Navigation – Plan du site
Crimes et criminels

Captain Kidd

Le corsaire-pirate devenu martyr de la cause coloniale
Anne-Claire Faucquez

Résumés

L’histoire de William Kidd met parfaitement en lumière le glissement possible entre les activités légales des corsaires et le monde criminel de la piraterie, ainsi que l’instrumentalisation par les gouvernements de ces « hommes de main » utilisés pour servir les desseins impérialistes des nations européennes. En retraçant le parcours de ce marchand devenu corsaire puis pirate, qui déchaîna la haine des autorités anglaises, avant d’être érigé au rang de héros de la culture populaire, cet article a pour objet d’expliquer comment la pratique de la piraterie puis sa criminalisation par la Couronne dans la dernière décennie du XVIIe siècle illustrent l’émergence des tensions entre la mère patrie et ses colonies, faisant de Kidd un martyr précoce de la cause des rebelles coloniaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 There had been a quarrel in which Moore accused Kidd of having ruined them all, on which Kidd call (...)

1Après une fructueuse carrière de marchand dans les Antilles, et un premier raid contre l’île française de Marie Galante, l’Écossais William Kidd, surnommé Captain Kidd, s’était établi à New York en 1691. En 1695, il se rendit à Londres pour proposer ses services au roi Guillaume III afin de détruire les repaires de pirates dans l’océan Indien et de s’attaquer aux navires des pays ennemis de l’Angleterre, à savoir les navires français. Or, ayant subi de nombreuses avaries, il décida d’abandonner sa mission pour la Couronne et de se consacrer exclusivement à la piraterie. De retour à New York, il fut capturé et envoyé à Londres afin d'y être jugé à la fois pour ses actes de piraterie et le meurtre de son timonier William Moore (Biddulph 59).1

  • 2 Terme employé ici de manière générique.

2L’histoire de William Kidd illustre parfaitement le glissement possible entre les activités légales des corsaires et le monde criminel de la piraterie, ainsi que l’instrumentalisation par les gouvernements européens et coloniaux de ces « hommes de main ». Comment une même action, le pillage de bateaux, pouvait-elle être, dans un premier temps, cautionnée et encouragée par la Couronne puis condamnée par la peine capitale ? Ce changement dans la législation contre la piraterie, qui survint au milieu des années 1690, eut un impact considérable sur la carrière de Captain Kidd qui commença son aventure à l’époque de ce que l’historien Robert Ritchie appelle « la piraterie officiellement reconnue » et finit par le « maraudage » (Ritchie 10). En effet, Ritchie distingue trois types de comportement chez les « pirates ».2 Ce qu’il appelle « la piraterie officiellement reconnue » recouvre la pratique de la course et des corsaires. Officiellement autorisée voire même commanditée par le gouvernement, la course permettait l’attaque de navires ennemis en tant de guerre dont les bénéfices revenaient en grande partie à l’État. Comme le résume Michael Hennessy-Picard, « en l’absence de marine organisée, le souverain étend sa juridiction en haute mer en déléguant son autorité à des opérateurs privés, qui lui reversent une partie des capitaux générés par la conquête pirate de territoires étrangers » (Hennessy-Picard 20). De par le soutien apporté de l’État, le corsaire est, selon l’historien Hans Turley, un « criminel transformé en héros national » (Turley 29), dont les actions criminelles sont ainsi légitimées aux yeux de la population. Cette pratique s’était développée au XVIe siècle avec les illustres corsaires anglais John Hawkins (1532-1595), Sir Francis Drake (1540-1595) et Henry Morgan (1637-1688), qui tinrent tête à l’empire espagnol et furent adoubés pour services rendus à la Couronne. La seconde catégorie analysée par Ritchie est la « piraterie marchande ». De nombreux marchands coloniaux étaient impliqués dans les réseaux de pirates ou commerçaient avec les boucaniers, ces « flibustiers sédentarisés », chasseurs de viande qu’ils faisaient boucaner ou fumer, installés dans les Antilles (Linon-Chipon 25). Le dernier type de pirate était les « maraudeurs », qui apparurent à la toute fin des années 1690, puis virent leur heure de gloire dans le premier quart du XVIIIe siècle : ces individus cherchaient à réaliser des profits par le biais de la piraterie, mais sans le soutien du gouvernement ou des groupes de marchands, attaquant des navires de toutes nations, et devenant les hostis humani generis, les ennemis de l’humanité (Burgess 5). On ajoutera parmi ces distinctions le flibustier, « un corsaire mettant à sac brutalement des cités servant de relais », et le boucanier, « un chasseur dans un pays exotique chargé de la nourriture des corsaires » (Linon-Chipon 297 note 1).

  • 3 Sur ce débat voir Steele The English Atlantic, qui envisage la loi coloniale comme émanant de Londr (...)

3Suite aux troubles que connut l’Angleterre avec la Glorieuse Révolution qui conduit à une réorganisation de ses institutions politiques, il est intéressant de se pencher sur la définition du crime dans le dernier quart du XVIIe siècle et sur sa nature toute relative. Qui criminalisait la piraterie et à quelle fin ? Était-ce la Couronne ou les colonies ? Si le crime est considéré comme une infraction à la loi, d’où émanait la loi ? Était-ce du monarque, du parlement de Westminster, des gouverneurs ou des assemblées coloniales ?3 Si la course était légale pour une nation mais non reconnue par ses ennemis, qu’en était-il de la piraterie ? Pouvait-elle être sanctionnée par la Couronne mais autorisée par les colonies ?

4Par l’exemple du parcours de ce marchand devenu corsaire puis pirate, qui déchaina la haine des autorités anglaises, avant d’être érigé au rang de héros de la culture populaire, et par la mise en exergue des liens qu’il entretenait avec les gouverneurs coloniaux de New York, nous essaierons d’expliquer comment la pratique de la piraterie dans la dernière décennie du XVIIe siècle dans la colonie de New York vient remettre en question la notion de crime et la fabrique de la loi. Notre travail se situera dans la lignée de l’historien Douglas Burgess qui, dans son ouvrage The Politics of Piracy : Crime and Civil Disobedience in Colonial America, déplore le fait que l’histoire des pirates ait longtemps été écrite du point de vue européen, qui est mieux documenté. Or, pour bien comprendre le phénomène dans sa globalité, il est essentiel de prendre en compte le point de vue colonial : « the colonial record reveals an extraordinary complete account of attempts by successive administrations to safeguard privateering, which they viewed as not only an essential element of colonial commerce but a defensible prerogative of the governor himself » (Burgess 8). De même, Mark G. Hanna dans Pirate Nests and the Rise of the British Empire, 1570-1740 envisage le développement de la piraterie dans le cadre de l’émergence de l’empire en s’attachant aux relations que les pirates entretenaient avec leurs interlocuteurs coloniaux.

5Pour ce faire, nous verrons dans un premier temps comment la colonie de New York s’est développée dans la seconde moitié du XVIIe siècle comme le berceau de la piraterie, due à la politique d’extrême tolérance des gouverneurs, agissant parfois en désaccord avec la Couronne afin de promouvoir les intérêts économiques de la communauté marchande locale. Or, au milieu des années 1690, au lendemain de la Glorieuse Révolution, la Couronne, dont les intérêts politico-économiques étaient menacés, se lança dans une véritable campagne de répression contre les pirates, utilisant les services de William Kidd dans cette lutte. Enfin, nous conclurons sur la figure de William Kidd et la façon dont son image de bouc-émissaire, de victime d’une conception métropolitaine du crime de piraterie, fut à l’origine de la création de la légende de Captain Kidd que nous réévaluerons non plus en tant que héros national mais en tant que martyr de la cause coloniale.

New York, le berceau de la piraterie

Une politique de tolérance

6Les années 1680 furent une période faste pour le développement de la piraterie que nous retrouvons sous toutes ses formes : corsaires, alliances marchandes et pirates indépendants. La guerre de la Ligue d’Augsbourg, ou guerre de Neuf Ans, débutée en 1688 entre la France unie à l’empire Ottoman et l’Angleterre alliée à une grande coalition européenne, raviva dans un premier temps les activités des corsaires venus de toutes les nations. Les pirates indépendants prospérèrent également, de mêmes individus pouvant s’adonner aux deux types d’activités, et firent de New York un lieu idéal où se retrouver et recruter leurs équipages. Ces activités furent encouragées par la perte de la légitimité du monopole de la Compagnie Royale Africaine sur la traite négrière suite à la Glorieuse Révolution, qui réduisit considérablement les pouvoirs royaux en faveur du parlement et encouragea ainsi l’entreprise des marchands indépendants (Pettigrew 11). De même, le passage des Navigation Acts de 1651, 1660, 1663, 1673 et 1696, réglementant le commerce mercantiliste et coupant les colonies anglaises du commerce avec les autres nations européennes, augmenta le coût des biens importés tout en abaissant le prix des produits venant des Amériques. Les colons anglais, en quête de produits bon marché, se tournèrent vers de nouveaux marchés dans les colonies des autres nations européennes mais aussi en Afrique où ils pouvaient exporter leurs céréales et leur farine et obtenir en retour des biens de luxe par l’intermédiaire des pirates associés aux marchands, comme du rhum, de la bière, du sucre, des vêtements et chapeaux, du tabac, et divers objets tels que des pipes, des peignes ou des couteaux (Hudson Historic Valley Library, HCA 1-98).

  • 4 En 1685, lorsque Jacques Stuart devint Jacques II, roi d’Angleterre, la colonie de New York passa d (...)

7Si les marchands new-yorkais parvinrent à nouer des liens avec les pirates, c’était le plus souvent avec la complicité des autorités. Entre 1674 et 1681, William Dyer, le percepteur des droits de douane tolérait la présence de pirates dans le port de New York contre des pots-de-vin (O’Callaghan Documents 3 : 309-11). En 1692, l’arrivée du nouveau gouverneur, le Colonel Benjamin Fletcher, marqua le début d’une grande période de tolérance. Après le tumulte de la rébellion de Leisler de 1689, le pendant new-yorkais de la Glorieuse Révolution, qui renversa le gouverneur à la tête du Dominion de la Nouvelle-Angleterre, Edmund Andros, et son lieutenant-gouverneur, Francis Nicholson, et des deux années de pouvoir militaire de Jacob Leisler, les nouvelles autorités en place cherchèrent à prendre leurs distances avec l’autoritarisme de la Couronne.4 Fletcher autorisait les marchands à équiper des navires pirates, à emprunter avec intérêts des sommes d’argent aux pirates et fermait les yeux sur leurs importations de biens provenant des côtes africaines (Matson 63). Le pirate John Tew avait obtenu les faveurs de Fletcher en échange de grosses sommes d’argent attribuées à sa femme et sa fille (O’Callaghan Documents 4 : 433). D’autres pirates, comme William Kidd ou Adam Baldridge, vivaient à New York et se promenaient dans la ville en toute impunité, passant pour d’honnêtes hommes, obtenant des laissez-passer par le gouverneur. Ce dernier défendait leur honnêteté: « Pirates and privateers may become good men at last, and […] that they may become good subjects & inhabitants amongst us, to help our government » (Burgess 44). Il alla même jusqu’à suggérer au Council of Trade and Plantations de proposer à Baldridge d’établir une colonie sur l’île malgache de Sainte Marie (O’Callaghan Documents 4 : 433). De nombreux négociants comme Caleb Heathcote, Barent Rynderson, Thomas Lewis ou Josiah Rayner qui avaient été sévèrement réprimés pendant la rébellion de Leisler, opposant la classe moyenne néerlandaise aux élites politiques et économiques anglaises, firent à présent preuve d’opportunisme et traitèrent directement avec les pirates. D’autres, parmi lesquels Stephanus Van Cortlandt, Stephen De Lancey, Philip French, ou Frederick Philipse, également membres du conseil du gouverneur Fletcher, tirèrent profit de ces transactions et investirent dans divers biens immobiliers, des entrepôts ou des navires. Frederick Philipse et Thomas Marston fournirent les pirates de Madagascar en vêtements, alcool, armes et munitions et obtinrent en retour des esclaves et des produits orientaux de luxe. Quant à Robert R. Livingston, il commerçait avec les boucaniers français sur Hispaniola (O’Callaghan Documents 4 : 433). En 1699, le gouverneur de New York reconnaissait l’attrait indéniable du commerce malgache sur les colons: « the vast riches of the red Sea and Madagascar are such a lure for Seamen that theres almost no withholding them from that vile practice of Turning Pyrates » (Bialuschewski 408).

New York et Madagascar

8L’un des plus grands refuges de pirates dans l’océan Indien se trouvait justement sur l’île de Madagascar. Cette île fut utilisée comme source d’esclaves par les Néerlandais présents au cap de Bonne-Espérance dès 1654. Son exploitation par les Européens permettait de contourner le monopole de la Compagnie Royale Africaine qui s’arrêtait à la colonie du Cap sans véritablement interférer avec celui de la Compagnie des Indes Orientales qui ne pratiquait pas le commerce d’esclaves. De plus, l’attrait de l’île tenait au fait que les esclaves pouvaient y être achetés pour seulement 10 shillings, contrairement à ceux d’Afrique de l’Ouest qui pouvaient coûter jusqu’à £ 3 ou £ 4 (Platt 401-25). En 1691, Frederick Philipse, l’un des plus riches marchands de New York, envoya un groupe de sept hommes pour établir un comptoir commercial à Madagascar. Ces derniers s’établirent sur l’île de Sainte Marie au large de la côte nord-est de Madagascar (Bialuschewski 406). Dans les années 1680, un grand nombre de pirates quittèrent les Antilles pour la mer d’Arabie et la Mer Rouge. Ces pirates de la mer Rouge s’arrêtaient sur l’île de Sainte Marie pour réparer leurs navires, se réapprovisionner en vivres, partager leur butin ou le troquer contre des provisions. Le pirate Adam Baldridge y résidait avec son apprenti John King. Il s’était aisément mêlé à la population locale en épousant une indigène et servait ainsi d’intermédiaire entre la population et les pirates en leur fournissant du bétail et des esclaves (Bialuschewski 408). Le marchand new-yorkais Frederick Phillips avait également coutume de recruter d’anciens pirates en tant que capitaines sur ces navires. L’un d’eux s’appelait Samuel Burgess et avait voyagé avec Captain Kidd à bord du Blessed William avant de s’établir à New York (Defoe 506-10).

Richard Coote, comte de Bellomont, et la politique de répression

La politique de répression de Guillaume III

  • 5 « In any of his majesty’s islands, plantations, colonies, dominions, forts, or factories », « Willi (...)

9Devant la répétition de ces actes de piraterie dans ses colonies, la Couronne fit renforcer la législation à l’encontre des pirates tout en protégeant ses corsaires. En 1688, le roi Jacques II avait déjà émis une proclamation royale intitulée A Royal Proclamation for the more Effectual Reducing and Suppressing of Pirates and Privateers in America, confiant à Robert Holmes, le vice-amiral de l’Ile de Wight de 1679 à 1692, la mission d’arrêter et de juger ces pirates coloniaux (Hanna 180). Pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1688-1697), la Couronne incitait les gouverneurs new-yorkais à enrôler les pirates en tant que corsaires et à utiliser leurs services pour la nation. À bord des navires des marchands de la ville, ces pirates devenus corsaires pouvaient ainsi régulariser leur situation, empocher une part des butins et obtenir l’estime de la population (Matson 62). Le Board of Trade and Plantations, nouvellement créé en 1696, avait accru son contrôle des colonies et de la piraterie suite aux attaques d’Henry Avery ou Every, dit Long-Ben, qui avait pris possession en 1695 d’un navire du Grand Moghol, le Ganj-i-Sawai, transportant, outre la fille de ce dernier, une cargaison d’or et de pierreries (Ritchie 149). En 1698, sous l’impulsion de Guillaume III (1688-1702), le parlement mit en place un nouvel appareil juridique visant à éradiquer la piraterie. Contrairement à l’Offences at Sea Act de 1536, ancien statut datant de l’ère d’Henry VIII, qui rendait obligatoire le jugement des criminels en Angleterre, la loi Piracy Act ou Act for the more Effectual Suppression of Piracy, modelée sur la Jamaican Law de 1683 (The Laws of Jamaica 46-54), permettait à présent à la Couronne de poursuivre en justice toute personne se rendant coupable d’un crime de piraterie sans délais et dans n’importe quelle partie de l’empire sans devoir le faire transférer en Angleterre.5 Les personnes agissant comme complices pouvaient subir le même châtiment que les pirates c’est-à-dire la peine capitale, et des récompenses seraient offertes à toute personne aidant leur éradication. La même année, le roi Guillaume III ordonna le passage d'une loi visant à condamner les gouverneurs complices d’actes de piraterie : An Act to Punish Governors of Plantations in this Kingdom for Crimes by them Committed in the Plantations. Les propriétaires des colonies à chartes se voyaient également visés, pouvant perdre leur charte en cas de complicité (Hanna 290).

Bellomont et William Kidd

10À New York, la loi de septembre 1692, An Act of the General Assembly of New Yorke for Restraining and Punishing Privateers and Pirates, ne s’adressait qu’aux corsaires étrangers ayant obtenu des commissions de guerre de pays rivaux, mais protégeait les corsaires possédant des lettres de marque anglaises (Laws, 1 : 279-81 ; O’Callaghan, Documents 4 : 389-391). Le gouverneur Richard Coote, comte de Bellomont, nouvellement nommé le 14 juin 1695, était beaucoup moins laxiste, et bien décidé à appliquer les directives de la Couronne, dénonçant auprès du Board of Trade la corruption de son prédécesseur Benjamin Fletcher et l’implication de la communauté marchande new-yorkaise (O’Callaghan, Documents 4 : 435). Or, Bellomont manquait cruellement de moyens pour mettre en œuvre cette politique de répression, par manque de volonté des membres de son conseil, attirés par le butin des pirates ou le nombre insuffisant de navires de guerre dont disposait la colonie (O’Callaghan, Documents, 4 : 451). Il fut également confronté à une forte résistance de la part de l’élite marchande qui l’accusa d’avoir ruiné la ville, ayant réduit de £ 100 000 ses revenus entre 1698 et 1699 (O’Callaghan Documents, 4 : 326-28).

11C’est alors que vint sa rencontre avec William Kidd. Écossais de naissance, ce dernier avait mené une fructueuse carrière de marchand dans les Antilles. Lorsque la guerre éclata entre la France et l’Angleterre en 1688, Kidd reçut une lettre de marque du gouverneur de la colonie de Nevis. Abandonné par ses marins qui préféraient la piraterie à la course, William Kidd s’établit à New York en 1691, où il épousa une riche veuve de la ville, Sarah Bradley Cox Oort. En 1695, il se rendit à Londres afin de proposer au roi Guillaume III ses services dans le but de détruire les repaires de pirates aux Antilles et dans l’océan Indien. Il se vit ainsi confier une lettre de marque l’autorisant à attaquer les « hommes d’Avery », comme les pirates de la région étaient surnommés, ainsi que tous les navires des pays ennemis de l’Angleterre, tout en cédant 10 % des butins à la couronne (Campbell 118-19 ; Hanna 255). L’expédition fut financée par le roi Guillaume III à hauteur de £ 3000, soutenu par quelques nobles, parmi lesquels Lord Somers, le comte de Romney, le duc de Shrewsbury, le comte d’Oxford et Lord Bellomont en personne, qui apportèrent £ 500 chacun (Campbell 106-7). Sa mission consistait à tenir un journal de ses actions et à rediriger tout navire capturé dans le port le plus proche pour le faire juger par un tribunal compétent. À bord de l’Adventure Galley, Captain Kidd quitta New York muni d’une lettre de marque, avec à son bord un équipage de 150 personnes issus des classes populaires de la société coloniale.

12Le navire prit la mer à l’automne 1696. Or William Kidd fut vite découragé car son équipage fut décimé par la maladie et son navire endommagé par les avaries. Le 30 janvier 1698, il attaqua le Quedah Merchant, un navire marchand moghol, et prit possession de sa riche cargaison. De propriétaire indien, composé d’un équipage arménien, et d’un capitaine anglais, le Quedah Merchant ne semblait pas correspondre à la lettre de marque de William Kidd. Cependant, le seul fait que l’artilleur soit français suffit pour que William Kidd considère sa prise comme légale (O’Callaghan, Documents 4 : 275). Or Kidd ignorait que la cargaison incluait des centaines de balles de coton appartenant à un noble, Muklis Khan, un proche du Grand Moghol indien. Après avoir rebaptisé le navire Adventure Prize, Kidd jeta l’ancre à Madagascar où il fut confronté à une mutinerie de son équipage qui partit rejoindre le pirate Robert Culliford. De retour en Amérique, au début de l’année 1699, Kidd apprit qu’il était recherché pour acte de piraterie par le roi Guillaume III. En effet, ce dernier craignait de nouvelles représailles d’Aurangzeb qui avait déjà subi les attaques du pirate Henry Avery et avait lancé un embargo sur le commerce indien de la Compagnie des Indes Orientales et fait emprisonner ses administrateurs. Pensant pouvoir récupérer sa part du butin et cherchant à se protéger de la loi contre la complicité des gouverneurs, le comte de Bellomont le fit arrêter, l’envoya passer six mois dans les prisons de Boston, puis un an à la prison de Newgate et le fit juger avant de le faire pendre à Londres le 23 mai 1701. Sa pendaison fut rocambolesque car la corde céda la première fois et il fallut s’y prendre à deux fois. Son corps fut ensuite enduit de goudron, attaché dans une cage de fer et suspendu au-dessus de la Tamise en guise d’avertissement pour les matelots qui seraient tentés par la vie de pirate (Risso, 293-319).

Captain Kidd, scélérat, bouc-émissaire ou héros colonial ?

Captain Kidd, hostis humani generis

13Pourquoi tant d’acharnement à l’encontre de William Kidd ? De quels crimes s’était-il rendu coupable ? Une chose était indéniable, il avait assassiné son artilleur William Moore, lui ayant fracassé la tête avec un seau lors d’une une querelle et les meurtres étaient condamnés par le Piracy Act de 1698 par la peine capitale. De même, Kidd avait lui-même pris la décision d’abandonner l’Adventure Galley et d’attaquer le Quedah Merchant (contre la volonté de son équipage). Peut-être avait-il eu, dès le départ, l’intention de devenir pirate, ayant en tête les richesses obtenues par Henry Avery. La sévérité de son châtiment peut surprendre et a poussé certains historiens à considérer Kidd comme un véritable bouc émissaire. L’historienne Myrna Frommer le décrit ainsi:

a man no better and no worse than most, a man of property who wanted to serve his king, he ended up as one of history’s victims – the wrong man doing the wrong thing in the wrong place at the wrong time. “Unlucky” might have been his epitaph. (Hewitson 132)

14Tout d’abord, son procès servit clairement d’exemple dans la campagne de répression menée par la couronne d’Angleterre contre les pirates, comme en témoigne cette déclaration qui ouvrit son accusation :

It is well known that for several years two very pernicious things have been growing in our American Colonies; an unlawful trade, in fraud of the acts of Navigation and the Plantations, infinitely prejudicial to England, and the cursed practice of Piracy, utterly destructive to all Commerce. Many were insensibly drawn into these ill Courses by Observing what Excessive Wealth the Ofenders gain’d in a short time, and with what impunity they Offended. [...] the case of Pirates is that case of Persons in open Hostility who must be seized by force where they can be found. [...] Pirates are enemies to all Princes, to all mankind. (A Full Account 5)

15À cet égard, le déroulement comme la médiatisation du procès reflétèrent la volonté de l’État anglais du début du XVIIe siècle d’écrire et de contrôler son propre récit de la criminalité à destination des colonies et de l’empire Moghol, afin de montrer que l’Angleterre soutenait ses partenaires commerciaux et n’entretenait aucune relation dissimulée avec les pirates. C’est dans ce but que les procès de l’équipage de John Avery (ce dernier ne fut jamais retrouvé) et de William Kidd furent orchestrés, celui d’Avery d’octobre 1696 servant de précédent pour celui de Kidd (Burgess 96). Selon l’historien Mark Hanna, si Kidd avait été jugé dans les colonies, il aurait certainement été acquitté (Hanna 247). En effet, les procès criminels fonctionnaient comme de véritables outils de propagande, comme le montrent les multiples réimpressions du Newgate Calender. Ces bulletins qui rendaient publics la vie et les faits des criminels, étaient soi-disant destinés à l'éducation morale et religieuse des classes défavorisées, mais leur objet était avant tout le maintien de l'ordre social. Dans l’édition de 1800, figure le récit de la vie de Captain Kidd, « the Wizard of the Seas », qui se termine par cette note morale :

The story of this wretched malefactor will effectually impress on the mind of the reader the truth of the old observation, that "Honesty is the best policy”.
Henceforth let honour's paths be trod
Nor villains seek in vain
To mock the sacred laws of God,
To give their neighbours pain.
(
The Newgate Calendar 46)

16Cette volonté de médiatiser les procès de pirates se fit parallèlement à un renforcement de la politique impériale de Guillaume III qui cherchait « la rationalisation administrative et commerciale de l’empire par un contrôle plus rigoureux du commerce et par la “royalisation” des colonies » avec par exemple la création en 1696, du Board of Trade and Plantations (Van Ruymbeke 57). Cette criminalisation de la contrebande et de la piraterie par la Couronne tient au fait que cette pratique compromettait la politique étrangère et le commerce international de l’Angleterre dans l’océan Indien, plus particulièrement avec l’empire moghol ainsi que l’hégémonie de la Compagnie anglaise des Indes orientales dans la région. Enfin, le procès de Kidd témoigne également des tensions politiques entre Whigs et Tories que connut l’Angleterre au lendemain de la Glorieuse Révolution. Kidd fut en effet l’objet d’une véritable cabale politique. Tout d’abord, lors de son arrestation : le gouverneur Bellomont, qui avait investi dans son expédition, craignait à juste titre d’être lui-même impliqué dans ces actes de piraterie, et d’être condamné pour non-respect de la loi An Act to Punish Governors of Plantations et savait que présenter Kidd à l’Angleterre enchaîné était le meilleur moyen d’échapper aux accusations. Il attira Kidd à Boston avec de fausses promesses de clémence, puis ordonna son arrestation le 6 juillet 1699. Lorsqu’il fut envoyé en Angleterre, le nouveau gouvernement Tory espérait utiliser l’exemple de Kidd comme un moyen pour discréditer les favoris Whigs, connus sous le nom de « Junto », qui l'avaient soutenu. C'est pourquoi Kidd fut jugé par la Haute Cour d'amirauté de Londres, pour des accusations de piraterie en haute mer et du meurtre de William Moore (Lincoln 182, Wilson 38-39).

17Lors de son procès, certaines pièces qui auraient pu prouver son innocence restèrent introuvables, notamment la lettre de marque que lui avait délivrée le roi Guillaume III. Kidd avait pourtant confisqué les laissez-passer que le capitaine du Quedah Merchant avait reçu du roi de France, lui permettant de naviguer au nom de la Compagnie des Indes orientales françaises sous la protection de la France, preuves indéniables que Kidd avait agi en tant que corsaire et non en qualité de pirate. Or ces documents, bien qu’en possession de l’Amirauté, ne purent être présentés à l’audience et Kidd fut accusé d’en avoir inventé l’existence (Dalton 68-69). Des accusations furent également portées contre Lord Somers, le Lord Chancellor, que le parlement tenta de destituer. La poursuite des pirates aurait dû être prise en charge par la Royal Navy et ses navires de guerre, non par cette association d’intérêts privés qui espérait se partager les parts des butins, pratique qui rappelait l’ère de la reine Élisabeth Ière. Ces relations que pouvaient entretenir les plus hautes sphères du pouvoir anglais avec les pirates furent d’ailleurs ridiculisées dans un pamphlet anonyme : « The earth’s my own, I give it as I please/And to my Vice Toy K-d, I gave the Seas » (Sachse 158).

Captain Kidd, héros national ou martyr colonial ?

  • 6 L’Écosse refusait de suivre les directives de la loi d’Établissement de 1701 (Act of Settlement), s (...)

18Ainsi, cette médiatisation à outrance eut comme effet de transformer William Kidd, corsaire infortuné, en Captain Kidd, héros de la culture populaire. Outre le récit de son procès et de son exécution, de multiples articles de journaux, pamphlets et ballades furent publiés à son sujet (Hanna 297). « Captain Kidd’s Farewell to the Seas or The Famous Pirate’s Lament », publié après son exécution en 1701, offre un récit de ses attaques présenté comme légitime, car dirigées contre des navires étrangers (français, maure, arménien et espagnol). Cette popularisation de Kidd dans l’imaginaire se cristallisa dans la mémoire collective avec la publication de A General History of the Robberies & Murders of the Most Notorious Pirates, par le Captain Charles Johnson, pseudonyme que se donna Daniel Defoe, en 1724. Ce travail prétendument historique était en réalité une œuvre de fiction qui nourrit la mémoire collective, faisant de cet infortuné un véritable héros populaire. Contrairement à Avery et à de nombreux autres pirates qui parvinrent à échapper aux affres de la justice, Kidd apparaît comme la victime des machinations politiques : un Écossais considéré comme « étranger » au moment de la crise de la succession au trône en 1701 (puis avec le passage de l’Act of Security en 1704 et de l’Alien Act en 1707),6 soupçonné par certains journaux d’avoir participé au projet Darien visant à implanter une colonie écossaise soutenue par les pirates, la Calédonie, dans l’isthme de Panama, celui dont même le destin refusait la mort, et qui ne put profiter de son trésor (Lane 190). Le fait qu’il soit décrit comme confiant (étant en possession des deux lettres de marque françaises des navires qu’il avait attaqués, ayant obtenu la protection du Lord Bellomont, pensant que son butin lui attirerait les faveurs des autorités) rend sa chute d’autant plus tragique : « I say, all these Things made him flatter himself that all would be hushed, and that justice would but wink at him » (A General History of the Robberies 394). Certaines affirmations comme celle selon laquelle Kidd n’eut apparemment pas vent de la proclamation royale de 1699 visant à pardonner à tout pirate qui se rendrait et confesserait ses crimes font de lui un parfait héros tragique.

  • 7 Ces formes de contestation avaient déjà émergé en 1685 lorsque la charte des Libertés et des Privil (...)

19Kidd offre donc l’image d’un martyr, victime de la lutte impériale entre la mère-patrie et ses colonies. En effet, la pratique de la piraterie était dans un premier temps une réaction contestataire aux Actes de Navigation, vus comme une atteinte aux libertés économiques des colons mais aussi aux libertés politiques telles qu’elles furent exprimées dans la Déclaration des droits de 1689. Car c’est bien parce que la Couronne feignait de les reconnaitre comme de véritables Sujets de Sa Majesté, rejetant par exemple la Charte des Libertés et des Privilèges de 1683 à New York qui garantissait le droit à un procès avec jurés ou la liberté de culte, interdisait au gouvernement d’imposer aux habitants le logement de soldats en temps de paix et l’obligeait de tenir l’assemblée trois fois par an, que les colons entamèrent leur lutte contre leur mère-patrie.7 Le pirate incarnerait le colon en quête de droits politiques et de libertés économiques alors que la lutte de la métropole contre la piraterie correspondrait au désir de la Couronne d’étendre son emprise sur ses colonies. William Kidd devient ainsi l’archétype du martyr colonial. Il est en effet intéressant de voir que nombre de colonies dites indépendantes ou à propriétaires comme la Nouvelle-Angleterre, le Rhode Island, le Connecticut, la Pennsylvanie ou les Carolines étaient beaucoup plus laxistes en matière de législation contre la piraterie que les colonies royales. Le gouverneur de la Jamaïque Thomas Lynch se plaignait de cette impunité: « laws against privateers neither discourage nor lessen them while they have such retreats as Carolina, New England and other colonies » (Hanna 178). Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que Kidd revint se cacher à Boston et non à New York, colonie royale depuis 1685. Selon l’historien Douglas Burgess, et comme l’illustre l’exemple de Kidd, la piraterie était une aventure avant tout coloniale, une « an alliance—a local, sometimes familial, and profoundly colonial one between pirates, illegal traders, merchants and administrators » (Burgess 8).

*

20Le procès de William Kidd, censé servir de précédent tant sa médiatisation avait été forte, tout comme la volonté des gouverneurs qui, comme Robert Hunter (1710-1720), s’appliquèrent à éradiquer ces fléaux des mers, parvinrent difficilement à mettre fin à l’ère de la piraterie. S’ils reflétaient le besoin de la Couronne (et de ses gouverneurs royaux) de s’affirmer face à ses colonies et aux autres puissances impériales, ils ne surent faire taire les intérêts coloniaux. En 1698, la signature du Traité de paix de Ryswick mit fin à la guerre de course entre Français, Anglais, Néerlandais et Espagnols. Or dès 1701, la reprise de la guerre de Succession d’Espagne (1701-1713) entraîna dans son sillage une nouvelle armée de corsaires que les États européens peinèrent à démobiliser une fois la guerre terminée. Ces derniers, à l’instar de Kidd, devinrent pirates et lancèrent leurs assauts indistinctement sur tout convoi de marchandises. Pour remédier à ce problème, les États prolongèrent leurs juridictions nationales en haute mer pour tenter de réprimer la piraterie. Mais la criminalisation des corsaires démobilisés ne fit que radicaliser le comportement des pirates. C’est ainsi que la décennie 1716-1726 devint le véritable âge d’or de la piraterie, au cours de laquelle près de 4000 bandits des mers sillonnèrent l’ensemble de l’espace atlantique. Comble de l’ironie, ce sont donc bien les États européens, par leur instrumentalisation politique de la course, qui furent responsables du développement incontrôlé de la piraterie.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

« A List of the Prices that Capt Jacobs Sold Liquors and other goods att, at St Marys ». HCA 1-98, Hudson Historic Valley Library.

« America and West Indies: September 1699, 1-15 ». Calendar of State Papers Colonial, America and West Indies. Volume 17 : 1699 and Addenda 1621-1698 (1908). 420-39. < http://www.british-history.ac.uk/report.aspx?compid=71056>. Consulté le 1er avril 2019.

« America and West Indies: December 1689 ». Calendar of State Papers Colonial, America and West Indies. Volume 13 : 1689-1692 (1901). 186-99. <http://www.british-history.ac.uk/report.aspx?compid=70680&strquery="privateers and pirates>. Consulté le 25 avril 2019.

A Full Account of the Actions of the Late Famous Pyrate Captain Kidd. With the Proceedings against Him, and a Vindication of the Right Honorable Richard Earl of Bellomont, Lord Colony, Late Governor of New England, and Other Honorable Persons, from the Unjust Reflections Cast upon Them, by a Person of Quality. Dublin, 1701.

Calendar of State Papers Colonial, America and West Indies. Volume 17 : 1699 and Addenda 1621-1698 (1908). 385-88. <http://www.british-history.ac.uk/report.aspx?compid=71051&strquery=madagascar>. Consulté le 1er avril 2019.

Defoe, Daniel. A General History of The Pyrates From Their First Rise And Settlement in the Island of Providence, to the Present Time. With The Remarkable Actions And Adventures Of The Two Female Pyrates Mary Read And Anne Bonny [...] To Which Is Added. A Short Abstract Of The Statute And Civil Law, In Relation To Piracy. London : T. Warner, 1724.

Johnson, Charles. A General History of the Robberies and Murders of the Most Notorious Pirates - from their first rise and settlement in the Island of Providence to the present year (1726). New York : Routledge, 2013.

« Captain John Kidd, Known as the “Wizard of the Seas,” who suffered for Piracy, at Execution Dock ». The Newgate Calendar 23 May 1701. <https://www.exclassics.com/newgate/ng89.htm>. Consulté le 12 janvier 2019.

« Captain Kids Farewel to the Seas, or the Famous Pirate’s Lament ». English broadside Ballad Archive, University of California. <https://ebba.english.ucsb.edu/ballad/33482/xml>. Consulté le 19 juin 2019.

The laws of Jamaica passed by the assembly, and confirmed by His majesty in council, Feb. 23. 1683 : to which is added, A short account of the island and government thereof, with an exact map of the island, Jamaica. London: Printed by H. Hills for Charles Harper, 1683.

Statutes of the Realm. Volume 7, 1695-1701. Ed. John Raithby. s.l: Great Britain Record Commission, 1820. British History Online. <http://www.british-history.ac.uk/statutes-realm/vol7/pp590-594>. Consulté le 29 juin 2019.

O’Callaghan, Edmund B. Laws and Ordinances of New Netherland 1638-1674. Albany : Weed, Parsons and Company, 1868.

O’Callaghan, Edmund B., ed. Documents Relative to the Colonial History of the State of New York. Albany : Weed, Parsons, and Company, 1856-1883.

Sources secondaires

Bialuschewski, Arne. « Pirates, Slavers, and the Indigenous Population in Madagascar, c. 1690-1715 ». The International Journal of African Historical Studies 38.3 (2005) : 401-25.

Biddulph, John. The Pirates of Malabar and an English Woman in India (1902). Londres : Lancer Publishers, 1992.

Burgess, Douglas R. Jr. The Politics of Piracy : Crime and Civil Disobedience in Colonial America. Lebanon, NH : ForeEdge, 2014.

Campbell, W., William. An Historical Sketch of Robin Hood and Captain Kidd. New York : Scribner, 1853.

Dalton, Cornelius Neale. The Real Captain Kidd, A Vindication. Londres : William Heinemann, 1911.

Greene, Jack. Peripheries and Center: Constitutional Development in the Extended Polities of the British Empire and the United States, 1607-1789. Athens : University of Georgia Press, 1986.

Hanna, Mark G. Pirate Nests and the Rise of the British Empire, 1570-1740. Chapel Hill : University of North Carolina Press, 2015.

Hennessy-Picard, Michael. « La piraterie atlantique au fondement de la construction des souverainetés coloniales européennes ». Champ pénal/ Penal Field, 13 (2016). < http://journals.openedition.org/champpenal/9275>. Consulté le 16 juin 2019.

Hewitson, Jim. Skull and Saltire. Stories of Scottish Piracy Ancient and Modern. Edinburgh : Formac, 2005. 

Lane, Kris E, Robert M. Levine. Pillaging the Empire : Global Piracy on the High Seas 1500-1750. New York : Routledge, 2015.

Lincoln, Margaret. British Pirates and Society, 1680-1730. London : Ashgate, 2014.

Linon-Chipon, Sophie. Les tyrans de la mer : pirates, corsaires et flibustiers. Paris : Presses Universitaires de la Sorbonne, 2012.

Lovejoy, David S. The Glorious Revolution in America. New York : Harper Torch, 1972.

Matson, Cathy. Merchants & Empire : Trading in Colonial New York. Baltimore : Johns Hopkins, 1998.

Mcleod, Carol. Captain William Kidd : Scapegoat or Scoundrel ? Antigonish, N.S. : Formac, 1979.

Pettigrew, William A. « Free to Enslave: Politics and the Escalation of Britain’s Transatlantic Slave Trade, 1688-1714 ». The William and Mary Quarterly, 3rd series, 64.1 (Jan. 2007) : 3-38.

Platt, Sylvia. « The East India Company and the Madagascar Slave Trade ». The William and Mary Quarterly, 3rd series, 26.4 (Oct. 1969) : 548-77.

Rediker, Marcus. Villains of All Nations : Atlantic Pirates in the Golden Age. Boston : Beacon Press, 2004.

Risso, Patricia. « Cross-Cultural Perceptions of Piracy, Maritime Violence in the Western Indian Ocean and Persian Gulf Region during a Long Eighteenth Century ». Journal of World History 12.2 (Fall 2001) : 293-319.

Ritchie, Robert C. Captain Kidd and the War against the Pirates. Cambridge, Mass. : Harvard UP, 1986.

Sachse, William Lewis. Lord Somers : A Political Portrait. Manchester : Manchester UP ; Madison, Wis. : University of Wisconsin Press, 1975.

Steele, Ian K. The English Atlantic, 1675–1740 : An Exploration of Communication and Community. New York : Oxford UP, 1986

Turley, Hans. Rum, Sodomy, and the Lash, Piracy, Sexuality, and Masculine Identity. New York : New York UP, 2001.

Van Ruymbeke, Bertrand. Histoire des États-Unis, de 1492 à nos jours. Paris : Tallandier, 2018.

Wilson, David. « Piracy, patronage & political economy : Captain Kidd and the East India Trade ». International Journal of Maritime History 27.1 (2015) : 26-40.

Haut de page

Notes

1 There had been a quarrel in which Moore accused Kidd of having ruined them all, on which Kidd called him a 'lousy dog'; to which, Moore replied in a rage, that if he was a dog it was Kidd who had made him one. At this Kidd hurled a bucket at him and fractured his skull” (Biddulph 59).

2 Terme employé ici de manière générique.

3 Sur ce débat voir Steele The English Atlantic, qui envisage la loi coloniale comme émanant de Londres par les décrets royaux et les actes du parlement, alors que Greene Peripheries and Center voit la loi coloniale comme un agrégat de coutumes, droits et libertés qui ont formé des identités coloniales diverses et éloignées de la loi anglaise.

4 En 1685, lorsque Jacques Stuart devint Jacques II, roi d’Angleterre, la colonie de New York passa du statut de colonie à propriétaire à celle de colonie royale. Ce dernier manifesta rapidement son intérêt pour un État centralisé, modelé sur celui de Colbert, émettant le souhait de regrouper les colonies en blocs afin de mieux les gouverner et de réduire les disparités entre elles. En 1688, New York fut rattachée avec le New Jersey au Dominion de Nouvelle Angleterre (Dominion of New England) qui comprenait le Massachusetts, le New Hampshire, Plymouth, le Connecticut, New Haven et Rhode Island (Lovejoy).

5 « In any of his majesty’s islands, plantations, colonies, dominions, forts, or factories », « William III, 1698-9: An Act for the more Effectuall Suppressions of Piracy. [Chapter VII. Rot. Parl. 11 Gul. III. p. 2. n. 5.] », Statutes of the Realm 590-94.

6 L’Écosse refusait de suivre les directives de la loi d’Établissement de 1701 (Act of Settlement), stipulant que la succession de la couronne d'Angleterre après le décès de la reine Anne reviendrait à la famille protestante allemande d’Hanovre qui était liée aux Stuarts par la petite-fille de Jacques Ier, Sophie de Palatinat et de Bohême, mariée à Ernest-Auguste de Hanovre. Son fils George devint en 1714 George Ier de Grande-Bretagne. Cette disposition visait à exclure l'intronisation du prétendant catholique Jacques François Édouard Stuart, fils de Jacques II. Le parlement anglais avait donc menacé l’Écosse de ne pas reconnaître ses habitants comme citoyens par le passage de deux lois, l’Act of Security en 1704 et l’Alien Act en 1705 si l’Écosse ne se ralliait pas à l’Angleterre, ce qu’elle fit en 1707.

7 Ces formes de contestation avaient déjà émergé en 1685 lorsque la charte des Libertés et des Privilèges de la colonie de New York fut révoquée par les Lords of Trade sous prétexte que le droit des colons à être gouvernés selon « les lois d’Angleterre » était un « privilège » qui n’était « accordé dans aucune des Colonies de Sa Majesté où l’acte d’Habeas Corpus et autres lois ne sont pas reconnus » (O’Callaghan, Documents 3, 357-59).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claire Faucquez, « Captain Kidd »XVII-XVIII [En ligne], 76 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/1718/3390 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.3390

Haut de page

Auteur

Anne-Claire Faucquez

Anne-Claire Faucquez est maîtresse de conférences en civilisation américaine à l’Université Paris 8. Elle prépare le manuscrit de sa thèse intitulée : De la Nouvelle-Néerlande à New York : la naissance d’une société esclavagiste 1624-1712, à paraître aux Éditions Les Indes Savantes. Elle travaille sur l’espace colonial new-yorkais et plus particulièrement sur les enjeux de classe et de race dans l’Amérique coloniale en comparant les populations dépendantes des travailleurs forcés (esclaves, engagés, apprentis, soldats). Elle s’intéresse également aux commémorations et aux représentations de l’esclavage dans les musées et l’art contemporain.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals