Navigation – Plan du site
Notes de lecture

sandro jung, James Thomson’s The Seasons, Print Culture, and Visual Interpretation, 1730-1842

Bethlehem, Pennsylvania: Lehigh University Press, 2015. 287 pp. ISBN 978-1-61146-191-6 / 978-1-61146-192-3
Pierre Carboni
Référence(s) :

JUNG, SANDRO. – James Thomson’s The Seasons, Print Culture, and Visual Interpretation, 1730-1842. Bethlehem, Pennsylvania : Lehigh University Press, 2015. 287 pp. ISBN 978-1-61146-191-6 / 978-1-61146-192-3

Texte intégral

1Dans un très bel ouvrage, agréable à lire et richement illustré de 120 planches, dont 10 en couleurs, Sandro Jung, Professeur au Freiburg Institute for Advanced Studies, analyse finement la contribution de l’image et des arts dits décoratifs (céramique, ameublement), et, marginalement, de la musique, à la diffusion, la réception, et l’interprétation d’un des poèmes les plus emblématiques de la littérature européenne du xviiie siècle, The Seasons (1730-1744) de James Thomson.

2Sur les plans épistémologique et méthodologique, Sandro Jung emprunte ici à la fois à l’histoire littéraire et à l’histoire du livre, ce qui rend l’étude particulièrement intéressante. Le volume est d’ailleurs publié dans une collection dont le titre, « Studies in Literary and Print Culture », souligne le caractère pluridisciplinaire d’un ouvrage qui éclairera aussi bien les praticiens du texte poétique que les spécialistes d’histoire culturelle. L’ouvrage, qui s’appuie sur un nombre impressionnant de sources, ne se borne pas à rappeler la pérennité du poème dans la culture artistique de son temps, mais démontre à travers l’analyse du paratexte visuel des diverses éditions, des interprétations et réinterprétations qu’il a suscitées, combien l’influence d’une œuvre se mesure également à travers le vaste champ des représentations qu’elle a engendrées. Sur le plan chronologique, l’étude retrace l’évolution du phénomène entre la publication de la première édition complète des Seasons (1730), encore régie, sur le plan des droits, par le Statut d’Anne (1701), et le nouveau Copyright Act de 1842.

3Le volume est fortement structuré en cinq chapitres analysant chronologiquement le foisonnement des représentations visuelles inspirées par le poème, au Royaume-Uni comme ailleurs. Dans une première étude intitulé « Reading the Visual Paratext », Sandro Jung conduit très agréablement le lecteur à travers l’étude souvent négligée de la matérialité du paratexte (frontispices, portraits frontispices, illustrations en pleine pages, vignettes illustratives). Malgré la parfaite maîtrise des aspects techniques, le propos n’est jamais aride et le lecteur peut ainsi percevoir de manière concrète ce que le xviiie siècle désigne sous le nom de dialogue des arts et comment les divers canaux de la « sympathie » participent conjointement, dans la perspective des Lumières, à l’appréciation du texte poétique. Le chapitre 2, intitulé « Editions of The Seasons : 1730-1798 », étudie la diversité des mécanismes illustratifs et l’influence des divers contextes de publication. Sandro Jung souligne les enjeux de la « vernacularisation » ou de la « domestication » du texte par l’entremise du paratexte et démontre comment les procédés illustratifs participent à l’interprétation de l’ouvrage dans une perspective sentimentale, dramatique, ou héroïque. L’auteur démontre également comment ces représentations visuelles contribuent à ancrer l’esthétique générale du poète dans des perspectives aussi radicalement opposées que l’opulence du baroque rococo et la simplicité naturelle. Le chapitre 3, « Paintings and Prints », est centré sur les interprétations picturales suscitées par deux épisodes narratifs des Seasons, véritables poèmes dans le poème, le plus souvent désignés par le nom de leurs protagonistes principaux : « Celadon and Amelia » et « Palemon and Lavinia ». Les multiples représentations de ces récits sentimentaux, dont le premier est une scène de pathos et le second un bref conte moral, non seulement dans le paratexte, mais comme sujets principaux de tableaux ou motifs décoratifs d’objets en céramique ou de porcelaines plaquées sur le mobilier de l’époque, ont participé à la diffusion de l’œuvre en Europe et en Amérique du Nord, témoignant du statut présumé « civilisateur » de la poésie dans la pensée des Lumières. Le quatrième chapitre de l’ouvrage, « Subscription Ventures, Pocket Diaries, and Upmarket Prints », aborde des aspects moins connus du véritable marché dérivé résultant du succès littéraire considérable de l’œuvre de Thomson et étudie les stratégies commerciales visant le consommateur aisé. Un dernier chapitre analyse les dernières interprétations iconographiques véritablement originales des Seasons dans les années 1802 à 1842. « By the 1860s », conclut Sandro Jung, « illustrations […] became generic, dead metaphors, in that their designers no longer concretely and specifically aimed to further visualizations of iconographic moments. At that stage, the designs of landscape scenes accompanying editions of The Seasons had turned into mere ornament and lost their interpretive, paratextual function of making the textual dynamics of Thomson’s work present » (255).

4En replaçant The Seasons dans un contexte où la culture visuelle joue un rôle majeur dans l’accompagnement du lectorat, et où le livre lui-même devient de plus en plus objet de consommation, ce volume consacre véritablement le cycle de Thomson comme « icône » poétique, non seulement en raison de sa légendaire popularité et de son influence bien connue sur l’histoire littéraire européenne, mais sous une perspective moins familière, par sa capacité à stimuler l’imaginaire artistique et à bénéficier en retour du concours des arts visuels. Cette nouvelle étude de Sandro Jung est d’autant plus pertinente qu’elle vient heureusement compléter la définition classique des « sister arts » en rappelant le rôle essentiel joué par la poésie (et tout particulièrement par Thomson) dans la culture intellectuelle, artistique et matérielle du long xviiie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Carboni, « sandro jung, James Thomson’s The Seasons, Print Culture, and Visual Interpretation, 1730-1842 »XVII-XVIII [En ligne], 76 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/1718/4010

Haut de page

Auteur

Pierre Carboni

Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals