Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Christina luckyj and Niamh J. O’leary, eds. The Politics of Female Alliance in Early Modern England

Women and Gender in the Early Modern World Series. Lincoln. University of Nebraska Press, 2017. x + 272 pp. ISBN 978-1-496-20199-7
Guyonne Leduc
Référence(s) :

luckyj, Christina, and O’leary, Niamh J. eds. –The Politics of Female Alliance in Early Modern England. Women and Gender in the Early Modern World Series. Lincoln: University of Nebraska Press, 2017. x + 272 pp. ISBN 978-1-496-20199-7

Texte intégral

1Issu d’un séminaire tenu en 2011, lors du 39e congrès de la Shakespeare Association of America, ce recueil s’inscrit dans le sillage explicite (10) de Maids and Mistresses, Cousins and Queens : Women’s Alliances in Early Modern England, ouvrage co-dirigé, en 1999, par Susan Frye et Karen Robertson (voir ma recension dans Études Anglaises 56.2 (2003): 243-44) qui ont rédigé la postface du présent volume. Adoptant une perspective élargie, ses treize contributions distribuées en trois Parties thématiques (espace dit privé, espace dit public – dichotomie contestée par les travaux de Laura Gowing en 1996 et par ceux de Phil Withington en 2005 – , réseaux familiaux) ont tiré parti tant de nouvelles archives (correspondances féminines...) que de travaux récents sur la politique (au sens étymologique) et le droit, ce qui fait de cet ouvrage collectif, selon ses instigatrices et à juste titre, « a timely reevaluation of the extent and nature of women’s political alliances » (10). Par l’exploration de diverses facettes de la réalité comme de fictions variées (pièces de théâtre, poèmes), le dessein en est de démontrer que les amitiés et les alliances entre femmes peuvent revêtir, en dépit d’idées reçues encore vivaces, une importance tout aussi significative au niveau de la politique qu’elles étaient réputées l’être entre hommes ; surtout, elles peuvent conférer aux femmes « influence and sometimes temporary control over both place and people » (15). Les termes du titre, « alliance », « friendship » et « politics », font l’objet de précieuses définitions très bienvenues dans l’Introduction (112) qui prend soin de souligner les nuances de ces substantifs selon qu’ils s’appliquaient, au début de l’époque moderne, à des femmes ou à des hommes.

2La Partie 1 (« The Politics of Women’s “Domestic Alliances” ») s’ouvre sur deux chapitres complémentaires aux conclusions parallèles quant au fonctionnement des couches les plus humbles de la société : « female homosocial bonds were essential to the order and regulation of communities » (5). Dans « Distaff Power : Plebeian Female Alliances in Early Modern England », Bernard Capp, spécialiste des « gossips » au sens étymologique (voir When Gossips Meet : Women, Family, and Neighbourhood in Early Modern England), examine les « alliances informelles » entre « femmes ordinaires » (15) qui constituent ce qu’il est devenu courant de nommer « opinion publique ». Usant de l’arme de la réputation (ce que reflètent les fictions analysées dans les chapitres 3 et 4) et jouant sur la honte, la peur, les insultes ou le ridicule, ces femmes finissent par exercer une sorte de « pression » (19) sur leur voisinage pour s’élever, entre autres, contre les violences conjugales et le harcèlement sexuel.

3Ronda Arab illustre l’importance redoutable de la réputation, sorte de verdict (donc de justice) populaire forgé et colporté par des femmes, ce qui peut conduire au renforcement de l’homosocialité masculine, par l’examen d’une pièce comique de 1599 dans le chapitre 2, « Between Women : Slanderous Speech and Neighborly Bonds in Henry Porter’s The Two Angry Women of Abington » (32-47). Comme outil théorique, elle utilise Between Men : English Literature and Male Homosocial Desire (1985) d’Eve Kosofsky Sedgwick, elle-même influencée par le « désir triangulaire » de René Girard, et « The Traffic in Women » (1975) de Gayle Rubin, inspirée par Les Structures élémentaires de la parenté (1949) de Claude Lévi-Strauss. En se faisant maîtresses des réputations par le maniement de la calomnie, les femmes de cette pièce s’approprient l’initiative (en général masculine) en matière de négociations matrimoniales.

4La métaphore du tribunal (imaginaire et féminin, ici), associée à celle des Amazones (un homme s’y travestit en reine des Amazones pour mieux combattre Misogynos), sous-tendent la pièce jacobéenne de 1618-1619, analysée par Megan Inbody dans le chapitre 3, « The Political Role of the Gossip in Swetnam the Woman-Hater, Arraigned by Women » (48-67). Réponse, lors de la « querelle des femmes », à la célèbre brochure de Joseph Swetnam, The Arraignment of Lewd, Idle, Froward, and Unconstant Women (1615), cette pièce met en scène une alliance entre femmes qui outrepasse les barrières sociales et parvient, par le pouvoir de la langue féminine, à vaincre un misogyne. La contribution se nourrit des études de Simon Shepherd (1981), de Lisa Jardine (1983) et de Linda Woodbridge (1984).

5Deux autres pièces, l’une de Beaumont et Fletcher (1610-1611), l’autre de Fletcher (1611), sont l’objet du chapitre 4, « Virtual and Actual Female Alliance in The Maid’s Tragedy and The Tamer Tamed ; or, The Woman’s Prize » (68-85). S’y mêlent alliances féminines réelles et imaginaires, ce qui permet à Niamh J. O’Leary de souligner leur autre point commun : la résistance des femmes à la tyrannie masculine tant politique que domestique peut s’ériger en action politique, ce qui résulte en un plaidoyer en faveur du « companionate marriage » (voir Lawrence Stone), nouveau style de contrat de mariage.

6Dans le dernier chapitre de cette Partie, « Failed Alliances and Miserable Marriages in Katherine Philips’s Letters » (86-103), Elizabeth Hodgson jette un éclairage novateur sur la correspondance entre Katherine Philips et Charles Cotterell : « the matchless Orinda » s’y avère (à l’inverse du contenu de ses poèmes) prête à sacrifier relations matrimoniales et amicales (dont celle avec Anne Owen) pour servir ses fins personnelles et politiques quitte à s’allier à des hommes, brouillant les frontières entre intime et public, entre sentiments et stratégies.

7Le contexte social est celui de la cour dans la Partie 2, « Women’s Alliances and the Politics of the Court ». Le chapitre 6, « Performing Patronage, Crafting Alliances : Ladies’ Lotteries in English Pageantry » (107-25), examine en détail trois brefs divertissements (1575, 1602, 1607) peu connus qui se déroulaient à la cour ou dans des demeures aristocratiques : les loteries (fondées non sur des souscriptions mais sur des échanges de cadeaux). À la lumière des travaux de Marcel Mauss sur le don et des conclusions de Barbara J. Harris quant aux activités réellement politiques (et non simplement domestiques ou sociales) des femmes issues de l’élite au début de la période des Tudors, Elizabeth Zeman Kolkovich explore leurs précieuses informations relatives à l’influence des réseaux de dames dans les maisonnées, les cercles littéraires, en province comme à la cour.

8Le chapitre 7, « Tyrants, Love, and Ladies’ Eyes : The Politics of Female-Boy Alliance on the Jacobean Stage » (126-45), met en regard, à la cour de la reine Anne, le masque Love Freed from Ignorance and Folly (1611) de Ben Jonson et l’anonyme Swetnam the Woman Hater (1617-1618) (où le jeune prince Lorenzo se travestit en l’Amazone Atlanta et s’allie à des dames en vue de combattre la misogynie et la tyrannie). Y est inclus un masque qui rappelle Love Freed mais dont la fin diffère : si la pièce de Jonson s’achève par l’image d’un roi puissant dont la sagesse sauve les dames et Amour, le masque enchâssé se clôt sur une alliance destinée à empêcher un tyran de nuire à des amoureux. Au-delà de ces fins divergentes, Roberta Barker détecte une critique implicite commune du pouvoir absolu d’un roi misogyne et despotique dans la mise en scène de dames qui jouent un rôle important à la fois dans le masque et dans la société.

9De même, des femmes, soutenues par un réseau féminin, sont susceptibles de menacer un monarque absolu, objet du chapitre 8, « Her Advocate to the Loudest : Arbella Stuart and Female Courtly Alliance in The Winter’s Tale » (146-64). Alicia Tomasian établit une correspondance entre Arbella Stuart, descendante directe de Henry VII et naguère prétendante au trône, emprisonnée sur ordre du roi Jacques, son cousin, à partir de 1610, et la résistance de Hermione (et de sa cour) face à la tyrannie de Leontes dans la pièce jouée à la cour en 1613. L’entente entre Paulina et Hermione dans la pièce peut faire écho à la relation entre Arbella Stuart et la reine Anne au sein de sa cour parallèle à Somerset House.

10Le long poème complexe Salve Deux Rex Judaeorum (1611) d’Aemilia Lanyer est revisité dans le chapitre 9, « Not Sparing Kings : Aemilia Lanyer and the Religious Politics of Female Alliance » (165-82) par Christina Luckyj qui en offre une lecture bien moins préféministe (déjà très documentée) que politico-religieuse et « polémique » (175) – « ultra-Protestante » même (176) – pour s’élever contre un monarque tyrannique, prolongeant ainsi l’interprétation de Suzanne Woods (1993), d’Erica Longfellow (2004) et de Julie Crawford (2011).

11Les alliances familiales existant dans l’Histoire ou dépeintes au théâtre fournissent la matière de la Partie 3, « The Politics of Female Kinship ». Dans le chapitre 10, « Shakespeare Revises Juliet, the Nurse, and Lady Capulet in Romeo and Juliet » (185-206), Steven Urkowitz livre une comparaison minutieuse de scènes du Quarto 1 et du Quarto 2. Selon lui, le premier est plus favorable à une entente entre femmes : Lady Capulet, Juliet et la Nurse peuvent se parler directement ; dans le second, en revanche, leur interlocuteur principal est Lord Capulet et les personnages féminins sont divisés selon leur appartenance sociale et leur âge plus qu’ils ne sont unis par leur sexe.

12Le chapitre suivant, « Crossing Generations : Female Alliances and Dynastic Power in Anne Clifford’s Great Books of Record » (207-24), est consacré au combat acharné que mena Anne Clifford (1590-1676), arrière-petite-fille de Marie Tudor, sœur de Henry viii, durant la majeure partie de son existence afin de recouvrer son héritage en dépit des prétentions et pressions masculines pour l’en dépouiller. Sa détermination sans faille pour faire reconnaître la transmission matrilinéaire de ses droits à l’héritage fut son arme, démontre Jessica L. Malay, pour résister tant à son premier époux qu’à l’archevêque de Cantorbéry et au roi lui-même.

13Jennifer Higginbotham s’attache à une autre forme de résistance dans « Exilic Inspiration and the Captive Life : The Literary / Political Alliances of the Cavendish Sisters » (225-45), celle de l’alliance scellée entre les deux filles de William Cavendish lors de son exil en France pour y accompagner, avec ses fils, la cour de Charles ii. Lady Jane Cavendish et Lady Elizabeth Brackley, chargées de préserver le domaine familial de Welbeck, rédigèrent des textes réunis dans deux manuscrits : des poèmes composés par Jane et un masque pastoral écrit à quatre mains. Les deux versions qui en subsistent, celle de la Beinecke et celle de la Bodleian, font ici l’objet d’une comparaison très attentive. Jane revendique le volume détenu à Yale comme son ouvrage en propre, dans une épître à son père, absente de l’exemplaire conservé à Oxford où le nom de deux sœurs figure sur la page de titre et qui inclut des éléments supplémentaires (huit poèmes et une pièce, The Concealed Fancies). L’exil y est décrit comme une sorte d’« émasculation » (229) ; en contrepoint, Welbeck, lieu d’exil royal intérieur, marqué par le féminin, vu ses deux gardiennes, apparaît comme un espace de résistance (politique) grâce à deux sœurs, alors que la résistance est d’habitude l’apanage du masculin.

14Dans la Postface (247-58), Susan Frye et Karen Robertson soulignent les éléments récurrents majeurs mis en évidence par le recueil : la dissociation entre pouvoir (ici, très souvent féminin) et autorité (réputée masculine) (249), « the necessary interaction between female and male homosocial groups » (251), la stabilité de la catégorie « femme » à l’époque (253), les liens fondamentaux tissés entre les femmes par la religion et par l’éducation après la dissolution des couvents (255-56), sans oublier la remarque suivante : « the endless edicts about controlling women suggest not patriarchal control but patriarchal desperation » (248). On pourrait y ajouter les références récurrentes aux amazones et sporadiques aux sorcières. La liste des douze contributrices et des deux contributeurs (259-61) suivie d’un Index nominum et rerum (263-72) vient clore cet ouvrage passionnant et riche en pistes prometteuses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guyonne Leduc, « Christina luckyj and Niamh J. O’leary, eds. The Politics of Female Alliance in Early Modern England », XVII-XVIII [En ligne], 75 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/1718/1363

Haut de page

Auteur

Guyonne Leduc

Université de Lille – CÉCILLE EA 4074

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals