Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Anthony Benezet, Une Histoire de la Guinée

Texte établi et présenté par Marie-Jeanne Rossignol et Bertrand Van Ruymbeke. Paris : Société française d’Étude du Dix-huitième Siècle, 2017. 199 pp. ISBN 979-1-092-32809-7
Nathalie Caron
Référence(s) :

BENEZET, ANTHONY. – Une Histoire de la Guinée.
Texte établi et présenté par Marie-Jeanne Rossignol et Bertrand Van Ruymbeke. Paris : Société française d’Étude du Dix-huitième Siècle, 2017. 199 pp. ISBN 979-1-092-32809-7

Texte intégral

1Malgré ce qui a été affirmé bien des fois depuis le xixe siècle, l’un des textes abolitionnistes les plus influents en langue anglaise, Some Historical Account of Guinea, rédigé par Anthony Benezet et paru en 1771 à Philadelphie, n’avait jamais été publié en français. Marie-Jeanne Rossignol et Bertrand Van Ruymbeke se sont attelés à la tâche avec l’aide d’une équipe de traductrices – Claire Bourhis-Mariotti, Anne-Claire Faucquez, Anne-Marie Libério, Jeanne-Henriette Louis et Élodie Peyrol-Kleiber. Une préface de 38 pages précède la traduction, laquelle est suivie de trois illustrations (dont une carte des régions décrites par Benezet) et d’un « index des auteurs » cités par Benezet.

2La réputation que le huguenot né à Saint-Quentin en 1713, devenu quaker et enfant de colon en Amérique britannique dans les années 1730, avait acquise dans les années 1780 en France ne s’appuyait donc pas sur la traduction de son ouvrage majeur, soulignent les auteurs du livre dans la préface, mais plutôt sur ses précédents ouvrages. Ceux-là avaient été tout particulièrement lus, commentés et diffusés par Saint-John de Crèvecœur, dont les Letters from an American Farmer parurent en français en 1784, et par Jacques-Pierre Brissot, fondateur de la Société des amis des Noirs en 1788. Crèvecœur et Brissot firent du polygraphe Benezet « un personnage iconique, un saint laïque tout dévoué à la défense des esclaves » (Préface 20). En Grande-Bretagne, la diffusion des écrits de Benezet se fit par l’intermédiaire de militants tels que Granville Sharp, John Wesley (qui plagia Benezet dans Thoughts upon Slavery, paru en 1774), ou encore Thomas Clarkson, Ottobah Cugoano, Olaudah Equiano et William Wilberforce. Tous s’inspirèrent largement de la démarche des quakers de Pennsylvanie au xviiie siècle, nombreux parmi les esclavagistes, qui mena à la création de la première société anti-esclavagiste en 1775 à Philadelphie, puis finalement à l’interdiction de posséder des esclaves en 1776 : les quakers de Pennsylvanie, relèvent Marie-Jeanne Rossignol et Bertrand Van Ruymbeke, servirent de modèle à la campagne abolitionniste européenne.

3Une Histoire de la Guinée constitue, selon les auteurs de l’ouvrage, l’œuvre la plus aboutie de Benezet, son « point culminant » (14), « un texte composite, hybride, militant, dont la structure même explique qu’il ait pu devenir une sorte de Bible de l’anti-esclavagisme anglophone [et qui] fournit un condensé de l’argumentaire anti-esclavagiste » (Préface 29). L’ouvrage est ainsi organisé de manière à être tout à fait efficace. Le découpage en 16 chapitres, les résumés, la compilation de textes de différents auteurs, l’index, tout est destiné à convaincre les indécis, mais aussi à fournir aux militants un matériau facilement et rapidement utilisable. Le propos est centré sur la région de l’Afrique occidentale appelée Guinée – un immense territoire « s’étend[ant] le long de la côte sur 3 ou 4000 miles », écrit Benezet (60) – ainsi que sur la traite atlantique et ses conséquences dans les Antilles britanniques.

4Dans les trois premiers chapitres d’Une Histoire de la Guinée, « véritable synthèse des savoirs sur l’Afrique », notent les auteurs de l’ouvrage, est évoquée une Afrique « prospère, heureuse, pacifique et bien gouvernée », « presqu’idyllique » (Préface, 32-33). Mais, ajoutent-ils, « si l’image d’une Afrique idyllique parcourt le texte, c’est aussi parce que [le] texte a une dimension politique et militante » (34) – ajoutons « religieuse ». Sur la base d’un corpus varié et plus ou moins fiable, détaillé dans la préface, « Benezet imposa sa grille de lecture, éminemment politique et morale » (38). Son objectif, en effet, était d’opposer « l’innocence et la simplicité » (chapitre iv, 83) des Africains à la corruption des Européens. Aussi la réfutation des critiques portées contre les Africains comme la dénonciation de la sauvagerie de pseudo-chrétiens (chapitre vi, 98) forme-t-elle le socle de l’argumentation de Benezet, et ce qui lui permet de s’attaquer à la traite atlantique, le deuxième thème central d’Une Histoire de la Guinée, traité dans les chapitres suivants. Est mise en exergue la violence, celle des sévices et châtiments corporels infligés aux esclaves – thématique récurrente des récits d’esclaves nord-américains du xixe siècle –, celle des guerres que la traite déclenche en Afrique, celle qui règne sur les navires négriers et pousse les captifs à se suicider, celle des séparations familiales. Les derniers chapitres portent sur « le terrain des politiques publiques » et sur celui des « propositions, des solutions pragmatiques » (Préface, 40).

5Deux solutions sont d’abord suggérées par Benezet : la colonisation en Afrique et l’émancipation immédiate. Mais Benezet ne les retient pas, ce que d’autres feront au xixe siècle. Conscient du préjugé de race ancré en Amérique comme en Europe (chapitre xix, 142), il souligne la difficulté à passer de l’état asservi à l’état libre. Il écrit : « qu’adviendra-t-il de ces Nègres déjà importés et nés au sein de nos familles ? Doivent-ils être renvoyés en Afrique ? Ce serait les exposer, dans une terre étrangère, à des difficultés plus importantes que celles auxquelles beaucoup sont confrontés à l’heure actuelle. Les libérer soudainement ici, ne serait sans doute pas moins difficile ; car ignorants comme ils le sont dans les domaines de la religion et de la vertu, ils pourraient faire ressortir ces mauvaises habitudes, que la peur du maître avait contenues » (145). Benezet penche alors plutôt pour une abolition graduelle et sous contrôle juridique ; ou encore pour une colonisation des terres de l’ouest et du sud par les noirs émancipés, où ils pourraient être « obligés de vivre » et qu’ils auraient l’obligation de fructifier, « quand ils ne loueraient pas leurs services à des Blancs » (146).

6L’ouvrage de Benezet, rédigé dans le contexte impérial, n’eut, remarquent les auteurs de la préface, que peu d’influence directe en France et aux États-Unis. Son but était de convaincre le parlement britannique comme ses coreligionnaires, à qui Benezet rappelle avec force leur devoir de chrétiens. À terme toutefois, les idées de Benezet fournirent un argumentaire aux militants – aux abolitionnistes, gradualistes et immédiatistes, comme aux colonisateurs. Benezet en effet, négligeant la responsabilité des Africains dans le commerce d’esclaves, planta le germe de la justification du « retour » des esclaves émancipés en Afrique (Granville Sharp s’engage dans la création de la colonie de Sierra Leone en 1787 ; l’American Colonisation Society est créée en 1817). Ses idées participèrent à « la rencontre entre l’Europe et l’Afrique », que mettent en avant les auteurs de la préface (47), mais elles contribuèrent aussi à la « nouvelle “colonisation” de l’Afrique » (44), comme à l’aveuglement vis-à-vis des conséquences de la « première globalisation » telles qu’elles furent examinées par Randy Sparks, cité p. 44, et à la nécessité d’un traitement de l’histoire « à parts égales » (John Thornton, Romain Bertrand, cités p. 45).

7La traduction, soignée, de Some Historical Account of Guinea intéressera tous ceux qui travaillent sur l’histoire de l’esclavagisme mais aussi les spécialistes de l’Afrique, de l’espace atlantique ou encore du quakerisme. La préface fournit une solide introduction contextuelle – Marie-Jeanne Rossignol et Bertrand Van Ruymbeke ont aussi dirigé le volume The Atlantic World of Anthony Benezet (1713-1784) : From French Reformation to North American Quaker Antislavery Activism, paru chez Brill en 2016 – et met en relief certaines des ambiguïtés de l’œuvre de Benezet. Elle souffre toutefois d’un certain manque de rigueur éditoriale. On y remarque des répétitions et des coquilles (le prénom d’Equiano, Olaudah, y devient par exemple Ottobah), voire des anglicismes. L’utilisation du terme français « pamphlet » pour désigner un essai tel qu’Une Histoire de la Guinée pourrait en particulier être discutée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Caron, « Anthony Benezet, Une Histoire de la Guinée », XVII-XVIII [En ligne], 75 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/1718/1358

Haut de page

Auteur

Nathalie Caron

Sorbonne Université. HDEA, EA 4086

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals