Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Notes de lectureLe Journal de Gouverneur Morris p...

Notes de lecture

Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française (avril 1791 - janvier 1793), tome III, traduit et annoté par Gérard Hugues et Emilie Mitran

Genève : Droz, 2022. 496 pp. ISBN : 978-2-600-06327-2
Carine Lounissi
Référence(s) :

Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française (avril 1791 - janvier 1793), tome III, traduit et annoté par Gérard Hugues et Emilie Mitran. Genève : Droz, 2022. 496 pp. ISBN : 978-2-600-06327-2

Texte intégral

1Le troisième tome de cette édition du journal de Gouverneur Morris couvre la période-clé allant du printemps 1791, où se poursuivent les débats sur la Constitution de 91, à janvier 1793, où se termine le procès du roi. C’est la période pendant laquelle la France se dote d’un gouvernement républicain. Le journal lui-même s’arrête peu avant l’exécution de Louis XVI, qui est néanmoins évoquée dans une sélection de la correspondance de Morris qui figure après la traduction du journal. Le changement majeur concernant Morris est sa nomination comme ministre plénipotentiaire des Etats-Unis en France le 12 janvier 1792. Une fois sa nomination confirmée par le Sénat, Morris se présente officiellement à la cour de France le 3 juin. Il évoque cette intronisation dans l’entrée correspondante du journal où il fait montre d’un mépris mâtiné de pitié pour Louis XVI. Morris l’exprime aux dépens du roi dans ce que Morris raconte comme un échange de connivence avec Marie-Antoinette. Ce bref dialogue se conclut par une remarque acerbe de l’Américain sur la future « véritable » grandeur du dauphin (312). Malgré sa nomination en tant que ministre plénipotentiaire, c’est seulement à partir de septembre 1792 que les entrées du journal de Morris se réduisent pour ne finalement consister qu’en une suite de brèves annotations de quelques lignes au plus.

2Le lecteur retrouve dans ce volume la fascination de Morris pour les milieux aristocratiques français1. Il partage son temps entre visites, salons, dîners, sorties au théâtre, débats politiques et moments intimes avec « son amie ». Son admiration pour les femmes de l’aristocratie française ne faiblit pas. Le 3 avril 1791, il note même, à propos de Madame de Lostanges : « il y a chez elle une violence aristocratique qui est amusante » (13). Morris se rend à Londres pendant les premiers mois de l’année 92. Il fait lors de ce voyage les mêmes observations sur les paysages qu’il traverse que dans les deux tomes précédents, commentant la qualité des sols et des cultures. Lors de son passage en Picardie en janvier 92, sur le trajet aller vers l’Angleterre, il témoigne de l’attitude hostile aux « Gardes nationales » et au « papier-monnaie » qui existe en dehors de Paris (242). Il mène à Londres une vie à maints égards similaire à celle qu’il a à Paris, alternant entre discussions d’affaires et de politique, sorties et dîners mondains. Il s’intéresse à tout, aussi bien à la machine à vapeur utilisée par un brasseur qu’au mobilier qu’il a le loisir de regarder longuement à la résidence de l’ambassadeur de France à Londres, chez les La Luzerne, absents au moment de sa visite.

3Le recours au contrepoint météorologique reste une constante du journal. Les baromètres atmosphérique et politique convergent fréquemment. Après avoir laconiquement remarqué le 21 septembre 1792, jour de la proclamation de la république française, que le temps est « mauvais », sur tous les plans, le 6 octobre, il souligne : « Tout semble sourire à la cause de la nouvelle république. Le temps est doux et agréable » (364). Toutefois, ce sentiment est passager, car Morris exècre en France aussi bien les idées républicaines que ceux qui les incarnent. Plusieurs figures du républicanisme français font l’objet de commentaires désobligeants de sa part. En mars 1792, il exprime son dédain vis-à-vis de Brissot (268) et cette inimitié est manifestement réciproque puisque Morris rapporte le 20 septembre 92, la veille du jour où la France devient une république, qu’il « découvre par divers moyens que la faction des brissotins entend [lui] nuire si elle en a les moyens » (358). Peu de temps auparavant, Morris a souscrit un abonnement au Patriote français, le journal de Brissot, afin de tenir la diplomatie américaine informée des événements et des intentions des « brissotins », comme il l’apprend à William Short dans une lettre qui figure à la fin du volume (448). Un autre personnage, contact étroit de Brissot, apparaît de manière récurrente sous la plume de Morris, Thomas Paine. Morris se montre d’abord relativement engageant au sujet de la première partie de Rights of Man. « Il y a de bonnes choses dans cette réponse » à Burke, dit-il (17). Cependant, le 4 juillet 1791, lors du dîner de célébration de l’Indépendance américaine, qui rassemble chez William Short (le chargé d’affaires des Etats-Unis) des Américains et des amis français de l’Indépendance, tel La Fayette, le dégoût que lui inspire Paine est plus que jamais présent sous sa plume. Le contraste avec l’entrée du 8 avril est frappant. On pourra regretter que la note de bas de page qui accompagne l’entrée du 4 juillet soit très imprécise sur la publication du journal Le Républicain, auquel Paine a collaboré avec Condorcet et Brissot. La seconde partie de Rights of Man, qui paraît en février 1792, et que Morris lit à Londres le 16 (bien que la note n’indique pas qu’il s’agisse du volume 2, 254), suscite « l’indignation » dans le pays, aux dires de Morris (257). Il est à noter qu’il est impossible que Paine soit le « M. P. » que Morris évoque le 5 septembre, puisque Paine ne débarque à Calais que le 13 (355). Finalement, on découvre que Morris partage certains des sentiments de Paine lorsqu’il indique dans une lettre adressée le 21 décembre 1792 à Thomas Jefferson, le secrétaire d’Etat américain, toute l’ironie qu’il y aurait à exécuter Louis XVI comme symbole d’une tyrannie qu’il n’a pas lui-même exercée (472).

4En sus de la politique intérieure française, Gouverneur Morris mentionne des événements importants, comme le soulèvement des esclaves mené par Toussaint L’Ouverture à Saint-Domingue en août 1791. Le 22 octobre, Morris entend de la bouche du « ministre de la marine » le récit de ce qu’il nomme « une effroyable insurrection de noirs à Saint-Domingue » (173). Les suites de cette révolte sont épisodiquement évoquées par Morris au fil du journal, mais sans qu’il ne commente plus avant la question de l’esclavage. Dans une certaine mesure, c’est inattendu au vu de sa charge contre cette institution à la Convention de Philadeplphie le 8 août 1787. La note explicative sur les événements de Saint-Domingue, lors de sa prémière mention, aurait pu, au demeurant, préciser l’importance qu’ils revêtent pour l’histoire de la période et pour l’historiographie récente.

5La sélection de lettres, officielles et privées, provenant de la correspondance de Morris avec ces contacts américains, George Washington, Thomas Jefferson, Alexander Hamilton, ainsi que son cousin, Robert Morris, complète bien le journal, qui est, à de nombreux égards, moins précis que dans les deux volumes précédents. Certaines de ces missives s’avèrent être un complément direct des entrées du journal et il aurait peut-être été utile que des liens entre ces deux sections du volume soient introduits en note. Par exemple, dans sa lettre du 10 juin 1792 à Jefferson, Morris explique qu’il a lui-même traduit la lettre que Washington adresse à Louis XVI (412), et que Morris a confié à Dumouriez le 4 juin, comme l’entrée correspondante du journal l’atteste (313). Plus généralement, ces lettres montrent que Morris reste proche du président américain et n’abonde dans le sens de Jefferson que pour des raisons diplomatiques.

  • 2  Cité par Esmein, Adhémar, Gouverneur Morris, un témoin américain de la Révolution française. Paris (...)

6Le 17 juin 1792, Morris, qui a un certain sens de la formule, traduit parfaitement sa perception du contexte politique explosif : « nous nous tenons sur un vaste volcan que nous sentons gronder sans savoir quand ni où il explosera » (418). Morris n’est toutefois pas devin et ne prédit pas la suite. Le 16 août, lorsqu’il apprend à Jefferson qu’« une autre révolution s’est produite », celle du 10, il avoue lui-même ne pas l’avoir vue venir. Il faut donc se garder de considérer Morris comme un observateur ayant compris tous les enjeux de la Révolution française, comme l’a fait Hyppolite Taine, l’historien réactionnaire français2. Morris n’a, de fait, aucun enthousiasme pour la République française. Il confirme pourtant à Jefferson sa volonté de rester officiellement neutre au sujet de cette révolution républicaine, ce qui se justifie, de son point de vue, par des raisons de pure logique et de cohérence intellectuelles avec les principes de la Révolution américaine (436). Morris ne croit pas à la viabilité de la « forme républicaine » en France, parce que les Français n’ont pas les « mœurs » qui vont avec (430). Jefferson affirmera une idée similaire deux décennies plus tard, après la chute de Napoléon.

7C’est non sans une certaine satisfaction que la révolution républicaine apparaît aux yeux de Morris comme la nemesis de La Fayette qui « se trouve piétiné par l’engin qu’il a mis en mouvement » (434). Les lettres choisies en fin de volume, qui sont une partie de celle figurant dans le tome 2 de l’édition de 1939 du journal, incluent les échanges portant sur la question de la possible libération de La Fayette comme citoyen américain, que Morris ne cautionne pas. Elles permettent de documenter l’un des aspects de la question de l’émergence de la citoyenneté américaine à l’ère des Révolutions. C’est le cas aussi des entrées de son journal où Morris explique fournir des certificats de citoyenneté à diverses connaissances, tel l’un des fils de Crèvecoeur, mais sans qu’on sache lequel (210).  

8Ce troisième tome du journal hétérogène de Morris, où des acteurs-clés des années suivantes font une brève apparition, comme Robespierre ou Genêt, constitue ainsi un document utile à l’historien averti, même si l’appareil critique laisse parfois le lecteur sur sa faim. Le public amateur d’histoire y trouvera, pour sa part, un texte, tour à tour instructif ou ennuyeux, mais souvent distrayant, tant ce journal a par moments des accents de roman épistolaire.

Haut de page

Notes

1 Pour les deux premiers tomes, voir https://journals.openedition.org/1718/6412

2  Cité par Esmein, Adhémar, Gouverneur Morris, un témoin américain de la Révolution française. Paris : Hachette, 1906, p. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carine Lounissi, « Le Journal de Gouverneur Morris pendant la Révolution française (avril 1791 - janvier 1793), tome III, traduit et annoté par Gérard Hugues et Emilie Mitran »XVII-XVIII [En ligne], 79 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/1718/11160 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.11160

Haut de page

Auteur

Carine Lounissi

Université de Rouen-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search