Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Varia« I have a dreadful story to tell...

Varia

« I have a dreadful story to tell you » : stratégies informatives et narratives pro-ministérielles dans l’affaire Guiscard

Alice Monter

Résumés

Le 8 mars 1711 un intriguant français poignardait Robert Harley, Chancelier de l’Échiquier. Cet événement dramatique, mêlant politique et tragédie humaine, précipita une vague de publications. L’analyse de cette déferlante révèle un entrelacs de haute et basse politique, d’intérêts nationaux et internationaux, de stratégies informatives, mais aussi narratives. De l’instrumentalisation de l’affaire par l’opposition whig, cherchant à convaincre l’opinion publique de poursuivre la guerre de Succession d’Espagne, à la ronde de propagandistes se précipitant au chevet d’un Harley martyrisé, devenu père de la nation, aux inquiétudes de la presse spécialisée, soucieuse de protéger son lectorat de réfugiés Huguenots accablé par la vindicte populaire, cette affaire est révélatrice tant de la crise politique que de la crise de l’information dans laquelle se trouvait l’Angleterre d’Anne Stuart. Regroupant extraits de presse, pamphlets et poèmes, mais aussi gravures, cet article interroge les pratiques d’information, de communication et de manipulation de l’opinion publique à l’œuvre dans la période.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteur tient à remercier les éditeurs du numéro et les membres du comité d’expertise pour leur su (...)

1La tentative d’assassinat d’Antoine de Guiscard sur Robert Harley est un évènement bien connu des spécialistes de Swift et des relations franco-britanniques dans les premières décennies du dix-huitième siècle (Jones 109-11 ; Bély 104-05 ; Ehrenpreis II, 464-73).1 La gestion médiatique et politique de la crise qui s’en suivit, marquée par une grande diversité générique (pamphlet, histoire secrète, poésie, presse, gravure) et argumentative reste, elle, peu étudiée. Cet article se propose d’analyser, sous la forme d’une étude de cas, l’évolution de « l’affaire Guiscard » à la lumière du système de communication pro-ministériel mis en place par l’administration Harley afin d’interroger les pratiques et stratégies d’information, de communication et de manipulation de l’opinion publique à l’œuvre. Après une brève contextualisation de l’affaire Guiscard, nous traiterons de son évolution dans la sphère publique et analyserons les principales stratégies argumentatives mises en place par les différents acteurs du débat : Francis Hoffman, Jonathan Swift, George Ridpath, Daniel Defoe, Matthew Prior et Delarivier Manley. Notre conclusion se penchera tant sur la richesse des méthodes de communication de l’administration Harley que sur les limites de l’utilisation de la presse dans la gestion de cette crise politique.

2Robert Harley, enterré par l’historiographie whig et globalement oublié par la postérité, reste l’une des figures politiques les plus importantes de la fin du règne d’Anne. Dans une période marquée par une extrême polarisation politique et religieuse – héritages tant de la crise de l’Exclusion et de la Révolution de 1688 que des fortes tensions entre communautés anglicanes, dissidentes et catholiques – Harley se distingue par son refus d’adhérer au clivage idéologique traditionnel entre whigs et tories, et son désir de former un gouvernement non-affilié et non-partisan au service d’une politique modérée (McInnes ; Hayton). Choisi par Anne à l’été 1710 pour succéder au gouvernement whig et pro-guerre de Godolphin et Marlborough, il tente de former une administration mixte qui aurait pour mission principale de désengager la Grande- Bretagne de la guerre de Succession d’Espagne, tout en préservant l’économie nationale mais aussi un climat de tolérance religieuse. Manquant de convaincre les intérêts whigs modérés, la formation de cette administration échoue de manière spectaculaire à l’automne 1710 et Harley se retrouve, après les élections de novembre, à la tête d’une majorité considérable, mais très fermement tory, à la Chambre des communes (Holmes 14-19). Aux conséquences économiques de cette majorité parlementaire tory – en perdant l’appui des whigs Harley, Chancelier de l’Échiquier, perd aussi la confiance de la Banque d’Angleterre – s’ajoutent des problèmes de crédibilité politique. À l’international les forces alliées se méfient d’un désengagement britannique, fragilisant l’effort de guerre. Au sein de son administration, Henry St John, un ancien protégé, cherche à saper l’autorité de Harley pour s’imposer en tant que figure de proue du parti tory et de sa branche radicale, l’October Club (Rogers).

3Harley, homme politique chevronné à la tête d’un réseau de communication multi-partisan bien établi, est dépassé. Bien que la Review trihebdomadaire de Daniel Defoe informe un lectorat de whigs modérés depuis 1704, que l’hebdomadaire Examiner (rapidement confié à Jonathan Swift) s’adresse à un lectorat tory à partir d’août 1710, et que les élections de 1710 aient été en partie gagnées grâce à un important travail de propagande, la communication pro-ministérielle peine à se faire entendre (Downie 122 et 129). L’image de cohésion, à la fois gouvernementale et nationale, qu’Harley cherche à projeter est fortement mise à mal dans les premiers mois de son mandat. C’est dans ce contexte qu’intervient un évènement aussi dramatique qu’opportun. Le 8 mars 1711, après avoir été interpellé dans les jardins de St James suite à l’interception de correspondances suspectes avec la France, Antoine de Guiscard, abbé de la Bourlie, est présenté devant les membres du Cabinet afin d’être interrogé sur sa conduite. Questionné tour à tour par Harley et St John, Guiscard se précipite sur le Chancelier et le poignarde à deux reprises avec un canif subtilisé sur les lieux.

Imaginer l’adversaire : du diable déchaîné aux ennemis intérieurs

4Il est important de souligner la dimension à la fois humaine et spontanée, mais aussi éminemment symbolique, de l’attaque. Si les historiens s’accordent sur la nature non-préméditée de cette tentative d’assassinat – du choix de l’arme (un petit canif subtilisé de manière opportune) au moment de l’agression (en pleine interrogation, devant une assemblée armée, suite à une interpellation surprise) – la date et le lieu de celle-ci n’en sont pas moins remarquables (Jones 109-11 ; Bély 104-5). Le 8 mars 1711 marquait l’anniversaire du couronnement d’Anne et l’attaque eut lieu dans un lieu de pouvoir particulier, le « cockpit », un ancien théâtre transformé en prison royale pendant la révolution glorieuse puis abritant le Trésor (Cox et Forrest). Ces différents éléments, bien que fortuits, contribuèrent immédiatement à la charge émotionnelle et patriotique complexe, ainsi qu’à la mise en scène, entourant l’affaire. Il est aussi à noter que, plus peut-être que l’importance de la victime, c’est l’agresseur qui fut dès le début porteur de fantasmes. Antoine de Guiscard, espion, agent double et libertin français exilé à Londres, est une figure extrêmement sulfureuse. Il cristallisa un très fort sentiment anti-français et anticatholique, réunissant whigs et tories, et permit d’illustrer de nombreux stéréotypes en vogue, du prédateur aux passions effrénées aux ambiguïtés de genre (fig. 1).

Fig. 1: Francis Hoffman, Untitled [Masquarading Devil] (London: printed by Edward Lewis, 1711)

Fig. 1: Francis Hoffman, Untitled [Masquarading Devil] (London: printed by Edward Lewis, 1711)

Eau forte (372x152mm)

© The Trustees of the British Museum. Shared under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0) licence. Except where otherwise noted, content within this article/journal is licensed under a CC BY-NC-ND 3.0 license.

  • 2 Hoffman reste une figure élusive : probablement d’origine allemande et en activité entre 1710-1736 (...)

5La représentation de Guiscard la plus connue, une gravure caricaturale réalisée par Francis Hoffman, lui donne en effet les traits d’une créature mi-diable mi-femme.2 Jouant sur les codes préétablis du maitre de danse français, souvent représenté comme une figure androgyne à la fois hypersexualisée et efféminée, et les mêlant à une imagerie anti-jacobite et anticatholique, le travail d’Hoffman traduit un profond sentiment de malaise, en dépit de son commentaire burlesque et humoristique (Leppert 76-78). Le poème, renfort textuel d’une imagerie diabolique traditionnellement associée – dans la rhétorique anglicane – à l’hystérie et la religion catholique, souligne la personnalité changeante de Guiscard, agent double au corps devenu multiple et monstrueux, dans l’imagerie collective londonienne (George 25).

  • 3 Observator 20 (10 mars) et Evening Post 246 (10 mars).
  • 4 Dès le 9 mars, la nouvelle de l’attaque est reprise dans le Daily Courant 2928 et le British Mercur (...)

6L’un des premiers marqueurs de la frénésie générée par l’affaire Guiscard est le rythme de publication qui lui est lié. Si l’annonce de l’attaque est reprise par les principaux quotidiens de Londres, ou dailies, dès le lendemain, l’affaire sera couverte pendant près de deux mois, alimentée au fil des semaines par des commentaires à visée tant informative – l’annonce de la mort de Guiscard, le 17 mars, ou le suivi ponctuel de la convalescence de Harley jusqu’à son retour au Parlement, le 2 mai – qu’argumentative. Dans les premiers jours suivant l’attaque, le traitement est principalement descriptive : « Yesterday in the Afternoon, the Marquis de Guiscard was siez’d [... w]hile he was under Examination, he moved towards the Right Honourable Mr. Harley, and with a Penknife suddenly stabb’d him in the Breast » (Daily Courant 2928). Mais des tensions religieuses et xénophobes s’illustrent rapidement. Là où certains soulignent une morale à retenir (« We hope this will be a Caution to all Englishmen, how they employ Foreigners, when there are so many honester Men of their own Country » (Supplement 492), d’autres s’empressent de déconstruire l’amalgame entre la nationalité de Guiscard, sa foi présumée, ses actions, et les populations de huguenots réfugiés de Londres, qui constituent une section importante de l’économie à cette période : « several Papers have been publish’d [...] in which [Guiscard] is call’d a French Refugee [... and] Reflexions are made on Foreigners in general [...]; it has been thought fit to give the Publick a true Account [... to] set the Thing in a true Light [...] and evince upon what Foot Monsieur de Guiscard stood with the Refugees to whom he never so much as Attempted to join himself » (British Mercury 151). Le fait divers prend rapidement des allures politiques, indépendamment de la fonction de ses protagonistes. Si le clivage presse d’opposition et presse pro-ministérielle est bien présent, notamment lors de passes entre l’Observator et l’Evening Post, il ne correspond pas à la rupture idéologique classique entre whigs et tories. Dans la première semaine suivant l’attaque, ces deux journaux s’accordent sur leur traitement non-partisan de Harley, présenté principalement comme victime de l’incident et bénéficiaire d’un répit consensuel peu caractéristique.3 Cet état de grâce fragile va cependant, ironiquement, être perturbé par l’Examiner de Swift. Une énorme controverse va voir le jour, alimentée d’un côté par l’Examiner et le Post Boy, qui défendent le gouvernement et une idéologie tory, et de l’autre par l’Observator et le Medley, les principaux journaux d’opposition whig. L’analyse du calendrier de publication est ici particulièrement pertinente car elle souligne la vivacité des réactions et le climat idéologique extrêmement prégnant et combatif de la presse de l’époque.4 L’Examiner, un hebdomadaire apparaissant le jeudi étant sous presse lors de l’attaque, il faut attendre le 15 mars pour lire le commentaire de Swift. Extrêmement polémique, celui-ci est décrié dans l’Observator du 17 mars, défendu par le Post Boy du 17 mars, puis à nouveau attaqué dans le Medley du 19 mars, et dans l’Observator du 21 mars. Ce jeu de va-et-vient entre publications principales et publications satellites va s’étendre sur trois semaines entières et des publications respectives de chaque côté de la division politique ; l’Examiner tory de Swift, organe officiel du pouvoir, et le Medley whig d’Arthur Mainwaring, principale publication d’opposition conçue dans le but explicite de répondre à l’Examiner et d’en déconstruire le propos, sont épaulés respectivement par le Post Boy d’Abel Roper et l’Observator de George Ridpath (Ellis xxi).

7La stratégie initiale de Swift est d’incriminer la France de Louis xiv et de prendre Guiscard comme le représentant d’un type national, orgueilleux, esclave de ses sens, accablé par des émotions souvent violentes et confuses, « a Nation naturally so full of themselves, and of so restless Imaginations, [that] when any of them happen to be of a morose and gloomy Constitution, that huddle of confused Thoughts, usually terminates in Rage or Despair », diamétralement opposé à la noblesse d’âme et la maitrise de soi, caractéristiques d’un idéal poli attribué à Harley par la suite (Examiner 33). L’amalgame évoqué précédemment entre France, catholicisme et passions assassines est très classique à l’époque et relativement consensuel dans le paysage politique britannique. C’est lorsque Swift dénonce une connivence imaginaire entre d’un côté les amis de la France (les forces jacobites) et de l’autre les radicaux whigs, qu’il accuse tous deux de l’assassinat physique et politique de Harley, afin de contrecarrer ses plans de paix pour la nation, que la polémique est créée. Swift interpelle son lectorat, demandant « If there be really so great a difference in Principle between the High-flying Whigs, and the Friends of France, [...] how come they join in the Destruction of the same Man ? Can [Harley’s] Death be possibly for the Interest of Both ? » (Examiner 33). En plantant dans l’esprit de ses lecteurs l’idée d’un complot, d’une association entre deux groupes qui, idéologiquement, ne pourraient pas être plus distants – jacobites et whigs – Swift jette un pavé dans la mare. Hoffman se fera également l’écho de ce propos dans sa gravure de Guiscard, à travers un jeu de mot présent dans le cartouche, associant l’acier de l’arme du crime au patronyme de Richard Steele, rédacteur de la revue whig The Spectator, citée elle aussi. Mais là ou Swift orchestre une attaque idéologique directe, Hoffman reprend le propos de manière plus anecdotique, réinjectant l’idée d’une collusion whig et jacobite dans l’esprit du public mais en l’associant de manière plus diffuse à une sphère d’influence culturelle whig. La toute jeune revue The Spectator, lancée une semaine avant l’attaque sur Harley, ne compte alors pas parmi les publications whigs les plus virulentes en termes de commentaire politique et le numéro 14, dont il est question dans le cartouche, s’il traite principalement d’opéra et de mascarade, le fait sans saillie particulière. Des publications d’opposition plus virulentes, telles que l’Observator, réagissent, elles, de manière très ferme. George Ridpath, reprenant en partie les propres mots de Swift, soulignant les incohérences du commentaire de « Mr. Examiner » et s’appuyant sur ce qu’il sait des tensions au sein du gouvernement, répond :

had not the Examiner’s huddle of confus’d Thoughts drown’d his Modesty as well as his Memory, he would have forebore reflecting on the Whigs, as agreeing with Guiscard to cut off Mr. Harley; since every one has heard that a considerable number of his own Faction [the October Club] have expressed themselves very ungratefully of Mr. Harley; [...] The Examiner has spoil’d his own Story [...] for he says that Guiscard’s chief Design was against Mr. Secretary St. John, and that he only stab’d Mr. Harley because he miss’d the other ; so that the Whigs could not be in a Concert with Guiscard against Mr. Harley. (Observator 22)

8« Mr. Observator », sous couvert de déconstruction logique, souligne le véritable nœud du problème : si la lame opportune de l’ennemi étranger a bien blessé le Chancelier, quid de St John et ses partisans tories radicaux intriguant, eux aussi, contre Harley ? Le raisonnement mis en avant par Swift, chef de propagande de l’administration Harley, renforce paradoxalement, et maladroitement, les tensions entre Harley et St John. Les archives familiales font état de la colère de Harley – en convalescence lors de la rédaction du numéro 33 – à la lecture du récit de Swift qui le présente comme un second choix, une victime passive et accidentelle de Guiscard, alors que Swift accorde à St John un rôle plus noble, conforme ni à la hiérarchie et à l’importance respective des protagonistes, ni à la réalité des faits (Herman 196-99). La notion de sources devient particulièrement pertinente à cet endroit car Harley a, bien entendu, participé à l’évènement décrit alors que Swift, lui, travaille avec des informations de seconde main qui lui sont fournies par un autre témoin, St John (Ellis 303). Ce dernier, profitant de la convalescence de Harley, effectue un véritable travail de sape en ne corrigeant pas et en encourageant Swift dans sa démarche de commentateur. On a ici un exemple de double instrumentalisation de la presse et de manipulation de l’information. Swift arrange un récit qu’il pense être utile à la cause du gouvernement, tout en étant lui-même manipulé par sa source.

Représenter le héros : la modération de Harley au secours de la nation

9Dans ce contexte, l’intervention de Defoe est particulièrement intéressante, car elle prend le contre-pied complet de Swift. Defoe, du fait de son statut et son positionnement idéologique whig, opère en électron libre au sein du système de communication pro-ministériel agencé par Harley. À la différence des autres membres, qu’ils soient auteurs ou figures politiques, il n’est en contact qu’avec le Chancelier et utilise des réseaux d’impression et de dissémination différents du reste de la troupe, tant pour ses pamphlets que pour sa production journalistique. La convalescence de Harley le laissant dans l’ombre, Defoe choisi un format spécifique pour commenter la situation. Bien qu’éditeur de la Review – un trihebdomadaire d’opinion et de commentaire économique et politique – c’est dans un pamphlet, A Spectator’s Address to the Whigs (17 mars), que Defoe choisit de s’exprimer anonymement. Ne disposant pas d’informations nouvelles mais lisant très certainement la presse et réagissant lui aussi à l’Examiner 33, Defoe cherche à focaliser l’attention de ses lecteurs non pas sur ce qui s’est véritablement passé – un sujet épineux, source de tensions – mais sur ce qui aurait pu advenir si Guiscard avait réussi sa tentative. Il se distancie des faits pour recadrer le débat sur la vision politique de Harley. S’adressant à son lectorat whig modéré il insiste sur le fait que :

the Safety of this Island lies in a happy Medium between all our Extreams – [had Harley died] you [the Whigs] would then have seen that you were not turn’d out to be Destroy’d, but to be Preserv’d from your own Folly – that the New Ministry [Harley’s ministry] were not brought in to be Furies and Tyrants, but to prevent there being any such thing as Furies & Tyrants among us. (Defoe 8)

10Defoe présente ainsi la modération multi-partisane de Harley comme un rempart contre deux extrêmes, domestique et international : d’un côté une société fracturée par une politique de partis irréconciliables et de l’autre la tyrannie d’un régime abusif, celui de la France de Louis XIV. Là où Swift s’appuyait sur une démonisation de Guiscard et de l’opposition pour attiser des passions partisanes, Defoe propose un message rassembleur axé non pas sur des accusations, mais sur un appel à une prise de conscience collective.

11C’est véritablement le poème de Matthew Prior, « To the Right Honourable Mr. Harley, Wounded by Guiscard » (4-10 avril), qui confirme un recadrage de l’affaire en des termes non plus seulement individuels mais nationaux. Le poème amorce ainsi un véritable changement d’image pour Harley, posant les bases d’une iconographie et d’un langage du héros patriote qui seront par la suite reprises dans d’autres publications de presse bon marché et partisanes, leur assurant une plus large dissémination. « To Mr. Harley » se construit essentiellement sur un dualisme entre Harley et Guiscard, culminant en une bataille métaphysique entre les forces du bien et du mal. Prior décrit les « great Extreams of Nature’s force » (6), opposant la vertu noble et posée de Harley à la rage, la furie et la revanche de Guiscard, reprenant en partie des éléments invoqués par Swift et l’imagerie que nous avons précédemment évoquée. Harley, « Faithful Assertor of [his] Country’s Cause » (16), est transformé en un héros classique dont la vaillance et l’abnégation n’ont d’égal que son dévouement à la nation qui, reconnaissante, baigne de ses larmes ses plaies glorieuses :

The guilty Stroke, and Torture of the Steel
[…] our dauntless Briton scarce perceives;
The Wounds his Country from his Death must feel
The Patriot views, for those alone he Grieves.
(9-12)

Un tel récit replace Harley au centre de l’affaire en lui conférant une stature de héros et de serviteur de la nation – dans les deux cas un leader qui se place au-dessus des sempiternelles disputes de partis et des intrigues de salons du Parlement – mais aussi de guerrier. C’est à travers le poème de Prior que Harley gagne, aux yeux du public, l’autorité martiale qui lui manquait, le Chancelier ayant fait ses armes sur les bancs de Westminster et non pas dans les campagnes de Flandres comme John Churchill, Duc de Marlborough et héros tant des radicaux tories que des partisans whigs du maintien de la participation britannique dans la guerre de Succession d’Espagne.

12Quelques jours après la parution du poème de Prior mais dans un genre différent, celui de l’histoire secrète, Delarivier Manley va déployer des trésors de créativité, mais aussi de tact et de diplomatie afin de véritablement réparer les dégâts causés par Swift. La question de l’influence de Swift sur le texte de Manley est à préciser car la critique à longtemps présenté ce dernier comme l’architecte derrière le texte de Manley en s’appuyant sur un passage du Journal to Stella (Ehrenpreis II, 471). Swift explique ainsi les circonstances de son texte à Esther Johnson :

I forgot to tell you that yesterday was sent me A Narrative printed, with all the circumstances of Mr. Harley’s stabbing. I had not time to do it myself ; so I sent my hints to the author of the Atalantis, and she has cook’d it into a sixpenny pamphlet, in her own style, only the first page is left as I was beginning it. But I was afraid of disobliging Mr. Harley or Mr. St. John in one critical point about it, and so would not do it myself. It is worth your reading, for the circumstances are all true. (Journal to Stella 186-87)

  • 5 Downie analyse ce changement de direction comme le résultat de la distance crée entre Harley et Swi (...)

Si le début du passage identifie clairement Manley comme l’auteur du texte, travaillant sur des suggestions de Swift, le motif avancé par ce dernier – le manque de temps – est à remettre en question étant donné les réactions de la famille Harley évoquées précédemment. Les deux dernières phrases, révélant l’inconfort de Swift suite aux conséquences de l’Examiner 33, ainsi que son insistance sur la véracité des éléments avancés par Manley, en dépit de la propre manipulation de Swift par St John, sont à noter tout particulièrement. Abigail Williams insiste sur la nécessité d’aborder le Journal to Stella comme une œuvre littéraire à part entière et une illustration supplémentaire des jeux d’auteurs et de miroirs de Swift, et Melinda Alliker Rabb attire notre attention sur les limites de ce témoignage en tant que source historique (Williams 758 et 760 ; Alliker Rabb 131). En outre, la critique moderne sur Manley rappelle l’importance de l’écrivaine au sein du réseau de propagande de Harley, l’indépendance de cette dernière vis-à-vis de Swift, et ses réserves personnelles face à Henry St John (Alliker Rabb 129-30 ; Fabricant 157-59 et 164 ; McDowell 219-20 ; Herman 99-100, 188, 193-94 et 207 ; Carnell 202 et 208). C’est principalement dans le contexte de la lutte de pouvoir entre Harley et St John qu’il faut lire le texte de Manley, tout comme la promotion de cette dernière à la tête de l’Examiner, au retour de convalescence de Harley.5 Dans A True Narrative of what pass’d at the Examination of the Marquis De Guiscard, at the Cock-Pit, the 8th of March, 1710/11 (13 avril) Manley offre une version officielle de l’évènement cherchant à mettre fin à la polémique mais surtout à minimiser les difficultés de cohésion du gouvernement. Son message est double et les questions de politique interne sont bien présentes dans le propos qu’elle offre à une opinion publique plus large. S’adressant autant aux tories modérés partisans de Harley qu’aux partisans de St John et aux radicaux de l’October Club, A True Narrative livre une version très spécifique de l’incident. Là ou Swift indiquait que Guiscard s’en était pris à Harley, « the Person whom he thought Mr. St. John loved best », car incapable d’atteindre St John directement, Manley fait de la reine Anne la véritable cible de l’assassin (Examiner 33). Elle transforme ainsi, en dépit des faits, l’opportunisme de Guiscard en attentat prémédité, et offre une narration permettant de coaliser tant les factions tory que l’ensemble de la nation autour d’une figure fédératrice dépassant les enjeux de partis, la reine Anne. S’appuyant sur le principe affiché des secrets histories – révéler une vérité qui cachée mais qui n’en est pas moins authentique – Manley livre à ses lecteurs de tous bords un propos extrêmement détaillé, satisfaisant pleinement la curiosité du lecteur et sa soif d’information, tout en jouant sur la notion de vérité et en faisant de Harley une figure pleinement consensuelle. Il est présenté ainsi:

a Gentleman arriv’d by long Practice, to that difficult Attainment of possessing his Soul in all Conditions, in all Accidents, whether of Life or Death, with Moderation [... he] is the Man that may truly be said to know himself, whom even Assassination can’t surprize; to whom the Passions are in such Obedience, they never contend for Sway, nor attempt to throw him from his Guard. (Manley 23-24)

13Manley construit ce portrait sur un motif préétabli par Swift, dans l’Examiner 33, celui du « Christian Philosopher » ; elle reprend également le concept de modération évoqué par Defoe à travers la notion de « happy Medium », mais aussi la « high calm Virtue », référencée précédemment chez Prior (Examiner 33 ; Defoe 8 ; Prior 3). En appuyant sa caractérisation sur des éléments préformulés et largement diffusés Manley inscrit son propos dans un réseau de sens, de sentiments et de colorations politiques susceptible de résonner auprès de vastes communautés de lecteurs. Elle achève ainsi de transformer Harley en une figure qui n’est plus seulement victime et martyre, mais qui devient au contraire un archétype de raffinement, un emblème de ce concept très britannique de politeness et, en conséquence, un leader véritablement digne de la confiance de la reine Anne et de la nation, mais aussi, en sous-texte, de toutes les factions dissidentes du parti tory et des modérés de tous bords.

14Ce sont ces qualités qui seront mises en avant dans une seconde gravure de Hoffman, représentant St John, William Bromley, et Harley lors de la reprise des sessions du Parlement en 1711, témoignant à nouveau de l’importance des éléments de langage partisans dans la communication mise en place par le gouvernement (fig. 2).

Fig. 2: Francis Hoffman, The Principal Persons and Transactions of the Houses of Commons (London, 1711)

Fig. 2: Francis Hoffman, The Principal Persons and Transactions of the Houses of Commons (London, 1711)

Eau forte (353x255mm)

© The Trustees of the British Museum. Shared under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0) licence. Except where otherwise noted, content within this article/journal is licensed under a CC BY-NC-ND 3.0 license.

15L’objet, commémorant les principaux acteurs et évènements de la session de 1711, a certainement été conçu comme une faveur à distribuer pour galvaniser les membres en session. Bien que les trois personnages principaux soient reconnaissables grâce aux cartouches identifiants leurs noms et positions, respectivement Secrétaire d’État, Président de la Chambre des communes et Chancelier de l’Échiquier, l’artiste inclut également des indices visuels. Là où la proposition de loi pour la création de cinquante nouvelles églises, portée par St John, annonce son zèle pour la préservation de la religion d’État et son affiliation avec la frange tory radicale, c’est la main portée au cœur, réminiscence de l’attaque subie, qui caractérise Harley. Si les deux ministres d’Anne sont tous deux baignés dans des rayons divins c’est d’un palais ou d’un lieu de pouvoir qu’émerge Harley, tout comme Bromley, représenté dans les couloirs de Westminster. Le dévouement du Chancelier, semble suggérer l’artiste, lui est chevillé au corps et mis à disposition de la nation, au propre comme au figuré. Le texte, félicitant Harley pour son « Escape and Recovery from the Barbarous & Villanous Attempt [...] by the Sieur de Guiscard » insiste sur cette même dévotion, cette « Fedelity [sic] to Her Majesty and Zeal for Her Service [which] had drawn upon [him] the hatred of all the the [sic] Abettors of Popery and Faction » (Hoffman, Principal Persons).

*

16En l’espace de trois semaines, suivant son retour de convalescence en mai 1711, Harley sera anobli, devenant ainsi 1er comte d’Oxford et Mortimer, et obtiendra l’appui du Parlement pour la création de la Compagnie de la mer du Sud, ce qui lui permettra de résoudre le problème de la dette nationale et influencera ses négociations de paix avec Louis XIV. Bien que la question des dissidences internes ne soit pas réglée – la rivalité avec St John et le morcellement de la cohésion gouvernementale sera en grande partie responsable de la chute de l’administration Harley en 1714 – c’est véritablement l’affaire Guiscard qui achève d’asseoir Harley en tant que héros national. Une pensée de Swift, exprimée en juillet 1711, quelques semaines après avoir été remercié de ses services d’éditeur pour l’Examiner, illustre bien l’évolution de la situation. Swift explique: « He [Harley] was saying a Thing to me some Days ago, which I believe is the great Maxim he proceeds by; That Wisdom in publick Affairs, is not [...] the forming of Schemes with remote Views; but the making Use of such Incidents as happen » (Woolley I, 361).

  • 6 D’une valeur de ½ penny par demi-page imprimée et accompagnée d’un coup supplémentaire en cas de no (...)

17Bien qu’extrêmement fructueux, ce mélange d’opportunisme, d’habile gestion de crise et de communication ciblée, trois éléments présents dans la gestion de l’affaire Guiscard et effectivement caractéristiques de l’exercice du pouvoir par Harley, laisse également entrevoir une certaine expression des limitations du format journalistique en ce qui concerne, du moins, son usage comme support de propagande. Bien que Harley ait mis en place, très tôt, dès 1704, un système de communication extrêmement rodé qui s’appuie principalement sur l’utilisation de la presse, avec une couverture large et multi-partisane, et que la gestion de cette affaire incarne tant la plasticité et la richesse des méthodes de communication du ministère que ses complexités internes, l’on peut voir, à travers l’affaire Guiscard, les limites d’une gestion de crise à travers la presse. Si le dérapage de Swift, dévoilant aux yeux du public une crise identitaire au sein du parti et du gouvernement, est de l’ordre de l’erreur d’appréciation et de la manipulation individuelle, le format de publication le condamne. Parce que publiée dans une revue en constante tension et en constant dialogue avec l’opposition, au contenu scruté et sans cesse repris par le Medley et l’Observator, la faute devient impardonnable aux yeux du gouvernement car elle prend très vite des proportions difficilement maitrisables. L’une des leçons que Harley tirera de l’affaire Guiscard, en termes de communication, sera précisément de délaisser la presse dans ses efforts de propagande. Si la Review perdurera avec l’aval de Harley jusqu’en juin 1713, celui-ci prendra ses distances à l’été 1711, refusant de répondre aux demandes de Defoe – à la recherche d’une ligne éditoriale pour couvrir la question de la création de la Compagnie des mers du Sud – et préférant un silence orchestré à une couverture partisane difficilement maitrisable et conciliable avec sa politique étrangère (Healey 331-33). De même, l’Examiner sera démantelé en juillet 1711, ne reprenant que progressivement et sous d’autres plumes à partir de décembre 1711 (Downie 136). La masse de la communication pro-ministérielle sera redirigée vers d’autres formats – tels que le pamphlet, la fable, ou encore l’histoire secrète – plus souples et plus facilement manipulables, que ce soit en termes de message, d’anonymat, de production ou de rythme d’écriture. C’est aussi en ce sens qu’intervient la mise en place du Stamp Act en août 1712. Cette mesure, imposant une taxe supplémentaire sur toute publication, fut pensée pour permettre au gouvernement de capitaliser sur la demande grandissante de commentaire sur les affaires publiques tout en régulant la prolifération des journaux d’oppositions, fragilisés par ce coup supplémentaire.6 Bien qu’une mesure de contrôle toute relative, elle-même le fruit d’un compromis entre la nécessité de contrôler une parole contestataire et le désir de préserver des plateformes sur lesquelles diffuser une parole pro-ministérielle, le Stamp Act mit effectivement un terme à l’activité de nombreux journaux d’opposition, tels que le Medley et l’Observator (Downie 149-51 ; Hyland 863-88).

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Atterbury, Francis & John Freind, Delarivier Manley, Matthew Prior, Henry St John, Jonathan Swift, William Oldisworth, Joseph Brown, eds. The Examiner : or, Remarks upon Papers and Occurrences. London, 3 August 1710-26 July 1714.

Boyer, Abel, ed. The Supplement. London, 1708-1712.

Buckley, Samuel, ed. The Daily Courant. London, 11 mars 1702-28 juin 1735.

Defoe, Daniel. A Spectators Address to the Whigs, on the Occasion of the Stabbing Mr. Harley. London, 1711.

Defoe, Daniel. The Letters of Daniel Defoe. Ed. George Harris Healey. Oxford : Clarendon Press, 1955.

Hill, Aaron, ed. The British Mercury. London, 27 mars 1710-12 janvier 1715.

Hill, Aaron & Marshall Smith, eds. The British Apollo. London, 13 février 1708-11 mai 1711.

Historical Manuscripts Commission. The Manuscripts of his Grace the Duke of Portland, preserved at Welbeck Abbey. 10 volumes. Burlington : TannerRitchie Publishing & the University of St Andrews, 2013.

Manley, Delarivier. A True Narrative of what pass’ at the Examination of the Marquis De Guiscard, at the Cock-Pit, the 8th of March, 1710/11. London : John Morphew, 1711.

Prior, Matthew. « To the Right Honourable Mr. Harley, Wounded by Guiscard ». London, 1711.

Swift, Jonathan. The Correspondence of Jonathan Swift, D. D. Ed. David Woolley. 5 vols. Frankfurt am Main : Peter Lang, 1999-2014.

Swift, Jonathan. Journal to Stella : Letters to Esther Johnson and Rebecca Dingley 1711-1713. Ed. Abigail Williams. The Cambridge Edition of the Works of Jonathan Swift Series, vol. 9. Cambridge : Cambridge University Press, 2013.

Swift, Jonathan & Arthur Mainwaring. Swift vs. Mainwaring : the Examiner and the Medley. Ed. Frank H. Ellis. Oxford : Clarendon Press, 1985.

Tutchin, John & George Ridpath, eds. The Observator. London, 1702-1712.

Sources secondaires

Alliker Rabb, Melinda. ‘The Manl(e)y Style : Delariviere Manley and Jonathan Swift’. Pope, Swift, and Women Writers. Ed. Donald C. Mell. London : Associated University Presses, 1996. 125-53.

Bély, Lucien. Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV. Paris : Fayard, 1990.

Bryan, Michael, A Biographical and Critical Dictionary of Painters and Engravers. London : J. Booker ; and Whittingham and Arliss, 1816.

Carnell, Rachel. A Political Biography of Delarivier Manley. Gen. ed. J. A. Downie. London : Pickering & Chatto, 2008.

Cox, Montagu H. & Topham G. Forrest, eds. « The Cockpit Lodgings » Survey of London : Volume 14, St Margaret, Westminster, Part III : Whitehall II. London : London County Council, 1931. 46-55. British History Online. Date d’accès 8 mai 2021. http://www.british-history.ac.uk/survey-london/vol14/pt3/pp46-55.

Downie, J. A. Robert Harley and the Press : Propaganda and Public Opinion in the Age of Swift and Defoe. Cambridge : Cambridge UP, 1979.

Ehrenpreis, Irvin. Swift : The Man, His Works, and the Age. vol. II. London : Methuen, 1967.

Fabricant, Carole. ‘The Shared World of Manley and Swift’. Pope, Swift, and Women Writers. Dir. Donald C. Mell. London : Associated UP, 1996. 154-78.

George, M. Dorothy. English Political Caricature to 1792 : A Study of Opinion and Propaganda. Oxford : Clarendon Press, 1959.

Hayton, David. « Robert Harley’s ‘Middle Way’ : The Puritan Heritage in Augustan Politics ». The British Library Journal 15 : 2 (1989) : 158-72.

Herman, Ruth. The Business of a Woman : The Political Writings of Delarivier Manley, 1667 ?-1724. Thèse de doctorat. London, Open University, 2000.

Holmes, Geoffrey. The Great Ministry. Ella Holmes : Institute of Historical Research Library deposit for private circulation, 2005.

Hyland, P. B. J. « Liberty and Libel : Government and the Press During the Succession Crisis in Britain, 1712-1716 ». The English Historical Review 101 : 401 (1986) : 863-88.

Jones, Peter. « Antoine de Guiscard, ‘Abbé de la Bourlie’, ‘Marquis de Guiscard’» British Library Journal 8: 1 (1982): 94-113.

Leppert, Richard. Music and Image : Domesticity, Ideology and Socio-cultural Formation in Eighteenth-Century England. Cambridge : Cambridge UP, 1988.

McDowell, Paula. The Women of Grub Street : Press, Politics, and Gender in the London Literary Marketplace, 1678-1730. Oxford : Clarendon Press, 1998.

McInnes, Angus. « The Political Ideas of Robert Harley ». History 50 : 170 (1965) : 309-22.

Rogers, Pat. « October Club (act. 1711–1714) ». Oxford Dictionary of National Biography. 21 mai 2009. Oxford University Press. Consulté 15 mai 2021. https://doi-org.rproxy.sc.univ-paris-diderot.fr/10.1093/ref :odnb/95203

Williams, Abigail. « The difficulties of Swift’s Journal to Stella ». The Review of English Studies 62 :257 (2011) : 758-76.

Haut de page

Notes

1 L’auteur tient à remercier les éditeurs du numéro et les membres du comité d’expertise pour leur suivi, ainsi que Reetika Revathy Subramanian pour son appui logistique. La citation utilisée dans le titre, « I Have a dreadful Story to tell you », est extraite de The Observator 20 (7-10 mars 1711).

2 Hoffman reste une figure élusive : probablement d’origine allemande et en activité entre 1710-1736 (Bryan, II, 695), sa connivence avec Harley est attestée dans la correspondance privée de ce dernier (Portland Papers, V, 94-95). Il est à noter que le prix de la gravure (6 d.) et sa qualité d’impression et de détail en font un objet relativement précieux, plus susceptible d’être distribué comme faveur dans des clubs tory ou en célébration du retour d’Harley au Parlement, qu’un support propagandaire destiné au grand public.

3 Observator 20 (10 mars) et Evening Post 246 (10 mars).

4 Dès le 9 mars, la nouvelle de l’attaque est reprise dans le Daily Courant 2928 et le British Mercury 150, puis exploitée entre le 17 mars et le 9 avril par des journaux tory (Examiner, Post-Boy, British Apollo, Supplement) et whig (Medley et Observator) : Examiner 33, 34 et 35 (15, 22 et 29 mars) ; Post-Boy 2472, 2476 et 2486 (17, 27 mars et 19 avril) ; British Apollo 151, 152 (12, 14 mars) ; Supplement 492 et 505 (9 mars et 9 avril) ; Medley 25, 26 et 27 (19, 26 mars et 2 avril) ; Observator 22, 23 et 26 (17, 21 et 31 mars). À cela s’ajoute les publications de Defoe (17 mars), Prior (4-10 avril), Manley (13 avril) et les deux gravures d’Hoffman (datées respectivement avril et mai 1711) étudiées dans cet article, ainsi que d’autres courtes publications mineures telles que A satyr on the stabbing of the Right Honourable Robert Harley (London : John Morphew, 1711), An elegy on the death of M. de Guiscard (London : John Morphew, 1711), The poet Horace turn’d prophet (London : John Morphew, 1711). Si ces trois dernières publications anonymes et impossibles à dater précisément ne peuvent être rattachées directement au mécénat de Harley, elles s’inscrivent elles aussi dans la masse de commentaire pro-ministériel entourant l’affaire, reprenant des arguments développés par Swift, Prior et Manley et attestant du retentissement et de la longévité médiatique de l’évènement.

5 Downie analyse ce changement de direction comme le résultat de la distance crée entre Harley et Swift suite aux propos de l’Examiner 33, mais aussi comme une preuve d’autorité de la part de Harley face à St John (137-38). La dernière contribution de Swift, le 14 juin 1711, sera écrite en collaboration avec Manley.

6 D’une valeur de ½ penny par demi-page imprimée et accompagnée d’un coup supplémentaire en cas de notices publicitaires, la taxe ciblait tout particulièrement la presse et les formats très courts (caractéristiques des brulots politiques assemblés à la hâte pour capitaliser sur la controverse du moment) qui, vendus à bas prix, virent leur coût de production augmenter de manière dramatique sans nécessairement pouvoir le répercuter sur leur prix de vente.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1: Francis Hoffman, Untitled [Masquarading Devil] (London: printed by Edward Lewis, 1711)
Légende Eau forte (372x152mm)
Crédits © The Trustees of the British Museum. Shared under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0) licence. Except where otherwise noted, content within this article/journal is licensed under a CC BY-NC-ND 3.0 license.
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/10283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre Fig. 2: Francis Hoffman, The Principal Persons and Transactions of the Houses of Commons (London, 1711)
Légende Eau forte (353x255mm)
Crédits © The Trustees of the British Museum. Shared under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0) licence. Except where otherwise noted, content within this article/journal is licensed under a CC BY-NC-ND 3.0 license.
URL http://journals.openedition.org/1718/docannexe/image/10283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Monter, « « I have a dreadful story to tell you » : stratégies informatives et narratives pro-ministérielles dans l’affaire Guiscard »XVII-XVIII [En ligne], 79 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/1718/10283 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.10283

Haut de page

Auteur

Alice Monter

Alice Monter est ATER à l’Université de Lorraine. Ses recherches portent sur l’intersection entre littérature et politique, ainsi que sur les questions d’influences et de sociabilités, sous le règne d’Anne Stuart. Elle s’intéresse également aux processus d’expérimentations génériques et textuels, et de production et dissémination des textes, dans la période. Sa thèse en cotutelle (soutenue en juin 2021 et effectuée entre l’Université de Paris et University of Liverpool, sous la direction de MM. Frédéric Ogée et Gregory Lynall) est intitulée In Defence of the Ministry: Factionalism and Pro-Ministerial Propaganda under Robert Harley, 1710-1715.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search