Navigation – Plan du site
Varia

« What Dangerous Men » : La pratique de la médecine sur l’île de la Dominique à la fin du xviiie siècle

Mélanie Cournil

Résumés

Au cours du xviiie siècle, le développement du système esclavagiste dans les Antilles britanniques attira de nombreux colons désireux de mener une carrière transatlantique. Clercs, intendants, comptables et autres professionnels vinrent ainsi grossir les rangs de ceux qui s’enrichissaient grâce au labeur des esclaves africains. Parmi ceux-ci, les médecins occupaient une place particulière car les soins qu’ils apportaient aux esclaves visaient à atténuer les effets destructeurs et débilitants du système plantaire. Cet article se concentre sur trois médecins écossais, collègues, travaillant sur l’île de la Dominique dans les années 1790. En s’appuyant notamment sur le journal intime de l’un d’entre eux, cette étude a pour ambition de confronter les différences dans leur pratique médicale et d’interroger l’influence du système esclavagiste sur leur approche scientifique et leurs motivations personnelles. Ce faisant, il dresse un portrait de la violence du quotidien de cette société coloniale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par comparaison, il a été établi qu’environ 275 000 esclaves vivaient en Jamaïque en 1790 (Roberts (...)
  • 2 Résident de longue date en Dominique, James Clark n’était pas présent à l’arrivée de Jonathan Troup (...)
  • 3 Le document accessible en ligne n’a été que relativement peu exploité jusqu’à présent, même si sa p (...)

1Le 11 mai 1789, après une traversée de plusieurs semaines à bord du Duchess of Portland, Jonathan Troup, médecin de 25 ans originaire d’Aberdeen, débarqua à Roseau, capitale de l’île de la Dominique. Longtemps placée sous domination française, cette colonie esclavagiste, située dans l’archipel des Îles-du-Vent, redevint britannique par le Traité de Paris de 1763. Île volcanique verdoyante traversée de nombreux cours d’eau, d’une superficie de 750 km2, la Dominique abritait des terres très fertiles propices à la culture du sucre et du café. Près de 15 000 esclaves et 1200 colons y vivaient en 1788.1 En émigrant vers cette petite colonie des Antilles britanniques, Jonathan Troup suivait l’exemple de nombre de ses compatriotes de la fin du xviiie siècle, qui nourrissaient l’espoir d’une carrière transatlantique rapide leur assurant une réussite financière et un statut social élevé. Recommandé auprès du docteur James Clark,2praticien dans l’île, le jeune Écossais venait prendre le poste d’assistant du Dr. Andrew Fillan, le médecin le plus influent de la colonie. Le séjour de Troup fut toutefois très bref, puisqu’il quitta la Dominique sur un échec professionnel en avril 1790. Cette courte expérience semble néanmoins lui avoir laissé le loisir de consigner méticuleusement — de façon quasi journalière — son quotidien dans un journal intime. Ce document de quelque 176 feuillets (recto et verso), conservé aux archives de l’Université d’Aberdeen, est d’une richesse historique rare.3 Retraçant les aspirations et nombreuses frustrations d’un jeune Écossais ambitieux, il révèle bien davantage que le parcours d’un médecin inexpérimenté dans un environnement naturel et social étranger et parfois hostile. Au prisme de sa relation avec ses patients et ses collègues, Jonathan Troup esquisse au fil des pages un portrait brutal et sans fard des mœurs coloniales et de la violence de la pratique esclavagiste britannique.

  • 4 Voir notamment Sheridan (1974), Harrison (2010), Schiebinger (Plants and Empire ; Secret Cures).
  • 5 Cette étude de cas se concentre sur l’île de la Dominique sur une période restreinte et nous permet (...)

2L’étude de la pratique médicale dans le contexte si particulier des sociétés esclavagistes aux xviiie et xixe siècles a déjà fait l’objet de nombreuses publications.4 L’ambition du présent article est de mener une réflexion sur la pratique médicale dans le milieu esclavagiste de l’île de la Dominique à la toute fin des années 1780 et au début des années 1790, en se concentrant principalement sur trois médecins appartenant au même cercle social : Jonathan Troup, Andrew Fillan et James Clark. Leurs origines écossaises et leur parcours universitaire similaire revêtent une importance particulière à nos yeux. Il n’est pas ici question de discuter d’un quelconque particularisme lié à leur appartenance nationale, mais d’examiner si une éducation médicale commune pouvait donner lieu à des modes opératoires différents dans un contexte donné.5 Par une mise en parallèle de la pratique médicale de Troup, Fillan et Clark, l’objet de cet article sera donc de déterminer si ces médecins observaient une approche sensiblement différente selon les patients traités – colons européens, libres de couleur et esclaves–, et de montrer de quelle manière elle mettait en exergue la violence du système esclavagiste britannique à la fin du xviiie siècle.

  • 6 Il est à noter qu’en raison d’une charge de travail importante, peu de médecins britanniques publia (...)

3Deux sources principales servent de fil rouge à cette étude. D’une part, le journal intime de Jonathan Troup nous livre une version très personnelle, parfois très crue, de son quotidien, de ses relations et interactions sociales. Les prises de position intransigeantes de Troup ne nous offrent cependant que son point de vue, notamment lors des nombreuses joutes verbales qui l’opposèrent à son supérieur, Andrew Fillan. Si les actions et décisions d’ordre médical de ce dernier ont été minutieusement reportées par Troup dans son journal, nous ne disposons malheureusement pas de sources aussi personnelles et précises pour Andrew Fillan et James Clark. Ce dernier a cependant détaillé son approche scientifique dans un traité de médecine portant sur l’épidémie de fièvre jaune qui frappa la population dominicaine dans les années 1793-1796.6 Il y présente en détail l’étiologie de la maladie, l’établissement du diagnostic, la recherche de différents traitements et sa relation aux patients. Ce traité est complété par des observations sur les principales maladies affectant les résidents de la Dominique, telles que le tétanos, la fièvre typhoïde et la fièvre cosmopolite (transmise par le pou de corps). Une note discrète dans l’ouvrage souligne l’entente scientifique avec son collègue Andrew Fillan : « When I make use of the plural ‘we’, I mean my friend Dr. Fillan of Dominica, who had an equal share of the business with myself, and of course followed the same method of practice » (43).

La pratique médicale coloniale au xviiie siècle : l’influence écossaise

  • 7 En métropole, les Écossais ne représentaient qu’environ 10% de la population britannique.

4Dès son arrivée, Jonathan Troup ne tarda pas à remarquer qu’il n’y avait que seize médecins sur l’île, avec une répartition très inégalitaire des patients. Son supérieur, Fillan, détenait ainsi un quasi-monopole de la patientèle, ayant à charge près des deux tiers de la population vivant à Roseau, colons européens comme esclaves. Pour une colonie qui abritait l’année précédente, en 1788, une population de 1212 colons et 14 214 esclaves, ce nombre de médecins était très faible, étant donné le climat et l’environnement réputés mortifères, le brassage constant de populations qui favorisait les épidémies et le labeur éreintant et dangereux des esclaves qui causait accidents et blessures. Il y avait pourtant un besoin pressant de praticiens puisque, suivant l’exemple de la Jamaïque, l’assemblée législative de la Dominique avait adopté en décembre 1788 une loi encadrant la pratique esclavagiste, qui précisait notamment l’obligation d’assurer le suivi médical de tous les esclaves. Parmi les seize médecins de la colonie, au moins cinq d’entre eux (auxquels s’ajoutait Troup) étaient écossais et avaient fait leurs études dans des facultés de médecine écossaises : Andrew Fillan, James Clark, Dr Carson (assistant du Dr Fillan, originaire de Galway), Dr Wardrobe (de Linlithgow), Dr Thomas Dickson Reide (chirurgien militaire appartenant au 60ème régiment). La nationalité de cinq autres médecins britanniques (dont le Dr Armourer) mentionnés dans le journal de Troup n’a pu être établie. En prenant en considération le fait qu’une partie de la population de cette île était française et que, sans les nommer ni les dénombrer, Clark évoque dans son traité plusieurs médecins français (Clark 31), nous ne pouvons manquer de remarquer une certaine dynamique écossaise parmi les médecins (britanniques et français).7 Comment expliquer cela ?

  • 8 James Robertson fait référence à ce sentiment dans son roman historique Joseph Knight (2004) inspir (...)

5Dans l’imaginaire collectif de la fin du xviiie siècle, médecin et écossais semblaient ainsi aller de pair.8 C’était en grande partie grâce à l’excellente réputation de la formation médicale écossaise en Europe et dans les colonies. Il n’existait que peu de centres de formation médicale à travers l’Europe au xviiie siècle. Leyde fut un temps à la pointe de la recherche et de la formation avant d’être dépassée en réputation par l’École de Médecine d’Édimbourg, fondée en 1726 (Sheridan 63-64). Dr Douglas Guthrie résumait ainsi le statut de cette dernière : « The torch of learning which had been lit in Greece had passed to Salerno, then to Montpellier and Padua, then to Leyden, and early in the eighteenth century it was handed to Edinburgh, which then became the centre of medical learning » (225). Entre 1751 et 1800, plus de 85% des étudiants en médecine britanniques suivirent leur formation dans une université écossaise (Devine 233).

  • 9 Aucune référence n’a été trouvée pour déterminer la nature de son cursus universitaire à Marischal (...)
  • 10 James Clark reçut deux distinctions : Fellow of the Royal Society of Edinburgh (1791) et Fellow of (...)

6En 1789, si la formation médicale à Édimbourg demeurait la plus prestigieuse, d’autres universités écossaises et anglaises (Glasgow, Aberdeen, Oxford, Londres…) proposaient également un cursus médical aux étudiants. À l’avant-garde scientifique en Europe, elles mettaient l’accent sur l’importance du diagnostic, sur une connaissance théorique poussée de l’anatomie – la pratique de l’autopsie étant encore rare (Harrison 65) – et sur la maîtrise de la pharmacopée dans l’administration des différents remèdes. Jonathan Troup étudia à Marischal College (Aberdeen) et y décrocha en 1786 un diplôme (Master of Arts) (Troup 70(v)).9 Il aurait par la suite étudié la médecine pendant deux ans à Édimbourg (Anderson 140) et Aberdeen, mais aucune trace d’un diplôme médical n’a subsisté. Il est probable qu’il ne l’ait jamais obtenu. James Clark étudia à King’s College à Aberdeen10 et Andrew Fillan à Marischal College ; ils obtinrent la certification de M. D., respectivement en septembre 1773 et mai 1791. Ils devinrent Fellows du Royal College of Physicians of Edinburgh, Clark le 3 août 1789 et Fillan le 2 août 1791. Il est important de noter qu’en l’absence de véritable réglementation, la médecine pouvait être pratiquée dans les colonies sans diplôme (Harrison 149) : Troup n’en possédait pas et Fillan ne l’obtint qu’en 1791, après avoir exercé près de 16 ans en tant que médecin sur l’île.

7La présence marquée de nombreux médecins écossais sur l’île de la Dominique à la fin du xviiie siècle pouvait également s’expliquer par la conjoncture d’un climat économique difficile en Écosse et d’un contexte géopolitique international favorable. Un marché du travail peu attractif en Grande-Bretagne poussait les jeunes médecins à aller tenter leur chance ailleurs. Les Écossais eurent donc tendance à privilégier des colonies où la concurrence était limitée. Les Ceded Islands (la Dominique, la Grenade, Saint Vincent et Tobago), îles concédées par la France à la Grande-Bretagne par le Traité de Paris de 1763 qui mettait un terme à la Guerre de Sept Ans, attirèrent de nombreux Écossais. L’absence de colons anglais établis de longue date signifiait une concurrence professionnelle amoindrie, donc de meilleures chances de réussite pour les Écossais nouvellement arrivés. Pour trouver du travail, ces derniers avaient également plus fréquemment recours à des réseaux que les Anglais. Fonctionnant comme des « vehicles of recruitment » (Hamilton 55), ces réseaux s’appuyaient sur des relations familiales étendues (kin) et professionnelles. Il y avait cependant des règles précises : si être écossais était un prérequis pour trouver un travail dans les cercles sociaux coloniaux fréquentés par les Écossais, cela n’était pas toujours suffisant. Les liens familiaux étaient privilégiés, favorisant les frères, fils ou cousins proches. Venaient ensuite la famille plus éloignée, les amis de la famille ou les connaissances liées à la profession exercée. L’historien Alan Karras a vu dans cette pratique du parrainage le ciment qui maintenait unie cette communauté informelle d’Écossais dans les colonies antillaises, en singularisant leur scotticité (141). Les sources à notre disposition ne nous permettent pas d’affirmer si cela était le cas en Dominique pour Troup, Fillan et Clark. Il est cependant certain que Jonathan Troup profita d’un parrainage pour trouver cet emploi : il fut recommandé par un certain Dr Morrison d’Aberdeen auprès de James Clark (Troup 12(r)) et c’est grâce à cette relation professionnelle qu’il obtint son poste d’assistant médical.

Une approche scientifique très hétérogène ?

8Si l’Afrique était « the white man’s grave » dans l’imaginaire européen, les Antilles étaient également réputées pour le manque de salubrité de leur climat, les nombreuses maladies qui affligeaient colons et esclaves, et par conséquent le taux de mortalité très élevé. La majorité des décès avait lieu dans les premiers mois. La pratique de la médecine dans un milieu qui semblait de prime abord résolument hostile était-elle pour autant une gageure ? Et dans un tel contexte, Troup, Fillan et Clark adoptèrent-ils des approches différentes ?

9L’une des grandes difficultés rencontrées au quotidien par Troup et ses collègues était de déterminer la cause de l’affliction du patient. En ce sens, l’établissement du bon diagnostic était d’une importance capitale, mais était souvent limité par le manque de connaissances relatives à certaines pathologies. Parce qu’il pensait que cela mettait en avant la finesse de son esprit d’analyse et montrait sa supériorité intellectuelle, Troup semblait retirer une immense fierté de sa capacité à établir des diagnostics. Parmi de nombreux exemples, l’on peut citer à cet effet le cas de ce jeune Africain, dont les accès brutaux de colère et les signes cliniques d’hydrophobie déconcertaient les médecins. Troup y voyait une manifestation de la rage, un diagnostic contesté par Fillan et Carson. Peu satisfait du raisonnement de ses collègues, Troup mena un interrogatoire approfondi auprès de son patient et découvrit que celui-ci avait été mordu par un chien au comportement violent et erratique. Troup ne nourrissait aucun doute quant au fait que le chien était porteur de la rage et que l’hydrophobie du jeune homme n’était qu’un symptôme de la maladie. Malgré la mort tragique du patient quelques jours plus tard, Troup sembla se réjouir d’avoir eu raison au détriment de ses collègues : « He has got loose & he has bitten some Negroes now & I am afraid he will do much mischief & Drs & all of them will find when too late that my conjecture of the disease was right » (Troup 91 (v)).

10James Clark n’était pas en reste dans cette démarche étiologique. Son traité sur la fièvre jaune présente ses observations empiriques et son raisonnement scientifique amenant à la caractérisation précise des symptômes et à la mise en place d’un protocole de soins. Les différents stades de la maladie (fébrile, moyen, putride), durant lesquels il porte une attention particulière à la description des secrétions (urine très foncée, vomi noir, « that extraordinary secretion of vitiated bile », Clark 21), des manifestations physiques (pouls normal mais teinte graduellement jaune de la peau, maux de têtes violents, hémorragie spectaculaire par le nez) et psychiques (crises d’angoisse et délires), sont passés en revue afin de montrer son évolution jusqu’à l’issue souvent fatale – généralement en moins de neuf jours (6-16). Les manifestations singulières de la fièvre jaune – la sécrétion de bile noire, en particulier – facilitaient la tâche de Clark dans l’établissement du diagnostic. Afin de proposer un traitement, il s’intéressa plus particulièrement à l’étiologie de la maladie. Clark put observer longuement ses effets, car les colons de l’île de la Dominique furent affectés par la maladie pendant près de 3 ans. En effet, à partir du 10 juin 1793, de nombreux colons français, fuyant la Révolution française depuis la Martinique, vinrent se réfugier à Roseau. Le 15 juin 1793, cinq jours à peine après l’arrivée des premiers navires, les premiers malades étaient touchés (Clark 2). En précisant cela dans son traité, Clark avait conscience que les mouvements de populations et une densité démographique exceptionnelle étaient liés à la propagation de la maladie, et que les nouveaux arrivants étaient les plus atteints. Mais le fait qu’elle ne fût pas contagieuse par contact direct ou indirect lui compliquait la tâche. Ayant évalué les différents facteurs (concentration et brassage de populations nouvellement arrivées dans un climat tropical), noté certaines caractéristiques (immunité des survivants et immunité supérieure des esclaves africains, absence de contamination par contact), Clark en tira une conclusion : « I am therefore of opinion, that this terrible disease was not imported into this or any other of these islands, or into America, but that it was produced from natural causes » (23). Selon lui, l’air vicié (« a deranged state of the atmosphere », 63) – un état empiré par l’absence d’ouragans capables de le purifier et par la densité démographique – était seul responsable. Ainsi, lorsqu’on éloignait les populations des marécages, l’incidence d’infection était moindre, et le comblement des marécages près de Roseau, quelques années auparavant, avait fait disparaître momentanément la maladie (53).

11Dans la préface de son traité, James Clark précisa n’avoir lu aucune publication sur ce sujet précis de manière à ne pas fausser son jugement qui se fondait sur sa seule expérience : « With a view to avoid relating any thing which is not derived from my own experience and judgment, I have been cautious not to peruse any of the publications which have appeared on the same subject » (3). Clark s’inscrivait dans une tendance scientifique prédominante dans les colonies antillaises, où l’approche empirique guidait la pratique médicale (voir par exemple, Moseley xviii). Les conclusions qu’il tira quant aux causes de la fièvre jaune faisaient également écho aux hypothèses de plusieurs collègues à la même époque, à l’instar de James Lind (126-27) et de Benjamin Rush. Dans un traité sur l’épidémie de Philadelphie dans les années 1790, celui-ci considérait également que la maladie n’était pas contagieuse, mais était contractée en respirant des miasmes toxiques dans l’air – produit par du café en décomposition, dans ce cas précis (Rush 156).

  • 11 La situation évolua avec l’adoption de l’Anatomy Act en 1832, qui donna une plus grande latitude au (...)

12Jonathan Troup, James Clark et Andrew Fillan plaçaient donc une grande confiance dans l’étude scientifique et dans l’observation. Lorsqu’ils échouaient à sauver leurs patients, ils pratiquaient régulièrement des autopsies pour connaître la cause du décès. Troup en mentionna deux dans son journal (78(v), 93(v)) tandis que Clark évoqua la grande présence d’un fluide noir dans l’estomac d’un patient (Clark 19). Bien qu’encore rare en métropole,11 la pratique de l’autopsie était assez commune dans les Antilles, favorisée par l’absence de cadre légal, le taux élevé de mortalité – donc la disponibilité des sujets d’étude – et la curiosité scientifique des praticiens.

13Afin d’améliorer leurs connaissances, les trois Écossais consultaient fréquemment leurs collègues, confrontaient leurs expériences et lisaient des ouvrages de médecine. Clark cite régulièrement dans son traité les travaux d’autres médecins (52). Troup fit référence à divers ouvrages, comme le Philosophical Principles of Medicine (1725) de Thomas Morgan. Il contacta le président de la Royal Society à Londres, Sir Joseph Banks (34(v)), et l’un de ses collègues d’Édimbourg, Dr Monro, à propos de la naissance de quadruplés d’une femme esclave sur l’île. Pourtant, selon Andrew Fillan, si la curiosité scientifique était primordiale, elle ne devait s’exprimer qu’à des fins médicales. Il reprocha ainsi beaucoup à Troup sa tendance à privilégier son intérêt personnel pour les curiosités naturelles au détriment de ses obligations professionnelles. La volonté de se documenter se traduisait en effet chez Troup par une quasi-obsession scientifique qui n’avait que peu de rapport avec son métier : il s’improvisait régulièrement climatologue, botaniste, anthropologue, poète et consacrait une grande partie de son temps à ces activités.

14Si Troup, Fillan et Clark fondaient leur pratique professionnelle sur une approche empirique, ils ne s’entendaient cependant guère sur la manière dont elle devait s’appliquer. Troup devint rapidement l’ennemi de Fillan, fustigeant son inaptitude qu’il mettait sur le compte d’une ignorance crasse. Cette dénonciation était violente, s’exprimant la plupart du temps par des insultes : « that stupid man’s mean way of thinking », « Crack brain », « Ignorant blockhead » (91(v), 82(r)). Troup dépeignait Fillan comme un homme têtu, voire obtus dans sa pratique médicale : « In every thing he shows an obstinate opinion which in his own clear head must dictate for every one » (38(v)). Troup se dressait régulièrement en contrepoint, mettant alors l’accent sur la justesse de son opinion médicale : « […] if I had not been better founded in my principles than either Dr Fillan & Carson the woman would have died » (52(v)) ; « The fact is he is no Naturalist […] gives Meds indiscriminately at random as other Empirics. But I go beyond, I always consult nature & from reason judge what will best assist her from my knowledge & the animal oeconomy » (71(r)). Selon Troup, l’absence de rigueur de Fillan s’expliquait par le manque d’estime de ce dernier pour son propre métier : « He also added a man of common sense could be a Physician, that much learning was not requisite » (81(r)).

  • 12 Selon Amanda Thornton, il y eut en Jamaïque sur la période 1750-1786 420 décès d’enfants de moins d (...)

15Peut-on cependant avec raison accorder du crédit aux affirmations de Troup ? Comment ne pas y voir l’expression d’une inimitié profonde et subjective alors que Fillan, depuis 14 ans sur l’île, avait réussi à asseoir son autorité au sein de la bonne société dominicaine ? Et fait ses preuves au point d’avoir comme patientèle les deux tiers de la population de Roseau ? À cette contradiction, Troup proposait une explication surprenante : « But the name of a Scots Dr & of the time he has been in the Island with the most of people protect his ignorance » (79(v)). Sa réputation, en partie tributaire de ses origines écossaises, l’aurait donc protégé et aurait dissimulé ses erreurs. Si l’on en croit Troup, les statistiques médicales de Fillan en matière d’obstétrique étaient autant de preuves de ses échecs : pour dix accouchements de mères esclaves, Fillan ne réussit pas à sauver un seul enfant et perdit également l’une des mères (29(v)). Mais que faire de tels chiffres ? Le taux de mortalité néonatale était extrêmement élevé dans toutes les colonies esclavagistes à la fin du xviiie siècle (Sheridan 203)12 et les compétences (ou l’incompétence) des médecins étaient autant responsables que les conditions de vie des esclaves africains. Quant au fait que Fillan semblait accorder peu d’estime à sa propre profession, cela apparaissait plutôt comme une observation objective de la pratique médicale coloniale : Troup, comme nombre de ses collègues dans d’autres colonies, n’avait pas de diplôme médical et exerçait sur la base d’observations empiriques et de raisonnements logiques.

  • 13 L’herbe des jésuites est ce qu’on appelle aujourd’hui le quinquina. Concentrée en quinine, elle éta (...)
  • 14 Les esclaves, pieds nus, en étaient particulièrement victimes et devaient subir des amputations des (...)

16S’ils différaient dans leurs opinions, les trois médecins écossais s’accordaient en général sur l’emploi de différents remèdes. Certaines démarches sortaient certes de l’ordinaire : on peut citer à cet effet la volonté de Clark de provoquer des explosions contrôlées dans les zones les plus touchées par la fièvre jaune (villes, hôpitaux) afin d’assainir l’air, qu’il considérait responsable de la propagation de la maladie (68) ; ou encore le traitement préconisé par Troup pour soigner une petite fille esclave qui se nourrissait exclusivement de terre – lui faire boire de l’urine de vache (89(r)). Les autres remèdes étaient cependant plus traditionnels et utilisés par tous les praticiens coloniaux (Grainger 95) : de l’herbe des jésuites13 (sous forme de poudre) que Troup utilisait contre la puce chique (« jiggers »), un parasite dévorant les chairs et s’attaquant généralement en premier aux pieds14 ; des cataplasmes ; des vomitifs (comme le tartre émétique) ; de la racine de jalap (un purgatif) ; de l’arsenic ; des comprimés de calomel (chlorure de mercure) pour faire baisser la fièvre (Clark 11 ; 37 ; 39 ; 44-48). L’emploi de mercure pour soigner la fièvre jaune semblait tout indiqué, puisqu’il était censé agir sur le foie, et faciliter l’évacuation des substances putrides (Harrison 149). Encore controversé en métropole car associé au traitement de maladies vénériennes (148), il était fréquemment utilisé dans le cas d’une intoxication au plomb ou pour guérir du pian (voir par exemple Lind 70-71 ; McNeill 76-77).

Une hiérarchie sociale des maux et des soins

17En décrivant, l’un dans son journal, l’autre dans son traité de médecine, les maux affligeant les colons et les esclaves, Jonathan Troup et James Clark rendaient compte avec précision de la difficulté du quotidien colonial. Les Antilles britanniques étaient en effet réputées pour la dangerosité de leur environnement. Climat, maladies tropicales : survivre plus de quelques mois était presque une gageure pour les colons européens (Burnard 50). Pour les esclaves africains, malgré une immunité naturelle à certaines maladies (McNeill 44-45), la situation était autrement plus critique, en raison de conditions de vie très rudes et d’un rythme de travail éreintant (Kiple 1984). Il y avait ainsi une inégalité dans la maladie, révélatrice d’une hiérarchie sociale au sein du milieu colonial.

18En recensant les nombreux patients de Troup durant son année en Dominique, une cartographie de la souffrance des esclaves apparaît en filigrane. Jonathan Troup témoigne régulièrement des mauvais traitements infligés par les maîtres et des conséquences terribles de leur négligence. Les reins des esclaves étaient brisés par les charges qu’ils devaient porter, les plus faibles et les moins productifs étaient quotidiennement fouettés voire privés de nourriture. La chair qu’on leur donnait était inadaptée et leur causait des maux d’estomac terribles (« a secret poison for food », 174(r)). Selon Troup, plus que de la négligence, c’était une volonté honteuse de faire des économies. Troup fut à de multiples reprises témoin des punitions infligées aux esclaves. À son arrivée dans l’île, il aperçut un homme appartenant à James Clark, mains et pieds enchaînés, et un collier de fer si étroitement serré autour du cou que cela le faisait saigner de la bouche et du nez (14(v)).

19Lorsque les esclaves n’étaient pas victimes de leurs maîtres, ils l’étaient des circonstances de leur condition servile. Le travail difficile dans les champs de cannes à sucre, les conditions d’hygiène déplorables, la proximité physique permanente avec les autres étaient autant de catalyseurs pour la propagation de maladies et infections chez des individus au système immunitaire déprimé (Kiple & Kiple). Les vers étaient la principale affection dont souffraient les esclaves soignés par Troup. Le médecin passait une grande partie de son temps à prescrire vomitifs et autres purges ; et l’extraction de vers de plusieurs dizaines de centimètres était parfois spectaculaire : « Cloe, a Negre Wench belonging to Dr Clark, got a worm from her Nose near a foot long » (102(r)). Les troubles digestifs, « mal d’estomac » (en français dans le texte), diarrhée étaient récurrents. Deux affections particulièrement invalidantes touchaient de nombreux esclaves : le pian et la puce chique (déjà évoquée plus haut). Le pian, très contagieux mais non mortel, se caractérisait par l’apparition d’ulcères cutanés malodorants qui défiguraient les malades et, lorsqu’il s’attaquait aux os et cartilages, provoquait des handicaps permanents.

20Certaines pathologies étaient plus complexes, car les symptômes physiques révélaient un état psychique très dégradé. Troup recensa de nombreux cas de pica (trouble du comportement caractérisé par l’ingestion de terre) chez des patients de tous âges. Cette voracité surprenante déroutait considérablement Troup. Certains malades en mangeaient jusqu’à en mourir (65(r)), malgré les punitions : « Mr Jordan’s woman […] tells me he obliged Negroes that eat dirt to eat a basket full of it » (46(r)), et les menaces répétées et brutales de leurs maîtres : « New Negro eats the Earth like Bread […]. If he dies, Mr Kemp is to put his head on a pole for an example to others » (32(v)).

  • 15 Jonathan Troup évoqua les fêtes catholiques observées par les colons français sur l’île. Aucune men (...)
  • 16 Un des compagnons de Troup, Mr Ross, atteint de syphilis, perdit sa jambe à cause de la gangrène.

21Si tous les esclaves souffraient de mauvais traitements et de maladies diverses, les femmes étaient davantage exposées à la violence de la société coloniale. La lecture du journal de Troup nous révèle leur sort de manière indirecte, en traitant des conséquences de leur oppression sexuelle. Victimes de viols et de relations sexuelles répétées, elles multipliaient les grossesses, ce qui fragilisait leur santé. Troup recensa ainsi plusieurs avortements, fausses couches et enfants mort-nés. Les femmes étaient également plus susceptibles de contracter des maladies vénériennes. Troup eut la gonorrhée un mois après son arrivée par sa relation avec une femme qu’il qualifia de « Negroe Wench of D. C[lark] » (17(r)). Il souffrit pendant plusieurs semaines d’un abcès très douloureux, mais il n’évoqua cependant pas s’il traita celle qui lui avait transmis la maladie. Ces maladies vénériennes n’étaient cependant qu’un des symptômes d’une société coloniale suppurant comme une plaie infestée, dominée par les hommes et leurs désirs (voir l’exemple de la Jamaïque, Burnard & Follett, 2012). Troup évoqua régulièrement l’attitude prédatrice de certains de ses compatriotes, à l’appétit sexuel insatiable. L’absence criante de femmes blanches et d’hommes d’Église semblait favoriser leur conduite débauchée et violente.15 Non seulement la plupart des colons qu’il fréquentait étaient atteints de syphilis ou de gonorrhée,16 mais ils étaient tous alcooliques et se comportaient généralement de manière « bestiale » (« beastly », 123(v)). Un soldat fut surpris en train de copuler avec une dinde : « the Turkey’s parts were torn & bloody which was great proof against him » (115(v)) tandis qu’un certain Mr Lowny se suicida : « Mr Lowny pistoled himself » (145(v)).

22Si les femmes esclaves et les colons européens souffraient des mêmes maladies vénériennes, il existait néanmoins une ligne de démarcation très claire entre les esclaves africains et leurs maîtres quant aux maladies qui les affectaient. Les accès de fièvre et les troubles digestifs étaient communs à tous, mais les colons ne semblaient pas être touchés par les parasites (puce chique, notamment) et les vers. Cela s’expliquait par de meilleures conditions de vie et d’hygiène, ainsi que par le port de vêtements et de chaussures qui les protégeaient de certains parasites.

23Tous les colons n’étaient cependant pas égaux face à la maladie. Les plus pauvres étaient parfois victimes d’intoxication au plomb : ayant des ressources financières plus limitées, ils buvaient du « rhum vert », résultat de la première distillation de mélasse, qui était acheminée vers les cuves en cuivre via des tuyaux en plomb. Ce mal (« dry belly ache ») touchait également les esclaves, qui ne pouvaient pas se procurer de vrai rhum. Cette maladie était ainsi révélatrice des disparités sociales dans la société coloniale dominicaine, soulignant la hiérarchie des maux selon le statut (libre ou servile) et la réussite financière. Il existait cependant certaines maladies pour lesquelles les Africains étaient moins vulnérables que les Européens. L’épidémie de fièvre jaune qui fit rage à partir de 1793 en Dominique révéla ainsi de profondes inégalités en matière d’immunité naturelle. James Clark et Andrew Fillan remarquèrent que les colons européens (français et britanniques) en étaient bien plus souvent victimes que les esclaves, pourtant affaiblis par une vie de servitude et de mauvais traitements.

L’argent, le nerf de la médecine ?

24À la lecture des différentes archives détaillant le quotidien de Jonathan Troup, Andrew Fillan et James Clark, on peut résolument s’interroger sur leurs motivations à exercer dans un tel lieu. Les épidémies étaient fréquentes, le climat hostile aux constitutions européennes, la société coloniale relativement violente du point de vue des rapports humains. Était-ce seulement pour l’amour de la médecine que ces hommes avaient choisi de s’expatrier ? En 1789, Benjamin Moseley, médecin en Jamaïque et Fellow du Royal College of Physicians of London, écrivait que la qualité des soins médicaux était déplorable dans les Antilles car la plupart de ceux qui pratiquaient la médecine le faisaient dans l’unique but de devenir riches (Moseley 382-83). Chacun à leur manière, les trois médecins de cette étude démontrèrent les dérives d’un système dominé par l’obsession de l’argent. Mais cela avait-il une influence dans la manière de traiter leurs différents patients ?

25Troup dénonçait régulièrement les motivations financières de Fillan. Ce dernier s’était ainsi rendu coupable aux yeux de son assistant d’un clientélisme fort malvenu : il demeurait au chevet de ses patients (blancs) bien plus que nécessaire. Un excès d’attention de la part du médecin le plus important de l’île flattait le patient et assurait au praticien une clientèle soumise et fidèle. Pour Troup, cette façon d’agir était dangereuse :

But he finds fault with me for not going every minute & waiting up with a Pat[ient] […] You must encourage & bow & be continually attending upon trifles—just to keep patients—This is a New Doctrine I never knew, then farewell to study & attentioné recovery—making money by flattery & attendance tho’ you never cure one is the point here. Hence a great Error & incuriosity & slowness to the advancement of study. (59(v))

26Troup persista durant tout son séjour en Dominique à prouver l’incompétence et la dangerosité d’Andrew Fillan. Selon lui, Fillan n’hésitait pas à administrer de grandes quantités de drogues et d’herbes médicinales à ses patients, afin de justifier le caractère essentiel de son travail :

It shows his miserly Disposition […] The more they can give so much money gained without consulting the cure or welfare of Pat[ient] […] How Dangerous in Society let never the Desire of Riches blind my Eyes from doing good to all not according to their Riches but according to their Need of Assistance. (77(v))

27Un esclave appartenant à un couple français, M. et Mme Beaubois, mourut ainsi d’une overdose. « Beaubois’s Negre died last night. I opened him this morning – Dr Fillan had been pouring in Meds for long time » (78(v)). Dans l’entrée du journal datée du 12 septembre 1789, Troup réitéra ses reproches, l’accusant de provoquer des overdoses chez ses patients en leur prescrivant pour chaque maladie trop de mercure et d’herbe des jésuites (79(v)). Cette propension à vouloir administrer tant de médicaments n’était pas innocente selon Troup : Andrew Fillan possédait la seule boutique apothicaire de l’île. Faire commerce de drogues lui assurait un revenu complémentaire confortable.

  • 17 Le recours à la saignée dans les années 1790 dans les colonies antillaises n’était pas généralisé, (...)

28Preuve s’il en est d’une hiérarchie dans les priorités médicales, Troup recensa plusieurs cas de négligence touchant des patients esclaves, offrant un contraste saisissant avec le clientélisme de Fillan. Carson et Fillan oublièrent notamment de nourrir une jeune esclave qu’ils avaient tenté de soigner par l’administration de tartre émétique (un vomitif puissant). Sans atténuer son mal, ils faillirent la tuer en la laissant mourir de faim (52(v)). Une autre jeune femme sur le point d’accoucher décéda à cause de la négligence de Fillan. Ce dernier n’avait pas détecté sa grossesse, pourtant menée jusqu’à son terme. Devant la douleur de la patiente, Fillan, Troup et Armourer décidèrent de la saigner,17 mais elle fut prise de convulsions. Troup appliqua alors sur son ventre un cataplasme et en dernier recours, lui administra de l’arsenic. La jeune femme mourut sans mettre au monde son enfant. Point final d’une tragédie ordinaire de l’époque : les trois médecins demandèrent au maître de la jeune esclave s’il désirait la pratique d’une césarienne pour sauver le bébé, mais le maître refusa, révélant le peu de cas qu’il faisait de l’enfant.

29Pourtant, si les critiques permanentes de Troup étaient fondées lorsqu’elles avaient trait au bien-être des patients, elles étaient particulièrement hypocrites lorsqu’elles soulignaient la vénalité d’Andrew Fillan. Troup n’était pas venu en Dominique par amour de la science, mais bien pour acquérir un certain statut social et l’aisance financière qui l’accompagnait. Il existait deux types de contrat pour les médecins dans les colonies : le premier consistait à être attaché de manière permanente à une ou plusieurs plantations, le tarif étant fixé annuellement par « tête » d’esclave, qu’il tombât malade ou non (Schiebinger, Secret Cures 74). Cela assurait au médecin un revenu régulier. Le second contrat se faisait au cas par cas, le médecin facturant chaque intervention. Troup faisait manifestement partie de la seconde catégorie, tout comme Carson, mais demeurait sous l’autorité de Fillan. Il souffrait de devoir rendre compte de ses actes; cette position d’infériorité piquait fortement son orgueil, ce qui explique en partie ses disputes avec Andrew Fillan.

30Fillan était certes coupable de négligence et de flatterie à des fins financières, mais Troup n’était pas pour autant irréprochable dans la manière dont il traitait les esclaves. L’Aberdonien inspectait très peu les esclaves sur les plantations, laissant parfois s’écouler plusieurs semaines entre chaque visite. La régularité était pourtant essentielle pour s’assurer du suivi satisfaisant de la patientèle. Le planteur et docteur écossais James Grainger expliquait ainsi : « No medical practitioner can do justice to an estate, who does not visit the sick twice a week, either himself or his assistant, or oftener if necessary » (Grainger 92). Le refus de Troup de se rendre de nouveau sur la plantation d’un certain Mr Kemp fut le point de départ de toutes les disputes entre Fillan et lui-même. Malgré les conseils de Clark, Troup jugeait toute intervention supplémentaire comme une perte de temps inutile, fâchant définitivement Fillan. En dépit de déclarations d’intention sur la nécessité de s’occuper de ses patients, qu’ils fussent esclaves ou non (« when [the physician] torments in vain, what unhappiness » 53(v)), son journal est parsemé de remarques intéressées dépourvues d’empathie : « Negroes are walking about in the heavy Rains – We should have some employment » (71(r)). À la lecture des travers de Fillan et de ses collègues, on ne peut que trouver adéquats les mots de Troup : « What dangerous Men » (74(v)). Troup ne semblait pourtant pas valoir bien mieux.

31Qu’en était-il de l’attitude de James Clark face à l’argent ? Présenté sous un jour très positif (qualifié de « gentleman » par Troup), Clark jouissait d’un statut particulier à Roseau. Médecin, il possédait une plantation de sucre (Clark Hall Estate) et plusieurs plantations de café, qu’il dirigeait avec sa concubine, Mary, une femme libre de couleur. La première entrée dans le journal de Troup concernant Clark mentionne ses 50 esclaves et sa réussite financière (14(r)). Clark, dans l’île depuis de nombreuses années, était arrivé dans un contexte économique plus favorable. Cela peut sembler paradoxal qu’un médecin, dont le rôle était notamment de contrer les effets néfastes de la pratique esclavagiste sur la santé des esclaves, participât pleinement à ce même système. Pour autant, cela n’était pas mal vu à l’époque : au contraire même, le statut de docteur-planteur était un symbole de réussite.

  • 18 Le prix moyen par esclave était de l’ordre de 5 shillings (Schiebinger, Secret Cures 74).

32Après une ultime querelle avec Fillan, Troup fut congédié en décembre 1789 et partit chercher du travail de l’autre côté de l’île, vers Prince Rupert’s Bay. Il refusa plusieurs offres d’emploi, en raison de prétentions salariales trop élevées. Tous les colons avaient conscience de l’importance de la réussite financière pour survivre, mais l’attitude de Troup n’était pas très bien accueillie : « Dr Clark […] called me ungrateful for my conduct » (130(v)). Certains lui conseillèrent de gagner d’abord la confiance de ses futurs employeurs avant d’évoquer un salaire, mais sa réponse était sans appel « I will not kill myself for nothing », fixant son prix à pas moins de 20 shillings18 par esclave (159(r)). Ses exigences et sa remise en cause perpétuelle des autres mais non de lui-même l’empêchèrent de s’intégrer et le poussèrent à rentrer en Écosse en avril 1790.

33Les critiques récurrentes de Jonathan Troup dénonçaient les dysfonctionnements de la pratique médicale en milieu colonial : pour autant, l’Aberdonien était incapable de comprendre qu’il était lui-même, tout comme ses collègues, le symptôme d’un système pervers et malade. Jonathan Troup, Andrew Fillan et James Clark n’étaient ni pires ni meilleurs que la plupart des médecins dans les colonies esclavagistes britanniques de la fin du xviiie siècle. Leurs conflits professionnels sur la meilleure manière de soigner leurs patients ne portaient pas uniquement sur de véritables désaccords scientifiques : ils étaient souvent provoqués par un souci de rentabilité. Formés dans les meilleures écoles de médecine écossaises, les trois Écossais montrèrent les limites de leurs compétences lorsque confrontés au système esclavagiste, mais surtout celles de leur humanité.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

« An Act for the encouragement, protection, and better government of slaves », Dominica. 23 December 1788. Papers Presented to the House of Commons on the 7th May 1804, Respecting the Slave Trade; &c. London: Houses of Parliament, 1804 : E9-E17.

Anderson, Peter John, ed. Fasti Academia Mariscallanae Aberdonensis: Officers and Graduates of the University and King’s College, Aberdeen, 1495-1860. Vol. 11. Aberdeen: Printed for the New Spalding Club, 1889 & 1893.

« Biographical Account of Major Reide ». The Gentleman’s Magazine 79.2 (1809): 982-84.

Census of Dominica for the years 1772, 1780, and 1788, CO 71/13. London: The National Archives of the United Kingdom, Kew Gardens.

Clark, James. A Treatise on the Yellow Fever As It Appeared in the Island of Dominica in the Years 1793-4-5-6, &tc. London: J. Murray & S. Highley, 1797.

Grainger, James. An Essay on the More Common West-India Diseases; and the Remedies which that Country Itself Produces. London: T. Becket & P. A. de Hondt, 1764.

Lind, James. An Essay on Diseases Incidental to Europeans in Hot Climates with the Method of Preventing Their Fatal Consequences. London: printed for T. Becket & P. A. De Hondt, 1768.

Moseley, Benjamin. A Treatise on Tropical Diseases ; and on the Climate of the West-Indies. London: T. Cadell, 1787.

Robertson, James. Joseph Knight. New York: Fourth Estate, 2004.

Rush, Benjamin. An Account of the Bilious Remitting Yellow Fever, as it Appeared in the City of Philadelphia, in the Year 1793. Philadelphia: Thomas Dobson, 1794.

The Royal College of Physicians of Edinburgh. Historical sketch and laws of the Royal College of Physicians of Edinburgh, from its institution, to August, 1882. Edinburgh: Royal College of Physicians of Edinburgh, 1882.

Troup, Jonathan. Journal of Jonathan Troup, physician, of Aberdeen, Scotland, and Dominica, West Indies. GB0231/MS2070. Aberdeen: University of Aberdeen Special Collections.

Waterston, C. D. & A. Macmillan Shearer. Former Fellows of the Royal Society of Edinburgh 1783-2002. Edinburgh: The Royal Society of Edinburgh, 2006.

Sources secondaires

Boumediene, Samir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750). Vaulx-en-Velin : Les Éditions des mondes à faire, 2016.

Burnard, Trevor. « ‘The Countrie continues sicklie’: White mortality in Jamaica, 1655-1780 ». Social History of Medicine 12.1 (April 1999) : 45-72.

Burnard, Trevor & Richard Follett. « Caribbean Slavery, British anti-slavery and the cultura politics of venereal disease ». The Historical Journal 55.2 (June 2012): 427-51.

Devine, Thomas. Scotland’s Empire: 1600-1815. London: Penguin, 2004.

Guthrie, Douglas. A History of Medicine. London: Thomas Nelson, 1945.

Hamilton, Douglas. Scotland, the Caribbean and the Atlantic World, 1750-1820. Manchester: Manchester UP, 2005.

Harrison, Mark. Medicine in an Age of Commerce and Empire. Britain and its Tropical Colonies, 1660-1830. Oxford: OUP, 2010.

Hogarth, Rana A. Medicalizing Blackness: Making Racial Difference in the Atlantic World, 1780-1840. Chapel Hill: The U of North Carolina P, 2017.

Karras, Alan. Sojourners in the Sun: Scottish Migrants in Jamaica and the Chesapeake, 1740-1800. Ithaca: Cornell UP, 1992.

Kaufman, Matthew H. Medical Teaching in Edinburgh During the 18th and 19th Centuries. Edinburgh: Royal College of Surgeons of Edinburgh, 2003.

Kiple, Kenneth H. The Caribbean Slave: A Biological History. Cambridge: CUP, 198.

Kiple, Kenneth H. & Virginia H. Kiple. « Deficiency Diseases in the Caribbean ». The Journal of Interdisciplinary History 11.2 (Autumn 1980): 197-215.

McCarthy, Angela, ed. A Global Clan: Scottish Migrant Networks and Identities Since the Eighteenth Century. London: Tauris Academic Studies, 2006.

McNeill, J. R. Mosquito Empires: Ecology and War in the Greater Caribbean 1620-1914. Cambridge: CUP, 2010.

Newman, Brooke. « Gender, Sexuality and the Formation of Racial Identities in the Eighteenth‐Century Anglo-Caribbean World ». Historicising Gender and Sexuality. Ed. Kevin P. Murphy & Jennifer M. Spears. Hoboken, NJ: Wiley-Blackwell, 2011. 59-76.

Roberts, Justin. Slavery and the Enlightenment in the British Atlantic, 1750-1807. Cambridge: CUP, 2013.

Schiebinger, Londa. Plants and Empire: Colonial Bioprospecting in the Atlantic World. Cambridge: Harvard UP, 2004.

Schiebinger, Londa. Secret Cures of Slaves. People, Plants, and Medicine in the Eighteenth-Century Atlantic World. Stanford: Stanford UP, 2017.

Seth, Suman. Difference and Disease. Medicine, Race, and the Eighteenth-Century British Empire. Cambridge: CUP, 2018.

Swan, Claire E. « A life of debauchery, vice and drunkenness: the journal of Jonathan Troup, or two years in the West Indies ». Scottish Archives 12 (2006): 29-41.

Thornton, Amanda. « Coerced Care : Thomas Thistlewood’s Account of Medical Practice on Enslaved Populations in Colonial Jamaica, 1751-1786 ». Slavery & Abolition 32.4 (December 2011): 535-59.

Haut de page

Notes

1 Par comparaison, il a été établi qu’environ 275 000 esclaves vivaient en Jamaïque en 1790 (Roberts 15).

2 Résident de longue date en Dominique, James Clark n’était pas présent à l’arrivée de Jonathan Troup, et ne revint qu’en novembre 1789, ce qui eut pour effet de limiter leurs interactions.

3 Le document accessible en ligne n’a été que relativement peu exploité jusqu’à présent, même si sa présence est notable dans les articles et ouvrages traitant de l’expérience coloniale des médecins et des Écossais dans les Antilles britanniques : Hamilton in McCarthy (2006) ; Newman (2011) ; Sheridan (1974) ; Swan (2006).

4 Voir notamment Sheridan (1974), Harrison (2010), Schiebinger (Plants and Empire ; Secret Cures).

5 Cette étude de cas se concentre sur l’île de la Dominique sur une période restreinte et nous permet de travailler sur des expériences individuelles dans un contexte homogène. Cependant, les résultats obtenus ne sauraient être uniquement envisagés comme limités à la Dominique, puisqu’ils corroborent les résultats de nombreuses autres études sur les médecins en Jamaïque et dans les autres îles sucrières des Antilles britanniques. Voir par exemple Sheridan (1974) ; Harrison (2010) ; Schiebinger (2004 ; Secret Cures) ; Hogarth (2017) ; Seth (2018).

6 Il est à noter qu’en raison d’une charge de travail importante, peu de médecins britanniques publiaient des travaux scientifiques, possiblement par manque de temps (Schiebinger, Secret Cures 22).

7 En métropole, les Écossais ne représentaient qu’environ 10% de la population britannique.

8 James Robertson fait référence à ce sentiment dans son roman historique Joseph Knight (2004) inspiré de faits réels. John et James Wedderburn, deux jeunes frères (qui ont véritablement existé) échappèrent au massacre de Culloden et se réfugièrent en Jamaïque. Gravissant rapidement les échelons de la société esclavagiste dans les années 1760, ils débutèrent leur carrière coloniale en s’inventant médecins. Aucun des deux n’avait fait des études de médecine, mais personne ne contesta leur capacité à exercer cette profession. Robertson souligne bien que c’est leur origine écossaise qui facilita leur supercherie (Robertson 63-64).

9 Aucune référence n’a été trouvée pour déterminer la nature de son cursus universitaire à Marischal College.

10 James Clark reçut deux distinctions : Fellow of the Royal Society of Edinburgh (1791) et Fellow of the Royal Society of London (1799).

11 La situation évolua avec l’adoption de l’Anatomy Act en 1832, qui donna une plus grande latitude aux médecins britanniques dans la pratique de l’autopsie.

12 Selon Amanda Thornton, il y eut en Jamaïque sur la période 1750-1786 420 décès d’enfants de moins d’un an pour 1 000 naissances (Thornton 545-46).

13 L’herbe des jésuites est ce qu’on appelle aujourd’hui le quinquina. Concentrée en quinine, elle était notamment utilisée pour faire baisser la fièvre.

14 Les esclaves, pieds nus, en étaient particulièrement victimes et devaient subir des amputations des orteils.

15 Jonathan Troup évoqua les fêtes catholiques observées par les colons français sur l’île. Aucune mention n’est faite d’un quelconque service religieux protestant. La première église presbytérienne dans les Antilles ne fut érigée en Jamaïque qu’en 1819.

16 Un des compagnons de Troup, Mr Ross, atteint de syphilis, perdit sa jambe à cause de la gangrène.

17 Le recours à la saignée dans les années 1790 dans les colonies antillaises n’était pas généralisé, et était contre-indiqué pour les patients trop faibles (Harrison 127).

18 Le prix moyen par esclave était de l’ordre de 5 shillings (Schiebinger, Secret Cures 74).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Cournil, « « What Dangerous Men » : La pratique de la médecine sur l’île de la Dominique à la fin du xviiie siècle », XVII-XVIII [En ligne], 75 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/1718/1333 ; DOI : 10.4000/1718.1333

Haut de page

Auteur

Mélanie Cournil

Mélanie Cournil est agrégée d’anglais et docteure en Études anglophones. Elle a soutenu en 2016 une thèse de civilisation britannique à l’Université Lumière Lyon 2 sous la direction du Professeur Neil Davie intitulée « De la pratique esclavagiste aux campagnes abolitionnistes : une Écosse en quête d’identité, XVIIe-XIXe siècles » qui lui a valu le prix de thèse de la Société d’études anglo-américaines des xviie et xviiie siècles. Ses recherches portent sur l’implication des Écossais dans le système esclavagiste britannique et dans les campagnes abolitionnistes. Elle s’intéresse également à l’histoire de la médecine et à l’ethnobotanique. Depuis septembre 2018, elle est Maîtresse de Conférences au sein de l’UFR d’Études Anglophones de Sorbonne Université, et co-rédactrice en chef de la revue La Vie des idées. Email : melaniecournil@gmail.com

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals