Navigation – Plan du site
Notes de lecture

David Looseley, Édith Piaf: A cultural History

Isabelle Marc
p. 221-224
Référence(s) :

David Looseley, Édith Piaf: A cultural History, Liverpool University Press, 2015

Entrées d'index

Genre musical :

chanson

Artiste :

Piaf (Édith)
Haut de page

Texte intégral

1La dernière monographie du professeur britannique David Looseley vient compléter une trajectoire qui constitue une référence obligée dans le domaine des études françaises. Après The Politics of Fun (1995), qui examinait les caractéristiques de l’état culturel, et Popular Music in Contemporary France (2003), qui retraçait l’histoire et les enjeux idéologiques et esthétiques des musiques populaires dans la France contemporaine, Édith Piaf : A Cultural History analyse la figure de la chanteuse française par excellence au lendemain du cinquantième anniversaire de sa mort.

2La thèse de David Looseley est claire : pour lui, Édith Piaf, contrairement à son image traditionnelle comme artiste authentique – fidèle à elle-même, à ses origines, à son esthétique, etc. –, est avant tout une « fabrication », une construction qu’il essaiera de dévoiler tout au long des neuf chapitres qui conforment son travail. Il est important de signaler que l’analyse de la « fabrication » du personnage Piaf n’entraîne pas pour l’auteur un jugement moral négatif mais constitue un point de départ méthodologique qui lui permettra d’étudier non pas la Piaf réelle – démarche impossible, par ailleurs –, mais sa figure imaginée, construite, à partir des discours et des représentations qui l’ont érigée non seulement en mythe de la chanson mais aussi en trope de la nation française. La démarche est donc celle de l’histoire culturelle, et se propose de retracer la création, la signification et les enjeux du « phénomène culturel » connu comme Édith Piaf sur le plan national et international. Looseley souligne de façon pertinente l’importance de son approche « extérieure » en tant qu’Anglophone, qui lui permet de porter un regard interculturel, à la fois expert et défamiliarisé, et donc libre des apriorismes nationaux, sur son objet d’analyse.

  • 1 « Narrating Piaf » pourrait être traduit en français comme « le récit de Piaf », « le récit sur Pia (...)

3En suivant un ordre chronologique, parallèlement à la trajectoire vitale et artistique de Piaf, le livre explore les sens fabriqués autour de sa figure, par Piaf elle-même en premier lieu, par son équipe artistique et son entourage, et bien sûr par les médias et le public. La première partie, « Narrating Piaf »1, retrace ainsi la première étape de la vie de l’artiste, des années 1930 jusqu’à la Libération : le rôle des différents Pygmalions masculins (Leplée, Asso) dans le façonnement de l’artiste ; l’identification précoce à des personnages littéraires féminins misérabilistes (Cosettes diverses) et aux clichés sociaux de la fin du xixe siècle (femmes des classes populaires, etc.) ; l’appropriation et la réélaboration des codes de la chanson réaliste, en favorisant déjà l’apparence d’intimité et de proximité avec le public, renforcée par le physique « ingrat » de l’artiste ; le rôle de la spiritualité populaire ; et enfin – et peut-être surtout – la conscience aiguë du rôle que la propre Piaf sait être en train de jouer et ses efforts pour s’y adapter tout en le (re-)créant. Le chapitre consacré à la guerre, spécialement intéressant, met en avant les contradictions et les ambiguïtés du comportement de Piaf sous l’Occupation qui ne lui ont pourtant pas empêché d’en sortir renforcée, comme une image de la réconciliation nationale. Ainsi,

  • 2 Toutes les citations sont traduites par moi. Le texte original est reproduit en note : « Her ambiva (...)

son bilan ambivalent durant la guerre fut bientôt oublié car elle offrait une continuité réconfortante avec les traditions culturelles d’avant la guerre qui avaient été pratiquement suffoquées par le nazisme. Piaf, alors, représentait le paradoxe d’une nostalgie qui regardait l’avenir, une France perdue mais retrouvée et qui était prête à aller de l’avant2. (78)

4En effet, sa voix aurait eu à la fois le pouvoir de sortir les auditeurs d’eux-mêmes et donc de l’Occupation et de les ramener à leur imaginaire collectif et à leur moi le plus profond.

  • 3 Une des réactions reproduites décrit l’orgasme d’un spectateur (118-119).
  • 4 « we confront popular sentiment at its most intense, participative and universal, yet artfully cont (...)

5Si la première Piaf était foncièrement populaire et parisienne, identifiée à l’exclusion et à la marginalité, au lendemain de l’Occupation, son image sera transformée, élargie, exportée à d’autres publics en France et à l’étranger, notamment en raison de l’avènement de la culture de masse et des reformulations du champ populaire. Ainsi, la deuxième partie du livre, « Piaf and chanson », analyse la période comprise entre la Libération et la mort de l’artiste en 1963. Marquées par la plénitude artistique et par la célébrité, ces années se traduisent aussi par une complexification intense de la figure publique de Piaf. Ainsi, elle n’est plus une interprète qui obéit aux ordres de ses mentors mais elle assume de plus en plus la direction de sa carrière. Tout en conservant son aspect frêle – elle ne pourra jamais se défaire totalement du personnage de la Môme – elle participe activement à la composition, à l’écriture et à la mise en scène de ses chansons, axées pour la plupart sur la représentation des amours contrariées. L’esthétique de la chanson réaliste – faubourgs, légionnaires, prostituées, etc. – est volontairement abandonnée au profit de textes plus universels, moins marqués sociologiquement, afin d’atteindre un public plus vaste mais aussi de perfectionner son travail en tant qu’artiste. Le référent premier de Piaf, le « peuple », assimilé au « petit peuple », devient progressivement la « masse », synonyme de la majorité, d’une communauté culturelle et surtout « émotionnelle ». Progressivement, Piaf est ainsi identifiée à la chanson française, la représentant à l’intérieur et à l’extérieur des frontières nationales. En effet, son triomphe américain – aux États-Unis on l’aime parce qu’elle incarne Paris et la France – la projette à l’étranger mais aussi dans son propre pays comme l’image de la chanson – et de la nation. Peu à peu aussi, un discours artistique basé sur l’authenticité, la pureté et la transcendance (Frith, 1998) se construit autour de Piaf, préfigurant l’idéologie de l’auteur dans le domaine de la chanson qui sera déployée un peu plus tard avec les grands ACI. Or, la réception de Piaf est foncièrement différente de celle des ACI masculins en ce sens que le public atteint avec elle des états d’« hypnose collective » (118), de transe psychique et physique3 qui la situent du côté de la pulsion et de la catharsis face au rationalisme plus ou moins intellectualisé associé aux artistes masculins. Personnellement dépourvue de conscience de classe, et comprenant que le dénominateur commun du public n’était autre que l’émotion primordiale, Piaf visait le cœur, ou plutôt les « tripes », de ses auditeurs. Ainsi, avec Piaf, « nous nous trouvons face au sentiment populaire dans son plus haut degré d’intensité, de participation et d’universalité tout en étant savamment dirigé par une interprète en pleine possession de son art4 » (121).

  • 5 Le concept de « high-popular » ou « middlebrow » est développé par Diana Holmes et David Looseley d (...)
  • 6 « … Racine and EasEnders. This is the chanson réaliste of the first half of the twentieth century p (...)

6La chanson, incarnée par Piaf, populaire mais légitimée par le discours artistique, atteindrait pour Looseley la catégorie de « middlebrow » ou « populaire élevé », que l’on pourrait traduire comme « culture moyenne5 », et qui caractériserait une partie non négligeable de la production culturelle française au cours des soixante dernières années. Piaf serait ainsi parvenue à créer une tragédie populaire, conjuguant l’intensité cathartique de son art et sa figure médiatique, préfigurant le processus de starification décrit par Edgar Morin. Sa condition de figure spectaculaire et son incapacité à se libérer de ses images précédentes auraient conduit la « fabrique Piaf » à la tendance mélodramatique de ses toutes dernières années, la transformant en un amalgame entre « Racine et Eastenders. C’est la chanson réaliste de la première moitié du xxe siècle reconfigurée par le star system de la deuxième partie du siècle. Édith Piaf comme une diva populaire6 » (127).

7La survie de l’image de Piaf, ses réincarnations artistiques et ses avatars post-mortem sont explorés dans la dernière partie du livre, « Loosing Piaf ». Aussitôt après sa mort, fabriquée et spectacularisée à l’instar de sa vie, Piaf est incorporée à la tradition, à la nostalgie de la chanson française qui ne sera plus – le monde a changé, les yéyés sont arrivés... Immédiatement aussi, elle est béatifiée comme une sainte populaire et fait l’objet d’un véritable culte. On publie un grand nombre de mémoires, de récits plus ou moins biographiques dont certains connaissent un énorme succès ; les créateurs lui rendent hommage en composant des chansons et des comédies musicales ; on tourne des films, des documentaires ; une association est créée pour préserver ou plutôt « construire » sa mémoire ; les anniversaires, officialisés, sont de plus en plus fastueux à mesure que le temps s’éloigne de la Piaf réelle. Bref, objet de patrimonialisation, source de revenus pour l’industrie culturelle, lieu de mémoire, Piaf est aujourd’hui un palimpseste, le résultat des textes produits autour de son personnage depuis plus de cinquante ans, en France, mais aussi à l’étranger. Pour Looseley, Piaf conserve trois significations métaphoriques de nos jours. Premièrement, elle représente la France, et sa place dans le monde, sa capacité de résilience, son courage, son charme, et bien sûr, Paris, comme paradigme de ces qualités. Deuxièmement, elle représente la féminité, de façon complexe et même contradictoire, à la fois opprimée et fougueuse, soumise et indépendante. En ce sens, sa transgression des codes esthétiques et moraux établis a facilité son appropriation par la communauté queer. Finalement, elle incarne la condition humaine dans son essence, personnifiant l’amour, la joie, la souffrance, la déchéance et la mort (178), comme si sa vie, parfaitement symétrique, parfaitement orientée, pouvait fonctionner comme une parabole universelle, marquée par la tragédie – le fatum du sentiment populaire universel.

8Édith Piaf : A Cultural History est un livre riche, bien documenté, rigoureux, comportant des analyses brillantes, comme dans le cas de la chanson les « Trois cloches », et des réflexions lucides sur des phénomènes tels que la voix populaire, les divas ou le devenir de la tragédie aujourd’hui. Looseley y développe aussi le concept de « middlebrow » qui peut, à mon sens, devenir un outil herméneutique très pertinent dans le contexte français et ailleurs. Et c’est aussi et surtout un texte bien écrit, qui se lit comme une histoire, comme une parabole de la culture populaire française contemporaine, de ses mythes, de ses acteurs, de ses médiations et de ses publics, d’autant plus intéressante qu’elle est complexifiée, questionnée systématiquement, sans qu’aucune certitude, pas même celle de la continuité du mythe Piaf, ne soit libre de soupçon. Ces qualités viennent d’être reconnues par la concession du prix littéraire de la Franco-British Society pour l’année 2015.

Haut de page

Bibliographie

Looseley David (2003), Popular Music in Contemporary France : Authenticity, Politics, Debate, Oxford (GB), New York, Berg.

Looseley David (1995), The Politics of Fun : Cultural Policy and Debate in Contemporary France, Oxford (GB), New York, Berg.

Holmes Diana et Looseley David (2013), Imagining the Popular in Contemporary French Culture, Manchester, New York, Manchester University Press.

Frith Simon (1998), Performing Rites : Evaluating Popular Music, Oxford (GB), New York, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 « Narrating Piaf » pourrait être traduit en français comme « le récit de Piaf », « le récit sur Piaf ». La traduction révèle donc la complexité et les différents agents qui contribuent à la création du personnage Piaf. L’impossibilité d’utiliser correctement un temps progressif en français empêche de percevoir le caractère « constant » et performatif du participe présent « narrating ».

2 Toutes les citations sont traduites par moi. Le texte original est reproduit en note : « Her ambivalent war record was swiftly forgotten because she offered a reassuring continuity with pre-war cultural traditions which had almost been suffocated by Nazism. Piaf, then signified the paradox of a forward-facing nostalgia, a France once lost, now found and ready to move on. »

3 Une des réactions reproduites décrit l’orgasme d’un spectateur (118-119).

4 « we confront popular sentiment at its most intense, participative and universal, yet artfully contrived by a mature live performer in full possession of her art. »

5 Le concept de « high-popular » ou « middlebrow » est développé par Diana Holmes et David Looseley dans Imagining the Popular in Contemporary France (ref.).

6 « … Racine and EasEnders. This is the chanson réaliste of the first half of the twentieth century passed through the star system of the second. Édith Piaf as a popular diva. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Marc, « David Looseley, Édith Piaf: A cultural History », Volume !, 14 : 1 | 2017, 221-224.

Référence électronique

Isabelle Marc, « David Looseley, Édith Piaf: A cultural History », Volume ! [En ligne], 14 : 1 | 2017, mis en ligne le 13 décembre 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/volume/5449

Haut de page

Auteur

Isabelle Marc

Isabelle Marc enseigne au département d’Études françaises de l’Université Complutense de Madrid. Elle s’intéresse à la culture populaire française en général et aux musiques actuelles en particulier. Dans ce domaine, elle a travaillé sur le rap et sur la chanson et sur les rapports entre esthétique et identité culturelle, notamment chez des artistes tels que Georges Brassens, Charles Aznavour ou Dominique A. Sa recherche porte aussi sur les dynamiques transculturelles et la traduction et sur les politiques publiques de la culture en Europe. Son dernier livre, The Singer Songwriter in Europe: Paradigms, Politics and Place, coédité avec Stuart Green, est paru chez Routledge au printemps 2016. Elle codirige l’European Popular Musics Research Group à l’Université de Leeds et elle dirige la revue Thélème. Revista Complutense de Estudios Franceses.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page