Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79VariaIndiscrétions périodiques : « esp...

Varia

Indiscrétions périodiques : « espions » et « babillards » dans les débuts de la guerre d’Amérique (1777-1778)

Hélène Boons

Résumés

Cet article envisage trois périodiques français d’expression personnelle qui traitent des débuts de la Guerre d’Indépendance américaine, en 1777-1778 : L’Espion anglais, ou Correspondance secrète entre Milord All’Eye et Milord All’Ear de Pidansat de Mairobert, L’Espion français à Londres d’Ange Goudar et Le Babillard de Jean-Jacques Rutlidge. Ils s’enracinent dans la tradition des « espions » et des « spectateurs », en transmettant l’information via la fiction d’un journaliste au regard indiscret, qui entretient un rapport tangent avec la légalité. Quelles sont les conséquences du jeu fictionnel qui préside aux périodiques sur la transmission des actualités concernant la guerre franco-anglaise ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir l’article de Jean-Louis Lecercle, « L’Amérique et la guerre d’Indépendance » dans le volume co (...)
  • 2 Voir Hélène Boons, « Un journalisme d’expression personnelle : “spectateurs ” et “espions” dans la (...)
  • 3 Pidansat de Mairobert, qui fut aussi censeur royal, parlementaire et commissaire de la Marine, se s (...)
  • 4 Pour une présentation de cette figure, voir la notice de Marie-Françoise Luna dans le Dictionnaire (...)
  • 5 Le sujet est récurrent. Voir par exemple les vingt premiers numéros (vol. 1) datant du printemps 17 (...)

1Lors des débuts de l’ingérence de la France dans la guerre d’Indépendance américaine, en 1777-1778, le rôle de la presse en tant que créatrice de l’opinion se déploie de manière particulièrement explicite1. Dans ce contexte, trois journaux d’expression personnelle mobilisent la fiction d’un regard posé directement sur le monde par leurs rédacteurs, qui s’expriment à la première personne du singulier. Il s’agit plus largement d’un dispositif propre à une partie de la presse du XVIIIe siècle, dispositif que j’ai qualifié de journalisme scopique 2. Pidansat de Mairobert fait d’abord paraître L’Espion anglais, ou Correspondance secrète entre Milord All’Eye et Milord All’Ear (1777-1778 puis 1783-17843), chronique rétrospective du règne de Louis XV. Le périodique, publié grâce à une permission tacite, contient une correspondance monodique et fictive : un Anglais en voyage, Milord All’Eye, envoie à son compatriote Milord All’Ear des informations sur l’actualité politique, guerrière et sociale de la France. Peu après, Ange Goudar, fripouille interlope des années 17704, s’inspire du périodique de Mairobert en l’inversant. Dans son hebdomadaire L’Espion français à Londres, ou Observations critiques sur l’Angleterre et les Anglais (1778), le journaliste est français et œuvre au sein de la capitale anglaise. Il se réfère explicitement à L’Espion anglais : « Comme il s’est établi un espion en titre à Paris, il faut qu’il y en ait un à Londres ; l’ordre de la correspondance générale le demande ainsi » (Goudar, n° 1, vol. 1 : 2). Enfin, Jean-Jacques Rutlidge, polygraphe franc-maçon, fait paraître Le Babillard entre 1778 et 1779, dans lequel il accorde une grande place à la critique des mœurs, à l’actualité littéraire et musicale, ainsi qu’aux débuts de la guerre5.

  • 6 Le phénomène des « spectateurs » prend sa source dans la publication du quotidien londonien The Spe (...)
  • 7 La forme périodique des « espions » s’inspire principalement de L’Espion du grand Seigneur (1684-16 (...)

2Ces titres possèdent trois points communs. D’une part, ils traitent des années 1777-1778, alors que l’opinion française commence à se passionner pour les troubles militaires de l’outre-Atlantique. D’autre part, ils s’affilient à deux formes périodiques d’expression personnelle du XVIIIe siècle : les « spectateurs6 » et les « espions7 ». Enfin, ils mettent en scène un dévoilement illicite de l’information, reposant sur une fiction de l’indiscrétion : l’espion repère ce qui ne devrait pas être vu quand le babillard dévoile ce qui ne devrait pas être dit. Le rôle de cette indiscrétion simulée fait l’objet de la présente analyse : il s’agit d’interroger sa signification dans le cadre du support périodique et dans un contexte de bouleversements géopolitiques.

Portraits d’espions

  • 8 Voir Les Espions des Lumières. Actions secrètes et espionnage militaire sous Louis XV (2017) de Sté (...)
  • 9 En tant que figure dotée d’une certaine puissance fantasmatique, l’espion trouve sa place dans les (...)

3Deux de ces journaux mettent en scène un espion, ou mouche. Ce dernier représente au XVIIIe siècle un type social particulièrement marginal. Dans les consciences du temps, c’est un être mu par l’argent, dont chacun doit se méfier8. Le terme relève en premier lieu du vocabulaire militaire. Le Dictionnaire de l’Académie française de 1694 illustre la définition qu’elle donne du terme par les exemples suivants : « Nous avons de bons espions dans le camp des ennemis » ; « Ce prince, ce général dépense beaucoup en espions ». La figure inquiète car elle agit à l’instar d’un intermédiaire entre les puissants et le bas peuple, qui risque de dévoiler ce qui devrait être tenu secret9. En outre, le métier, loin de se cantonner au domaine des relations internationales, concerne parfois de simples quidams payés par la police pour fréquenter discrètement les cafés et ouvrir l’œil dans les lieux où se nichent les personnalités subversives. L’espion de police, être instable, circule incognito entre les conditions et n’est vraiment à sa place nulle part.

  • 10 Je renvoie à la transcription des fiches de police rédigées par Joseph d’Hémery effectuée par Rober (...)
  • 11 Voir la notice « Pidansat de Mairobert » par Jean Sgard dans le Dictionnaire des journalistes.
  • 12 Sur cette notion, voir Suzanne Roth, Les Aventuriers au XVIIIe siècle (1987) et Alain Stroev, Les A (...)

4À cet égard, les auteurs des trois journaux à l’étude entretiennent tous, à des degrés divers, un rapport à l’illégalité. Pidansat de Mairobert connaît dès 1750 des démêlés avec la police : il est alors dénoncé à l’inspecteur de la Librairie Joseph d’Hémery par le Chevalier de Mouhy pour avoir colporté dans les cafés des vers hostiles envers Louis XV et Mme de Pompadour10. Jean Sgard suppose qu’il est protégé dans les années 1770 par les lieutenants de police, comme Sartine et Lenoir, à qui il rend peut-être service11. Quant à Ange Goudar, il a certainement été espion, comme le souligne Françoise Weil dans sa notice du Dictionnaire des Journaux. Véritable aventurier des Lumières12, proxénète, joueur et tricheur, Goudar se tient, comme Pidansat de Mairobert, à la marge de la bienséance. Enfin, Jean-Jacques Rutlidge est familier de la clandestinité. Ce fils d’armateur, parlant très bien anglais du fait de ses origines irlandaises, se trouve au début de la guerre d’Amérique contacté par Sartine, alors ministre de la Marine, pour servir d’«  intermédiaire pour la fourniture de navires, dans un projet secret de débarquement sur les Îles britanniques » (Monnier, 12). Là encore, le journaliste réel pratique une activité secrète, à partir de négociations et de contacts officieux.

  • 13 Voir l’article pionnier du Collectif de Grenoble (M. Gilot, R. Granderoute, D. Koszul, J. Sgard), « (...)
  • 14 Edmond Dziembowski souligne le fait que « les guerres de la deuxième moitié du XVIIIe siècle suscit (...)

5De même, les « journalistes masqués13 » au cœur des trois journaux, les deux Espions et le Babillard, sont eux aussi aux limites du droit. Chacun entretient une relation faite d’excès avec les lois de la communication visuelle et sonore. Le Babillard de Rutlidge a pour devise dicere, dicere, dicere. Les deux Espions inventés par Mairobert et Goudar procèdent à une extraction exhaustive des choses qu’ils voient pour les insérer dans leurs pages. La guerre d’Indépendance est alors un objet de débat public, dont il revient aux journalistes de dévoiler les ressorts14. Cela confère aux supposés rédacteurs un rôle incarné : c’est ainsi qu’on peut comprendre les infléchissements apportés à la forme des « espions » dans le contexte du début de la guerre d’Amérique. Le publiciste s’identifie étroitement à un type social marginal qui est censé révéler les dessous des cartes.

L’ethos de l’indiscrétion aventurière

6La forme des « espions » préexiste à la guerre d’Indépendance. Toutefois, les périodiques des conflits antérieurs mettent peu en scène un rapport tangent à la légalité. Leurs personnages de journalistes ne possèdent pas nécessairement un statut dévalué. Parfois, on ne trouve aucune allusion à leur métier dans le texte lui-même, en dépit de ce que le titre promet. Ils s’apparentent alors à de simples voyageurs, comme dans le cas de L’Espion chinois en Europe (1745) de Victor Dubourg de La Cassagne, publié lors de la guerre de Succession d’Autriche. Le titre indique un ancrage dans une tradition plus qu’il n’inscrit au sein des feuilles la présence d’un véritable mouchard. En effet, les périodiques d’expression personnelle de l’Ancien Régime se caractérisent le plus souvent par leur attachement aux formes et manières de la mondanité aristocratique héritées des traités de sociabilité de la Renaissance : correspondance épistolaire, refus de la posture de pédant, discours non-spécialisé, registre de la galanterie, inclusion des femmes… Autant de signes d’une adhésion aux valeurs de l’honnêteté. Pour cette raison sans doute, de nombreux « espions » présentent leurs énonciateurs comme de simples voyageurs. Ces derniers espionnent dans le sens où ils surprennent des informations capitales, sans toutefois faire vraiment partie de ces vils mouchards qui font le « métier d’épier » (Dictionnaire de l’Académie française, 1694).

  • 15 Dans Les Espions des Lumières. Actions secrètes et espionnage militaire sous Louis XV (2017), Stéph (...)

7Par leurs prétentions explicites à l’espionnage, les espions de 1777-1778 se distinguent ouvertement de ce cadre. Milord All’Eye s’entretient longuement avec des personnalités militaires et politiques qui lui révèlent en toute confiance des informations précieuses sur les ressources des armées navales françaises. Quant à l’Espion français de Goudar, il se met volontairement en scène comme un marginal. Dès le premier numéro, il refuse d’accorder foi au jugement de Montesquieu dans De l’Esprit des lois, qui pourfend la profession de l’espionnage et la qualifie d’« infamie » (Montesquieu, vol. 1, 222-223), mot sur lequel rebondit Goudar : « N’en déplaise à cet auteur célèbre : ce métier ne doit pas être si avilissant, puisqu’il y a aujourd’hui tant d’honnêtes gens qui l’exercent » (Goudar, 1, 1 : 1). « Honnêtes » est antiphrastique. Le rédacteur souligne ironiquement le fait que la profession est largement répandue dans l’ensemble des conditions, y compris chez ceux qui jouissent d’un statut respectable. Quelques pages plus loin, au cours d’une tendancieuse « histoire de l’espionnage » (6), il explique qu’un mouchard peut répondre au nom de « M. le chevalier », « M. le comte » ou « M. le marquis », et que l’on peut en trouver « en collet », « en froc », ou bien « en rabat »15 (8) : l’insolence est manifeste.

8Certes, le Babillard de Rutlidge n’est pas espion. Il faut à cet égard le distinguer des journalistes inventés par Pidansat de Mairobert et Goudar. Toutefois, il révèle indirectement ses affinités avec cette activité lorsqu’il présente sa manière de fréquenter la ville :

 […] à mon ordinaire, j’erre par la ville. À mon regard observateur, à mon attitude curieuse, à certains mouvements précipités qu’il m’arrive souvent de faire, pour approcher mon oreille de tout groupe d’amateurs de nouveautés que le hasard met dans mon chemin […], je parierais qu’on m’a pris cent fois pour un espion. Le Ciel sait combien ce personnage est éloigné de ma pensée ! (Rutlidge vol. 1, 4 : 69)

9En dépit de ces vertueuses indignations, le Babillard révèle surtout par ces lignes ironiques à quel point il se rapproche de l’espion. Il nuance ailleurs ces propos et associe directement l’espionnage au journalisme :

J’ai toujours pensé qu’un infatigable espion, qui connaîtrait tout le monde, qu’un questionneur adroit et subtil qui vous démêlerait avec politesse les tenants et les aboutissants d’un homme, feraient des ouvriers aussi essentiels à la fabrication d’un journal moderne, que l’écrivain éloquent et docte qui en rassemble les membres épars, et qui leur donne le dernier lustre. (Rutlidge vol. 4, 72 : 9)

  • 16 Rétif de la Bretonne associe de manière particulièrement explicite ces deux fonctions dans Les Nuit (...)
  • 17 Floriane Daguisé met en lumière sa portée heuristique dans sa thèse « L’indiscrétion du rococo. Épi (...)

C’est affirmer la préséance de la recherche de l’information par le journaliste lui-même, qui se distingue ainsi du compilateur de nouvelles (reproche fréquemment adressé aux gazetiers au XVIIIe siècle). L’activité du mouchard, « infatigable espion », et celle du « questionneur » sont essentielles pour un « journal moderne »16. Ces prétentions autorisent les rédacteurs à jeter sur le monde un regard autre, un regard comme de biais puisqu’il n’est pas encadré par les bornes de la légalité, un regard indiscret qui interroge les méthodes et les finalités du journalisme. L’indiscrétion est plus largement un dispositif central dans la littérature des Lumières : elle suscite la connaissance17. Or le rôle d’un périodique est précisément de construire et de transmettre l’information. Quelle est la signification d’une indiscrétion spécifiquement périodique ?

La spectacularisation de l’actualité

10Loin de n’être qu’anecdotique, cette indiscrétion est le socle d’une réflexion sur la méthode et la finalité du journalisme. Sous leur allure frauduleuse, les aspirations des journalistes demeurent honnêtes et ambitieuses. Les prétendus « libraires anglais » qui éditent la suite de L’Espion anglais en 1783, quatre ans après la disparition de Mairobert, prennent soin de désavouer, en tête du 5e volume, toute affiliation à trois autres « espions » publiés peu ou prou au même moment : non seulement l’hebdomadaire de Goudar, mais encore deux brochures clandestines, Le Chroniqueur désœuvré, ou l’espion du boulevard du Temple de Mayeur de Saint Paul et L’Espion dévalisé de Baudouin de Guémadeuc. Derrière ces dénégations, il s’agit de revendiquer la production d’une œuvre d’ampleur. Les éditeurs aspirent à se distinguer de ce qu’ils identifient comme de simples brochures sans ambition.

11 Il s’agit surtout de faire mieux que les gazettes. Aussi le Babillard refuse-t-il qu’on le confonde avec les « gazetiers crédules et menteurs » (Rutlidge, vol. 4, 95 : 372). Quant à Milord All’Eye, il insiste à de multiples reprises sur l’originalité de sa correspondance. Dès le premier numéro, il se plaint de l’absence à Londres de gazettes françaises, c’est-à-dire qui examineraient exclusivement les affaires politiques de l’Hexagone. La Gazette de France se cantonne selon lui à de la propagande royale, et les autres journaux du même style qui sont publiés à Paris se taisent ou bien flattent (Mairobert, vol. 1, 1 : 4). Milord All’Eye se targue d’engager un rapport sensoriel à l’actualité et d’en faire profiter son correspondant resté en Angleterre :

J’écrirai jour par jour ce que j’aurai vu, lu ou entendu de mémorable ; et en y ajoutant de courtes réflexions propres à mieux développer les faits, j’espère remplir mon engagement d’une façon plus satisfaisante que de toute autre manière. Je vous mettrai devant les yeux le peuple chez lequel je vis, pour ainsi parler, toujours en mouvement (Mairobert, 4).

On comprend grâce à ces lignes l’intérêt de la méthode du journalisme scopique : elle permet de se distinguer de la concurrence, en proposant une formule « plus satisfaisante ». Le biais d’un journaliste fictif qui observe directement le monde permet de prétendre à une authenticité et à une exhaustivité plus fortes. La lettre 4 du vol. 8 de L’Espion anglais est à cet égard exemplaire. Milord All’Eye narre sa visite du port de Brest, en plusieurs étapes. Il compte diffuser des informations secrètes sur la flotte française, alors en guerre maritime contre l’Angleterre, et insiste en premier lieu sur le risque qu’il court :

N’ayant point eu, Milord, pour vous faire parvenir cette lettre comme la précédente, une occasion favorable et sûre, j’ai pris le parti d’attendre mon retour et de vous l’adresser seulement de Paris. Vous concevrez aisément en la lisant qu’il aurait été imprudent de la mettre à la poste à Brest même […] (Mairobert vol. 8, 4 : 142).

  • 18 Nous soulignons.

Le rédacteur stimule d’abord l’intérêt du lecteur, qui s’attend à de fracassantes révélations grâce à la mise en fiction du danger. Il loue ensuite l’excellence de sa méthode, qui opère sur le mode d’une enquête personnelle : « Point d’ateliers que je n’aie visité plusieurs fois, presque point de vaisseaux dont je ne puisse vous faire l’historique et vous dire les bonnes et mauvaises qualités […] » (142-143). Il célèbre de cette manière l’authenticité des informations fournies. Enfin, il décide de recomposer en un seul dialogue synthétique à plusieurs voix le résultat de ses « conversations » (qui seraient appelées aujourd’hui entretiens ou interviews) avec des officiers et administrateurs. Alors qu’il introduit ce dialogue, il emploie la formule évocatrice du « lieu de la scène » ce qui suscite une remarquable spectacularisation de l’actualité : « Le lieu de la scène est un canot dans lequel nous avons souvent traversé le bras de mer qui partage le port, et parcouru la rade où il débouche » (143). Prolongeant cette quasi-didascalie, il ajoute une indication de mouvement qui contribue à ancrer le dialogue dans un cadre scénarisé : « C’est moi qui ouvre la conversation en nous embarquant pour aller visiter l’intérieur de quelques vaisseaux »18 (143). La scénarisation est cruciale : elle place le lecteur face à un véritable spectacle, abrité par le paysage de la rade de Brest à un instant précis, celui de l’embarquement. Il faut surtout mesurer la différence que crée cette mise en scène avec un article théorique qui porterait sur les avantages militaires du port. Que Pidansat de Mairobert ait ou non réellement conversé avec les officiers à Brest (il fonde peut-être les données de l’article sur son expérience personnelle en tant que commissaire de la Marine), il invite en tous les cas le lecteur à se faire un tableau de l’actualité sur le mode d’un accès direct aux informations. L’Espion n’est pas gazetier, il ne compile pas d’autres journaux : il enquête lui-même.

  • 19 Voir l’ouvrage encadré par Samuel Baudry et Denis Reynaud, Nouvelles Formes du Discours journalisti (...)
  • 20 Voir le n° 10 du vol. 2, p. 110-117, dans lequel un épistolier commente ironiquement la lettre par (...)

12En outre, les journalistes recueillent la parole extérieure grâce à la création d’épistoliers qui font varier l’énonciation, dans la tradition de la forme des « spectateurs » qui est en partie à l’origine de la rubrique du courrier des lecteurs19. Dans les feuilles de Goudar, la guerre d’Amérique est principalement évoquée par de brèves lettres qui narrent un fait curieux ou font la satire ironique des décisions politiques20. Cette polyphonie dessine une perspective critique sur la guerre, nourrie par la lecture de Candide comme dans la « Lettre d’un soldat enrôlé par subtilité, avec l’application d’un passage de Candide » (Goudar, vol. 2, 7 : 25-31). L’épistolier, nommé Renegad, narre son embrigadement par des soldats anglais qui l’alcoolisent. Goudar fait entendre directement la voix d’un soldat qui se prépare à partir pour l’Amérique. Peu importe que le soldat n’existe pas réellement. La présence sensible d’un journaliste autorise polyphonie, exhaustivité et variété dans la manière de traiter l’actualité.

  • 21 « Qu’avons-nous à faire, nous autres politiques, de vos longues dissertations sur des sujets que no (...)

13En effet, la fiction du regard permet de prendre en compte avec naturel et spontanéité un ensemble politique et social plus vaste que la seule actualité guerrière, qui serait plutôt la matière d’une gazette. Lorsque Pidansat de Mairobert annonce dans l’extrait du vol. 1 cité supra qu’il compte saisir par ses lettres un « peuple toujours en mouvement », il expose le désir d’aller plus loin que la collection des nouvelles sèches et de comprendre l’identité d’un groupe, dans ses dimensions politiques, sociales et morales. Le regard de l’espion est synoptique. Dans L’Espion français à Londres de Goudar, un épistolier reproche au journaliste de ne pas assez traiter des nouvelles franco-anglaises21. Le rédacteur possède pourtant une ambition plus vaste. Son journal « contiendra le grand cercle des choses humaines ; c’est-à-dire que le monde politique et le moral feront le sujet de [s]es spéculations » (Goudar, vol. 1, 1 : 22). Goudar se conforme ici à une ambition récurrente dans les périodiques d’expression personnelle et notamment les « spectateurs » : saisir l’intégralité du monde moral et par là égaler l’historien, en se distinguant du vulgaire gazetier qui s’attache à l’événement éphémère.

*

14Le journalisme scopique lors des débuts de la guerre d’Amérique s’empare de l’actualité politique pour en proposer un spectacle polyphonique. La fiction d’un regard présente l’avantage de simuler un contact direct avec le monde. Ainsi, l’origine du reportage et de l’enquête, formes qu’on associe plutôt à un désir de véracité, se niche dans une invasion propre au XVIIIe siècle de l’imagination dans l’écriture journalistique. Le paradoxe se situe à deux niveaux. Il repose tout d’abord sur ce hiatus entre l’ambition de l’authenticité des nouvelles et son outil, la fiction, donc l’invention. De plus, les informations sont présentées comme sûres alors qu’elles sont confiées par un personnage équivoque, au regard furtif, donc par une énonciation peu fiable. C’est que ces deux niveaux se juxtaposent : le biais du regard suspect de l’espion symbolise et redouble au sein des feuilles volantes celui de la fiction. En effet, il est trompeur, comme la fable. Néanmoins, en dépit de ces frêles recommandations, le lecteur accepte de lui accorder sa confiance. Le mouchard symbolise l’utilisation proprement journalistique des ressources de l’imaginaire au service du vrai.

15Toutefois, cette modélisation de l’actualité est complexe à instaurer. Les journalistes délaissent souvent la figure du journaliste qui regarde et écoute. La tendance à désincarner le processus par lequel ont été reçues les informations et à les délivrer sur un mode synthétique et théorique (proche du traité) tend à rapprocher les « espions » des « observateurs ». Ce dernier type de journaux ne mobilise que très peu un rédacteur qui inscrirait sa présence au sein des feuilles : il trie et recompose les informations à partir de documents et non à partir d’une saisie sensible de l’actualité. Le fait que le titre du périodique de Pidansat de Mairobert hésite dès les premiers temps de sa parution entre L’Observateur anglais et L’Espion anglais est symptomatique de cette tendance à verser dans l’écriture des événements sans que ces derniers soient directement perçus par le journaliste.

16Pourtant, en 1783, les supposés « libraires anglais » qui publient la suite de L’Espion anglais quatre ans après la mort de Pidansat de Mairobert justifient leur choix définitif de ce titre : « cette occupation de notes journalières, courtes et prises à la hâte, décèle beaucoup mieux le travail furtif et décousu d’un espion que celui d’un observateur, qui réfléchit, combine à l’aise et arrange lentement » (Mairobert, vol. 5, Avertissement des libraires anglais). On comprend que le personnage de l’Espion, à la marge par son oscillation entre dissimulation et diffusion des nouvelles, pratique bien mieux que l’Observateur le recueil de « notes journalières » (c’est-à-dire quotidiennes). De là à dire qu’il est une incarnation du « journaliste » des Lumières, il n’y a qu’un pas. En dépit du fait que sa présence et la méthode qu’elle suppose soient délicates à instaurer de manière systématique, son existence, même falote, inaugure une gestion des informations sur le mode d’un rapport direct et sensoriel à l’actualité.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Addison, Joseph & Richard SteeleThe Tatler [1709-1711]. Éd. Donald F. Bond. 3 vols. Oxford : Clarendon, 1987.

Addison, Joseph & Richard SteeleThe Spectator. [1711-1714]. Éd. Donald F. Bond. 5 vols. Oxford : Clarendon, 1965.

Addison, Joseph & Richard SteeleLe Spectateur ou le Socrate moderne, où l’on voit un portrait naïf des mœurs de ce siècle. 6 vols. Paris : Papillon (vol. 1-5), L’Hermitte (vol. 6). 1716-1726.

Addison, Joseph & Richard SteeleLe Babillard ou le nouvelliste philosophe, traduit de l’anglais par ADLC. Trad. Armand Boisbeleau de la Chapelle. 2 vols. Amsterdam : Changuion, 1724/1735.

Dubourg de la Cassagne, Victor. L’Espion chinois en Europe. Francfort : 1745.

Goudar, Pierre-Ange. L’Espion français à Londres, ou observations critiques sur l’Angleterre et sur les Anglais, par Mr. Le Chevalier de Goudar. Ouvrage destiné à servir de suite à l’Espion chinois, du même auteur. 2 vols. Londres, 1780.

Guémadeuc, Baudouin (de). L’Espion dévalisé. Londres, 1782.

D’hemery, Joseph. Parisian police reports on author : « Historique des auteurs » [1748-1753]. Éd. Robert Darnton. https:// robert.darnton.org

Marana, Giovanni-Paolo. L’Espion du Grand Seigneur et ses relations secrètes, envoyées au Divan de Constantinople, découvertes à Paris pendant le règne de Louis le Grand [1684]. 3 vols. Paris : Claude Barbin, 1686.

Mayeur de Saint-Paul, François-Marie. Le Chroniqueur désœuvré ou L’Espion du boulevard du Temple. Londres : 1781.

Montesquieu, Charles Louis de Secondat de. De L’Esprit des lois [1748]. Éd. Robert Derathé. 2 vol. Paris : Garnier, 1973.

Pidansat De Mairobert, Matthieu-François. L’Observateur/l’Espion anglais ou Correspondance secrète entre Milord All’Eye et Milord All’Ear. 10 vols. Londres : Adamson, 1777-1778 (4 vol. ) ; 1783-1784 (6 vol. ).

Rutlidge, Jean-Jacques. Le Babillard. 4 vol. Paris : J.-F. Bastien, 1778-1779.

Sources secondaires

Baudry, Samuel et Denis Reynaud, dir. Nouvelles Formes du discours journalistique au XVIIIe siècle. Lettres au rédacteur, nécrologies, querelles médiatiques

Boons, Hélène. « Un journalisme d’expression personnelle : “spectateurs” et “espions” dans la ville des Lumières (1709-1799) ». Thèse de doctorat. Paris : Université de la Sorbonne Nouvelle, 2021.

Boons, Hélène. « Les “spectateurs” babillards ou l’écriture morale en question ». Dossier « Le pari du babil. Parler pour ne rien dire au siècle des Lumières ». Éd. Hélène Boons. RHLF 2020/2. 365-376.

Boons, Hélène. « L’espion qui m’aimait. Pidansat de Mairobert et Les Nuits de Paris ». Études rétiviennes 54. À paraître fin 2022.

Daguisé, Floriane. L’indiscrétion du rococo. Epier, découvrir, surprendre dans la première moitié du XVIIIe siècle français. Thèse de doctorat. Paris : Sorbonne Université, 2019.

Dziembowski, Edmond. « La propagande et la politisation de l’espace public en France pendant la guerre de Sept Ans et la guerre d’Indépendance américaine ». La Politique par les armes. Conflits internationaux et politisation (XVe-XIXe siècles). Éd. Laurent Bourquin, Philippe Hamon, Alain Hugon et Yann Lagadec. Rennes : PU de Rennes, 2013. 245-257. https://books.openedition.org/pur/50194.

Genêt, Stéphane. Les Espions des Lumières. Actions secrètes et espionnage militaire sous Louis XV. Paris : Nouveau Monde Editions/Ministère de la Défense, 2017.

Lecercle, Jean-Louis. « L’Amérique et la guerre d’Indépendance ». L’Année 1778 à travers la presse traitée par ordinateur. Éd. Paule Jansen. Paris : PUF, 1982. 17-42.

Levrier, Alexis. Les Journaux de Marivaux et le monde des “spectateurs”. Paris : PUPS, 2007.

Lounissi, Carine. « Publier sur la Révolution américaine en France (1778-1788) Entre diplomatie culturelle et censure monarchique ». Mémoires du livre/Studies in Book Culture 11/1 (2019), https://doi.org/10.7202/1066938ar.

Monnier, Raymonde. « Introduction ». Paris et Londres en miroir, extraits du « Babillard » de Jean-Jacques Rutlidge, Saint-Étienne : PU de Saint-Étienne, 2010. 7-45.

Roth, Suzanne. Les Aventuriers au XVIIIe siècle. Paris : Galilée, 1987.

Sgard, Jean, éd. Dictionnaire des Journaux (1600-1789). Cont. Anne-Marie Mercier-Faivre et Denis Reynaud. Paris, Oxford : The Voltaire Foundation, 1991. En ligne. https://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/.

Sgard, Jean, éd. Dictionnaire des Journalistes (1600-1789). Cont. Anne-Marie Mercier-Faivre et Denis Reynaud. Oxford : The Voltaire Foundation, 1999. En ligne. https://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/.

Stroev, Alexandre. Les Aventuriers des Lumières. Paris : PUF, 1997.

Haut de page

Notes

1 Voir l’article de Jean-Louis Lecercle, « L’Amérique et la guerre d’Indépendance » dans le volume collectif coordonné par Paule Jansen en 1982, L’Année 1778 à travers la presse traitée par ordinateur.

2 Voir Hélène Boons, « Un journalisme d’expression personnelle : “spectateurs ” et “espions” dans la ville des Lumières (1709-1799) », thèse de doctorat en Lettres modernes, Université de la Sorbonne Nouvelle, 2021.

3 Pidansat de Mairobert, qui fut aussi censeur royal, parlementaire et commissaire de la Marine, se suicide en 1779, alors qu’il est compromis avec le marquis de Brunoy dans un scandale financier. À partir de 1783, les continuateurs de sa chronique se fondent sans doute sur des textes qu’il a laissés avant sa mort (puisque le texte est rétrospectif et traite d’une actualité de quatre ans antérieure à la publication des volumes). C’est l’hypothèse de Jean Sgard dans la notice « L’Espion anglais » du Dictionnaire des Journaux. Pidansat de Mairobert fut également le principal contributeur des Mémoires secrets, ou Journal d’un observateur, dits de Bachaumont.

4 Pour une présentation de cette figure, voir la notice de Marie-Françoise Luna dans le Dictionnaire des Journalistes (1600-1789).

5 Le sujet est récurrent. Voir par exemple les vingt premiers numéros (vol. 1) datant du printemps 1778.

6 Le phénomène des « spectateurs » prend sa source dans la publication du quotidien londonien The Spectator (1711-1714) par Joseph Addison et Richard Steele. Ce périodique a frappé les contemporains par la présence d’un rédacteur fictif nommé Mr Spectator, qui pratique l’essai et aspire à réformer ses lecteurs en mêlant gaieté et sévérité morale. Le Spectator s’inscrit lui-même dans les pas du trihebdomadaire rédigé par Richard Steele de 1709 à 1711, The Tatler (ou Le Babillard). Dans Les Journaux de Marivaux et le monde des “spectateurs” (2007), Alexis Lévrier éclaire la façon dont les périodiques marivaudiens, Le Spectateur français (1721-1724), L’Indigent philosophe (1727) et Le Cabinet du philosophe (1734), s’insèrent dans un mouvement européen d’imitation du quotidien anglais, au sein duquel la Hollande francophone joue un rôle important. Tout au long du siècle, de nombreux imitateurs persistent à pratiquer la forme : ainsi par exemple de Laurent Angliviel de la Beaumelle, Jean-François de Bastide, Jacques-Vincent Delacroix et Jean Castilhon.

7 La forme périodique des « espions » s’inspire principalement de L’Espion du grand Seigneur (1684-1686) de Giovanni-Paolo Marana et de sa réédition augmentée anonymement (1696-1699). Ce roman épistolaire décrit, depuis le point de vue d’un Turc, l’actualité récente de la France. Il est à l’origine de la mode du regard étranger exploité dans les Lettres persanes de Montesquieu et dans les Lettres juives (puis cabalistiques et chinoises) de Boyer d’Argens. Les périodiques qui en prennent la suite se consacrent en premier lieu à l’actualité politique, surtout militaire. Ils se distinguent des « spectateurs » car leur perspective, si elle est toujours morale, rencontre davantage la manière des gazettes. Ces « espions » sont principalement publiés lors des guerres européennes. On en trouve beaucoup dès les débuts de la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748) : ainsi de L’Espion turc à Francfort (1741) de Joseph Du Fresne de Francheville.

8 Voir Les Espions des Lumières. Actions secrètes et espionnage militaire sous Louis XV (2017) de Stéphane Genêt.

9 En tant que figure dotée d’une certaine puissance fantasmatique, l’espion trouve sa place dans les fictions du XVIIIe siècle : Les Mille et Une Nuits convoquent à de multiples reprises le personnage du calife Haroun Al-Rashid qui, la nuit venue, court les rues de Bagdad afin d’enquêter sur ses sujets. Lorsqu’il n’est pas exercé par des souverains orientaux, le métier est perçu comme avilissant et destructeur du lien social. La Mouche (1736) du chevalier de Mouhy – mouche lui-même – en est le meilleur exemple : le héros mouchard, M. Bigand, se présente dans son autoportrait comme un babillard burlesque que chacun hait à cause de ses indiscrétions.

10 Je renvoie à la transcription des fiches de police rédigées par Joseph d’Hémery effectuée par Robert Darnton et mise en ligne : Parisian police reports on author : « Historique des auteurs » [1748-1753] (en ligne), notice 343. Il s’agit de l’édition des trois volumes du manuscrit de d’Hémery présent à la Bibliothèque nationale de France (fonds Nouvelles acquisitions françaises, n° 10781-10783).

11 Voir la notice « Pidansat de Mairobert » par Jean Sgard dans le Dictionnaire des journalistes.

12 Sur cette notion, voir Suzanne Roth, Les Aventuriers au XVIIIe siècle (1987) et Alain Stroev, Les Aventuriers des Lumières (1997).

13 Voir l’article pionnier du Collectif de Grenoble (M. Gilot, R. Granderoute, D. Koszul, J. Sgard), « Le journaliste masqué. Personnages et formes personnelles ». Les chercheurs qualifient par l’expression de « journaliste masqué » le dispositif mettant en scène un rédacteur fictif, qui préside à l’énonciation du périodique.

14 Edmond Dziembowski souligne le fait que « les guerres de la deuxième moitié du XVIIIe siècle suscitent une » politisation de l’espace public français par le conflit, voire pour le conflit ». En ce qui concerne la guerre d’Indépendance américaine, « le secrétaire d’état des Affaires étrangères de Louis XVI, le comte de Vergennes s’emploie à intensifier la campagne de propagande visant à promouvoir la cause de la France et celle des Nord-Américains » (245). Ce processus est en cours depuis les débuts de la guerre de Sept Ans ; il contribue paradoxalement à asseoir l’indépendance critique des écrits des publicistes vis-à-vis de la politique française, et donc à produire un « transfert de la culture politique britannique dans l’Hexagone » (247).

15 Dans Les Espions des Lumières. Actions secrètes et espionnage militaire sous Louis XV (2017), Stéphane Genêt met en effet en lumière les conditions très diverses de celles et ceux qui sont appelés « espions » au XVIIIe siècle.

16 Rétif de la Bretonne associe de manière particulièrement explicite ces deux fonctions dans Les Nuits de Paris. Il s’y inspire en partie de l’activité journalistique de Pidansat de Mairobert. Voir Hélène Boons, « L’espion qui m’aimait. Pidansat de Mairobert et Les Nuits de Paris », Études rétiviennes, n° 54, à paraître fin 2022.

17 Floriane Daguisé met en lumière sa portée heuristique dans sa thèse « L’indiscrétion du rococo. Épier, découvrir, surprendre dans la première moitié du XVIIIe siècle français » (2019).

18 Nous soulignons.

19 Voir l’ouvrage encadré par Samuel Baudry et Denis Reynaud, Nouvelles Formes du Discours journalistique au XVIIIe siècle. Lettres au rédacteur, nécrologies, querelles médiatiques (2018).

20 Voir le n° 10 du vol. 2, p. 110-117, dans lequel un épistolier commente ironiquement la lettre par laquelle la Cour de France informe le roi britannique George III de son alliance avec les Etats-Unis.

21 « Qu’avons-nous à faire, nous autres politiques, de vos longues dissertations sur des sujets que nous ignorons ? Donnez-nous une bonne gazette, qui soit précise et bien faite » (Goudar, vol. 2, 11 : 146).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Boons, « Indiscrétions périodiques : « espions » et « babillards » dans les débuts de la guerre d’Amérique (1777-1778) »XVII-XVIII [En ligne], 79 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/1718/10032 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.10032

Haut de page

Auteur

Hélène Boons

Hélène Boons est Maîtresse de Conférences à l’Université Paris Nanterre. Elle a soutenu en 2021 une thèse intitulée « Un journalisme d’expression personnelle : "spectateurs" et "espions" dans la ville des Lumières (1709-1799) ». Ses recherches envisagent le corpus de la presse périodique de l’Ancien Régime selon plusieurs biais : ses relations avec les formes fictionnelles du temps, les pratiques d’écriture du moi, les évolutions urbaines et l’expression de l’indiscrétion visuelle et/ou auditive.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search