Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Yannick Deschamps, L’Union anglo-écossaise vue par les historiens britanniques : Regards croisés sur la genèse de la Grande-Bretagne, 1707-1746

Paris : Michel Houdiard, 2017. 262 pp. ISBN 978-2-356-92155-0
Michel Faure
Référence(s) :

DESCHAMPS, YANNICK. – L’Union anglo-écossaise vue par les historiens britanniques : Regards croisés sur la genèse de la Grande-Bretagne, 1707-1746. Paris : Michel Houdiard, 2017. 262 pp. ISBN 978-2-356-92155-0

Texte intégral

1Comme le signale Pierre Morère dans sa préface, le petit volume très dense consacré par Yannick Deschamps aux regards des historiographes du début du xviie siècle sur l’Union anglo-écossaise met en lumière un paysage complexe, reflétant bien sûr les différences de vues entre les pro-unionistes (whigs anglais comme Daniel Defoe et John Oldmixon, whig écossais d’abord épiscopalien puis évêque anglican comme Gilbert Burnet), les anti-unionistes (jacobite et presbytérien comme George Lockhart of Carnwath, anglais, et High Church tory comme Thomas Salmon), et les chroniqueurs plus neutres en dépit de leurs préférences politiques (tels les Écossais David Scott et James Wallace, le chroniqueur huguenot naturalisé anglais Abel Boyer ou le compilateur anglais Nicholas Tindal), dont les œuvres permettent, parallèlement, de mesurer le degré d’attachement des uns et des autres au providentialisme, ou les convergences et divergences entre presbytériens et anglicans.

2La méthode comparative privilégiée par l’auteur, appuyée sur des analyses fines et nuancées des stratégies démonstratives des nombreux chroniqueurs et historiens, fait clairement apparaître les tensions multiples créées ou révélées par le bouleversement introduit par l’Union, mais aussi la manière dont les uns et les autres se rejettent mutuellement la responsabilité de l’opposition à l’Union.

3En effet, l’approche n’est pas seulement politico-théorique et, dans le premier chapitre essentiellement centré sur Defoe et Oldmixon, l’ouvrage prend notamment en compte, dès 1706, la diversité des réactions aux mouvements plus ou moins spontanés et diversement évalués des pétitions de 1706-1707, et surtout aux événements d’Édimbourg, de Glasgow ou de Dumfries, d’autant plus commentés qu’ils étaient vécus comme une atteinte à l’ordre public. L’amalgame opéré par des historiens comme Oldmixon entre l’opposition jacobite et le mouvement presbytérien des Caméroniens est évidemment signalé, tout comme l’usage sélectif qu’il fait des compilations d’Abel Boyer.

4Le second chapitre analyse la vision de Gilbert Burnet, penseur généralement modéré qui, tout en envisageant l’Union comme une intervention providentielle dans le cours de l’histoire de l’Écosse, montre un intérêt curieux et assez impartial pour les péripéties de cette genèse et les complexités des calculs et conflits d’intérêts politiques qui s’y rattachaient, et s’efforce de ne pas trop froisser les jacobites, assez nombreux parmi les épiscopaliens, en ne leur faisant pas porter tout le poids de l’opposition à l’Union.

5La part belle est faite dans un troisième chapitre aux Memoirs concerning the Affairs of Scotland, attribués à George Lockhart of Carnwath, en dépit des prudentes dénégations de l’auteur supposé, probablement dues aux risques juridiques encourus en raison des accusations violentes portées contre une décadence générale. Yanick Deschamps détaille les portraits charges faits des protagonistes d’un épisode historique vécu comme un signe de la chute de l’Écosse dans un enfer de calculs intéressés et de corruption généralisée, largement précipitée par la duplicité initiale de la politique de Godolphin. La part que Lockhart avait, à vrai dire contre son gré, prise aux négociations, en dépit de son attachement au jacobitisme et dans l’espoir secret de pouvoir renseigner ses partisans, permet, outre l’intransigeance morale de l’observateur, d’expliquer l’amertume des constats effectués et la virulence des attaques contre les principaux protagonistes.

6Thomas Salmon offre une matière moins sulfureuse à un quatrième chapitre, même s’il partage de nombreux jugements sur les manœuvres et malversations qui auraient présidé à l’instauration de l’Union. Yannick Deschamps montre en particulier comment, pour ce fils de pasteur anglican, l’essentiel de l’enjeu de l’Union est le risque que celle-ci fait courir à l’Église d’Angleterre en introduisant le loup dans la bergerie, à savoir des parlementaires presbytériens à Westminster.

7Les deux derniers chapitres, plus brefs, consacrés respectivement aux annalistes écossais David Scott et James Wallace, et à leurs homologues anglais ou assimilés (Abel Boyer et Nicholas Tindal), donnent lieu à des analyses fines qui mettent en valeur un usage discret ou différencié des sources les plus conflictuelles, avec notamment, pour les annalistes écossais, une prudence motivée par la publication officielle et immédiate de leurs ouvrages qui ne dissimule cependant pas leurs réserves fondamentales, attitude clairement opposée à la volonté, pour Tindal, de souligner, en bon whig anglais, le progrès constitué par l’accession des Écossais aux droits fondamentaux garantis par le système anglais, tandis qu’Abel Boyer semble balancer entre critique morale de la mise en œuvre du projet et utilité de l’objectif.

8Ce panorama composé des images de l’Union laissées en héritage aux historiens contemporains par leurs prédécesseurs, et susceptible d’interprétations très diversifiées, évoquées dans la conclusion de cet ouvrage fort stimulant, offrira de nombreuses sources de réflexions et de recherches non seulement aux historiens de la période concernée mais aussi aux historiens de l’historiographie et à toutes celles et ceux qui entreprennent de réfléchir au passé et au devenir de l’Écosse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Faure, « Yannick Deschamps, L’Union anglo-écossaise vue par les historiens britanniques : Regards croisés sur la genèse de la Grande-Bretagne, 1707-1746 », XVII-XVIII [En ligne], 75 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/1718/1505

Haut de page

Auteur

Michel Faure

Université de Haute Alsace – ILLE (Institut de Recherche en Langue et Littératures Européennes), EA 4363

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals