Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Notes de lectureIris de Rode, François-Jean de Ch...

Notes de lecture

Iris de Rode, François-Jean de Chastellux (1734-1788). Un soldat-philosophe dans le monde atlantique à l’époque des Lumières

Paris : Honoré Champion, 2022. 722 pp. ISBN 9782745356840
Olivier Chaline
Référence(s) :

RODE, IRIS, de. François-Jean de Chastellux (1734-1788). Un soldat-philosophe dans le monde atlantique à l’époque des Lumières. Paris : Honoré Champion, 2022. 722 pp. ISBN 9782745356840

Texte intégral

1Qui est au juste M. de Chastellux ? Sans être inconnu, son nom évoque au mieux son De la Félicité publique qui lui valut d’être reçu à l’Académie française en 1775. Que Chastellux ait correspondu avec nombre de personnalités de son temps était certain, même si l’ampleur exacte de ses liens épistolaires restait à préciser. Sa participation à la guerre d’Amérique et les récits qu’il en tira lui valurent quelques travaux universitaires maintenant anciens (Fanny Varnum, Un philosophe cosmopolite du XVIIIe siècle, thèse, Paris 1936, puis George Barr Carson, The Chevalier de Chastellux, Soldier and Philosopher, autre thèse, Chicago, 1942). Mais son rôle dans la diffusion transatlantique des Lumières et tout simplement sa vie restaient méconnus.

2Si François-Jean de Chastellux a pu faire l’objet du doctorat soutenu par Iris de Rode en 2019 à l’université Paris 8 sous la direction de Bertrand Van Ruymbeke, c’est grâce à un exceptionnel fonds d’archives familiales enfin devenu accessible et comportant notamment des milliers de pages de correspondances, de mémoires et autres documents personnels.

3Iris de Rode a fait le choix d’une biographie historique. Tout en faisant preuve d’une connaissance précise des débats historiographiques des deux côtés de l’Atlantique, des tendances de fond comme des turns en tous genres, elle est passée outre les anathèmes les plus célèbres proférés contre ce genre historique. Il y a un moment où le terrain commande, ici les sources… Comment comprendre un « passeur » ou un « médiateur », un homme de réseaux et d’échanges, si on ne prend pas en compte le cours – pas nécessairement prévisible - d’une vie et l’entrecroisement – souvent contingent - des relations ? Car la biographie est ici liée à la micro-histoire et mise au service d’une interrogation sur les « transferts culturels », ceux des idées et pratiques des Lumières, pas seulement entre l’Europe et l’Amérique du Nord, mais aussi entre pays européens. D’une manière aussi claire que logique, le travail répond à trois questions très directes : Qui ? Chastellux comme « moteur de transfert », Quoi ? Qu’est-ce que Chastellux a transféré. Comment ? Quel fut son réseau ? La trame de la biographie est faite de ces interrogations.

4François-Jean, chevalier puis marquis de Chastellux, est né le 5 mai 1734 et il est mort subitement le 24 octobre 1788, ce qui lui a sans doute évité des jours difficiles sous la Terreur. Iris de Rode nous présente successivement le « soldat-philosophe », les années 1734-1780, puis le major-général de « l’expédition particulière », le corps de Rochambeau envoyé aux États-Unis entre 1780 et 1783, et enfin, après le retour en France, le marquis « spécialiste des États-Unis », soit la courte période 1783-1788.

5Sans doute pourrait-on regretter que l’étude laisse peu de place à des comparaisons avec d’autres nobles des Lumières, ce qu’une exploration plus poussée de la bibliographie aurait facilement permis. Traits communs et singularités en seraient apparus plus nettement. Mais retenons ici quelques-uns des apports majeurs de ce passionnant travail.

6Chastellux est un petit-fils du chancelier d’Aguesseau, soit d’un des juristes les plus fameux de la France du XVIIIe siècle. Rappelons que la femme de La Fayette était, quant à elle, une arrière-petite fille de d’Aguesseau. Celui-ci avait très bien su user de sa position pour allier sa famille avec des lignées d’ancienne noblesse. On a là un bel exemple de promotion sociale, non plus vers la noblesse, mais dans la noblesse certes une par le droit et multiple socialement, culturellement, économiquement. Voilà qui incite à ne pas faire de la robe et de de l’épée des mondes complètement séparés, à Paris du moins. Il serait judicieux de se demander ce qui est passé du grand-père au petit-fils mais aussi ce que celui-ci n’a pas retenu. Faire du chancelier, d’un trait, un homme des Lumières, est quelque peu expéditif. Chastellux est manifestement étranger aux préoccupations religieuses, à la différence de son grand-père. Il y a eu à cet égard, après la mort prématurée du père, une rupture entre le fils tôt détaché de toute religion et la mère cherchant une consolation dans une piété intense.

7Rares sont les biographies de militaires ayant servi Louis XV puis Louis XVI, surtout celles d’officiers ayant tenu un rang dans la République des Lettres. Pouvoir suivre la carrière militaire de Chastellux est précieux car cela fait voir de manière très suggestive aussi bien l’importance du nom que la fragilité d’un cadet sans fortune. Chastellux est un brillant officier, colonel accompli qui succède à Rochambeau pendant la guerre de Sept Ans à la tête d’Auvergne Infanterie, mais qui doit quitter son régiment, faute de pouvoir faire face aux dépenses occasionnées. C’est la guerre d’Amérique qui le ramène vers les camps. Dans les intervalles de la vie militaire, il y a place pour les activités de l’esprit qui font de l’ancien colonel un académicien. Le portrait d’un « Soldat-philosophe » que nous donné Iris de Rode complète opportunément l’étude de Christy Pichichero (The Military Enlightenment : war and culture in the French Empire from Louis XIV to Napoléon, Ithaca, Cornell UP, 2017) qui, justement, ne cite pas Chastellux. Les idées et des pratiques vont-elles seulement de la philosophie vers l’armée ? Mais peut apparaisse comme un possible laboratoire pour ce que la société n’est pas encore en état d’admettre ou de réaliser. En ces temps d’admiration pour la Prusse, cela peut conduire à militariser la société.

8Un autre apport significatif de cette étude tient à l’étude approfondie grâce aux papiers personnels de Chastellux de son rôle comme major-général du corps de Rochambeau en Amérique. Que ce soit sur terre comme sur mer, on a le plus souvent négligé ces officiers supérieurs et parfois généraux, qui agissaient dans l’ombre des commandants d’armée. Leurs fonctions étaient multiples et liées au développement du travail d’état-major. S’ajoutait la nécessité de faire la liaison avec l’allié si mal connu chez qui on était. Or, Chastellux était le seul officier de ce rang à parler couramment anglais. C’est ce qui a permis la naissance d’une véritable amitié entre George Washington et lui. À l’été 1781, jointe à la force des arguments du mémoire publié en annexe 8, elle a porté celui-ci à accepter de renoncer à son projet d’attaquer New York pour se porter en Virginie. Grâce à Iris de Rode, nous connaissons bien mieux le processus complexe de décision qui a conduit au rendez-vous stratégique de la Chesapeake et à Yorktown.

9De bien des manières Chastellux a joué un rôle de médiateur : entre les élites françaises et la République des Lettres, entre les salons et le monde militaire, entre la culture française et les nouveaux Etats-Unis. Médiateur parce que noble, avec ce que cela suppose d’aisance en société, de goût pour la sociabilité et la conversation, de savoir recevoir pourvu qu’il en eût les moyens. La naissance et le prestige du nom lui ont ouvert toutes les portes, lui permettant de tisser un réseau qui s’est élargi d’une rive à l’autre de l’Atlantique, en incluant des financiers, des marchands, des universitaires, soit nombre de gens éloignés de son milieu. Parlait-il de l’honneur, lui qui se souciait tant du bonheur ? Quelle place accordait-il à l’amitié, si prisée chez les nobles ? Iris de Rode nous a restitué avec talent et précision une figure attachante de noble éclairé, tirant le meilleur parti du genre biographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Chaline, « Iris de Rode, François-Jean de Chastellux (1734-1788). Un soldat-philosophe dans le monde atlantique à l’époque des Lumières »XVII-XVIII [En ligne], 79 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 25 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/1718/11149 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.11149

Haut de page

Auteur

Olivier Chaline

Sorbonne Université

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search