Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jon Mee, Print, Publicity and Radicalism in the 1790s. The Laurel of Liberty

Cambridge: Cambridge University Press, 2016. xiv + 272 pp. ISBN 978-1-107-13361-7
Rémy Duthille
Référence(s) :

MEE, JON. – Print, Publicity and Radicalism in the 1790s. The Laurel of Liberty. Cambridge: Cambridge University Press, 2016. xiv + 272 pp. ISBN 978-1-107-13361-7

Texte intégral

1L’ouvrage de Jon Mee porte sur le rapport des radicaux anglais des années 1790 au monde de l’écrit et de l’imprimé ; il analyse « l’émergence du radicalisme populaire à travers l’expérimentation, la contestation et le spectacle [performance] » (1). Le milieu radical londonien gravitant autour de la London Corresponding Society (LCS) et de la Society for Constitutional Information, plus bourgeoise, a fait l’objet de nombreuses études depuis le classique d’E. P. Thompson, La Formation de la classe ouvrière anglaise (1963). Mee renouvelle le champ en plaçant au cœur de son analyse l’imprimé et les pratiques sociales du monde de l’édition, tout en se situant dans la continuité d’historiens comme Iain McCalman, David Worrall et John Barrell, qui ont souligné le caractère théâtral, voire histrionique, des radicaux, ainsi que la richesse culturelle des années 1790. Le présent ouvrage vient aussi approfondir des analyses de l’auteur lui-même sur la sociabilité littéraire et sur plusieurs figures du mouvement radical. Il se divise en deux parties. La première retrace, en deux chapitres à la fois analytiques et chronologiques, le rapport des radicaux au monde de l'écrit et de l’édition, dans le contexte du Londres du début des années 1790, jusqu’à la législation de décembre 1795 limitant la liberté d’expression et d’association. La seconde partie est consacrée à quatre personnalités, deux gentlemen, Robert Merry et Charles Pigott, et deux figures truculentes qui peuvent incarner le « peuple » avec plus de crédibilité, « Citizen » Lee et John Thelwall. Ces études de cas viennent à la fois illustrer les phénomènes généraux structurant le champ culturel radical et démontrer l’importance (assez paradoxale, dans une sociabilité démocratique de masse refusant l’artifice du spectacle et la distinction aristocratique) de la personnalisation et de l’incarnation en politique.

2Comme Jon Mee le note, après d’autres historiens, l’ironie veut que les archives policières et les rapports d’espions soient une excellente source de documentation sur les spectacles et la sociabilité de LCS (178). L’auteur croise avec virtuosité ces archives, les publications de la société et des dizaines de pamphlets et d’articles de presse pour reconstituer, parfois au jour le jour, dans le plus grand détail, le fonctionnement d’une culture radicale foisonnante et souvent jubilatoire. Jon Mee en célèbre la fécondité tout en rappelant sa « fragmentation » (reprenant l’expression de Mark Philp), qui procède non d'une idéologie cohérente, mais de pratiques sociales déjà établies. Qu’il s’agisse de leurs statuts, de leurs pratiques et même de leurs objectifs, les sociétés radicales s’inspirent des clubs de lecture et d’autres formes de sociabilité ouvertes aux artisans et aux couches moyennes de la société londonienne (7). Mee envisage la LCS non comme un agent cohérent doté d'une volonté et d'une idéologie univoque, mais comme un lieu traversé de circulations et débats, et donc structuré par les pratiques d’écriture, d’édition et de lecture de l’époque, comme les conférences publiques, les conversations chez le libraire, au café ou dans l’espace domestique à l’heure du thé (20). Cet angle d’analyse relativise certaines questions historiographiques, comme la cohérence discursive et sociale du radicalisme, et souligne la complexité et la variété culturelles des mouvements radicaux. Mee montre la diversité des rapports qu’entretenaient les radicaux avec l’écrit. Si tous croient plus ou moins à « la magie de l’imprimé », l’optimisme séculier de Godwin (formation d’une opinion publique juste par diffusion de l’écrit) coexistait avec la confiance de Paine dans la capacité délibérative des assemblées et avec la vision religieuse de Lee, évangéliste du pouvoir du Verbe (109).

3S’engageant dans les débats historiographiques autour de la « sphère publique » théorisée par Jürgen Habermas, Mee met l’accent sur l’hybridité des pratiques de la LCS, qui tiennent à la fois de la culture des élites et de formes « plébéiennes » (chansons, rituels de camaraderie dans les tavernes par exemple). La LCS, située dans une telle zone de contact, n’est selon lui ni une « sphère publique plébéienne » anti-bourgeoise, ni une instance disciplinaire visant à former ses membres à la citoyenneté en éliminant un reliquat plébéien et irrationnel (20, 32). Mee met en évidence les débats tendus autour de la « volonté générale », et les mécanismes permettant à cette volonté de se dégager et de s’exprimer. La LCS débattait des publications qu’elle pouvait prendre à son compte dans un contexte de répression judiciaire, des formes de délibération acceptables en son sein et de ses rapports avec le Parlement de Westminster : fondation d’un contre-parlement sous la forme d’une « convention », mot chargé d’ambiguïtés ou, solution plus sûre et plus classique finalement retenue, des pétitions. La LCS était ainsi, selon Mee, une « entité provisoire » (92) qui débattait de sa constitution et de ses propres procédures alors même qu’elle réclamait la réforme de la constitution britannique, le microcosme de la LCS servant de modèle à une nation démocratique et débattant librement de ses institutions.

4Jon Mee signe un ouvrage de très grande qualité, une histoire culturelle à la fois nourrie par une recherche approfondie en archives et problématisée par des apports théoriques à travers des micro-lectures très fines. L’ouvrage est spécialisé, il porte en grande partie sur des figures mineures en dehors de Paine et de Thelwall (William Blake est absent, Wordsworth et Coleridge sont abordés du point de vue de la LCS seulement) et sa compréhension requiert une bonne connaissance de l’historiographie des années 1790, un champ d’étude en voie d’autonomisation. Les spécialistes d’autres domaines trouveront cependant des aperçus frappants et novateurs sur des questions comme le millénarisme et l’impact des Gordon Riots (62-72) ou l’idée que certains membres de la LCS étaient peut-être favorables à l’accès des femmes à des formes de citoyenneté, sans que les quelques textes et débats allant dans ce sens fussent suivis d'effet (49-60). Ici, comme ailleurs, Mee est confronté à la difficulté des sources mais en tire des interprétations stimulantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Duthille, « Jon Mee, Print, Publicity and Radicalism in the 1790s. The Laurel of Liberty », XVII-XVIII [En ligne], 75 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/1718/1444

Haut de page

Auteur

Rémy Duthille

Université Bordeaux-Montaigne - Climas (Cultures et littératures des mondes anglophones), EA 4196

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals