Navigation – Plan du site
Notes de lecture

David Hunter, The Lives of George Frideric Handel

Woodbridge: The Boydell Press, 2015. xvii + 515 pp. ISBN 978-1-783-27061-3
Pierre Degott
Référence(s) :

HUNTER, DAVID. – The Lives of George Frideric Handel. Woodbridge : The Boydell Press, 2015. xvii + 515 pp. ISBN 978-1-783-27061-3

Texte intégral

  • 1 Donald Burrows, Helen Coffey, John Greenacombe et Anthony Hicks, eds. George Frideric Handel: Colle (...)
  • 2 Otto E. Deutsch, Handel : A Documentary Biography (London: Black 1955).

1Le nouvel ouvrage de David Hunter, qui reprend un certain nombre d’articles de l’auteur consacrés ces vingt dernières années à la vie de Haendel ou à celle de ses proches, ne doit pas être lu comme une nouvelle biographie du compositeur naturalisé anglais. Bien au contraire, il s’agit plutôt d’une interrogation de nature presque métalittéraire sur les écueils de l’écriture biographique, notamment lorsque cette dernière est fondée, comme cela a longtemps été le cas pour Haendel, sur une somme d’informations souvent douteuses ou infondées, de toute façon incomplètes et transmises depuis plus de deux siècles par des biographes parfois peu scrupuleux dans la vérification de leurs sources. Le livre de David Hunter est à cet égard un des premiers ouvrages consacrés à Haendel à avoir bénéficié de la parution des premiers volumes des récents Collected Documents,1 une compilation de la totalité des sources concernant la vie et l’œuvre de Haendel destinée à compléter et à remplacer l’ancien usuel autrefois dû à Otto Deutsch.2 À la lecture de ces données, dûment vérifiées et mises à jour, l’auteur de The Lives of G.F. Handel interroge l’ensemble des faits et présupposés généralement associés à la vie du grand compositeur. C’est ainsi que sont reconsidérées un certain nombre d’histoires et d’anecdotes – dont certaines ont été colportées depuis la première biographie de 1760, celle que l’on doit à John Mainwaring –, et qui se voient ainsi rectifiées et/ou recadrées. Soucieux d’opérer le subtil distinguo entre Haendel, l’homme, et ‘Haendel,’ l’image ou la représentation du compositeur construite au cours des siècles – ce que Hunter rend par l’emploi on non de guillemets –, l’auteur remet en question, en les replaçant dans leurs contextes culturels, autant de sujets passionnants que le statut et la composition du public, la popularité et la célébrité du compositeur en son temps, son sens entrepreneurial, sa sexualité, sa gloutonnerie, le poids du mécénat, la portée du nationalisme, les notions de génie et de piété, le sens du combat dans l’adversité, la définition de l’ennemi, etc. C’est donc à toute une remise en question de l’ensemble des valeurs traditionnellement associées au xviiie siècle anglais qu’est convié le lecteur, qui pourra lui aussi, au prisme de sa propre perception de certains enjeux épistémologiques et socio-historiques, former son idée sur le cadre de vie de la figure ainsi évoquée. On notera à cet égard les nombreux développements sur la partie londonienne de la vie de Haendel, les années passées en Allemagne et en Italie étant, proportionnellement, quelque peu laissées dans l’ombre. Quoi qu’il en soit, plutôt que de proposer de la vie de Haendel un aperçu chronologique, comme l’ont fait la plupart de ses devanciers, David Hunter fait ici le choix d’une présentation thématique destinée à mettre en exergue les points jugés problématiques, et donc dignes d’intérêt. On trouvera ainsi, au gré des chapitres, des développements sur les sujets suivants: la composition, le goût et les attentes du public (chapitres 1 et 2); les relations entretenues dans le cadre professionnel (chapitre 3); les mécènes et les pensions (chapitre 4); les genres musicaux et les méthodes de composition (chapitre 5); la santé et la sexualité (chapitre 6); les amis (chapitre 7); la construction de l’image du compositeur au fil des ans (chapitre 8); les histoires dues aux différents biographes (chapitres 9).

  • 3 Gary C. Thomas, “Was George Frideric Handel Gay? On Closet Questions and Cultural Politics”, Queeri (...)

2Sont ainsi forgées, au long des pages, de nouvelles théories ou hypothèses comme les raisons qui auraient poussé Haendel à se détourner de l’opéra italien pour se consacrer à l’oratorio anglais ; selon Hunter, ce serait davantage à la suite des problèmes de santé de la fin des années 1730 que par un véritable souci d’opportunisme commercial lié à la demande et à l’évolution du public. Au sujet de la composition du public, l’auteur bat en brèche l’idée, entretenue par des propos de Haendel lui-même, selon laquelle la communauté juive de Londres aurait été pour le compositeur un soutien indéfectible tout au long de sa carrière de compositeur d’oratorio. Hunter fournit également de nouveaux éléments sur la fameuse répétition publique de la célèbre Music for the Royal Fireworks (21 avril 1749), réévaluée à partir de sources précisant la taille réelle, pour l’époque, des jardins de Vauxhall, ainsi que les possibilités de transport alors offertes par la ville de Londres ; ces nouveaux éléments mettent à mal la légende selon laquelle 12 000 personnes auraient assisté à la dite répétition. Concernant les investissements financiers de Haendel, certains lecteurs auront la déception d’apprendre que l’enrichissement du compositeur au tout début des années 1720 était en partie dû à ses investissements dans le commerce triangulaire. Si Hunter confirme, nouveaux éléments à l’appui, la théorie selon laquelle la détérioration de la santé de Haendel aurait été entraînée par divers excès de nourritures et de boissons, il laisse en revanche en suspens, faute de preuves, celle de l’homosexualité présumée du compositeur, idée récemment défendue par des critiques comme Gary C. Thomas ou Ellen T. Harris.3

3On appréciera tout particulièrement, en filigrane, les réflexions sur le genre même de la biographie ainsi que sur la construction et la propagation, d’une époque à l’autre, d’une nouvelle image ou d’un nouveau mythe. À cet égard, on trouvera lumineux le dernier chapitre de ce bel ouvrage, qui semble montrer qu’il y a eu autant de vies de Haendel qu’il y a eu de biographies, ces dernières ayant fait le choix de mettre en avant tour à tour l’artiste, le génie, le dévot, l’entrepreneur, le bâtisseur, l’ami, le célibataire endurci, le représentant des classes moyennes, le chantre des Hanovre, etc. Démêlant pour le lecteur ce qui relève de la vérité historique, de la fiction ou du symbole, le livre de David Hunter, dans son inattaquable érudition et dans son sens aigu de la mise en perspective, propose de la figure de Haendel un portrait kaléidoscopique qui rend encore plus fascinant un compositeur dont l’œuvre et la production nous sont de plus en plus familières, mais dont la vie et l’image continuent, inlassablement, de nous échapper.

Haut de page

Notes

1 Donald Burrows, Helen Coffey, John Greenacombe et Anthony Hicks, eds. George Frideric Handel: Collected Documents (Cambridge : Cambridge University Press, 2014–…).

2 Otto E. Deutsch, Handel : A Documentary Biography (London: Black 1955).

3 Gary C. Thomas, “Was George Frideric Handel Gay? On Closet Questions and Cultural Politics”, Queering the Pitch: the New Gay and Lesbian Musicology, ed. Philip Brett, Elizabeth Wood et Gary C. Thomas (New York : Routledge, 1994) 155-203; Ellen T. Harris, Handel as Orpheus : Voice and Desire in the Chamber Cantatas (Harvard University Press, 2004) passim.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Degott, « David Hunter, The Lives of George Frideric Handel », XVII-XVIII [En ligne], 75 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/1718/1411

Haut de page

Auteur

Pierre Degott

Université de Lorraine - IDEA, EA 2338

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals