Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Louise Curran, Samuel Richardson and the Art of Letter-Writing

Cambridge: Cambridge University Press, 2016. xv + 267 pp. ISBN 978-1-107-13151-4
Alain Kerhervé
Référence(s) :

CURRAN, LOUISE. – Samuel Richardson and the Art of Letter-Writing. Cambridge: Cambridge University Press, 2016. xv + 267 pp. ISBN 978-1-107-13151-4

Texte intégral

1Cet ouvrage accompagne une édition actuellement en cours de la correspondance de Samuel Richardson par Cambridge University Press, en 12 volumes. Il s’agit du travail dense, proposé comme thèse de doctorat (PhD University College London, 2012) par l’auteure, sur l’écriture épistolaire de Samuel Richardson, à la fois dans sa correspondance privée et dans ses romans par lettres.

2L’introduction fixe la problématique principale de l’ouvrage, à savoir la manière dont Samuel Richardson avait une haute conscience des enjeux esthétiques et éthiques de l’écriture épistolaire, aux moments où il écrivait ses lettres personnelles, où il composait ses romans épistolaires ou encore lorsqu’il s’engageait dans des échanges publics ou privés au sujet de son œuvre. Dès lors, il convient de considérer les lettres de l’auteur comme parties intégrantes de son œuvre littéraire, et non pas seulement comme éclairages sur cette dernière. La figure de l’auteur se dégage à la fois de ses romans et de ses écrits personnels.

3L’approche est ensuite essentiellement chronologique, en cinq temps. Le premier chapitre s’attache à montrer le conflit de l’écriture richardsonienne des années 1740-1741, époque où, composant à la fois les Letters Written to and for Particular Friends et Pamela, il était tiraillé entre la recherche d’un style épistolaire simple, familier et la tentation d’élever l’écriture vers le sublime, notamment en rédigeant Pamela. Le deuxième chapitre présente l’auteur comme correspondant à succès à travers ses échanges avec Lady Bradshaigh au moment de la composition de Clarissa (1747-1748). L’échange, à la fois intime et détaché, privé et public, lui permet de réfléchir à la création des personnages de ses romans. Le troisième chapitre prolonge ces questions dans un réseau plus vaste de correspondantes, incluant notamment Sarah Fielding, Hester Muslo, Frances Sheridan et Sarah Wescomb, dans les années 1750. Il montre comment la correspondance comme les romans permettent de promouvoir l’écriture féminine, personnelle ou publique, à l’image de cette suite envisagée à The History of Sir Charles Grandison, composée d’un patchwork de lettres écrites par ses correspondantes. Le quatrième chapitre revient à l’écriture masculine des années Grandison (1753-1754) au cours desquelles se bâtit, à la fois dans son dernier roman mais aussi dans ses échanges avec Samuel Lobb et George Cheyne notamment, la figure masculine vertueuse de l’auteur. Le cinquième chapitre transpose ces questions esthétiques et morales au travail éditorial, à grand renfort d’index, que Samuel Richardson pratiqua de sa propre correspondance dans les dernières années de sa vie, ce travail d’« archivage de soi » (« archiving the self », p. 159) qui le mena notamment à la question de savoir s’il fallait ou non voir ses propres lettres publiées de son vivant, une autre manière de se poser en figure autoriale. Cette question du correspondant comme auteur, partagé entre le souci de préserver son intimité et son désir de reconnaissance publique est reprise dans la conclusion de l’ouvrage.

4Il n’est pas certain que les spécialistes des romans de Samuel Richardson fassent ici des découvertes majeures, d’autant moins, sans doute, que les éléments principaux des chapitres 2 et 5 ont été préalablement publiés, respectivement, dans Journal for Eighteenth-Century Studies en 2013 et dans Eighteenth-Century Life en 2011 (p. xiii). L’apparat critique placé en fin de volume n’est pas des plus commodes à manier.

5En revanche, les enjeux épistémologiques de l’écriture épistolaire occupent une place centrale dans l’ouvrage qui s’appuie sur des manuscrits encore inédits au moment de sa publication. Le style de Louise Curran est vif et pétillant, ses lectures des écrits richardsoniens érudites et souvent personnelles. Le va-et-vient constamment opéré entre l’écriture des personnages des romans et celle de la correspondance de l’auteur est fort fécond. L’ensemble propose un éclairage pertinent, au-delà de Samuel Richardson, sur l’écriture épistolaire britannique du xviiie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Kerhervé, « Louise Curran, Samuel Richardson and the Art of Letter-Writing », XVII-XVIII [En ligne], 75 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/1718/1468

Haut de page

Auteur

Alain Kerhervé

Université de Brest – Laboratoire HCTI

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals