Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Notes de lectureClaire Wrobel, Roman noir, réform...

Notes de lecture

Claire Wrobel, Roman noir, réforme et surveillance en Angleterre (1764-1842). Gothique et panoptique

Paris : Classiques Garnier, 2022. 546 pp. ISBN 978-2-406-12379-8
Anne Brunon-Ernst
Référence(s) :

WROBEL, CLAIRE. Roman noir, réforme et surveillance en Angleterre (1764-1842). Gothique et panoptique. Paris : Classiques Garnier, 2022. 546 pp. ISBN 978-2-406-12379-8

Texte intégral

1Claire Wrobel signe avec Roman noir, réforme et surveillance en Angleterre (1764-1842) un ouvrage magistral sur un sujet pour le moins surprenant. En effet, le sous-titre, Gothique et panoptique, fonctionne comme un oxymore. Si le « gothique » éveille chez le lecteur des idées d’archaïsme et d’arbitraire, plus particulièrement dans le genre romanesque, le « Panoptique » était conçu à son époque comme un projet réformateur d’institutions pénales héritées de l’époque féodale, permettant de faire pénétrer la lumière dans les cachots et d’instaurer l’état de droit dans les institutions carcérales, pénales et judiciaires. En effet, « le Panoptique semble s’opposer point par point aux prisons gothiques évoquées dans les romans » (298). Il ne paraît donc pas concevable de penser l’articulation entre ces deux concepts autrement qu’en terme d’opposition. Cependant, il ne s’agit pas ici de la tâche que l’ouvrage de Wrobel s’assigne. Bien au contraire, elle les rassemble, traçant avec beaucoup de conviction les origines, liens et destinées littéraires et politiques communs qui les rassemblent.

2Bien que l’ouvrage repose en grande part sur une comparaison entre l’œuvre de la romancière Ann Radcliffe et du juriste Jeremy Bentham, Roman noir, réforme et surveillance en Angleterre relit toute une ère à la charnière entre les Lumières et la modernité. En avançant d’oppositions en renversements, Wrobel cartographie la sémantique complexe du terme « gothique », à travers ses divers usages, qui pouvaient avoir trois sens au XVIIIe siècle : « barbare, médiéval et surnaturel » (204). Elle montre aussi à quel point il était utilisé comme « un outil idéologique permettant de définir le présent par opposition à un passé rejeté comme une époque archaïque ou un double cauchemardesque » (55). Elle n’oublie ni la critique littéraire contemporaine, où le gothique est avant tout un genre littéraire, ni les romanciers de la fin du dix-huitième au début du dix-neuvième siècles, que ce soient Radcliffe ou Walpole, qui sont à l’origine du genre, ni la sphère politique, en analysant l’emploi du concept dans les discours d’hommes politiques tels qu’Edmund Burke ou Thomas Paine, ni l’usage du concept dans les écrits des juristes William Blackstone ou Bentham. Ce faisant, l’ouvrage retrace la complexité du mouvement des Lumières, qui cherche à extirper les éléments irrationnels et archaïques que porte encore la modernité dans son sein (447).

3Partant de l’idée que « l’architecture est la représentation concrète d’une certaine forme d’exercice du pouvoir temporel et spirituel » (149), Roman noir, réforme et surveillance en Angleterre est divisé en deux parties qui s’en inspirent : les châteaux gothiques de Radcliffe et les Panoptiques de Bentham. La première partie s’appuie d’abord sur la métaphore du château gothique. Wrobel inventorie les éléments légalistes de l’imaginaire de Radcliffe tout en identifiant la description de la rhétorique gothique mobilisée par Bentham contre les auteurs et idées qu’il critique (167). Dans les débats politiques, le terme peut être employé de manière neutre pour dater une époque ancienne, ou bien de manière idéologiquement marquée pour dénoncer un point de vue (80), à l’image de la métaphore blackstonienne de la constitution britannique comme édifice gothique (63). Wrobel identifie trois types de discours politique qui instrumentalisent le terme gothique :

un selon lequel le présent s’est émancipé d’un passé barbare, un autre qui soutient que l’héritage passé doit être préservé dans le présent (gothique « loyaliste », Blackstone, Burke) et un troisième qui affirme que le présent n’est pas libéré du passé barbare mais doit l’être (Paine, Godwin, Wollstonecraft). (97)

4Wrobel s’intéresse ensuite aux points de rencontre et aux rapports ambigus entre roman gothique et discours réformateur des institutions carcérales au tournant du XIXe siècle. En effet, si les forces de la modernité étaient en marche pour les réformer depuis John Howard et Henry Fielding, l’espace carcéral continuait de constituer « une zone de non-droit » (215), au même titre que les châteaux de l’imaginaire gothique. C’est finalement l’invention du régime cellulaire qui mettra fin au « désordre des prisons » (236), bien que la métaphore gothique continue de filer avec les excès de ce régime qui plonge les prisonniers dans la folie.

5La seconde partie décrit le projet architectural panoptique comme flambeau de la modernité. Roman noir, réforme et surveillance en Angleterre trace la part d’ombre dans les projets panoptiques. Il note la coïncidence chronologique entre la prison panoptique modèle et le tribunal gothique, qui fonctionne comme son double, coïncidence qui permet d’explorer le Panoptique comme un édifice hanté par la possibilité du complot (309). De même qu’à l’époque de la création du Panoptique, des œuvres littéraires proposent des « représentations sombres d’un pouvoir punitif omniprésent, omniscient, invisible et utilisant l’intériorisation de la surveillance » (317), ceci est une autre coïncidence qui met en lumière le rôle du complot et du regard panoptique dans les romans de Radcliffe, définis comme « surveillance spectrale » (337). Tout cette entreprise vise à montrer la réversibilité de l’espace gothique dans ces deux contextes, car dans l’espace gothique, la transparence peut devenir opacité. Wrobel conclut sur les « ambiguïtés de la raison » (451), c’est-à-dire la part d’irrationnel consubstantielle à la modernité.

  • 1 Panopticons in Australia (Part I) in Revue d’études benthamiennes, 19 (2021), https://journals.open (...)
  • 2 Indirect Legislation: Bentham’s Regulatory Revolution in History of European Ideas. Vol 43, n°1 (20 (...)

6Roman noir, réforme et surveillance en Angleterre instruit, convainc et enchante. Les canons du genre de la recension exigent d’apporter un éclairage critique sur l’œuvre commentée. L’impression qui se dégage du travail de Wrobel est celle d’exhaustivité, et l’exercice critique devient bien artificiel. On pourrait pointer les chantiers qui sont ici ouverts. La question des Panoptiques dans les Antipodes a fait l’objet d’un certain nombre de travaux dernièrement1 et la section sur la « Bastille australienne » mériterait certainement d’être développées. En effet, si la métaphore gothique peut s’appliquer dans la Nouvelle-Galles du Sud, car elle gouvernée comme une zone de non-droit, peut-on pousser la comparaison au-delà ? En effet, le bagne étant en plein-air, les problématiques liées à la lumière et à l’architecture ne s’appliquent pas. De même, la législation indirecte a fait couler beaucoup d’encre ces dernières années.2 Le principe des punitions apparentes chez Bentham permet d’intégrer un système de punition appartenant à un ordre (gothique) ancien à l’intérieur d’un système de pénal réformé et rationnel. Cependant, cette tension entre les deux systèmes mériterait d’être explorée plus avant.

7L’intérêt de la comparaison entre gothique dans les romans de Radcliffe et Panoptique des projets benthamiens est de permettre de remettre en question une certaine rhétorique binaire et manichéenne des Lumières (392). Wrobel fait dialoguer les disciplines, conviant la littérature à répondre au droit, et ce faisant, elle montre combien le roman gothique anticipe la société disciplinaire où le Panoptique est généralisé :

[…] la fiction gothique (« fiction » comme « construction de l’imagination », par opposition à la « réalité ») peut devenir « fiction » au sens où Foucault l’entend dans la mesure où elle permet de prendre de la distance par rapport au présent et d’y lire la formation d’un possible. […] les romans gothiques peuvent alors être lus comme la mise à l’épreuve du « devenir panoptique » du monde […]. L’environnement panoptique est un des « mondes possibles » de la fin du XVIIIe et début du XIXe siècles, exploré dans la fiction de Radcliffe. (437-439)

Haut de page

Notes

1 Panopticons in Australia (Part I) in Revue d’études benthamiennes, 19 (2021), https://journals.openedition.org/etudes-benthamiennes/7726

2 Indirect Legislation: Bentham’s Regulatory Revolution in History of European Ideas. Vol 43, n°1 (2017): 1-121.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Brunon-Ernst, « Claire Wrobel, Roman noir, réforme et surveillance en Angleterre (1764-1842). Gothique et panoptique »XVII-XVIII [En ligne], 79 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/1718/11182 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.11182

Haut de page

Auteur

Anne Brunon-Ernst

Université Paris-Panthéon-Assas

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search