Navigation – Plan du site
Varia

The Life and Dying Speech of Arthur, a Negro Man, Who Was Executed at Worcester, October 10, 1768 / La vie et les dernières paroles d’Arthur, un Nègre, exécuté à Worcester le 20 Octobre 1768

Marie-Jeanne Rossignol et Aurélie Razafimalala

Résumés

Peu de récits d’esclaves du XVIIIe siècle sont disponibles en français, en particulier parce qu’on ne note pas une production de récits personnels de ce genre dans les colonies françaises. Les traductions de récits nord-américains sont donc précieuses. The Life, dont la traduction est présentée ici, est aussi bien une autobiographie criminelle qu’un vrai récit d’esclavage et de liberté. A travers sa confession, la veille de sa pendaison, Arthur permet au lecteur de se plonger dans le « monde social » des esclaves du Massachusetts au tout début de la Révolution américaine. Dans ce document, le jeune homme fuit sa propriétaire courroucée pour rejoindre des Indiennes amoureuses, navigue dans les Caraïbes et va de vol en vol dans la colonie avant d’être rattrapé par le système judiciaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction (par Marie-Jeanne Rossignol)

1On dispose d’une production littéraire tout à fait substantielle émanant des esclaves et anciens esclaves d’origine africaine présents en Amérique du Nord, du début du XVIIIe siècle jusqu’à la guerre de Sécession et l’abolition définitive de l’esclavage aux Etats-Unis (Caretta, Bruce).1 C’est l’ampleur de ce corpus (plus d’une centaine de documents), sa cohérence géographique (les colonies nord-américaines puis les États qui leur succèdent) et sa finalité politique (la majeure partie des récits furent écrits dans le cadre de la grande campagne abolitionniste des années 1830 aux années 1860 aux États-Unis) qui rendent ce cas nord-américain exceptionnel. On dispose bien évidemment d’autres récits de vie d’individus esclavisés, rappelle Paul Lovejoy, émanant de la Jamaïque, de la Barbade, du Brésil, ou d’Afrique, même s’ils ne se présentent pas toujours sous la forme d’une autobiographie personnelle ou dictée (Lovejoy 90-96).

2Il n’en reste pas moins que dans certaines autres colonies esclavagistes occidentales, par exemple les colonies françaises des Antilles ou de l’océan Pacifique, la voix de l’esclave n’est accessible qu’à travers la médiation de retranscriptions de procès, quand les archives des tribunaux ont survécu aux destructions. Les historiens français se tournent donc vers l’archive judiciaire pour retrouver la voix des esclaves (Régent, Gonfier & Maillard ; Oudin-Bastide ; Rogers) : les récits personnels nord-américains restent donc précieux lorsque l’on s’intéresse au monde colonial esclavagiste. Rares avant 1760, les textes rédigés par des Africains-Américains se multiplient à l’approche de la guerre d’Indépendance. Dès ce moment, les écrits africains-américains d’esclaves et anciens esclaves, où la question de l’esclavage joue un rôle plus ou moins important, se rangent dans des catégories très diverses : poésie (Hammon ; Wheatley), récit de conversion et/ou de vie (Marrant), récit de vie à visée abolitionniste (Equiano) et confessions criminelles à la veille d’une exécution telles que le récit d’Arthur, peu étudié par la critique, dont nous présentons ici la traduction.

3Très peu de ces textes du XVIIIe siècle sont disponibles en français, à l’exception du célèbre récit d’Olaudah Equiano. Quelques-unes de mes étudiantes se sont passionnées récemment pour la traduction de ces productions précoces, qui précèdent de plusieurs décennies la vague de publications des récits d’esclaves états-uniens canoniques (Brown ; Douglass ; Bibb ; Truth ; Jacobs), des années 1830 aux années 1860, et qui sont, eux, disponibles en français. Ainsi en 2017, Emma Okonkwo a-t-elle traduit le récit de vie de Venture Smith, esclave né en Afrique qui avait acheté sa liberté et celle de sa famille (Smith), traduction hébergée par la bibliothèque fédérative des universités des Antilles et de la Guyane, MANIOC. En 2019, Aurélie Razafimalala a choisi de s’intéresser aux confessions criminelles d’Arthur, un jeune homme de son âge – comme elle a aimé à le rappeler pendant notre année de collaboration –, vingt et un ans, qui fut pendu en 1768 à Worcester, dans le Massachusetts. En anglais, ce texte s’intitule The Life and Dying Speech of Arthur, a Negro Man, Who Was Executed at Worcester, October 10, 1768. For a Rape Committed on the Body of One Deborah Metcalfe. Il fut publié à Boston en 1768.

4Dans la mesure où il n’en existait pas de version française, il m’a paru utile de chercher à faire publier cette traduction, d’autant que la confession d’Arthur, dynamique et souvent drôle, permet une plongée rare dans le « monde social » des esclaves de Nouvelle-Angleterre (Hardesty 116). Je me suis lancée dans la rédaction d’une introduction, qui replace ce texte dans l’ensemble des écrits noirs nord-américains des XVIIe et XIXe siècles puis en contextualise la parution ; l’introduction rend également hommage aux pistes de recherche explorées par Aurélie Razafimalala dans un mémoire de master 1 particulièrement personnel et original (Razafimalala).

The Life and Dying Speech of Arthur : biographie criminelle ou récit d’esclave ?

  • 2 La Harvard Library a numérisé des broadsides concernant des criminels du XIXe siècle, surtout angla (...)

5Dans son livre To Tell A Free Story : The First Century of Afro-American Autobiography, 1760-1865, William L. Andrews ne consacre qu’un chapitre aux écrits autobiographiques africains-américains des cinquante premières années (1760-1810). Il fait en particulier peu de cas des confessions de criminels qui, selon lui, étaient tellement réécrites par des secrétaires/rédacteurs qu’il est aujourd’hui quasiment impossible de les déconstruire pour y retrouver une « voix noire authentique » (Andrews 35). Il faut reconnaître qu’Andrews a en partie raison : « La vie et les dernières paroles d’Arthur, un Nègre », comme il le suggère, relève bien de la biographie criminelle, genre littéraire populaire anglais qui connut un grand succès dès la fin du XVIIe siècle et dont Moll Flanders de Daniel Defoe constitue l’héritage littéraire le plus célèbre (Gondebeaud). Sur un mode picaresque, le texte enchaîne à bride abattue les méfaits du jeune Arthur dans la région de Boston, vols, fornication, ébriété, bagarres, jusqu’au viol d’une femme blanche, Deborah Metcalfe, pour lequel il est finalement pendu. La question raciale, d’ailleurs, n’est pas déterminante dans cette condamnation, comme l’a noté Richard Slotkin : Arthur est pendu peut-être avant tout car il semble impossible de l’assagir et de le contrôler alors qu’il a été laissé en liberté après son crime (Slotkin 19). Le type de publication choisi confirme aussi qu’il s’agit bien d’une biographie destinée au public venant assister à l’exécution d’Arthur : le broadside est une large affiche imprimée à peu de frais et qui sert jusqu’au milieu du XIXe siècle à atteindre le plus large public possible. Dans une société où la lecture est très répandue, paraissent sous forme de broadsides des ballades, des poèmes (ceux de l’auteure africaine-américaine Phyllis Wheatley, par exemple), des nouvelles politiques (comme la Déclaration d’Indépendance en 1776) et les confessions de criminels comme Arthur (Weyler 28-30).2

6Cependant, des critiques nord-américaines, comme Jeannine DeLombard, ou Lynn Casmier-Paz, ont récemment porté un regard plus positif sur ces biographies criminelles d’esclaves qui selon elles annoncent les célèbres récits d’esclaves du XIXe siècle dont Andrews pense qu’ils traduisent un processus d’écriture libérateur (DeLombard ; Casmier-Paz ; Andrews 101). Casmier-Paz souligne que la confession à la première personne diffuse une parole autonome noire, si médiée soit-elle. Le récit d’esclave devient par ce processus un « récit de liberté » (Lovejoy 91). Comme les récits d’esclaves ultérieurs, celui d’Arthur s’ouvre d’ailleurs par une phrase d’introduction individuée qui évoque sa naissance et établit son identité : « Je suis né à Taunton, le 15 Janvier 1747 chez Messire Richard Godfrey à qui appartenait ma mère, où je vécus pendant quatorze ans ». En 1847, William Wells Brown entame son récit par une phrase très proche : « Je suis né à Lexington, dans le Kentucky » (Brown 59). En 1849, Henry Bibb introduit son récit de manière encore plus ressemblante : « Je suis né au mois de mai 1815 d’une mère esclave, dans le comté de Shelby, dans le Kentucky, et on déclara que j’appartenais à M. David White, qui avait acquis ma mère bien avant ma naissance » (Bibb 103).

7Pour Casmier-Paz (19-40), le récit d’Arthur traduit avant tout une constante affirmation de son individualité physique, d’un jeune corps noir en pleine possession de ses moyens. Même si Arthur se repent de ses crimes dans les dernières lignes du texte, le récit de ses méfaits révèle un jeune homme décidé à jouir de la vie par tous les moyens possibles : alcool, amis, rencontres amoureuses avec de multiples partenaires, fuites perpétuelles – et souvent à cheval au galop – devant les obligations et le travail, évasions de nombreuses prisons… Ce récit picaresque est bien un récit de liberté, un acte de défiance envers une société finalement assez peu contraignante – nous y reviendrons – mais où il n’occupe que le dernier rang. Bien que ce type de biographie ait été diffusée à l’époque à la fois pour servir d’exemple et titiller les goûts du public pour le sensationnel, contribuant à la construction de stéréotypes racistes (le noir criminel), on doit bien avouer qu’en la lisant aujourd’hui, la biographie d’Arthur suscite surtout le rire : face à ce jeune homme effectivement incontrôlable, maîtres, parents et autorités paraissent de prime abord désarmés, falots et presque « naïfs », pour reprendre un terme utilisé par Arthur lui-même au sujet de son maître. Pour échapper à ses poursuivants, Arthur se déguise même en squaw à l’initiative de son amie indienne, dans un des passages les plus amusants. Mais on pourrait également citer le passage où il est poursuivi par un mari trompé furieux qu’il a précédemment assommé.

The Dying Speech : un document sur le « monde social » des esclaves en Nouvelle-Angleterre en 1768

8Au-delà de la définition exacte du genre littéraire auquel on peut rapporter ce texte (biographie criminelle populaire ou récit d’esclave), il est frappant de constater qu’il offre également un éclairage remarquable sur la Nouvelle-Angleterre esclavagiste du XVIIIe siècle, au moment où la Révolution américaine a déjà commencé. Car The Life and Dying Speech est bien un document historique, comme tous les récits d’esclaves d’ailleurs (Rossignol). En 1768, année où est exécuté Arthur, la ville de Boston, au cœur du récit, est également au cœur des événements révolutionnaires : face aux nouvelles taxes imposées par les Towshend Acts en 1767 sur différents produits de consommation, l’assemblée du Massachusetts cherche à coordonner l’action de toutes les colonies dès février 1768, ce qui aboutit à sa dissolution par le gouverneur ; une émeute en juin se traduit par le déploiement des troupes britanniques dans la ville.

9Si ces événements sont totalement absents du récit d’Arthur, ils en forment pourtant le substrat politique : en dénonçant l’« esclavage » auquel les contraint le pouvoir britannique, les insurgés nord-américains constatent dès le début de la Révolution qu’ils ne peuvent détenir d’« esclaves » au sein de leur société sans se mettre en contradiction avec leurs propres principes. L’idéologie des droits de l’homme, qui se répand pendant la Révolution, s’impose dans l’espace public et encourage les Africains-Américains à porter leurs doléances devant les tribunaux. A partir de 1783, l’esclavage disparaît dans le Massachusetts (Hardesty 164-72). Le récit d’Arthur traduit en partie ce vacillement en cours vis-à-vis de l’institution esclavagiste : l’étonnante liberté de mouvement dont jouit Arthur, la bienveillance de maîtres qui le protègent en dépit de ses méfaits, la patience d’autorités souvent conciliantes, la générosité des Quakers qui lui proposent un emploi (comme le capitaine Coffin de Nantucket), sont autant de preuves d’un paternalisme grandissant. Le titre de la publication ne fait d’ailleurs pas référence au statut d’esclave d’Arthur (pourtant vendu et revendu régulièrement comme il apparaît dans sa confession), mais simplement à « Arthur, a Negro man ».

10On peut bien sûr lire dans cette dichotomie entre esclave incontrôlable et maîtres bienveillants une intervention du rédacteur blanc, désireux de renforcer l’institution en opposant des maîtres blancs généreux et patients à un esclave noir criminel incorrigible, comme nous y invite d’ailleurs une des phrases de conclusion du texte : « Mais, de manière plus solennelle, je souhaite avertir ceux de ma couleur, lorsqu’ils examinent leur âme, d’éviter de déserter leurs maîtres, de se perdre dans l’alcool et de se complaire dans la luxure ». On peut aussi voir dans ce paternalisme les signes avant-coureurs du démantèlement d’une institution finalement embarrassante quoique peu prégnante. Dans le Massachusetts, le plus fort pourcentage d’esclaves ne fut jamais que de 2.2% au maximum (entre 1755 et 1764). C’est à Boston et sur la côte atlantique en général que se concentraient les esclaves (10% de la population de Boston en 1752, soit 1 500 personnes environ). Ces chiffres n’avaient rien à voir avec ceux de la région de la Chesapeake, au Sud, où les esclaves représentaient 40% de la population, ou de la Caroline du Sud, où il existait dès les années 1720 une « majorité noire » (Van Ruymbeke 238 ; Wood).

11S’il n’est pas question ici de reprendre tout le mémoire d’Aurélie, il convient cependant de rappeler les principales pistes de recherche qu’elle a explorées en civilisationniste et qui indiquent bien la richesse de The Life and Dying Speech en tant que document. À ma grande surprise, Aurélie s’est tout de suite intéressée à la dimension religieuse du texte. Arthur se repent effectivement de ses crimes dans les dernières lignes de sa confession : « Si j’ai subi des offenses, je les pardonne librement aujourd’hui. Je demande humblement le pardon à tous ceux que j’ai blessés, et je souhaite qu’ils prient afin que je reçoive le pardon de Dieu que, de tous, j’ai le plus offensé. C’est de son Pardon et de sa Grâce que dépend mon Bonheur éternel, ou mon Malheur éternel. » Là où je ne voyais qu’un passage obligé, dicté par le genre de la biographie criminelle et la médiation du rédacteur, Aurélie a perçu l’influence du Grand Réveil, cette explosion évangélique qui a saisi l’Amérique du Nord britannique des années 1730 à la Révolution américaine, et, en particulier, a correspondu à une grande campagne de christianisation des esclaves, comme à la montée du doute envers la pratique peu chrétienne de l’esclavage dans la population blanche (Henneton 143-77). Finalement, le repentir d’Arthur n’est-il pas aussi une forme de libération par la foi ? À compter des années 1780, les Noirs du nord libérés au moment des émancipations révolutionnaires vont organiser l’autonomisation de leur communauté autour d’églises indépendantes (Newman).

12Plus largement, The Life and Dying Speech met en scène le « monde social » d’Arthur, selon l’expression de Jared Ross Hardesty, monde qui ne se limite certainement pas aux autres Africains Américains de la région dont on voit bien qu’il est entouré (amis, parents) mais s’étend également aux Blancs qu’il fréquente dans la fraternité interraciale des tavernes et à d’autres membres des couches populaires de la société (Hardesty 116). Aurélie s’est particulièrement intéressée aux Indiens que rencontre Arthur, et en particulier aux Indiennes. Celles-ci peuplent le récit et lui donnent une dimension sentimentale, car Arthur, si volage soit-il, a bien une amie de cœur indienne qui lui vient en aide lorsqu’il est poursuivi et c’est au moment où il cherche à la rejoindre qu’il commet le crime qu’il payera de sa vie. Qui sont ces Indiens et quel est ce village où ils vivent et où Arthur peut se cacher ?

13Au XVIIIe siècle, les Indiens du Massachusetts ne sont plus en guerre contre les Euro-Américains depuis longtemps ; vaincus à l’issue de King Philip’s War en 1676, ils n’ont cependant pas été repoussés vers l’Ouest. Ils occupent des « praying towns », communautés créées en particulier par le missionnaire John Eliot entre 1651 et 1674 pour les Indiens christianisés (Salisbury) : le récit d’Arthur évoque ces villages où les Indiens vivent regroupés, tels Natick près de Boston où il rejoint son amie. Le récit fait aussi régulièrement référence à « Southsea » près de Sandwich, sur la presqu’île de Nantucket : il s’agit d’une communauté d’Indiens Mashpee convertie depuis la fin du XVIIe siècle par un certain Richard Bourne (Mandell 19). Depuis 1676 et la défaite indienne, ces villages constituent des sortes de réserves indiennes où les femmes dominent démographiquement et économiquement ; d’un côté les guerres coloniales du milieu du siècle (King George’s War, Seven Years War) ont décimé la population masculine alors que, de l’autre, les femmes contrôlent traditionnellement l’accès à la terre (Hardesty 98 ; Mandell 4, 128). Ces dernières choisissent effectivement des Africains Américains comme partenaires, comme on le voit dans le récit. Pauvres, souvent malades, frappés d’alcoolisme, nombreux sont les Indiens et les Indiennes qui vendent une partie de leurs terres sous la pression de la population euro-américaine pour faire face à l’endettement dans un contexte de chute démographique et se mettent à errer dans la colonie, une mobilité qu’illustre le récit (Mandell 130-31, 177). En trouvant refuge parmi les Indiennes, Arthur ne quitte pas les couches les plus humbles de la société du Massachusetts : comme les Africains-Américains, la population autochtone est méprisée, exploitée et maltraitée par la société puritaine et quaker. C’est cependant parmi ces derniers qu’elle trouve à la même époque des alliés révoltés par ces mauvais traitements, dont le prédicateur John Woolman ou son ami Anthony Benezet (Plank 126, Benezet). Mais Arthur lui-même, quoique remarquablement peu critique envers ses maîtres, attribue sa fuite initiale et ses crimes ultérieurs au « courroux » de sa maîtresse dont il ne précise pas la forme.

14Fuyant cette mauvaise maîtresse, Arthur trouve à s’embarquer sur un baleinier pendant huit mois. L’attention d’Aurélie a été attirée par les séjours en mer d’Arthur en qualité de marin : effectivement le jeune esclave navigue également dans les Caraïbes pendant trois ans et un de ses maîtres, excédé, cherche à le faire embarquer sur un navire pour lui éviter une nouvelle fois la prison. Pour les Africains-Américains de Nouvelle-Angleterre, le métier de marin était très courant : l’on estime que dans les années 1740, avant le conflit révolutionnaire, un quart des esclaves du Massachusetts habitant près de la côte avaient été marins au cours de leur vie. A l’issue de la guerre d’Indépendance, l’armateur noir Paul Cuffee, lui-même fils d’un esclave noir et d’une Indienne, est l’un des Noirs américains les plus riches, attestant de la présence et du succès des Africains-Américains dans cette branche d’activité d’où ils seront cependant progressivement marginalisés dans la première moitié du XIXe siècle (Bolster). Dans le Massachusetts, la chasse à la baleine en particulier requiert une main d’œuvre importante et l’on voit comment, dans le récit, Arthur trouve facilement à s’employer sur le bateau du capitaine Coffin, une des familles quaker baleinières de Nantucket.

15The Life and Dying Speech d’Arthur mériterait encore davantage d’attention et d’analyses, mais il ne s’agit ici que de mettre à disposition en français un texte qui peut contribuer à une meilleure connaissance comparée des esclavages, comme de retranscrire l’intérêt qu’Aurélie et moi avons pris à étudier cette « voix » d’un humble à un moment où il n’existait pas en Amérique du Nord de communauté africaine-américaine autonome et où les sources de l’histoire africaine-américaine consistent essentiellement en des documents d’histoire sociale et économique (inventaires, testaments, recensements etc.).

La vie et les dernières paroles d’Arthur, un Nègre,3 exécuté à Worcester le 20 Octobre 1768 pour viol commis sur le corps d’une certaine Deborah Metcalfe (traduction d’Aurélie Razafimalala)

  • 3 Nous avons fait le choix de traduire « Negroes » par « Nègres » pour ce texte du XVIIIe siècle en s (...)
  • 4 L’histoire d’Arthur se déroule essentiellement dans le Massachusetts, et il fait référence à de nom (...)

16Je suis né à Taunton4 le 15 janvier 1747 chez Messire Richard Godfrey à qui appartenait ma mère, et j’y vécus pendant quatorze ans. On m’apprit à lire et à écrire. Mon maître me traitait avec beaucoup de gentillesse. Cependant, j’avais le grand malheur de subir le courroux de la maîtresse, ce qui explique que je finis par m’enfuir ; ce fut le début de la série de crimes abominables dont je me suis rendu coupable. J’allai d’abord à Sandwich où je vécus durant deux mois dans la plus grande débauche, me rendant souvent coupable d’ivresse et de fornication ; des crimes qui me rendirent célèbres et pour lesquels on m’a condamné à une mort prématurée.

  • 5 Les Coffin étaient une famille de baleiniers pratiquant la chasse à la baleine à partir de Nantucke (...)
  • 6 Île au large du Massachusetts alors spécialisée dans l’industrie baleinière.
  • 7 Les Rotch étaient une famille de baleiniers originaires de Nantucket.
  • 8 Ville du Pays de Galles.
  • 9 Port de la colonie du Rhode Island.
  • 10 Le Boston Neck était un isthme reliant la ville de Boston (presqu’île) au continent (Roxbury).

17A Sandwich, je volai une chemise, et je réglai l’affaire en versant vingt shillings. Ma réputation étant faite, il me sembla approprié de quitter l’endroit ; je me fis donc engager à bord d’un baleinier piloté par le Capitaine Coffin,5 de Nantucket.6 Nous restâmes en mer pendant huit mois avant de revenir à Nantucket où je me laissai aller à la paresse pendant six semaines. Pendant cette période, je cambriolai un magasin appartenant à Monsieur Rotch7 où je volai une grande quantité de rhum, un pantalon, une veste et du calicot. Je m’enivrai le jour suivant, et comme je portai la veste, on me repéra. On me condamna à quinze coups de fouet puis je fus envoyé en prison en règlement des coûts, etc. Je m’en évadai en une demi-heure en brisant la serrure. Désormais endurci dans la vilenie, je dévalisai une autre boutique la nuit suivante au même endroit, dans laquelle je volai plusieurs articles. Puis, je m’embarquai à bord d’un vaisseau en partance pour Swansea,8 où l’on me surprit. On me ramena à terre où je reçus seize coups de fouet. Remis en liberté, je retournai à Taunton après un an d’absence, où mon maître m’accueillit avec gentillesse. Je le servis pendant trois ans, et pendant cette période, je partis en mer. Des ports de Nantucket et de Newport,9 je naviguai dans les Caraïbes, à différents endroits où je me vautrai dans l’alcool en compagnie de prostituées, me livrant à de grands excès. Lassé de la mer, le 27 octobre 1764, je revins vivre avec mon maître à Taunton, me comportant correctement pendant six semaines. Passé ce délai, je m’enivrai en compagnie de quelques Nègres lors d’une sortie en ville. Sur le chemin du retour, je me rendis dans une maison où se trouvaient uniquement des femmes envers lesquelles je me comportai avec indécence. Mais je fus empêché d’accomplir mes noirs desseins par l’arrivée de Messire James Williams ; sans attendre, je m’enfuis de cette maison mais il me rattrapa et, avec l’aide de Monsieur Job Smith, il m’enferma dans la prison de Taunton. Le jour suivant, je fus jugé en présence de ce même Monsieur Williams, et je reçus trente-neuf coups de fouet pour l’avoir insulté, avoir proféré trois jurons profanes et menacé d’incendier la maison de Monsieur Smith. Mon maître, conseillé par ses amis, ayant désormais pris la ferme décision de me chasser du pays, je fus vendu à Monsieur John Hill de Brookfield chez qui je ne passai qu’une semaine. Puis, je fus vendu à mon dernier maître, le Capitaine Clarke du District de Rutland chez qui je me comportai correctement pendant deux mois et fus bien traité par mon maître et ma maîtresse. C’est alors que pour mon malheur, je rencontrai une jeune squaw avec qui (ayant volé six shillings à l’un des fils de mon maître) d’autres Nègres me conseillèrent de m’enfuir pour éviter que l’on me reprenne. Suivant le conseil de ma compagne (qui, comme les autres membres du beau sexe, était d’une ressource inépuisable), j’eus recours au stratagème suivant : je revêtis une tenue de squaw et roulai mes vêtements en boule, en forme de papoose. De cette façon, nous nous rendîmes à Hadley incognito ; une fois arrivés, ma compagne me présenta à une famille indienne où je ne restai qu’une nuit, puisqu’un certain Monsieur Shurtleff, une personne qu’on avait envoyé à mes trousses, m’y découvrit. C’est en sa compagnie que j’allai à Springfield où je retrouvai mon maître qui m’emmena à Middletown avec des chevaux, où il me vendit à un gentilhomme d’origine néerlandaise dont j’ai oublié le nom. Cette nuit-là, je volai cinq livres à la Veuve Sherley (propriétaire d’une auberge dans cette ville). Et la nuit suivante, après que je me fus enivré et que j’eus dépensé un peu de mon argent, on me surprit et l’on me confia à la garde de deux hommes en attendant mon procès qui devait avoir lieu le lendemain. Je m’échappai et me rendis à Farmington où, recherché, je fus immédiatement repris par Monsieur John Patterill qui me ramena à cheval chez mon vieux maître Clarke qui vivait dans le District de Rutland et avec qui je passai l’été, commettant fréquemment des vols et me gorgeant d’alcool régulièrement. Mon maître, désormais lassé de mes crimes répétés, était décidé à se séparer de moi. C’est ainsi que nous partîmes pour Boston et j’en profitai pour dérober deux dollars sur le bureau de mon maître. En chemin, alors que je paressais depuis quelque temps chez Monsieur Fisk à Waltham, j’allai en compagnie de quelques Nègres chez Monsieur Thomas Parke, à Little Cambridge, pour une soirée de décorticage de maïs, et c’est cette nuit-là que je fis la connaissance d’une femme blanche de l’endroit. Je ne donnerai pas davantage de détails car nous nous comportâmes de telle manière que nous avons tous deux des raisons d’en ressentir de la honte. Le jour suivant, je me rendis à Boston, poursuivi par son mari qui me retrouva à l’Auberge du Cheval Blanc. Je l’y laissai en conversation avec mon maître qui m’envoya à Little Cambridge avec un attelage. L’homme me poursuivit jusqu’à Boston Neck10 où nous en vînmes aux mains. Victorieux, je repris la route pour Cambridge. La nuit suivante, je me rendis à une autre soirée de décorticage du maïs chez John Denney qui y réside. Et ensuite, je me rendis dans une taverne qui est en face de la maison de Monsieur Denney. D’un attelage qui s’y trouvait, je pris un cheval, une selle et une bride, et je galopai jusqu’à Natick. J’y rencontrai la squaw avec qui j’avais fait un tour à Hadley et nous passâmes la journée ensemble. Sur la route du retour à Cambridge, je fus surpris par mon maître et un autre homme, qui tous les deux me cherchaient. A notre arrivée à Cambridge, je fus condamné par cinq hommes (à qui l’on avait confié mon sort) à recevoir quinze coups de fouet ou alors à payer quatre dollars. Et mon maître, guidé par son grand cœur, ou plutôt sa grande naïveté, s’acquitta de la somme et me laissa partir en toute impunité.

18De là, nous nous rendîmes à Waltham, où des rumeurs parvinrent à mon maître concernant le mari offensé que j’ai mentionné plus haut et qui était en possession d’un mandat d’arrêt contre moi. Cela poussa mon maître à m’envoyer en mer. Mettant son projet à exécution, il se rendit à Boston pour trouver un bateau qui m’accepterait et m’ordonna de le rejoindre à la nuit. J’obéis et me mis en route. Cependant, ayant une répugnance naturelle pour la marche à pied, je pris un cheval dans l’écurie d’un certain Monsieur Cutting pour voyager confortablement et aller plus vite. Je galopai jusqu’à Roxbury et laissai le cheval en liberté. J’arpentai le Neck et m’abritai dans une grange appartenant à un certain Monsieur Pierpont, où je retrouvai mon maître qui me dit de me reposer jusqu’au lendemain quand j’embarquerais à bord d’un vaisseau à destination du Maryland. Cependant, aucun de ceux qui devaient venir ne vint à l’heure prévue. Je n’avais rien mangé depuis mon départ de Waltham, je jugeai opportun de quitter la grange pour un meilleur asile. Aussi pris-je la route de Dorchester où je dérobai un cheval, sa bride et sa selle, avant de me rendre à Easton pour rendre visite à mes parents. Se doutant de la situation dans laquelle je me trouvais, ils me conjurèrent de retourner auprès de mon maître. Je promis de le faire sans réelle intention de tenir ma promesse. Car au lieu de retourner à Boston, je pris la direction de Sandwich. Sur le chemin, à Rochester, je commis un autre larcin. A mon arrivée à Sandwich, je me rendis dans une maison indienne où j’avais des connaissances. Ce à quoi je passai mon temps avec les squaws présentes, on peut le deviner facilement. Cependant, jugé suspect, je fus attrapé par un certain Monsieur Fisk qui m’amena devant le colonel Otis. Ce dernier, en m’entendant avouer que j’avais volé un cheval à Dorchester, m’envoya à la prison de Barnstable jusqu’à mon procès, prison dont je m’échappai en deux jours. Je me rendis alors à Southsea, un village indien de Sandwich où je demeurai pendant six semaines en passant mon temps à boire et à forniquer avec les squaws. A ce moment-là, j’étais presque complètement nu. Alors que je me rendais à Falmouth, je pénétrai chez un cordonnier où je volai une paire de chaussures. Je dérobai ensuite une chemise et un pantalon d’une maison du même lieu. La nuit, alors que mes compagnons s’enivraient, je les quittai. Dans une taverne du village, je pris un cheval, sa selle et sa bride pour revenir au village indien où je laissai s’échapper le cheval. Après m’être laissé aller à la paresse une semaine de plus, je me fis reprendre et enfermer dans la prison de Barnstable, où, après trois semaines de détention, se déroula mon procès. Je fus condamné à recevoir vingt coups de fouet, mais, étant donné ma mauvaise santé, l’homme à qui j’avais volé le cheval à Dorchester me fit libérer pour éviter que je n’aie à subir ce châtiment. Je demeurai avec lui pendant environ trois semaines et je me conduisis bien.

19Pendant ce temps, mon maître, qu’on avait fait appeler, me ramena à nouveau chez lui où il ne se passa pas trois semaines avant qu’un autre de ses Nègres ne me révèle que la jeune squaw, maintes fois mentionnée, souhaitait me voir. Une nuit, après avoir volé du rhum appartenant à mon maître, je m’enivrai plutôt fort joliment. Je pris un des chevaux et galopai le plus rapidement possible jusqu’à la demeure habituelle de la belle. Or, je ne la trouvai pas chez elle. Le Malin m’insinua alors l’idée de rendre visite à la veuve Deborah Metcalfe que je violai de la plus vile des manières. Les détails étant si connus de tous, il n’est pas nécessaire de les rappeler. Le lendemain matin, la malheureuse femme vint faire part à mon maître de mes méfaits. Ce dernier m’attacha pour éviter que je m’enfuie et lui dit (si elle voulait me poursuivre en justice) de se procurer un mandat aussi tôt que possible. Cependant, la dame, qui ne tenait pas à me faire pendre, proposa d’oublier l’affaire en échange d’une somme d’argent adéquate à condition que mon maître me chasse du pays, ce à quoi il consentit, m’emmenant à Albany immédiatement. Mais nous fûmes rattrapés à Glasgow par Monsieur Nathaniel Jennison qui, apparemment, était en possession d’un mandat contre moi. A notre retour dans le District de Rutland, nous nous arrêtâmes dans une taverne à Hardwick où, une fois que je me fus réchauffé, Jennison eut la bêtise de me dire que je n’avais qu’à partir devant et qu’il me rattraperait. Je sortis donc de l’auberge, et à la vue de son cheval l’attendant devant la porte, que pouvais-je faire d’autre que le monter, et partir au galop aussi rapidement que possible en laissant à Jennison le soin de me poursuivre à pied ? J’arrivai chez mon maître avant la tombée de la nuit, et me retirai pour la nuit dans la grange. J’avais à ce moment-là une bouteille d’eau de vie de cerises (que j’avais trouvée dans les affaires de Monsieur Jennison) pour me rafraîchir.

20Le jour suivant, le 30 mars 1767, je fus repris et emmené à la prison de Worcester où je demeurai jusqu’au 20 avril suivant. Date à laquelle je m’échappai avec le célèbre FRASIER, maintenant décédé, et un gamin emprisonné pour vol. Une fois dehors, nous cambriolâmes la boutique d’un barbier où nous volâmes un sac de farine, un peigne, et un rasoir : puis nous partîmes pour Boston. A Shrewsbury, nous volâmes une oie qui appartenait à Monsieur Samuel Jennison. Et, à la veuve Kingsley, dans le même village, nous dérobâmes un récipient dans laquelle nous fîmes bouillir l’oie dans les bois de Westborough. À Marlborough, nous nous introduisîmes dans une distillerie où nous volâmes de l’eau de vie de pommes. Toujours au même endroit, nous cambriolâmes un cordonnier chez qui nous prîmes une paire de chaussures pour chacun d’entre nous. De même, nous entrâmes par effraction dans la maison de Monsieur Ciperon Howe de la même ville, à qui nous volâmes du pain, de la viande et du rhum. À Waltham, nous nous introduisîmes dans une maison appartenant à un certain Monsieur Fisk, à qui nous prîmes une petite somme d’argent, du chocolat et du rhum. À Watertown, nous volâmes une bouilloire en cuivre à une certaine Madame White qui était de cette ville. Mes compagnons me quittèrent alors. A partir de ce moment-là, je me rendis à Waltham chez Monsieur Fisk, qui me connaissait. Ayant eu vent de ma fuite de la prison de Worcester, il s’assura de ma personne et, avec l’aide d’un autre homme, je fus ramené encore une fois à la prison de Worcester. Et le 17 septembre suivant, je passai en jugement et fus déclaré coupable. Suite à quoi, suivant l’avis de mon avocat, je demandai à bénéficier de la clémence des tribunaux, ce que l’on me refusa, au bout d’un an. Et, comme prévu, je fus, le 24 septembre, condamné à la pendaison, ce qui, je dois l’avouer, semble n’être qu’une juste récompense pour mes crimes abominables.

21Je ne peux conclure ce récit sans reconnaître avec gratitude le soin constant que le Révérend McCarthy a déployé afin que je prenne conscience de l’état déplorable de ma situation malheureuse. Ses nombreuses exhortations et ferventes prières, accompagnées de celles du reste du peuple et de Dieu, comme mes efforts faits avec sincérité après m’être repenti, pourront, je l’espère, m’assurer le repos éternel. J’espère que telles seront les prières de tous les Chrétiens qui connaissent mon sort malheureux. J’espère sincèrement que ce récit de mes crimes, et la mort ignominieuse à laquelle m’a conduit ma vilenie, pourront servir d’exemple à toute personne qui l’apprend. Mais, de manière plus solennelle, je souhaite avertir ceux de ma couleur, lorsqu’ils examinent leur âme, d’éviter de déserter leurs maîtres, de se perdre dans l’alcool et de se complaire dans la luxure ; de ces trois crimes ont découlé les maux et les misères qui ont dominé ma courte vie. Courte, certes ! J’ai désormais l’âge de vingt-et-un an seulement, et je m’apprête à plonger dans l’Éternité sans fin, non par une mort naturelle ; mais à la dissolution du l’âme et du corps, eux-mêmes si abîmés, s’ajoute l’ignominie et la terreur du type particulier de Mort que je vais subir. Moi-même, j’avoue que le genre humain m’a traité bien mieux que je ne l’ai mérité. Si j’ai subi des offenses, je les pardonne librement aujourd’hui. Je demande humblement le pardon à tous ceux que j’ai blessés, et je souhaite qu’ils prient afin que je reçoive le pardon de Dieu que, de tous, j’ai le plus offensé. C’est de son Pardon et de sa Grâce que dépend mon Bonheur éternel, ou mon Malheur éternel.

22Prison de Worcester, le 18 Octobre 1768.

23Boston : imprimé et vendu sur Milk-Street, 1768.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Benezet, Anthony. Some Observations on the Situation, Disposition, and Character of the Indian Natives of this Continent. Philadelphia : J. Crukshank, 1784.

Bibb, Henry. Récit de la vie et des aventures de Henry Bibb, esclave américain, écrit par lui-même (1849). Traduction, introduction et notes de Sandrine Ferré-Rode et Anne-Laure Tissut. Mont Saint Aignan : Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2018.

Brown, William Wells. Le Récit de William Wells Brown, esclave fugitif, écrit par lui-même (1847). Traduction, introduction et notes de Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol. Mont Saint Aignan : Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2012.

Douglass, Frederick. Vie de Frédéric Douglass, esclave américain. Trad. S. K. Parkes. Paris : Pagnerre, 1848.

Equiano, Olaudah. La Véridique histoire, par lui-même de Olaudah Equiano : africain, esclave aux Caraïbes, homme libre […]. Introd. Paul Edwards & trad. Claire-Lise Charbonnier. Paris : Éditions caribéennes, 1987.

Hammon, Jupiter. The Collected Works of Jupiter Hammon : Poems and Essays. Éd. Cedrick May. Knoxville : University of Tennessee Press, 2017.

Jacobs, Harriet Ann. Incidents dans la vie d’une jeune esclave (1861). Trad. Monique Benesvy. Paris : Éditions Viviane Hamy, 1992. 2e éd. 2008.

Marrant, John. A Narrative of the Lord’s Wonderful Dealings with John Marrant, A Black. London : Gilbert and Plummer, 1785.

Smith, Venture. Narration de la vie et des aventures de Venture Smith, natif d’Afrique mais néanmoins résident aux États-Unis d’Amérique durant plus de soixante ans, raconté par lui-même (1798). Trad. Emma Okonkwo & introd. M-J Rossignol. Les Inédits Manioc, 2017. http://www.manioc.org/recherch/T17002

Truth, Sojourner. Récit de Sojourner Truth (1850). Trad., introd. et notes Claudine Raynaud. Mont Saint Aignan : Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2016.

Wheatley, Phillis. Poems on various subjects, religious and moral. London : A. Bell, 1773.

Sources secondaires

Andrews, William L. To Tell A Free Story : The First Century of Afro-American Autobiography, 1760-1865. Urbana : University of Illinois Press, 1986.

Bolster, Jeffrey. Black Jacks. African American Seamen in the Age of Sail. Cambridge : Harvard UP, 1998.

Bruce, Dickson Jr. The Origins of African American Literature, 1680-1865. Charlottesville : University Press of Virginia, 2001.

Caretta, Vincent. Unchained Voices : An Anthology of Black Authors in the English Speaking World (1996). Rev. Ed. Lexington : University Press of Kentucky, 2013.

Casmier-Paz, Lynn A. « A Dying Man. The Outlaw Body of Arthur, 1768 ». Reading African American Autobiography : Twenty-First-Century Contexts and Criticism. Éd. Eric D. Lamore. Madison : The University of Wisconsin Press, 2017. 19-40.

DeLombard, Jeannine. In the Shadows of the Gallows : Race, Crime, and American Civic Identity. Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 2012.

Derail, Agnès, ed. Puritains d'Amérique. Prestige et déclin d'une théocratie - Textes choisis 1620-1750. Paris : Presses de l’ENS Ulm, 2016.

Gondebeaud, Louis. « La “criminal biography” du XVIIe siècle et l’autobiographie picaresque de Defoe ». XVII-XVIII. Revue de la Société d’études anglo-américaines des XVIIe-XVIIIe siècles 6 (1978) : 5-19. https://www.persee.fr/authority/180263

Hardesty, Jared Ross. Unfreedom. Slavery and Dependence in Eighteenth-Century Boston. New York : New York UP, 2016.

Henneton, Lauric. Histoire religieuse des États-Unis. Paris : Flammarion, 2012.

Lovejoy, Paul E. « “Freedom Narratives” of Transatlantic Slavery ». Slavery & Abolition 32.1 (March 2011) : 91-107.

Mandell, Daniel R. Behind the Frontier : Indians in Eighteenth-Century Eastern Massachusetts. Lincoln : University of Nebraska Press, 1996.

Newman, Richard S. Freedom’s Prophet. Bishop Richard Allen, the AME Church, and the Black Founding Fathers. New York : New York UP, 2008.

Oudin-Bastide, Caroline. Maîtres accusés, esclaves accusateurs. Les procès Gosset et Vivié (Martinique, 1848). Mont Saint Aignan : Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2015.

Plank, Geoffrey. John Woolman’s Path to the Peaceable Kingdom. Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 2012.

Razafimala, Aurélie. « The Life and Dying Speech of Arthur, a Negro Man, Who Was Executed at Worcester, October 10, 1768 ». Mémoire de M1, sous la direction de Marie-Jeanne Rossignol. Université de Paris, 2019.

Régent, Frédéric, Gilda Gonfier et Bruno Maillard, éd. Libres et sans fers. Paroles d’esclaves français. Guadeloupe, Ile Bourbon (Réunion). Paris : Fayard, 2015.

Rogers, Dominique, éd. Voix d’esclaves. Antilles, Guyane et Louisiane françaises, XVIIe-XIXe siècles. Paris : Karthala, 2015.

Rossignol, Marie-Jeanne. « Un chantier inattendu : la collection “Récits d’esclaves”. Quelques questions méthodologiques et historiographiques ». Revue française d’études américaines 151.2 (2017) : 51-64.

Salisbury, Neal. « Red Puritans : The “Praying Indians” of Massachusetts Bay and John Eliot ». The William and Mary Quarterly 31.1 (1974) : 27-54.

Slotkin, Richard. « Narratives of Negro Crimes in New England, 1675-1800 ». American Quarterly 25.1 (March 1973) : 3-31.

Van Ruymbeke, Bertrand. L’Amérique avant les États-Unis. Une Amérique anglaise 1497-1776. Paris : Flammarion, 2013.

Weyler, Karen. Empowering Words. Outsiders and Authorship in Early America. Athens & London : University of Georgia Press, 2013.

Wood, Peter H. Black Majority. Negroes in Colonial South Carolina from 1670 through the Stono Rebellion. New York : Random House, 1974.

Haut de page

Notes

1 Pour le corpus complet en ligne, voir le site Documenting the American South : https://docsouth.unc.edu/neh/chronautobio.html (consulté le 25 novembre 2019).

2 La Harvard Library a numérisé des broadsides concernant des criminels du XIXe siècle, surtout anglaises : collection « Harvard Digital Collections. English Criminal Broadsides ». Voir par exemple une broadside illustrée d’un gibet : https://curiosity.lib.harvard.edu/crime-broadsides/catalog/46-990022193130203941 (consulté le 25 novembre 2019).

3 Nous avons fait le choix de traduire « Negroes » par « Nègres » pour ce texte du XVIIIe siècle en suivant l’exemple de Cécile Roudeau qui adopte ce terme comme traduction de « Negroes » dans « The Selling of Joseph : A Memorial (1700) », texte de James Sewall dont la traduction apparaît dans Derail (133).

4 L’histoire d’Arthur se déroule essentiellement dans le Massachusetts, et il fait référence à de nombreux lieux de cette colonie britannique.

5 Les Coffin étaient une famille de baleiniers pratiquant la chasse à la baleine à partir de Nantucket, Massachusetts, du XVIIe au XIXe siècle.

6 Île au large du Massachusetts alors spécialisée dans l’industrie baleinière.

7 Les Rotch étaient une famille de baleiniers originaires de Nantucket.

8 Ville du Pays de Galles.

9 Port de la colonie du Rhode Island.

10 Le Boston Neck était un isthme reliant la ville de Boston (presqu’île) au continent (Roxbury).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Jeanne Rossignol et Aurélie Razafimalala, « The Life and Dying Speech of Arthur, a Negro Man, Who Was Executed at Worcester, October 10, 1768 / La vie et les dernières paroles d’Arthur, un Nègre, exécuté à Worcester le 20 Octobre 1768 »XVII-XVIII [En ligne], 76 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/1718/3870 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1718.3870

Haut de page

Auteurs

Marie-Jeanne Rossignol

Marie-Jeanne Rossignol est Professeure d’Études américaines à l’Université de Paris. Sa publication la plus récente (co-dirigée avec Michaël Roy et Claire Parfait) s’intitule Undoing Slavery. American Abolitionism in Transnational Perspective 1776-1845 (Paris : ENS rue d’Ulm, 2018). Elle a publié avec Bertrand Van Ruymbeke The Atlantic World of Anthony Benezet (1713-1784). From French Reformation to North American Quaker Antislavery Activism (Leyden : Brill, 2016), ainsi qu’une traduction du texte d’Anthony Benezet, Some Historical Account of Guinea (1771)– Une histoire de la Guinée (Paris : Presses de la SFEDS, 2017). Elle prépare actuellement une histoire de l’anti-esclavagisme en Amérique du Nord entre 1754 et 1830.

Articles du même auteur

Aurélie Razafimalala

Aurélie Razafimalala a obtenu un M1 en études anglophones à l’université Paris Diderot. S’étant orientée vers des études de japonais, elle poursuit actuellement ses études au Japon à l’université pour femmes de Nara.

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals