Navigation – Plan du site
Notes de lecture

isabel rivers, Vanity Fair and the Celestial City. Dissenting, Methodist, and Evangelical Literary Culture in England 1720-1800

Oxford: Oxford University Press, 2018. xvii + 457 pp. ISBN 978 0 19 826996 0
Françoise Deconinck-Brossard
Référence(s) :

RIVERS, ISABEL. – Vanity Fair and the Celestial City. Dissenting, Methodist, and Evangelical Literary Culture in England 1720-1800. Oxford : Oxford UP, 2018. xvii + 457 pp. ISBN 978 0 19 826996 0

Texte intégral

  • 1 Ci-après le terme sera employé dans une acception large et vraisemblablement anachronique, pour dés (...)

1L’on reconnaîtra d’emblée dans le titre une allusion explicite à la Foire aux Vanités que traversent les pèlerins mis en scène par Bunyan au cours de leur cheminement vers la Cité céleste. Si les œuvres telles que Le Voyage du Pèlerin recommandent aux âmes pieuses de renoncer aux vanités d’ici-bas par souci de l’au-delà, il n’en reste pas moins qu’au dix-huitième siècle un nombre considérable de publications religieuses fit l’objet d’un commerce intense, qu’analyse ici Isabel Rivers. Elle s’intéresse particulièrement aux conditions d’édition, de commercialisation et de distribution de ces ouvrages, ainsi qu’à la matérialité des volumes, comme par exemple leur format ainsi que la présence ou l’absence de reliure ou de brochage, sans oublier le prix de vente. Comme le sous-titre l’indique, l’étude porte sur la culture littéraire de groupes religieux qui se différenciaient de l’Église établie, soit par leur désir de la réformer de l’intérieur, soit par leur existence séparée. Ils sont ici regroupés en trois grandes catégories : Dissidents protestants, Méthodistes, ou Anglicans1 « évangéliques ». À juste titre, l’auteur souligne l’importance de la convergence des démarches spirituelles, malgré des divergences doctrinales non négligeables.

2Le plan général ne suit pas la chronologie mais une thématique de l’histoire de la lecture. Les livres de piété sont l’objet central de l’ouvrage. La première partie, intitulée « Books and their Readers » (9-118), commence par une recension des imprimeurs et libraires spécialisés, à Londres et en province. Un chapitre entier est ensuite consacré à la dissémination d’exemplaires gratuits d’ouvrages religieux par des associations à but non lucratif. La plus connue et la plus influente est sans nul doute la Society for Promoting Christian Knowledge (S.P.C.K.), proche de l’Église d’Angleterre, qui ne distribuait guère d’ouvrages non anglicans, mais Rivers en ajoute ici cinq autres. Le chapitre suivant traite des pratiques de lecture. Après les conseils donnés aux lecteurs potentiels se pose concrètement la question de l’accès aux livres, dans des bibliothèques publiques ou semi-publiques, dans des sociétés de lecture, ou dans des collections privées. En témoignent des récits et comptes rendus de lecture, solitaire ou collective, silencieuse ou à haute voix, à tout âge de la vie, parmi les hommes et les femmes, lettrés et analphabètes, et dans toutes les classes sociales.

3La deuxième partie, intitulée « Sources » (121-209), identifie les œuvres qui exercèrent la plus grande influence sur ce lectorat, sans toutefois définir le terme délicat d’« influence », alors qu’ailleurs l’auteur a pris soin de préciser par exemple ce qu'elle entend par livres « populaires » (3). Ses quatre chapitres n’échappent pas à une organisation confessionnelle, tout en montrant par ailleurs que les livres universellement applaudis transcendaient les frontières religieuses et sociales (124). Tout d’abord, Rivers souligne l’importance d’un « héritage » non-conformiste. Les Dissidents du dix-huitième siècle avaient une conscience aiguë d’appartenir à une ancienne tradition remontant au moins aux non-conformistes du siècle précédent. Parmi les auteurs qui avaient le plus de succès, Rivers cite les Presbytériens Joseph Alleine et John Flavel, ainsi que le Congrégationaliste John Owen, mais sans aucun doute les deux figures qui dominent largement ce paysage sont Richard Baxter et John Bunyan. Une analyse minutieuse des différentes éditions, des adaptations, et des versions abrégées de ces deux grands classiques déconstruit le processus de ré-appropriation de ces textes.

4Dans le chapitre suivant, la présentation d’un « héritage » anglican surprend peut-être plus, mais emporte la conviction. L’évêque William Beveridge par exemple avait beau soutenir l’ecclésiologie de la Haute Église, sa théologie anti-arminienne avait de quoi attirer Dissidents et Évangéliques, ainsi que certains Méthodistes. Quant à l’épiscopalien écossais Henry Scougal, son œuvre séduisait un vaste éventail de Calvinistes modérés, des Latitudinaires aux Évangéliques en passant par les Non-jureurs et les Méthodistes wesleyens. Le pasteur baptiste Joshua Toulmin, converti à l’unitarisme, en modifia radicalement le texte au point de le rendre méconnaissable, en supprimant toutes les références à la nature divine de Jésus (162).

5Depuis les travaux pionniers de Jean Orcibal sur l’influence de la spiritualité continentale dans la pensée de John Wesley, on sait que, malgré l’anticatholicisme ambiant, les Méthodistes, mais aussi des Quakers et un certain nombre de Non-jureurs tels que William Law, appréciaient la démarche mystique de piétistes ou de quiétistes français et espagnols, qui souvent se trouvaient plutôt à la marge du catholicisme officiel. Ce n’est donc pas une surprise de voir le troisième chapitre de cette deuxième partie étudier en détail les modifications que Wesley apporta à leurs livres de dévotion afin d’en encourager la lecture chez les Méthodistes. Il s’intéressait aux Pensées de Pascal et surtout à l’Imitatio Christi (fin xive-début xve s.) attribuée à Thomas a Kempis. D’autre part, les Quakers ressentaient beaucoup d’affinité pour Fénelon et pour Mme Guyon, dont ils éditèrent plus ou moins fidèlement les œuvres. Par ailleurs, l’Imitatio connut de nouveaux avatars, sous la plume de l’évêque catholique Challoner, d’un traducteur proche de Law, et d’un éditeur écossais presbytérien.

6Enfin, il ne faut pas oublier les échanges transatlantiques. Au tout début de la période étudiée, le commerce de livres religieux reposait surtout sur l’importation d’ouvrages britanniques dans les colonies nord-américaines, mais dès la fin des années 1730 il se constitua une sorte de réseau international fondé sur le partage d’une culture épistolaire et livresque. La deuxième partie de Vanity Fair se termine donc par un chapitre consacré presque exclusivement à la fortune britannique des deux auteurs évangéliques américains les plus influents du moment, Jonathan Edwards et David Brainerd. Suivant que leurs éditeurs étaient arminiens ou calvinistes, le texte subissait modifications significatives et raccourcissements divers. Après tout, Edwards lui-même avait considérablement remanié le récit biographique de Brainerd (199-200). Les Méthodistes wesleyens ne lisaient donc pas du tout la même version que par exemple les Baptistes, Congrégationalistes ou Anglicans évangéliques.

7Il ressort de l’histoire bibliographique complexe présentée dans cette deuxième partie que l’influence des « sources » reposait, non sur la publication d’un texte original, mais sur la pratique généralisée d’intervention éditoriale.

8La troisième et dernière partie de l’ouvrage, et aussi la plus longue (213-389), traite des genres littéraires (« Literary kinds ») qui eurent le plus de succès. Elle commence logiquement par un chapitre examinant diverses manières d’aborder la lecture de la Bible. Les conseils, manuscrits ou imprimés, sur la façon de lire le Livre des livres ne manquaient pas. Conscients qu’il est extrêmement difficile d’appréhender ce volume sans aide aucune, de nombreux éditeurs n’hésitaient pas à en abréger le texte ou à le retraduire. Commentaires bibliques et éditions annotées de l’Écriture s’inscrivaient aussi dans une longue tradition herméneutique anglophone, à l’usage de lecteurs non seulement ecclésiastiques, mais aussi laïcs non nécessairement familiers des langues anciennes. Au contraire, d’autres ouvrages s’efforçaient de convaincre un lectorat cultivé que la littérature gréco-latine classique n’était en rien supérieure au texte biblique.

9Le chapitre suivant s’occupe d’une catégorie fort prisée au dix-huitième siècle, les œuvres « pratiques » qui, contrairement aux travaux théologiques érudits, avaient pour but d’aider concrètement les chrétiens à bien pratiquer leur religion. Elles étaient destinées à la lecture individuelle ou collective, et s’adressaient à des personnes ou à des familles de tous niveaux sociaux. Rivers en a sélectionné deux ou trois variétés : collections de sermons et livres de prière d’une part, et d’autre part les manuels de dévotion les plus célèbres. À l’évidence, la théologie personnelle des différents auteurs orientait la teneur de leur propos ainsi que la réaction de leurs lecteurs, de sorte qu’à leur tour ils furent souvent publiés sous forme abrégée ou amendée.

10Tout comme les ouvrages « pratiques », les récits biographiques et autobiographiques de laïcs et de pasteurs, ainsi que la littérature épistolaire et les journaux intimes, quelle que fût leur forme de publication et de lecture, avaient pour but d'édifier le lecteur, à qui ils fournissaient des modèles de vie exemplaire. Souvent, ils contribuaient aussi à forger ou à renforcer une identité confessionnelle ; à preuve, les journaux de John Wesley. Pour diverses raisons, le matériau d’origine de ces documents nécessitait souvent un travail d’édition considérable. Rivers leur consacre légitimement de nombreuses pages (« Lives and Letters », 275-337), car c’étaient des genres très répandus.

11Le tableau serait incomplet sans référence à la poésie religieuse, élément clef de la culture littéraire du lectorat dissident, méthodiste ou évangélique. Rivers argue avec raison que les hymnes ne constituaient qu’une forme de poésie parmi d’autres (389). On ne peut toutefois négliger complètement le lien entre texte et mélodie, qui contribue parfois au processus de mémorisation et d’appropriation par d’« innombrables » personnes (375) dont parle, entre autres, la section sur l’usage des hymnes et des poèmes (374-85). Lue en silence ou à haute voix, en privé ou en public, cette poésie religieuse s’imbrique souvent dans les écrits en prose, au point de parfois structurer le récit. Une autre section examine les recueils d’hymnes composées par divers auteurs, ainsi que le rôle qu’elles jouaient dans la vie privée, dans les sociétés religieuses et dans le culte divin. C’est un aspect qui n’avait pas été traité à fond dans Dissenting Praise (Isabel Rivers and David L. Wykes, eds., Oxford University Press, 2011).

12L’ouvrage se termine sans conclusion générale, mais l’« épilogue » du dernier chapitre reprend l’idée qu’une culture littéraire commune « transcendait » les différences politiques, ecclésiastiques et doctrinales (389). Un appendice donne la liste des principaux auteurs et éditeurs, ainsi que de brefs renseignements à leur sujet (391-403). La bibliographie qui suit ne fournit de références qu’aux sources primaires (405-28), au motif que les sources secondaires sont abondamment citées dans les notes infrapaginales « très complètes » (405) tout au long de l’ouvrage. On regrette cependant de ne pas en retrouver trace dans l’index (429-57), étant donné la somme impressionnante d’information qui se trouve dans ce volume. Rivers publie des travaux sur l’histoire du livre au moins depuis la parution en 1982 de Books and their Readers in Eighteenth-century England. Le présent ouvrage bénéficie de ce long commerce avec la production littéraire du dix-huitième siècle. D’ailleurs, certaines sections reprennent des éléments empruntés à des études déjà publiées ailleurs.

13La richesse de ce livre tient aux études de cas minutieuses soulignant la complexité d’un univers culturel méconnu où aucun texte, fût-il sacré, n’était jamais figé sous une forme définitive. L'abondance de détails en fera un ouvrage de référence de grande utilité pour les personnes s’intéressant à l’histoire religieuse, littéraire et intellectuelle, ainsi qu’à l’histoire du livre et de la lecture.

Haut de page

Notes

1 Ci-après le terme sera employé dans une acception large et vraisemblablement anachronique, pour désigner simplement les membres de l’Église d’Angleterre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Deconinck-Brossard, « isabel rivers, Vanity Fair and the Celestial City. Dissenting, Methodist, and Evangelical Literary Culture in England 1720-1800 »XVII-XVIII [En ligne], 76 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/1718/3998

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals