Navigation – Plan du site
La Mesure et l'excès

Excès de mesure et mesure de l'excès dans la première modernité anglaise

Guillaume Coatalen
p. 15-24

Texte intégral

1La question de la mesure et de l’excès semble couvrir tous les champs du savoir et de l’expérience dans la première modernité anglaise. Il suffit de se rappeler des événements historiques aussi décisifs que les âpres affrontements théologiques de la Réforme et la création de l’Église anglicane pour s’en convaincre. Cette dernière se présente en effet comme une via media située à une distance parfaite entre l’Église catholique, aux rites trop nombreux et excessifs, et ceux que l’on ne nomme pas encore puritains, à la liturgie trop austère. George Herbert résume cette opposition en se servant d’une image vestimentaire dans « The British Church », sans doute empruntée à Tertullien, comme semble le montrer ce passage d’un sermon de John Donne où il est question de deux excès vestimentaires aussi condamnables l’un que l’autre :

Tertullian in his Book De habitu muliebri, notes two excesses in womens dressing ; One he cals Ornatum, the other cultum ; One mundum muliebrem, the other, (according to the liberty that he takes in making words) Immundum muliebrem ; the first is a superfluous diligence in their dressing, but the other an unnaturall addition to their complexion ; the first he pronounces to be always ad ambitionem, for pride, but the other, ad prostitutionem, for a worse, for the worst purpose. (Fifty Sermons, 202)

L’analyse de John Donne qui définit deux types de prédication dans le sermon, l’une accordant trop de place aux sources païennes, l’autre mettant sur un même plan théologie anglicane et philosophie antique, démontre qu’il existe des degrés dans l’excès, le second étant infiniment pire que le premier.

2La variété des contributions de ce volume démontre aisément que l’interrogation sur la mesure et l’excès concerne aussi bien le commerce dans sa dimension la plus empirique, des passions fondamentales comme la colère, la possibilité de vivre en société dans le nouveau monde, que le style littéraire ou musical. La politique, la théologie ainsi que les mœurs se fondent, pour une large part au moins, sur des conceptions divergentes de la mesure et de son envers indissociable, l’excès.

3L’excès fait l’objet de mesures, au sens propre du terme, dans des champs aussi divers que le commerce, la démographie ou la chronologie biblique. L’apprenti profite de l’excès de marchandise qu’il ne mesure pas pour berner le client naïf. C’est dans le champ des passions que la tension est la plus vive entre excès et mesure. Ainsi, la colère n’est pas nécessairement perçue comme un débordement coupable. Dans certains cas, elle peut être bonne conseillère. L’amour aussi se caractérise par l’excès dans les sonnets pétrarquisants dont la forme si contraignante semble l’exacerber plutôt que le canaliser. La mélancolie, ce mal jacobéen par excellence, se définit elle aussi par un excès d’humeur. Enfin, la modestie paraît bien évidemment être du côté de la mesure. Or, elle n’est souvent que le masque d’un excès quand elle prend la forme de la fausse modestie, cette manifestation plus subtile de vanité. Enfin, l’écrit tente de contenir l’excès, que ce soient les lois de la cité, et plus généralement le discours politique, ou le style de l’écrivain.

Mesurer l’excès

4Qu’il s’agisse de la mesure marchande, de l’excès de population, ou de la chronologie biblique, on constate dans la première modernité anglaise un désir presque maniaque de mesurer l’excès. Le cas des apprentis mesurant leur marchandise est distinct des deux autres, car il s’agit de quantités raisonnables, que l’esprit embrasse sans difficulté. Cependant, l’impossibilité de mesurer avec précision constitue un lien commun aux trois premières études. Cette impossibilité prend la forme d’un manque, le « manquant » de l’apprenti, que l’on cherche désespérément à combler.

5Comme le constate Christophe Hausermann, la mesure au sens physique et marchand du terme est au cœur du métier d’apprenti. La fortune dépendait directement des quantités de marchandises vendues, garanties par la mesure. Comme cette dernière était instable dans une société pré-scientifique, les escroqueries étaient courantes. Or la stabilité sociale reposait sur la mesure. La contribution établit un rapport essentiel entre le respect de la mesure et celui de l’ordre établi, selon lequel chacun se trouvait à sa place, occupant une fonction bien définie selon l’allégorie du corps politique, en particulier le marchand roturier, dont l’occupation empirique, selon une hiérarchie qui remontait à la société grecque antique, le situait, par définition, en-dessous de la noblesse. Dans ce contexte de montée de la bourgeoisie marchande, l’apprenti qui dépassait les bornes de la mesure ne se contentait pas de berner ses clients, mais redessinait le corps politique jusqu’à le rendre difforme.

6On le voit, la mesure est gage de stabilité sociale et politique alors que l’excès est le signe d’une rupture de l’ordre moral et social.

7L’augmentation de la population en Angleterre est une question qui agite les philosophes dès le xviie siècle. Il ne s’agit pas seulement de savoir si les ressources vont suffire à nourrir une population grandissante en une réflexion qui annoncerait Malthus, mais aussi de mesurer le degré de civilisation du pays. La démographie est en effet inséparable d’enjeux moraux, car on établit un lien direct entre les bonnes mœurs et l’augmentation de la population. Ainsi, comme le montre Alexandra Sippel, Robert Wallace compare la population à l’Antiquité et au xviiie siècle pour en conclure une supériorité morale de l’Empire Romain, contrairement à Hume. Comme dans le cas des apprentis dans la contribution précédente, la mesure est un symptôme de vertu ou de vice. Le savant a recours à une théodicée selon laquelle Dieu permet au mal d’exister pour limiter la croissance de la population. La mesure égale et heureuse du travail et des ressources conduit à un excès de population que le mal vient réguler.

8L’œuvre de Dieu, ou plus exactement le Verbe divin, est la matière même des calculs extrêmement compliqués de chronologie biblique à laquelle Jeffrey Hopes consacre une étude. La chronologie biblique protestante se distingue de l’exégèse juive par la place centrale qu’elle accorde à la naissance du Christ. Un excès de mesure (dont la manifestation la plus évidente est l’impression minutieuse de ces calculs qui les rendent presque illisibles) caractérise ces travaux, notamment ceux de James Ussher, archevêque d’Irlande. Comme le remarque Jeffrey Hopes, la chronologie biblique pour laquelle toutes les Églises dépensèrent tant d’énergie nous remplit de stupeur. Or, la mesure excessive caractérise ces travaux qui, pour cette raison, jouèrent paradoxalement un rôle dans le développement de la science moderne et sa victoire. Historiquement, l’essor de la chronologie biblique correspond au moment où la foi et la raison se rejoignent peu à peu pour se fondre dans la figure de Newton, pour lequel la perfection mathématique est le signe indéniable de la Providence.

9Ces trois études centrées sur la mesure au sens physique du terme dépassent largement ce cadre restreint de la mesure d’une quantité donnée pour s’étendre à des considérations sociales, politiques et théologiques fondamentales.

Les passions excessives et mesurées

10Les humeurs en médecine et les passions en rhétorique constituent un champ privilégié de notre question. Les contributions suivantes couvrent la colère, l’excès d’amour dans les sonnets pétrarquisants, l’excès de mélancolie, et la modestie.

11Christine Sukič se penche sur la foncière ambivalence de la colère dans les pièces de théâtre anglaises des xvie et xviie siècles, qu’elle compare aux traités de philosophie morale écrits à la même époque. La colère, que l’orateur peut faire naître dans son auditoire grâce à des figures de la véhémence, comme l’expliquent Hermogène et les autres rhéteurs à sa suite, est, d’après la médecine galénique, une manifestation d’un excès de bile. Or, la morale, qu’elle soit stoïcienne ou chrétienne, met particulièrement en garde contre la colère incontrôlable qui fait commettre l’irréparable. Dans certains cas pourtant, loin d’être condamnée, la colère est louée comme la seule réponse appropriée. Elle peut alors agir comme une mesure mettant fin à des débordements plus grands encore. D’après un cliché sur le théâtre de la Renaissance anglaise, l’excès, qui est souvent le produit de la colère, caractérise l’esthétique de ces pièces, notamment dans les tragédies de vengeance. L’auteur montre que la colère ne devient rien de plus qu’un cliché dans ces tragédies et finit par disparaître de la scène, raison pour laquelle on ne la retrouve plus à la Restauration. Le théâtre a pu fournir un cadre pour que la colère s’épanche et s’épuise, et la colère la plus vive s’est exprimée dans le style élevé de la rhétorique propre à émouvoir, style le plus artificiel et maîtrisé qui soit. Nous reviendrons sur ce paradoxe entre l’intensité des passions et la rigueur du style.

12Les sonnets pétrarquisants ont épuisé le sentiment amoureux comme la tragédie de vengeance a pu le faire pour la colère. Dans les deux cas, l’hyperbole a fini par étouffer la passion qui a dû emprunter d’autres procédés littéraires pour s’exprimer. Plus exactement, l’excès de colère ou d’amour rencontre rapidement deux écueils : la parodie, et pire encore la farce. L’une des qualités de la contribution de Rémi Vuillemin est de corriger une conception trop schématique de l’anti-pétrarquisme des premières décennies du xviie siècle. L’auteur insiste également sur la vertu de la tempérance qui rendait la poésie italienne suspecte aux yeux des lecteurs anglais. Or, l’amoureux souffrait soit de colère soit de mélancolie, dans les deux cas d’un excès d’humeur au sens physiologique du terme. Et si la colère pouvait être héroïque, l’excès du tempérament amoureux était le plus souvent condamnable, comme il l’est dans l’Anatomie de la mélancolie de Burton. La critique s’est trop longtemps focalisée sur la forme, et Rémi Vuillemin avance que la morale est elle aussi excessive dans le sonnet amoureux pétrarquisant, (j’ajouterais comme dans ceux de Pétrarque lui-même). Pour comprendre ce qu’on reproche aux sonnets, l’auteur prend l’exemple des Gullinge Sonnets de John Davies, publiés en 1597, poète juriste comme l’étaient maints auteurs de sonnets (Coatalen, « Unpublished Elizabethan Sonnets »). Davies a pris plaisir à parodier la forme. De manière générale, sa cible est l’amplification, dans laquelle il voit une preuve de la vacuité de tels jeux rhétoriques. Si les Jacobéens s’élèvent contre l’excès, Rémi Vuillemin, à la suite de Fowler, souligne à juste titre la continuité entre les sonnets pétrarquisants et la poésie métaphysique. Nombre de travaux restent à entreprendre sur la fin des années 1590, période décisive dans l’histoire de la poésie de la première modernité anglaise (Coatalen, « Dudley Carleton »).

13On se rappelle la mélancolie d’Hamlet. Elle n’est pas simplement une maladie, un excès d’humeur dans la médecine galénique encore suivie au xviie siècle, mais un comportement à la mode, un signe d’appartenance à l’aristocratie. La contribution d’Aurélie Griffin explore, quant à elle, la mélancolie féminine telle qu’elle s’exprime dans la séquence de sonnets intitulée Pamphilia to Amphilanthus de Lady Mary Wroth, et plus exactement la capacité de la mesure poétique à soigner l’excès de mélancolie. Une couronne de quatorze sonnets se loge dans l’ensemble et produit un effet de mesure grâce au cercle parfait qu’elle dessine, car chaque sonnet reprend le dernier vers du précédent. Néanmoins, le symbole de la couronne est associé à l’image du labyrinthe dans lequel l’amoureuse mélancolique se perd. Le labyrinthe est donc à la fois un instrument de mesure et d’excès car il enferme et pousse à une errance perpétuelle. Pamphilia to Amphilanthus contient aussi des poèmes lyriques plus longs, comme Astrophil et Stella de Sir Philip Sidney, oncle de Wroth. Dans ces pièces, le rapport de la mesure poétique à l’excès mélancolique se dit en des vers arrêtés d’une plus grande simplicité. Aurélie Griffin fait ensuite une comparaison entre le premier sonnet et la célèbre transverbération décrite par Sainte Thérèse d’Avila représentée par Le Bernin. Les deux expériences excessives mêlent plaisir et souffrance, érotisme et spiritualité. La mesure et l’excès sont au cœur du projet poétique de Lady Mary Wroth et la richesse de l’œuvre tient à son ambivalence envers la mélancolie qui semble perpétuellement repousser les bornes du vers.

14Abigail Williams propose une (faussement) modeste histoire de la modestie au xviiie siècle aussi érudite que spirituelle. De prime abord, on associe naturellement modestie et mesure, car la modestie se définit comme l’effacement de soi. Or, et ça n’est pas son moindre paradoxe, la modestie est souvent rien moins que mesurée, en particulier lorsqu’elle attire l’attention sur soi de manière ostentatoire. De fait, Williams montre que la véritable modestie est rare en littérature comme dans la vie, et que la modestie la plus commune n’est qu’un voile qui ne parvient à dissimuler ni la tromperie ni la vanité. À l’opposé, Shakespeare insiste sur la modestie de la nature que le bon acteur ne doit pas outrepasser (« o’erstep not the modesty of nature »). La modestie que Johnson définit comme une conduite mesurée oscille entre la mesure et l’excès. C’est une vertu insaisissable qui dissimule parfois son contraire. Dans tous les cas, la modestie met en lumière l’extrême proximité entre la mesure et l’excès. Ces bornes opposées vont parfois jusqu’à se confondre dans le champ politique.

Mesure et excès politiques

15L’excès définit le nouveau monde. Au sein de cet espace non encore parfaitement délimité, le cannibalisme constitue la forme la plus extrême d’excès. Or, il apparaît que le discours sur cette pratique ne définit pas seulement une réalité exotique fantasmée, mais s’applique aussi et surtout à la politique intérieure. Le cannibale n’est pas l’autre mais soi, même si ces discours insistent sur sa sauvagerie inhérente. La fondation de la Nouvelle-Néerlande se manifeste par l’imposition de la mesure, notamment juridique, sur les excès des colons.

16Le point de départ de la réflexion de Lauren Working est la fréquence de l’image du cannibale dans les écrits politiques jacobéens, qui représente le sauvage anglais en marge de la civilisation. Le danger ne provenait pas tant de l’autre, le cannibale amérindien, que du cannibale anglais qui refusait de se plier aux lois de la société. Working montre que le terme recouvre un excès choisi délibérément et toutes les conduites criminelles ou déviantes punies par la loi telles que le meurtre, l’usure, le duel, la calomnie, mais aussi la transsubstantiation, la résistance irlandaise ou encore la domination espagnole. De nombreux discours anticatholiques de la Réforme exploitèrent le topos du cannibale et du cannibalisme, dans des sermons ou des pamphlets. On perçoit à quel point le cannibalisme recouvre tout le champ des menaces à l’ordre politique et social. Lauren Working remarque enfin que l’image du cannibalisme ne fut jamais appliquée à la violence de l’État, mais uniquement à celle des sujets qui troublaient l’ordre social par leur culte (catholique) ou leurs vengeances personnelles.

17L’histoire de la Nouvelle-Néerlande constitue un sujet propice à la réflexion sur notre question. Cette colonie qui ne dura que quarante ans fut en effet tiraillée entre les excès de ses membres et la dureté de ses lois. Anne-Laure Fauquez corrige une fausse conception de l’apathie des gouverneurs néerlandais de cette petite colonie, vision fondée sur la tolérance des Pays-Bas, terre de refuge des protestants persécutés. Il est vrai que, contrairement aux autres colonies, de nombreuses religions coexistaient en Nouvelle-Néerlande. L’auteur s’interroge sur la tolérance religieuse dans cette colonie qu’elle redéfinit comme « une pratique délibérée de l’art de la dissuasion et de l’accommodement ». L’excès constitue la norme de la vie sociale en Nouvelle-Néerlande, comme dans d’autres colonies. À ces débordements, les gouverneurs répondirent dans un premier temps par une sévérité excessive. Puis les autorités changèrent de politique en optant pour une fausse tolérance, ce que l’auteur nomme la « connivence », selon laquelle les autres églises et religions étaient tolérées tant qu’elles restaient cantonnées dans la sphère privée sans troubler l’ordre public. Cet exemple met en jeu des rapports aussi complexes que mouvants entre la mesure et l’excès, instabilité caractéristique de la politique mais aussi des arts.

Mesure et excès de style

  • 1  Le prochain volume de RSÉAA XVII-XVIII sera précisément consacré au thème de l’aurea mediocritas.

18Le style entretient une relation ambivalente à la mesure et à l’excès. L’écrit, avec ses innombrables règles et conventions, semble d’emblée se placer du côté de la mesure. Néanmoins, la poésie, forme qui possède le plus de contraintes, est le lieu par excellence de l’excès, comme le montrent les grands modèles antiques de l’épopée qui dépeignent les passions les plus vives, que le vers rend plus saillantes encore. L’amoureux éconduit se délecte de son malheur qu’il revit avec plus de force dans le sonnet, dont la fonction n’est pas d’apaiser la souffrance, mais de l’exacerber. L’écriture et la lecture du sonnet amoureux se présentent comme des expériences masochistes, comme on l’a vu avec Lady Mary Wroth, ce que résume la célèbre formule de Maurice Scève « SOUFFRIR NON SOUFFRIR » qui vient clore l’épigramme liminaire de Délie. Anne-Marie Miller-Blaise s’intéresse aux sources littéraires, plus précisément les satires et les élégies, de la théologie de la via media chère à John Donne. On a longtemps opposé l’œuvre poétique de Donne à ses ouvrages théologiques, sans que cette distinction ne soit opératoire. L’auteur commence sa réflexion en faisant un lien fort pertinent entre l’un des sermons du poète et son élégie « The Autumnal », où le « je » du poème déclare qu’il déteste les extrêmes. Le sermon prononcé au moment de la mort de Lady Danvers en 1627 reprend l’idée de médiocrité au sens positif du terme, notion qui parcourt l’œuvre entière de Donne, de jeunesse comme de maturité, profane et sacrée.1 Or, Miller-Blaise remarque à juste titre que cette médiocrité s’exprime par l’amplification rhétorique et l’usage de « over », traduction du « super » latin. Ces procédés relèvent bien évidemment d’une rhétorique de l’excès. La médiocrité sur laquelle insiste le prédicateur prend donc une forme excessive. Le propos de la contribution est justement de démontrer que la via media de l’Église anglicane telle que la conçoit Donne ne se réduit pas simplement à une moyenne entre les extrêmes, mais qu’il la définit de manière beaucoup plus dynamique et hyperbolique.

19Les excès des hommes en société constituent l’objet même de la satire. À sujet excessif, langue excessive. Pourtant, comme le remarque Nathalie Zimpfer, personne ne s’accorde sur une définition de la satire au xviiie siècle. Elle part de la distinction classique entre satire horatienne et juvénalienne pour fixer la position de la satire swiftienne par rapport à la mesure et à l’excès et souhaite corriger une conception répandue selon laquelle Swift se situerait du côté de « l’urbanité horatienne ». La satire, qui appartient au genre épidictique, parce qu’elle blâme ses victimes, est indissociable de l’excès rhétorique qu’est l’amplification. L’auteur insiste avec raison sur la distinction essentielle entre excès, simple débordement moral, et démesure, expression d’orgueil et d’usurpation du pouvoir divin. S’en suit une analyse d’une « rhétorique superlative » de la démesure à l’œuvre dans la satire swiftienne. Les formes de cette « disjonction énonciative » qui dévoile les travers de la société empruntent une rhétorique de l’accumulation. Le canular des Bickerstaff Papers fournit un cas limite de destruction de la parole de l’astrologue qui révèle « moins une disjonction énonciative qu’une démultiplication, incontrôlée et incontrôlable, des sources d’énonciation ». Cette typologie se clôt par l’exemple du Modest Proposal où Swift se place du côté de la cible de la satire et intervient fréquemment en personne. Nathalie Zimpfer voit dans ces interventions l’échec de la satire.

20L’opéra se prêtait admirablement à la question tant cet art se définit par l’excès : excès de costumes, du décor, cachets mirobolants, sexualité débridée des chanteurs, relations scandaleuses avec les membres du public, porosité coupable entre la scène et la salle. Michael Burden étudie le cas de l’opéra sous l’angle du luxe, et plus précisément d’un excès de luxe, que la critique attribue à l’influence pernicieuse de la France et de l’Italie, l’Angleterre étant par opposition et essence, une nation plus mesurée. Or Burden démontre magistralement que le succès de l’opéra se fonde précisément sur cet excès de luxe, inséparable de son dérivé étymologique, la luxure, (Malherbe, par exemple, emploie « luxure » dans le sens de « luxe »). Plus exactement, l’opéra italien devait produire une impression de luxe pour attirer des spectateurs, alors que les conditions de représentation le forçaient à la mesure. Michael Burden déconstruit ainsi le mythe de l’excès de luxe associé à l’opéra italien. Les faits démontrent que la réalité était tout autre. L’excès fantasmé fonctionne donc comme un voile qui dissimule la mesure réelle.

21Au terme de cette brève présentation des contributions de ce volume et de leurs enjeux, on perçoit peut-être plus justement les relations dialectiques complexes entre la mesure et l’excès. Ces termes ne se contentent pas de s’opposer, car, dans bien des cas, la mesure est excessive et l’excès mesuré. Il ne fait aucun doute, enfin, que peu de réflexions ou d’actions échappent à cette question dans la première modernité anglaise.

Haut de page

Bibliographie

Aristote. Éthique à Nicomaque. Trad. Jules Tricot. Paris : Vrin, 1994.

Burton, Robert. Anatomie of Melancholie. London, 1621.

Coatalen, Guillaume. « Unpublished Elizabethan Sonnets in a Legal Manuscript from the Cambridge University Library ». Review of English Studies 54, n° 217 (2003) : 553-65.

Coatalen, Guillaume. « Dudley Carleton and ‘The Libertie of Old Fashioned Poetrie’ on 8 November 1596 ». Notes and Queries 56.4 (2009): 563-66.

Donne, John. Fifty Sermons. London, 1649.

Herbert, George. The English Poems of George Herbert. Ed. Helen Wilcox. Cambridge : CUP, 2007.

Hermogène. L’Art rhétorique. Trad., intro. et notes Michel Patillon. Paris : L’Âge d’homme, 2000.

Kyd, Thomas. The Spanish Tragedy. Eds. Andrew Gurr, J. R. Mulryne. London : Bloomsbury Methuen Drama, 2009.

Mack, Peter. Elizabethan Rhetoric : Theory and Practice. Cambridge : CUP, 2002.

Scève, Maurice. Délie. Objet de plus haute vertu. Éd. Françoise Charpentier. Paris : Gallimard, 1984.

Shakespeare, William. Hamlet. Ed. G. R. Hibbard. Oxford : OUP, 2008.

Haut de page

Notes

1  Le prochain volume de RSÉAA XVII-XVIII sera précisément consacré au thème de l’aurea mediocritas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Coatalen, « Excès de mesure et mesure de l'excès dans la première modernité anglaise », XVII-XVIII, 71 | 2014, 15-24.

Référence électronique

Guillaume Coatalen, « Excès de mesure et mesure de l'excès dans la première modernité anglaise », XVII-XVIII [En ligne], 71 | 2014, mis en ligne le 17 mai 2016, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/1718/385

Haut de page

Auteur

Guillaume Coatalen

Université de Cergy-Pontoise

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • OpenEdition Journals