Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Notes de lectureRobert Greene, L’Art de l’arnaque...

Notes de lecture

Robert GreeneL’Art de l’arnaque, découvertes considérables / A Notable Discovery of Cozenage (1591), traduction et édition critique de Pascale Drouet

Paris : Classiques Garnier, 2022. 161 pp. ISBN broché: 978-2-406-13042-0
Claire Labarbe
Référence(s) :

GREENEROBERT. L’Art de l’arnaque, découvertes considérables / A Notable Discovery of Cozenage (1591), traduction et édition critique de Pascale Drouet. Paris : Classiques Garnier, 2022. 161 pp. ISBN broché: 978-2-406-13042-0

Texte intégral

1Professeur en littérature britannique des 16e et 17e siècles à l’Université de Poitiers et membre du CESCM – UMR 7302, Pascale Drouet a publié de nombreux articles et plusieurs monographies sur le théâtre de Shakespeare et de ses contemporains et sur les figures de la pauvreté à la Renaissance (Shakespeare and the Denial of Territory: Banishment, Abuse of Power and Strategies of Resistance, Manchester UP, 2021; De la Filouterie dans l'Angleterre de la Renaissance. Études sur Shakespeare et ses contemporains, Presses Universitaires du Mirail, 2013 et Le Vagabond dans l’Angleterre de Shakespeare, ou l’art de contrefaire à la ville et à la scène, L’Harmattan, 2003). En France, Pascale Drouet est l'une des seules spécialistes de ce champ d'études à la croisée de l'histoire sociale, de l'histoire littéraire et de l'histoire urbaine, ses travaux sur l'exclusion et les marges sociales en Angleterre pendant la période pré-moderne s'inscrivant dans la lignée de ceux de Marie-Thérèse Jones Davies en France et se rapprochant entre autres de ceux de Sandra Clark ou B. J. Sokol (Shakespeare and Tolerance, Cambridge UP, 2008) outre-Manche. Pascale Drouet a traduit des pièces de théâtre de la période (dont Francis Beaumont et John Fletcher, Philastre ou l'amour ensanglanté, Centre d'études supérieures de la Renaissance, 2020) et des dramaturges et poètes contemporains (Howard Barker, David Greig, Galway Kinnell). Avec cette traduction française d'un pamphlet de Robert Greene intitulé A Notable Discovery of Cozenage (1591), présentée dans cette édition en face du texte anglais, Pascale Drouet montre encore une fois combien la littérature de la première modernité peut avoir de sens au présent. L'ouvrage met en évidence la dimension historique de représentations qui, si elles relèvent du domaine de la fiction, n'en posent pas moins la question de la survie matérielle des uns et des autres dans un monde d'inégalités toujours plus grandes.

  • 1 La traductrice aurait pu citer le plus tardif A New Dictionary of the Terms Ancient and Modern of t (...)

2Comme recueil d'histoires plaisantes de la pègre et des bas-fonds, L'Art de l'arnaque pratique une forme de proto-réalisme social en partie recyclé et canonisé dans l'imaginaire pittoresque des romans et anthologies du 19e siècle. Et comme lexique présumé de la « canting crew »1, ce qu'il est aussi, l'ouvrage de Robert Greene s'inscrit dans la continuité plus discrète de la réflexion humaniste sur le rapport de la langue au monde. La rhétorique du mystère dont l'auteur et les arnaqueurs qu'il décrit ont tout l'art (« If you marvel at these mysteries and quaint words ... », 95) constitue en effet un point de rencontre entre la fascination contemporaine pour les écritures secrètes, codées ou sacrées (hiéroglyphes, brachigraphie ...) et la sagesse proverbiale, proche de la parole oraculaire dans sa pratique du multum in parvo.

  • 2 A Notable Discouery of coosenage. Now daily practised by sundry lewd persons, called Connie-catcher (...)

3La traduction de Pascale Drouet est faite à partir d'une édition modernisée du texte de Greene par A.V. Judges (1930), elle-même réalisée à partir de la première version imprimée à Londres par John Wolf pour Thomas Nelson en 1591. L'exemplaire de cette impression conservé à la Huntington Library (STC (2nd ed.), 12279.4) est un quarto de moins de cent pages ([4], 8, [8] feuilles : ill. ; 4°) et contient comme l'indique le titre complet2 trois sujets : l'art d'attraper les connils (the art of cony-catching), l'art de damer le pion (the art of crossbiting) et l'arnaque des revendeurs de charbon (the cozenage of colliers).

4Dans L'art d'attraper les connils, où il est question de triche aux cartes, l'appât du gain est décrit comme une motivation commune aux arnaqueurs et aux arnaqués. Le connil est d'abord piégé par le charme d'un lucky coin placé sur son chemin par l'attrape-connil qui en exigera le partage sous prétexte de ne pas contrarier la fortune (for quis nisi mentis inops oblatum respuit aurum?, 73). Le récit pose ainsi d'emblée la question de ce qu'est la chance, au jeu, et dans la vie (79), et la réponse implicite contredit l'alibi moral de mise en garde rendu moins crédible par sa réitération constante. La chance, c'est de ne pas se faire piéger lorsqu'on est pigeon, et de ne pas se faire pincer lorsqu'on est filou, et « ces fripouilles sont si veinardes » qu'on aurait plutôt tendance à croire à une faveur qu'à une défaveur des dieux envers elles (the knaves are so favoured, 86). Mais si la fortune inspire la fiction, l'arnaque, elle, ne s'en remet pas au hasard.

5Dans L'Art d'attraper les connils, la consommation d'alcool est décrite comme l'un des principaux ressorts de l'entourloupe. À la fois comme appât (allons boire cette pièce de monnaie ensemble), comme moyen d'établir diverses formes de dettes et d'attaches (je vous dois, vous me devez un verre) et enfin par les effets produits par la boisson, car une fois mise en état d'ébriété, la proie sera plus facilement piégée. L'étau se resserre de verre en verre (« we'll drink a pint », 75; « a fresh pint, saith the verser », 79; « alors l'embobineur tire les cartes et les trois valets sortent à la suite. Il le refait une ou deux fois. Le connil s'en émerveille et lui propose une pinte de vin s'il lui apprend le tour », 80). Dans L’Art de damer le pion, ce sont les appas des femmes qui servent d'appâts, et la boisson toujours, l'un dans l'autre menant à la ruine certaine de la victime. Greene, le plus bluffeur de tous, trouve encore ici l'occasion de frimer avec une citation latine, Venus in vinis, ignis in igne fuit !, formule tirée de L'Art d'aimer d'Ovide que Pascale Drouet complète et traduit en note : « Défie-toi de la clarté trompeuse des flambeaux : pour juger de la beauté, la nuit et le vin sont de mauvais conseillers » (121).

6Par trop grande modestie peut-être, Pascale Drouet parle plus du travail de Greene que du sien, le talent du traducteur se mesurant en effet à sa discrétion, tandis que Greene brille par les jeux de narration auquel il se livre constamment, faisant de sa personne une persona à part entière de la fiction. Greene prépare ainsi sa postérité et la suite de pamphlets qui paraîtront sous son nom après sa mort l'année suivante, à l'âge précoce de 34 ans, cet ouvrage s'inscrivant dans la continuité d'une série d'opuscules dans lesquels l'auteur prétend se repentir de ses folies de jeunesse dans l'espoir de se racheter (15). Cette vie passée n'en fournit pas moins la matière du récit, et Pascale Drouet, en traduisant la verve du narrateur et la faconde des personnages avec justesse et légèreté, transporte le lecteur francophone dans l'imaginaire truculent de Robert Greene :

Cinq trimardeuses, jolies quoique de vulgaires dévergondées, attendaient de pied ferme non loin d'une taverne. ... ‘Voici un bonnard, dit-elle, que je sois pendue si je ne l'embobine pas. Monsieur, bien le bonsoir, lança-t-elle, eh bien, votre générosité irait-elle jusqu'à offrir une pinte de vin à trois sympathiques jeunes femmes qui ont le gosier sec ?’ ‘Sur ma foi, belle dame, répondit-il, je n'ai jamais été pingre pour si peu.’ Sur ce, il en prend une par la main, et les emmène toutes trois dans la taverne. Là, il les régala, leur offrit de l'Hypocras, buvant allègrement jusqu'à ce que l'addition se montât à un noble, de sorte que les trois trimardeuses, faisant ribote en l'honneur du gentilhomme, le rendirent pompette (121).

  • 3 Pascale Drouet, « Translating Rhythm for the Stage: Indeterminate Punctuation and the Intimate Voic (...)
  • 4 Pascale Drouet, « Le jargon des colporteurs : de la langue secrète à la représentation pittoresque (...)

7La réflexion théorique menée ailleurs par Pascale Drouet sur sa pratique de la traduction théâtrale3 aurait pu donner lieu à quelques éléments supplémentaires d'introduction sur les difficultés et joies afférentes à la traduction des formes orales, populaires ou régionales d'une langue, et notamment de l'argot, ou du moins faire l'objet d'une référence à ses propres travaux aux pages 28-29.4

  • 5 Dans sa note introductive à sa traduction du Paris insolite de Jean-Paul Clébert (Paris Vagabond, N (...)

8En plus de rendre la lecture de l'ouvrage facile et accessible, le choix de Pascale Drouet de transposer la langue de Greene dans une langue française moderne a le mérite de reconnaître plutôt que de (tenter en vain de) masquer la distance nécessairement prise dans toute traduction. Le choix semble d'autant plus judicieux qu'il souligne par analogie l'écart entre la description littéraire et le monde urbain dont l'auteur (ou son narrateur) prétendent donner une représentation fidèle. La langue de la traduction de Pascale Drouet, faite à partir d'une édition modernisée de 1930, tient sans doute quelque chose de cette époque-là, et pourrait être décrite simultanément comme moderne et datée, même si la traductrice a aussi recours à un vocabulaire assez intemporel. À titre d'exemple, le « jobard » (109) est un terme du 19e siècle dont l'étymologie remonte au 16e (joubard, 1571 ; du moy. franç. jobe (1547, Du Fail) « niais », Le Grand Robert de la langue française)5. Ce n'est donc pas tant la langue de la traductrice mais la toponymie qui nous transporte dans le Londres de la fin du 16e siècle.

  • 6 L'intemporalité des tactiques décrites pourrait évoquer l'intemporalité du jargon qu'Alice Becker-H (...)

9À l'inverse, la (relative) actualité de la langue choisie par la traductrice rapproche le monde décrit du nôtre, certains des tours décrits par Robert Greene (on pense notamment à la pièce de monnaie sur le trottoir) étant encore pratiqués aujourd'hui dans les rues de Paris et d'ailleurs.6 On touche ici au paradoxe de ces entourloupes qui sont toujours les mêmes et marchent toujours. Cette survivance sape d'ailleurs la tentative de Greene de légitimer son ouvrage en affirmant qu'une fois révélée, une arnaque ne peut se reproduire. L'auteur montre du reste lui-même des cas où les arnaqués se font arnaquer au moment même où ils sentent voire détectent l'arnaque.

10Tout en montrant la manière dont Greene s'inscrit (comme Thomas Dekker après lui) dans la tradition des « conny-catching pamphlets » du 16e siècle illustrée par des auteurs comme Robert Copland, Gilbert Walker, John Awdeley et Thomas Harman, la traductrice souligne l'originalité de Greene. Ce dernier est, nous apprend-elle, l'inventeur de l'association métaphorique anglaise entre le connil (lapin) et la dupe (22), illustrée dans la gravure sur bois de la page de titre originale reproduite dans l'édition traduite. Pascale Drouet prête attention aux moindres détails de la langue, notamment aux diverses formes d'ambiguïté sémantique que le lexique du jeu recèle. Tout comme dans le jeu de « pigeon pigeon » (le pigeon français étant l'équivalent du lapin anglais), le jeu de « decoy » annonce la triche qui s'y fera (decoy signifie également « leurre » ou « appeau »). Quant au mot « knave » (valet), il peut aussi vouloir dire fripouille, et le nom de la carte à jouer suffit donc à créer un effet d'ironie dramatique.

  • 7 Greene fait d'ailleurs plus loin la publicité de la suite qu'il donnera à ce pamphlet, comme sous l (...)
  • 8 La Vie Généreuse des Mercelots, Gueux et Bohémiens de Pechon de Ruby (Lyon, 1596) dont la traductri (...)

11En annexe à L'Art d'attraper les connils, Robert Greene fournit un lexique supposément utile dont il fait l'annonce dans le corps du texte le précédant, tel un libraire faisant la réclame de livres à paraître à son enseigne (95).7 Ce « récapitulatif des termes d'art qu'ils utilisent pour mettre en œuvre leurs vils méfaits » (100-107) illustre la manière dont Greene cherche à établir l'autorité pratique de son ouvrage.8 Dans le même temps, le lexique souligne peut-être l'ironie à laquelle je reviendrai ci-après d'une mise en garde contre les arnaqueurs prenant la forme d'un (pseudo ?) ouvrage de référence à leur usage, la raison alléguée du mensonge détecté ne semblant guère convaincante :

Si ces mystères et ces mots étranges suscitent votre étonnement, considérez que si le charpentier utilise de nombreux termes qui sont courants pour ses apprentis mais incompréhensibles pour les autres, il en va de même pour les attrape-connils. Or une fois qu'une appellation mensongère est détectée, elle ne peut plus jamais produire l'effet désiré. C'est la raison pour laquelle je vais vous informer de la signification de ces termes dans un récapitulatif; vous le trouverez un peu plus loin, en temps voulu (95).

12La langue secrète des filous, comparée ici au vocabulaire technique des artisans, n'est pas la seule source de polyglossie dans le pamphlet de Greene, où la rhétorique du narrateur se mêle au charabia singulier d'une diversité de types urbains. L'anecdote du Gallois contée par Greene met ainsi en dialogue deux langues également incompréhensibles, celle de l'étranger et celle des attrape-connils :

[...] un Gallois qui, étant un parfait étranger à Londres et, en outre, connaissant mal la langue anglaise, se retrouva par hasard parmi certains attrape-connils, lesquels repérant que le gentilhomme avait de l'argent, le manipulèrent si bien qu'à l'aide de signes et de baragouinage ils en firent un connil [...]. L'homme finit par les flairer et dégaina sa dague à Ludgate [...], prêt à en pourfendre un pour récupérer son argent. Les badauds l'en empêchèrent, surtout parce qu'ils ne parvenaient pas à comprendre ce qu'ils disait, bien qu'il eût une carte dans une main et sa dague de l'autre et qu'il répétât, du mieux qu'il pouvait: ‘une carte, une carte, mon Dieu.’ (89)

  • 9 Sur ce sujet de la « polyglossie » de la langue littéraire anglaise de la période, voir notamment l (...)

13De manière à traduire l'intrinsèque étrangeté de la langue du Gallois, Robert Greene a recours en anglais à la locution française mon Dieu, ce que la traductrice note sans pourtant souligner l'intérêt de cette transposition. La justesse de Greene ne serait-elle pas due à ses subtiles infidélités au monde décrit ? Et la traductrice aurait-elle à son tour pu prendre plus de liberté dans sa traduction de ce mon Dieu et de l'effet satirique créé par l'intrusion du français dans la bouche du Gallois ?9

  • 10 Voir par exemple l'un des titres de Greene imprimé l'année précédente, Greenes Farewell to Folly Se (...)

14Pascale Drouet a l'art de trouver le mot juste (as if butter would not melt in their mouths traduit comme « de sorte qu'on leur donnerait le bon Dieu sans confession », 67-67) et sait transposer ce qui doit l'être tout en maintenant la géographie d'un Londres cartographié par Greene comme il pourrait l'être aujourd'hui dans un A to Z. L'Art de l'arnaque illustre en effet la volonté contemporaine de contenir le trop à savoir (Ann Blair) dans des inventaires de tours et types à rapprocher des formats de diffusion de la rhétorique humaniste et de savoirs de toutes sortes (recueils de lieux communs, books of secrets...) s'inspirant eux-mêmes des artes memoriae de l'antiquité. Comme le suggère le format de ces petits livres (pamphlets en anglais), le public visé est néanmoins plus large que celui de l'élite prétendûment visée dans les titres10: L'Art de l'arnaque s'inscrit aussi bien dans la lignée des chapbooks et des jestbooks, note la traductrice (note 52, 25). Tout à la fois sociologue se livrant à des études de terrain, correcteur de mœurs (du moins pour la forme) et humoriste, Greene rend compte de ses rencontres urbaines sur le mode de l'anecdote (« As I went down Turnmill Street the other day », 94), de la fable (« Near to St. Edmundsbury in Suffolk there dwelt an honest man, a shoemaker ... », 91) ou de la blague (« I remember a merry jest done of late to a Welshman who, being a mere stranger to London... », 89).

15La tradition du caveat du seizième siècle se poursuit au dix-septième siècle dans des titres tels que The Art of Living in London de Henry Peacham (1642), ces divers « Arts » se présentant comme des guides qui permettront au lecteur d'éviter les mille pièges de la ville. Mais l'inventaire est aussi une fin en soi, et l'attention portée à la diversité physionomique et sociale des personnages rencontrés fait également du pamphlet de Greene un précurseur des livres de caractères dont la diffusion marque l'imaginaire imprimé londonien du 17e siècle.

16Dans La Défense de l'art d'attraper les connils imprimée en 1592 à la suite de L'Arnaque, l'auteur fictif Cuthbert le Conny Catcher, reprochant à Greene de ne s'en prendre qu'aux faibles, « met en cause non seulement les hommes de loi, mais aussi les aubergistes, les meuniers, les bouchers, les tisserands, les teinturiers, les marchands drapiers, sans oublier les chasseurs de dots » (24), associant tous les métiers à diverses formes d'arnaque. Dans L'Art d'attraper les connils, Greene s'intéresse autant à la description des arnaqués qu'à celle des arnaqueurs :

Les attrape-connils, vêtus comme des gentilshommes civils et honorables, ou comme d'honnêtes hommes, arborent un visage affable, de sorte qu'on leur donnerait le bon Dieu sans confession mais ces compagnons arnaqueurs sont embusqués à l'affût d'une proie dans Paul's Street, Fleet Street, Holborn, le Strand et d'autres lieux communément fréquentés, là où, après le déjeuner, les clients qui sortent de Westminster Hall prennent le temps de se promener. Dès qu'ils repèrent un gars de la campagne profonde ... (66-67).

17Les arnaqueurs doivent être physionomistes et capables de juger un homme à son apparence. « The nature of the setter is to draw any person familiarly to drink with him, which person they call the cony, and their method is according to the man they aim at » (66), annonce l'auteur dans la seconde phrase du pamphlet, avant de détailler la manière dont les arnaqueurs doivent choisir leurs proies (identifier les proies qui ont de l'argent, proies plus ou moins faciles selon qu'elles viennent des villes ou des campagnes) et de préciser où et quand les guetter. Si le poisson ne mord pas au premier appât, la lecture de son caractère pourra au besoin être affinée (« S'ils remarquent que le campagnard est d'une nature avide et cupide, ils recourent à une autre stratégie pour l'attirer dans leur filet », 73).

  • 11 « MacDonald va jusqu'à dire qu'en parallèle du ‘sermonneur aussi respectable que guindé’, nous ente (...)

18Arnaqueurs et arnaqués, chacun doit s'en sortir dans la ville, et de l'art de la prudence à la tactique du bluff, chaque classe a ses ruses. Les attrape-connils sont des maîtres de la mise en scène : en demandant au connil toute son attention (« Regardez donc »), l'embobineur détourne en vérité son attention. La dextérité des arnaqueurs (« their handy thrift », 71) est partout décrite comme admirable, autant que condamnable, et leur pratique de la logique et de la rhétorique est aussi impeccable qu'imparable : « Vous voyez, Gentilshommes, quels remarquables logiciens sont ces attrape-connils, si habiles à persuader par la rhétorique qu'ils conduisent les pauvres campagnards à leur perte ... » (75). Pascale Drouet aurait me semble-t-il pu se risquer à pousser plus loin la « bifurcation de perspective » suggérée par Kinney et à tirer la conclusion vers laquelle MacDonald semble nous guider dans le passage qu'elle cite.11 Au-delà de la dichotomie entre morale et divertissement (qui n'en est d'ailleurs pas une, car l'on peut bien plaire et instruire, et joindre l'utile à l'agréable), le recueil de Robert Greene ne pourrait-il pas être lu comme étant aussi et autant destiné aux arnaqueurs qu'aux arnaqués ? De la mise en garde (beware the pickpockets) à la curiosité (comprendre, explorer, dévoiler), il n'y a qu'un pas à l'apologie (faire des émules). En invoquant le concept moralement protéen de la chance, la description de l'art des tricheurs devient l'occasion d'une réflexion subversive sur la loi.

19Le point de vue narratif est plus qu'ambigu : le discours moral semble constamment dépassé par une réalité qu'il semble chercher en vain à contenir. Et la comparaison répétée entre « la loi ... dont disposent les hommes justes » et « la loi des attrape-connils » souligne l'interchangeabilité pratique de ces deux types de loi plutôt qu'elle ne contribue à les distinguer. À ce titre, la note 29 p. 99 mériterait d'être plus explicite concernant l'ironie latente créée par l'insertion des deux premiers mots de l'adage cicéronien summum jus, summa injuria (droit extrême, suprême injustice) : « que tous les officiers, au cas où de tels arnarqueurs atterriraient dans leur périmètre, n'hésitent pas à recourir à leur encontre au summum jus, car leurs méfaits appartiennent à la plus vile des catégories. » La narration se double constamment d'un contre-discours contestant imperceptiblement la morale apparente, suggérant ici que la justice est parfois la plus injuste.

20Dans sa traduction, Pascale Drouet crée un effet de mise en abyme particulièrement habile, et dont elle ne semble pas avoir entièrement conscience, où L'Art de l'arnaque devient sans ironie « un manuel respectable » à l'usage des arnaqueurs :

Leurs pratiques, j'en ai fait la découverte et les ai expliquées à mon humble niveau, sans oublier les infâmes tours de passe-passe auxquels ils recourent pour piéger les hommes simples. Et pourtant, ils ont des capes pour se protéger des intempéries et des zones d'ombre pour dissimuler leurs méfaits, ceux-là mêmes auxquels ils donnent le nom d'art ou de loi, comme l'art d'attraper les connils ou la loi des attrape-connils. D'où la chose suivante : alors que la loi, quand ce mot est considéré dans son sens plein, signifie l'ordonnance dont disposent les hommes justes, au service du bien public, pour réprimer tout mode de vie procédant du vice, ces attrape-connils mettent ce mot sens dessus dessous en donnant à divers roublardises, aussi déloyales qu'ignobles, un intitulé honnête et pieux, leur conférant ainsi le nom de loi, parce qu'en suivant une multitude de règles odieuses, comme on le ferait avec un manuel respectable (as it were in good learning), ils s'adonnent à leurs méfaits, œuvrant ainsi à la ruine de toutes sortes d'honnêtes gens (93-95).

  • 12 C'est d'ailleurs bien ce terme d'(in)utilité qui paraît dans la traduction de Pascale Drouet : « S' (...)
  • 13 « Le rabatteur passait pour un homme habile en toutes choses : à force de labeur, et sans aucun liv (...)
  • 14 « Considérez donc, aimables lecteurs, ce type d'arnaque dont usent les allègeurs, qui consiste à fa (...)

21La manière dont Greene décrit les techniques des plume-pigeons par le menu et dans leurs moindres détails ne peut que nous faire nous demander à qui donc toutes ces informations peuvent bien être utiles, si ce n'est à des aigrefins en puissance.12 L'Art de l'arnaque ne serait-il pas justement le « livre d'instruction » dont il est dit que le rabatteur manque dans l'épître au lecteur ?13 Après avoir donné moult détails dont les « aimables lecteurs » n'auront que faire s'ils sont honnêtes,14 la conclusion du narrateur de l'arnaque des revendeurs de charbon (« Je ne pouvais garder le silence face à une telle escroquerie ! ») peut difficilement paraître sincère. Comme le signale l'ajout d'un point d'exclamation par la traductrice, l'auteur dans son incarnation morale proteste trop.

  • 15 Voir comment l'intrigue se resserre et comment les joueurs s'échauffent et renchérissent de « But n (...)
  • 16 « Et au moment où il [le connil] rit sous cape, pensant qu'il a dépouillé l'hameçonneur de tout ce (...)

22C'est par sa mise en garde contre les arnaqueurs que Robert Greene se rapproche le plus de ces derniers : comme le signale l'auteur, l'arnaqueur piège le plus souvent ses victimes en prétendant les mettre en garde contre quelque danger ou arnaque. Et dans le jeu comme dans la narration, les pistes sont constamment brouillées. Dans L'Art d'attraper les connils, les arnaqueurs trompent le connil en lui faisant croire qu'il est le trompeur, et le connil s'essaie donc lui-même à l'art du bluff (77). Le rythme soutenu de l'intrigue fait du lecteur un complice des arnaqueurs, dont les prouesses attirent toute l'attention narrative.15 Ce qui n'empêche d'ailleurs pas l'auteur de présenter la défaite du connil dans ce qu'elle a de brutal, et de laisser la possibilité au lecteur d'éprouver de la sympathie pour la victime.16 La parole réclamée pour les perdants (« Ah sir, give losers leave to speak », 82) est d'ailleurs obtenue plus loin dans le procès qui sert d'épilogue à l'anecdote du cordonnier (90-93). Mais sous couvert de laisser s'exprimer une victime (le cordonnier « se mit à décrire leur façon de procéder de a à z, ainsi que le caractère ignominieux de leurs arnaques », 93), l'auteur semble surtout détailler les étapes à suivre pour mettre au point une entourloupe.

  • 17 C'est la même morale biblique toute faite que le narrateur fait mine d'asséner plus loin aux lecteu (...)

23Le discours moral associé à la persona auctoriale est d'ailleurs constamment déjoué par la parole des conny-catchers. Dans le récit de la rencontre de Turnmill Street, rue du quartier de Clerkenwell où se croisaient prostituées et hommes de loi, le narrateur tente en vain de remettre l'arnaqueur sur le droit chemin : « Je lui dis que j'étais désolé pour ses amis qu'il filât un si mauvais coton [...], et je tentai de le dissuader de mener ce genre de vie abjecte, si ignominieuse aux yeux du monde, si détestable au regard de Dieu. » (95)17 À quoi le filou répond tout franc : ne me parlez pas de religion (« Tss-tss, Monsieur, ... ma religion ayant peu d'envergure, ma piété est moindre. Je laisse Dieu aux débats des théologiens »). L'arnaqueur expose sa philosophie de vie avec une clarté digne d'un Anarchasis (« Les deux choses que je vise sont le gain et l'aisance. Quels gains je pourrais faire en étant honnête, c'est une question qui ne m'a jamais traversé l'esprit. »), conteste l'autorité de l'auteur et son expérience de la vie locale (« Bien que vous ayez une grande expérience des voyages, la mienne est plus grande encore de ce qui se passe ici. ») et présente enfin sa réflexion sur l'état général de la société de manière à légitimer ses propres actes : « Oui, je suis sûr que vous n'êtes pas ignorant à ce point et que vous savez que peu d'hommes peuvent vivre avec honnêteté, à moins qu'ils n'aient en réserve quelque matoiserie, invisible aux yeux du monde, pour leur venir en aide. » (97). La question posée au narrateur (« Pensez-vous que ... ») s'adresse aux lecteurs, et la réponse est toute trouvée : hommes de loi, notaires, artisans, tous les hommes sans exception sont des arnaqueurs. Le narrateur s'avoue vaincu et passe son chemin.

  • 18 Dans A Disputation between a He-Cony-Catcher and a She-Cony-Catcher, comme le rappelle Pascale Drou (...)

24Si la raison avancée par l'auteur pour justifier de l'anonymat préservé des plume-pigeons (ne pas nuire à leur avenir) n'a rien de crédible, on pourra peut-être nuancer son hypocrisie plus que ne le fait la traductrice (30). L'argument d'un changement possible de personnages qui pourraient s'amender suggère l'existence de personnes derrière les types décrits (90). Et l'idée que l'auteur veuille éviter de dénoncer des individus qu'il pourrait connaître personnellement et les priver ainsi de leurs moyens de subsistance n'a rien d'invraisemblable. Quoi qu'il en soit, Greene rompt l'illusion théâtrale, crée une impression de connivence avec ses personnages, se met en situation de devenir leur cible18 et cherche surtout à donner l'impression qu'il ne dit pas tout. Peu importe que l'auteur se camoufle dans une multitude de voix narratives et qu'il dise vrai ou faux concernant ses motivations plus ou moins farfelues et en partie contradictoires (« j'ai frayé avec eux ... comme espion », 32) : l'effet de mystère fait tout l'attrait de la description.

25Dans la Défense, Greene fait dire à Cuthbert que l'auteur de L'Art de l'arnaque (lui donc) prend une cible facile, le menu fretin des pauvres, ceux qui pour survivre sont forcés d'avoir recours à de tels stratagèmes. « Celui qui ne sait dissimuler ne peut vivre », note Cuthbert (la Défense est citée pp. 24-25). S'il y a donc une morale à tirer de ces plaisantes anecdotes de la vie interlope, c'est qu'il existe de plus gros poissons au regard desquels ces arnaqueurs ne sont que des aigrefins, au sens étymologique supposé de petits poissons crève-la-faim, et que les requins s'empiffrent quant à eux en toute impunité. Dans l'Art de l'arnaque, Robert Greene montre qu'il y a autant d'hommes que de lois, ou presque, et que dans cette confusion générale les arnaqueurs l'emportent le plus souvent, mais pas toujours.

26Ainsi, dans L'Art de damer le pion, l'auteur suspend un temps son propos général pour détailler un cas spécifique d'arnaque dans lequel les arnaqueurs « arpentent les rues tels des appariteurs, des huissiers et des informateurs », font croire à leurs victimes qu'ils doivent comparaître en justice pour adultère ou autre libertinage, puis leur font acheter leur silence, « alors que l'affaire n'était ni connue ni prête à être révélée en comparution. » (119-121) Revenant à la narration principale, l'auteur illustre son propos par « une anecdote plaisante survenue, il y a peu, dans Bishopsgate Street », dans laquelle le connil l'emporte finalement, sans pour autant dénoncer les arnaqueurs, « ce dernier accepta de passer l'affaire sous silence à condition qu'ils le dédommageassent. » (127)

27Dans l'Art d'attraper les connils, c'est la « London Law » qui l'emporte à la fois sur la loi (possiblement injuste) des officiers de loi et sur la loi (moralement condamnable) des attrape-connils. Autrement dit, la loi de la rue. Les attrape-connils seront traînés à Newgate par des apprentis intervenus pour secourir les victimes, et leur supplice servira de rédemption au bourreau, à moins qu'ils ne tombent sous les coups d'un Round Robin de Whitechapel, toutes les issues possibles promettant de nourrir le cycle sans fin de la criminalité urbaine. La suite paraîtra d'ailleurs la même année dans The Second Part of Cony Catching, où sont exposés l'art de crocheter les serrures et l'art de grappiner par les fenêtres, et dans A Disputation between a Hee conny-catcher and a Shee conny-catcher (1592), où Greene revient sur le charme et l'habileté des gourgandines.

28Dans L'Art de l'arnaque, les femmes sont le plus souvent complices (« ces abominables attrape-connils ... sont tous soit mariés à des putains, soit accros à ces gueuses, de sorte que ce qu'ils extorquent aux honnêtes hommes, ils les dépensent dans des maisons closes avec des courtisanes et le flambent jusqu'au dernier sou aussi futilement qu'ils l'ont obtenu ignoblement », L'Art de l'arnaque, 89), parfois fatales (Maîtresse Mall « avait eu affaire à des cas plus corsés par le passé ... comme en témoignaient ses épaules où était gravée l'histoire de ses talents de putain », L'Art de damer le pion, 125) et en définitive les plus fortes. En conclusion de La Découverte de l'arnaque des revendeurs de charbon, avec un passage à tabac de l'arnaqueur par un groupe de ménagères, « la force l'emporte sur le droit » (145) et la loi des femmes sur celle des hommes.

  • 19 Notons à ce sujet la parution de l'ouvrage de Léa Lebourg Leportier, La Tribune et l'échafaud. Les (...)
  • 20 Voir ce qu'écrit à ce sujet Carlo Ginzburg en préface à la reparution de son classique Le Fromage e (...)
  • 21 Biographie du fameux George Barrington par Richard Stanton Lambert parue en 1930.

29Les six pamphlets de Greene dont l'Art de l'arnaque constitue le premier volet sont présentés comme l'occasion pour l'auteur de se repentir de sa vie dissolue passée, et participent ainsi à la tradition littéraire du récit de vie de criminel. Dans les fictions où la parole est donnée à un condamné avant son exécution, comme par exemple dans The Last will and testament of James Hynd, high-way lawyer. Now sick to death, in his chamber in Newgate (London, 1651), le mea culpa du malfaiteur n'est d'ordinaire rien d'autre que l'occasion pour l'auteur de vanter ses coups.19 Et ce n'est pas plus le « vrai marginal » dont la voix se fait entendre dans La Vie généreuse des Mercelots, Gueux et Bohémiens ... par M. Pechon de Ruby, gentilhomme breton, ayant été avec eux en ses jeunes ans, où il a exercé ce beau métier (1596). Étant admis que la représentation du monde populaire ne peut échapper au prisme de la langue littéraire, comprise comme une forme d'amplification déformante de voix irrémédiablement perdues pour l'historien,20 la traduction de Pascale Drouet s'avèrera aussi utile que plaisante aux lecteurs en quête de divertissement et aux historiens de la pègre londonienne. Peut-être même que l'ouvrage tombera entre les mains de quelque aigrefin en manque d'inspiration, et qu'on le verra porté à l'écran à la manière du Prince of Pickpockets21 dont est doté le pickpocket de Bresson.

Haut de page

Notes

1 La traductrice aurait pu citer le plus tardif A New Dictionary of the Terms Ancient and Modern of the Canting Crew ... by B. E. Gent, réimprimé avec une introduction de John Simpson sous le titre The First English Dictionary of Slang 1699, Oxford : Bodleian Library, 2010.

2 A Notable Discouery of coosenage. Now daily practised by sundry lewd persons, called Connie-catchers, and Crosse-byters. Plainely laying open those pernicious sleightes that hath brought many ignorant men to confusion. Written for the general benefit of all Gentlemen, Citizens, Aprentises, Country Farmers and yeomen, that may hap to fall into the company of such coosening companions. With a delightfull discourse of the coosenage of colliers, By R. Greene, Maister of Arts, London: Printed by Iohn Wolfe for T. N[elson] and are to be sold ouer against the great south doore of Paules, 1591.

3 Pascale Drouet, « Translating Rhythm for the Stage: Indeterminate Punctuation and the Intimate Voice in Some of Howard Barker and David Greig’s Plays », Literary Hermeneutics: Openness in Translating Drama and Verse. 14th ESSE Congress, 2018, Brno, Czech Republic.

4 Pascale Drouet, « Le jargon des colporteurs : de la langue secrète à la représentation pittoresque », Langue et altérité dans la culture de la Renaissance. Language and otherness in Renaissance culture : selected and expanded papers from the Second international colloquium in the series Early modern cartographies of difference, 2006, Nanterre, pp. 45-58.

5 Dans sa note introductive à sa traduction du Paris insolite de Jean-Paul Clébert (Paris Vagabond, NYRB, 2016), Donald Nicholson-Smith disait avoir dû renoncer à trouver un équivalent passe-partout de l'argot parisien de Clébert (l'argot n'est justement pas passe-partout, si on songe par exemple au Cockney) mais s'en être tenu à l'idée d'une langue argotique (« slang » en anglais) et s'être appuyé sur un dictionnaire d'argot américain de l'époque (celui de Berrey et Van den Bark, paru en 1947).

6 L'intemporalité des tactiques décrites pourrait évoquer l'intemporalité du jargon qu'Alice Becker-Ho décrivait dans Les Princes du jargon. Dans cet ouvrage, Becker-Ho entendait démontrer l'importance négligée du rôle des Gitans dans la formation de l'argot, et attribuait le caractère à la fois sans frontières et sans âge de l'argot à cette influence gitane : « Quelques mots peuvent évoluer, d'autres prendre un nouveau sens, mais ils restent rares. Ils ont ce point commun avec le patois, qu'ils ne doivent pas trop évoluer pour pouvoir survivre. », Les Princes du jargon, rééd. Gallimard, 1993 [Lebovici, 1990], p. 50.

7 Greene fait d'ailleurs plus loin la publicité de la suite qu'il donnera à ce pamphlet, comme sous le mode de la prétérition : « Si je consacrais de nombreux feuillets à déchiffrer leurs roublardises, ce serait peine perdue car elles sont en grand nombre et très variées, et chaque jour ils inventent de nouveaux tours et des stratagèmes redoutables, qui demeurent secrets et sont dangereux au plus haut point ... », p. 97.

8 La Vie Généreuse des Mercelots, Gueux et Bohémiens de Pechon de Ruby (Lyon, 1596) dont la traductrice cite la ré-édition chez Allia (1999) constitue le premier dictionnaire en langue française par l'inclusion d'un dictionnaire argotique en fin de volume.

9 Sur ce sujet de la « polyglossie » de la langue littéraire anglaise de la période, voir notamment le volume édité par Laetitia Sansonetti et Remi Villemin, Language Commonality and Literary Communities in Early Modern England (2022), premier d'une série à paraître chez Brepols : https://www.brepols.net/series/PEEMB#publications

10 Voir par exemple l'un des titres de Greene imprimé l'année précédente, Greenes Farewell to Folly Sent to Courtiers and Schollers as a president to warne them from the vaine delights that drawes youth on to repentance, London : Thomas Scarlet, 1591.

11 « MacDonald va jusqu'à dire qu'en parallèle du ‘sermonneur aussi respectable que guindé’, nous entendons ‘un homme plus jeune qui partage les valeurs des aigrefins et respecte leur mode de vie, qu'il considère comme unique, passionnant et stimulant.’ À lire ce dernier, nous nous demandons si le véritable but du pamphlet contre les pigeonneurs n'est pas de divertir, comme l'était celui des recueils d'anecdotes plaisantes, plutôt que de produire une mise en garde morale. [...] Il y a là incontestablement ce que Arthur Kinney appelle ‘une bifurcation de perspective’ : ‘Greene est à la fois un narrateur actif qui se laisse prendre au jeu, happer par la plaisanterie, séduire par les événements, et un commentateur moral qui ne cesse d'étiqueter et de juger.’ », pp. 30-31.

12 C'est d'ailleurs bien ce terme d'(in)utilité qui paraît dans la traduction de Pascale Drouet : « S'il s'agit d'un gentilhomme, d'un marchand ou d'un apprenti, le connil n'en est que plus facilement attrapé, car il ne faudra pas longtemps pour le convaincre de jouer; par conséquent, inutile que je relate les circonstances (and therefore I omit the circumstance) dans lesquelles ils les attrapent. En revanche, parce que le pauvre paysan ou franc-tenancier est la cible qu'ils visent la plupart du temps, sachant qu'il ne se promène pas les poches vides quand il se rend à une audience au Tribunal, je vais révéler les moyens qu'ils mettent en œuvre pour attirer les hommes simples et honnêtes, ignorants de leurs pratiques, dans leur toile. », p. 67. Inutile à qui ?

13 « Le rabatteur passait pour un homme habile en toutes choses : à force de labeur, et sans aucun livre d'instruction, il avait appris les mille et une tactiques pour aborder subtilement un homme et lier connaisance avec lui. », p. 59.

14 « Considérez donc, aimables lecteurs, ce type d'arnaque dont usent les allègeurs, qui consiste à faire de trente sacs quelques cinquante-six sacs, ce que j'ai vu de mes yeux, car j'ai consigné avec ma plume le nombre de fois où ils font un tour avec un chargement : ils en font vingt-huit, deux sacs à chaque tour, de sorte qu'ils s'enrichissent d'une manière inadmissible grâce à leurs mesures trafiquées. », p. 133.

15 Voir comment l'intrigue se resserre et comment les joueurs s'échauffent et renchérissent de « But now commences the sport » de la p. 80 à la p. 86.

16 « Et au moment où il [le connil] rit sous cape, pensant qu'il a dépouillé l'hameçonneur de tout ce qu'il possède, alors c'est la carte de l'hameçonneur qui sort en premier, et cela lui porte un tel coup au cœur qu'il reste assis tel un homme en transe, ne sachant que faire, poussant un soupir alors que son cœur est sur le point de se briser, pensant à tout l'argent qu'il a perdu. », p. 87.

17 C'est la même morale biblique toute faite que le narrateur fait mine d'asséner plus loin aux lecteurs : « ... let this to you all, ... be a caveat ... that your wealth got with the sweat of your brows, or left by your parents as a patrimony, shall be a prey to those cozening crossbiters! » (p.116).

18 Dans A Disputation between a He-Cony-Catcher and a She-Cony-Catcher, comme le rappelle Pascale Drouet, Greene précise ainsi que son personnage Nan a juré de toujours porter une dague sur elle afin de pouvoir le poignarder dès qu'elle le rencontrerait. (p. 23)

19 Notons à ce sujet la parution de l'ouvrage de Léa Lebourg Leportier, La Tribune et l'échafaud. Les biographies de criminels à l’époque moderne, Classiques Garnier, 2022.

20 Voir ce qu'écrit à ce sujet Carlo Ginzburg en préface à la reparution de son classique Le Fromage et les vers, trad. Monique Aymard, Paris : Flammarion, 2019, p. 15.

21 Biographie du fameux George Barrington par Richard Stanton Lambert parue en 1930.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Labarbe, « Robert GreeneL’Art de l’arnaque, découvertes considérables / A Notable Discovery of Cozenage (1591), traduction et édition critique de Pascale Drouet »XVII-XVIII [En ligne], 79 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/1718/11114 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.11114

Haut de page

Auteur

Claire Labarbe

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search