié à ce que Michel de Certeau appelait « l’invention du quotidien ». Toop insiste dès les premières pages sur la nécessité de considérer l’improvisation comme un élément essentiel de la vie quotidienne, « aussi étrange et familière que la respiration » (1). « La vie, poursuit l’auteur, tout comme la musique improvisée, incarne une lutte dérangeante entre le prévisible et le contingent. Dans ce sens, la composition est peut-être la stratégie la plus utopique, puisqu’une de ses intentions est de lutter contre la peur de la catastrophe en imposant des formes de régularité ». On peut être reconnaissant à Toop d’avoir ainsi élargi un sujet trop souvent confiné à la seule pratique musicale et jeté les bases d’une poétique globale de la « spontanéité collective » incarnée par l’improvisation libre.

Haut de page

Notes

1 Toutes les citations ont été traduites par l’auteur de la recension.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Delville, « David Toop, Into the Maelstrom: Music, Improvisation and the Dream of Freedom: Before 1970 », Volume !, 14 : 1 | 2017, 228-230.

Référence électronique

Michel Delville, « David Toop, Into the Maelstrom: Music, Improvisation and the Dream of Freedom: Before 1970 », Volume ! [En ligne], 14 : 1 | 2017, mis en ligne le 13 décembre 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/volume/5443

Haut de page

Auteur

Michel Delville

Michel Delville enseigne la littérature anglaise et la littérature comparée à l’Université de Liège, où il dirige le Centre Interdisciplinaire de Poétique Appliquée. Il est l’auteur ou le co-auteur d’une centaine d’articles scientifiques et d’une trentaine d’ouvrages portant principalement sur les relations entre la littérature, la musique et les arts visuels. Parmi ses publications les plus récentes, on peut citer The American Prose Poem (University Press of Florida, 1998), J.G. Ballard (Northcote House, 1998), Hamlet & Co (Presses Universitaires de Liège ; avec Pierre Michel, 2003), Frank Zappa, Captain Beefheart, and the Secret History of Maximalism (Salt Publishing, avec Andrew Norris ; 2005), Food, Poetics and Aesthetics of Consumption : Eating the Avant-Garde (Routledge 2008), Crossroads Poetics: Text, Image, Music, Film, & Beyond (Litteraria Pragensia, 2013), Radiohead: OK Computer (Densité, 2015), Undoing Art (Quodlibet, 2016; avec Mary Ann Caws) et The Political Aesthetics of Hunger and Disgust (Routledge, 2017).

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page