Navigation – Plan du site
Notes de lecture

stéphane haffemayer, Les Lumières radicales de la Révolution anglaise : Samuel Hartlib et les réseaux de l’intelligence

Paris : Classiques Garnier, 2018. 640 pp. ISBN 978-2-406-08776-2
Michel Faure
Référence(s) :

HAFFEMAYER, STÉPHANE. – Les Lumières radicales de la Révolution anglaise : Samuel Hartlib et les réseaux de l’intelligence. Paris : Classiques Garnier, 2018. 640 pp. ISBN 978-2-406-08776-2

Texte intégral

1L’ouvrage de Stéphane Haffemayer, qui, après s’être fait connaître par son monumental ouvrage sur la Gazette de Renaudot, se penche ici sur le rôle central de Samuel Hartlib dans les échanges intellectuels au début du dix-septième siècle et sur sa participation très active au mouvement de réflexion politique et sociale qui marque la période de la Révolution anglaise, sort véritablement de l’ordinaire. En effet, il marque l’aboutissement d’une quinzaine d’années de travaux entrepris dans le cadre d’une thèse d’habilitation, impliquant, à l’instar de l’entreprise de Samuel Hartlib, la mobilisation d’un réseau de chercheurs solidairement engagés autour de la redécouverte des interconnections multiples caractérisant la pensée protestante de cette époque.

2La préface de Mark Greengrass qui, en collaboration avec Leigh Penman, a répertorié les archives hartlibiennes (pas moins de 4895 lettres adressées ou reçues), identifiant par là-même une partie essentielle du corpus de Stéphane Haffemayer, permet de situer le livre de ce dernier dans la continuité de la recherche pionnière sur Hartlib, après les travaux de George Turnbull et Charles Webster. Le double titre choisi pour cet ouvrage, ainsi que la richesse de la bibliographie primaire et secondaire, permettent de mesurer l’ampleur de la synthèse offerte aux lecteurs, puisque Samuel Hartlib donne à ce chercheur infatigable l’occasion d’aborder tout un pan de l’histoire intellectuelle, religieuse et politique du dix-septième siècle, ce qui amène Mark Greengrass à se demander si le réseau hartlibien ainsi redécouvert et exploré ne constitue pas un véritable pendant à la pensée magistralement provocatrice de Hobbes. Le simple fait de jeter un regard synoptique sur la foule de lettres, de pamphlets, libelles et brochures qui constituent le fond du décor constamment mouvant et bouleversé de cette période, conduit en effet à une réévaluation de l’importance globale des publications et échanges qui unissent des penseurs comme Hartlib, Comenius, Milton, John Dury, William Prynne, ou Robert Boyle, pour ne citer que les plus importants d’entre eux.

3L’introduction très fournie contient un bref rappel biographique fort utile, qui fait apparaître la dimension « européenne » du personnage, prussien par son père, anglais par sa mère, et fréquentant successivement le Gymnasium de Brieg (aujourd’hui Brzeg), puis les universités de Königsberg et de Cambridge. L’auteur y souligne le rôle crucial de la Guerre de trente ans, et notamment de la bataille de Lutter am Baremberg, qui amenèrent Hartlib à quitter définitivement Elbing (aujourd’hui Elblag), siège des affaires paternelles en 1628, et à s’installer à Londres, équipé d’une éducation de qualité et d’un bagage linguistique inusité (latin, anglais, allemand, polonais), qui à défaut de lui servir dans sa tentative avortée d’installer à Chichester une académie pour l’éducation des gentlemen, lui fut d’une grande utilité pour son rôle de catalyseur de mouvements et échanges d’idées. Puis, dans une deuxième partie de l’introduction, l’auteur se livre à une analyse très précise et fouillée du fonds d’archives existant, et du réseau des correspondances hartlibiennes, couvrant pratiquement l’ensemble de l’Europe. On regrettera seulement que dans la présentation de ce superbe travail de décryptage, un manque de résolution dans la reproduction des figures 3, 4, et 8 rende ces tableaux synthétiques difficiles à consulter.

4Le reste de l’ouvrage est consacré aux différents aspects de la contribution de Hartlib aux débats et controverses de son temps. Après une première partie qui explore la genèse et les fondements idéologiques de la pensée de Hartlib, une partie très substantielle s’attache à définir « l’engagement d’un Intelligencer », tandis que les deux dernières parties décrivent l’évolution de cet engagement, respectivement pendant la Guerre civile et pendant l’Interrègne.

5Les ancrages idéologiques de Hartlib sont évidemment multiples, à l’image de son siècle, mais Stéphane Haffemayer montre le rôle particulier joué par Cambridge dans la formation intellectuelle du jeune homme, marquée à la fois par l’héritage épistémologique de Bacon et par les tensions religieuses qui traversaient l’université, au milieu desquelles Hartlib a pu affirmer sa prédilection pour les cercles puritains, avant de fréquenter à Londres les églises étrangères, et de nouer des liens plus éclectiques sur fond général d’antipapisme, de millénarisme et d’utopie humaniste. L’intérêt profond pour la pédagogie, et les affinités religieuses et politiques expliquent en partie l’étroitesse des liens avec Comenius et John Dury, et une certaine proximité avec Milton.

6Avec une grande précision dans les analyses et une rigoureuse attention aux liens transversaux, l’historien s’attache à démontrer les implications politiques, religieuses et diplomatiques du projet humaniste hartlibien, et les synergies discrètes qui lui donnèrent un rôle dépassant celui de simple intelligencer car la transmission et la diffusion des informations se faisait certes au service d’idéaux partagés mais visait aussi des projets précis liés aux évolutions des constants déséquilibres entre les composantes d’une Europe protestante confrontée à l’opposition de la Contre-réforme, mais aussi aux tensions internes entre églises et états luthériens et calvinistes. Dans ce contexte, John Dury et Thomas Roe (1581-1644) figurent parmi les contacts essentiels.

7Le premier, féru de pédagogie et théologien engagé pour la construction d’un humanisme irénique, avait été pasteur presbytérien à Elbing, où il avait connu Hartlib, qui ne cessa d’appuyer ultérieurement ses multiples tentatives de rapprochement entre luthériens et calvinistes.

8Le second, diplomate chevronné et défenseur discret mais influent du protestantisme, avait besoin de communiquer en toute confidentialité avec Dury et il eut recours aux services de Hartlib, qui, avec l’aide de quelques copistes et d’un secrétaire, s’employait à faire circuler les nouvelles importantes dans les cercles protestants, et qui faisait bénéficier Roe de l’ensemble des informations qu’il collectait auprès de ses correspondants européens. Hartlib fut donc associé aux entreprises de diplomatie parallèle de Roe, reposant principalement sur le soutien de la couronne de Suède, puis de la Reine de Bohème et des partisans de l’Électeur palatin. Pour autant, il continuait d’apporter son aide, par des collectes, aux protestants étrangers en difficulté. Dès 1634, l’évolution de la politique européenne à l’issue de la reprise de Ratisbonne par les armées catholiques se trouva défavorable à ce type d’entreprise et Roe, dont le crédit fléchissait temporairement, eut du mal à assurer un soutien financier. Hartlib continua cependant sa correspondance, pratiquement jusqu’à la mort de ce diplomate infatigable qui, à la fin de sa vie, échoua dans ses derniers efforts pour réconcilier roi et parlement.

9Le mode de diffusion des informations collectées par les intelligencers reflète l’évolution de la « culture médiatique » de l’époque. Dans les époques bousculées du début du dix-septième siècle, où chaque jour voyait les équilibres géopolitiques se recomposer, la circulation d’écrits manuscrits, plus discrète et fiable que celle d’imprimés parfois sujets à caution, était évidemment privilégiée par rapport aux feuilles de nouvelles (news ou tidings) imprimées, et le travail de l’intelligencer, passeur et garant des nouvelles transmises, apparaît primordial. Pour autant, comme le souligne Stéphane Haffemayer, les différentes controverses politiques contribuèrent à instituer un besoin de communication plus large, dès lors que la parole politique était appropriée par de multiples interlocuteurs. C’est alors que se justifia l’usage de l’imprimé, des courant news, puis des weekly news, largement alimentées par les intelligencers, parmi lesquels un certain nombre d’exilés comme Hartlib, disposant naturellement d’un réseau international de correspondants, qui continuaient à faire circuler des informations manuscrites et des traductions dans les domaines les plus éclectiques.

10Le flot des informations n’était pas toujours garantie d’objectivité : l’un des stimuli de la circulation de nouvelles parfois très orientées était la volonté de diffuser un virulent discours antipapiste, anti-espagnol et anti-épiscopal, arme intellectuelle fédératrice de la Réforme. L’un des exemples les plus flagrants analysés dans cet ouvrage est le libelle sur les massacres de protestants en Irlande, agrémenté de gravures atroces, intitulé The Teares of Ireland, publié en 1642 par le pasteur presbytérien James Cranford (1602-1657).

11Après avoir brossé un tableau très détaillé des circulations d’information dans la nébuleuse protestante européenne avant 1642, l’auteur suit avec attention le parcours de Hartlib et celui de ses correspondants les plus proches pendant la Guerre civile, puis à partir de 1649, pendant l’Interrègne, dans un contexte de fortes tensions politiques, sociales et religieuses. Il rappelle que la mort du Roi intervient comme un choc pour des hommes qui, opposés à l’absolutisme, et partisans d’un élargissement des prérogatives parlementaires, n’en étaient pas moins inquiets face aux désordres et pressions qui les menaçaient dans leurs biens, dans l’exercice de leur activité d’intelligencers, ou dans leur existence même, ce qui explique sans doute une certaine souplesse dans l’évolution de leurs principes, ce d’autant que le crédit accordé à Benjamin Whichcote permettait à ses « amis de Cambridge » d’escompter, après une période initiale de confusion, une ère d’ouverture intellectuelle, de liberté d’expression et d’édition.

12Après plusieurs sollicitations, le Parlement comprit, dès 1645, qu’il avait intérêt à rémunérer les services d’hommes qui s’étaient montrés utiles par la diffusion d’informations, notamment en provenance de l’étranger, et progressivement Hartlib fut, d’abord officieusement, associé au développement de plusieurs projets importants.

13L’Interrègne confirma ce mouvement et en 1649, à l’instar de Dury qui, pourtant antérieurement tenté par une conversion opportune à l’anglicanisme, s’était alors obligeamment fait le chantre de l’obéissance à la république émergente, Hartlib prit plus discrètement position pour l’« engagement », acte de soumission aux valeurs du Commonwealth et du presbytérianisme. Il diffusa notamment les textes de Dury, et surtout il collabora, cette fois officiellement, aux travaux des différents comités et en particulier du Committee for compounding qui réattribuait aux fidèles du nouveau régime certains bénéfices ou sommes retirés aux royalistes ayant cherché à échapper aux amendes qui leur avaient été imposées. Il est vrai que, comme Dury, il tira personnellement un profit non négligeable de ces activités. Un peu plus tard, Hartlib et Dury soutiendront en 1650-1651 les efforts de Milton pour redonner une crédibilité politique et intellectuelle à une Angleterre dont le crédit international s’était effondré après le régicide.

14Stéphane Haffemayer signale que, parallèlement, dès 1647, Hartlib a entretenu avec Cromwell des relations privilégiées, et s’est trouvé associé non seulement aux projets de réformes de l’enseignement mais aussi, par exemple, aux mesures prises par le Commonwealth pour favoriser le retour des Juifs. Il attire également l’attention sur la diplomatie parallèle hartlibienne, qui se manifestait en particulier par les contacts étroits avec Johann Friedrich Schletzer (1610-1673), représentant de l’Électeur de Brandebourg, ainsi que par l’ abondante correspondance avec John Pell (1611-1685), à qui Cromwell avait confié une mission d’ambassadeur auprès des cantons suisses à Zurich – mission qui allait être compliquée en 1655 par le massacre des Vaudois du Piémont. Il semble que cette diplomatie parallèle ou indirecte ait cessé à la mort de Cromwell, et la fin de la vie de Hartlib fut marquée non seulement par la maladie et la pauvreté mais par une mise à l’écart quasi-totale des sphères du pouvoir, à peine atténuée par des actes de générosité individuelle.

15Après un bref rappel de la participation protéiforme de Hartlib à une culture du progrès scientifique, technique, social et économique, par la diffusion de travaux sur des sujets aussi divers que le salpêtre, l’engin blindé de Felton, la médecine, la pharmacologie et la chimie expérimentale, mais aussi la lutte contre la pauvreté, et la colonisation de la Virginie ou de l’Irlande, Stéphane Haffemayer fait remarquer que la Royal Society, qui empruntait une partie de l’héritage baconien de Hartlib, s’éloignait cruellement de son idéal d’universalisme humaniste en plaçant l’entreprise sous patronage royal, et conclut en invitant les lecteurs à réévaluer l’apport trop souvent négligé des cercles hartlibiens aux mouvements de pensée du dix-septième siècle.

16Par son ampleur et sa qualité, appuyées sur une grande précision des références croisées, ce remarquable travail qui tisse et retisse sans cesse les liens entre des pans d’histoire souvent perçus dans leur individualité mérite, lui aussi, qu’on s’y arrête pour découvrir et explorer les très nombreux horizons ouverts à la recherche contemporaine sur l’importance des réseaux de pensée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Faure, « stéphane haffemayer, Les Lumières radicales de la Révolution anglaise : Samuel Hartlib et les réseaux de l’intelligence », XVII-XVIII [En ligne], 76 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/1718/3951

Haut de page

Auteur

Michel Faure

Université de Haute-Alsace, ILLE EA 4363

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals