Navigation – Plan du site
Notes de lecture

John Wareing, Indentured Migration and the Servant Trade from London to America, 1618-1718

Oxford: Oxford UP, 2017. 298 pp. ISBN 978-0-198-78890-4
Élodie Peyrol-Kleiber
Référence(s) :

Wareing John. – Indentured Migration and the Servant Trade from London to America, 1618-1718. Oxford : Oxford UP, 2017. 298 pp. ISBN 978-0-198-78890-4

Texte intégral

1L’engagement dans les colonies anglaises et françaises d’Amérique suscite un regain d’intérêt parmi les historiens. Cette forme de travail non libre a longtemps donné lieu à une définition très systématique : un contrat signé par un individu s’engageant volontairement à servir un autre individu en échange de la prise en charge, pendant quatre ans, de la traversée transatlantique, ainsi que du gîte et du couvert sur place. Néanmoins, des études récentes plus minutieuses et approfondies, dont relève l’ouvrage de Wareing, ont mis à jour de nombreuses variétés et spécificités de travail non libre, lesquelles font exception à ce schéma. La focalisation sur les expériences diverses des engagés montre que l’historiographie sur le sujet était devenue poussiéreuse.

2Wareing propose l’étude d’un corpus limité, qui concerne 2107 migrants partis de Londres pour les colonies anglaises d’Amérique entre 1683 et 1686. Ce corpus restreint ne signifie pas que l’étude est dépourvue de représentativité, bien au contraire. Les registres de contrat sont très rares au XVIIe siècle ; chaque ligne de chaque page compte. Dans Indentured Migration, les registres de Londres sont passés à la loupe et donnent des informations sur la vie quotidienne londonienne, les pratiques criminelles et judiciaires, ainsi que sur les mouvements de population externes et internes à la ville. Wareing présente Londres comme un centre névralgique du commerce colonial, et plus spécifiquement du commerce d’engagés.

3Des sept chapitres qui constituent cet ouvrage, les trois premiers ne sont guère innovants. Ils confirment tout au plus ce que les dernières études sur l’engagement ont mis en évidence. Wareing définit les différents types d’engagés : les exchanged servants (embarqués dans le but de revendre leur contrat dans les colonies), les consigned servants (réservés par un individu en particulier) et les customary servants (soumis à la coutume de la colonie). Néanmoins, les chapitres suivants regorgent de pépites historiques sur la perception du spiriting (kidnapping principalement d’enfants qui sont ensuite envoyés contre leur gré dans les colonies). À travers les minutes de procès et les registres d’engagement, Wareing dresse le portrait d’une ville assoiffée d’âmes humaines, dont les spirits se servent pour augmenter leurs profits. La lutte de certains marchands pour faire valoir leurs droits s’embourbe dans les conflits entre Parlement et monarque, et n’aboutit qu’en 1718 à une réelle régulation du commerce d’engagés.

4Le spiriting est illégal, mais peu ou difficilement limité, car il s’agit un crime utile. À tout cela s’ajoute la dimension, très présente dans les colonies également, de l’instrumentalisation de la loi. Les marchands se cachaient derrière la loi pour que leurs intérêts soient protégés, mais les engagés aussi se servaient de la loi pour leur propre profit. Wareing rapporte des cas d’engagés qui avaient été nourris et logés dans un navire pendant un mois et qui, lors de l’inspection avant le départ, déclarèrent qu’ils étaient là contre leur gré. Ils gagnaient ainsi un mois de nourriture et un toit, au détriment des marchands. De même, Wareing met à jour des sources dans lesquelles les parents expliquent pourquoi ils engagent leur enfant, comme dans les contrats français que Gabriel Debien étudia au siècle dernier. Il s’agit pour la plupart de cas témoignant de l’incapacité des parents à subvenir aux besoins de leur enfant, mais illustrant aussi une forme d’éducation qui visait à faire rentrer dans le droit chemin certains enfants turbulents.

5Enfin, les sources étudiées dans l’ouvrage confirment l’existence d’un besoin pour cette forme de main d’œuvre bien après le début du xviiie siècle. De nombreux historiens ont affirmé que l’engagement avait été supplanté par l’esclavage dès 1680, y compris dans les colonies continentales. Wareing prouve que, même en 1718, les détenteurs d’autorisation d’éditer des contrats d’engagement faisaient reconduire leur charte (246). Le commerce d’engagés ne prit donc jamais fin en faveur de l’esclavage.

6Wareing propose une étude du commerce d’engagés centré sur Londres, et non sur l’expérience des engagés dans les colonies ni sur le commerce d’une nation entière, ce qui lui permet de mettre en évidence des situations d’une grande variété qui n’apparaissent pas lorsque l’on brosse un tableau plus général. Son analyse de la gestion du spiriting, thème peu traité, est innovante et éclaire des pans de l’histoire de l’engagement. Wareing parvient donc à préciser, nuancer et compléter l’étude de David Galenson qui faisait autorité jusque-là, en apportant des éclairages nécessaires et passionnants sur un système de travail non libre qui n’a pas fini de révéler ses secrets.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Peyrol-Kleiber, « John Wareing, Indentured Migration and the Servant Trade from London to America, 1618-1718 », XVII-XVIII [En ligne], 75 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/1718/1547

Haut de page

Auteur

Élodie Peyrol-Kleiber

Université de Poitiers MIMMOC, EA 3812

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals