Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Shelly Charles, éd – Samuel Richardson, Pamela ou la Vertu récompensée | Shelly CharlesPamela ou les Vertus du roman. D’une poétique à sa réception

Paris : Classiques Garnier, 2018. 830 pp. ISBN 978-2-406-06331-5 | Paris : Classiques Garnier, 2018. 655 pp. ISBN 978-2-406-06334-6
Hélène Dachez
Référence(s) :

CHARLES, SHELLY, éd – Samuel Richardson, Pamela ou la Vertu récompensée. Paris : Classiques Garnier, 2018. 830 pp. ISBN 978-2-406-06331-5

CHARLES, SHELLY – Pamela ou les Vertus du roman. D’une poétique à sa réception. Paris : Classiques Garnier, 2018. 655 pp. ISBN 978-2-406-06334-6

Texte intégral

1L’introduction de cette édition critique (7-55) analyse de manière synthétique et éclairante le rôle pionnier que le roman partiellement épistolaire de Richardson a joué dans l’histoire littéraire anglaise du xviiie siècle et l’influence qu’il a exercée sur les autres auteurs de la période, notamment Henry Fielding. Avec Pamela, Richardson signe l’« acte de naissance du roman comme ‘genre anglais’ » (9). Le but de l’ouvrage, très clairement expliqué, consiste à « redonner au lecteur français, pour la première fois depuis 1823, un texte qui constitue une étape essentielle de sa propre histoire littéraire et [à] lui fournir les moyens de comprendre les raisons profondes d’une vogue, mais aussi [d‘] une révolution » (9). Shelly Charles retrace les modalités du roman, son succès inégalé en Angleterre puis en France, la multitude des réécritures dans divers genres, la querelle entre « pamélistes » et « antipamélistes » autour d’une œuvre qui devient « l’emblème d’un débat esthétique et culturel entre l’élégance française et le naturel anglais » (13). Elle étudie également de manière très convaincante comment lecture et écriture (instantanée) sont thématisées et envisagées comme des expériences singulières dans ce roman d’apprentissage et de l’ascension sociale dont elle retrace la genèse. L’auteur analyse en outre l’anglicité du roman de Richardson, Pamela devenant alors « figure de l’Angleterre et de son combat contre l’hégémonie culturelle française » (27), puis elle traite des traducteurs du roman (dont l’identité demeure incertaine), des choix et des difficultés de traduction, avant de conclure sur les caractéristiques de la présente édition. Elle développe ces points dans Pamela ou les Vertus du roman. D’une poétique à sa réception.

2Suivent des repères chronologiques (57-63), le texte de Pamela I (65-738), trois annexes : d’abord, un « résumé de l’œuvre » (739-59) ; ensuite, les « Illustrations de Hayman et Gravelot » (761-76) ; enfin, « Le roman de Monsieur B. […] » (777-806). L’ouvrage se conclut par un Glossaire (807-15), des Indications bibliographiques (817-22), un Index des noms propres (823-27) et une Table des matières (829-30).

3L’avant-propos de Pamela ou les Vertus du roman (7-11) rend compte du rôle essentiel qu’a joué Pamela dans l’émergence du roman comme genre authentiquement anglais, c’est-à-dire « non français, voire anti-français » (9), dont les caractéristiques sont la simplicité et le naturel. Shelly Charles annonce quel est le but, qu’elle atteint brillamment, de son ouvrage : « expliciter les codes, les ambitions, la dimension réflexive » du roman, « traiter en profondeur la réception de Pamela par les auteurs français » grâce à une « approche intertextuelle » visant à « comprendre avec précision les termes du dialogue qui s’instaure dans les diverses réécritures du roman […] en dépassant la doxa d’un roman sentimental et en montrant la dimension politique et les enjeux esthétiques de l’œuvre » (10). Pour ce faire, elle organise son analyse en quatre parties : les deux premières examinent l’esthétique de Richardson telle qu’elle se déploie dans Pamela I et Pamela II, et les deux dernières traitent du roman à la lumière de « la question française » (10), en se penchant sur la dimension nationale du texte, sur le dialogue entre Pamela et le roman français des premières décennies du xviiie siècle, pour conclure sur l’histoire de Pamela en France (sa réception critique, ses diverses adaptations et réécritures).

4L’introduction (13-44) retrace la polémique inédite à laquelle a donné lieu la publication de Pamela, la formation de deux clans opposés (« pamélistes » et « antipamélistes »), ainsi que le dialogue qui s’instaure entre Richardson et Fielding. Elle est l’occasion d’une excellente réflexion sur le pouvoir manipulateur de l’écriture, sur les liens entre art et artifice, fiction, illusion et réalité, sur la nécessité d’une lecture active et sur la transformation des lecteurs (intradiégétiques et extradiégétiques) en auteurs. Les références à Clarissa sont pertinentes et le paratexte est exploité de manière fort convaincante.

5La première partie de l’étude (« L’œuvre de Pamela » 47-190) montre en quoi Pamela met en jeu « Une nouvelle manière d’écrire » (49-80), l’écriture au présent, instantanée, qui se caractérise par les détails méticuleusement consignés, par « l’aspiration vers une écriture totale » (52), élaborée dans l’ignorance de l’issue. Grâce à cette écriture simple, aisée et naturelle, influencée par la tradition des manuels épistolaires, des livres de recueil, des journaux spirituels et des livres de comptes, la narration devient événement. Charles se penche ensuite sur « L’univers livresque de Pamela » (81-127) pour montrer que l’épistolière évalue systématiquement l’expérience qu’elle vit en fonction de l’expérience imaginaire trouvée dans ses lectures, et que la lecture littérale se transforme en lecture figurale et spirituelle. Grâce à un traitement particulièrement pertinent et original de l’intertextualité, Charles retrace l’évolution des pratiques interprétatives de l’héroïne selon ses trois principaux corpus de référence : les fables, la Bible et les fictions romanesques. Dans le chapitre « Lire Pamela (129-54) », l’auteur étudie comment la lecture, « intrigue secrète, parallèle, du roman » (130), est elle aussi envisagée au présent et mise en scène dans le roman épistolaire. L’examen de la réécriture des scènes (au début et à la fin de l’œuvre) et de leur portée religieuse (150-54) est très réussi. Dans l’excellent chapitre consacré à « La perspective curieuse » (155-90), Charles démontre que, selon Richardson, une double lecture est nécessaire pour appréhender cette nouvelle manière d’écrire : une lecture au présent et une lecture au passé, cette dernière donnant lieu à une écriture récapitulative et faisant apparaître un « ordre caché » qui se substitue au « désordre apparent » (157). L’examen du rapport entre Pamela et l’anamorphose visuelle et verbale est brillant. Charles traque et interprète les réseaux complexes de références bibliques, et la métamorphose devient une anamorphose qui brouille, voire renverse, les signes et les interprétations. L‘œuvre peut ainsi être comparé à un cabinet de curiosités.

6La deuxième partie de l’ouvrage (« Un roman méconnu : Pamela in extenso » 191-338) propose dans son premier chapitre (« Ce qu’on appelle une fin heureuse » 193-230) une réhabilitation de la fin de Pamela, après le mariage avec M. B. (c’est-à-dire Pamela II, d’ordinaire négligé par la critique). La fin du texte devient « un vade-mecum de la parfaite épouse » (206), où l’héroïne utilise l’ironie comme mode de protestation sous-jacent, décrypté grâce à une nouvelle espèce de lecture. La recherche que fait Charles des « ombres au tableau » (209) de l’après-mariage, la relecture originale qu’elle propose de certaines scènes et l’étude des stratégies discursives de Pamela permettent de faire ressortir toute la complexité du texte et les liens entre Pamela I et Pamela II. Dans « L’itinéraire d’une Griselda nouvelle » (231-87), la critique relie l’histoire de Pamela aux diverses versions de l’histoire de Grisélidis. Elle étudie également comment le contexte de la « guerre des sexes » (267) de 1739 se retrouve sous la plume de Pamela. Les références aux écrits de Mary Astell, de Mary Chudleigh, de Locke, de Tillotson et d’Addison apportent un éclairage original sur le texte de Richardson. L’auteure propose ensuite (« Un roman mascarade » 289-315) une relecture de la scène du bal masqué londonien, qu’elle voit comme un « épisode éminemment réflexif […] sur le roman » (290). Elle livre en outre une interprétation éclairante du déguisement et de son rapport à l’individu, et montre comment le roman emprunte les caractéristiques de la mascarade, voire du masque miltonien. Le chapitre suivant (« Conjectures sur la composition originale » 317-38) étudie, à la faveur de la transformation du modèle de la lettre-journal intime en celui de la lettre-journal-périodique, la manière dont cette « esthétique de la négligence et du naturel » (319) fait écho à la tradition de l’essai (notamment ceux de The Spectator et de la Royal Society). Charles établit un parallèle intéressant entre la naissance de deux écrivains (Pamela et Richardson) et entre deux « ‘ascensionsʼ par l’écriture » (320). L’écriture devient combat et revendication sociale dans ce roman où Richardson livre sa propre version de la querelle des Anciens et des Modernes.

7La troisième partie, « L’épître de Pamela aux Français » (339-412), examine dans son premier chapitre (« Lettres anglaises » 341-71) le topos du voyage sur le continent. Richardson transforme ce voyage traditionnellement associé au libertinage en voyage vertueux, où Pamela devient guide de l’éducation religieuse et patriotique de son mari. Le tour d’Angleterre ne fait pas que mettre en avant la création d’une identité nationale, mais il est aussi conçu comme une remise en cause de la supériorité française, si bien que le roman construit un patriotisme économique, politique, religieux, linguistique et littéraire. Le chapitre suivant (« ‘Va, mon livreʼ: Réformer le roman français » 373-412) rend parfaitement compte de la manière dont Richardson transforme le roman en un produit typiquement anglais, tout en combattant la domination du roman français frivole. Charles livre d’excellentes pages sur les points communs et, surtout, sur les différences philosophiques et esthétiques entre Pamela et Les Illustres Françaises, La Vie de Marianne, ainsi que La Paysanne parvenue.

8La quatrième partie traite de la fortune de « Pamela en France » (413-601). Le premier chapitre est consacré à « L’accueil critique » (415-40) réservé à ce roman lu par tous, et dont tous reconnaissent la singularité. Grâce à ce texte, émerge une idée nouvelle du « naturel » et de la notion d’identité personnelle. Le reste de l’ouvrage est consacrée au « réseau intertextuel » (551) de Pamela, dont Charles souligne qu’il ne saurait être traité de manière exhaustive. Dans son analyse des « adaptations théâtrales de Pamela » (441-500), l’auteure explore de manière extrêmement convaincante les réseaux de résonnance entre Pamela et les pièces de Nivelle de La Chaussée et de Louis de Boissy qui, malgré leur échec cuisant, constituèrent des palimpsestes de la Nanine de Voltaire et de la Pamela de Goldoni (témoignage du rôle majeur qu’a joué Pamela, « roman dramatique », dans les changements qu’a connus le théâtre à partir de 1750). Ces pièces proposent une « réécriture corrective » (455) du roman de Richardson dans le but de faire taire, selon diverses modalités et selon un rapport différent au pathétique, au parodique, à l’allégorique, au sérieux et au comique, la critique antipaméliste. Le dernier chapitre est consacré à l’étude de « Pamela dans le roman français » (501-601). Même si, à partir de la publication de Clarissa (1747-48) et de Sir Charles Grandison (1754), il est impossible de séparer la réception de Pamela de celle de tout l’œuvre de Richardson, Charles atteint parfaitement son but principal : cerner « l’ampleur de ‘l’effet Pamelaʼ » (501) en exploitant non seulement les références directes, mais aussi, de façon très originale, les références indirectes et les diverses configurations des adaptations. Charles montre bien que Pamela est à l’origine du Paysan perverti de Rétif de la Bretonne, de La Nouvelle Héloïse de Rousseau, de La Religieuse de Diderot, de Justine de Sade, ainsi que de textes moins connus, parmi lesquels La Jardinière de Vincennes (1775) de Madame de Villeneuve et les Lettres de Monsieur de Voltaire à Mme Denis, de Berlin, dont le rapprochement avec Pamela, bien que moins évident a priori, n’en est pas moins finement examiné.

9L’analyse est suivie par une annexe (« La Pamela de Joseph Highmore » 603-16 ; on regrette que ces planches, autre forme de réécriture, ne soient pas exploitées), par une bibliographie très fournie (617-39), par un index (641-49) et par une table des matières (651-55).

10Tout au long de cet ouvrage parfaitement réussi et cohérent, le propos est extrêmement précis et convaincant, la démonstration est sans faille et les analyses de Pamela I et de Pamela II sont aussi originales que fouillées et séduisantes. Cet ouvrage fera à n’en pas douter (et mérite amplement de faire) date dans les études richardsoniennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Dachez, « Shelly Charles, éd – Samuel Richardson, Pamela ou la Vertu récompensée | Shelly CharlesPamela ou les Vertus du roman. D’une poétique à sa réception », XVII-XVIII [En ligne], 75 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/1718/1402

Haut de page

Auteur

Hélène Dachez

Université Toulouse Jean-Jaurès - CAS (Cultures Anglo-Saxonnes)

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals