Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Janice Valls-Russell, Agnès Lafont and Charlotte Coffin, eds, Interweaving Myths in Shakespeare and his Contemporaries

Manchester: Manchester UP, 2017. 283 pp. ISBN 978-1-526-11768-7
Jean-Jacques Chardin
Référence(s) :

Valls-Russell, Janice, Agnès Lafont and Charlotte Coffin, éds.
Interweaving Myths in Shakespeare and his Contemporaries. Manchester: Manchester UP, 2017. 283 pp. ISBN 978-1-526-11768-7

Texte intégral

1L’ouvrage coordonné par Janice Valls-Russell, Agnès Lafont et Charlotte Coffin, et qui compte onze contributions, est une enquête approfondie sur le travail de tissage auquel se livrent les poètes et dramaturges élisabéthains dans leur utilisation de la mythologie classique. L’introduction fort bien documentée présente l’état de l’art et situe clairement les enjeux méthodologiques de l’entreprise. Refusant le postulat de Burckhardt pour qui l’époque moderne marque une rupture avec le passé, les auteurs s’emparent du concept de « continuité narrative » pour qualifier les récupérations de la mythologie par les textes de la Renaissance. La mythologie est un fonds commun à tous les auteurs du xvie siècle mais elle est un discours labile dont les divergences d’interprétation sont exploitées par Shakespeare et ses contemporains. Reprenant le concept barthésien du « feuilletage », le livre montre comment l’écriture de la Renaissance relève essentiellement de l’emprunt et du palimpseste.

2Yves Peyré, rédacteur en chef de A Dictionary of Shakespeare’s Classical Mythology, repense avec une belle érudition les échos d’Homère, de Virgile et d’Ovide dans le portrait de Lavinia (Titus Andronicus) ou encore la manière dont Shakespeare adapte Ovide et Plutarque pour la construction du personnage d’Antoine (Antoine et Cleopâtre). Les classiques jouent éminemment de l’intertextualité pour créer des moirures de sens que Shakespeare exploite avec brio afin d’offrir des espaces de translittéralité qui agrègent les contraires et refusent la clôture d’un sens unique.

3Tania Demetriou reconsidère l’épyllion renaissant, partant du constat qu’à l’époque moderne, les frontières entre les genres sont fréquemment poreuses. Pour l’auteure, l’épyllion affirme sa parenté avec l’épopée tout en la contestant. Le cas le plus emblématique est sans doute le Héro et Léandre de Marlowe, dont l’auteure propose une relecture très stimulante. Selon Demetriou, le poème est construit sur des jeux intertextuels multiples avec ses sources classiques et contemporaines, preuve qu’il s’agit bien d’un texte clos qui ne relève pas de la tradition de l’épyllion ovidien.

4Dominique Goy-Blanquet s’intéresse à l’utilisation politique des mythes fondateurs des nations. Les princes médiévaux se réclamaient fréquemment du roi Priam et des Troyens, et des romances évoquant leur civilisation circulaient dans l’Europe prémoderne. Le corpus shakespearien recourt à de fréquentes allusions à Troie (Troilus et Cressida), mais la conception shakespearienne des origines, redevable pour beaucoup à Hall mais aussi à Holinshed, hérite d’une vision problématisée de l’épopée romaine.

5Janice Valls-Russell décèle une forte présence de la matière de Troie dans Le Roi Jean, bien qu’aucune référence au mythe n’apparaisse dans la pièce. Le langage et les images de violence et de carnage composent une rhétorique de l’excès qui n’est pas sans rappeler l’histoire de Troie rapportée par Euripide, Virgile ou Sénèque. Il est probable également que la traduction des Troyennes par Jasper Heywood ait influencé la construction des personnages de Constance et d’Arthur.

6Pour Atsuhito Hirota, le mythe de la Toison d’Or est reconfiguré par Shakespeare dans Le Marchand de Venise pour mêler conquête amoureuse et entreprise commerciale. Le récit antique semble contaminer tous les personnages, jusqu’à Jessica, version castratrice de la figure de Médée. L’auteur souligne aussi l’hybridité du texte shakespearien, qui fait croiser le mythe classique et certains épisodes bibliques.

7Katherine Heavey explore les sources antiques du mythe d’Absyrtus et son traitement par les auteurs de l’époque moderne. Dans les textes classiques, le fratricide porte atteinte aux lois régissant le statut des femmes, qui doivent obéissance à leur frère. L’abjection du crime commis par Médée est aussi fortement soulignée, comme chez Sénèque. L’époque moderne atteste un changement de paradigme. Les réécritures du mythe insistent davantage sur la dimension générique du meurtre et sa portée affective, et la topique du chagrin prend le pas sur l’ostentation de l’horreur. Point aussi une interrogation d’ordre plus politique liée à l’incapacité des puissants à maîtriser leurs émotions.

8Gaëlle Ginestet étudie le regard porté par les sonnettistes élisabéthains et les drames shakespeariens sur le mythe d’Europa, dont les sources antiques sont à chercher chez Moschus, Horace ou encore Ovide. Les interprétations sont souvent plurielles, même si chez certains poètes (Barnabe Barnes, en particulier), dominent le fantasme d’une domination masculine et une vision phallocentrée de la relation entre l’amant et sa maîtresse. Le traitement shakespearien du mythe est plus en demi-teinte, en particulier dans Le Conte d’Hiver dont l’auteure propose une belle analyse des déclarations d’amour de Florizel à Perdita dans la scène pastorale.

9Nathalie Rivère de Carles retrace l’utilisation par les dramaturges modernes des figures mythiques du tissage (Pénélope et Arachné). Puisant aux travaux des anciens et des médiévaux, dont Christine de Pizan, les auteurs élisabéthains érigent la fileuse en une allégorie politique pétrie de sagesse pratique qui favorise une mise en question de l’autorité patriarcale.

10Agnès Lafont replace la Didon, reine de Carthage de Marlowe dans la tradition des jeux d’emprunts et d’échos propres à la Renaissance. Rejetant la posture misogyne de l’épopée romaine, Marlowe adapte le matériau virgilien qu’il colore d’une touche ovidienne dans la présentation de la reine, filtrée par la lecture de Chaucer. La pièce de Marlowe apparaît alors comme une écriture du palimpseste.

11Charlotte Coffin explique pourquoi, en dépit de son potentiel subversif, La Maîtresse d’amour de Thomas Heywood fut prisée par le public de la cour. L’auteure considère que la présence du burlesque, en vogue dans la France du début du xviie siècle et sans doute introduit en Angleterre grâce à la reine Henriette Marie, ainsi que la dimension métathéâtrale appuyée, contribuèrent à favoriser une approche de la pièce comme lecture oblique de la mythologie classique.

12Dans le dernier chapitre, Ruth Morse examine les avatars du mythe de Pygmalion depuis Shakespeare jusqu’à la culture populaire du début du xxie siècle. Partant d’une référence au mythe ancien dans Mesure pour Mesure, l’auteure dresse un tableau des significations parfois contradictoires auxquelles il a donné lieu. Morse définit aussi une méthodologie qui permet de lire les travestissements des mythes classiques et de considérer les jeux shakespeariens avec la tradition mythologique comme sources de variations ultérieures.

13On ne saurait trop recommander la lecture de cet ouvrage savant, stimulant et excellemment bien écrit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Chardin, « Janice Valls-Russell, Agnès Lafont and Charlotte Coffin, eds, Interweaving Myths in Shakespeare and his Contemporaries », XVII-XVIII [En ligne], 75 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/1718/1418

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Chardin

Université de Strasbourg - SEARCH, EA 2325

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals