Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Notes de lectureAnny Crunelle vanrigh et Yann Gar...

Notes de lecture

Anny Crunelle vanrigh et Yann Garcette, La Duchesse d’Amalfi. Une femme en pièce(s)

Nanterre : Presses Universitaires de Nanterre, 2020. 224 pp. ISBN 978-2-84016-377-0
Chantal Schutz
Référence(s) :

CRUNELLE VANRIGH, ANNY et YANN GARCETTE. La Duchesse d’Amalfi. Une femme en pièce(s). Nanterre : Presses Universitaires de Nanterre, 2020. 224 pp. ISBN 978-2-84016-377-0

Texte intégral

1Paru en 2020 dans le cadre de la préparation à l’agrégation, l’ouvrage co-écrit par Anny Crunelle Vanrigh et Yann Garcette consacré à La Duchesse d’Amalfi (PU Nanterre), sous-titré « Une femme en pièce(s)/A woman in parts » demeure d’un grand intérêt même en dehors du contexte des concours, de par son approche originale, qui prend pour centre de gravité le corps féminin dans tous ses états, vivant ou mort, démembré comme l’indique le titre, ou fétichisé comme en attestent les différents chapitres.

2L’avant-propos replace utilement la pièce dans le contexte plus large du tournant vers le théâtre de la cruauté et de l’émergence de l’esthétique macabre qu’elle est venue à incarner, aux côtés du Titus Andronicus de Shakespeare. Suit un premier chapitre qui positionne la pièce par rapport au modèle tragique et ses multiples ingrédients (erreurs, reversements, anagnorèse, catharsis). On y appréciera particulièrement la référence à Walter Benjamin et ses travaux sur le Trauerspiel allemand, mais aussi l’analyse de l’erreur tragique – notamment celle de la duchesse, qui estime que le conflit qu’elle met en branle ne suscitera que la pitié et non la terreur.  Si le chapitre rappelle le goût prononcé de Webster pour le métathéâtre, dans le sillage de Shakespeare et de ses contemporains, il convoque Foucault pour une analyse des anagnorèses vécues par différents personnages : mettant en regard le théâtre tragique des exécutions capitales et la fin de la duchesse, il révèle à quel point le stoïcisme de la protagoniste « prive Ferdinand de la part d’affrontement qui signe la victoire du souverain » dans les exécutions capitales publiques (33). Une section sur la catharsis permet d’éclairer les raisons pour lesquelles la pièce complique l’expérience du spectateur par l’ajout d’un cinquième acte « qui met une distance grandissante entre lui et le spectacle ». Pour les auteurs, le déséquilibre instauré par ce cinquième acte « bâtard » est à la fois une négation du retour à l’ordre typique de la tragédie et une affirmation de la nature baroque de l’œuvre, thème que l’on retrouvera décliné dans plusieurs des chapitres de l’ouvrage.

3Le chapitre suivant, consacré au « corps macabre », explore en détail la façon dont le goût baroque du macabre se nourrit des inquiétudes eschatologiques issues des calamités du Moyen-Âge (peste, guerre de Cent Ans) et plus récents (réforme et guerres de religion). Il montre la manière dont cette inquiétude informe la Duchesse, en particulier à travers le sentiment de la précarité des corps et de la véritable danse macabre que met en scène Webster, faisant de la pièce tout entière une forme d’Ars Moriendi.

4Cette analyse du rite mortuaire se prolonge avec un chapitre consacré au « corps-tombeau » qui commence en établissant que le « sépulcre a dans le discours webstérien la place qu’occupe le théâtre dans le corpus shakespearien », et qui trace un parallèle éclairant entre la pièce et « A Monumental Column », l’hommage rendu par Webster en forme de tombeau poétique au prince Henry, mort en en décembre 1612. Les auteurs voient ainsi dans la pièce non seulement un monument à la duchesse mais peut-être même une instrumentalisation de celle-ci au service de la propre renommée du dramaturge.

5Continuant les variations sur la nature du texte dramatique, l’ouvrage propose comme nouvel éclairage une lecture de la Duchesse comme théâtre d’anatomie, qui convoque à la fois la figure de l’écorché, à l’instar de celles qui sont dévoilées par les chirurgiens au Barber Surgeon’s Hall, et l’acte d’autopsie, qui permet à la fois d’examiner les cadavres et de voir de ses propres yeux. Les auteurs mettent ainsi en lumière l’intérêt de Webster pour la science nouvelle qui permet d’explorer les corps, et proposent une clef de lecture de l’œuvre comme affrontement entre l’ancienne théorie des humeurs de Galien, incarnée par les Aragonais, et la nouvelle chirurgie incarnée (au sens propre) par la duchesse.

6Un chapitre en anglais offre ensuite une lecture rapprochée d’un fragment de l’acte 2 scène 1, que l’on pourrait nommer « la tentation par les abricots ». Explorant l’intertexte biblique entre la tentation d’Eve et l’annonce faite à Marie, les auteurs voient dans la scène une charge anti-catholique aux relents scatologiques, voire une parodie de l’Eucharistie. Les analyses mettent en jeu tant la polysémie des termes que celle des corps, notamment celui de la duchesse dont l’intimité ne pourrait être dévoilée sur scène sans révéler le corps de l’adolescent qui en joue le rôle.

7Les chapitres suivants explorent respectivement la thématique de l’inceste, non-dit qui sous-tend les rapports entre la duchesse et ses frères, et celle du regard, mis en abyme à travers les multiples scènes d’observation ou d’espionnage qui rythment la pièce. L’exploration de l’ambiguïté morale du regard ouvre la porte à une révélation du voyeurisme du spectateur, mais aussi à une lecture religieuse de la pièce, où Bosola endosserait une sorte de rôle de guide spirituel. L’ambivalence de Bosola est d’ailleurs convoquée dans le chapitre suivant, au titre humoristique : « ‘Through a glass darkly’: a (Catholic) nightmare before Christmas (Focus on 2.3.1-76) ». Cette scène nocturne, qui pourrait sembler très artificielle, engage deux personnages qui restent sur leur garde sans échapper à l’échange d’insultes mais pour aboutir à un saignement de nez qui vient se substituer au duel attendu. Dans cette scène onirique, aux frontières du style gothique, on peut encore lire un sous-texte anti-catholique mettant en jeu une inversion de la Nativité - que ce soit par les sous-entendus suggérant une naissance monstrueuse, ou le lien entre obscurité de la scène et obscurantisme des papistes.

8Le dernier chapitre reprend un article publié antérieurement dans Sillages Critiques, qui replace la pièce dans le contexte de la Querelle des Femmes, pour arriver à la conclusion que Webster n’y prend pas parti mais saisit en fait l’opportunité du format dramatique pour développer une réflexion sur le principe même de la querelle, qui ouvre au public la possibilité toujours renouvelée d’interprétations intimement liées aux conditions de réception de la pièce.

9Riche d’une abondante bibliographie, comportant des chapitres écrits aussi bien en anglais qu’en français, l’ouvrage est d’un abord commode, permettant une lecture centrée sur une problématique donnée (regard, inceste, anti-catholicisme etc) ou au contraire une approche holistique donnant une vision très complète de la pièce et de ses riches réverbérations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Schutz, « Anny Crunelle vanrigh et Yann Garcette, La Duchesse d’Amalfi. Une femme en pièce(s) »XVII-XVIII [En ligne], 79 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 06 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/1718/11105 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.11105

Haut de page

Auteur

Chantal Schutz

Ecole Polytechnique

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search