Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Marcus Tomalin, The French Language and British Literature, 1756-1830

London and New York: Routledge, 2016. viii + 256 pp. ISBN 978-1-472-46538-2
Isabelle Bour
Référence(s) :

TOMALIN, MARCUS. – The French Language and British Literature, 1756-1830. London and New York : Routledge, 2016. viii + 256 pp. ISBN 978-1-472-46538-2

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage ne donne pas une juste idée de son contenu, pas plus que le texte de la quatrième de couverture. En effet, s’il y est question de la langue française, il y a aussi de longs développements sur la poésie française ; quant au terme de littérature, il est pris dans une acception extrêmement élastique : l’auteur dit lui-même qu’il inclut, outre « canonical poems, plays, and novels », « [e]ssays, philosophical memoirs, translations, anthologies, dictionaries, and so on » (19). Tomalin examine certains aspects de l’interaction entre les langues et les cultures française et anglaise dans divers textes de la période de référence. Souhaitant probablement montrer la cohérence du propos, il multiplie les annonces de la thématique des chapitres à venir et les rappels des points traités dans les chapitres passés. Il demeure que l’ouvrage n’est pas informé par une thématique clairement définie et qu’il ne présente pas de thèse interprétative englobante.

2Les trois derniers chapitres proposent des analyses plus nouvelles que les quatre premiers. Dans le premier chapitre sont évoquées les traductions de trois auteurs – Smollett, Cowper et Keats. On peut s’interroger sur le bien-fondé de l’inclusion de Keats, qui a traduit un seul sonnet de Ronsard et écrit deux vers en français. Ces deux vers donnent lieu à une pleine page de spéculations, où l’on relève les expressions : « it is impossible to determine », « Keats’s written French is likely to contain », « this seems less likely », « another possibility, therefore », « it is possible of course », « seems the most possible ». Les considérations sur la graphie « mercy » dans le titre La Belle dame sans mercy semblent ténues. L’argumentation sur le choix du mètre fait par Keats laisse perplexe ; à propos du sonnet « Nature ornant Cassandre » écrit en décasyllabes par Ronsard, Tomalin dit en effet de Keats : « he chose to create a decasyllabic sonnet rather than one in alexandrines. The latter metre had become the standard medium of Neoclassical French verse, and Keats’s choice may well signal his disenchantment with eighteenth-century literary conventions » (49). Le second chapitre, très touffu, consacré à l’apprentissage du français, brasse une matière bien connue, citant les auteurs masculins et féminins du long xviiie siècle qui ont écrit sur l’éducation des filles et des garçons, et résumant les travaux de divers spécialistes contemporains. Une typologie claire des écoles qui existaient aurait permis de clarifier le propos. On distingue une évolution entre le début et la fin du siècle, signalée par Michèle Cohen dans ses travaux : alors que la conversation (que Locke conseillait comme méthode d’apprentissage) est recommandée au début de la période, la fin du siècle voit une prédominance de l’apprentissage par le biais des règles de grammaire. Le troisième chapitre, intitulé « Coquettes and Galants », se penche sur la traduction des mots « coquet(te) » et « galant(e) », dans des mémoires tant fictionnels que factuels. Cela amène une digression sur l’affaire du collier, en lien avec les mémoires de la comtesse de La Motte – Tomalin a un penchant pour les digressions ; on mentionnera, par exemple, celle des pages 70-71, qui fournit des informations, d’ailleurs inexactes, sur le sens premier du mot français « abord ». Le cœur du propos dans ce chapitre est l’analyse de la traduction des deux mots signalés dans les traductions de deux ouvrages de mémoires faites par les romancières Charlotte Lennox et Elizabeth Griffith. Il aurait été intéressant que l’analyse de traduction ne soit pas seulement lexicale, d’autant que Tomalin indique que l’adaptation des Mémoires de Ninon de Lenclos par Griffith est une œuvre composite, centon de divers documents. Pour intéressantes que soient ces considérations lexicales, il est excessif de résumer ce chapitre en disant qu’il proposait « a careful assessment of how French memoirs were translated into English » (109). On reste également perplexe devant l’affirmation suivante (qui vise à mettre en valeur l’utilité d’une analyse de mémoires, genre relativement négligé par la critique) : « the popular appeal of French memoirs in Britain throughout the long eighteenth century undermines the lingering critical stance that British audiences were dismissive of French literature during this period » (111). Le roman français connut un succès considérable en Grande-Bretagne au xviiie siècle, et on ne voit pas à quoi Tomalin fait référence. Le chapitre 4 est consacré aux préjugés contre les gouvernantes françaises, dans la réalité et la fiction, sans que la nature différente des textes soit prise en compte. Les textes étudiés – ceux de Maria Edgeworth en particulier – furent publiés entre 1790 et 1830. Ici encore, des digressions, par exemple à propos de l’expression « to cut a dash » ou de la graphie « rosbif », qui n’a rien de surprenant en français.

3Le chapitre 5, intitulé « French Poets and British Reviewers », examine en particulier les articles de Henry Francis Carey publiés dans le London Magazine entre 1821 et 1825, où il entreprenait de réévaluer la poésie française médiévale et renaissante, ce qui était une manière de montrer que la France avait produit autre chose qu’une poésie néo-classique perçue comme rigidifiée par des règles très strictes. Pendant à cet intérêt pour une poésie ancienne, celui que les Britanniques éprouvaient pour la poésie française romantique, défendue dans divers périodiques par Thomas Grattan. Le chapitre suivant s’intéresse à Hazlitt : après des spéculations sur sa maîtrise du français, Tomalin, qui est spécialiste de linguistique, analyse à nouveaux frais, et de façon convaincante, les vues de Hazlitt sur le monolinguisme et l’impérialisme, domaine où Hazlitt se contredisait quelque peu, puisqu’il trouvait que l’imposition d’une langue restreignait de manière préjudiciable les perspectives sur le monde, alors que, en même temps, il était un admirateur de Napoléon. Comme l’écrit Tomalin : « A central concern in the revisionist projects undertaken by radicals during the 1810s and 1820s was to devise a form of patriotism which could nonetheless readily accommodate transcultural sympathies » (179). Un dernier chapitre est consacré à William Cobbett, auteur de grammaires anglaise et française. Cobbett pensait qu’il fallait dégager les principes qui gouvernaient une langue, plutôt que se contenter d’inculquer des règles. Tomalin digresse ici vers les sympathies de Cobbett pour le catholicisme, puis étudie les entrées « Whig » et « Tory » dans le New French and English Dictionary (1833) de Cobbett, d’où il ressort que certaines notices du dictionnaire avaient une orientation politique. La conclusion, partant du monolinguisme qui gagne la Grande-Bretagne actuellement, propose des remarques sur la pierre de Rosette et un long développement sur la traduction de la poésie hongroise, avant de s’achever sur une défense de la nécessité d’une approche pluridisciplinaire de l’interculturalité.

4L’ouvrage donne l’impression de n’avoir pas été relu avec attention : une longue citation faite aux pages 7-8 est répétée aux pages 78-79 ; de même aux pages 77 et 131. Il y a des coquilles en anglais, en français et en latin. L’index des noms propres est incomplet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Bour, « Marcus Tomalin, The French Language and British Literature, 1756-1830 », XVII-XVIII [En ligne], 75 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 16 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/1718/1477

Haut de page

Auteur

Isabelle Bour

Université Sorbonne Nouvelle – Prismes, EA 4398

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals