Navigation – Plan du site
Notes de lecture

james boswell, État de la Corse suivi de Journal d’un voyage en Corse et Mémoires de Pascal Paoli, traduction et édition critique par Jean Viviès. Suivi de An Account of Corsica, introduit par Gordon Turnbull

Ajaccio : Albiana, 2019. 400 p. ISBN 978-2-8241-0962-6
Francis Beretti
Référence(s) :

BOSWELL, JAMES. – État de la Corse suivi de Journal d’un voyage en Corse et Mémoires de Pascal Paoli, traduction et édition critique par Jean Viviès. Suivi de An Account of Corsica, introduction de Gordon Turnbull. Ajaccio : Albiana, 2019. 400 pp. ISBN 978-2-8241-0962-6

Texte intégral

  • 1 Frederick Albert Pottle, The Literary Career of James Boswell Esq. Being the bibliographical materi (...)
  • 2 Cité par James T. Boulton et T.O. McLoughlin (ed.), préface de James Boswell, An Account of Corsica (...)

1Dans la bibliographie concernant la Corse, le premier livre remarquable de James Boswell est bien connu. Le titre original complet en est An Account of Corsica. The Journal of a Tour to that Island; and Memoirs of Pascal Paoli, by James Boswell, Esq. Dès le début, ce fut véritablement un best-seller. En effet, la première édition, de 3 500 exemplaires, qui date du 13 février 1768, fut épuisée en six semaines, et un deuxième tirage, aussi de 3 500 exemplaires, en un an. Une troisième édition fut annoncée en mai 1769, avec ce commentaire : « the Book is so highly esteemed abroad that it has been translated into the French and Dutch languages ». De plus, il y eut au moins trois éditions imprimées en Irlande. Du temps de Boswell, un bien plus grand nombre d’exemplaires de An Account of Corsica furent vendus que les ouvrages biographique que Boswell consacra à Samuel Johnson. An Account of Corsica fut traduit cinq fois, alors qu’il fallut attendre cent quarante ans pour que Life of Johnson, auquel Boswell doit pourtant sa réputation, fût traduit. Dès 1769, « Boswell a dû être sur le continent l’un des auteurs anglais les plus connus ; plus connu même que Johnson », écrit Frederick A. Pottle.1 Après 1769, il y eut encore d’autres éditions, mais partielles, dans lesquelles le journal de voyage et les « mémoires » de Pascal Paoli étaient privilégiées. Les responsables de ces éditions avaient probablement été influencés par le jugement tranchant du grand lexicographe, qui dit à Boswell, le 9 septembre 1769, après la parution de la troisième édition : « Your History is like other histories, but your Journal is in a very high degree curious and delightful […] Your History was copied from books ; your Journal rose out of you own experience and observation ».2 Le fait est qu’après 1769, An Account of Corsica, dont le succès valut à son auteur le surnom de « Corsica Boswell », fut non pas oublié, mais négligé dans son ensemble, à la seule exception de l’ouvrage du Professeur Jean Viviès, publié en 1992, mais dans sa version française. La première réédition complète du récit de voyage en Corse de Boswell, en anglais, présentée avec un appareil critique, date de 2006, avec une introduction et des notes de James T. Boulton, et T.O. McLoughlin.

  • 3 Editions Albiana, Ajaccio, février 2019, 212 pages en français, 188 pages en anglais.
  • 4 On doit à Gordon Turnbull, notamment, la réédition d’un autre best-seller de James Boswell, James B (...)

2L’évocation chronologique des différentes éditions de l’Account of Corsica nous a paru utile afin de mieux situer la récente parution dont il est plus précisément question ici : James Boswell. État de la Corse, édition bilingue.3 La version anglaise, qui reproduit la deuxième édition du texte original, comporte une préface intitulée « Corsican Boswell », de Gordon Turnbull, « General editor The Yale Editions of the Private Papers of James Boswell ».4 G. Turnbull évoque le sentiment de rébellion qu’éprouvait Boswell envers son entourage familial austère et étouffant, et qui a pu l’attirer vers la cause des Corses, et l’aspiration – personnelle et politique – à l’auto-détermination, qui s’affronte au caractère inévitable de la subordination. G. Turnbull perçoit dans l’Account of Corsica l’empreinte de la grandeur de l’imagination, qui nous rappelle la noblesse des efforts de l’homme. Si l’aspiration humaine s’efforce d’atteindre les sommets, et manque son but, elle s’approchera, comme le dit Paoli au jeune voyageur transporté d’admiration, plus du but suprême de la liberté personnelle que s’il n’y avait pas eu de tentatives courageuses. C’est, selon Turnbull, une vérité que le jeune voyageur apprit au cours d’une conversation avec Paoli à Sollacarò, et qui reste « éclairée dans un rayon de soleil corse éternel ».

  • 5 English Travel Narratives in the Eighteenth Century Exploring Genres, trad. Claire Davison, 2002. ( (...)

3Dans la version française, la plus importante du point de vue de l’appareil critique, Jean Viviès, auteur notamment du Récit de voyage en Angleterre au xviiie siècle. De l’inventaire à l’invention (Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1999), traduit en 2002,5 reprend l’ouvrage mentionné plus haut, James Boswell : État de la Corse, publié en 1992 par les Éditions du CNRS. Il a effectué sa traduction à partir de la toute première édition de l’Account, datée du 13 février 1768, et mis à jour la bibliographie.

4L’axe principal de la thèse de J. Viviès est de démontrer l’unité des deux parties du livre, l’Account, proprement dit, et le Journal. Les éditeurs après 1769 ont eu tort de négliger la partie historique (dépréciée par Johnson). Ainsi, par exemple, si Boswell fait une longue description des ports de Corse, cela ne présente pas seulement une préoccupation d’ordre géographique ; c’est que Pitt lui avait posé la question, et Boswell « conclut ce passage en insistant sur l’intérêt stratégique d’une Corse au large des côtes de France, et par conséquence l’intérêt d’une alliance politique avec elle » (27). Boswell préconstruit le sens de l’histoire de la Corse sur « un schéma fondamental oppresseur/oppressé ». L’intérêt que représente la Corse pour l’Angleterre est à plusieurs reprises mis en lumière  « comme partenaire commercial, mais aussi comme modèle moral. Le compte-rendu annoncé (« État de la Corse »…) est devenu une démonstration, dont le Journal est le point d’orgue » (29). Selon J. Viviès, le portrait de Pascal Paoli, pièce maîtresse du journal, relève plus de l’hagiographie que de la biographie. « Le personnage est mis en scène par un ensemble d’anecdotes édifiantes, de propos qui sonnent comme autant de maximes. Il incarne au plus haut degré les vertus nationales que le texte a établies dès les premières pages ». En somme, en ce qui concerne la représentation de la Corse et de Pascal Paoli, J. Viviès souligne que « l’authenticité de l’œuvre réside dans le plaidoyer pour une île injustement ignorée, dans l’éloge littéraire qui s’efforce de lui donner une légitimité » (32). En effet, sous la plume de Boswell, la Corse anoblie par le prestige des textes anciens, est une nouvelle Atlantis, une Utopie ; quant au portrait de Paoli, il a été qualifié par F.A. Pottle de « plutarquien ».

5En dernière analyse, cette édition bilingue de l’Account of Corsica nous paraît être une belle façon de célébrer le 250e anniversaire de la parution d’un ouvrage qui a inquiété Choiseul au point qu’il en a demandé une traduction; qui a enflammé l’imagination patriotique (corse) du jeune Napoléon Bonaparte ; qui a suggéré une nouvelle étape dans l’itinéraire traditionnel du Grand Tour, et dont l’exaltation du thème de la liberté a trouvé un écho enthousiaste même auprès des colons américains. Un ouvrage qui est un témoignage unique pris sur le vif de l’état de la Corse au temps du gouvernement de Pascal Paoli, et même de l’état d’esprit de ce dernier. Quand, par exemple, Paoli avoue au voyageur écossais « Ho una superbia indicibile » (« j’ai une fierté inouïe ») (171), il livre ainsi un trait de son caractère qui n’a pas été démenti par l’histoire, et que l’on ne connaît que grâce à Boswell. L’aptitude, ou pour mieux dire, le don que possédait Boswell de s’attirer l’amitié et les confidences de personnalités éminentes comme Pascal Paoli, le voyageur écossais allait l’affiner et le porter à la perfection dans son chef-d’œuvre Life of Johnson, où il s’impose incontestablement comme un innovateur dans le genre de la biographie.

Haut de page

Notes

1 Frederick Albert Pottle, The Literary Career of James Boswell Esq. Being the bibliographical materials for a life of Boswell (Oxford: Clarendon, 1967), p. 63.

2 Cité par James T. Boulton et T.O. McLoughlin (ed.), préface de James Boswell, An Account of Corsica, The Journal of a Tour to that Island, and Memoirs of Pascal Paoli (Oxford: OUP, 2006).

3 Editions Albiana, Ajaccio, février 2019, 212 pages en français, 188 pages en anglais.

4 On doit à Gordon Turnbull, notamment, la réédition d’un autre best-seller de James Boswell, James Boswell London Journal (1762-1763) (London : Penguin, 2013).

5 English Travel Narratives in the Eighteenth Century Exploring Genres, trad. Claire Davison, 2002. (Aldershot : Ashgate, in “ Studies in Early Modern English Literature ”, trad. Claire Davison, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Beretti, « james boswell, État de la Corse suivi de Journal d’un voyage en Corse et Mémoires de Pascal Paoli, traduction et édition critique par Jean Viviès. Suivi de An Account of Corsica, introduit par Gordon Turnbull »XVII-XVIII [En ligne], 76 | 2019, mis en ligne le , consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/1718/4026

Haut de page
  • Logo Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals